Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le futur de la santé

 | 
Léo Coutellec
, 
Alexia Jolivet
, 
Sebastian J. Moser
, 
et al.

Chapitre VI. La médecine sans médicament

Sebastian J. Moser et Anne Vega

Texte intégral

1Il était environ 11 heures 30 quand Suzanne fut quasiment sûre d’avoir un début de sinusite. Elle se souvint qu’elle avait déjà eu du mal à se lever le matin même. Une telle fatigue matinale n’était pas habituelle pour elle. Toutefois, l’exercice de respiration quotidien ainsi que le grand verre de jus d’orange que son mari lui avait pressé n’avaient pas manqué de faire effet. Quand elle sauta en selle pour partir au bureau, elle se sentit en forme. L’air frais qu’elle respira pendant les 20 minutes de trajet l’avait bien réveillée également. Trois heures plus tard, respirer lui procurait déjà de légères difficultés ; ce n’était pas douloureux mais désagréable, car le passage de l’air était pénible et associé à un mal de tête diffus. De plus, elle avait remarqué que les odeurs étaient plus fades que d’habitude. Maintenant, elle avait l’explication : un début de sinusite. Elle ouvrit grand la fenêtre et revint à son bureau pour éteindre l’ordinateur ainsi que la lampe de lecture. Elle rangea le reste de ses affaires, passa un coup de désinfectant sur le bureau et les appareils, se couvrit la bouche et le nez avec un masque, referma la fenêtre puis quitta la pièce. Avant d’aller voir sa responsable au bout du couloir, elle passa à la kitchenette réservée à son équipe et lava sa tasse à l’eau chaude.

2Suzanne arriva à la porte du bureau de Jasmine, frappa et entra suite à l’incitation venant de derrière la vitre dépolie. L’expression sur le visage de Jasmine se transforma immédiatement en une inquiétude sincère : « Que se passe-t-il Suzanne ? Un problème d’appareil respiratoire ? Asseyez-vous. » Jasmine se leva soudainement de sa chaise, et se dirigea vers le buffet sur lequel se trouvaient une bouteille d’eau gazeuse et des verres. Elle remplit deux verres et revint vers Suzanne. « Ce n’est rien d’inquiétant », dit celle-ci d’une voix feutrée en raison du masque qu’elle portait toujours. « Je sens que j’ai un début de sinusite. Peut-être que les dernières semaines étaient un peu trop pour mon organisme. Le déménagement m’a demandé beaucoup d’efforts physiques et mentaux. Encore maintenant, je n’arrive pas très bien à dormir dans la nouvelle maison. En plus, la petite se réveille à nouveau beaucoup la nuit. Je suis passée pour vous dire que je vais aller voir le médecin du travail, et que je rentrerai ensuite chez moi. » L’attitude de Jasmine fut aussi humaine que professionnelle : « D’accord, merci d’être passée. Prenez soin de vous. Faut-il préparer votre bureau pour la personne qui vous remplace ? » « Non », dit Suzanne, « j’ai fait le nécessaire ». Jasmine la remercia pour sa prudence. « Si vous pouviez trouver un moment dans les prochains jours pour m’écrire un message indiquant les urgences à régler pendant votre absence, je vous en serais très reconnaissante », rajouta Jasmine. Elle salua Suzanne en haussant la main et l’accompagna à la porte en disant : « Bon rétablissement, et à bientôt. »

3Le bureau du médecin du travail, le docteur Scheler, se trouvait au cinquième étage. Il y avait trois étages à monter, mais compte tenu de son état Suzanne préféra prendre les escaliers pour ne pas croiser trop de monde. Le médecin l’attendait déjà. « Bonjour Suzanne. Jasmine vient de m’appeler. Je suis désolé de vous faire repousser votre départ, mais c’est une obligation administrative pour que tout soit bien pris en charge. » Suzanne avait été malade uniquement deux ou trois fois dans les dix dernières années. Mais en tant qu’aidante au sein du service citoyen, elle savait que l’accompagnement de la réhabilitation était formidable. Quelqu’un viendrait à la maison pour l’aider dans les tâches ménagères pendant quelque temps, et pour s’occuper de sa fille. Cela lui permettrait de vraiment se reposer pour reprendre des forces.

4Suzanne et le docteur Scheler s’installèrent. Il écouta attentivement son récit et l’examina ensuite. « Effectivement, c’est bien une sinusite, il s’agit probablement d’une infection du sinus frontal. On va faire un prélèvement et on en saura plus cet après-midi. Vous l’avez bien identifiée, je ne vous apprends donc rien de nouveau. En effet, rien d’inquiétant, mais vous changez quand même de dispositif : nous passons de la prévention à la réhabilitation. Il va falloir que vous vous reposiez pour éviter tout aggravation. C’est très rare, mais une sinusite frontale mal traitée peut dans certains cas engendrer une affection du cerveau. » Suzanne avait évidemment ce genre de connaissance, mais cela fit du bien de le réentendre. Cela faisait presque quinze ans qu’elle avait quitté le lycée, mais dix ans de cours sur l’hygiène de vie ne s’oublient guère.

5Le docteur Scheler continua : « J’ai du mal à interpréter votre infection. Vous nagez environ deux heures par semaine, vous faites régulièrement des grandes balades dans la forêt, et une demi-heure d’exercices de respiration tous les jours. Votre hygiène de vie et votre régime alimentaire semblent tout à fait appropriés à votre âge et à votre situation socioprofessionnelle. De plus, si votre dossier est à jour, votre équipe a bénéficié de la semaine hivernale de remise en forme récemment. Malgré le déménagement et les perturbations de sommeil que vous avez mentionnés, votre système immunitaire devrait être assez renforcé contre ce genre d’infection. » Suzanne tourna la tête et regarda d’une manière embarrassée vers le sol. « En effet, on aurait dû faire notre semaine de remise en forme. Mais l’équipe était en train de travailler sur un projet passionnant qui avançait très bien à ce moment-là. On a alors échangé notre créneau avec l’équipe 13 qui est dans la même configuration que nous. On devrait passer dans deux semaines. »

6Scheler se pencha en arrière et sourit débonnairement. Il jugea compréhensibles l’engagement et la passion pour l’activité professionnelle que Suzanne et son équipe avaient témoignés. « Cependant », continua-t-il sur un ton sérieux, « aucun but de productivité ni aucune envie de réussite quelconque ne justifie la mise en danger de la santé de quiconque. Excusez-moi par avance, car ce n’est pas à un médecin de faire la morale, mais je tiens quand même à vous rappeler que la société occidentale a dû faire maints efforts pour arriver à cet état de conscience. Aujourd’hui, notre système de prévention est principalement basé sur l’activité physique régulière et adaptée aux besoins de chaque individu. De plus, l’éducation à l’hygiène de vie est effectuée dès le plus jeune âge. En 50 ans, nous avons pu réduire les traitements médicamenteux de presque 75 %. Comme je suis un vieux médecin, je ne peux pas m’empêcher de considérer ce système comme une réussite phénoménale. » Comme Suzanne l’avait écouté soigneusement, elle ne put réprimer un sourire et lui répondit : « Voulez-vous dire alors que l’envie de réussite peut parfois bénéficier au plus grand nombre ? »

7Sebastian J. Moser

Pour une approche repolitisée de la santé. Essai de contre-scénario réaliste

8Anne Vega

« La vérité est partielle parce que la conscience est partielle […], le monde est inachevé parce que les hommes et les femmes qui l’observent sont inachevés. »
Carlos Fuentes, Christophe et son œuf, Paris, Gallimard, 1990, p. 780.

