Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Chapitre 10. Le kaiga à Futuna

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

L’ÎLE ET LA SOCIÉTÉ FUTUNIENNE1

Le contexte géo-écologique

C’est une île d’environ 130 km2, située à 170 km à l’ouest de Wallis. Comme sa voisine, elle est d’origine volcanique ; contrairement à cette dernière, c’est une île surélevée (makatea), entourée d’un récif frangeant qui ne laisse apparaître qu’un étroit plâtier. Le mont Puke culmine à 760 mètres, donnant à l’île l’allure d’un morceau de montagne jeté au milieu de l’océan.

La ligne de partage des eaux s’allonge du nord-ouest au sud-est, le long de l’arête principale d’où descendent quelques cours d’eau (carte 11). Les hautes pentes, livrées à la forêt ou à la pelouse herbeuse du toafa (désert)2, sont appelées vao matua ou vieille brousse. Plus bas, s’étagent les plantations en culture sèche : cocoteraies, ignames, manioc, arrow-root, taros géants, curcuma ou ago (Curcuma longa)3. A la limite de la roche volcanique et des formations coralliennes, des sols noirs et humides permettent de produire des taros en culture submergée (fi...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540