Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Première partie. Les unités sociales contemporaines

Chapitre 1. Le royaume environnement, économie, institutions

Texte intégral

LE CONTEXTE GÉO-ÉCOLOGIQUE

1Le royaume de Tonga est un archipel du Pacifique sud. Situé entre 15 et 23° de latitude sud et entre 173 et 177° de longitude ouest, l’archipel tongien occuperait à peu près le centre d’une ligne imaginaire reliant la Nouvelle-Calédonie à Tahiti. Avec ses 169 îles, réparties sur une aire maritime considérable — 360 000 km2 — l’archipel occupe pourtant une superficie terrestre modeste de 750 km2 (Crane 1979 : 6). Îles et îlots se regroupent en trois ensembles distincts, séparés par environ 250 km : au nord, le groupe dé Vava’u, au centre le groupe de Ha’apai, au sud le groupe de Tongatapu (carte 2).

2S’il arrive à Tonga par le nord (Vava’u) et en bateau, et à condition d’être encore à quelques encablures du rivage, le voyageur du xxe siècle peut imaginer que la nature qui s’offre à lui est la même que celle qui se présentait jadis aux regards des premiers découvreurs : enchevêtrement d’îles et d’îlots recouverts d’une végétation opulente, dégringolant sans contrainte jusque dans une mer turquoise, dont l’invraisemblable transparence laisse apercevoir une faune prodigieuse d’abondance et de diversité. Bref l’imagerie polynésienne d’une terre bénie par les dieux paraît, au premier abord, ne pas pouvoir être prise en défaut. Pourtant, sous cette prodigalité se cache, on va le voir, une vraie fragilité.

3Les îles de Tonga sont constituées par les sommets émergés de deux chaînes sous-marines, grossièrement parallèles et de direction nord-est/sud-ouest, séparées par le fossé tectonique de Tofua, et bordées à l’est par la fosse sous-marine de Tonga, la deuxième fosse du monde par la profondeur (10 793 m) (Crane 1979 : 7). La chaîne occidentale correspond à de hautes îles volcaniques en activité, comme celle de Kao qui culmine à 1 125 mètres d’altitude. Ces îles hautes n’ont jamais été habitées de manière permanente, en raison principalement de la fréquence des éruptions. L’intensité de l’activité géologique, également manifeste dans les très fréquentes secousses sismiques, est due à la situation de l’archipel en bordure de la zone de subduction entre la plaque australo-asiatique et la plaque du Pacifique.

2. Le royaume de Tonga (source : Latukefu 1974 : 6)

  • 1 A quelque 300 km au nord de Vava’u, se situent les îles de Niuaropurapu er Tafahi, et à 190 km au (...)
  • 2 Sur les parties orientale et méridionale des îles coralliennes ainsi que sur les terrasses de lave (...)
  • 3 Des études font apparaître un appauvrissement sensible des sols cultivés sous l’effet conjugué du (...)
  • 4 .On peut cependant distinguer deux saisons : une saison chaude et humide, de décembre à avril, avec (...)
  • 5 Il semble que ce soir précisément au cours de cette saison cyclonique que se pratiquaient autrefoi (...)
  • 6 En prévision des évenruelles famines, on creusait des fosses dans lesquelles on enterrait des igna (...)

