Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales

 | 
Julia Csergo
, 
Christian Hottin
, 
Pierre Schmit

Première partie. Des objectifs à un premier bilan

Bilan et perspectives de la Convention dans le contexte actuel

Cécile Duvelle

Texte intégral

Les inscriptions, partie émergée de l’iceberg

1Avec 145 États ayant ratifié la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en moins de dix ans (il aura fallu vingt-trois ans à la Convention du patrimoine mondial pour compter le même nombre d’États parties), on peut considérer que cette dernière a remporté un franc succès, et ce dans toutes les régions du monde. Rien n’était moins sûr si l’on s’était fié aux débats ayant présidé son adoption par la Conférence générale de l’Unesco en 2003. Près de 75 % des États membres de l’Unesco l’ont ratifiée, et on peut penser qu’elle aura dans quelques années atteint l’universalité.

2Les premières années de vie de la Convention ont été bien arides, faites de réunions pour élaborer les Directives opérationnelles qui allaient guider la mise en œuvre concrète de cette Convention. En juin 2008, la première version des Directives a été publiée, et la partie la plus visible de l’iceberg – les inscriptions – a pu commencer.

3Les premières candidatures aux Listes ont été déposées pour la première fois en août 2008 pour la Liste représentative, puis en mars 2009 pour la Liste de sauvegarde urgente et le Registre des meilleures pratiques de sauvegarde. Très rapidement, on a mesuré l’immense intérêt suscité par ces mécanismes, les candidatures affluant d’année en année, sans d’ailleurs que les mécanismes en place, en particulier les organes consultatifs et le Secrétariat de l’Unesco, puissent faire face à cet engouement. Le Comité et récemment l’Assemblée générale des États parties ont dû prendre la douloureuse décision d’un plafond annuel global de candidatures gérables par le système : une soixantaine.

4À ce jour, 267 éléments ont été inscrits (ou programmes sélectionnés), 177 si l’on exclut les 90 chefs d’œuvre intégrés automatiquement dans la Liste représentative en 2008 et qui avait fait l’objet de trois cycles successifs de sélection en 2001, 2003 et 2005.

5177, soit en moyenne 59 par an. Si l’on considère que le taux moyen de succès tourne autour de 50% pour une candidature, cela signifie qu’environ 120 candidatures ont été traitées au cours des trois derniers cycles, ce qui a rapidement conduit à l’asphyxie du système.

6Mais cet exercice a eu un mérite certain, c’est de mobiliser une attention inédite sur la notion de patrimoine culturel immatériel, grâce à une visibilité sans précédent. Il y a quelques années encore, le terme « patrimoine immatériel » relevait d’un concept flou et mystérieux, parfois tourné en ridicule. La couverture médiatique régulière et croissante, au moment des inscriptions mais aussi au-delà, a permis de vulgariser la notion, et de mobiliser un nombre croissant d’acteurs.

7Mais si les inscriptions ont sans conteste constitué la partie la plus visible des premières années de vie de la Convention, son impact au niveau local mérite qu’on s’y arrête. Une vingtaine d’États ont transmis à l’Unesco leurs rapports sur les dispositions législatives, réglementaires, institutionnelles ou autres prises pour la mise en œuvre de la Convention. Nombre d’entre eux se sont lancés dans l’élaboration d’inventaires, en tentant de s’approcher au mieux des dispositions de la Convention, en particulier la participation des communautés dans le processus. Certains États ont introduit un éventail extrêmement large de mesures aux niveaux national et local, d’autres sont plus lents à dégager de véritables politiques de sauvegarde. Il est aussi intéressant aussi de noter l’impact qu’ont pu avoir les inscriptions sur la vitalité des éléments inscrits, dont ces rapports se font l’écho.

Ce que révèlent les rapports périodiques

8C’est en 2011 que le Comité a pu pour la première fois prendre connaissance, suivie quelques mois plus tard par l’Assemblée générale des États parties, des cinq premiers rapports des États parties sur la mise en œuvre de la Convention (Algérie, Chine, Japon, Maurice et République centrafricaine). Seize rapports supplémentaires lui seront soumis lors de sa prochaine session en décembre 2012, ce qui va lui permettre de commencer à dégager des tendances significatives.

9Ces rapports, qui doivent être soumis six années après la ratification de la Convention puis tous les six ans, fournissent des informations précieuses pour appréhender la mise en œuvre globale de la Convention par les États qui l’ont ratifiée ; ils permettent non seulement d’évaluer leurs capacités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (y compris les dispositions législatives et réglementaires qu’ils ont mises en place) et d’examiner le statut des éléments inscrits sur la Liste représentative, mais aussi de mettre à jour les informations disponibles concernant les inventaires ; ils constituent un mécanisme d’échange d’information sur la mise en œuvre de la Convention qui va devenir de plus en plus précieux au fur et à mesure que le nombre de rapports soumis va croitre.

10Il est précieux pour les États qui se livrent à cet exercice, constituant une occasion de bilan des progrès accomplis et des besoins restant à satisfaire ; mais il est également précieux pour le Comité, afin d’évaluer les besoins et priorités pour l’assistance internationale, en particulier en matière de renforcement des capacités ; il est enfin un moyen important d’assurer un suivi des éléments inscrits sur la Liste représentative et d’analyse de l’impact de ces inscriptions.

Mesures prises pour la mise en œuvre la Convention

Les capacités institutionnelles pour la sauvegarde

11Les capacités institutionnelles pour la sauvegarde de patrimoine culturel immatériel varient largement d’un État partie à l’autre.

12Dans certains cas, les législations nationales du patrimoine prenant des dispositions pour le patrimoine culturel immatériel sont antérieures à la ratification de la Convention par les États, comme au Japon, en République de Corée ou encore en Algérie. Mais la majorité des pays ont adopté une législation pour sauvegarder le patrimoine culturel immatériel après être devenus parties à la Convention, révisé la législation existante ou ont lancé le processus.

13Différentes institutions gouvernementales sont de même responsables de la mise en œuvre de la Convention. Un modèle communément rencontré est une agence spécialisée ou un département chargé de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel sous un organisme d’État chargé de la culture, généralement un ministère. Dans certains cas, les États parties font état d’une coopération interministérielle ou inter-agences. C’est le cas en Chine, où le Ministère de la culture supervise une conférence interministérielle conjointe pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel composée de quatorze départements ou ministères couvrant un large éventail de domaines. La République centrafricaine fait également état d’une coopération entre des agences culturelles et environnementales en particulier pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des groupes minoritaires dont la subsistance dépend de la protection de la forêt tropicale.

