Version classiqueVersion mobile

La vérité est ailleurs

 | 
Jean-Pierre Dozon

Quand la sorcellerie gagne les hautes sphères de la modernité africaine et tend à abolir les frontières entre réel et imaginaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelque chose de ce processus de dédoublement n’était donc pas si intimement lié à un univers que d’aucuns auraient qualifié de traditionnel ou d’archaïque. Il avait manifestement une plus large portée, se prêtant assez bien à de tout autres contextes, y compris à ceux de fictions provenant de l’hyperpuissance mondiale.

Plasticité des croyances sorcières et expansion économique

J’eus d’ailleurs une assez belle démonstration de la plasticité de la sorcellerie au cours de mon ethnographie villageoise, de sa faculté à se moderniser, et j’ajouterais, à devenir elle-même un bon scénario de fiction. En effet, certains de mes interlocuteurs me peignirent le tableau de ce qu’était, selon eux, véritablement l’univers sorcier de leur village1. Loin d’en être le décalque, celui d’une localité sans électricité, aux maisons qui étaient encore de modestes cases, où les anciens racontaient très volontiers à l’ethnologue les guerres intervillageoises ou intertribales et les grandes parties de chasse ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search