Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le futur de la santé

 | 
Léo Coutellec
, 
Alexia Jolivet
, 
Sebastian J. Moser
, 
et al.

Introduction. Vers une éthique de l’anticipation

Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser et Paul-Loup Weil-Dubuc

Texte intégral

1Anticiper les futurs de la santé ne peut se réduire à une anticipation de la santé du futur : tel est le postulat à l’origine de cet ouvrage et la raison pour laquelle le lecteur cherchera en vain une liste des nouvelles technologies qui forment ou formeront ce que l’on appelle désormais la santé numérique. Pour construire une vision, il ne suffit pas d’additionner des options. Au contraire, anticiper les futurs de la santé, c’est davantage s’interroger sur le champ de possibilités qui s’ouvre lorsque l’on se défait de certains tropismes technologiques. C’est prendre soin de la santé du présent et de notre façon d’y être attentif sans contraindre l’espérance d’un futur meilleur. C’est finalement remettre au centre des préoccupations une éthique de l’anticipation comprise comme éthique de notre façon de prendre soin du futur.

L’omniprésence paradoxale des appels à l’anticipation

2Prévision, prédiction, pronostic, diagnostic, scénario : autant de notions qui révèlent une volonté d’anticipation, et qui se concrétisent dans des dispositifs de soin, de décision, de prospective ou de planification. Dans le domaine de la santé, l’anticipation devient une préoccupation de premier ordre avec la multiplication des diagnostics de plus en plus précoces (pré-, voire asymptomatiques). Elle transforme la pratique scientifique, sous la forme de prédictions, via l’amélioration de la précision et de la puissance computationnelles et l’avalanche de données (big data) (Leonelli 2019). L’anticipation est au cœur des débats autour du changement climatique où modèles de prédiction, scénarios et simulations sont devenus des outils tout aussi scientifiques et techniques que politiques. Dans les domaines économique et financier, l’anticipation se trouve dans une situation paradoxale, entre l’accélération des flux financiers, l’adoption d’une forme de « gouvernance algorithmique » (Rouvroy et Berns 2013) et la nécessité d’une attention pour le long terme. Aussi, l’anticipation est devenue un nouvel enjeu de recherche transversale et non plus seulement de la prospective, comme en témoigne l’organisation régulière depuis 2015 d’un congrès international sur l’anticipation ou la publication de monographies consacrées entièrement à ce thème (Poli 2017). L’accélération de nos sociétés (Rosa 2010), la globalisation des moyens de communication, la digitalisation de l’existence renforcent paradoxalement cette volonté d’anticiper là où nous observons pourtant un repli sur le présent (Hartog 2003).

3S’agit-il alors d’un paradoxe ou d’une illustration de la domination d’une certaine conception de l’anticipation, celle qui se confond avec la prédiction, visant à maîtriser le futur pour mieux agir sur lui au point de l’hypothéquer, de le déterminer, finalement au point de le faire disparaître au profit d’un présent continué ?

  • 1 Il s’agit d’un séminaire universitaire coordonné par l’Espace éthique Île-de-France et le départem (...)

4C’est précisément à cette problématique que nous travaillons depuis 2014 avec le séminaire « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur1 ». Au-delà d’une dimension technologique ou de déterminations sociopolitiques qui les font émerger, nous avons pu constater que ces démarches engagent une certaine conception de l’anticipation et, plus précisément, qu’à une époque où le futur resurgit comme préoccupation sociale et politique (Innerarity 2008), nous assistons à une conflictualité nouvelle au sein d’une pluralité de conceptions de l’anticipation.