14Il existe en outre différents niveaux de décentralisation. Au Japon, aussi bien les préfectures que les municipalités ont des départements concernés, du personnel et des lignes budgétaires spécifiques pour soutenir la sauvegarde du patrimoine immatériel. La Chine a intégré la gestion du patrimoine culturel immatériel à la plupart des niveaux des gouvernements provinciaux ou régionaux avec des divisions spécialisées créées ou renforcées au sein des départements d’administration culturelle. En Algérie, quarante-huit directions ministérielles sont chargées de protéger le patrimoine culturel immatériel sous la supervision du Ministère de la culture. La Mongolie favorise une orientation régionale, de même que le Mexique ou la République arabe syrienne, où un certain nombre d’administrations différentes sont impliquées dans différents aspects de la sauvegarde. Au Mexique, une multiplicité d’acteurs – organismes fédéraux, organismes au niveau des États ou des communautés, ONG et universités – sont impliqués. Au Mali, la direction centrale fonctionne par le biais de ramifications régionales pour atteindre le niveau local qui, à son tour, collabore avec la communauté et ses dirigeants. Au Pakistan, en revanche, la sauvegarde du PCI est dominée par un seul établissement. Il est intéressant de noter que la gestion par des autorités traditionnelles fonctionne encore dans certains États ; au Mali, l’autorité de ces gestionnaires traditionnels est reconnue par l’État et la communauté, comme au Mexique et au Pérou.

15En ce qui concerne la formation menée par l’État pour la gestion du patrimoine culturel immatériel, les pays s’appuient généralement sur des départements spécialisés au sein de plusieurs institutions du patrimoine national. Mais nombre de pays font état d’un manque critique de capacités de formation et d’une pénurie en ressources humaines pour la gestion du patrimoine culturel immatériel, et identifient le renforcement des capacités comme une de leurs priorités. Mais on peut aussi parfois constater un décalage entre les capacités au niveau central et celles plus faibles au niveau des régions. Les autorités locales (mairies, municipalités, etc.) ont pourtant un rôle clé à jouer dans la sauvegarde des activités des communautés locales et les associations de praticiens. Les villes jouent souvent un rôle important en fournissant des espaces de répétition, en supportant les frais de voyages, en assurant une formation continue, en maintenant les costumes, instruments de musique, matériel technique, etc.

16Certains pays ont établi des systèmes bien développés de formation qui s’adressent non seulement aux responsables gouvernementaux et professionnels de la culture, mais aussi aux ONG et aux communautés. La formation en gestion du patrimoine culturel (destinée aux futurs professionnels de la culture) est fréquemment dispensée dans les universités. Dans d’autres pays, elle est faible voire inexistante. Dans certains cas, la formation à certains aspects de la sauvegarde du PCI est fournie par les communautés elles-mêmes, souvent à travers les associations qu’elles ont mises en place. Des musées peuvent aussi offrir une formation à la sauvegarde et la gestion du PCI.

17Il faut noter que le niveau d’implication des ONG dans la sauvegarde du PCI varie considérablement entre les pays, de même que la relation entre ces organismes et le gouvernement central. En République de Corée, au Japon, au Pérou et en Croatie, par exemple, presque tous les éléments répertoriés de PCI ont les associations professionnelles associées qui sont actives dans l’identification, l’inventaire, la documentation, et qui assure l’enseignement, la recherche et la promotion du PCI. Au Mali, il y a peu d’ONG liées au PCI, mais il existe des structures communautaires traditionnelles. En Lettonie, des partenariats ont été formés entre l’État, les municipalités et les ONG, les communautés locales, les porteurs individuels et des établissements d’enseignement formels et non formel. La société civile participe également de manière croissante au processus décisionnel pour la mise en œuvre de politiques culturelles. En Lituanie, un réseau bien développé d’associations (groupes de musique et de danse, etc.) et des ONG liées aux différents aspects du patrimoine culturel immatériel sont actives dans la protection, identification et transmission du patrimoine culturel immatériel. Il y a trente ONG et autres organisations de la société civile engagées activement dans la préservation et la promotion du PCI en Mongolie.

18Les États parties ont généralement des institutions spécialisées pour la documentation. Les préoccupations éthiques liées à la propriété intellectuelle concernant la collecte et la mise à disposition du public du matériel documentaire du PCI sont cependant souvent très présentes.

19Enfin, on note que le financement gouvernemental est la principale source pour les efforts de sauvegarde dans tous les États parties concernés. Les rapports ne donnent cependant pas de détails sur les montants du financement pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Les inventaires

20Dresser un ou plusieurs inventaires du patrimoine culturel immatériel est une obligation des États parties en vertu des articles 11 et 12 de la Convention. Certains États ont des systèmes d’identification du PCI de longue date, comme le Japon ou la République de Corée. Les autres ont tous pris des mesures pour établir des inventaires, qui prennent une grande variété de formes. Le Ministère chinois de la culture supervise un inventaire national du patrimoine culturel immatériel structuré à la fois par domaine et par division géographique/administrative. Les provinces, les régions autonomes et les régions administratives spéciales (Hong Kong et Macao) dressent également des inventaires au niveau local.

21Les États ont adopté des approches différentes pour inventorier le patrimoine culturel immatériel tout en restant en conformité avec la Convention et ses directives opérationnelles. D’une approche territoriale à l’approche par communautés spécifiques, en particulier les minorités ethniques, on rencontre de nombreuses variantes.

22Les approches méthodologiques reflètent en général des structures et catégories similaires aux formulaires préparés par l’Unesco (y compris les critères d’inscription, et l’examen de la viabilité des éléments). La viabilité du patrimoine culturel immatériel figurant dans les inventaires est une préoccupation importante pour la plupart des États parties. Au Japon, si un certain élément d’un bien culturel immatériel se détériore ou perd de sa valeur après sa désignation ou sélection, l’Agence des affaires culturelles retire la désignation ou la sélection et le supprime de l’inventaire. Les éléments supprimés sont enregistrés hors de l’inventaire comme des éléments à risque élevé de détérioration ou de disparition.