4La chaîne orientale est constituée d’îles coralliennes dont certaines ne s’élèvent que de quelques mètres au-dessus de la surface de la mer. En revanche, les îles de Tongatapu et d’Eua, dans le groupe méridional, et celle de ‘Uta Vava’u, dans l’archipel du Nord, sont des îles surélevées (makated), formées de collines et de terrasses1. La végétation primitive est constituée par la forêt subtropicale humide dont on trouve des vestiges dans les régions les plus excentriques de l’archipel, comme par exemple dans l’île d’Eua. Cependant, d’une manière générale, s’y est substituée une végétation secondaire, résultat de l’implantation humaine et de l’agriculture2. Grâce aux éruptions passées des volcans occidentaux, le socle corallien de la plupart des îles orientales est recouvert d’une mince couche de cendres, ce qui vaut aux sols de Tonga de jouir d’une fertilité remarquable, cas assez exceptionnel dans les contrées tropicales3. Les îles les plus étendues (Tongatapu et ‘Uta Vava’u), offrent ainsi des sols suffisamment fertiles pour supporter une agriculture sèche relativement intensive. Les cultures vivrières, surtout tubercules — igname, taro, patate douce, manioc — les bananes, l’arbre à pain, sont nettement dominantes et fournissent l’essentiel de la nourriture. Situé entre l’Équateur et le tropique du Capricorne, l’archipel tongien possède un climat de type tropical maritime. La température y est très stable tout au long de l’année4.Les alizés qui soufflent du sud-est au nord-ouest rendent beaucoup plus supportable la chaleur tropicale. Ils ne s’établissent de manière régulière qu’à partir de mars-avril et il suffit à cette époque de dresser l’oreille pour entendre, généralement le soir quand se ralentissent les activités, leur respiration puissante chercher son rythme avant de s’installer pour de longs mois. A partir de décembre, la circulation des masses d’air entre dans une période d’instabilité et on est alors, jusqu’en mars, dans la saison des cyclones5. Le calcul du nombre des cyclones répertoriés depuis le début du siècle fait apparaître une moyenne d’un cyclone tous les dix-huit mois. Quand on sait qu’un cyclone — ce fut notamment le cas du cyclone Isaac, en 1982 — peut détruire en quelques heures l’ensemble des ressources terrestres et perturber gravement les ressources maritimes environnantes, on comprend pourquoi la population de ces îles subissait périodiquement de véritables catastrophes démographiques, même et y compris si leurs habitants connaissaient de longue date les moyens d’y faire face6. A ces véritables fléaux que sont les cyclones, il faut ajouter les sécheresses qui s’abattent périodiquement sur Tonga et contre lesquelles il ne restait autrefois qu’à implorer la clémence des dieux : aucun cours d’eau à Tonga, rien qui puisse servir de réserve d’eau douce.

  • 7 Selon P. Kirch, ces trois facteurs ont eu une influence majeure sur le cours des changements polit (...)

5L’écosystème tongien est donc caractérisé par la réunion spécifique de trois facteurs écologiques : des îles de petite taille mais dont certaines peuvent supporter une population de plusieurs dizaines de milliers de personnes ; un manque de cours d’eau permanents et donc l’impossibilité de pratiquer l’irrigation ; la récurrence de perturbations destructrices comme les cyclones et les sécheresses7.

6Jusqu’à l’aube du xxe siècle, l’archipel comptait moins de 20 000 habitants et la densité moyenne (moins de 28 habitants par km2) laisse penser que jusqu’à une date fort récente, il existait de nombreux espaces vides d’hommes, ce phénomène étant renforcé par la configuration archipélagique du territoire tongien. Ceci, lié à la fréquence des fléaux et à leurs effets démographiques souvent sévères, explique sans doute l’importance longtemps accordée par les Tongiens, non pas tant à la terre qu’au nombre d’hommes ; et souligne, d’autre part, les difficultés rencontrées inévitablement par les chefs suprêmes, les Tu’i Tonga, au cours de l’établissement de leur suprématie. Si l’absence de zones montagneuses et de vallées enclavées, comme il en existe à Tahiti ou à Hawaï, constitue sûrement un élément favorable à l’imposition de cette hégémonie, il faut cependant, à l’évidence, tenir compte de l’éparpillement à la fois géographique et humain pour comprendre la forme spécifique prise par l’hégémonie politique tongienne. Comment faire tenir ensemble le tout tongien ? Ce défi, car c’en était un, a été relevé par quelques-uns des plus brillants héritiers de la prestigieuse lignée, non sans mal, on le verra.

  • 8 Statistical Abstract 1993 : 17. Ces chiffres globaux ne tiennent pas compte de certaines variation (...)
  • 9 Aux côtés de l’agriculture de subsistance, produisant surtout pour la consommation interne et les (...)

