Version classiqueVersion mobile

Loin de Moscou

 | 
Szymon Piotr Kubiak

Chapitre 3 – La nouvelle « terre promise »

Texte intégral

  • 112 Le contraste entre les modalités de reconstruction des deux villes a fait l’objet de nombreuses sim (...)
  • 113 Voir Błażej Brzostek, Paryże Innej Europy [Les Paris de l’autre Europe], Varsovie, 2015, p. 13-41. (...)

1Jamais paysage après une bataille n’avait offert une vision globale plus saisissante que celui qui suivit la fin de la Seconde Guerre mondiale, tant par l’étendue des destructions que par la diffusion massive de ses représentations. L’anéantissement des signes tangibles de la culture matérielle et le nombre incalculable des victimes de génocide ou de mise en esclavage mirent en évidence la crise de la civilisation occidentale. Mais, face aux irréparables pertes immatérielles, l’effort de reconstruction donna l’espoir d’une revanche au moins partielle. La réhabilitation selon deux conceptions opposées de deux villes portuaires françaises – l’une traditionnelle pour Saint-Malo, l’autre moderniste pour Le Havre – devint un symbole pour l’époque112. À l’autre extrémité du continent, la reconstruction de Varsovie après sa destruction totale (ill. 19) se vit attribuer par la volonté officielle une signification internationale, avec pour objectif de restaurer le mythe d’un « Paris de l’autre Europe113 ».

ill. 19. Stanisław Jeziorański, Nous reconstruirons Varsovie, projet pour une affiche, 1948, tempera sur carton, 100 × 70 cm, Szczecin, musée national

ill. 19. Stanisław Jeziorański, Nous reconstruirons Varsovie, projet pour une affiche, 1948, tempera sur carton, 100 × 70 cm, Szczecin, musée national

photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/H-745/4)

2Une conférence de grande portée politique se tint à Paris, la capitale de tous les fantasmes des Polonais – une capitale qui avait échappé à l’anéantissement, mais où se confrontaient l’héritage honteux du régime de Vichy et les actions de la Résistance. Ouverte le 12 juillet 1947, la conférence résultait de la proposition d’assistance économique faite par le secrétaire d’État américain George Marshall aux pays du Vieux Continent. Invitée à participer, la Pologne justifia son absence en reprenant à son compte la position de Staline :

  • 114 « Oświadczenie Premiera J. Cyrankiewicza [Déclaration du Premier ministre J. Cyrankiewicz] », Rzecz (...)

« Je vois […] dans une reconstruction mécanique de l’ancienne structure de l’Europe […] le ferment d’un nouveau danger. […] C’est pourquoi la réponse polonaise est marquée par le souci d’une reconstruction du continent consistant en une aide effective aux pays touchés par l’agression allemande sans porter en germe les éléments d’un nouveau déséquilibre de l’Europe au profit d’une hégémonie allemande, mais fondant les bases d’une paix et d’une sécurité durables. Nous exprimons ainsi non seulement l’intérêt vital de notre peuple, mais aussi la solidarité de tous les Européens, depuis Leningrad et Moscou jusqu’à Rome, Paris et Londres114. »

  • 115 Michał Jerzy Zacharias, « Powołanie Kominformu w 1947 r. Przyczyny, przebieg, skutki [La création d (...)
  • 116 On appelle « Terres recouvrées » les territoires à l’ouest de la Pologne intégrés après la fin de l (...)

3Ce message du Premier ministre Józef Cyrankiewicz ne reflétait cependant ni un consensus national sur la question, ni un accord de tous les États soumis à l’influence soviétique en vertu des accords de Yalta. La constitution d’un front uni contre le pacte des États « impérialistes » devait être obtenue par une conférence indépendante de représentants des « démocraties populaires ». Celle-ci fut organisée à Szklarska Poręba, une station de ski située à la frontière polono-tchécoslovaque, un lieu qu’au premier abord rien ne prédestinait à devenir le siège de négociations au plus haut niveau. Bien que le monde ait manifesté de l’étonnement115, le choix de ce village des Tatras était parfaitement compréhensible dans le contexte polonais. Anciennement dénommé Schreiberhau, il venait d’être intégré à la Silésie polonaise, dont le statut avait été mis en question six mois plus tôt par Marshall lui-même lors d’une réunion à Moscou de la coalition des puissances antihitlériennes. Pour des raisons analogues, un même point de vue, qui se prétendait démocratique, s’était exprimé quelques jours plus tôt à l’autre extrémité du territoire : à Szczecin, au IIIe Congrès des industries des Terres recouvrées, le vice-Premier ministre Władysław Gomułka avait affirmé, en prenant à témoin « les ruines de notre capitale et de tant d’autres villes », le droit de la Pologne à protester contre la politique des Anglo-Saxons à l’égard de l’Allemagne116.

  • 117 Władysław Gomułka, « Polska Partia Robotnicza w walce o utrwalenie demokracji ludowej. Referat info (...)

4Szklarska Poręba accueillit du 22 au 27 septembre 1947 les délégués des partis communistes de neuf États, et à côté de représentants de la Bulgarie, de la Yougoslavie, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne, de la Roumanie, de la Hongrie et de l’urss se retrouvèrent ceux de deux pays capitalistes où la gauche exerçait une influence particulière : la France et l’Italie. Le maître des débats, l’émissaire de l’autocrate soviétique, le propagandiste confirmé Jdanov, invoquant une prétendue menace américaine, invita à resserrer les liens dans un nouvel organisme, le Bureau d’information des partis communistes et ouvriers, le Kominform, appelé à remplacer le Komintern dissous pendant la guerre. Les Yougoslaves et, dans une moindre mesure, Gomułka emboîtèrent le pas à Jdanov en critiquant les camarades français et italiens qui n’avaient pas su saisir l’occasion de s’emparer totalement du pouvoir dans leurs pays. Le respect des principes de l’ancien système « bourgeois-parlementaire » fut présenté, contre la position des sociaux-démocrates, comme un gaspillage de la chance de mener à bien la révolution sociale qui était possible partout où « les partis ouvriers disposant de groupes de maquisards armés avaient organisé une vaste lutte nationale de libération117 ».

  • 118 Le Temps des terroristes, 1945 (note 111). Le terme de maquisard désigne à l’origine les résistants (...)
  • 119 Boris Taslitzky, Cent onze dessins faits à Buchenwald, Paris, 1946.
  • 120 Wilson, 2013 (note 18), p. 104-105.
  • 121 Katarzyna Murawska-Muthesius, « Paris from Behind the Iron Curtain », dans Paris. Capital of the Ar (...)

5La glorieuse expérience du maquis et celle, tragique, des camps de concentration constituèrent le principal catalyseur de l’affirmation du réalisme socialiste à la française. Un premier groupe rassembla principalement des jeunes gens, Singer en tête, lui dont les dessins des environs du mont Revard en Savoie servirent d’illustrations au cahier rouge des maquisards du Temps des terroristes (ill. 20-23)118. Des dessins des camps, réunis afin de fournir une documentation visuelle, furent édités par Boris Taslitzky en un volume avec une introduction d’Aragon119, puis synthétisés et transfigurés dans son tableau emblématique Le Petit Camp à Buchenwald (1945). Il s’agit d’une toile épique de dimensions monumentales, dans le style de Géricault, qui fut présentée au public un an après une exposition individuelle intitulée « Témoignage », et avant de devenir l’œuvre phare du musée permanent de la Résistance dirigé par Jean Cassou, le musée national d’Art moderne de Paris120. Son pessimisme et ses couleurs expressionnistes n’en firent cependant pas un exemple canonique de réalisme socialiste. Les travaux de Pignon et de Fougeron montrés lors de la première exposition d’art français à Varsovie, Cracovie et Poznań ne représentèrent pas non plus ce courant, qui avait brièvement conduit les artistes polonais sur le chemin du modernisme121.

ill. 20. Gérard Singer, Fusils et Maquisards, carnet de croquis, 1943-1945, craie grasse, crayon et encre de Chine sur papier, 20 × 13 cm

ill. 20. Gérard Singer, Fusils et Maquisards, carnet de croquis, 1943-1945, craie grasse, crayon et encre de Chine sur papier, 20 × 13 cm

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris

ill. 21. Gérard Singer, Raid et Prisonniers de guerre, carnet de croquis, 1943-1945, crayon sur papier, 23 × 31 cm

ill. 21. Gérard Singer, Raid et Prisonniers de guerre, carnet de croquis, 1943-1945, crayon sur papier, 23 × 31 cm

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris

ill. 22. Couverture du livre Le Temps des terroristes, Paris, 1945

ill. 22. Couverture du livre Le Temps des terroristes, Paris, 1945

photo © Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)

ill. 23. Gérard Singer, Le Défilé de la victoire, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

ill. 23. Gérard Singer, Le Défilé de la victoire, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)

ill. 23bis. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

ill. 23bis. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)

ill. 23ter. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

ill. 23ter. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945

© Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)

  • 122 Helena Blumówna, « Malarstwo i rysunki francuskie [Peinture et dessins français] », Tygodnik Powsze (...)
  • 123 Lottman, 1997 (note 24), p. 402.
  • 124 Ibid., p. 406 ; Sarah Wilson, « “Délit de témoignage” : André Fougeron à travers un siècle », dans (...)