23La fréquence de mise à jour des inventaires varie également d’un État partie à l’autre. Tous les six mois après la collecte de nouvelles données à Maurice, au moins une fois par an avec des informations sur les nouvelles désignations et sélections au Japon, tous les deux ans en Chine ou en République centrafricaine.

24Une autre variable concerne le degré de participation de la communauté dans l’identification et l’inventaire. Des exemples de bonnes pratiques se trouvent en Croatie par exemple, où le Comité chargé d’évaluer les éléments à inclure dans l’inventaire consulte étroitement les communautés concernées et les détenteurs. La dernière entrée est généralement vérifiée par la communauté concernée avant d’être inscrite dans l’inventaire. Au Bélarus, la structure de l’inventaire a été conçue avec la large participation des régions et des collectivités, et des comités régionaux ont été mis en place dans chaque région, avec des représentants de la communauté, des responsables de l’autorité locale et des détenteurs du patrimoine culturel immatériel. Au Viêt Nam les populations locales participent aux discussions de groupe pour remplir les questionnaires de l’inventaire, proposer des éléments de PCI pour inscription, fournir des informations ; elles sont consultées sur les plans de sauvegarde. Au Mali, l’inventaire a été conçu à l’aide d’enquêteurs membres de la communauté ou de représentants d’entreprises locales, d’associations de femmes, d’associations éducatives, etc. Au Pérou, le dossier technique d’inscription est approuvé par les détenteurs de l’élément et leur consentement éclairé doit être obtenu. Au Nigéria, les collectivités identifient de nouveaux éléments à inclure dans l’inventaire nigérian et des agents culturels vont ensuite vérifier les allégations et établir si les éléments en question méritent d’être inclus.

25Les ONG jouent également un rôle de conseil auprès des organes étatiques dans l’identification du PCI et pour l’établissement de l’inventaire. Ils fournissent en particulier des conseils d’experts sur la méthodologie et l’approche à utiliser dans l’inventaire, comme ce fut le cas en Lituanie. Au Pérou, sept ONG dédiées à des éléments spécifiques du patrimoine culturel immatériel sont impliquées dans l’inventaire. Au Nigéria, des ONG et des membres des communautés concernées ont été formés au processus d’inventaire, certains étant recrutés comme assistants de recherche et travaillant avec les coordonnateurs pour l’inventaire.

26Dans plusieurs cas, il subsiste néanmoins quelques difficultés quant à la participation des communautés dans le processus, l’adoption de mécanismes garantissant le consentement des détenteurs ou praticiens, le respect des pratiques coutumières régissant l’accès à certains aspects du patrimoine culturel immatériel, et la disponibilité des données collectées pour le public. Il y a un manque général d’informations dans les rapports concernant la façon dont les communautés sont impliquées dans l’identification et la définition du patrimoine culturel immatériel à inclure dans l’inventaire, et dans leur préparation et mise à jour.

27De nombreux pays expriment également leurs besoins en formation et en renforcement des capacités pour établir des inventaires. À cet égard, nombre d’entre eux ont soumis une demande d’assistance internationale au titre du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour la mise en œuvre de projets visant à dresser des inventaires du patrimoine culturel immatériel.

Autres mesures de sauvegarde

28De grandes variations existent entre les États ayant présenté leurs rapports en ce qui concerne les autres mesures de sauvegarde. Certains ont introduit un éventail extrêmement large de mesures aux niveaux national et local (mesures réglementaires, intégration du patrimoine culturel immatériel dans la planification de l’État, identification et documentation, recherche, soutien financier et institutionnel pour les praticiens, conférences, ateliers, expositions et colloques, formations, programmes d’apprentissage) ; dans d’autres cas, les mesures sont plus modestes, et comprennent souvent un soutien à la recherche et la documentation, le renforcement des capacités et parfois un soutien aux porteurs des traditions.

29Dans certains cas, la politique culturelle nationale ou les plans de développement contiennent des programmes spécifiques liés au PCI. Par exemple, le programme 2011-2015 de la politique culturelle du Bélarus appelle à la création d’un environnement favorable au développement et à la promotion du PCI. Il en va de même en Mongolie, où la politique culturelle (1996) vise à préserver la culture nationale des risques de disparition et contient des mesures qui pourraient protéger la liberté des détenteurs de PCI de créer et gérer leur patrimoine. L’un des sept « piliers » du programme national culturel du Mexique 2007-2012 s’intitule « Patrimoine et diversité culturelle », la reconnaissance de la diversité culturelle étant considérée comme un élément central de l’identité mexicaine.

30Les festivals et autres événements liés aux éléments de PCI sont un moyen fréquent de promotion. Les musées jouent également un rôle essentiel et offrent des espaces au sein desquels le PCI peut être pratiqué et diffusé ; souvent, les écoles bénéficient de programmes dédiés au sein de ceux-ci. Un autre moyen de diffusion et de promotion du patrimoine culturel immatériel consiste en la production de diverses ressources comme des livres, photos, vidéos, etc., parfois disponibles en ligne, pour le grand public et les praticiens du PCI ; les médias y apportent également leur concours. La radio communautaire est un moyen particulièrement efficace d’atteindre les communautés géographiquement isolées et dont la langue maternelle n’est généralement pas utilisée à la radio ou télévision nationale.

31La fixation et la numérisation du patrimoine culturel immatériel (artisanat, traditions orales, spectacles, événements festifs, etc.) est aussi un aspect majeur des activités de sauvegarde dans plusieurs États. Cela peut toutefois trahir une vision essentiellement orientée et axée sur la recherche, avec un fort accent sur la documentation et l’enregistrement plutôt que sur le renforcement de la fonction du patrimoine culturel immatériel dans la communauté. Il peut aussi avoir des implications sérieuses concernant la propriété intellectuelle qui devraient être étudiées.