7Aujourd’hui, les Tongiens sont environ 100 000 dont les deux tiers habitent la capitale Nukualofa. Le pourcentage de la population active recensée officiellement dans le secteur primaire a diminué de manière importante ces 25 dernières années, passant de 74 % en 1966 à 36,5 % en 19908. La diminution sensible du nombre d’agriculteurs n’a pourtant pas vraiment modifié le problème crucial du manque de terre et un nombre important (près de la moitié) d’agriculteurs sont dépourvus de la parcelle de terre à laquelle la Constitution leur donne cependant officiellement droit. Cette « soif » de terre est d’autant plus grave qu’elle touche majoritairement les jeunes9.

L’ESPACE INSTITUTIONNEL

8Le royaume de Tonga est le seul royaume de Polynésie a avoir survécu indépendant, malgré un protectorat imposé par la couronne britannique pendant soixante-dix ans (1900-1970). Aujourd’hui pleinement souverain, le royaume de Tonga a son siège à l’ONU et fait partie du Commonwealth britannique.

  • 10 La promulgation de ces lois se fit en plusieurs étapes. Le premier code de lois fut proclamé le 20 (...)
  • 11 A titre d’exemple, Fidji fut annexé en 1874.
  • 12 Elle comportait 132 articles répartis en trois sections : I) déclaration des droits ; 2) organisat (...)

9Les institutions contemporaines datent des lois constitutionnelles mises en place par le souverain Taufa’ahau Tupou I au xixe siècle10. A partir de 1860-1870, les rivalités internationales dans le Pacifique s’intensifièrent, mettant à l’ordre du jour la question des annexions par les grandes puissances (Marcus 1980 : 35)11. Dans le même temps, le nombre croissant de ressortissants étrangers dans le royaume et les problèmes qui en résultaient à chaque fois que l’un d’eux faisait appel à son pays d’origine fit sentir au roi et à son conseiller Baker (cf. chapitre 2), la nécessité grandissante de se faire reconnaître comme une nation « civilisée » par les grands pays, c’est-à-dire comme un État doté, sur le modèle européen, d’une Constitution. Les deux hommes pensaient, avec raison, qu’il serait plus difficile, dans ce cas, à une puissance étrangère de justifier une annexion. La nouvelle Constitution fut promulguée le 4 novembre 187512.

10Le texte de la loi le proclame explicitement : le gouvernement de Tonga est une monarchie constitutionnelle. En principe, il y a séparation des pouvoirs : l’Exécutif appartient au roi et à ses ministres, le Législatif relève d’une Assemblée législative et le Judiciaire d’un corps de magistrats. En fait, le roi conserve une importante part du pouvoir législatif puisqu’il dispose d’un droit de veto sur toutes les mesures prises par le Parlement. D’autre part, il garde en main le contrôle du judiciaire puisqu’il nomme le chef de la justice et les magistrats, avec l’assentiment du Conseil privé (Latukefu 1975 : 107).

11Les membres du Cabinet sont les ministres en titre. Le Conseil privé est composé des membres du Cabinet ainsi que des gouverneurs de Ha’apai et de Vava’u. Le roi peut y faire nommer qui bon lui semble. L’Assemblée législative est composée du Conseil privé, du Cabinet ministériel, les ministres siégeant en tant que nobles, des neuf représentants de la noblesse (sept représentants plus les deux gouverneurs de Ha’apai et de Vava’u) et des neuf représentants du peuple.

12Enfin, tous les membres du Conseil privé, du Cabinet, de l’Assemblée législative ainsi que l’ensemble des juges, sont tenus de prêter un serment de respect de la Constitution et de loyauté envers le roi au moment où ils prennent en charge leurs fonctions (Constitution of Tonga, Appendix B, art. 83 ; cité dans Latukefu 1975 :18).

  • 13 Le sociologue G. Benguigui (1989 : 452,461) montre que la classe moyenne tongienne s’inspire de la (...)
  • 14 Sur les temps forts de la lutte menée par le mouvement pro-démocratie depuis la première grève des (...)