6Les tentatives de Fougeron, diverses du point de vue formel, portaient en elles des syndromes annonçant une rapide rupture dans son propre style. Commentant les reproductions des œuvres envoyées en Pologne qui représentaient des ouvrières – les Tricoteuses (1946) et les Trieuses [de pierres] (1946) –, Helena Blumówna remarqua que cet autodidacte, soumis à des impulsions multiples, tirait son inspiration de la tradition nationale de peinture murale, récemment devenue accessible dans le tout nouveau musée de la Fresque122. Après la conférence de Szklarska Poręba et le XIe Congrès du Comité central du pcf qui s’ensuivit, et durant lequel Maurice Thorez fit son autocritique en condamnant après Jdanov le formalisme123, Fougeron se rapprocha de la méthode de création stalinienne. Sa toile Les Parisiennes au marché de 1947-1948, exposée au Salon d’automne suivant, fut comprise comme un acte de conversion au réalisme socialiste, analogue à la déclaration faite par Aragon une décennie plus tôt. Cet « aveu public de ses fautes » fit pour un certain temps de Fougeron le protégé du capricieux poète. Il devint la figure préférée des arts plastiques, à l’égal du coryphée de la littérature communiste, André Stil, futur lauréat du prix Staline124.

  • 125 Renato Guttuso, « Le devoir des intellectuels », Les Lettres françaises, 17 février 1949, p. 4. Voi (...)
  • 126 L’association de l’Amitié franco-polonaise, créée dans le cadre de la Résistance pendant l’Occupati (...)
  • 127 Jarosław Iwaszkiewicz (1894-1980), poète, romancier, dramaturge, essayiste, est un des écrivains po (...)

7On peut s’interroger sur l’absence d’œuvres du premier peintre du pcf in statu nascendi dans la sélection des seize tableaux français exposés lors du Congrès mondial des intellectuels pour la paix, qui s’était tenu à peine un mois plus tôt, du 25 au 28 août 1948 (ill. 24). De leur côté, les communistes italiens avaient profité de l’occasion pour y envoyer le peintre du parti, Renato Guttuso125. La manifestation, d’initiative polonaise et soutenue par des amis français dans la capitale des Terres recouvrées, devait reprendre une tradition des élites intellectuelles de Lwów (aujourd’hui en Ukraine), et rappeler la célèbre rencontre parisienne de 1935, comme dans une certaine mesure celle de Lwów en 1936126. Si Aragon, principal animateur du premier événement et membre actif du comité d’organisation, ne s’est finalement pas rendu en Basse-Silésie, ce sont des écrivains, communistes et non communistes, qui ont, comme avant la guerre, tenu le premier rôle au congrès de Wrocław. Parmi les hôtes d’accueil figuraient Maria Dąbrowska, Zofia Nałkowska, Jan Parandowski, Antoni Słonimski, ainsi que le président de l’Union des écrivains polonais, Jarosław Iwaszkiewicz127. Alors que celui-ci soulignait dans son discours d’ouverture la signification historique du lieu des débats, son homologue français, Maurice Bedel, développa le symbole des ruines :

  • 128 Discours de Maurice Bedel, Akta Kongresów Pokoju. Światowy Kongres Intelektualistów [Actes des Cong (...)

« N’est-ce pas de cette toile de fond qu’avait besoin le Congrès de la paix ? […] Comme une immense et terrible empreinte de la mort sur la noble terre polonaise ! Ici, à Wrocław, et plus loin à Varsovie, et encore plus loin à Gdańsk, nous devons effacer, au moins par nos décisions, le sceau mortel d’un cynisme incommensurable128. »

ill. 24. Tadeusz Trepkowski, affiche du « Congrès mondial des intellectuels pour la paix », 1948, impression offset sur papier, 100 × 70,5 cm, Wilanow, musée de l’Affiche

ill. 24. Tadeusz Trepkowski, affiche du « Congrès mondial des intellectuels pour la paix », 1948, impression offset sur papier, 100 × 70,5 cm, Wilanow, musée de l’Affiche

photo © Muzeum Plakatu w Wilanowie (inv. Pl. 3614/1)

  • 129 Voir « Plus grand peintre aujourd’hui vivant, Picasso a apporté son adhésion au Parti de la Renaiss (...)

8Le caractère pacifiste du congrès, au cours duquel on tenta d’évaluer la condition morale du monde face à la menace de l’arme atomique, fut souligné par la présence d’Irène Joliot-Curie, ancienne militante du Front populaire, chimiste française, fille de la lauréate polonaise du prix Nobel de chimie Marie Curie (née Maria Sklodowska). L’équipe parisienne comptait également des représentants des arts visuels. Le sculpteur classique Emmanuel Auricoste, un communiste et résistant, s’est rendu à Wrocław, de même que Léger, fidèle à son style moderniste, et le non-conformiste Picasso pour qui le pcf était devenu en 1944, comme il l’avait lui-même déclaré, une « patrie »129. La première exposition à l’étranger de ses céramiques (offertes, à la fin de la conférence, au musée national de Varsovie) attira presque autant l’attention générale que la célèbre sirène brandissant un marteau, armoirie de la ville revue dans un esprit ouvrier et laissée par l’auteur de Guernica dans un appartement du quartier reconstruit de Wola. Depuis les bords de la Seine, Zbigniew Florczak ironisait :

  • 130 Zbigniew Florczak, « Sprawy sztuki w Polsce [Questions de la culture en Pologne] », Kultura, no 4-5 (...)

« Crâne chauve, Pablo a gribouillé quelque chose au charbon sur le mur d’un immeuble neuf de Varsovie, ce qui lui a permis de se sentir comme une vieille cocotte de Clochemerle. J’ai cherché avec amusement ce qu’un socialo-publiciste pourrait écrire sur ce faiseur de tableaux qui a autant à voir avec les “besoins des masses” qu’une clé des songes égyptienne avec la culture du navet. Il se trouve que les organes de presse connaissent parfaitement Picasso. “Picasso, nous soufflent-ils, est ce grand réaliste qui enferme l’époque et la souffrance de l’homme social dans une forme nouvelle130.” »

  • 131 Sur les liens de Picasso avec la Pologne et les démocraties populaires, voir Piotr Bernatowicz, « P (...)

9Cet acte spontané d’amitié prolétarienne sembla mettre un point d’orgue optimiste au séjour des militants internationaux de la paix en Pologne qui continuaient à débattre de la forme d’un art à venir permettant de surmonter le traumatisme de la guerre131.

  • 132 Współcześni malarze francuscy oraz ceramika Pablo Picasso ofiarowana przez autora Muzeum Narodowemu (...)