32Le rôle du patrimoine culturel immatériel pour favoriser le développement durable est bien décrit dans les rapports. Divers ministères gouvernementaux en Syrie ont intégré le PCI dans leurs programmes de planification et de développement. L’Égypte fournit la sécurité sociale à certains praticiens à travers l’initiative d’une ONG. Aux Seychelles, le Plan stratégique quinquennal (2011-2015) comprend, entre autres, l’adoption de méthodes de sauvegarde durable et des initiatives visant à encourager le PCI. Au Viêt Nam, le PCI est intégré dans les programmes de développement et la stratégie de développement 2010-2020 ; il encourage les programmes conjoints avec le Comité pour les minorités ethniques afin de renforcer le développement culturel des minorités ethniques ; les impacts de la construction de centrales hydroélectriques sur le PCI ont été évalués, en appliquant un critère de durabilité culturelle. Le Programme national de développement des petites villes et villages du Bélarus prévoit certaines mesures et investissements pour le développement de l’économie et de l’environnement social et culturel des provinces riches en PCI. La stratégie 2011-2015 pour la sauvegarde, la protection et l’utilisation commerciale durable du patrimoine culturel de la Croatie exige l’inclusion du patrimoine culturel immatériel dans les plans et programmes stratégiques aux niveaux local. La sauvegarde de l’élément Otomí-Chichimecas au Mexique a impliqué, entre autres, un programme d’amélioration des routes, la construction de systèmes d’eau potable, la génération d’emploi local et l’amélioration de l’infrastructure touristique.

33L’importance de bénéficier des retombées économiques du PCI grâce au tourisme et aux industries artisanales est souligné. La direction syrienne de la Femme rurale (ministère de l’Agriculture) accorde des microcrédits aux femmes pour leur permettre de lancer leur propre entreprise d’artisanat traditionnel ; en Égypte, un programme vise à développer la production et la distribution des produits artisanaux traditionnels. Il faut toutefois noter le risque de distorsion et d’exploitation abusive du PCI dans certains cas.

34L’environnement physique et les espaces culturels peuvent être essentiels pour la pratique continue du PCI. En Croatie, par exemple, la sauvegarde des processions comprend la protection des oliveraies, des vignobles, des routes pavées de galets, etc. qu’elles traversent. Des programmes de formation en République de Corée sont conçus pour encourager les futurs praticiens de PCI afin d’assurer le maintien de l’authenticité de sites du patrimoine. En Lituanie, la relation entre le PCI et le milieu naturel est bien comprise et, dans les parcs nationaux, il existe divers programmes pour revitaliser l’artisanat traditionnel et encourager les communautés rurales à pratiquer leurs traditions musicales, artisanat et cuisine.

Mesures visant à assurer la reconnaissance, le respect et la valorisation du patrimoine culturel immatériel

35La promotion du patrimoine culturel immatériel est assurée de différentes manières par les pays ayant soumis des rapports, et fait appel à du matériel imprimé et audio-visuel, l’Internet et l’organisation de festivals en vue de sensibiliser le public, en particulier les jeunes.

36Quelques États mentionnent l’intégration de l’éducation au patrimoine culturel immatériel dans les programmes scolaires au niveau national. C’est le cas de la Chine, où des informations concernant plusieurs éléments du patrimoine culturel immatériel sont incluses dans les programmes officiels d’enseignement, du primaire à l’université. Maurice rapporte que des éléments spécifiques du patrimoine culturel immatériel tels que les jeux traditionnels ont commencé à être promus parmi les écoliers par le biais d’activités parascolaires. Les cas les plus fréquents consistent à introduire des programmes éducatifs et de formation dans les communautés et groupes concernés.

37La plupart des pays ont adopté (ou sont en train d’adopter) des mesures pour soutenir les activités de transmission non formelle, généralement à travers la reconnaissance des porteurs des traditions, en leur accordant un certain niveau de soutien financier et en encourageant des activités de transmission à destination de la jeunesse.

38Une expérience communément partagée par les pays est que le système éducatif formel a traditionnellement placé le PCI en périphérie du curriculum comme une forme mineure ou inférieure de connaissance ou d’art. En outre, les enseignants ont parfois du mal à comprendre le PCI comme matière d’enseignement. Par conséquent, non seulement l’inclusion du PCI dans les programmes d’enseignement semble importante, mais elle doit être accompagnée d’une formation adéquate des enseignants.

39Les chants, musique et artisanat traditionnels sont enseignés aux niveaux préscolaire et primaire en Lituanie et grâce à des activités parascolaires au niveau secondaire. Le Vietnam a inclus le PCI dans le système éducatif formel en utilisant des approches novatrices, par exemple avec des éléments de PCI pour illustrer les règles de la physique et un programme qui lie étroitement la sauvegarde du patrimoine tangible avec le patrimoine culturel immatériel. Aux Seychelles, les traditions orales (devinettes et chansons) ainsi que des méthodes de construction traditionnelles sont intégrées dans les quatre premières années de primaire alors que la connaissance du patrimoine culturel immatériel est incorporée plus tard dans l’enseignement des cinquième et sixième années du primaire et certaines matières (p. ex., géographie et histoire) au niveau secondaire. Dans certains cas, les porteurs de traditions directement impliqués dans la transmission du PCI interviennent dans les écoles (comme au Viêt Nam, en Lettonie et en République de Corée). C’est également une pratique courante que d’inclure le PCI dans les activités parascolaires. La Syrie propose également dans l’enseignement secondaire des thématiques spécialisées (fabrication du brocart, gravure du bois, etc.). Dans plusieurs cas, des institutions d’enseignement supérieur, universités ou conservatoires musicaux spécialisés offrent un enseignement lié au PCI. On note cependant souvent que le temps passé dans les écoles limite l’éducation au PCI, et que l’éducation non formelle est également fondamentale.

40La relation intime entre la langue et le PCI fait l’objet au Pérou d’un programme national de langue et culture visant à mettre en place une pédagogie flexible adaptée à la diversité culturelle. Il comprend l’élaboration de documents pertinents sur le plan éducatif, culturel et linguistique (en langue maternelle et en espagnol) pour tous les niveaux de scolarité et la formation des enseignants à l’inclusion des connaissances traditionnelles et à la dynamique de la transmission non formelle dans les écoles. Dans le système éducatif au Nigéria, au moins une des trois langues principales (yoruba, igbo ou hausa) doit être apprise par les élèves de primaires- et secondaire, et le PCI constitue le noyau de l’enseignement de ces langues.