Une société sans classes, soudainement dégagée des rapports de pouvoir ?

9Dans le scénario proposé, la citoyenne Suzanne semble relativement bien dotée. Mariée et jeune mère de famille, elle travaille à 20 minutes de son domicile, dans un lieu pourvu d’un médecin du travail disponible qu’elle consulte immédiatement ; elle accepte volontiers la venue d’aidants à son domicile pour « pouvoir reprendre des forces et se reposer ». Tout a été prévu pour que Suzanne soit et reste en bonne en santé, ou presque. Car en travaillant trop, elle a négligé le principe selon lequel « aucun but de productivité ni aucune envie de réussite quelconque ne justifie la mise en danger de la santé de quiconque ».

Le mythe d’un individu responsable de sa santé

10En France de nos jours, d’autres personnes ne peuvent pas s’arrêter de travailler au risque de compromettre leur petite entreprise ou de perdre leur emploi. Dans de telles situations, des médicaments peuvent alors permettre de « tenir le coup », mais les autres soins de base (ophtalmologie, médecine dentaire et préventive) sont les premiers postes à sauter. Cela est d’autant plus vrai si les personnes n’ont pas de mutuelle et habitent dans une zone désertifiée, car la répartition géographique médicale correspond plutôt au niveau de vie des populations et moins à leur état de santé (Alternatives économiques 2014).

  • 1 . Alors que l’Inserm parle dès 1996 d’une catastrophe sanitaire (causée par l’inhalation des fibres (...)

11Dans la vraie vie, les inégalités territoriales de santé s’accroissent, comme celles au travail. Or, malgré les affaires de l’amiante1, la reconnaissance des maladies professionnelles reste un obstacle, pour de multiples raisons : le poids du patronat et du développement de la sous-traitance, le manque d’inspecteurs du travail et de médecins de santé publique. Et de médecins du travail. De plus, ces derniers sont eux-mêmes souvent pris en porte-à-faux avec des logiques de productivité à l’origine d’une intensification du travail ayant aussi un impact sur la santé (Gollac et Volkoff 2006). En conséquence, l’endurance au travail tend à se banaliser, y compris chez les futurs médecins au cours de leur formation : ils développent une tendance à consommer des produits souvent addictifs « pour tenir » (qu’ils banalisent ensuite auprès de leurs patients…).

12Cette voie sans issue n’en est pourtant pas une. En effet, « l’état de santé d’une population ne dépend de son système médical que pour environ 1/5, le reste relevant de facteurs proprement sociaux » (Fassin 2004 : 85). Les déterminants de la santé se situent donc surtout au niveau des conditions de vie et du statut socio-économique. Autrement dit, plus une personne se situe dans le bas de l’échelle sociale et plus sa santé est mauvaise, car nous sommes inégalement exposés à des facteurs de risques (Leclerc et al. 2008).

13D’où deux autres principes pragmatiques à ajouter au scénario. Premièrement, les inégalités sociales de santé (ISS) sont attribuables, pour l’essentiel, à des circonstances indépendantes de la responsabilité individuelle. Mais « le discours dominant autour de l’exposition des facteurs de risque individuel invisibilise la présence de risques collectifs » (Derbez et Rollin 2016 : 5). La tendance à responsabiliser le citoyen par rapport à son travail comme par rapport à sa santé n’est donc pas fondée – a fortiori dans le contexte néolibéral actuel marqué par un désengagement de l’État (Guchet 2014). Car, deuxièmement, tous les travaux convergent : améliorer la santé des populations nécessite des politiques égalitaires, globales et coordonnées. Cependant, parce que cela revient en fait à s’attaquer « à la répartition inégale du pouvoir, de l’argent et des ressources », « aux niveaux mondial, national et local », la plupart des gouvernements européens ne s’attaquent toujours « pas systématiquement au problème des inégalités » (OMS 2013 : 13), ou bien tardent à mettre en œuvre des actions écologiques (autre déterminant important de la santé selon l’Organisation mondiale de la santé).

Le poids des lobbys industriels

14De même, alors que « les soins de santé prodigués par des spécialistes et en milieu hospitalier ne satisfont pas d’importants besoins en matière de santé et de bien-être, et sont coûteux » (OMS 2013 : 126), leur développement reste la priorité dans la plupart des pays européens. Ce genre de détail semble aussi avoir été omis dans le scénario, alors qu’il renvoie à la domination d’industries, à commencer par celles du médicament en France (où les budgets consacrés à la prévention restent portion congrue).

15En effet, cette industrie reste un secteur stratégique pour l’économie nationale : en matière d’emplois directs, de chiffre d’affaires et de rang à tenir sur des marchés devenus mondialisés (Commission des affaires économiques 2017).

16L’influence grandissante de cet acteur dans la santé est connue depuis les années 1960, depuis ses actions de lobbying auprès des décideurs politiques et des médecins, en passant par son omniprésence dans leurs facultés. C’est toujours le cas en France, où 75 % de la recherche clinique se réalise via des études dont les résultats sont aménagés en fonction des intérêts des firmes. Et leur zone d’influence – touchant déjà le ministère de la Santé, l’Agence du médicament et des caisses d’assurance maladie – s’étend désormais aux associations de patients et au grand public (notamment via Internet).

17Les « visiteurs médicaux » ne sont donc que l’arbre qui cache la forêt. Quoi qu’il en soit, la France « dépense bien davantage pour sa consommation pharmaceutique que ses voisins sans que l’état de santé de sa population soit significativement différent », selon la Cour des comptes, cela malgré les nouvelles mesures de régulation économique pesant sur les laboratoires, les pharmaciens ou les assurés, et des listes noires de médicaments dressées par les quelques revues (para)médicales indépendantes.

  • 2 . Voir le rapport de Philippe Verger, La politique du médicament en Ehpad, remis en décembre 2013. (...)
  • 3 . Médicament qu’une firme développe uniquement pour prendre une part de marché, sans prétendre inno (...)
  • 4 . Lorsqu’un laboratoire pharmaceutique désire mettre en vente un produit de santé, il doit présente (...)

