Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Troisième partie. Frère et sœur : le cœur du Kainga

Conclusion de la troisième partie

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

La relation unissant un frère et une sœur est fondée sur des principes qui structurent l’ensemble de la parenté. La sœur est une aînée « absolue ». Combiné avec le principe de séniorité des lignées et répercuté de génération en génération, ce critère hiérarchise les relations internes au kainga, lui procurant ses chefs naturels, le père, le tamai, et sa sœur, la mehekitanga. L’un et l’autre assurent, mais dans des registres différents, la pérennité du kainga.

Chaque groupe local, construit sur une base patrilinéaire en raison du mode de résidence, attribue, par la pensée, à ses femmes — les sœurs de chaque génération — un pouvoir considérable sur sa propre destinée : du fait de leur pouvoir symbolique de veto sur les lignées fraternelles, ce sont elles qui sont censées contrôler les moyens de reproduction du kainga. Paradoxalement, ces groupes kainga, constitués localement autour d’un noyau d’hommes, paraissent se concevoir vis-à-vis des enfants de sœur, élevés ailleurs, comme une co...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540