Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le futur de la santé

 | 
Léo Coutellec
, 
Alexia Jolivet
, 
Sebastian J. Moser
, 
et al.

Conclusion

Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser et Paul-Loup Weil-Dubuc

Texte intégral

Ce que nous apprenons du futur de la santé

1En préambule de cette conclusion, il convient de revenir quelques instants sur l’exercice de pensée qui a été mené par le biais de rédactions de fictions, propres à des imaginaires singuliers et qui, de ce fait, pourraient être sujettes à interrogation. Les fictions, les interventions qui en découlent, cette conclusion, peuvent-elles être révélatrices vis-à-vis du futur de la santé ?

2Les fictions, par les personnages qu’elles mettent en scène, traduisent certaines expériences vécues par nos contemporains et certaines de leurs appréhensions du futur, ce pourquoi les projections présentent de nombreux recoupements. L’exercice mené n’avait toutefois aucunement prétention et capacité à rendre compte de toutes les expériences ni de toutes les appréhensions. Du reste, si les auteurs des fictions appartenaient à un même type de profession sans toutefois relever des mêmes disciplines, les intervenants, quant à eux, offraient un éventail de regards (médical, sociologique, philosophique) qui, semble-t-il, n’ont exprimé aucun positionnement infirmatif ou étonnement par rapport aux futurs esquissés.

3Ainsi, sans concertation, intervenants et auteurs se rejoignent dans une anticipation partagée dans ses traits les plus gros. Si l’exercice est loin de tout dire sur le futur de la santé, il dit tout de même beaucoup sur nos anticipations de ce futur. Nous avons tenté ici de déceler les traits communs des fictions et des analyses qui les ont suivies. Nous tentons également, dans un dernier temps plus réflexif, de pointer ce que ces fictions n’ont pas pensé.

La responsabilisation des individus : méta-scénario commun, formes variées

4En toile de fond de l’ensemble des scénarios, la responsabilisation revient toujours, le plus souvent considérée en des termes péjoratifs, bien loin de la figure collective et militante de l’« empowerment » (Bacqué et Biewener 2015). Ici la responsabilisation est individuelle et imposée d’en haut. Elle prend néanmoins trois formes distinctes dans les fictions, reposant respectivement sur la contrainte des individus, l’incitation ou le transfert de responsabilité.

La responsabilisation autoritaire

5Selon une première vision de la santé du futur, on s’imagine une société étouffant sous la chape de la prévention individualisée des risques. Responsabiliser, c’est alors produire des individus responsables, par la transmission de compétences, voire le façonnage. La prise en charge collective se paie ici pour chaque citoyen de l’imposition tacite d’un ensemble de contraintes sur son existence. Dans cette perspective, on invite fortement le citoyen à agir de manière préventive pour éviter d’être malade ; le fondement de cette dynamique semble ainsi ne pouvoir reposer que sur la propension de chaque individu à suivre et à se soumettre à un ensemble de normes comportementales. L’éducation apparaît comme une pièce maîtresse. Aussi bien la fiction décrivant une médecine sans médicament que celle imaginant la maladie sans symptômes se terminent par le discours d’un médecin, proche du sermon, expliquant les bienfaits de la médecine moderne.

6La maîtrise des comportements dessine alors les formes d’un régime sanitaire totalitaire – « elle serait totalitaire en ce sens qu’elle régirait non plus la santé du sujet mais la totalité de son existence » (L. Denizeau). L’individu, inscrit dans un conformisme aveugle, se subordonne aux logiques de surveillance et de normativité comportementale. L’individualisation de la santé transforme les enjeux sanitaires en une médecine préventive omnisciente, prédictive et prescriptive, par la mise en données des corps et des conduites. Ce qui échappe au contrôle est désormais anormalité, tout écart est erreur, voire faute envers la collectivité. Ainsi l’homme au restaurant, dévorant compulsivement et sans mesure ce qu’il a devant lui, se voit réprimandé par le programme national de santé et par ses voisins totalement estomaqués par ses gestes de folie. La figure d’un sujet libre et autonome, trait de la pensée moderne actuelle, s’intensifie dans un appel à la maîtrise totale par chacun de ses comportements, aboutissant à une vision punitive de la responsabilisation.