18Au regard d’autres chiffres, on peut même sérieusement s’inquiéter. Par exemple, dans les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), chaque résident prenait en moyenne 7 molécules par jour et 33 % des résidents en absorbaient au minimum 10 en 20122. Avec l’augmentation du nombre de personnes âgées, de maladies chroniques et de comorbidités, d’autres marchés s’avèrent être « commercialement très prometteurs » selon les médecins comme selon les responsables politiques locaux. Car « les multiples dispositifs contractuels mis en place aussi bien avec la médecine de ville qu’avec l’hôpital n’ont de fait pas substantiellement infléchi une culture de prescription qui privilégie les médicaments récents et chers (il s’agit des blockbusters, dit aussi « me too3 »), et se singularise par l’importance des prescriptions « hors AMM4 » (Cour des comptes 2011 : 140).

19On peut le traduire ainsi : non seulement 80 % de notre production de médicaments reste chimique, mais la France favorise des produits moins sécurisés, y compris en cancérologie. Les patients sont donc exposés à la toxicité de ces médicaments sans bénéfice clinique démontré (Kim et Prasad 2015).

20Et nous tairons ici les incidences d’autres industries sur la santé, dont des produits alimentaires et les pesticides dont on sait depuis 2008 qu’ils sont à l’origine de la plupart des cancers (INSERM 2008).

L’utopie de la prévention pour tous

21Malgré ou à cause de ces deux principaux obstacles à une société sans médicament, d’aucuns envisagent des stratégies palliatives, dont préventives en milieu scolaire. Or, en la matière, l’éducation à la santé et sa prévention achoppent régulièrement sur la morale sanitaire et ses présupposés.

  • 5 . Dont l’efficacité n’est pas toujours prouvée scientifiquement, notamment dans la prévention de ca (...)

22En effet, ce sont toujours les publics les plus exposés à des risques de santé qui participent le moins aux programmes sanitaires, du fait de plusieurs processus. Premièrement, en France, le parcours scolaire renforce les inégalité sociales et culturelles, poussant ensuite les moins dotés à moins participer à la société, voire à développer précocement une méfiance à l’égard des discours des représentants des institutions. Deuxièmement, la perception des risques de santé varie au cours de la vie du sujet en fonction aussi de l’avis et de l’expérience de ses proches et/ou de ses collègues de travail (ce qui a justement conduit Suzanne à s’écarter du premier principe rappelé par le médecin du travail). Enfin, comme dans le scénario, la plupart des programmes d’hygiène et d’éducation thérapeutiques privilégient encore les variables individuelles. Or, des conditions de vie difficiles (emploi précaire, chômage, charge de famille importante, autres problèmes de santé) conduisent à faire des compromis, des arbitrages : souvent à reporter la participation, y compris à des dépistages organisés gratuits5. Certaines personnes ont d’autres préoccupations quotidiennes (aller travailler ou trouver un emploi, conserver leur logement, obtenir des droits maladie), voire sont dans des logiques de survie à court terme ; quand elles n’ont pas tout simplement pris la mesure des effets des ISS en matière de surmorbidité et de mortalité plus précoce (Burton-Jeangros 2004). Autrement dit, l’idée d’être acteur de sa santé n’est pas partagée ; il s’agit plutôt de la représentation dominante des catégories sociales favorisées ayant une proximité culturelle avec le monde médical.

  • 6 . Ceci vaut aussi pour l’accès et la participation à la « médecine intégrative », surtout en France

23Les autres conséquences d’un seul discours sur la santé pour tous – présupposant donc la capacité à se projeter dans le futur et écartant la complexité des pratiques (préventives) de santé (INSERM 2014) – sont nombreuses. Ainsi, même lorsque les personnes moins favorisées accèdent à ces programmes, leurs messages s’avèrent difficiles voire impossibles à mettre en pratique. Et pour cause, seule une partie de la population (du fait de ses conditions de vie, de son état de santé et de ses capitaux sociaux et culturels) peut effectivement accéder à une alimentation « saine », pratiquer régulièrement du sport, ne pas fumer, etc.6. Car une fois de plus la concrétisation des choix des individus reste « largement » conditionnée par « les contraintes de toute nature qui pèsent sur [eux] » (Ertul et al. 2013 : 9) et conjointement par les ressources dont chaque individu dispose. Or, faute de penser en ces termes, des personnes sont exposées à des discours moralisateurs répétés, voire sont pensées comme déviantes (et souvent responsables de leur déviance) par des représentants d’institutions. En lien, elles témoignent avoir été mal accueillies, mal considérées, ou même maltraitées.

24Pour toutes ces raisons, les solidarités entre soi restent souvent préférables. Pourtant, la venue d’aidants étrangers à son domicile pour « se reposer » ne va de soi. Aller voir son médecin tout de suite non plus. Car, pour finir sur la sous-médicalisation des franges les moins favorisées, les personnes issues de milieux défavorisés ont tendance à s’accommoder de problèmes de santé mineurs, du fait de leurs expériences plus importantes de la maladie, de l’accident ou du handicap.

Un contexte culturel favorable à des ordonnances médicamenteuses

25L’auteur du scénario n’étant pas d’origine française, la culture du médicament de ce pays – à commencer dans les consultations de premiers recours – a pu lui échapper. Néanmoins, cela tombe bien que Suzanne souffre de sinusite : cela permet de rappeler d’autres logiques intriquées, qui traversent les pratiques de prescription « à la française ». Car largement inconscientes, elles nous semblent aussi difficiles à transformer.

Hiérarchisation entre professionnels de santé

26Tous les médecins enquêtés en médecine générale sont convaincus que ce sont uniquement les patients qui sont demandeurs de produits. Or, certaines personnes viennent pour confirmer un diagnostic (comme Suzanne dans le scénario), se faire traduire des résultats, avoir des conseils, un avis, ou simplement une écoute. En revanche, la plupart des consultations observées sont motivées par des effets indésirables de traitements prescrits. Car les personnes, bien que peu consommatrices (appartenant souvent à des milieux sociaux intermédiaires à défavorisés), se conforment aux ordonnances médicales : elles négocient moins et ne contestent pas l’autorité médicale, a fortiori celle des spécialistes (« on n’a pas le choix », « c’est eux qui savent » (Vega 2012).

  • 7 . Chaque médecin revendique une liberté, une forte autonomie dans son travail : depuis le choix de (...)

27Or, c’est le cas aussi de la plupart des généralistes, qui n’interviennent donc pas dans les prescriptions des spécialistes – a fortiori travaillant en CHU : « On prescrit surtout les produits du symptôme, pour le reste je m’en remets aux spécialistes car ce n’est plus mon domaine » ; « Là c’est un produit pour son cœur, là ça doit être pour l’hypertension artérielle, ça c’est le pneumologue, ça me concerne pas… […] Oui ça fait dix produits en tout, c’est beaucoup, c’est le problème avec les patients âgés » (ibid.). En outre, les médecins étant encore peu formés à échanger entre eux mais partageant le credo libéral7, des produits sont laissés dans les ordonnances : les causes initiales de prescription sont littéralement oubliées.