Depuis la pluralité des conceptions de l’anticipation

5Si nous partons d’une définition minimale de l’anticipation – il y a anticipation lorsqu’il y a préoccupation pour le futur –, nous pouvons considérer que cette aspiration s’exprime de multiples manières. L’enjeu d’une éthique de l’anticipation est d’en identifier les potentialités, les présupposés, les contradictions, voire les incompatibilités. Sur la base de nos observations et de nos analyses permises par le séminaire « Anticipation(s) », nous avons identifié trois façons de se préoccuper du futur : l’anticipation prédictive (le registre du probable), l’anticipation adaptative (le registre du possible) et l’anticipation projective (le registre de l’imaginable). Il s’agit de trois manières de penser le « non-actuel » (Granger 1995) ou le « non-encore-être » (Bloch 1976) dans le présent, et par conséquent de pluraliser notre rapport au futur, au savoir d’anticipation et à une certaine philosophie politique. Autrement dit, nous mettons en lumière la complexité de nos rapports à l’anticipation qui se présente ainsi comme une variation de notre rapport au futur sous les registres du probable, du possible et de l’imaginable. C’est une caractérisation certes schématique mais qui permet néanmoins d’entrevoir que ces différentes figures de l’anticipation ont plus ou moins de relief et d’impact selon les milieux et de remarquer notamment la domination exercée aujourd’hui par l’anticipation prédictive.

L’anticipation prédictive ou le monde probable

« La société du risque est une société qui se caractérise par le fait qu’elle se réfléchit, qu’elle pense ses problèmes comme des risques. »
François Ewald

  • 2 Rosen considérait qu’un « système anticipateur est un système contenant un modèle prédictif de lui (...)

6Les mots « anticipation » et « prédiction » ne sont-ils pas en effet souvent considérés comme interchangeables dans les textes et les discours2 ? Dans le domaine de la médecine par exemple, l’anticipation peine à se penser en dehors de la prédiction, prise dans les déterminations de « la société du probable » (Touffut 2007), à tel point que la critique de l’injonction à prédire, critique pourtant légitime, sert parfois à disqualifier toute démarche anticipatrice. Nous comprenons donc l’enjeu de définir la prédiction comme une version parmi d’autres de l’anticipation. L’anticipation prédictive règle son rapport au futur sous le registre du probable en s’appuyant sur l’arme méthodologique indiquant la chance mesurée qu’un événement puisse advenir parmi un ensemble de possibilités. Le probable, comme version graduée et mesurée du possible, est le résultat d’un calcul que l’on peut caractériser comme une spéculation sur l’avenir à partir des éléments connus ou supposés constitutifs – car sélectionnés – du passé ou du présent. Ainsi, cette conception suppose une forme de préemption du futur – car il s’agit bien de pré-dire – par la surdétermination de ce qui sera par ce qui est ou par ce qui fut. En ce sens, l’anticipation prédictive répond à une chronologie linéaire, elle fabrique des futurs probables le long de la « flèche du temps » (Bensaude-Vincent 2016), ne laissant pas de place pour la bifurcation imprévisible. L’incertitude liée à l’imprévisibilité de ce qui peut advenir n’est donc pas tolérée dans un tel cadre, qui l’internalise sous forme d’intervalle de confiance statistique ou l’invisibilise en la considérant comme un « bruit ». Pour le dire dans d’autres termes, l’« incertitude ontologique » des systèmes complexes se trouve capturée ou anesthésiée par une incertitude considérée comme « épistémique » (Walker et al. 2003 ; Weil-Dubuc 2014), imputée à l’incomplétude des savoirs. On omet ainsi de considérer aussi bien les conséquences inconnues de variables connues que les conséquences inconnues de variables inconnues (Mitchell 2007). Le futur prédit est ainsi un futur réduit, un futur qui sélectionne, sous un critère de quantification, des possibles parmi les possibles. Mais le futur prédit est aussi un futur risqué construit selon une logique inductive à partir des probabilités ou un futur inféré selon une logique abductive qui cherche à sélectionner la meilleure explication (Hacking 2004).

