Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Première partie. Les unités sociales contemporaines

Conclusion de la première partie

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

La société tongienne contemporaine est constituée d’unités sociales s’emboîtant les unes dans les autres, à la manière des poupées russes : curieusement, chacune d’elles, peut, dans certaines circonstances, être appelée du terme unique de kainga. Le mot kainga possède donc un champ sémantique particulièrement vaste puisqu’il désigne des groupes qui varient considérablement par leur morphologie, leur échelle ou même leur structure. A ce caractère récurrent de la notion de kainga, s’ajoute un trait tout à fait singulier puisque dans trois contextes kainga différents, les acteurs sociaux impliqués accomplissent entre eux le même geste symbolique de l’offrande des premiers fruits : entre un chef et ses « gens », entre un frère et une sœur, entre l’ensemble des Tongiens et leur chef suprême. Pourquoi l’offrande rituelle polopolo se fait-elle dans ces trois contextes et dans ceux-là seulement ? Pourquoi chacun de ces contextes est-il appelé kainga, terme qui sert par ailleurs à désigner l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540