28Autrement dit, la situation hiérarchique forte des spécialistes français conforte des cumuls de produits dans les ordonnances, et la logique d’un produit spécialisé par pathologie. En conséquence, des internes en cancérologie – spécialité montante – pensent savoir mieux faire que le médecin généraliste. De leur point de vue, la meilleure prise en charge reste en effet une succession de « vrais » médecins spécialistes : « Nous c’est la chimie, on répond à des demandes de patients, mais ensuite on envoie le patient voir le cardiologue, l’oncopsychologue, le truc, le machin » (ibid.).

  • 8 . Incluant d’une façon large l’éducation, la promotion de la santé et ses liens avec les autres act (...)

29Deux premières tendances médicales peuvent alors être soulignées. D’une part, le peu de concertation avec les « faux » médecins, dont la médecine scolaire, de PMI (protection maternelle et infantile), et la médecine du travail. L’inflexion sur le traitement biomédical explique d’autre part la faiblesse des recours à des professionnels non médicaux, à des organisations pluriprofessionnelles coordonnées (incluant des médecines « alternatives »), et plus globalement à des soins ou services de santé primaire8.

Représentations des produits et écoute de patients

  • 9 . Depuis le premier Guide des médicaments en 1974 jusqu’au Guide des 4 000 médicaments utiles, inut (...)

30Ce n’est pas par hasard si, en médecine de ville comme à l’hôpital, les praticiens travaillent peu avec des professionnels plus sensibilisés ou informés de la toxicité des médicaments, dont les infirmières, les pharmaciens et pharmacologues (par ailleurs très peu représentés dans l’Hexagone) : ceux-là mêmes sont susceptibles de faire baisser le nombre de produits sur les ordonnances. En France, la croyance aux progrès scientifiques et, en l’occurrence, aux progrès constants des traitements médicaux, reste particulièrement marquée. Pourtant, selon la Cour des comptes, le ralentissement de la dépense pour ces produits au cours des dernières années ne fait que refléter la « panne » de l’innovation et l’arrivée à échéance de brevets protégeant un certain nombre de médicaments chers, vendus massivement, largement consommés et/ou prescrits. Mais les firmes continuent de vanter le « succès des nouvelles thérapeutiques » fondées sur « l’innovation permanente » puisque les médecins ont toujours une image positive du médicament (sauf concernant les génériques). Ces représentations expliquent l’ampleur de réactions médicales outrées à la parution d’ouvrages critiques9 et une tendance marquée à sous-estimer les effets iatrogènes des produits prescrits, en médecine générale comme en cancérologie (Amsellem 2016), d’autant plus que les personnes ont en moyenne peu de temps pour exposer leurs problèmes (Brami et Amalberti 2010).

  • 10 . Notons que la création du premier Institut de l’usager à l’École des hautes études en santé publi (...)

31Ce manque d’écoute est lui-même en lien avec d’autres représentations dominantes en France : le patient, même handicapé, « chronique » – doté d’expériences –, n’est pas encore ou peu considéré comme acteur (Baszanger 2010 : 191)10. Dit autrement, les médecins restent également peu éduqués à travailler avec les principaux concernés, les soignés et leurs proches, alors que familles et amis sont, de loin, la source de soins la plus importante pour les personnes nécessitant un traitement de longue durée (OCDE 2015 : 208). De fait, selon les représentants français d’associations d’usagers en France (qui n’ont pas encore toute leur place dans les instances de décision), les médecins accueillent encore avec difficultés les nouveaux « patients ressources » qui viennent leur apporter leurs expériences (Alternatives économiques 2014 : 95).

32Il faut ajouter à cela une dernière tendance : les personnes restent peu écoutées et même informées sur leur traitement et état de santé, à moins d’être perçues par le médecin comme issues de « CSP hautes ». Cela renforce les ISS, car inversement les personnes peu diplômées qui ne connaissent pas la complexité du système témoignent déjà de difficultés à comprendre et à oser poser des questions aux médecins – a fortiori aux « vrais spécialistes ».

Valorisation de l’action rapide et rituels de protection

33Ces derniers restent bien la profession médicale de référence. Ainsi, l’ordonnance permet aux médecins généralistes de matérialiser leur capacité à poser (ou à valider) un diagnostic, ce qui est loin d’être évident dans cette spécialité caractérisée notamment par l’incertitude diagnostique. Et, face aux maux courants comme les épidémies saisonnières – sources de fatigue, de moindre écoute (et donc facteur important de surprescription) –, la plupart des praticiens interviewés disent aussi se sentir obligés de prescrire plusieurs produits, puisqu'ils en ont une image positive, pour répondre à une demande réelle ou supposée, et parce que les médicaments demeurent souvent les seuls outils reconnus dont ils disposent en sortant de faculté. Enfin, comme chez la plupart de leurs correspondants, les postures guerrières restent de rigueur (« ne rien abandonner », « avancer sur tous les fronts », « se battre »). Et les armes semblent efficaces puisque le médicament permet justement de réduire rapidement tous les symptômes présents, ou susceptibles d’apparaître (logique dite de « réparation instantanée »).

  • 11 . Comprenant aussi les antibiotiques, antidépressifs et médicaments visant à soigner l’hypertension (...)

34Cet arsenal est particulièrement mobilisé en France contre les infections bénignes, tels les rhumes, du fait également de sensibilités culturelles importantes aux risques de complications respiratoires (très redoutées). Des médicaments sont alors aussi proposés aux patients pour prévenir des risques organiques graves, ou encore des douleurs et des risques de suicide (les antidépresseurs étant alors souvent prescrits avec des anxiolytiques). Comme dans d’autres spécialités, la plupart des médecins restent donc plutôt attachés aux prescriptions de produits allopathiques, dont la liste noire des médicaments toujours vantés par les représentants des industries11 (incluant les traitements « contre » le rhume et apparentés). Même s’ils présentent des risques disproportionnés pour le patient, ils rassurent les prescripteurs, exactement comme dans le scénario initial proposé : « […] rien d’inquiétant, mais […]. C’est très rare, mais une sinusite frontale mal traitée peut dans certains cas engendrer une affection du cerveau », dit le médecin du travail.

35En outre, en médecine générale, la prescription permet aussi de faire face à des plaintes répétitives, à des retours de patients non guéris, ou d’éloigner pour quelque temps certaines personnes fatigantes ou craintes (comme en milieu hospitalier, voir le point suivant). Et inversement, concernant les psychotropes, ils sont prescrits selon des logiques compassionnelles : le plus souvent en réponse à des solitudes sociales, surtout de femmes a fortiori atteintes de maladies graves et âgées, mais aussi désormais pour des enfants en décrochage scolaire. Ils médicalisent alors des problèmes psychosociaux. Toutefois, ces produits sont bien prescrits sur des bases diagnostiques aléatoires, en l’absence de diagnostic de détresse psychologique ou de problème de santé mentale.

