Version classiqueVersion mobile

La réalité en partage

 | 
Mathilde Arnoux

Avant-propos

Texte intégral

1Ce texte met en perspective les réflexions méthodologiques qui ont animé le projet « À chacun son réel. La notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA, Pologne, entre 1960 et 1989 » pendant six ans. Financé par une ERC Starting Grant, ce projet a rassemblé des doctorants en histoire de l’art et des postdoctorants en philosophie qui ont conduit des recherches sur les relations artistiques entre l’est et l’ouest de l’Europe pendant la guerre froide, en s’intéressant particulièrement à quatre pays : la France, la RFA, la RDA et la Pologne.

2Dans le contexte de la guerre froide, cette aire géographique a permis d’envisager une importante diversité d’attitudes envers les superpuissances qu’étaient les États-Unis et l’URSS. En France, l’importance du parti communiste a été à l’origine de relations singulières avec l’URSS et a également nourri une crainte à l’égard du régime soviétique. Le pays ne s’est cependant pas aligné sur les positions des États-Unis, affirmant sans cesse son autonomie. L’Allemagne, divisée en deux États en 1949, est apparue comme l’incarnation sur le territoire européen de la concurrence entre modèles socio-politico-économiques distincts à laquelle se livraient les deux superpuissances qui orchestraient la guerre froide. La RFA occupée en partie par les États-Unis en faisait rayonner le modèle, tandis que la RDA apparaissait comme l’un des plus fidèles vassaux de Moscou. La Pologne a renvoyé une autre image des liens aux deux blocs. Pays satellite de l’URSS, elle n’a cessé après la mort de Staline d’affirmer une interprétation singulière des lignes du parti prescrites par Moscou. Après une relative ouverture engagée dès le milieu des années 1950, l’état de guerre au début des années 1980 a enfermé le pays.

3Ces quatre pays nous ont également permis d’observer des échanges très déséquilibrés en Europe. Si les regards portés depuis la France sur l’art en RFA et depuis la RFA sur l’art en France ont été nombreux, ceux portés par les pays de l’Ouest sur les pays de l’Est ou entre pays de l’Est l’ont été bien moins. La Pologne apparaissait très libérale aux ressortissants de RDA, qui savaient pouvoir y acheter des disques et des ouvrages censurés chez eux. Cependant, les regards sur les pratiques artistiques étaient moins croisés entre la Pologne et la RDA que tournés vers d’autres pays socialistes ou vers les scènes artistiques des pays de l’Ouest.

4Au début du projet en 2011, le questionnement des relations artistiques entre l’Est et l’Ouest en Europe pendant la guerre froide par les recherches en histoire de l’art était exceptionnel. Les exemples auxquels prêter attention et la conceptualisation même des relations qui pouvaient lier les deux espaces n’étaient pas développés comme il l’a été depuis. Afin de pouvoir apprécier des exemples de relations, les études ont été concentrées sur la période qui, après la déstalinisation, entre la construction du mur en 1961 et sa chute en 1989, a été caractérisée par un relatif assouplissement des relations entre les blocs de l’Ouest et de l’Est. Ce choix devait faciliter le repérage d’études de cas, tout en permettant de prêter attention aux marques laissées par les premiers temps de la guerre froide sur les conceptions et débats artistiques.

5Par ailleurs, la période choisie correspond à un moment important pour les échanges autour des notions de réel et de réalité qui a constitué l’objet d’intérêt croisé des recherches conduites par le projet sur l’art en France, RFA, RDA et Pologne. La question de la réalité a occupé, de manière souvent violente, un espace considérable dans les discussions qui entre 1945 et 1960 ont animé les réflexions autour des conceptions du réalisme socialiste et celles des abstractions. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, les débats connaissent des changements à l’Est comme à l’Ouest et les nouvelles orientations se traduisent à travers les différentes compréhensions du réel et de la réalité. Elles exigent une attention particulière, tant elles préoccupent toutes les scènes artistiques et signalent le souci de situer les pratiques artistiques dans le temps et l’espace, permettant ainsi de placer au cœur d’une recherche sur les relations artistiques une question propre à la création.

6Cette réflexion a été nourrie par les rencontres régulières de l’équipe constituée de chercheurs français, allemands et polonais. Si l’étude des relations et de la notion de réel et de réalité a rassemblé les membres de l’équipe, le projet a exigé le développement d’une attention extrême à la prise en compte des expressions singulières et au maintien des différences d’interprétation selon les formations académiques de chacun.

7Ce projet a également rendu possibles des séjours de recherche en France, en Allemagne et en Pologne, grâce auxquels j’ai pu consulter les Archives de la critique d’art à Rennes, les archives du musée national d’Art moderne à Paris, les archives du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, les archives de l’Akademie der Künste à Berlin, les bibliothèques de Leipzig et de Dresde, les archives de la galerie Foksal à Varsovie et celles de l’Instytut Sztuki Pan de Varsovie, les archives du musée d’Art moderne de Łódź. Des sources inédites en français, en allemand et en polonais ont ainsi pu être mises au jour ; quelques exemples en sont présentés dans cet essai avec des textes de critiques d’art, de galeristes et d’artistes allemands, français et polonais.

8Plus qu’un ouvrage achevé, il s’agit de présenter un état de la réflexion à partir d’une série d’observations articulées, invitant à examiner les biais qui permettent de cerner les relations artistiques entre l’Est et l’Ouest dans l’Europe de la guerre froide. Chaque cas exposé ici est une ouverture, il découvre une facette du sujet dont d’infinis développements sont envisageables.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search