13Jusqu’au début des années 1980, la vie politique tongienne était quasiment inexistante. La presse tongienne ne comptait que trois journaux dont un hebdomadaire appartenant au gouvernement (Tonga Chronicle) et deux gazettes relevant chacune des deux églises les plus importantes (Église wesleyenne libre et Église catholique), (Benguigui 1989 : 459). Après cette date, on a vu apparaître, dans le paysage politique tongien, un mouvement qui est devenu aujourd’hui une véritable opposition. Ses membres se recrutent surtout dans la classe moyenne, en particulier chez les salariés qui travaillent au service de l’État (Ibid. : 457-458)13 Cette opposition a ses leaders — dont certains, comme Akilisi Pohiva sont membres du Parlement, élus par le peuple — et ses médias, le mensuel Kele’a et le bimensuel Matangi Tonga. La notoriété du leader de l’opposition a aujourd’hui largement dépassé les limites de la capitale et malgré la répugnance de beaucoup de Tongiens à exprimer publiquement un désaccord sur quelque sujet que ce soit, aucun d’eux n’ignore les critiques faites au gouvernement en général, et aux nobles en particulier. Ces critiques ont d’abord eu pour cible le gouvernement, accusé d’être dominé par la caste des nobles mais aussi de céder à la corruption et d’ignorer la Constitution14 Si la révision de la Constitution et la promulgation de lois plus adaptées aux exigences démocratiques sont aujourd’hui au centre des préoccupations politiques de la classe moyenne, la grande majorité des Tongiens ne remettent cependant en cause ni le système de tenure foncière, ni l’existence, en soi, de la noblesse apanagée. Si la noblesse est critiquée, c’est davantage pour les privilèges politiques qu’elle s’est arrogés dans le système de gouvernement « moderne » et pour l’autoritarisme hautain qu’elle y manifeste que pour la place qui fut la sienne dans la hiérarchie sociale traditionnelle.

14Quant à la monarchie en tant que système de gouvernement, elle essuie, elle aussi des critiques de plus en plus sévères — on a dit d’elle qu’elle était la dernière survivante des monarchies absolues — et même les membres les plus éminents de la famille royale ne sont plus à l’abri des blâmes. Curieusement, au milieu de ce charivari, le roi Taufa’ahau Tupou IV, reste pour les Tongiens, un souverain au dessus de tout soupçon, comme le montre amplement le festival du Heilala, donné chaque année en l’honneur de son anniversaire de naissance. Et le plus étonnant, peut-être, est qu’au cours de ce festival, au-delà des concours sportifs ou musicaux, des danses et des chants, des toasts et des parades colorées sous les arcs de triomphes fleuris, des discours chargés de faire à l’unisson le panégyrique du roi, un certain nombre de chefs tongiens, rassemblés dans les jardins royaux, ont fait à leur souverain, comme chaque année, l’offrande des prémices, le geste rituel des polopolo. Or ce geste des polopolo, célébré aujourd’hui dans un contexte politique marqué par la modernité, apparaît comme l’éternel retour d’un rituel dont l’ancienneté se perd dans les profondeurs du temps.

Notes

1 A quelque 300 km au nord de Vava’u, se situent les îles de Niuaropurapu er Tafahi, et à 190 km au nord-ouesr de Niuaropurapu, celle de Niuafo’ou, la plus excentrée.

2 Sur les parties orientale et méridionale des îles coralliennes ainsi que sur les terrasses de lave des îles volcaniques, on rencontre des espèces acclimatées aux vents forts et salés, par exemple l’héliorrope ou touhuni (Toumefortia agenten), l’arbre-de-fer ou toa (Casuarina equisetifolia) ou encore le pandanus ou fa (Panaanus tectorius). Dans les régions occidentales ou septentrionales, les sols plus sableux et un climat moins humide ont favorisé la croissance d’arbres tels que l’hibiscus ou fau (Hibiscus tiliaceus) et surtout le cocotier ou fu’u niu (Cocos nucifera) — l’arbre roi — qui fournit à l’homme nourriture, boisson, combustible, matériau de construction (cf. van der Grijp 1991).

