Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Troisième partie. Frère et sœur : le cœur du Kainga

Introduction

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Si l’on examine la signification commune du terme de kainga dans les trois sociétés considérées, on constate qu’il y revêt les acceptions suivantes :

  • Tous ceux qui ont des parents en commun ;
  • Tous ceux qui sont issus d’une même terre (à Futuna) ou d’un même village (à Tonga et à Wallis) par opposition à ceux qui viennent d’une autre terre ou d’un autre village ;
  • Tous ceux qui sont issus de Tonga, de Wallis ou de Futuna par opposition aux étrangers.

Le concept de kainga opère donc une dichotomie entre une catégorie « entre soi » et une catégorie « les autres », dans différents contextes, parental ou local. Si on regarde maintenant à quoi sont tenus ceux qui relèvent de la catégorie « entre soi », on remarque que :

  • Tous se doivent des services réciproques qui consistent en une assistance mutuelle dans toutes les circonstances et plus spécifiquement au moment des rites de passage 
  • Tous sont collectivement responsables de la fatongia (redevance en nature et en services) due au chef ;
  • Enfin, to...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540