Coopération bilatérale, sous-régionale, régionale et internationale

41Les pays ayant soumis des rapports formulent leur coopération internationale dans des termes différents et avec des portées différentes. Dans un pays aussi vaste que la Chine, il convient de mentionner les initiatives inter-provinciales / régionales visant à encourager la coopération pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

42C’est le niveau régional qui semble être le plus pertinent pour la formation, le renforcement des capacités et d’autres types de coopération pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Une des initiatives de nature régionale à noter est la création en Chine, au Japon et en République de Corée de trois centres de catégorie 2 sous l’égide de l’Unesco ayant des mandats complémentaires. Comme convenu formellement entre les trois pays, le centre de catégorie 2 en Chine est responsable des programmes de formation et du renforcement des capacités, le centre au Japon traite principalement de la recherche sur la sauvegarde et le centre de la République de Corée est en charge de l’information et de la mise en réseau. Le Centre Crespial au Pérou a également considérablement renforcé la coopération en matière de PCI et la mise en œuvre de la Convention dans cette région.

43Compte tenu du fait que différentes régions ont souvent des caractéristiques sociales, culturelles, économiques et environnementales communes, la coopération internationale en ce qui concerne la sauvegarde du PCI a tendance à fonctionner sur la base d’échange d’informations et d’expériences sur la sauvegarde du PCI ; partage de documents sur un élément partagé ; collaboration au développement de méthodes d’inventaire ; accueil de séminaires et ateliers conjoints et festivals. Le Bélarus, par exemple, fait beaucoup de travail dans le cadre de la Communauté des États indépendants (CEI, par exemple avec la Pologne, la Lituanie, l’Ukraine et la Russie) et la Communauté économique euro-asiatique (Biélorussie, Russie, Kirghizistan, Tadjikistan, Kazakhstan). Une autre initiative concerne la création, sous l’égide du Centre international pour les civilisations bantu (Ciciba), d’un réseau de professionnels, de collectivités et de centres d’expertise pour le Mvett, un PCI commun de la communauté fang partagé par quatre États de la sous-région d’Afrique centrale (Gabon, Cameroun, Congo et Guinée équatoriale). Dans la région méditerranéenne, le projet Patrimoine vivant méditerranéen (Medliher) réunit l’Égypte, le Liban, la Jordanie et la République arabe syrienne autour de l’objectif commun de sauvegarde du PCI.

Statut des éléments inscrits sur la Liste représentative

44Les vingt-et-un rapports reçus au cours des deux dernières années couvrent un total de quatre-vingt seize éléments inscrits sur la Liste représentative répartis comme suit :

  1. Chine (26)

  2. Japon (16)

  3. République de Corée (11)

  4. Croatie (9)

  5. Mexique (6)

  6. Mongolie (5)

  7. Pérou (4)

  8. Viêt Nam (4)

  9. Lituanie (3)

  10. Mali (3)

  11. Nigéria (3)

  12. Algérie (1)

  13. Egypte (1)

  14. Lettonie (1)

  15. Pakistan (1)

  16. République arabe syrienne (1)

  17. République centrafricaine (1)

45Quelques États n’ont encore aucun élément inscrit, ce qui ne les a pas empêchés de prendre de nombreuses mesures au niveau national pour renforcer la sauvegarde du PCI présent sur leur territoire.

Fonctions sociales et culturelles

46La variété des éléments inscrits est extrêmement large et couvre divers domaines du patrimoine culturel immatériel (y compris les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, et l’artisanat traditionnel).

47Les fonctions sociales et culturelles des éléments inscrits sont également variées. Elles comprennent les expressions orales assurant la cohésion du groupe et la transmission des valeurs ou la transmission intergénérationnelle du savoir-faire et des connaissances. On trouve aussi des expressions artistiques élitistes ayant conquis un plus large public (divers genres de spectacles professionnels tels que l’opéra chinois et le théâtre japonais, et la musique de cour en ce qui concerne les deux pays), des expressions artistiques populaires qui continuent à avoir d’importantes fonctions culturelles pour les praticiens et le public, la littérature orale transmettant le savoir accumulé et les systèmes de croyances de groupes ethniques entiers, les rituels religieux, et des compétences artisanales ancestrales qui conservent des fonctions socio-culturelles et socio-économiques d’aujourd’hui. De nombreux éléments ne cadrent pas parfaitement au sein d’un domaine et ont des fonctions sociales et culturelles complexes.

48Plusieurs éléments sont par ailleurs associés à d’importantes dimensions tangibles (comme les outils, équipements, matières premières, instruments de musique, costumes et masques). Beaucoup ne peuvent pas être séparés de l’espace physique (créé par l’homme ou naturel) dans lequel ils sont pratiqués. Les expressions orales du peuple Aka en Afrique centrale en sont un exemple frappant, qui sont intrinsèquement liées à leur mode de vie de chasseurs-cueilleurs et dépendent des ressources disponibles dans la forêt tropicale. D’autres exemples incluent des rituels agricoles et la plupart des cas d’artisanat traditionnel, qui s’appuient sur l’existence durable des zones de production agricole traditionnelle et sur les matières premières.

49Certains éléments reflètent également les traditions intellectuelles, la philosophie et la vision du monde d’une communauté ou d’un peuple. D’autres ont une importance religieuse ou spirituelle. D’autres reflètent des modes de vie qui sont particulièrement durables et en harmonie avec l’environnement naturel. D’autres procurent à leurs praticiens des revenus commerciaux.

50Le PCI, en particulier celui qui est centré autour des festivals et autres rassemblements publics, ont le potentiel d’agir comme « ciment » pour la communauté impliquée. La tradition du chant et de danse en Lettonie implique plus de 160 000 personnes d’âges différents et il existe une grande diversité de participants (groupes de danse, chorales, groupes de théâtre amateur, groupes vocaux, bandes du folklore de groupes et ensembles, groupes d’arts appliqués, musiciens, etc.). La fonction du patrimoine culturel immatériel dans la société malienne est forte et elle joue un rôle central dans la résolution des conflits sociaux et la création de l’harmonie sociale.

51Certains éléments (par exemple la fauconnerie en Mongolie) appartiennent à des minorités ethniques ; leur inscription procure donc une valeur officielle à ces communautés et à leurs cultures, et encourage leur respect au sein de la communauté majoritaire. Les fonctions sociales et culturelles de plusieurs éléments de PCI péruvien reflètent la rencontre entre les autochtones et les cultures hispaniques après la conquête au XVIe siècle. Au Mexique, la fête des morts est à l’origine un rite indigène qui est maintenant considéré comme une pratique culturelle nationale.