La responsabilisation par l’incitation

7Une variante apparemment plus douce de la responsabilisation consiste à inciter les individus à adopter les comportements les moins à risque. Plus libéral en un certain sens, ce système leur offre la liberté de ne pas suivre les prescriptions sanitaires en payant au sens propre leurs excès et leurs écarts à la norme. L’objectif serait de concilier les libertés individuelles et le système de solidarité sociale avantageux économiquement. Le système est néanmoins bien peu libéral, au sens politique du terme, dans la mesure où, peut-on penser, les espaces de liberté dont jouit un individu sont directement indexés sur son revenu… Dans la fiction Une maladie sans symptôme, les allocations sociales d’un individu sont calculées en fonction de la part de responsabilité qu’il aurait prise dans sa « maladie ». La fiction décrit ici, en les radicalisant, des dispositifs déjà anciens (Callahan 2000). Une autre modalité pour concilier la liberté et la performance économique consiste en un « paternalisme libéral » (Sunstein 2015) : on indique aux individus par des signes et incitations subtiles (nudges) ce qui est bon pour eux tout en leur laissant la liberté de suivre leur désir.

8Il est remarquable que ces formes incitatives de responsabilisation pourraient induire des effets sociaux comparables à ceux des formes autoritaires. Si les écarts à la norme deviennent payants, les surcoûts sont inévitablement interprétés comme des pénalités et les conduites coûteuses comme transgressives, voire pathologiques.

La responsabilisation comme transfert de responsabilité

9Selon une dernière version de la responsabilisation décrite dans les fictions, la régulation disparaît sous sa forme étatique et centralisatrice pour resurgir sous sa forme marchande, démontrant, comme l’écrit Albert Ogien, qu’une société sans standard est proprement impossible. La responsabilisation consiste alors en un transfert pur et simple de responsabilité : peu importe que les individus soient des personnes « responsables », puisque ce sont désormais eux qui paient. L’individu est alors libre de se comporter comme il veut, de manger ce qu’il veut, de faire du sport s’il en éprouve l’envie, mais il doit lui-même acheter des « packs de soins », éventuellement des conseils aux plus offrants, et disposer d’un réseau d’entraide suffisamment efficace. La santé marchandisée, comme dans le cas de la fiction du marché, fait reposer ainsi l’engagement individuel sur le bon choix, le bon calcul, la valeur des biens s’établissant par le jeu de la concurrence. La mort survient quand on n’a plus les moyens d’investir dans sa propre santé selon un modèle économique du capital humain appliqué à la santé par Michael Grossman (Grossman 1972).

10Il est remarquable, là encore, que l’individu soit astreint, par les fortes contraintes économiques qui pèsent sur lui, à adopter les choix les plus rationnels pour sa propre santé. Sans doute plus inégalitaire que les précédents, ce modèle n’en est pas pour autant le royaume de la liberté. Les individus y sont dans tous les cas plus « responsables » mais aussi moins libres.

La responsabilisation à quels coûts ?

La fin de la maladie ?

11La responsabilisation, sous les formes évoquées, pourrait s’interpréter à la lumière des fictions comme la mise en œuvre d’un désir collectif de mettre fin à la maladie. C’est un autre leitmotiv de ces fictions : les dimensions existentielles de la maladie, dans ce qu’elle recouvre d’inquiétude métaphysique par rapport à la mort, de l’angoisse même de vivre, sont éliminées. Elles sont gérées, autrement dit déléguées à des processus déjà choisis et rendus aussi efficaces que possible. La quête d’une « santé parfaite » (Sfez 1995) conduit à éliminer ce qui en entrave l’efficacité : l’incertitude au bénéfice du risque mesuré, le symptôme au bénéfice de prédictions, le standard commun au bénéfice du choix rationnel de l’individu, la relation au bénéfice de la seule technique, etc.