10Le prestige que conférait la proximité du plus célèbre des artistes vivants, défenseur des « idées correctes », permit à Jan Białostocki de donner une allure picassienne à son projet d’affiche et à la couverture du catalogue des œuvres françaises exposées au musée de Varsovie (ill. 25). L’exposition était complétée par vingt-deux œuvres, transportées depuis Wrocław, d’artistes de la modernité pré-jdanovienne comme de « peintres du sujet », tels Chagall, Léger, Pignon, Taslitzky ou Waroquier. Bernard Lorjou, un artiste communisant aux prédilections expressionnistes, président depuis quelques mois d’un groupe remuant de jeunes peintres de Saint-Germain-des-Prés, rassemblés autour de l’idée popularisée par Taslitzky de l’« homme témoin », fit à cette occasion ses débuts à l’étranger. Des tapisseries de Gromaire et de Lurçat étaient accompagnées d’huiles, de gouaches, d’aquarelles et de céramiques décorées132.

ill. 25. Jan Białostocki, affiche de l’exposition « Les Peintres français modernes et la céramique de Pablo Picasso offerte par l’artiste au musée national de Varsovie », 1948, impression offset sur papier, 87,5 × 62 cm

ill. 25. Jan Białostocki, affiche de l’exposition « Les Peintres français modernes et la céramique de Pablo Picasso offerte par l’artiste au musée national de Varsovie », 1948, impression offset sur papier, 87,5 × 62 cm

photo © Biblioteka Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, Lublin – source

  • 133 L’ouverture de la station de radio de Wrocław le 16 novembre 1947 fut le premier symptôme de l’enfe (...)
  • 134 Lire le chapitre « Na strajku w Łodzi [En grève à Łódź] », dans Padraic Kenney, Budowanie Polski Lu (...)
  • 135 L’Opéra ouvrier amateur de l’Union régionale des syndicats fut créé en 1947. « Inauguracja pierwsze (...)
  • 136 Zaraz po wojnie [Juste après la guerre], éd. par Joanna Kordjak et Agnieszka Szewczyk, cat. exp. Va (...)
  • 137 Simić, 2011 (note 117), p. 172-173.

11Alors que, près de la frontière occidentale, Wrocław ouvrait en grande pompe sa station de radio avec la fébrilité caractéristique d’un événement politique majeur, et se faisait le diffuseur de mots d’ordre pour la paix mondiale en se présentant comme l’avant-poste du communisme, la ville de Łódź, au centre du pays, restait un peu en marge de l’actualité de la Pologne populaire133. En raison de sa proximité avec la capitale détruite, ce centre d’industrie textile était devenu le siège d’une partie des nouvelles institutions de propagande et d’administration, telles l’Agence du rapatriement ou l’École centrale du Parti ouvrier polonais (ppr), dont la Division des expositions historiques engagea Pacanowska-Haltrecht, encore auréolée de ses mérites dans la Résistance. La tradition des luttes de l’entre-deux-guerres et l’éthique prolétarienne préservée dans les tourbillons de l’après-guerre rendaient les habitants sensibles aux pressions totalitaires des autorités étatiques. Les nouvelles usines avaient peu à voir avec les idéaux de la gauche d’une époque révolue, et les autorités considéraient avec dédain les « bonnes femmes » et les « vieilles bigotes », ces ouvrières qui protestaient pour des morceaux de pain sous le mépris des chefs misogynes des fabriques de vêtements134. Wrocław monta le premier opéra ouvrier135 en annonçant « la victoire des larges masses ouvrières sur les préjugés bourgeois », ce qui lui permit de prendre à Łódź la place de capitale de la paupérisation du théâtre. Une affiche célèbre de Roman Szałas proclamait d’ailleurs : « Ouvrier du textile ! À l’Ouest, on a besoin de bras ! » (1946). De son côté, Szymon Bojko placardait ce message : « Szczecin, port polonais, port de tous les peuples slaves » (1948)136. Au moment où la Yougoslavie du « renégat » Josip Broz-Tito était exclue du Kominform pour avoir choisi une voie propre vers le socialisme, cela avait une portée particulière137.

ill. 26. Jan Maksymilian Kasprowicz, Transfert par les autorités soviétiques du port de Szczecin aux autorités polonaises, 1953, aquarelle sur papier, 12 × 24 cm, Szczecin, musée national

ill. 26. Jan Maksymilian Kasprowicz, Transfert par les autorités soviétiques du port de Szczecin aux autorités polonaises, 1953, aquarelle sur papier, 12 × 24 cm, Szczecin, musée national

photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/Sp/1479)

  • 138 Voir note 88.
  • 139 Katarzyna R. Łozowska, « Szara rzeczywistość zjazdu szczecińskiego 1949 r., czyli imprezy towarzysz (...)
  • 140 Tous quitteront la ville au bout de quelques années. C’est Wirpsza qui restera le plus longtemps. E (...)
  • 141 Le Congrès fut précédé par un entretien du membre du Bureau politique du ppr, Jakub Berman, avec la (...)
  • 142 Włodzimierz Sokorski, « Nowa literatura w procesie powstawania (Referat wygłoszony na Zjeździe Zawo (...)
  • 143 Marek Radziwon, Iwaszkiewicz. Pisarz po katastrofie [Iwaszkiewicz. Un écrivain après la catastrophe(...)

12Szczecin, cité « virile », siège de chantiers navals (ill. 26), reçut le titre de « nouvelle terre promise138 », avec pour mission de devenir une nouvelle « fenêtre sur le monde139 ». Le voïévode local, Leonard Borkowicz, protecteur déclaré des écrivains, invita une douzaine de maîtres reconnus pour leur plume, dont Jerzy Andrzejewski, Konstanty Ildefons Gałczyński, Tymoteusz Karpowicz, Witold Wirpsza et Wiktor Woroszylski140. Ceux-ci mirent au point le premier des congrès spécialisés qui, tout au long de l’année 1949, introduisirent la doctrine du réalisme socialiste dans tous les domaines de la culture. C’est en effet aux maîtres des mots que l’on confia, comme en son temps à Moscou, le soin de faire passer la nouvelle méthode. Celle-ci devait faire l’objet de trois jours de débats lors du IVe Congrès de la Société des gens de lettres polonais, qui effectua le 20 janvier le voyage de Łódź jusque dans la salle du Conseil régional de Szczecin141. Pouvait-on davantage souligner le déplacement géographique des efforts de propagande des autorités ? Même si les délégués furent invités à un spectacle au titre malencontreux (Beaucoup de bruit pour rien, de Shakespeare) et même si le discours du vice-ministre de la Culture, Włodzimierz Sokorski, sur « la compréhension de l’action personnelle comme expression consciente des processus de développement de la vie142 » sonna plutôt creux, la suite des événements en Pologne montra le caractère précurseur de ces manifestations organisées sur les bords de l’Oder. C’est là qu’Iwaszkiewicz remit la présidence de l’Union à Leon Kruczkowski, un fils de cordonnier, ancien prisonnier des camps de Poméranie et auteur d’un drame vengeur, Les Allemands143.

13Lorsque Ewa Szelburg-Zarembina exprima son admiration pour les pins de Szczecin, cela fut présenté dans le contexte de la colonisation des Terres recouvrées. Auteure des Légendes de soldats, elle reçut à l’occasion du Congrès des gens de lettres de 1949 la fonction de présidente du « Parlement des gens de lettres », comme l’indique la presse locale en des termes non exempts de stéréotypes sexistes :

  • 144 « Jedna drobna kobieta… Ewa Szelburg-Zarembina juz kocha Szczecin [Un petit bout de femme… Ewa Szel (...)

« Un petit bout de femme au visage arborant le sourire de la reine Néfertiti […] à peine visible derrière le bureau présidentiel, fait d’un mot se lever d’imposants hommes d’État et des maîtres de l’écriture, et les oriente vers la tribune […]. Lorsqu’un de ces messieurs a terminé, retour à sa place ! Au suivant ! Vite fait, bien fait, tout est terminé après le repas, tout est prêt. Seule une femme est capable de tout maîtriser comme celle-ci le fait144. »

  • 145 Voir Agnieszka Mrozik, « “Komuniści (nie) mają ojczyzny…” Wanda Wasilewska jako polska (anty)bohate (...)
  • 146 Antoine Baudin et Leonid Heller, Le Réalisme socialiste soviétique de la période jdanovienne (1947- (...)
  • 147 Voir Małgorzata Fidelis, Kobiety, komunizm i industrializacja w powojennej Polsce [Femmes, communis (...)
  • 148 Jerzy Andrzejewski, « Kobieta-wójt delegatem Pomorza Zachodniego na Kongres Zjednoczeniowy [Une fem (...)
  • 149 La composition du tableau de Taslitzky, La Mort de Danielle Casanova (1949-1950), a pour modèle une (...)