Analyse de la viabilité des éléments et des risques auxquels ils sont actuellement exposés

52Les États parties abordent généralement la question de la viabilité et des risques concernant les éléments inscrits en des termes analogues et rapportent des tendances communes. L’une de ces tendances est que la viabilité soutenue ou la revitalisation des éléments du patrimoine culturel immatériel est mieux assurée lorsque les initiatives proviennent des communautés concernées, à travers des mesures locales ou des organismes comme les ONG.

53Il apparaît également dans quelques cas que la vitalité des mécanismes de transmission est un indicateur plus valable concernant la viabilité de l’élément que la taille de la communauté des porteurs ou des praticiens. C’est notamment le cas pour plusieurs types de savoir-faire traditionnel au Japon et en Chine où la taille de la communauté des porteurs a toujours été relativement modeste, et où l’élément a néanmoins maintenu ses fonctions sociales, culturelles et économiques.

54Une autre tendance commune est la fierté renouvelée des communautés et des praticiens à la suite de l’inscription d’éléments sur la Liste représentative. Les États font état à l’unanimité des effets positifs de la reconnaissance internationale sur les praticiens et le grand public en renforçant une volonté commune d’assurer la viabilité de l’élément. Cela ne signifie pas que le soutien des gouvernements joue un rôle marginal dans la sauvegarde de l’élément. Au contraire, les différents rapports fournissent de nombreuses preuves que des mesures réglementaires, institutionnelles et financières sont des compléments essentiels à l’engagement au niveau de la communauté.

55Les risques actuels portant sur la viabilité des éléments inscrits sont l’érosion des bases sociales, économiques et, parfois, écologiques des éléments. Les risques spécifiques rapportés sont l’affaiblissement des systèmes de transmission non formelle, un changement général des habitudes de vie et les relations entre les générations, le développement de l’éducation formelle, l’urbanisation et l’émigration. Pour les arts exécutés devant un public extérieur, les risques comprennent les difficultés de recrutement de nouveaux praticiens en raison de l’intérêt social et économique décroissant de la pratique pour les jeunes. Pour l’artisanat, les risques sont généralement circonscrits autour de la perte de la valeur mercantile des pièces produites.

56L’entretien des espaces et des objets nécessaires à l’expression d’un élément a également été soulevé. L’importance de l’environnement de la forêt tropicale pour l’expression orale des Aka a déjà été mentionnée. On trouve d’autres exemples avec la décomposition des centres des villages traditionnels dans les régions où l’ahellil est pratiqué, ce qui incite les familles à chercher des logements modernes dans les quartiers où la cohésion sociale permettant à l’ahellil de s’exprimer est plus faible ; en Chine, la disparition des cultures nomades pastorales affecte la pratique du khoomei et du manas.

57Un des défis de l’inscription et de la diffusion d’informations sur un élément consiste à éventuellement attirer l’attention publique d’une façon inadaptée et conduire à la standardisation des expressions artistiques, la commercialisation, la violation de la vie privée des détenteurs des traditions, des secrets du métier ou d’un savoir-faire traditionnellement transmis dans la famille ou des groupes sociaux restreints.

58Les migrations et déplacements internes de personnes posent également une menace importante pour la viabilité du patrimoine culturel immatériel, puisqu’elles migrent vers les différentes régions qui sont continuellement immergées dans les traditions locales de leur pays d’accueil.

Contribution aux buts de la Liste représentative

59Les pays ayant présenté leur rapport donnent plusieurs exemples de la façon dont l’inscription d’éléments sur la Liste représentative a amélioré la perception du patrimoine culturel immatériel en général et des éléments spécifiques dans les communautés et au niveau national. L’Algérie, par exemple, signale que l’inscription de l’ahellil a créé un enthousiasme parmi les autres communautés pour revitaliser et préserver leur propre patrimoine culturel immatériel et pour demander l’inscription de nouveaux éléments sur la Liste représentative.

60D’autres effets du processus d’inscription qui contribue aux objectifs de la Liste représentative comprennent l’intérêt croissant et le respect pour les cultures minoritaires dans le pays et/ou au niveau régional, et un plus grand respect général pour la diversité culturelle dans son ensemble.

Participation des communautés dans la sauvegarde de l’élément

61Dans tous les pays ayant présenté des rapports, les communautés et les porteurs individuels sont identifiés comme des acteurs centraux des initiatives de sauvegarde. Bien qu’il existe des différences notables dans les approches entre les pays, les États parties sont tous conscients que la sauvegarde durable ne peut pas être détachée de la communauté et des individus qui reconnaissent des expressions immatérielles spécifiques en tant que partie intégrante de leur patrimoine culturel et de leur identité.

Le contexte institutionnel

62Les États ayant soumis des rapports font en général figurer les institutions impliquées dans la sauvegarde des éléments inscrits à plusieurs niveaux gouvernementaux ou administratives. La Chine énumère pour chaque élément le département de la culture provincial ou régional compétent, les associations locales et autres organismes locaux appropriés (tels que musées, centres de recherche et établissements d’enseignement). Le Japon énumère également le département gouvernemental compétent pour la culture au niveau des préfectures et l’association de préservation pour chaque élément. L’Algérie mentionne des organismes nationaux et régionaux publics pour la culture et l’éducation, en collaboration avec une institution de recherche nationale, des municipalités locales et des centres culturels. Enfin, la République centrafricaine a créé des institutions locales sous la supervision de la Direction générale de la culture et du patrimoine.

63Plusieurs associations ont été créées par les praticiens et leurs communautés pour des éléments spécifiques, tels que l’Association de préservation du pansori (Corée), le Morin Khuur Association (Mongolie) et la société de huacones de Mito (Pérou). Ceux-ci coopèrent également avec des ONG fondée par des experts et des amateurs et avec des entreprises privées (comme la musique argasun en Mongolie), les autorités locales et d’autres parties intéressées dans la sauvegarde et la promotion de ces éléments. Ils jouent un rôle clé dans nombreux aspects de la protection, en particulier l’identification, la documentation et inventaire du patrimoine culturel immatériel ainsi que mettre sur les spectacles, organisant des festivals, tenue de cours de formation et protégeant les éléments contre la distorsion.

