Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales

 | 
Julia Csergo
, 
Christian Hottin
, 
Pierre Schmit

Quatrième partie. Le droit et l'économie du PCI

La valorisation du patrimoine immatériel, ou le triomphe de l’économisme

Françoise Benhamou

Texte intégral

  • 1 Henri Loyrette, in « Dossier de presse de l’inauguration du département des Arts de l’Islam », 22 s (...)

1En septembre 2012, le musée du Louvre ouvrait de nouveaux espaces consacrés à la collection du département des Arts de l’Islam. Les architectes Mario Bellini et Rudy Ricciotti ont choisi d’installer une verrière ondulante, de verre et de métal, évocatrice des arts de l’Islam, dans la cour Visconti. Le musée avait décidé de créer ce huitième département patrimonial dès 2003. La décision relevait alors du constat que seul un dixième de la collection des arts de l’Islam était présenté, faute de place, alors que la vocation du Louvre était depuis son origine de s’affirmer comme un « musée universel, un lieu où, par le truchement des œuvres d’art, les époques et les civilisations dialoguent entre elles1 ». Les quelque 3 000 œuvres exposées sont en effet issues de plus de 1000 ans d’histoire et d’un territoire couvrant trois continents, de l’Espagne à l’Inde. Lors de l’inauguration, en présence de personnalités du monde arabe et du chef de l’État français, le message était clair : au-delà de la collection, le musée est l’outil le plus élevé que le diplomate eût pu imaginer.

  • 2 Françoise Cachin, Jean Clair & Roland Recht, « Les musées ne sont pas à vendre », Le Monde, 12 déce (...)
  • 3 Depuis la rédaction de cet article, le Louvre Abu Dhabi (اللوفر أبو ظبي), conçu par l’architecte Je (...)

2L’ouverture faisait écho à un projet hors les murs qui suscita une polémique vigoureuse au moment de son lancement. Fin 2006, Françoise Cachin, qui dirigea le musée d’Orsay puis les Musées de France, Jean Clair, qui fut longtemps à la tête du musée Picasso et auquel on doit des expositions majeures, et Roland Recht, historien d’art, professeur au Collège de France, signaient un point de vue dans le journal Le Monde sous le titre « Les musées ne sont pas à vendre »2. Ils y fustigeaient l’intrusion de l’argent privé dans le financement des musées – tout en saluant le mécénat « occasionnel » et « les fortes exemptions fiscales [accordées] aux entreprises et personnes privées qui donnent des œuvres d’art importantes, ou de l’argent pour les acquérir » – et s’attaquaient surtout au projet de construire un musée qui porterait la marque « Louvre » et qui exposerait des œuvres venues des grands musées de France à Abou Dhabi, dans le cadre d’un programme d’aménagement de l’île de Saadiyat, où cohabiteraient notamment quatre musées, dont « un inévitable Guggenheim », « désastreux pionnier de l’exportation payante de ses collections dans le monde entier » et chantre de l’« entertainment business ». L’article se transforma en pétition. Malgré les protestations, le projet fut poursuivi, les œuvres achetées afin d’en constituer la collection furent exposées à Paris en 2014, et l’ouverture du Louvre Abou Dhabi était annoncée pour décembre 20153.

3Dans les deux cas – celui du musée comme véhicule de la diplomatie, et celui de la marque et de son équivalent marchand –, se pose la question de la dimension immatérielle du patrimoine et de sa valorisation. Nous voudrions dans cet article poser quatre interrogations à ce sujet. Premièrement, l’élargissement du champ couvert par la politique patrimoniale n’a-t-il pas conduit à un glissement vers des objets immatériels d’un côté, et, d’un autre côté, vers des problématiques aux termes desquelles l’objet conservé disparaitrait au profit des idées et des fantasmes, de l’enthousiasme du néophyte devant l’ampleur des « retombées » futures ? Deuxièmement, l’analyse économique de l’immatériel conduit à des errements conceptuels, conduisant à considérer que la valeur du patrimoine peut être mesurée à l’aune des « marques », sans que l’on sache au juste comment évaluer la valeur de la marque. Quels pourraient être les modèles économiques de cette valorisation ? La référence à la théorie des marchés bifaces, certes séduisante, ne répond que partiellement à la question. Troisièmement, se profilent derrière cette question de la valorisation du patrimoine immatériel des problématiques portant sur la propriété. Comment identifier le propriétaire (privé, public) de ce qui par nature n’appartient à personne ? Cette question en induit une autre : quelle est la capacité des acteurs économiques à s’approprier une part de la valeur crée, qui pourtant revêt tous les aspects d’un bien public, ou du moins d’un bien commun ? Pour l’exprimer en termes plus crus : qui profite des retombées « symboliques » du patrimoine, propriété de tous ?