36Enfin, il existe aussi chez des médecins « gros » prescripteurs des logiques conscientes de fidélisation, de captation de patients via ces produits engendrant des phénomènes de dépendance… Fort heureusement, tous les médicaments prescrits ne sont pas consommés lorsqu’ils ont trop d’effets iatrogènes.

37Cependant, confrontées à la maladie ou à l’accident grave, les personnes n’ont « plus le choix » que d’entrer dans des trajectoires de soins de plus en plus protocolisées.

Les limites de l’empowerment : vers une posture éthique et critique

  • 12 . Comme la médecine intégrative, la notion d’empowerment a été importée des États-Unis et renvoie a (...)
  • 13 . « Rapport Corsac2, Anne Vega, juillet 2017 », document de travail en cours de publication issu de (...)

38Supprimer le médicament, même d’ici cinquante ans, semble donc irréaliste. Cela reviendrait à remettre en question tout un fonctionnement sociétal. Et plus : à faire la révolution, y compris en médecine (refonte des recrutements, des formations et contrôle des alliances avec les industries), en prenant acte du rôle modeste des professionnels de la santé… dans l’amélioration de la santé des populations. Dans ces conditions, il existerait peut-être une voie intermédiaire : associer les personnes les plus « vulnérables » à la conception et à la mise en œuvre d’actions de promotion de la santé, comme le recommande l’OMS. L’empowerment12 bénéficierait principalement aux personnes les plus éloignées du pouvoir et de la prévention (OMS 2013 : 140). D’ici là, réduire ces ISS requerrait des partenariats complexes, et en particulier des porte-parole de celles et ceux qui sont touchés par la question des inégalités (Potvin et al. 2010), notamment. Et c’est là qu’un contre-scénario s’impose, qui tranche volontairement avec celui proposé. Il s’appuie sur le témoignage de deux patients atteints de cancer, rencontrés en 2016 lors d’une autre enquête sociologique13.

L’histoire vraie de Khadija

39Cela faisait déjà trois fois que Khadija se rendait aux urgences, à cause de pics de douleurs ; mais cette fois encore il n’y avait rien, avait dit le médecin – « rien d’inquiétant » : c’était tantôt à cause de son activité sportive intense, tantôt « le stress » causé par son travail d’agent municipal (où elle avait vraiment fait preuve d’une trop grande conscience professionnelle). Puis, comme la douleur était devenue insupportable et qu’elle était maintenant convaincue qu’il y avait quelque chose (parce qu’à plus de 40 ans, Khadija se connaissait bien), elle avait fini par exiger un scanner.

40Plus de six mois après ses premiers symptômes, à 11 heures 30 précises, son médecin était devenu tout rouge avant de prononcer la formule habituelle attestant de la gravité du diagnostic : « Bon, je… vous inquiétez pas, on va s’occuper de vous. » Khadija avait l’habitude : c’était encore elle qui avait dû l’aider à mettre les mots sur la maladie, puis à se coordonner avec sa gynécologue et son psychiatre. Et franchement, au vu du chaos à son boulot et de ses difficultés avec son fils, le cancer était venu presque comme une bénédiction : on allait s’occuper d’elle (elle allait pouvoir oublier le passé, la dépression, et peut-être même retrouver un sens à sa vie…).

41Au début, ce fut presque une bonne nouvelle, même si après une énième chirurgie Khadija avait énormément souffert, faute d’abord d’avoir compris comment actionner la pompe à morphine en réanimation. Car le lendemain, elle s’était retrouvée en service d’hospitalisation où une aide-soignante lui avait dit textuellement : « Vous avez pas l’air d’être courageuse, ah vous n’avez pas 80 ans quand même ! On sait très bien que vous avez du caractère et tout – allez il faut se ressaisir ! » Tout cela parce que Khadija avait encore trop mal pour se déplacer aux toilettes. Et la nuit suivante, ou celle d’après, l’infirmière avait pris une cuillère, dans laquelle elle avait écrasé du Lexomil, et prestement lui avait bouché le nez en disant : « vous allez voir : comme ça, ça va aller mieux » !

42Des années après, alors qu’elle se confiait à une enquêtrice, Khadija se demandait toujours sur quelle planète elle avait alors atterri. Et elle n’avait pas rêvé puisque, dans ce service, elle avait encore dû prendre sur elle et monter sur ses grands chevaux : rappeler qu’elle avait une mutuelle, des droits, et exiger un psychiatre pour avoir un traitement adapté. Car dans la vie, Khadija ne s’était jamais laissé faire, d’ailleurs elle avait signalé les problèmes à la cadre de santé, franchement étonnée de l’existence de telles pratiques dans son service. Mais honnêtement, c’était difficile de s’impliquer davantage dans son état de santé, par peur de compromettre encore sa prise en charge : « Comment dire ? Dans les hôpitaux on a un peu peur de se défendre trop. »

43Khadija n’avait pas osé aller plus loin, malgré le conseil de son amie d’enfance infirmière d’aller en parler à une association d’usagers. C’était du passé et, dans sa situation, il fallait au contraire aller de l’avant. Et justement, elle avait presque réussi « à retrouver la pêche » depuis : un aide-soignant de nuit l’avait écoutée et déculpabilisée d’avoir trop travaillé, et puis elle avait enfin déniché un véhicule adapté à son handicap et une super perruque (sa première alopécie avait démoralisé son père). De son point de vue, il y avait même de l’espoir : pour reprendre des forces et guérir, rien ne valait mieux qu’une alimentation saine, rire et travailler sur soi (car elle pratiquait aussi le yoga). Quitte à refuser un troisième PET Scan à cause de la radioactivité, et à louper exceptionnellement une séance de chimio. Parce que son corps était totalement saturé de produits.

44Khadija semblait donc aller bien, du moins tenir la rampe, sauf qu’elle était vraiment inquiète, comme sa sœur infirmière qui habitait au Québec : à ce stade, elles pressentaient que les médecins ne lui disaient pas la vérité. Certes, les derniers résultats biologiques étaient bons, mais alors pourquoi de nouveau ses douleurs lancinantes, et pourquoi l’oncologue – jusqu’alors bienveillant avec elle – venait de lui rajouter trois dernières séances de chimiothérapie ?

Qui veut durer doit endurer : la figure pérenne du mauvais patient

45Tout cela, l’enquêtrice l’avait déjà vu ou entendu. Mais ce fut uniquement lorsque l’une des infirmières de l’hôpital de jour (dont la patiente avait dit le plus grand bien) lui glissa discrètement à l’oreille que Khadija était « psy, donc pas à interviewer » que l’enquêtrice commença à mieux comprendre. Il lui avait été impossible d’obtenir un entretien, ni avec le cadre du service ni avec les internes de cet hôpital public de banlieue parisienne.

