Version classiqueVersion mobile

Pour une VIe République

 | 
Gilles Le Chatelier

La fin du monarque républicain et la restauration d’un régime parlementaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un président écrasant

La réforme de 1962 instaurant l’élection du président de la République au suffrage universel direct a introduit une vraie rupture dans les institutions de la Ve République encore balbutiante.

Le général de Gaulle avait, en effet, été élu en décembre 1958 par un collège de grands électeurs, coïncidant peu ou prou avec celui appelé à désigner les sénateurs. La Constitution de 1958 avait déjà élargi très significativement le corps électoral par rapport aux IIIe et IVe Républiques où seuls les députés et les représentants de la chambre haute participaient à son élection1.

L’histoire veut que ce soit la survenance de l’attentat manqué du Petit-Clamart en août 1962 qui ait décidé le général de Gaulle à conférer au titulaire de la fonction présidentielle une légitimité populaire plus forte en décidant que ses successeurs bénéficieraient désormais de l’onction directe du suffrage universel2.

Ce fait nouveau allait complètement modifier l’équilibre des institutions. Dès lor...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search