14L’arrivée de Szelburg-Zarembina dans le fauteuil de présidente symbolisa la diffusion éclair d’un modèle différent de celui qui caractérisait le monde du travail d’avant-guerre, et que popularisera pendant la guerre Wanda Wasilewska, soldate de l’Armée rouge, membre du Comité antifasciste panslave145. Ce modèle d’émancipation sera diffusé par le bimensuel illustré Sovietskaïa Jenchtchina, disponible à l’étranger en versions anglaise, française et allemande (Soviet Woman, La Femme soviétique, Sowjetische Frau)146. Il s’agissait d’un modèle de femme active, en chair et en os, aussi réelle que l’art en devenir, qui se présentait en authentique héroïne bénéficiant de la transformation idéologique (ill. 27-28). Un mois avant le congrès à Szczecin du Parti ouvrier unifié de Pologne (pzpr), on en vit une concrétisation dans la création d’une section féminine au Comité central147. C’est lors du congrès du pzpr que Szczecin entendit parler d’une autre Wasilewska, une homonyme qui figurait sur la liste des délégués régionaux du Congrès d’unification du ppr (parti ouvrier) et du pps (parti socialiste)148. Donner de la force aux voix des militantes sociales et politiques répondait au devoir de rendre hommage à des sœurs en esprit, martyres du prolétariat, comme Zula Pacanowska, morte au camp de Chełmno nad Nerem, ou Danielle Casanova, ancienne détenue d’Auschwitz-Birkenau. Taslitzky rendit en son temps hommage à cette dernière avec une monumentale scène « masculine » de déploration martyrologique, intitulée La Mort de Danielle Casanova (1949-1950)149.

ill. 27. Adam Czaplic-Pohorecki, Les Activités d’une femme soviétique, 1948, aquarelle et crayon sur carton, 36 × 25,5 cm, Szczecin, musée national

ill. 27. Adam Czaplic-Pohorecki, Les Activités d’une femme soviétique, 1948, aquarelle et crayon sur carton, 36 × 25,5 cm, Szczecin, musée national

photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/H-0841/1)

ill. 28. Zdzisław Głowacki, Déclaration, 1952, huile sur toile, 130 × 97 cm, Szczecin, musée national

ill. 28. Zdzisław Głowacki, Déclaration, 1952, huile sur toile, 130 × 97 cm, Szczecin, musée national

photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/Sp/200)

  • 150 La presse polonaise avait publié au milieu des années 1930 un appel d’un membre du pcf, futur minis (...)
  • 151 « Odra i Ren – dwie tamy niemieckiej agresji. “Francja docenia znaczenie Ziem Odzyskanych dla Polsk (...)
  • 152 En réalité, comme urbaniste, Zaremba puisait son inspiration dans un plus vaste ensemble de référen (...)

15Dans ces années d’après-guerre, de nombreux rapatriés à qui la langue d’Hugo et de Zola était plus familière que leur langue nationale répondaient à la demande du mouvement antifasciste d’avant-guerre en venant s’installer sur les Terres recouvrées dans la nouvelle situation politique150. L’ancien centre allemand du xixe siècle, qui possédait beaucoup de souvenirs huguenots ou napoléoniens, devint rapidement un objet d’intérêt pour la diplomatie française, qui y établit un consulat, y envoya des enseignants et y soutint la création d’une association d’amitié, la Société polono-française151. Le maire de la ville lui-même, l’urbaniste Piotr Zaremba, en prit la tête. Il créa dans sa commune de grands boulevards qu’il compara volontiers à ceux de la capitale des bords de la Seine152. Quelques années plus tard, Stefan Kisielewski écrira :

  • 153 Stefan Kisielewski, « We Wrocławiu i w Szczecinie. Wrażenia turystyczne [À Wrocław et à Szczecin. I (...)

« Szczecin diffère totalement de Wrocław, et cela se voit dès l’arrivée. Cette différence vient d’immeubles décidément parisiens, et par endroits parisiens-varsoviens. […] De sombres cages d’escalier, des rues aux profils mélancoliques, un hiver parisien venteux, voilà Szczecin. […] Rien à voir avec une ville méridionale et débridée comme Marseille, avec sa vie maritime bruyante et colorée : c’est un port du Nord, sombre, dur, secret et meurtri par la plus terrible guerre de l’histoire153. »

  • 154 L’artiste présenta à l’exposition « L’homme et le travail » un tableau monumental, L’Union, allégor (...)
  • 155 Robineau, fils du secrétaire général des instituts français de Pologne et employé du consulat de Fr (...)

16Dans sa peinture politiquement engagée, Marian Tomaszewski, président de la section locale de l’Union des artistes plasticiens polonais, s’inspirait de Fougeron et de Pignon154. S’inscrivant dans une tendance générale en Pologne, la presse périodique de Szczecin rendait compte presque quotidiennement, au tournant des années 1950 et 1960, du difficile destin des frères communistes dans une France rendue impuissante sous le joug de l’impérialisme. De leur côté, les médias nationaux concentraient leur attention sur Szczecin, où se tenait le procès de l’espion français André Robineau155.

  • 156 Lottman, 1997 (note 24), p. 404-406, 413.
  • 157 « Akt zbrodniczej prowokacji. L’Humanité o zamachu na ambasadę polską w Paryżu [Un acte de provocat (...)
  • 158 C’était dans ce port que devaient accoster les navires américains transportant des armes destinées (...)
  • 159 « Cała Francja manifestowała na rzecz pokoju i przyjaźni między narodami [Toute la France manifeste (...)

17À l’hiver 1950, on citait dans la presse les titres de publications reprises par le pcf, le quotidien modéré Ce Soir et le quotidien plus radical L’Humanité, l’hebdomadaire Les Lettres françaises et le mensuel Europe, qui accordèrent une place spéciale à l’attentat commis contre l’ambassade de Pologne à Paris156, conséquence de « la politique de trahison qui a fait de la France une colonie américaine et la base principale des fauteurs de guerre157 ». Un mois plus tard, les esprits des rédacteurs furent occupés par les grèves dans les ports ; la première avait été celle de Saint-Nazaire, qui venait d’être choisi comme plate-forme de débarquement des navires de guerre158. Une vague de manifestations fut lancée le 12 février 1950 avec une foule de cent mille personnes qui, Thorez et Aragon en tête, marchèrent dans les rues de Paris. Des banderoles condamnaient le plan Marshall, le réarmement et la discrimination raciale, et exprimaient la solidarité avec les mouvements de libération des colonies d’Extrême-Orient : la Birmanie, l’Inde, l’Indochine, l’Indonésie, les Philippines et la Corée (ill. 29-30). Les enfants criaient des slogans : « Nous voulons la paix, nous voulons des écoles, pas des canons ! » Des immigrés en tenues folkloriques de Cracovie et de Lowiec chantaient l’amitié entre la Pologne et la France, tandis que d’autres exigeaient la reconnaissance de la « frontière de la paix » sur l’Oder et la Neisse159.

ill. 29. Tomasz Gleb, Ne touchez pas à la Corée !, 1950, affiche, rotogravure sur papier, 110 × 75,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski

ill. 29. Tomasz Gleb, Ne touchez pas à la Corée !, 1950, affiche, rotogravure sur papier, 110 × 75,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski

photo © Muzeum Zamoyskich w Kozłówce (inv. MPK/SW/2086)

ill. 30. Tadeusz Kulisiewicz, Manifestation pacifique de femmes coréennes, 1950, encre sur papier, 24,5 × 27,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski

ill. 30. Tadeusz Kulisiewicz, Manifestation pacifique de femmes coréennes, 1950, encre sur papier, 24,5 × 27,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski

photo © Muzeum Zamoyskich w Kozłówce (inv. MPK/SW/309)

  • 160 « Robotnicy francuscy wrzucili przeznaczony dla Jugosławii ładunek broni do morza. Burzliwe zajścia (...)