46Khadija subissait plusieurs formes de domination ou de discrimination. Car non seulement elle avait fait déjà plusieurs séjours en psychiatrie, mais en plus d’être de couleur noire (renforcée par les effets de la chimiothérapie) et d’être porteuse du VIH depuis 1992 (son conjoint en était mort), elle était métastasée et en récidive.

  • 14 . La médiane de survie après diagnostic de métastases varie ainsi actuellement de 13 mois (cancer d (...)

47Médicalement parlant, Khadija aurait dû être morte depuis longtemps, or elle était toujours bien vivante, voire trop. En tous cas, cela faisait partie « des effets des traitements », comme lui avait expliqué l’oncologue… « Elle nie tout, elle raconte n’importe quoi », avait ajouté l’infirmière, même si visiblement aucun professionnel ne s’était chargé de lui annoncer la mauvaise nouvelle. L’enquêtrice n’était pas étonnée : dans les hôpitaux privés, on ne dit pas non plus aux patients que même dans les cas de cancers ayant un bon pronostic – comme le cancer du sein –, presque un quart des malades meurent du fait de l’évolution métastatique de leur pathologie14.

48En revanche, ce que Khadija pouvait raconter n’était pas jugé fiable. Et c’était aussi le cas de Jordan, dont on avait découvert le cancer hors des dépistages (comme la majorité des cas). Petit artisan dans le bâtiment, il était dans la même phase descendante et tout aussi expérimenté que Khadija à force d’hospitalisations à répétition. Lui, en plus, avait essuyé de nombreux refus de prise en charge en clinique – « soi-disant qu’il n’y avait plus de lit pour moi… » – suite à la répartition inégalitaire – sociale et épidémiologique – des patients selon les types d’établissements (Vega 2012 ; Gelly et Pitti 2016), car il était suspecté par son médecin traitant de toxicomanie et d’alcoolisme (en dépit du contre-témoignage de l’épouse du patient, pourtant aide-soignante). Jordan ne s’en remettait toujours pas car c’était sûrement inscrit dans son dossier (qu’il ne parvenait pas à récupérer, comme régulièrement en cas de litige). Mais il n’était pas non plus du genre « à baisser les bras », et ses proches continuaient à l’accompagner systématiquement à l’hôpital à tour de rôle. Sans cesse confronté à des « soi-disant » spécialistes qui lui parlaient « chinois » et lui faisaient des histoires « pas possibles au moindre truc », il était tantôt obligé de se mettre en colère, tantôt de se plaindre de douleurs, car rien ne le soulageait malgré sa culture de marijuana pour sa consommation personnelle, qu’il jugeait cependant préférable à tous les anxiolytiques qu’on lui avait prescrits (et dont il avait vu les effets chez une voisine également cancéreuse). Avec les siestes et la musique, Jordan s’en sortait encore grâce à la bienveillance de son patron, et cela seul comptait pour lui : rester encore un peu lui-même (il ne pouvait d’ailleurs pas s’empêcher de continuer à faire de petits travaux chez lui, même si c’était fortement déconseillé dans son état). Pour le reste, même sans estomac, il préférait de loin les petits plats confectionnés par ses filles aux plats « soi-disant diététiques et chers par-dessus le marché ».

  • 15 . Ils n’avaient pas le baccalauréat mais ne rencontraient pas de problèmes financiers majeurs, ni d (...)

49L’enquêtrice nota simplement que, dans ces deux cas, les douleurs des patients semblaient bien avoir été sous-traitées, car cela renvoyait à des études sur des prises en charge discriminatoires, surtout développées aux États-Unis (Balsa et McGuire 2003 ; Braud 2017). Toutefois, elle remarqua que Khadija et Jordan étaient relativement bien dotés au regard du profil d’autres patients15. Elle se demanda ce que les autres patients de son étude avaient dû endurer ou enduraient encore : ceux qui n’avaient ni expérience du cancer, ni proches dans le secteur de la santé, ni soutiens familiaux, et a fortiori tous ceux qui avaient refusé de témoigner et qui croyaient vraiment qu’ils allaient guérir.

50Sans compter les dépassements d’honoraires en chirurgie, des enquêtés juste au-dessus des seuils nécessaires pour bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU) avaient dû payer des restes à charge, et des personnes d’origine étrangère avancer des coûts importants d’examens (impossible alors de payer des médicaments prescrits en plus de la chimiothérapie, dont des soins de support de type crèmes et diététique), en plus du coût majoré des perruques pour les femmes, des télévisions et parkings hospitaliers qui pesaient lourds pour des familles. Sans compter enfin que ces malades fragiles devaient faire plus de démarches administratives : se déplacer à Pôle emploi, à la Sécurité sociale, ou constituer leurs dossiers d’invalidité. Or, ils étaient nombreux à ne pas savoir « à qui, à quel organisme s’adresser ? », puisqu’en France, les aides sociales sont segmentées entre les ministères : même les travailleurs sociaux et les bénévoles des associations humanitaires les plus motivés ont du mal à s’y retrouver.

Pour ne pas conclure : piqûres de rappel et contre-propositions

51En France, non seulement le nombre de cancers augmente régulièrement, mais près de 15 000 cas pourraient être évités chaque année en améliorant les conditions de vie et la promotion de la santé des populations les plus défavorisées. Le cancer reste à cet égard un « fléau socialement sélectif », déclenché pour deux tiers des cas par des facteurs environnementaux extérieurs à la physiologie de chaque personne, liés au cumul d’expositions à des produits cancérigènes (au travail notamment) contribuant à l’apparition plus précoce de cancers (Bryère et al. 2017 ; Derbez et Rollin 2016). Dans ces conditions, la promotion de l’empowerment du patient serait également un leurre dans d’autres spécialités médicales, voire pire selon certains médecins : il s’agirait d’un nouveau processus de normalisation « occultant le renforcement de la ségrégation des personnes les plus vulnérables » (Bellahsen 2016 : 74) ; et, via cette notion ou celle de « démocratie sanitaire », on gommerait en fait des violences, des inégalités et la répression des minorités dans notre société (Fassin 2016).

52On peut encore l’écrire autrement, pour répondre au scénario initial proposé. Même si la médecine et la santé publique se basaient entièrement sur une approche préventive acquise à l’école, cela resterait insuffisant : par définition, les individus naissent et vivent inégalement dotés (ils ne bénéficient pas tous du même état de santé, n’ont pas tous les mêmes dispositions et capacités, n’ont pas les mêmes contraintes, chemins et cheminements dans l’existence). Il faudrait donc agir sur les gradients sociaux de santé, donc sur le politique, tout en aidant l’ensemble des professionnels de l’accompagnement (incluant les personnels des services publics) à assister les plus vulnérables, et/ou à prendre conscience qu’ils sont eux aussi impliqués dans des mécanismes de domination (y compris des médecins au cours de leurs pratiques les plus banales et ordinaires).