12Il est intéressant de remarquer toutefois que, malgré cette quête de santé parfaite, la maladie resurgit sous d’autres formes. Dans la fiction La maladie sans symptôme, la prédiction a atteint un tel degré de fiabilité que les symptômes ont disparu. Mais, pour autant, la maladie ne disparaît pas : être malade, c’est désormais savoir que l’on vivra moins longtemps, ou moins longtemps sans handicaps, que prévu. Le malade, ce peut être aussi celui qui s’écarte des normes, comme l’illustre la fiction La médecine sans maladie. Il n’y a plus ici de distinction entre un diagnostic, un pronostic et une condamnation morale. Les ordres de la prévision et de la morale se confondent. Enfin, être malade, dans une société régulée par le marché, c’est être financièrement incapable d’acheter des packs de soins.

13Dans tous les cas, la maladie demeure, alors même que l’on tente de lui soustraire des éléments apparemment constitutifs (les symptômes) ou qu’on essaie de la supprimer par une médecine prédictive. Cette résurgence incessante de la maladie, comme un diable ressortant toujours de la boîte où l’on voudrait l’enfermer à jamais, s’éclaire à la lumière du texte de Roberto Poma. La distinction de Galien entre « la » maladie qui « aime se cacher » et « les » maladies « visibles, appréciables et parfois même quantifiables » acquiert ici une actualité inattendue.

La technicisation du soin ?

14L’individualisation pourrait aussi traduire la visée d’une médecine sans relation humaine, largement technicisée. Les fictions décrivent cela dans leur majorité. « Que la profession se soit totalement “technicisée”, ne signifie pas nécessairement qu’elle implique plus de connaissances et de manipulations techniques, mais surtout qu’elle est devenue entièrement soumise à l’idéologie techniciste : celle qui réduit le geste de soin à son aspect technique matériel, et le vide donc de tout contenu humain » (P. Barrier).

15Cette technicisation s’inscrit dans une dissociation des sphères du soin et de la santé. La fiction La médecine sans médicament décrit aussi cette forte discontinuité, Nelly passant, pour une simple sinusite, de la « prévention » à la « réhabilitation ». Or, là où, dans la sphère de la santé, les individus sont responsabilisés, ils sont au contraire déresponsabilisés dans la sphère du soin. Dans la fiction La maladie sans entourage, Marie demeure largement passive, attendant que vienne à elle l’infirmière. Elle devient le réceptacle passif et interchangeable d’un soignant lui-même peu impliqué et remplaçable. En fait, ce qu’il reste malgré tout de relation de soin est considéré comme une anomalie, un échec collectif mais surtout individuel de la capacité à endiguer l’aléatoire, la fragilité, la variabilité, l’incertain – en un mot le vivant.

La fin de la solidarité ?

16D’un côté, la responsabilisation, dans ses deux premières formes tout au moins, s’exerce au nom d’une solidarité sociale préservée. Tout se passe comme si chacun, en agissant sur son corps et pour sa santé, travaillait au salut public.

17D’un autre côté, comme le souligne Anne Vega, ces injonctions ou pressions économiques s’accroissent sur les individus dans un contexte d’inégalités sociales attribuables à des circonstances indépendantes de la responsabilité individuelle. Dans les fictions, la solidarité se définit comme l’association d’individus abstraits de leur environnement. Les environnements sociaux y sont éludés de sorte que l’individu porte étrangement l’imputabilité des dysfonctionnements collectifs. Il s’opérerait ainsi une forme de transfert de la santé du monde médical à l’individu, même si ultimement la maîtrise des enjeux sanitaires reste aux mains d’une ingénierie médicale. La vision proposée par les différentes fictions, par sa focalisation sur l’éducation, semble révélatrice d’un imaginaire collectif actuel centré sur la responsabilisation individuelle dans la perception de la gestion de la maladie. Or, l’atomisation de la société est la conséquence directe de ce transfert. Comme l’écrit Roberto Poma, analysant la perspective dessinée par la fiction Une maladie sans symptôme, « il y a fort à parier que la connaissance de son propre taux de dégénérescence programmée (version vivante de l’obsolescence programmée des outils électroniques) induirait des comportements asociaux ou grégaires ».