64D’autres acteurs non étatiques jouent également un rôle. Le rapport de la Croatie précise l’importance de l’ensemble de la communauté locale pour la sauvegarde des éléments, en collaboration avec des associations, les autorités locales et l’église. La fauconnerie en en République arabe syrienne n’est généralement pas organisée autour d’associations spécifiques, mais par des personnes qui se rassemblent pour pratiquer la fauconnerie de manière informelle et qui s’unissent pour défendre leurs intérêts communs.

65En outre, dans certains cas, des comités spéciaux (ou similaires) ont été créés. En Mongolie, un Comité national pour l’organisation du festival Naadam a été mis en place ; en Lettonie, une loi de 2005 a établi un Conseil avec une participation de divers experts et représentants d’institutions et d’organisations afin d’assurer la viabilité de la célébration des chants et danses. Un projet financé par l’Unesco afin de renforcer la transmission intergénérationnelle de l’art textile de Taquile a conduit à la création d’un Comité exécutif composé des principales autorités locales.

Participation des communautés à l’établissement du rapport périodique

66Tous les États rapportent la participation des communautés concernées dans la préparation des rapports, généralement par des organisations au niveau local. La République centrafricaine, par exemple, mentionne l’implication des dirigeants et porteurs de la tradition aka via le comité local pour la gestion et la revitalisation de leurs traditions orales. Le Japon a chargé des organes compétents gouvernementaux des différentes préfectures pour recueillir des renseignements auprès des praticiens. La Chine rapporte principalement la participation des institutions publiques ayant un mandat de sauvegarde, mais aussi des organisations de porteurs des traditions. En Lettonie, cinq débats régionaux dans chaque région culturelle du pays ont été organisés avec les dirigeants locaux culturels, représentants de municipalités, centres culturels, organisations non gouvernementales ainsi que des membres actifs des communautés.

67On peut donc considérer que le processus de consultation avec les communautés semble être assez bien mené. Il est moins clair jusqu’à quel point les communautés concernées ont la possibilité d’approuver le rapport une fois qu’il est écrit, et dans quelle mesure leurs opinions peuvent être prises en compte à ce stade.

Bilan et perspectives

68Tous les États ayant soumis des rapports dans le premier cycle fournissent des exposés très détaillés sur les mesures législatives et réglementaires en place pour sauvegarder le patrimoine culturel immatériel. Une question qui n’a cependant pas été discutée en détail concerne les lois ou des politiques assurant le respect des pratiques coutumières régissant l’accès à certains aspects du patrimoine culturel immatériel. La législation nationale devrait faire face à ces sujets, en conformité avec l’article 13.d.ii. de la Convention, y compris en modifiant les lois existantes, et les institutions concernées devraient adopter des mesures pour respecter les restrictions d’usage sur l’accès. Tous les États ne semblent pas être pleinement conscients des implications de la documentation ou des pratiques d’inventaire dans le cas où un élément secret est impliqué, ou attentifs au respect de la vie privée des groupes de praticiens, en particulier concernant l’attention portée par les médias et les touristes.

69Peu d’États rapportent des mesures pour assurer la protection de la propriété intellectuelle des porteurs des traditions. Alors que la Convention elle-même dit explicitement qu’elle n’affecte pas « les droits et les obligations des États parties découlant de tout instrument international relatif aux droits de propriété intellectuelle » (article 3.b.), les États devraient être conscients que la mise en œuvre de la Convention ‑ que ce soit au niveau international, sous forme de candidatures et d’inscriptions, ou au niveau national à travers les processus d’inventaire ‑ implique généralement la création d’enregistrements documentaires sur les expressions, les pratiques et les représentations qui constituent le patrimoine culturel immatériel. En ce qui concerne ces documents en particulier, les États parties pourraient souhaiter prendre un soin particulier à s’assurer que les droits de propriété intellectuelle des communautés et des individus sur leurs expressions sont protégés, comme prévu, entre autres, au paragraphe 104 des Directives opérationnelles. Ils sont encouragés à fournir des détails précis sur ces mesures de protection lors de la soumission de leurs rapports périodiques.

70La participation des communautés conformément à l’article 15 de la Convention devrait également être inscrite dans les lois et règlements, mais plus encore dans les processus administratifs, et les États devraient discuter de ces lois, règlements et processus dans leurs rapports périodiques. La participation des communautés dans la mise en œuvre de la Convention varie considérablement d’un État partie à l’autre. La participation devrait commencer avec la pleine participation des communautés et individus concernés à toutes les étapes de prise de décision au sujet de la sauvegarde de leur patrimoine. Ce qui est loin d’être le cas dans tous les États parties concernés.

71Les États ayant présenté des rapports sont généralement bien conscients de l’importance de la transmission et fournissent des détails sur les modes formels et informels de transmission. Les États ne semblent cependant pas tous considérer que différents types d’éléments peuvent nécessiter différentes façons de soutenir la transmission. Les États parties devraient être encouragés à développer (et de faire rapport sur) des mesures de sauvegarde spécifiquement adaptées aux exigences de chaque élément, de sa communauté et de sa situation. Ici aussi, l’exercice de rapports périodiques peut servir à présenter les divers modèles et approches que d’autres États et communautés peuvent trouver pertinents et utiles.

72La nécessité d’intégrer pleinement les aspects tangibles du patrimoine immatériel dans la sauvegarde mérite également une attention plus grande des États présentant des rapports. Tous les États parties n’expliquent pas clairement si la législation existante en matière de patrimoine matériel ou immatériel protège aussi les divers objets liés aux expressions du patrimoine culturel immatériel et les compétences nécessaires à la fabrication, l’entretien et la réparation de ces objets. De même, les États sont encouragés à faire rapport sur les efforts visant à « promouvoir l’éducation à la protection des espaces naturels et des lieux de mémoire dont l’existence est nécessaire à l’expression du patrimoine culturel immatériel » (art. 14.c. de la Convention), en particulier dans les cas où ces sites sont également reconnus comme sites du patrimoine au niveau national ou international.