53Dit encore autrement, dans un contexte épidémiologique sans précédent (ISS, comorbidités, pathologies chroniques) à l’origine de dépenses publiques importantes, il semblerait évident de s’orienter vers une médecine préventive et/ou intégrative, voire vers moins de médicaments a fortiori chimiques et peu contrôlés. Mais c’est faire fi du poids économique de l’industrie pharmaceutique, laquelle s’appuie aussi en France sur une culture de prescription caractérisée par un « réflexe » médicaments chimiques, difficile à modérer car reflétant aussi une mauvaise coordination entre professionnels hiérarchisés, ou des usages par défaut et préventifs de produits par des prescripteurs sous-informés ou alliés aux industriels. C’est également faire fi aussi des présupposés sociaux que l’on retrouve chez les professionnels (stigmates de la vulnérabilité).

  • 16 . Expression utilisée par le sociologue Bernard Lahire lors de son interview menée par Sylvain Bour (...)

54Ces oublis ou cette méconnaissance des déterminations sociales et structurelles pesant sur la santé sont pourtant loin d’être marginaux (Beaud et al., 2006 ; Kerouedan 2013 ; Bergeron et Castel 2014). En réalité, peu de professionnels (dont des chercheurs), de politiques et de citoyens savent que les inégalités sociales de santé ne se résument pas aux comportements individuels ou aux « mauvaises » habitudes de vie (Lacourse 2006). Cela parce que la figure idéale du sujet « libre et autonome » (indépendamment de ses expériences et de ses ressources), capable de choisir ce qui lui convient en matière de santé comme de travail, est devenue le cœur de nos mythologies contemporaines16. Ce sont donc toujours Suzanne et plus encore Khadija et Jordan les responsables tout désignés de dysfonctionnements collectifs.

  • 17 . Les résultats des études invitent à penser plus largement la santé et le pluralisme des façons de (...)

55À ce sujet, le scénario proposé est aussi intéressant car il semble refléter à la fois d’anciennes représentations de la santé (santé = médecins + système de santé17) et de nouvelles tout aussi réductrices (éducation à la santé = alimentation saine + activité physique + équilibre psychologique (Cazin 2017)), mais aussi une constante hygiéniste. On y lit la persistance irréaliste à vouloir changer les modes de vie des personnes, souvent celles « d’en bas », les plus pauvres, faute de changer de regards à leur égard… et donc faute de regarder aussi les fondements inégalitaires de la société. À défaut de s’attaquer « aux causes de causes » des fractures sociales et économiques, il est alors préférable soit de les oublier, soit de les contourner, soit encore d’opter pour la figure en vogue du spécialiste dépolitisé.

56Mais justement, on peut peut-être encore espérer. Parce qu’il existe encore des hommes et des femmes politisés, et parce que notre monde reste inachevé.

57Et si, grâce à l’opiniâtreté de lanceurs d’alertes, les conflits d’intérêts (dans la santé notamment) devenaient de moins en moins acceptables pour le grand public ? Et si les « petits » prescripteurs de médicaments (pour la plupart libéraux dans nos études) venaient rassurer les étudiants dans les facultés de médecine – où des doyens ont commencé à s’engager dans la voie de formations indépendantes ? Et si les nouvelles générations de médecins étaient plus sensibilisées aux ISS et, devenus simples maillons d’une longue chaîne, se permettaient plus souvent de dire : « je ne sais pas et on cherche ensemble ». Et si, dès lors, les représentants d’usagers engagés – tel Que choisir (santé) – prenaient le relais d’une information indépendante des logiques de marché, également sur les risques écologiques (poussant des citoyens à contrer les orientations politiques – en l’occurrence plutôt les grands-parents de Suzanne) ? Et si, pour finir, des personnes malades n’acceptaient plus que leurs traitements aient autant, voire plus d’effets secondaires que d’effets bénéfiques ? En effet, les études de terrain tendent à montrer une attention de plus en plus marquée concernant les interactions médicamenteuses (entre médicaments), voire les contre-indications (interactions entre un médicament et une pathologie) et certains effets indésirables. Ce sont même parfois les patients qui en informent les médecins. De notre point de vue, une chose reste sûre : dans le contexte actuel d’un manque d’équité croissant dans le domaine sanitaire, il s’agirait aussi de faire entendre la voix de celles et ceux qui sont écartés ou s’écartent des discours sanitaires normatifs.

Bibliographie

ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES, 2014. Santé, l’état d’urgences, hors-série pratique, 66.

AMSELLEM Norbert, 2016. « Innovations thérapeutiques et processus de subjectivation en cancérologie. Une exploration », in B. Derbez, N. Hamarat et H. Marche (dir.), La dynamique sociale des subjectivités en cancérologie, Paris, érès : 133-150 (coll. « Cancers & psys »).

BALSA Ana I. et MCGUIRE Thomas G, 2003. « Prejudice, clinical uncertainty and stereotyping as sources of health disparities », Journal of Health Economics, 22 (1) : 89-116.

BASZANGER Isabelle, 2010. « Une autonomie incertaine. Les malades et les systèmes de soins », in E. Hirsch, Traité de bioéthique, t. II Soigner la personne, évolutions, innovations thérapeutiques, Paris, érès : 189-198.

BEAUD Stéphane, CONFRAVREUX Joseph et LINDGAARD Jade, 2006. La France invisible, Paris, La Découverte.

BELLAHSEN Mathieu, 2016. « Les pièges de l’empowerment », Santé mentale, no 212 : 72-77.

BERGERON Henri et CASTEL Patrick, 2014. Sociologie politique de la santé, Paris, Presses universitaires de France.

BRAMI Jean et AMALBERTI René, 2010. La sécurité du patient en médecine générale, Paris, Springer.

BRAUD Rosane, 2017. Construction d’une catégorie de « migrants » dans les actions de lutte contre les inégalités face au diabète en France, thèse de doctorat, université Sorbonne Paris Cité.

BRYÈRE Joséphine, DEJARDIN Olivier, LAUNAY Ludivine, COLONNA Marc, GROSCLAUDE Pascale, LAUNOY Guy et RÉSEAU FRANÇAIS DES REGISTRES DES CANCERS (Francim), 2017. « Environnement socio-économique et incidence des cancers en France », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 4 : 68-77.

BURTON-JEANGROS Claudine, 2004. Cultures familiales du risque, Paris, Anthropos.

CAZIN Éric, 2017. « Médecine intégrative : médecine du futur ? » [en ligne], https://www.prevention-sante.eu, disponible sur <https://www.prevention-sante.eu/actus/medecine-integrative-medecine-futur> [consulté le 18/06/2019].

COMMISSION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES, 2017. Compte rendu n° 47, mercredi 15 février 2017, disponible sur <http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-eco/16-17/c1617047.asp> [consulté le 18/06/2019].

COUR DES COMPTES, 2011. La Sécurité sociale, septembre 2011 [en ligne], disponible sur <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000546.pdf> [consulté le 18/06/2019].