7Si le style de raisonnement probabiliste reste prédominant dans les démarches d’anticipation prédictive, nous observons une mutation conceptuelle avec l’arrivée des démarches big data. Celles-ci ne procèdent plus exactement selon la même logique : elles mettent au cœur de leur prédiction l’aspect massif des données et leur propension à faire émerger des corrélations jusqu’à présent invisibles. Le principe d’agrégation y est alors premier (Coutellec et Weil-Dubuc 2017). Dans ce cadre, le futur prédit est toujours un futur probable mais sous le mode de l’agrégat, c’est un futur agrégateur. Se manifeste alors une tension entre efficacité – des dispositifs prédictifs, principalement grâce à la puissance computationnelle permettant d’agréger et d’analyser une quantité et une diversité toujours plus grandes de données – et pertinence – des connaissances qui en sont issues. Comment retrouver le sens (signification et direction) dans ce futur-agrégat qui, à bien des égards, pourrait se muer en prophétie autoréalisatrice (Solhdju 2015) ? Parce que telle chose a été, parce que telle chose a de grandes chances d’advenir de nouveau, ou a une forte propension à s’agréger à d’autres, alors elle aura une existence dans le futur : le caractère performatif des probabilités trouve ici sa meilleure illustration. Annoncer à une personne qu’elle a 67 % de « chance » ou de « risque » d’avoir telle maladie n’est pas seulement la présentation du résultat d’un calcul de probabilité, c’est aussi un geste qui consiste à faire exister cet événement dans le futur, un acte performatif dessinant un futur possible autour d’un fait probable. Mais n’est-ce pas seul le futur qui tranchera sur sa réalité ou non ? Comment laisser alors ouverte la possibilité que le futur annoncé n’advienne pas ? Comment prédire sans déterminer ? Comment résister à la confusion entre possible-probable et possible-possible créée par la performativité du calcul ?

8La philosophie politique suggérée par cette conception de l’anticipation est de type conservateur, dans la mesure où les conditions du passé surdéterminent l’avenir. Un calcul de probabilité ou une opération d’agrégation n’invente pas. Le futur prédit ne peut être considéré que comme un prolongement ou une variante de ce qui a existé dans le passé. L’anticipation prédictive, en surdéterminant le probable dans notre rapport au futur, installe le risque au centre de la décision politique et au cœur de la réflexion éthique (Ewald et Kessler 2000). C’est en cela que ce type d’anticipation est, à notre sens, problématique, a fortiori lorsqu’il cherche à imposer son hégémonie.

L’anticipation adaptative ou le champ du possible

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible. »
Antoine de Saint-Exupéry

9L’anticipation adaptative, quant à elle, relève du registre du possible, et cherche à créer les conditions d’un futur dessiné tout en restant ouvert. L’imprévisibilité de ce qui peut advenir est érigée en principe d’action pour le présent. Cette indétermination du futur implique une anticipation qui prend en compte le potentiel évolutif des situations et qui accorde une place centrale aux capacités d’adaptation des individus et des systèmes. Il ne s’agit pas de prédire mais d’envisager des possibles auxquels nous n’associons pas une probabilité mais une possibilité, c’est-à-dire « un inventaire de tous les changements alternatifs qu’une entité peut subir » (Kottow 1984 : 297). Un futur est possible, compossible, s’il n’est pas incompatible ou contradictoire avec les conditions du présent.

  • 3 Ces postures d’anticipation adaptative ainsi que d’autres ont été interrogées lors de la quatrième (...)

10La catégorie de possibilité relie l’espérance d’un possible à la matérialité du monde qui l’héberge. Parce que le réel est riche de possibles non encore réalisés, il existe une multitude de « possibilités réelles » vers lesquelles nous pourrions aller. Selon Ernst Bloch, « l’utopie n’est pas la fuite vers l’irréel, c’est l’exploration des possibilités objectives du réel et le combat pour leur concrétisation » (cité dans Desroche et al. 2019). La pensée blochienne rencontre cette conception de l’anticipation lorsqu’elle invite à anticiper des « images de souhait » grâce à une épistémologie de la conscience anticipante, forme d’espérance érudite (docta spes) ou de rationalité utopique. Dans ce cadre, non-savoirs et incertitudes ne sont ni ignorés ni réduits dans un calcul de risque, mais au cœur des dispositifs de production de connaissances (Firestein 2012). Les savoirs d’anticipation relevant de cette conception ne cherchent pas à connaître ou à dire avant le futur, mais à connaître ou à dire avec le futur. Une conséquence épistémologique est le caractère nécessairement non disciplinaire de ces savoirs, dans le sens où l’adaptation demande une forme de pragmatisme qui invite à mobiliser des registres de connaissances hétérogènes et transversaux. La diversité épistémique devient une capacité pour faire face à l’imprévisible, et implique ainsi les pratiques comme la fuite, le bricolage, l’humour ou bien la contestation3. L’anticipation adaptative cherche la persistance dans l’action d’un futur toujours ouvert, car il ne s’agit pas simplement de s’adapter à une situation imprévue mais de poursuivre l’anticipation tout en s’adaptant pour laisser ouvert le champ des possibles. L’idée que l’imprévisible déjoue les plans de la prédiction ne suffit pas à dire que nous sortons complètement d’une anticipation prédictive si les actions qui suivent cet imprévisible sont elles-mêmes prédictives. L’enjeu de l’anticipation adaptative est donc de prendre au sérieux à la fois l’imprévisible mais aussi l’imprévisible de la réaction à l’imprévisible.