L’élargissement du champ couvert par la politique patrimoniale et la problématique des retombées

4Le concept de patrimoine n’a cessé de s’enrichir, porté par le besoin de mémoire, les préoccupations identitaires et les urgences liées aux destructions. Trois directions d’enrichissement se combinent : vers le toujours plus récent, vers la nature, les paysages et la biodiversité, et vers l’immatériel. L’immatériel renvoie à deux dimensions : la dimension immatérielle du patrimoine tangible, et le patrimoine immatériel (coutumes, langues, expressions artistiques, etc.), tous deux reflet de la relation qu’une société entretient avec son histoire, sa langue, sa culture. Comme le souligne Michel Vernières (2011), le patrimoine est un « construit social », objet d’une convention liée au souci de « marquer une identité ». Ce double glissement, de la valorisation du patrimoine tangible vers celle de la dimension intangible du patrimoine tangible, et de l’importance du patrimoine intangible en dehors de toute préoccupation quant au patrimoine tangible, ouvre la voie à un élargissement permanent de la référence au patrimoine. On pense à cette boutade de Lord Charteris, premier président du National Heritage Memorial Fund créé en 1980, à qui un journaliste demandait de définir le terme « patrimoine » (« heritage ») et qui répondit : « Tout ce que vous voudrez » (Benhamou 2012).

5Il convient en conséquence de conserver toujours plus, à défaut de conserver toujours mieux. Mais l’accroissement du nombre des objets patrimoniaux renvoie à l’implication des pouvoirs publics dans le financement d’une partie de la charge de conserver. On peut expliquer par-là la montée de la problématique des retombées économiques, qui viennent légitimer une dépense que le respect du patrimoine ne parvient plus à justifier suffisamment. Les retombées deviennent un impératif, de sorte que les acteurs du patrimoine en intériorisent le message : l’alourdissement de la charge rend indispensable la démonstration que tout euro investi dans le patrimoine en rapportera un bien plus grand nombre sous la forme de revenus et d’emplois directs, indirects et induits : effets directs des dépenses des visiteurs non locaux en billetterie, restauration, hébergement et commerce de détail, effets indirects correspondant à la circulation des sommes initiales par le biais des dépenses des entreprises et des établissements publics locaux, effets induits ultérieurs causés par les salariés d’entreprises locales bénéficiaires dépensant une partie de leurs rémunérations dans d’autres entreprises locales : les dépenses initiales se diffusent par « tours » successifs dans l’économie locale.

6L’impérialisme de l’économie s’impose presque « naturellement ». L’économiste Gianfranco Mossetto (1992) pointe le renversement de la relation, telle qu’elle est appréhendée par les acteurs publics, entre économie et culture. Tandis que la Renaissance italienne est permise par la croissance et l’enrichissement des mécènes, qui s’emploient à financer la construction de palais et de châteaux et à rémunérer les artistes qui les décorent, la période contemporaine voit dans la culture la possibilité de relancer une croissance en berne, de créer des emplois et de revitaliser les villes et les régions ayant souffert de la désindustrialisation. Le patrimoine tangible s’efface devant ses retombées, laissant toute sa place à la célébration de sa dimension immatérielle, certes éventuellement dévoyée. Le patrimoine retrouve sa fonction de miroir dont la contemplation narcissique apaiserait nos angoisses (Choay1991), mais un miroir déformé qui raconte un roman sans cesse réinventé.