3 Des études font apparaître un appauvrissement sensible des sols cultivés sous l’effet conjugué du lessivage inrensif exercé par les pluies saisonnières et du raccourcissement de la jachère (Crane 1979 : 19).

4 .On peut cependant distinguer deux saisons : une saison chaude et humide, de décembre à avril, avec une moyenne des températures comprise entre 25 et 26,2 degrés, des précipitations abondantes (250 mm en février-mars) et une hygrométrie très élevée (75 % au milieu du jour) ; une saison plus sèche et plus fraîche, de mai à novembre, avec des moyennes de température situées entre 21,7 et 24 degrés, des précipitations plus faibles (moins de 130 mm par mois) et une hygrométrie réduire (65 % au milieu du jour).

5 Il semble que ce soir précisément au cours de cette saison cyclonique que se pratiquaient autrefois les expéditions à longue distance en direction de l’est. En effet, l’instabilité des vents permettait, mieux que les alizés contraires (ils soufflent du sud-est au nord-ouest dans cette zone), d’entreprendre les expéditions en direction de l’est (communication de Kik Velt).

6 En prévision des évenruelles famines, on creusait des fosses dans lesquelles on enterrait des ignames ou des fruits de l’arbre à pain. Cependant, sur les atolls les plus bas, ces fosses n’étaient pas à l’abri des raz-de-marée qui bien souvent accompagnent les cyclones et le seul recours qui restait aux survivants était la fuite vers d’autres îles.

7 Selon P. Kirch, ces trois facteurs ont eu une influence majeure sur le cours des changements politiques, en renforçant, en particulier, le rôle des guerres entre les groupes (Kirch 1984 : 221), la terre arable, de plus en plus rare, devenant l’enjeu essentiel de leurs rivalités.

8 Statistical Abstract 1993 : 17. Ces chiffres globaux ne tiennent pas compte de certaines variations locales : 25 % des unités domestiques de Tongatapu vivent de l’agriculture, contre 56 % à Vava’u er 65 % à Ha’apai.

9 Aux côtés de l’agriculture de subsistance, produisant surtout pour la consommation interne et les besoins cérémoniels, se sont développées certaines cultures commerciales : vanille et potiron. La culture du potiron — destiné au marché japonais — a déjà commencé à modifier les paysages de l’île de Tongatapu de manière significative et a provoqué l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs. Sur le développement de l’agriculture commerciale à Tonga, voir P. van der Grijp (1993 et 1997).

10 La promulgation de ces lois se fit en plusieurs étapes. Le premier code de lois fut proclamé le 20 novembre 1839, dans un fono tenu à Neiafu, Vava’u, d’où son nom de « code de Vava’u » (Latukefu 1975 : 20). Par la suite, ces lois furent complétées sans modifier profondément le schéma général.

11 A titre d’exemple, Fidji fut annexé en 1874.

12 Elle comportait 132 articles répartis en trois sections : I) déclaration des droits ; 2) organisation des pouvoirs ; 3) régime foncier (Latukefu 1975 : 45).

13 Le sociologue G. Benguigui (1989 : 452,461) montre que la classe moyenne tongienne s’inspire de la même « utopie gestionnaire » que les classes moyennes des pays capitalistes, avec des valeurs culturelles identiques : la connaissance comme bien commun, la qualité de la vie ou la protection de l’environnement, par exemple. Il estime au moins à 20 % — et probablement beaucoup plus — le nombre de membres des classes moyennes lié directement à l’appareil d’État.

14 Sur les temps forts de la lutte menée par le mouvement pro-démocratie depuis la première grève des infirmières en 1980, voir M. C. Bataille-Benguigui et G. Benguigui 1997.

Table des illustrations

Légende 2. Le royaume de Tonga (source : Latukefu 1974 : 6)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par