L’anticipation projective ou l’expression de l’imaginable

« Quand un rêveur parle, qui parle, lui ou le monde ? »
Gaston Bachelard (1960 : 160)

11Le lecteur de cet ouvrage sera confronté à une troisième conception de l’anticipation, l’anticipation projective, dont la caractéristique principale est la rupture temporelle dans la chronologie en s’appuyant, à la manière de l’utopie, sur les fictions. Le futur anticipé est une projection, désirable ou alarmante, mais dans tous les cas radicalement nouvelle. La force de cette conception est un détachement à la fois des poids du passé et des déterminations du présent. Il ne s’agit pas de prendre en compte les possibilités mais d’imaginer l’inimaginable, de penser l’impensable, pour débattre de l’impossible. L’invention conceptuelle est au cœur de cette idée d’anticipation, que l’on peut, à certains égards, rapprocher de certaines théories de la conception innovante (Amar 2014) et d’une épistémologie générique qui travaille par sous-détermination (Schmid 2016).

12C’est précisément cette méthode que nous avons décidé d’utiliser pour la troisième année du séminaire « Anticipation(s) » dont cet ouvrage est le résultat. La sous-détermination est une méthode d’invention consistant à soustraire un élément essentiel d’un système pour en imaginer des ramifications imprévisibles, pour en imaginer des extensions. Que serait le futur de la santé sans les médecins ? Quel serait le visage de la médecine sans la maladie ? Plutôt que de rajouter des dimensions ou des éléments à la situation présente pour imaginer la situation future, nous opérons une soustraction, nous pensons le futur à n-1. La fiction alors créée se loge dans un paysage qui n’est ni exclusivement borné par les probables, ni déterminé par les possibles d’une situation donnée. Se libérant de la « continuité entre le présent et ce qui vient après », cette méthode relève d’une conception du futur qui n’est plus simplement un temps, mais aussi un mode de présence. Alors le futur n’est plus une opacité, une réalité obscure, impénétrable, mais est « tout autant à la source qu’à l’aboutissement » (Schmid 2015). Il devient un terrain où peuvent s’inventer des agencements entre dimensions non exclusivement dépendantes de la chronologie, une forme de « poétique de l’inconnu » (Amar 2013).

Penser le futur de la santé par la fiction

13Le philosophe Philippe Barrier introduit son propos par une réflexion portant sur le « scénario » comme point de départ d’un film à venir et accentue ainsi sa vision de l’anticipation projective. Celle-ci fait figurer quelque chose qui n’existe pas encore, et détermine le futur, mais avec une marge d’indétermination. Par la suite, Ph. Barrier critique le scénario proposé qui est pour lui le témoignage d’une déshumanisation programmée de la relation de soin, déjà à l’œuvre aujourd’hui.

14L’historien et philosophe Roberto Poma livre une mise en perspective historique sur l’idée d’une maladie sans symptômes. L’interprétation des symptômes, leur analyse et leur classification sont centrales en médecine depuis l’Antiquité grecque. S’est toutefois développé, parallèlement à la sémiotique, un art du pronostic qui, avec la modernité, commence à faire l’économie de la symptomatologie. Selon R. Poma, l’histoire du symptôme serait celle d’une tragi-comédie dont on a peine cependant à considérer le dénouement aussi heureux qu’annoncé, surtout au vu de la fiction proposée.