18Tandis que « les dockers du port de Saint-Nazaire refusaient à nouveau de charger sur le bateau anglais Empire Marshall du matériel militaire destiné à l’Indochine160 », un nouveau conflit éclata à Nice. Des milliers d’ouvriers s’opposèrent à un transfert de V2 supposés destinés à la Yougoslavie de Tito, transfert perçu comme un signe de soutien capitaliste :

  • 161 Ibid., p. 1. Les Cahiers du communisme (no 3, 1950) reprirent l’information sur la destination des (...)

« Mardi matin, des caisses d’armements ont été transférées en camions dans le port sous une forte escorte militaire. Le port a été encerclé par des centaines de policiers. Les dockers ont aussitôt interrompu le travail, de même que les ouvriers des usines Michel, les cheminots de la gare de Nice-Saint-Roch, et les conducteurs de tramways. Aux cris de “Nous voulons la paix”, les travailleurs se sont rendus sur le port en répondant avec des pierres aux matraques et aux gaz lacrymogènes utilisés par la police. Après avoir jeté les caisses à la mer et obligé la police à faire marche arrière, les travailleurs français sont retournés dans le calme en cortège par les rues de Nice à leurs occupations161. »

  • 162 « Przeciwko zbrodniczym planom Wall Street [Contre les plans criminels de Wall Street. Le mouvement (...)

19Le conflit dura encore de longues journées à Nice. Lors d’une manifestation de neuf mille personnes devant l’ambassade américaine, la police fit trois blessés. Trois mille agents bloquèrent le port, où des élus communistes protestaient contre l’utilisation des installations à des fins militaires. Des meetings antimilitaristes furent organisés dans d’autres ports – Brest, La Rochelle, Bordeaux, Sète, Marseille ou Oran –, et les habitants de Szczecin furent tenus au courant de tous ces événements et de leurs développements162.

Notes de fin

112 Le contraste entre les modalités de reconstruction des deux villes a fait l’objet de nombreuses simplifications. En réalité, le nouveau Saint-Malo n’a pas retrouvé les formes de la ville d’avant 1939, et la version constructiviste d’Auguste Perret de la reconstruction du Havre comporta beaucoup d’éléments conservateurs, ce qui la rendit attractive même aux yeux d’architectes partisans de la méthode réaliste socialiste. Joe Nasr, « La réalité de la “perception”. Changements morphologiques dans deux villes reconstruites (Saint-Malo et Le Havre) », dans Villes et guerres mondiales en Europe au xxe siècle, sous la dir. de Rainer Hudemann et François Walter, Strasbourg, 2008, p. 177-191. Voir Marek Czapelski, Architektura polskiego socrealizmu w Zachęcie [L’Architecture réaliste socialiste en Pologne à la galerie Zachęta], Varsovie, 2016, p. 32.

113 Voir Błażej Brzostek, Paryże Innej Europy [Les Paris de l’autre Europe], Varsovie, 2015, p. 13-41. Le travail de reconstruction de la Vieille Ville de Varsovie comme défi de conservation architecturale et d’urbanisme fut inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco (http://whc.unesco.org/en/list/30). La symbolique de la capitale polonaise anéantie fut développée dans une exposition, « Varsovie accuse », présentée à Tokyo, Moscou, Londres, Paris, New York, Budapest, Prague et Berlin. Voir « Varsovie accuse », Les Lettres françaises, no 251, 17 mars 1949, p. 1. Un hommage artistique devait être rendu aux ruines de Varsovie par Ossip Zadkine avec son monument La Ville détruite (1947-1951), mais celui-ci fut finalement installé à Rotterdam. L’information a circulé en Pologne, mais elle n’a pas pu être confirmée de source française. Voir Adam Kotula et Piotr Krakowski, Rzeźba współczesna [La Sculpture moderne], Varsovie, 1985, p. 132 ; Sylvain Lecombre, Ossip Zadkine. L’œuvre sculpté, Paris, 1994, p. 457-460.

114 « Oświadczenie Premiera J. Cyrankiewicza [Déclaration du Premier ministre J. Cyrankiewicz] », Rzeczpospolita i Dziennik Gospodarczy, no 187, 11 juillet 1947, p. 1.

115 Michał Jerzy Zacharias, « Powołanie Kominformu w 1947 r. Przyczyny, przebieg, skutki [La création du Kominform en 1947. Causes, réalisations, effets] », Studia z Dziejów Rosji i Europy Środkowo-Wschodniej, vol. 31, 1996, p. 107.

116 On appelle « Terres recouvrées » les territoires à l’ouest de la Pologne intégrés après la fin de la guerre. « Pracą odpowiemy na plany odbudowy Niemiec. Ziemia i domy na własność na Z.O. Przemówienie wicepremiera Gomułki w Szczecinie [Nous répondrons par le travail aux projets de reconstruction de l’Allemagne. Terre et maisons des territoires recouvrés. Discours du vice-Premier ministre Gomułka à Szczecin] », Rzeczpospolita i Dziennik Gospodarczy, no 247, 9 septembre 1947, p. 1.

117 Władysław Gomułka, « Polska Partia Robotnicza w walce o utrwalenie demokracji ludowej. Referat informacyjny wygłoszony na Naradzie dziewięciu partii [Le Parti ouvrier polonais dans la lutte pour l’affermissement de la démocratie populaire. Texte d’information lu lors de la conférence d’information des neuf partis] », dans Narada Informacyjna dziewięciu partii, Varsovie, 1947, p. 51-52, cité par Zacharias, 1996 (note 115), p. 106. Voir également Pero Simić, Tito. Zagadka stulecia [Tito, l’énigme du siècle], Wrocław, 2011, p. 161-162.

118 Le Temps des terroristes, 1945 (note 111). Le terme de maquisard désigne à l’origine les résistants luttant dans le maquis corse. Voir, par exemple, « Komuniści algerscy popierają gen. Giraud [Les communistes algériens soutiennent le général Giraud] », Orzeł Biały. Polska walcząca na ziemi włoskiej [L’Aigle blanc. Les Polonais combattant sur la terre italienne], no 14, 28 mai 1944, p. 10. Les Allemands qualifiaient de « terroristes » les opposants, manifestants ou résistants au régime de Vichy. Voir Steve Weiss, « France: Anti-German Resistance, 1940-1945 », dans World Terrorism. An Encyclopedia of Political Violence from Ancient Times to the Post-9/11 Era, vol. 1, éd. par James Ciment, Londres/New York, p. 75-76.

119 Boris Taslitzky, Cent onze dessins faits à Buchenwald, Paris, 1946.

120 Wilson, 2013 (note 18), p. 104-105.

121 Katarzyna Murawska-Muthesius, « Paris from Behind the Iron Curtain », dans Paris. Capital of the Arts 1900-1968, éd. par Ann Dumas et Sarah Wilson, cat. exp. Londres, 2002, p. 253-254 ; Zychowicz, 2014 (note 9), p. 63. L’« Exposition de peinture française moderne » fut ouverte du 6 au 17 juin 1946 au musée national de Varsovie, où elle fut complétée par une « Exposition du dessin français moderne » (10 mai-17 juin 1946). Elle fut transférée le 23 juin au Palais des arts de Cracovie, où elle suscita l’admiration des jeunes artistes rassemblés dans le Groupe de Cracovie, mais souleva moins d’émotion au musée de Grande-Pologne de Poznań, à partir du 4 août. Le concept d’art engagé en matière de littérature fut employé expressis verbis pour la première fois dans un article de la nouvelle revue de Jean-Paul Sartre, « Présentation », Les Temps modernes, 1945, no 1, p. 1-21. L’auteur développera ce concept dans un ouvrage, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, 1948 (qui sera publié vingt ans plus tard en édition polonaise : Czym jest literatura ? Wybór szkiców krytycznoliterackich [Choix d’essais de critique littéraire], trad. Janusz Lalewicz, Varsovie, 1968), qui servira de référence à d’autres penseurs français, tels Roland Barthes, Jacques Rancière ou Alain Badiou. Voir Paweł Mościcki, « Zaangażowanie i autonomia teatru [Engagement et autonomie du théâtre] », Dialog, no 12, 2007 (www.e-teatr.pl/pl/artykuly/51039,druk.html).