73Parmi leurs mesures de sauvegarde, la plupart des États comptent l’organisation de festivals et/ou la participation de praticiens dans des festivals où les expressions du patrimoine culturel immatériel sont interprétées face à un public en dehors de leur contexte socio-culturel. Il n’apparaît pas clairement dans les différents rapports si les États ont accordé une attention suffisante aux effets potentiellement négatifs de transformer des expressions spécifiques du patrimoine culturel immatériel en spectacle public, même lorsque cela a lieu en dehors d’un contexte commercial. Les États peuvent souhaiter accorder dans les rapports futurs une plus grande attention aux efforts pour appliquer le paragraphe 102 des Directives opérationnelles, en particulier son injonction à « s’assurer que les actions de sensibilisation n’auront pas pour conséquence (a) de décontextualiser ou de dénaturer les manifestations ou expressions du patrimoine culturel immatériel visées [et] (b) de présenter les communautés, groupes ou individus concernés comme ne participant pas à la vie moderne, ou de nuire de quelque façon que ce soit à leur image ».

74Tous les États ayant soumis un rapport au cours de ce premier cycle semblent comprendre le patrimoine culturel immatériel en tant que composante de l’identité « nationale », une notion qui est absente du texte de la Convention. Une telle vision du patrimoine culturel immatériel peut avoir plusieurs conséquences négatives : méconnaissance et marginalisation potentielle du patrimoine culturel immatériel considéré comme étranger, mais également homogénéisation de la diversité culturelle au service d’une culture « nationale ». Il serait sans doute utile de réfléchir à la façon d’assurer que les mécanismes internationaux de la Convention tels que les listes ne soient pas instrumentalisés pour servir des objectifs autres voire contraires à ceux de la Convention elle-même, qui privilégie le respect pour et la promotion de la diversité culturelle et la coopération internationale. De même, dans l’évaluation de l’expérience des États parties dans la mise en œuvre de la Convention au niveau national, la manière dont les processus tels que l’établissement des inventaires promeuvent le respect de la diversité – ce que la Convention exige ‑ ou sont potentiellement détournés en faveur d’une promotion de l’uniformisation, de la canonisation ou de la standardisation mériterait d’être étudiée en détail.

75Bien que la relation entre le tourisme et PCI soit évoquée dans quelques rapports, c’est sans doute une question importante dans de nombreux pays. Il s’agit d’une question particulièrement difficile étant donné que le patrimoine est créé et transmis par les communautés, groupes ou individus, et que leur relation avec le tourisme est complexe : dans certains cas, ils souhaitent encourager les visiteurs car cela leur procure des bénéfices économiques ; dans d’autres, ils peuvent souhaiter protéger un élément secret ou sacré et le tenir à l’abri des regards ; dans d’autres cas encore, ils peuvent souhaiter trouver une voie médiane. La question centrale est de clarifier les rôles des différents acteurs, l’État et les communautés culturelles n’ayant pas nécessairement les mêmes intérêts. En outre, la relation entre les exploitants d’entreprises touristiques commerciales (nationales et étrangères) et des éléments de PCI doit être examinée avec attention à la lumière du paragraphe 102 (e) des Directives opérationnelles qui rappelle que les actions de sensibilisation ne devraient pas « entraîner ... un tourisme non durable qui peut-être mettre en péril le patrimoine culturel immatériel concerné ».

76Un thème qui émerge dans plusieurs rapports est l’importance de la langue comme véhicule pour la transmission de la plupart des éléments de PCI, en particulier dans les sociétés où la transmission et l’expression se fait principalement oralement. Dans certains cas, des informations sont fournies sur le cadre législatif et stratégique visant à soutenir les langues minoritaires et autochtones comme moyen de sauvegarder également le PCI, mais c’est une question qui mériterait sans doute une attention plus complète dans les rapports des Parties.

77Enfin, plusieurs États notent dans leurs rapports l’importance de renforcer les capacités nationales pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, en particulier la formation du personnel des gouvernements et des ONG pour la mise en œuvre effective de la Convention.

78C’est pour répondre à cette demande que l’Unesco s’est lancée dans un programme ambitieux de renforcement des capacités. La Section du patrimoine immatériel à Paris travaille en étroite coopération avec l’ensemble du réseau hors-siège de l’Unesco et avec les gouvernements, les sociétés civiles et les communautés concernées pour s’assurer que les concepts et mécanismes fondamentaux de la Convention soient compris et appliqués, afin de construire une masse critique d'expériences et de compétences capable de soutenir sur le long terme la sauvegarde du PCI.

79Les projets développés dans le cadre de cette stratégie, d’une durée d’environ 24 à 36 mois pour chaque pays, appuient la révision des politiques et de la législation, la refonte de l’infrastructure institutionnelle pour répondre aux besoins de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le développement de méthodes et de systèmes d’inventaire, l’implication de toutes les parties prenantes et le renforcement des compétences nécessaires à la préparation d’une demande d’assistance internationale ou de candidatures aux listes de la Convention. Plus de 78 pays en bénéficient actuellement, 50 d’entre eux avec une analyse de leur cadre législatif et de politique ainsi que le développement d’inventaires ; 28 pays sont en cours d’évaluation de leurs besoins et nous élaborons en coopération avec eux les modules de formation adaptés à ces besoins. À ce jour, environ 11 millions de dollars extrabudgétaires ont été mobilisés pour soutenir cette stratégie, qui semble porter ses fruits.

80Les États sont devenus beaucoup plus actifs concernant les demandes d’assistance internationale au Fonds du PCI pour des projets de sauvegarde du PCI (50 demandes sont actuellement en cours de traitement). En outre, plus d’attention est portée à la Liste de sauvegarde urgente pour le cycle 2013, et on observe un nombre croissant d’États soumissionnaires, dont certains soumettent des candidatures pour la première fois. L’Afrique est pour la première fois le continent le mieux représenté en termes de nombre d’États soumissionnaires pour le cycle 2013.

81Des signes encourageants, qui ne doivent pas nous faire oublier que la mise en œuvre d’une telle Convention est un travail de très longue haleine, qui doit s’ancrer dans des mesures structurelles, transversales ou multidisciplinaires à l’échelle des pays. Les rapports périodiques à venir seront à cet égard des outils précieux pour observer les évolutions à travers le monde.

Auteur

Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, chef de la Section du patrimoine culturel immatériel, Unesco

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search