15Anticiper une médecine sans médecin implique, pour Jean-Christophe Weber, de s’interroger sur la place et le rôle qu’occupe désormais le médecin dans les relations de soin. Sur une ligne de crête, entre art et science, le médecin est un équilibriste, celui dont le devoir est de créer en chaque instant un « universel concret ». Mais quand le médecin se transforme en interface technique permettant simplement de recueillir des données pour ensuite établir des préconisations thérapeutiques sur la base d’un calcul algorithmique, alors son devenir et son utilité sont questionnés effectivement. Si une médecine sans médecin n’est pas souhaitable, c’est parce qu’une médecine sans interprétation, sans écoute, sans relation ne serait alors plus une médecine.

16Pour Laurent Denizeau, le fantasme d’une médecine sans maladie annonce la généralisation d’une médecine préventive essentiellement technique, et qui s’appréhende alors comme une médecine omnisciente, une médecine de la maîtrise qui prévoit tout à tel point que la maladie n’a plus la possibilité d’apparaître. C’est cette possibilité que l’auteur interroge, en cela qu’elle est aussi une ressource pour le soin. Selon lui, le soin n’est pas seulement ce qui permet de réduire une souffrance, c’est aussi et surtout un fondement social, une relation. Sans tomber dans un dolorisme opportuniste, l’auteur défend l’idée paradoxale qu’une société sans maladie serait invivable.

17Albert Ogien nous présente ses trois étonnements, suscités par la lecture d’une fiction consacrée à la disparition des standards. Il y interroge l’emprise de la marchandisation de la santé et de l’ordre normatif gestionnaire dans nos imaginaires, modes internalisés d’une santé irrémédiablement coûteuse. S’en suivent un questionnement et une proposition d’ouverture à d’autres formes de régulation, notamment par le biais d’une concertation plus collective, fondée sur une confiance envers des citoyens à même de déployer leur rationalité de manière raisonnable et éclairée. La santé comme bien incommensurable et commun, est-ce là une autre fiction ?

18L’anthropologue Anne Vega propose, à la suite du scénario « Une médecine sans médicament », un contre-scénario. Pour ce faire, elle s’appuie à la fois sur ses études analysant le contexte culturel très favorable à la prescription des médicaments ainsi que sur une approche critique de la prévention pour tous. Elle démontre que l’amélioration de la santé de la population doit aller de pair avec l’amélioration des conditions de vie et la promotion de la santé, notamment des populations les plus défavorisées.

Bibliographie

AMAR Georges, 2013. Aimer le futur. La Prospective, une poétique de l’inconnu, Roubaix, FYP éditions.

—, 2014. « Prospective non-prédictive. Pour une conception paradoxale du futur », communication à l’occasion des Conversations éthique, science et société, 9 juin 2014, Paris, disponible sur <https://www.youtube.com/watch?v=Ll3GivKXefY> [consulté le 21/05/2019].

BACHELARD Gaston, 1960. La poétique de la rêverie, Paris, Presses universitaires de France.

BENSAUDE-VINCENT Bernadette, 2016. « Comment sortir du piège de la flèche du temps ? », Revue française d’éthique appliquée, n° 2 : 90-98.

BLANDIN Patrick, 2009. De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Éditions Quæ (coll. « Sciences en questions »).

BLOCH Ernst, 1976. Le Principe Espérance, t. I, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de philosophie »).

COUTELLEC Léo et WEIL-DUBUC Paul-Loup, 2017. « Big data ou l’illusion d’une synthèse par agrégation. Une critique épistémologique, éthique et politique », Journal international de bioéthique et d’éthique des sciences, vol. 28 : 63-79.

DESROCHE Henri, PICON Antoine et GABEL Joseph, 2019. « Utopie », Encyclopædia Universalis [en ligne], disponible sur <http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/> [consulté le 26/07/2019].

EWALD François et KESSLER Denis, 2000. « Les noces du risque et de la politique », Le Débat, n° 109 : 55-72.