Penser ce qui n’a pas été pensé ?

18Une santé sans médicament, sans symptôme, sans standard, sans médecin, sans maladie, sans système de soin : paradoxalement, l’absence, au premier abord salutaire, d’un de ces éléments, n’est certes appréhendée, au sein des différents scénarios, qu’au regard d’un prix à payer. Toutefois, n’est-il pas pensable que nous puissions vouloir payer ce prix pour éliminer le spectre de la maladie et de la souffrance de nos existences ? À cet égard, nous pouvons nous demander pourquoi les fictions ont donné lieu à des appréhensions négatives, aussi bien de la part des intervenants que du public.

19Une première explication de cette résistance pourrait être le sentiment d’une mystification : le projet d’une victoire de l’homme sur la maladie lui ferait perdre au final sa condition d’homme, tant du point de vue ontologique (la vie est un ensemble d’aléas) que social (la relation à l’autre, par le biais du soin, est systématisée, calculée et donc expurgée du lien singulier qui la fonde). Ce serait une victoire en trompe-l’œil, en somme. Une seconde réserve pourrait s’expliquer par la forme spécifiquement individualiste que prend ce contrôle accru des comportements et le fait qu’il soit incarné par des dispositifs techniques. Le collectif ne disparaît pas mais délègue son pouvoir à une technocratie, de sorte que s’efface la relation singulière, le soin au sens de care.

20Ces scénarios nous paraissent pour autant plausibles, ce qui en soi interroge : pourquoi nos fictions prolongent-elles toutes, en les radicalisant, les évolutions pressenties du présent ? Est-ce le biais de l’exercice fictionnel de l’anticipation ou est-ce l’apport d’un exercice qui nous déstabilise par son principe de sous-détermination ? Il est sans doute plus facile de provoquer la réflexion en prolongeant des traits actuels qu’en inventant des fictions ex nihilo, si tant est que ce soit possible. Le présent nourrit la réflexion collective de ressources pertinentes parce que partagées et vécues par les acteurs de la discussion. Toutefois, pour expliquer cette impression de vraisemblance, ne peut-on pas également envisager que nous ayons déjà incorporé certaines dynamiques actuelles au point que nous ne puissions nous en extraire ? C’est sans doute l’intérêt de ces exercices d’anticipation que de laisser transparaître nos potentiels conditionnements.

21Dans leur extrémisme, ces fictions révèlent des craintes, des écueils, des fantasmes. Ces scénarios disent nos peurs. Mais ils auraient pu dire nos espoirs, nos attentes plus heureuses. Ils auraient pu explorer d’autres voies de relations entre les membres d’une société. En contrepoint, nous aurions pu imaginer, plutôt qu’un mouvement d’individualisation faisant du collectif un agrégat d’individus, l’essor de mouvements de concertation et de décision collective. À cet égard, les absences, au sein des fictions, des autres personnes malades, des associations de patients ou citoyennes, des groupes d’éthique, sont criantes… À l’heure où les comportements se conçoivent de plus en plus dans leurs interactions et leurs relations réciproques avec l’environnement social, la participation sociale devient en effet un paramètre difficilement contournable. Elle s’affirmerait en tout cas comme une alternative à la perspective d’une responsabilisation des individus, posant ainsi non plus les enjeux d’une santé publique, mais aussi d’une santé commune.