La « marque » et sa valorisation

7L’une des sources de valorisation du patrimoine immatériel réside dans la valorisation des « marques », qu’il s’agisse de créer des labels indiquant au touriste par où son chemin doit passer, de faire miroiter aux collectivités locales les avantages que confère à un site le très convoité label « Patrimoine de l’humanité », ou de donner plus de profondeur à toute une terminologie qui associe le terroir et le cadre bâti, la qualité architecturale et les traditions culinaires. Mais comment apprécier la valeur des marques ? Lorsque la Sorbonne loue son nom, le président de l’université en charge de la négociation obtient des heures d’enseignements et des per diem pour les professeurs… Mais lorsque le Louvre négocie le contrat qui le lie à l’émirat d’Abou Dhabi, il fait bien plus pertinemment appel à un cabinet spécialisé et négocie in fine un contrat d’un milliard de dollars portant notamment, pour un montant de 400 millions de dollars, sur l’octroi de la marque « Louvre » pour une durée de trente ans.

8Que vaut le label Patrimoine mondial ? Les études apportent des résultats contrastés. Rémy Prud’homme (2008) compare des sites turcs proches en tous points, les uns inscrits, les autres non (site archéologique de Troie, inscrit, site de Pergame, non inscrit, ville de Safranbolu, inscrite, ville de Beypazari, non inscrite) et montre que le label Patrimoine mondial a un effet incontestablement positif sur la préservation du patrimoine, mais ne parvient pas à déclencher une dynamique de développement. En effet, dans les sites non-inscrits, la nécessité d’inventer d’autres moteurs du développement s’impose, et elle entraine un effet positif sur la croissance plus fort que l’effet induit par le classement dans les sites inscrits. Ajoutons que les contraintes liées au label restreignent certaines actions de développement lorsqu’un site est classé. La valeur du label ne se traduit pas nécessairement par de la création de revenus.

  • 4 La loi relative aux Monuments historiques a été promulguée le 31 décembre 1913. Synthèse de lois an (...)

9Dans le cas du patrimoine immatériel, il s’agit d’évaluer l’équivalent d’une marque. L’exercice n’est guère aisé. On peut se référer à ses coûts de constitution, c’est-à-dire aux coûts qui seraient nécessaires pour recréer une marque analogue ; on peut aussi se référer à des marques équivalentes ayant fait l’objet d’une transaction récente. Mais comment procéder avec le patrimoine, dont la singularité est une caractéristique intrinsèque ? À ce propos, l’économie des œuvres d’art est riche d’enseignements : la méthode des prix hédonistes permet de décomposer une œuvre en un ensemble de caractéristiques dont on peut approcher la valeur séparément. Tel élément patrimonial, fût-il intangible, pourrait être apprécié de la sorte par le truchement de ses composantes : capacité à capter l’attention, intérêt suscité auprès de publics hétérogènes, aptitude à générer des revenus. Une autre piste pourrait relever des réflexions autour des marchés bifaces (« two sided markets ») (Rochet & Tirole 2003) bien connue en économie industrielle. Sur un marché biface, le consommateur achète ou consomme un bien auquel est associé un autre bien, proposé apparemment gratuitement. C’est ainsi que l’internaute consomme des informations (face 1 du marché) auxquelles sont associés des messages publicitaires. La face 2 du marché est celle de l’achat d’espace à destination des annonceurs publicitaires. Les deux marchés sont interdépendants : le prix de l’espace publicitaire dépend de l’importance du public qui a consulté des informations. Le public effectif ou potentiel sensible à un bien patrimonial contribue par sa visite ou ses achats, ou encore par les informations qu’il diffuse, à la notoriété de la marque. Celle-ci est valorisée à son tour sur d’autres marchés ; on est alors dans le cadre d’un marché multifaces. La logique de la valorisation du patrimoine s’émancipe des considérations qui en constituent le fondement initial. On est loin des termes de la loi de 19134 évoquant l’histoire et/ou l’histoire de l’art.