122 Helena Blumówna, « Malarstwo i rysunki francuskie [Peinture et dessins français] », Tygodnik Powszechny, no 70, 21 juillet 1946, p. 5. Le musée de la Fresque était un nouveau département du musée des Monuments français dont l’ouverture avait été préparée pendant l’Occupation avant d’être effectuée le 14 juillet 1945. Voir Paul Deschamps, « Le Département de la peinture murale au musée des Monuments français », Journal des savants, no 1, vol. 2, 1945, p. 83-90.

123 Lottman, 1997 (note 24), p. 402.

124 Ibid., p. 406 ; Sarah Wilson, « “Délit de témoignage” : André Fougeron à travers un siècle », dans André Fougeron. 1913-1998. Voilà qui fait problème vrai, éd. par Bruno Gaudichon, cat. exp. Roubaix, 2014, p. 34 ; Jeannine Verdès-Leroux, « L’art de parti. Le Parti communiste français et ses peintres 1947/1954 », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 28, juin 1979 : « Les fonctions de l’art », p. 37. Promis à la succession de Fougeron, Singer devint le « bénéficiaire » du caractère changeant d’Aragon après la rupture entre le poète et le premier peintre du pcf. Entretien de l’auteur avec Claudette Singer, mars 2016 ; Bernard Ceysson, « Le peintre engagé », dans Ceysson/Daval/Abadie, 1995 (note 107), p. 24, 26.

125 Renato Guttuso, « Le devoir des intellectuels », Les Lettres françaises, 17 février 1949, p. 4. Voir Katarzyna Murawska-Muthesius, « Remapping Socialist Realism. Renato Guttuso in Poland », dans Art Beyond Borders. Artistic Exchange in Communist Europe (1945-1989), éd. par Jérôme Bazin, Pascal Dubourg Glatigny et Piotr Piotrowski, Budapest, 2016, p. 139-150.

126 L’association de l’Amitié franco-polonaise, créée dans le cadre de la Résistance pendant l’Occupation, apporta un soutien à l’organisation du congrès. Elle avait pour président Frédéric Joliot-Curie. Mieczysław Bibrowski, « Picasso i Kongres [Picasso et le Congrès] », dans Picasso w Polsce [Picasso en Pologne], éd. par Mieczysław Bibrowski, Cracovie, 1979, p. 27. Voir Stosunki polsko-francuskie 1944-1980 [Les Relations polono-françaises 1944-1980], éd. par Dariusz Jarosz et Maria Pasztor, Varsovie, 2008, p. 11-47.

127 Jarosław Iwaszkiewicz (1894-1980), poète, romancier, dramaturge, essayiste, est un des écrivains polonais les plus importants du xxe siècle. Ses relations dans la bohème de Varsovie et ses prises de position personnelles lui ont valu une place de premier plan dans le monde des arts plastiques. Sa collaboration avec des revues littéraires et avec des théâtres, ses fonctions de secrétaire de l’Association artistique Zachęta et de responsable de la politique culturelle du ministère des Affaires étrangères ont fait d’Iwaszkiewicz, par ailleurs marié dans une influente famille bourgeoise de la capitale, un personnage clé de la vie intellectuelle de son pays. En 1939, il est élu vice-président de l’Union des écrivains. Il préside cette organisation dans les années 1945-1946, 1947-1949 et 1959-1980 (il est rétrogradé pour la forme au rang de vice-président dans la période du stalinisme 1949-1956). De 1952 jusqu’à la fin de sa vie, il est sept fois élu député au Sejm de la République populaire de Pologne. Son travail de traducteur lui permet de familiariser le lecteur polonais avec des ouvrages des littératures russe, anglaise, danoise, et surtout française (il traduit des textes de Paul Claudel, André Gide, Jean Giraudoux et Arthur Rimbaud). Les activités artistiques et politiques d’Iwaszkiewicz ont toujours passionné les chercheurs, et son œuvre comme sa vie personnelle font l’objet d’analyses inspirées par les courants de la critique contemporaine.

128 Discours de Maurice Bedel, Akta Kongresów Pokoju. Światowy Kongres Intelektualistów [Actes des Congrès de la Paix. Congrès mondial des intellectuels], Archiwum Akt Nowych w Warszawie [Archives des nouveaux dossiers de Varsovie], cote 157/5, p. 7-9, cité par Eryk Krasucki, Międzynarodowy komunista. Jerzy Borejsza : biografia polityczna [Un communiste international, Jerzy Borejsza : biographie politique], Varsovie, 2009 ; avec des informations exhaustives sur le congrès (p. 157-171).

129 Voir « Plus grand peintre aujourd’hui vivant, Picasso a apporté son adhésion au Parti de la Renaissance française », L’Humanité, no 43, 5 octobre 1944, p. 1. Le Corbusier fit également partie du comité d’honneur du congrès. Krasucki, 2009 (note 128), p. 161.

130 Zbigniew Florczak, « Sprawy sztuki w Polsce [Questions de la culture en Pologne] », Kultura, no 4-5, 1949, repris dans Nowocześni a socrealizm [Modernes et réalisme socialiste], éd. par Marek Świca et Józef Chrobak, cat. exp. Cracovie, 2000, p. 18.

131 Sur les liens de Picasso avec la Pologne et les démocraties populaires, voir Piotr Bernatowicz, « Picasso w Polsce zaraz po wojnie [Picasso en Pologne au lendemain de la guerre] », Artium Quaestiones, vol. 11, 2011, p. 156-218 ; id., Picasso za żelazną kurtyną. Recepcja artysty i jego sztuki w krajach Europy Środkowo-Wschodniej w latach 1945-1970 [Picasso derrière le rideau de fer. La réception de l’artiste et de son art dans les pays d’Europe centrale et orientale dans les années 1945-1970], Cracovie, 2006.

132 Współcześni malarze francuscy oraz ceramika Pablo Picasso ofiarowana przez autora Muzeum Narodowemu w Warszawie [Les Peintres français modernes et la céramique de Pablo Picasso offerte par l’artiste au musée national de Varsovie], cat. exp. Varsovie, 1948. L’exposition à Wrocław eut lieu dans l’amphithéâtre de l’université du 25 août au 15 septembre 1948, et celle de Varsovie au musée national du 18 novembre au 23 décembre 1948. Plus de trois mille livres français en lien avec l’événement furent également présentés.

133 L’ouverture de la station de radio de Wrocław le 16 novembre 1947 fut le premier symptôme de l’enfermement de la culture polonaise dans l’idéologie stalinienne. Le président de la République parla alors du besoin de lier la création à la société en y appliquant des méthodes de planification. Voir Bolesław Bierut, O upowszechnieniu kultury. Przemówienie prezydenta Rzeczypospolitej Bolesława Bieruta na otwarciu radiostacji we Wrocławiu [De la diffusion de la culture. Discours du président de la République Bolesław Bierut lors de l’inauguration de la station de radio de Wrocław], Varsovie, 1948.

134 Lire le chapitre « Na strajku w Łodzi [En grève à Łódź] », dans Padraic Kenney, Budowanie Polski Ludowej. Robotnicy a komuniści 1945-1950 [La Construction de la Pologne populaire. Ouvriers et communistes 1945-1950], trad. Anna Dzierzgowska, Varsovie, 2015, p. 93-156.

135 L’Opéra ouvrier amateur de l’Union régionale des syndicats fut créé en 1947. « Inauguracja pierwszej w Polsce opery robotniczej [L’inauguration du premier opéra ouvrier en Pologne] », Kurier Szczeciński, no 344, 14 décembre 1948, p. 6. Voir Marek Ordyłowski, Życie codzienne we Wrocławiu 1945-1948 [La Vie quotidienne à Wrocław 1945-1948], Wrocław/Varsovie/Cracovie/Gdańsk, 1991, p. 178.

136 Zaraz po wojnie [Juste après la guerre], éd. par Joanna Kordjak et Agnieszka Szewczyk, cat. exp. Varsovie, 2015, p. 296.