FIRESTEIN Stuart, 2012. Ignorance: How It Drives Science, Oxford, Oxford University Press.

GRANGER Gilles-Gaston, 1995. Le probable, le possible et le virtuel, Paris, Éditions Odile Jacob.

HACKING Ian, 2004. L’ouverture au probable. Éléments de logique inductive [trad. Michel Dufour], Paris, Armand Colin.

HARTOG François, 2003. Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

INNERARITY Daniel, 2008. Le futur et ses ennemis : de la confiscation de l’avenir à l’espérance politique, Paris, Climats.

KOTTOW Michael, 1984. « Ethical problems in arguments from potentiality », Theoretical medicine, 5 (3) : 293-305.

LEONELLI Sabina, 2019. La recherche scientifique à l’ère des Big Data : cinq façons dont les Big Data nuisent à la science et comment la sauver, Paris, Éditions Mimésis.

MITCHELL Sandra D., 2007. « The import of uncertainty », The Pluralist, 2 (1) : 58-71.

POLI Roberto, 2017. Introduction to anticipation studies, Cham, Springer.

ROSA Hartmut, 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

ROSEN Robert, 1985. Anticipatory Systems. Philosophical, Mathematical and Methodological Foundations, Oxford, Pergamon Press.

ROUVROY Antoinette et BERNS Thomas, 2013. « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation ? », Réseaux, n° 177 : 163-196.

SCHMID Anne-Françoise, 2015. « Quelle épistémologie pour une connaissance du futur ? », communication à l’occasion du séminaire « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur », 21 mai 2015, Espace éthique Île-de-France.

—, 2016. « Les ambiguïtés de l’éthique appliquée », Revue française d’éthique appliquée, n° 1 : 92-102.

SOLHDJU Katrin, 2015. L’épreuve du savoir. Propositions pour une écologie du diagnostic [trad. Anne Le Goff], Paris, Éditions Dingdingdong.

TOUFFUT Jean-Philippe (dir.), 2007. La société du probable, Paris, Albin Michel.

WALKER Warren E., HARREMOËS P., ROTMANS Jan, VAN DER SLUIJS Jan P., VAN ASSELT Marjolein B. A., JANSSEN Peter et KRAYER VON KRAUSS M. P., 2003. « Defining uncertainty. A conceptual basis for uncertainty management in model-based decision support », Integrated Assessment, 4 (1) : 5-17.

WEIL-DUBUC Paul-Loup, 2014. « Dépasser l’incertitude. Le pari hasardeux de la médecine prédictive », Esprit, 2014/7 : 20-29.

Notes

1 Il s’agit d’un séminaire universitaire coordonné par l’Espace éthique Île-de-France et le département de recherche en éthique de l’université Paris-Sud/Paris-Saclay (EA1610, Labex Distalz : « Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease »).

2 Rosen considérait qu’un « système anticipateur est un système contenant un modèle prédictif de lui-même et/ou de son environnement, qui lui permet de changer d’état à un instant en accord avec les prédictions du modèle se rapportant à un instant ultérieur » (Rosen 1985 : 341).

3 Ces postures d’anticipation adaptative ainsi que d’autres ont été interrogées lors de la quatrième année (2016-2017) du séminaire « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur ». Nous tenons à remercier Sébastien Claeys et Robin Michalon qui ont coorganisé ce cycle avec nous.

Auteurs

Enseignant-chercheur (MCF) en épistémologie et éthique des sciences contemporaines, université Paris-Sud — Paris-Saclay (EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques »), Conseil pour l’éthique de la recherche et l’intégrité scientifique (Poléthis), Espace de réflexion éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease)

Docteur en sociologie de l’université Albert Ludwig (Fribourg, Allemagne), postdoctorant à l’Espace éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease), chercheur associé au Centre Max Weber (Lyon) et membre du Collectif « évolutif »

Docteur en philosophie morale et politique, chercheur en éthique à l’Espace éthique Île-de-France/Labex DistAlz (Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to Alzheimer’s disease), université Paris-Sud — Paris-Saclay (EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques »)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site