Ce que nous apprenons de l’anticipation projective

« L’anticipation projective cherche […] une rupture dans la linéarité temporelle de la chronologie. Le futur anticipé est une projection désirable ou alarmante, dans tous les cas radicalement nouvelle, dans un détachement à la fois des poids du passé et des déterminations du présent. » (Coutellec et Weil-Dubuc 2016 : 15)

Rupture dans la linéarité temporelle de la chronologie

22Là où l’anticipation prédictive s’inscrit pleinement dans la « flèche du temps » (Bensaude-Vincent 2016), produisant le futur sur la base d’une sélection de données du passé et construisant ainsi un monde probable, l’anticipation projective introduit une rupture dans la linéarité temporelle de la chronologie. Une telle rupture peut d’abord se justifier par une approche d’anthropologie philosophique : elle n’est concevable qu’à la condition d’accorder à l’Homme la liberté d’agir en dehors de cadres préalablement établis. Autrement dit : de lui accorder la possibilité de transformer des limites-bornes en limites-frontières, c’est-à-dire la possibilité de penser les limites comme des conditions d’émancipation et non pas comme des contours qui bornent l’agir humain (Benasayag et Coutellec 2018). Les imaginables de l’anticipation projective surpassent les probables comme les possibles en cela qu’ils ne s’inscrivent plus dans un territoire borné par les conditions déterminantes du passé et du présent. Il s’agit donc d’un mode d’anticipation qui vient créer une tension avec un « désenchantement du monde » selon lequel il « n’existe pas, en principe, des puissances mystérieuses et imprévisibles, et qu’il est bien plutôt possible – en principe – de maîtriser toute chose par le calcul » (Weber 2005 : 28-29).

23En reprenant à son compte cette citation de Max Weber, Jean-Christophe Weber souhaite souligner l’importance de l’exercice fictionnel en cela qu’il défie, voire bouscule la structure temporelle de la rationalité calculatrice. La fiction ouvre des brèches qui peuvent faire hésiter les prédictions. Dans la fiction en tant que genre littéraire, la relation entre causes et savoirs n’est plus directe, car il existe la convention de suspendre le doute et de s’engager dans le monde imaginaire (Beckert 2013). Magie, religion, hypothèses-sans-fondements peuvent devenir des ingrédients d’un savoir des imaginables, sans prétention scientifique mais avec la seule exigence d’ouvrir l’horizon.

L’image métamorphosante du futur

  • 1 Voir pour la prévalence de la « culture du projet » la contribution de Laurent Denizeau dans le pr (...)

24Se projeter dans un futur, cela implique de produire une image de celui-ci : un pro-jet1. Ceci évoque la question de ce qui est constitutif pour ce projet se présentant sous forme d’image. L’image du futur produite par un acte d’anticipation projective « n’est pas l’équivalent de la partition musicale » (P. Barrier), l’image n’est pas irrévocable, il ne s’agit pas d’un mode d’emploi à suivre pour réaliser en détail le futur esquissé. Comme l’image, le futur est un objet de métamorphoses qui évoluera avec sa réalisation. La condition sine qua non de l’image du futur émergeant par l’anticipation projective est sa souplesse, sa fluidité ou bien sa plasticité. « Son passage […] à la réalité sensible […] est bien une mise à l’épreuve par la réalité » (P. Barrier).

25Ce flou nécessaire pourrait être interprété comme une forme d’immunisation face à l’évaluation ou la critique. Effectivement, une image projetée du futur ne sera jamais fausse dans la mesure où le jugement sur sa forme et son fond évolue avec les potentialités de sa réalisation. L’enjeu d’une image projetée n’est cependant pas d’établir un rapport à la vérité mais de faire sentir le caractère imprévisible du futur et ainsi de proposer des moyens d’éprouver ces incertitudes radicales. L’image-de-souhait d’Ernst Bloch (1976) n’est en ce sens pas un scénario à réaliser ou un pari sur l’avenir, c’est un moyen pour appréhender et sentir les écarts entre imaginables et possibles. Autrement dit, la projection n’est pas une impression mais une mise en perspective.