137 Simić, 2011 (note 117), p. 172-173.

138 Voir note 88.

139 Katarzyna R. Łozowska, « Szara rzeczywistość zjazdu szczecińskiego 1949 r., czyli imprezy towarzyszące [La grise réalité du congrès de Szczecin 1949, les manifestations annexes] », dans Wokół zjazdu szczecińskiego 1949 r. [Autour du congrès de Szczecin], éd. par Paweł Knap, Szczecin, 2011, p. 21. Une forte prédominance masculine caractérise les Terres recouvrées, mais un sommet a été atteint à Szczecin en raison des besoins de main-d’œuvre dans les « métiers masculins » des installations portuaires, du transport maritime et de la pêche. Voir Sylwester Kaczkowski, Osadnictwo polskie w Szczecinie 1945-1950 [La Colonisation polonaise à Szczecin], Poznań, 1963, p. 53.

140 Tous quitteront la ville au bout de quelques années. C’est Wirpsza qui restera le plus longtemps. En 1953, Nina Rydzewska, écrivaine interdite avant la guerre et qui accéda à la présidence de la section locale de l’Union des gens de lettres, reprendra la maison d’Andrzejewski. Informations détaillées dans Literatura na Pomorzu Zachodnim do końca xx wieku. Przewodnik encyklopedyczny [La Littérature en Poméranie occidentale jusqu’à la fin du xxe siècle. Guide encyclopédique], éd. par Erazm Kuźma et Inga Iwasiów, Szczecin, 2003. Le séjour de deux des plasticiens les plus originaux de la période des pionniers, Marian Tomaszewski et Kazimierz Podsadecki, fut aussi bref. Voir Szymon Piotr Kubiak, « Organizmy pionierskie. Na marginesie wystawy prezentowanej w Muzeum Narodowym w Szczecinie [Les organismes de pionniers. En marge de l’exposition présentée au musée national de Szczecin] », Szczeciner, no 6, 2015, p. 78-84.

141 Le Congrès fut précédé par un entretien du membre du Bureau politique du ppr, Jakub Berman, avec la rédaction de Kuźnica [La Forge], principal hebdomadaire littéraire de la ligne idéologique marxiste. Łozowska, 2011 (note 139), p. 22.

142 Włodzimierz Sokorski, « Nowa literatura w procesie powstawania (Referat wygłoszony na Zjeździe Zawodowego Związku Literatów) [La nouvelle littérature dans le processus de reconstruction] », Odrodzenie, no 5, 1949, cité d’après Danuta Dąbrowska, « Zjazd szczeciński 1949 r. w dokumentach osobistych pisarzy [Le congrès de Szczecin de 1949 dans les documents personnels des écrivains] », dans Wokół zjazdu szczecińskiego 1949 r., 2011 (note 139), p. 35.

143 Marek Radziwon, Iwaszkiewicz. Pisarz po katastrofie [Iwaszkiewicz. Un écrivain après la catastrophe], Varsovie, 2010, p. 271-278.

144 « Jedna drobna kobieta… Ewa Szelburg-Zarembina juz kocha Szczecin [Un petit bout de femme… Ewa Szelburg-Zarembina aime déjà Szczecin] », Kurier Szczeciński, no 22, 23 janvier 1949, p. 3. Voir Robert Cieślak, « Recepcja zjazdu szczecińskiego 1949 r. w lokalnej prasie codziennej [La réception du congrès de Szczecin de 1949 dans la presse quotidienne] », dans Wokół zjazdu szczecińskiego 1949 r., 2011 (note 139), p. 69.

145 Voir Agnieszka Mrozik, « “Komuniści (nie) mają ojczyzny…” Wanda Wasilewska jako polska (anty)bohaterka narodowa [“Les communistes (n’)ont (pas) de patrie…” Wanda Wasilewska comme (anti-)héroïne nationale] », Studia Litteraria Historica, no 2, 2013, p. 528-554.

146 Antoine Baudin et Leonid Heller, Le Réalisme socialiste soviétique de la période jdanovienne (1947-1953), vol. 2 : Usages à l’intérieur, image à exporter, Berne/New York/Paris, 1998, p. 329-338.

147 Voir Małgorzata Fidelis, Kobiety, komunizm i industrializacja w powojennej Polsce [Femmes, communisme et industrialisation dans la Pologne d’après-guerre], trad. Maria Jaszczurowska, Varsovie, 2015, p. 77.

148 Jerzy Andrzejewski, « Kobieta-wójt delegatem Pomorza Zachodniego na Kongres Zjednoczeniowy [Une femme élue déléguée de Poméranie occidentale au Congrès de l’unification] », Kurier Szczeciński, no 343, 13 décembre 1948, p. 3. Voir aussi Włodzimierz Sokorski, « Świat sztuki wobec Kongresu Zjednoczonej Partii [Le monde de l’art devant le congrès du Parti unifié] », Kurier Szczeciński, no 345, 15 décembre 1948, p. 4.

149 La composition du tableau de Taslitzky, La Mort de Danielle Casanova (1949-1950), a pour modèle une peinture de Francisco de Zurbarán, L’Exposition du corps de saint Bonaventure (1629), qui se trouve au Louvre. Taslitzky avait déjà réalisé une copie de cette œuvre baroque en 1938. Wilson, 2013 (note 18), p. 109-110. Voir le chapitre « Le Paris communiste des femmes », dans Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Seyssel, 1991, p. 106-109.

150 La presse polonaise avait publié au milieu des années 1930 un appel d’un membre du pcf, futur ministre des Affaires étrangères de la Pologne populaire : « Notre mot d’ordre est dans la lutte commune des travailleurs français et polonais sous le signe de l’internationalisme prolétarien […]. Le rapatriement ouvrier de France peut et doit prendre une place importante dans le mouvement révolutionnaire antifasciste en Pologne. » Z. Kozłowski [Zygmunt Modzelewski], « Polska emigracja robotnicza we Francji i reemigracja [L’émigration ouvrière polonaise en France et le rapatriement] », Nowy Przegląd, no 6, 1935, p. 621-622. À partir de juin 1945, cent quarante-cinq rapatriés sont revenus de France à Szczecin. C’est un tiers du nombre de ceux qui sont rentrés d’urss et d’Allemagne. Kaczkowski, 1963 (note 139), p. 44-45.

151 « Odra i Ren – dwie tamy niemieckiej agresji. “Francja docenia znaczenie Ziem Odzyskanych dla Polski”, mówi ambasador Republiki Francuskiej [L’Oder et le Rhin – deux barrages contre l’agression allemande. “La France comprend l’importance des Terres recouvrées”, dit l’ambassadeur de la République française] », Kurier Szczeciński, no 124, 5 juin 1946, p. 1. La séance inaugurale de l’association eut lieu à Szczecin le 8 mars 1946. La romaniste et photographe Krystyna Łyczywek en prit le secrétariat pour de longues années, et ses archives en constituent une chronique historique. Stosunki polsko-francuskie 1944-1980, 2008 (note 126), p. 33. Sur le passé français de Szczecin, voir Radosław Skrycki, « Z okresu wojny i pokoju. miejsca “Francuskie” w Szczecinie z xviii i xix wieku [Temps de guerre et de paix. Les lieux “français” à Szczecin aux xviiie et xixe siècles] », dans Szczecin i jego miejsca [Szczecin et ses environs], éd. par Katarzyna Rembacka, Szczecin, 2011, p. 92-106. La reconstruction de la ville au xixe siècle fut réalisée à partir de concepts urbanistiques universels, et le modèle parisien servit principalement de slogan de référence : Bogdana Kozińska, Rozwój przestrzenny Szczecina od początku xix wieku do II wojny światowej [Le Développement spatial de Szczecin du début du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale], Szczecin, 2015, p. 186-187.

152 En réalité, comme urbaniste, Zaremba puisait son inspiration dans un plus vaste ensemble de références et d’expériences, et ses modèles parisiens déclarés remplissaient depuis longtemps une fonction d’alternative antiallemande supposée plus proche du caractère national polonais. Pour aller plus loin sur ce sujet : Szymon Piotr Kubiak, « …względnie w innym porcie… Młodzieńcze inspiracje Piotra Zaremby […dans un autre port… Les inspirations de jeunesse de Piotr Zaremba] », Autobiografia. Literatura. Kultura. Media, no 2, 2014, p. 177-191.