DERBEZ Benjamin et ROLLIN Zoé, 2016. Sociologie du cancer, Paris, La Découverte (coll. « Repères »).

ERTUL Servet, MELCHIOR Jean-Philippe et WIDMER Éric (dir.), 2013. Travail, santé, éducation. Individualisation des parcours sociaux et inégalités, Paris, L’Harmattan (coll. « Logiques sociales »).

FASSIN Didier, 2004. « Les lois de l’inégalité », Mouvements 2, no 32 : 83-86.

—, 2016. « Une anthropologie politique et morale de la question sociale. De la culture de la pauvreté à la critique de la domination. Entretien », Communications 1, n° 98 : 147-158.

GELLY Maud et PITTI Laure, 2016. « Une médecine de classe ? Inégalités sociales, système de santé et pratiques de soins », Agone 1, n° 58 : 7-18.

GOLLAC Michel et VOLKOFF Serge, 2006 : « La santé au travail et ses masques », Actes de la recherche en sciences sociales 3, n° 163 : 4-17.

GUCHET Xavier, 2014. « Le patient “actionnable” de la médecine personnalisée », Socio-anthropologie, n° 29 : 37-51.

INSERM (dir.), 2008. Cancer et environnement. Rapport, Paris, Les éditions Inserm.

—, 2014. Inégalités sociales de santé en lien avec l’alimentation et l’activité physique. Rapport, Paris, Les éditions Inserm.

KEROUEDAN Dominique, 2013. Géopolitique de la santé mondiale, Paris, Fayard/Collège de France.

KIM Chul et PRASAD Vinay, 2015. « Cancer drugs approved on the basis of a surrogate end point and subsequent overall survival: an analysis of 5 years of US food and drug administration approvals », JAMA Internal Medicine, 175 (12) : 1 992-1 994.

LACOURSE Marie-Thérèse, 2006. Sociologie de la santé, Montréal, Chenelière Éducation.

LECLERC Annette, KAMINSKI Monique et LANG Thierry (dir.), 2008. Inégaux face à la santé. Du constat à l’action, Paris, La Découverte.

OCDE, 2015. Panorama de la santé 2015 : les indicateurs de l’OCDE, Paris, Éditions OCDE.

OMS, 2013. Santé 2020. Cadre politique et stratégie, Copenhague, OMS, Bureau régional de l’Europe.

POTVIN Louise, MOQUET Marie-José et JONES Catherine M. (dir.), 2010. Réduire les inégalités sociales en santé, Saint-Denis, Inpes (coll. « Santé en action »).

VEGA Anne, 2012. « Positivisme et dépendance : les usages socioculturels du médicament chez les médecins généralistes français », Sciences sociales et santé, vol. 30, n° 3 : 71-99.

Notes

1 . Alors que l’Inserm parle dès 1996 d’une catastrophe sanitaire (causée par l’inhalation des fibres d’amiante, produit cancérigène), l’indemnisation des victimes reste problématique, renvoyant à une sociologie des problèmes publics.

2 . Voir le rapport de Philippe Verger, La politique du médicament en Ehpad, remis en décembre 2013. https://www.soignantenehpad.fr/medias/files/rapport-politiquedu-medicament-en-ehpad-final.pdf (consulté le 26 juillet 2019).

3 . Médicament qu’une firme développe uniquement pour prendre une part de marché, sans prétendre innover sur le plan thérapeutique. Voir plus loin « Représentations des produits et écoute de patients ».

4 . Lorsqu’un laboratoire pharmaceutique désire mettre en vente un produit de santé, il doit présenter un dossier auprès de l’autorité compétente concernée afin d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché (AMM).

5 . Dont l’efficacité n’est pas toujours prouvée scientifiquement, notamment dans la prévention de cancer.

6 . Ceci vaut aussi pour l’accès et la participation à la « médecine intégrative », surtout en France.

7 . Chaque médecin revendique une liberté, une forte autonomie dans son travail : depuis le choix de son lieu d’exercice (d’où des déserts médicaux) en passant par ses prescriptions.

8 . Incluant d’une façon large l’éducation, la promotion de la santé et ses liens avec les autres activités socio-économiques, ils font appel tant à des médecins qu’à des sages-femmes, infirmières, auxiliaires et travailleurs sociaux.

9 . Depuis le premier Guide des médicaments en 1974 jusqu’au Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux de Philippe Even et Bernard Debré en 2012.

10 . Notons que la création du premier Institut de l’usager à l’École des hautes études en santé publique ne date que de 2015.

11 . Comprenant aussi les antibiotiques, antidépressifs et médicaments visant à soigner l’hypertension artérielle.

12 . Comme la médecine intégrative, la notion d’empowerment a été importée des États-Unis et renvoie au développement du pouvoir d’agir. Elle trouve son origine dans les luttes politiques radicales critiquant les systèmes de domination des minorités (inégalités le plus souvent fondées notamment sur des logiques d’intersectionnalité que nous allons illustrer car toujours présentes).

13 . « Rapport Corsac2, Anne Vega, juillet 2017 », document de travail en cours de publication issu de l’analyse du second volet de l’étude : https://sophiapol.parisnanterre.fr/la-recherche-/les-programmes-de-recherche/corsac-la-coordination-des-soins-ambulatoires-durant-la-phase-therapeutique-initiale-du-cancer-experiences-des-patients-et-des-professionnels-visant-a-reduire-les-ingealites-sociales-de-sante--606512.kjsp?RH=1429602259142 (consulté le 26 juillet 2019).

14 . La médiane de survie après diagnostic de métastases varie ainsi actuellement de 13 mois (cancer du sein triple négatif) à 56 mois (cancers du sein Her2-positifs).

15 . Ils n’avaient pas le baccalauréat mais ne rencontraient pas de problèmes financiers majeurs, ni d’isolement social et étaient pourvus de la sécurité sociale avec une mutuelle complémentaire.

16 . Expression utilisée par le sociologue Bernard Lahire lors de son interview menée par Sylvain Bourmeau sur France Culture : « L’individu dans les plis singuliers du social », La suite dans les idées, émission du 23 février 2013. En ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/lindividu-dans-les-plis-singuliers-du-social (consulté le 11 septembre 2019).

17 . Les résultats des études invitent à penser plus largement la santé et le pluralisme des façons de (se) soigner irréductibles aux prises en charge par des médecins, même si leurs élites jouent un rôle majeur dans les politiques de santé.

Auteurs

Docteur en sociologie de l’université Albert Ludwig (Fribourg, Allemagne), postdoctorant à l’Espace éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease), chercheur associé au Centre Max Weber (Lyon) et membre du Collectif « évolutif »

Docteure en anthropologie sociale et ethnologie de l’École des hautes études en sciences sociales, membre rattaché au laboratoire Sophiapol (EA 3932 « Laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques ») et présidente de l’association Sciences humaines et Santé

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site