De la propriété de l’immatériel

10Du point de vue de l’économiste, le patrimoine immatériel revêt une dimension de bien public, du fait de deux de ses caractéristiques : non-divisibilité et non-excluabilité. Par non-divisibilité (ou non-rivalité), on entend la possibilité pour deux ou plusieurs agents économiques de bénéficier simultanément de l’usage d’un même bien. Quant à la non-excluabilité, elle désigne l’impossibilité d’utiliser le prix comme moyen d’empêcher un individu de consommer un bien public (Samuelson 1954). La marque « Louvre », la marque « Paris » sont des biens publics, dont chacun peut s’emparer ; seul le droit peut imposer des usages autorisés et d’autres interdits. Mais le droit est souvent impuissant face à l’usage immodéré dont une marque peut être l’objet. Karin A. Sable et Robert W. Kling (2001) distinguent deux traits des biens patrimoniaux: leur utilité pour l’individu ou le ménage, et leur capacité à offrir une « expérience partagée avec la collectivité ». Le patrimoine immatériel renvoie à cette expérience partagée – ou plutôt à partager. On pense à la construction d’un regard collectif qu’évoque Nathalie Heinich (2009) à propos de l’Inventaire. Nul ne saurait s’approprier ce regard. En revanche il est possible de faire commerce des émotions collectives qui l’accompagnent.

11Dans son approche de la nouvelle conception immatérielle du patrimoine, Jean-Michel Leniaud (2010) note que « l’immatériel n’est le serviteur du matériel auquel il donnerait vie par son souffle ; c’est au contraire le matériel qui est au service de l’immatériel, en tant qu’il atteste de la réalité de quelque chose qui nous dépasse, celle de la durée et de l’espace. » L’immatériel est au fondement du faisceau de valeurs qui constitue le patrimoine. L’immatériel écrase la propriété des uns et en reconstruit le substrat en en faisant la propriété de tous.

L’appropriation de la valeur crée

12L’affaiblissement symbolique va de pair avec le renforcement économique. Le cas du « Repas gastronomique des Français » semble symptomatique de cette logique de marchés bifaces : d’un côté, on célèbre une référence abstraite, celle de la lutte contre la malbouffe, une histoire de table et de mœurs, et de l’autre côté, le message touristique et gourmand invite à la dépense, à l’exportation, au rééquilibrage de la balance commerciale sous l’égide de la marque France. Qui bénéficie des retombées « symboliques » de cette opération de communication ? C’est la France toute entière, nous dira-t-on. Mais ce sont aussi des professionnels clairement identifiés, des filières qui peuvent appartenir aux secteurs de la gastronomie et de la restauration, du vin, etc.

  • 5 Depuis la rédaction de cet article, on a pu constater la multiplication des mises en cause du touri (...)

13Si le patrimoine profite ainsi à l’économie touristique, la réciproque doit être discutée : le tourisme peut générer des effets négatifs en cas de surencombrement, et conduire à des choix qui affectent le sens, la valeur esthétique et symbolique du patrimoine. Il s’agit là d’externalités négatives5. Dans le cas du patrimoine tangible, celles-ci sont aisées à identifier : si les touristes consomment des services publics gratuits ou mal tarifés, comme les musées subventionnés ou les parcs naturels, l’utilisation de ces biens publics en augmente le coût d’entretien, alors que le prix ne tient pas compte de ce surcroît de coût imposé à la collectivité : la tarification incite à trop (ou à mal) consommer. Cela conduit à militer pour une tarification différenciée des services publics à destination des touristes, en compensation des coûts additionnels de gestion et d’entretien induits, chaque fois que possible. Lorsqu’une double tarification est légitime mais non applicable, il est possible de recourir à une augmentation de la taxe de séjour (Benhamou & Thesmar 2011). Cette logique a-t-elle un sens lorsqu’on glisse vers l’immatériel ? On peut au moins avancer que les professions intéressées par les effets induits de la mise en valeur du patrimoine immatériel devraient s’engager dans le financement des opérations dont les retombées leur sont directement profitables. L’économiste y verrait une logique très banale d’internalisation des externalités positives dont bénéficie un (ou plusieurs) secteur(s) de l’économie. Le conservateur y verrait le triomphe menaçant de l’économisme. À moins que, plus pragmatique, il ne se réjouisse de cette nouvelle source de financement de la conservation du patrimoine, à la condition que l’utilisation des sommes récoltées ne soit pas réservée aux seules opérations dont la visibilité immédiate et joyeuse masquerait les besoins considérables qui ne sont pas associés à des revenus importants en retour.