Une projection nécessairement figurative

26N’aurait-il pas été possible d’aborder le futur de la santé autrement que par la fiction ? Par exemple, en s’appuyant sur les projections réalisées en économie de la santé ou sur les approches alternatives de la santé que l’on retrouve dans d’autres contextes culturels ? Quel a été l’atout de l’usage de la fiction ? L’un des aspects importants fut de confronter le public du séminaire « Anticipation(s) » à l’origine de cet ouvrage aux figures sociales (Moser et Schlechtriemen 2018) : le « malade asymptomatique » est une figure déjà existante aujourd’hui si l’on prend l’exemple de la maladie d'Huntington pour laquelle il existe un test génétique permettant d’établir un diagnostic avant l’apparition des symptômes. Même si cette figure reste encore très minoritaire, la multiplication de tests génétiques laisse ouverte la possibilité d’une normalisation dans le futur. Il a aussi été question de la « personne malade isolée », figure sociale également émergente, même si ce phénomène touche actuellement majoritairement la personne âgée dépendante (Pitaud 2010).

27Ces figures sociales caractérisant le domaine de la santé et du soin à l’heure actuelle ne sont pas simplement des personnes historiques. Il s’agit plutôt des prodromes d’un futur possible. Les expériences faites par les protagonistes des fictions proposées reflètent de manière condensée des expériences éprouvées par un nombre croissant de nos contemporains. Parce qu’il s’agit de phénomènes sociaux en devenir, plus ou moins intenses, une discussion éthique ou un échange entre experts semblent difficiles. L’approche par les images figuratives à l’aide de la fiction – où un visage, une biographie, un corps sont mis en scène – offre la possibilité de réfléchir, de se heurter et d’échanger sur ces expériences encore minoritaires, car il s’agit d’expériences éprouvées par nos semblables (fictionnels). La réaction émotionnelle clôturant le texte de Philippe Barrier – « J’éprouve un profond malaise, humain, philosophique, éthique, à la lecture de ce texte puissant » – est une belle illustration du bien-fondé de cette approche. C’est précisément l’échange qui transforme les expériences individuelles du sujet isolé en une expérience sociale (Eßbach 2014 : 19). Et la fiction est un bon support pour cet échange.

La sous-détermination : une méthode pour la réflexion éthique

28L’orientation méthodologique choisie pour ce séminaire consistait à construire des fictions par sous-détermination. Ôter un élément considéré comme structurant d’un ensemble pour en évaluer les potentialités est une démarche sensiblement différente des projections anticipatrices standards, à l’instar de la prospective. Ces dernières sont guidées par un principe d’addition de dimensions qui vise à anticiper le futur en le complexifiant. Penser la santé du futur, c’est alors penser la santé d’aujourd’hui plus les objets connectés, plus les hôpitaux intelligents, et ainsi de suite. Deux écueils peuvent être identifiés à l’égard de cette démarche. Le premier est commun à toutes les démarches prédictives, là où celles-ci fixent les conditions dans lesquelles le futur peut émerger. Les conditions étant stables dans le temps, le futur est simplement un contenu nouveau dans un contenant stable. Pour le dire autrement, le futur prédit est un futur aux contours déterminés qui stabilise un territoire au sein duquel ne peut émerger que du probable. Le deuxième écueil tient au fait que la démarche par addition ne permet pas de peser l’importance relative de chaque élément d’un système. Imaginer que la santé du futur sera une santé connectée, antienne des discours médiatiques et institutionnels, ne permet pas de comprendre la place et le rôle du médecin, du patient, du système de santé, des techniques.

29À ces deux écueils, la démarche par sous-détermination a apporté une réponse. Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’anticipation projective est constructrice d’images dont les conditions de possibilité sont elles-mêmes fictionnelles. Le cadre tout autant que le contenu du cadre sont l’objet de la projection. Ceci est permis principalement par le choix de sous-déterminer les conditions de production de l’image-de-souhait. En enlevant un élément structurant du cadre, par exemple en imaginant une médecine sans médecin, c’est le cadre lui-même qui est déstabilisé et qui se retrouve objet de la fiction. Ce qui s’ouvre alors n’est pas entièrement conditionné par le cadre existant. De la même façon, enlever un élément pilier d’un système permet d’en évaluer l’importance, ce qui fut le cas avec la place du médecin par exemple. Construire l’image d’une santé sans médecin permet de comprendre plus finement la place qu’il occupe dans le système de santé, ses limites comme ses potentialités.

30Ouverture des possibles et évaluation comparative sont deux effets marquants de la démarche par sous-détermination. La mise en expérience concrète de cette démarche à l’occasion du séminaire nous a permis d’affirmer qu’elle participe à la réflexion éthique dans la mesure où l’imagination sollicitée par les fictions ne se retrouve plus contrainte par un cadre de questionnement axiologique préétabli. Ce à quoi nous avons assisté, c’est à une libération de la pensée axiologique portant non plus seulement sur le jugement de l’existant augmenté mais sur une évaluation fictionnelle de possibles.

Bibliographie

BACQUÉ Marie-Hélène et BIEWENER Carole, 2015. L’empowerment : une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte.

BECKERT Jens, 2013. « Imagined Futures. Fictional expectations in the economy », Theory and Society, 42 (3) : 219-240.

BENASAYAG Miguel et COUTELLEC Léo, 2018. « Nos limites ne sont pas les leurs. De la nécessité d’une approche critique de la notion de limite », Écologie & Politique, n° 57 : 117-132.

BENSAUDE-VINCENT Bernadette, 2016. « Comment sortir du piège de la flèche du temps ? », Revue française d’éthique appliquée, no 2 : 90-98.

BLOCH Ernst, 1976. Le Principe Espérance, t. I, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de philosophie »).

CALLAHAN Daniel (dir.), 2000. Promoting Healthy Behavior: How much Freedom? Whose responsability?, Washington, Georgetown University Press.

COUTELLEC Léo et WEIL-DUBUC Paul-Loup, 2016. « Les figures de l’anticipation. Ou comment prendre soin du futur », Revue française d’éthique appliquée, n° 2 : 14-18.

EßBACH Wolfgang, 2014. Religionssoziologie, t. I, Glaubenskrieg und Revolution als Wiege neuer Religionen, Paderborn, Wilhelm Fink.

GROSSMAN Michael, 1972. « On the concept of health capital and the demand for health », Journal of Political Economy, 80 (2) : 223-235.

MOSER Sebastian J. et SCHLECHTRIEMEN Tobias, 2018. « Sozialfiguren – zwischen gesellschaftlicher Erfahrung und soziologischer Diagnose », Zeitschrift für Soziologie, 47 (3) : 164-180.

PITAUD Philippe (dir.), 2010. Solitude et isolement des personnes âgées. L’environnement solidaire, Paris, érès (coll. « Pratiques du champ social – gérontologie »).

SFEZ Lucien, 1995. La Santé parfaite. Critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil (coll. « L’histoire immédiate »).

SUNSTEIN Cass R., 2015. Why Nudge? The Politics of Libertarian Paternalism, New Haven/Londres, Yale University Press.

WEBER Max, 2005. La science, profession et vocation, suivi de Leçons wébériennes sur la science et la propagande (par Isabelle Kalinowski), Marseille, Agone (coll. « Banc d’essais »).

Notes

1 Voir pour la prévalence de la « culture du projet » la contribution de Laurent Denizeau dans le présent ouvrage ainsi qu'Ulrich Bröckling, The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, SAGE, 2016.

Auteurs

Enseignant-chercheur (MCF) en épistémologie et éthique des sciences contemporaines, université Paris-Sud — Paris-Saclay (EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques »), Conseil pour l’éthique de la recherche et l’intégrité scientifique (Poléthis), Espace de réflexion éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease)

Docteur en sociologie de l’université Albert Ludwig (Fribourg, Allemagne), postdoctorant à l’Espace éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease), chercheur associé au Centre Max Weber (Lyon) et membre du Collectif « évolutif »

Docteur en philosophie morale et politique, chercheur en éthique à l’Espace éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease), université Paris-Sud — Paris-Saclay (EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques »)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site