153 Stefan Kisielewski, « We Wrocławiu i w Szczecinie. Wrażenia turystyczne [À Wrocław et à Szczecin. Impressions touristiques] », dans id., Materii pomieszanie [Mélanges], Varsovie, 2014, p. 168, 173. Voir aussi Zofia Fafius, « Stary Szczecin (Wystawa w Muzeum Pomorza Zachodniego) [Le vieux Szczecin (Exposition au musée de Poméranie occidentale)] », Życie i Kultura. Dodatek Tygodniowy Głosu Szczecińskiego [Vie et Culture. Supplément hebdomadaire de La Voix de Szczecin], no 46, 18 décembre 1954, p. 2.

154 L’artiste présenta à l’exposition « L’homme et le travail » un tableau monumental, L’Union, allégorie de la création du Parti ouvrier unifié. L’exposition s’est tenue au musée de Poméranie occidentale du 29 mai au 19 juin 1949. Voir Człowiek i praca [L’Homme et le travail], cat. exp. Szczecin, 1949 ; C.Z., « Człowiek pracy w malarstwie i rzeźbie. Z wystawy prac członków Związku Polskich Artystów Plastyków w Szczecinie [L’homme et le travail dans la peinture et la sculpture. Exposition d’œuvres des membres de l’Union des artistes plasticiens polonais de Szczecin] », Głos Szczeciński, no 64, 4 juin 1949, p. 5.

155 Robineau, fils du secrétaire général des instituts français de Pologne et employé du consulat de France à Szczecin, fut arrêté le 18 novembre 1949 sous une accusation d’espionnage. Son procès eut lieu du 6 au 14 février 1950 devant le tribunal militaire de la région de Szczecin, et il fut condamné à douze ans de prison (il fut libéré en décembre 1954) et à la confiscation de ses biens. C’est l’affaire Robineau qui eut le plus grand retentissement parmi celles qui concernèrent des étrangers dans la Pologne de l’époque stalinienne. Voir Stosunki polsko-francuskie 1944-1980, 2008 (note 126), p. 76-77 ; Radosław Ptaszyński, « Byłam żoną André Robineau [J’étais l’épouse d’André Robineau] », dans Szczecin z oddali [Szczecin vu de loin], éd. par Katarzyna Rembacka, Szczecin, 2014, p. 177-188.

156 Lottman, 1997 (note 24), p. 404-406, 413.

157 « Akt zbrodniczej prowokacji. L’Humanité o zamachu na ambasadę polską w Paryżu [Un acte de provocation criminelle. L’Humanité à propos de l’attentat contre l’ambassade de Pologne à Paris] », Kurier Szczeciński, no 1, 1er janvier 1950, p. 2.

158 C’était dans ce port que devaient accoster les navires américains transportant des armes destinées aux pays d’Europe occidentale. Les actions de protestation débutèrent le 17 décembre 1949. Jacques Rousseau, « Après les 18 de Roanne, les 12 de Saint-Brieuc…, les 9 de Nantes », L’Institut d’histoire sociale cgt de Loire-Atlantique, no 12, février 2014, p. 11.

159 « Cała Francja manifestowała na rzecz pokoju i przyjaźni między narodami [Toute la France manifeste pour la paix et l’amitié entre les peuples] », Głos Szczeciński, no 45, 14 février 1950, p. 1. La manifestation fut organisée à l’occasion de l’anniversaire de la crise du 6 février 1934 qui avait conduit à la démission du gouvernement de gauche. Les journées d’affrontements de rue avaient été les événements les plus sanglants depuis la Commune de Paris. Voir Jean-Claude Lahaxe, Les Communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954, Aix-en-Provence, 2006, p. 103-186.

160 « Robotnicy francuscy wrzucili przeznaczony dla Jugosławii ładunek broni do morza. Burzliwe zajścia w porcie nicejskim [Les travailleurs français jettent à la mer un chargement d’armes destinées à la Yougoslavie. Violents affrontements dans le port de Nice] », Głos Szczeciński, 16 février 1950, p. 1.

161 Ibid., p. 1. Les Cahiers du communisme (no 3, 1950) reprirent l’information sur la destination des armes à la Yougoslavie de Tito qui s’opposait à Staline, d’après Tangui Perron, « Légende noire et icônes rouges (ou l’image des dockers au cœur de la guerre froide) », dans Dockers de la Méditerranée à la mer du Nord, éd. par Jean Domenichino, Jean-Marie Guillon et Robert Mencherini, Aix-en-Provence, 1999, p. 204.

162 « Przeciwko zbrodniczym planom Wall Street [Contre les plans criminels de Wall Street. Le mouvement de grève prend de l’ampleur en France] », Kurier Szczeciński, no 49, 18 février 1950, p. 2 ; « Wojsko i policja w portach francuskich. Dokerzy odmawiają ładowania broni na statki [L’armée et la police dans les ports français. Les dockers refusent de charger des armes] », Kurier Szczeciński, no 53, 22 février 1950, p. 1 ; « Robotnicy francuskich portów odmawiają załadowania broni na statki [Les travailleurs français refusent de charger des armes] », Kurier Szczeciński, no 57, 26 février 1950, p. 1.

Table des illustrations

Titre ill. 19. Stanisław Jeziorański, Nous reconstruirons Varsovie, projet pour une affiche, 1948, tempera sur carton, 100 × 70 cm, Szczecin, musée national
Crédits photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/H-745/4)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre ill. 20. Gérard Singer, Fusils et Maquisards, carnet de croquis, 1943-1945, craie grasse, crayon et encre de Chine sur papier, 20 × 13 cm
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre ill. 21. Gérard Singer, Raid et Prisonniers de guerre, carnet de croquis, 1943-1945, crayon sur papier, 23 × 31 cm
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : archives Claudette Singer, galerie Mercier & Associés, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre ill. 22. Couverture du livre Le Temps des terroristes, Paris, 1945
Crédits photo © Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre ill. 23. Gérard Singer, Le Défilé de la victoire, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre ill. 23bis. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre ill. 23ter. Gérard Singer, illustration du livre Le Temps des terroristes, 1945
Crédits © Gérard Singer / ADAGP, Paris 2019, photo : Bibliothèque nationale de France (cote 4-LB58-421)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre ill. 24. Tadeusz Trepkowski, affiche du « Congrès mondial des intellectuels pour la paix », 1948, impression offset sur papier, 100 × 70,5 cm, Wilanow, musée de l’Affiche
Crédits photo © Muzeum Plakatu w Wilanowie (inv. Pl. 3614/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre ill. 25. Jan Białostocki, affiche de l’exposition « Les Peintres français modernes et la céramique de Pablo Picasso offerte par l’artiste au musée national de Varsovie », 1948, impression offset sur papier, 87,5 × 62 cm
Crédits photo © Biblioteka Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, Lublin – source
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre ill. 26. Jan Maksymilian Kasprowicz, Transfert par les autorités soviétiques du port de Szczecin aux autorités polonaises, 1953, aquarelle sur papier, 12 × 24 cm, Szczecin, musée national
Crédits photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/Sp/1479)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre ill. 27. Adam Czaplic-Pohorecki, Les Activités d’une femme soviétique, 1948, aquarelle et crayon sur carton, 36 × 25,5 cm, Szczecin, musée national
Crédits photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/H-0841/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre ill. 28. Zdzisław Głowacki, Déclaration, 1952, huile sur toile, 130 × 97 cm, Szczecin, musée national
Crédits photo © Muzeum Narodowe w Szczecinie (inv. MNS/Sp/200)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre ill. 29. Tomasz Gleb, Ne touchez pas à la Corée !, 1950, affiche, rotogravure sur papier, 110 × 75,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski
Crédits photo © Muzeum Zamoyskich w Kozłówce (inv. MPK/SW/2086)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre ill. 30. Tadeusz Kulisiewicz, Manifestation pacifique de femmes coréennes, 1950, encre sur papier, 24,5 × 27,5 cm, Kozłówka, musée Zamoyski
Crédits photo © Muzeum Zamoyskich w Kozłówce (inv. MPK/SW/309)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/17113/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 816k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search