14Loin de constituer une dénégation de l’économie, la valorisation du patrimoine par l’immatériel constitue une sorte de triomphe de l’économisme. Faut-il le regretter ? On peut s’en arranger si cela aide à rassembler les fonds nécessaires à la conservation du patrimoine tangible. Mais dès lors que cela conduit à une prise de décision dictée par des calculs de court terme et des guerres d’appropriation des revenus induits, il y a fort à parier que les déceptions seront au rendez-vous.

Bibliographie

Benhamou françoise, 2019 [2012]
Économie du patrimoine culturel, Paris, La Découverte, coll. « Repères », no 600.

Benhamou françoise & david Thesmar, 2011
Valoriser le patrimoine culturel de la France, Paris, La Documentation française, coll. « Les rapports du Conseil d’analyse économique ».

Choay françoise, 1992
L’Allégorie du patrimoine, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Heinich nathalie, 2009
La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la MSH, coll. « Ethnologie de la France ».

Prud’homme rémy, 2008
« Les impacts socio-économiques de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial : trois études », note préparée à la demande du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco. Disponible en ligne : http://www.rprudhomme.com/biblioth%C3%A8que/patrimoine-unesco/ [lien valide en mai 2019].

Leniaud jean-michel, 2010
« Du matériel à l’immatériel : vers une nouvelle conception du patrimoine », in Françoise Benhamou & Marie Cornu (dir.), Le Patrimoine culturel au risque de l’immatériel. Enjeux juridiques, culturels, économiques, actes de colloque (Paris, l’Institut national du patrimoine, 3-4 avril 2008), L’Harmattan, coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».

Mossetto gianfranco, 1992
« A cultural good called Venice », in Ruth Towse & Abdul Khakee (dir.), Cultural Economics, Berlin, Springer Verlag, p. 247-256.

Rochet jean-charles & jean Tirole, 2003
« Platform competition in two sided markets », Journal of the European Economic Association, vol. 1, n° 4, p. 990-1029. Disponible en ligne : http://www.rchss.sinica.edu.tw/cibs/pdf/RochetTirole3.pdf [lien valide en juillet 2018].

Sable karin a. & robert w. Kling, 2001
« The double public good : a conceptual framework for “shared experience” values associated with heritage conservation », Journal of cultural economics, vol. 25, n2, p. 77-89.

Samuelson paul a., 1954
« The pure theory of public expenditure », The Review of economic statistics, vol. 36, n° 4, p. 387-389.

Vernières michel (dir.), 2011
Patrimoine et Développement. Études pluridisciplinaires, Paris, GEMDEV/Karthala, coll. « Hommes et sociétés ».

Notes

1 Henri Loyrette, in « Dossier de presse de l’inauguration du département des Arts de l’Islam », 22 septembre 2012.

2 Françoise Cachin, Jean Clair & Roland Recht, « Les musées ne sont pas à vendre », Le Monde, 12 décembre 2006.

3 Depuis la rédaction de cet article, le Louvre Abu Dhabi (اللوفر أبو ظبي), conçu par l’architecte Jean Nouvel, a ouvert ses portes en novembre 2017. À son inauguration étaient notamment présents Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, prince héritier et ministre de la Défense d’Abu Dhabi, Emmanuel Macron, président de la République française, Mohammed VI, roi du Maroc et Ashraf Ghani, le président afghan. (Note de l’éditeur.)

4 La loi relative aux Monuments historiques a été promulguée le 31 décembre 1913. Synthèse de lois antérieures, elle constitue à ce jour le fondement du dispositif de la protection et de la conservation du patrimoine monumental et mobilier. Voir le site du ministère de la Culture : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Monuments-historiques-Sites-patrimoniaux-remarquables/Presentation/Focus/Centenaire-de-la-loi-de-1913 [lien valide en mai 2019].

5 Depuis la rédaction de cet article, on a pu constater la multiplication des mises en cause du tourisme par les élus et les habitants des villes concernées – Venise, Barcelone, etc. Pour plus de détails, voir Benhamou 2019).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter