Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Chapitre 7. Le kainga aristocratique tongien aujourd’hui

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

UN CHEF TITRÉ, UN DOMAINE HÉRÉDITAIRE, DES SUJETS

Tupouto’a ou la naissance d’un titre royal

Les villageois de Taoa vivent sur le domaine héréditaire, ou tofi’a, du prince héritier, Tupouto’a. Le titre de Tupouto’a, ainsi que le domaine afférent, sont en principe attribués à l’héritier de la couronne1. L’histoire de la constitution de ce titre et de son tofi’a est instructive. En effet, le titre de Tupouto’a a été crée en 1921 par la dernière reine, Salote Tupou III, pour être donné à un membre de la famille royale, Mateialona. Tupouto’a était le nom personnel du père du grand roi Taufa’ahau Tupou Ier. Faire de ce nom un titre, c’était une manière d’honorer l’ascendance — la lignée — du fondateur de la monarchie actuelle. Le titre de Tupouto’a est donc ce qu’on appelle un hingoa fakanofo, un « nom-qui-demeure », c’est-à-dire un nom propre devenu titre. Mateialona, le premier porteur du titre était un arrière-petit-fils du roi Taufa’ahau et un cousin de la reine Salote2. En créant pour...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540