Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales

 | 
Julia Csergo
, 
Christian Hottin
, 
Pierre Schmit

Troisième partie. Communautés et experts, quelles dynamiques ?

Le rôle des experts dans la création de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en Suisse

Florence Graezer Bideau

Texte intégral

  • 1 Cette recherche interdisciplinaire (Intangible Cultural Heritage, the Midas Touch ?, suivie de Inta (...)

1En 2008, la Suisse ratifiait conjointement deux Conventions de l’Unesco, celle pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (désormais PCI) de 2003 et celle sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005. L’adhésion de la Suisse à cette politique patrimoniale internationale a été préparée et débattue en novembre 2008 lors du Forum suisse pour le PCI, à l’initiative de la Commission suisse de l’Unesco dans l’objectif de rassembler et confronter les diverses positions et propositions issues des acteurs de la « société civile », de l’administration, des médias, des milieux politiques et scientifiques. Dès 2006, j’ai participé en tant qu’anthropologue à plusieurs de ces réunions afin de saisir les enjeux et les questions que cette future ratification soulevait au niveau national. Cette première immersion dans l’arène du patrimoine s’est ensuite prolongée par une étude détaillée de l’administration culturelle dans le cadre d’un projet de recherche collectif sur la mise en œuvre en Suisse de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du PCI (2003)1.

2L’enquête ethnographique fondée sur de multiples observations participantes et entretiens que je mène depuis 2009 au sein des institutions culturelles du système fédéral suisse me permet d’observer les liens qu’entretiennent les chercheurs avec les différentes institutions fédérales et cantonales. Ma participation à divers groupes de travail engagés dans l’identification du PCI à l’échelle cantonale et fédérale me permet également de porter un regard à l’intérieur de ce mécanisme particulier tout en maintenant une position indépendante. C’est donc à titre d’experte-conseillère, prenant part à de nombreuses réunions de travail et de décisions des commissions fédérales et cantonales dont j’étais membre, et de chercheuse, menant une étude multi-échelle sur les discours et les pratiques des acteurs institutionnels chargés de l’application de la Convention de 2003, que je propose une réflexion sur le rôle des experts dans la création de l’inventaire du PCI en Suisse. Dans une perspective réflexive, je montre une certaine cohérence dans la constitution de ces groupes d’experts, dont l’anthropologie, l’ethnologie, le folklore et l’histoire de la culture constituent les disciplines de formation, et la position délicate que ces derniers doivent assumer dans le cadre de leur engagement scientifique. L’analyse de différentes situations ethnographiques relatives au processus de sélection que l’Office fédéral de la Culture (désormais OFC) a initié au lendemain de la double ratification de la Suisse aux Conventions de 2003 et 2005 constitue le fil de mon argumentation.

L’expertise culturelle en Suisse

  • 2 Le pouvoir politique en Suisse, État fédéral depuis 1848, est réparti entre la Confédération (État (...)
  • 3 L’article 69, appelé « article culturel », précise le principe de division des compétences entre le (...)
  • 4 La proposition de créer un poste d’intendance dans la section cinéma (le CNC suisse) afin d’éviter (...)

3Conformément au principe de subsidiarité qui caractérise le fédéralisme helvétique2, la question culturelle est la prérogative des vingt-six cantons, et non pas de l’administration fédérale (art. 693 in Clottu 1975 ; Loi fédérale sur l’encouragement à la culture 2009). Seules les activités d’intérêt national (archives, musées et cinéma) sont prises en charge par la Confédération. Comme l’État fédéral ne peut intervenir directement dans les décisions cantonales d’ordre culturel, la structure administrative suisse se singularise par l’absence d’une expertise scientifique revendiquée à l’échelle nationale. Ainsi, à l’inverse de certains pays européens comme la France (Bortolotto 2014 ; Tornatore 2014), des commissions d’experts ad hoc sont créées pour chaque situation qui nécessite un processus de consultation entre la Confédération, les cantons et la « société civile »4.

4Pour des raisons historiques, la question culturelle demeure un sujet politique sensible. Constituée d’entités hétérogènes (Centlivres & Schnaper 1991 ; Centlivres 1996 ; Froideveaux 1997), la Suisse moderne de 1848 cultive la « diversité culturelle et linguistique » et le « respect des minorités », inscrits dans la Constitution fédérale (1999), dont la formule « unité sans uniformité » résume bien l’esprit. La notion de PCI, récemment véhiculée dans les milieux politico-culturels et académiques, constitue donc un nouveau défi pour la Suisse. Pour diverses raisons liées à une stratégie de communication (Graezer Bideau 2014), l’administration fédérale chargée d’établir un inventaire national, et de composer avec le terme abstrait de PCI, opère une conversion sémantique et lance un programme global d’identification des « traditions vivantes en Suisse ».

5Conformément au principe de subsidiarité, ce sont les vingt-six cantons qui sont responsables d’appliquer le projet coordonné par l’OFC, qui leur recommande vivement d’engager des experts pour mener à bien les collectes de propositions sur leurs territoires respectifs. Rédigé à cette intention, le Guide d’établissement de l’inventaire des traditions vivantes en Suisse (OFC & HSLU 2010) laisse aux cantons une flexibilité dans leur mode d’organisation et une certaine interprétation des critères de sélection (Graezer Bideau 2012b). In fine, douze projets de listes cantonales émergent, déclinés en trois configurations : collective, en duo et individuel. Les projets de listes collectives concernent la Suisse orientale (cantons de Zurich, Glaris, Schaffhouse, Appenzell Rhodes intérieures, Appenzell Rhodes extérieures, Argovie, Saint-Gall, Thurgovie, Grisons) et la Suisse centrale (cantons de Lucerne, Obwald, Nidwald, Uri, Schwyz, Zoug). Seules deux listes bi-cantonales se dégagent. Elles sont établies par les cantons de Argovie-Soleure et par ceux de Bâle ville – Bâle campagne. Enfin, huit cantons travaillent de manière indépendante. Il s’agit de Neuchâtel, Genève, Vaud, Valais, Fribourg, Jura, Berne et du Tessin.

  • 5 La richesse et la diversité de ces traditions vivantes ont d’ailleurs récemment fait l’objet d’une (...)

6Trois différentes approches méthodologiques sont adoptées pour les établir. La majorité des cantons suit le choix indiqué par leurs experts pour identifier les traditions vivantes, sans consulter de manière active la « société civile » (démarche top-down). Deux listes, celles de Neuchâtel et d’Argovie-Soleure, sont strictement construites à partir des propositions émanant de la « base » de la société (démarche bottom-up). La liste bi-cantonale d’Argovie-Soleure recense ainsi plus de cinq cents traditions vivantes sur son site internet rendant compte d’une certaine vitalité du PCI sur leur territoire. Cet exemple illustre l’émulation que ce projet d’inventorisation a déclenchée auprès des communautés dans certains contextes où les institutions culturelles chargées de l’application de la Convention pour la sauvegarde du PCI ont largement communiqué à son propos et ont tenu compte des témoignages des « porteurs » ou « passeurs culturels » des traditions vivantes locales5. Enfin, des cantons comme celui de Vaud ou du Valais adoptent une approche mixte. Un groupe d’experts se réunit régulièrement pour proposer des traditions à identifier et à documenter sur leur territoire. En parallèle, il sollicite les associations culturelles des communes, les musées locaux ou les organisations régionales, pour recueillir des données issues des structures davantage en contact avec les « porteurs ». Dans la majorité des cas, l’équilibre entre ces deux approches n’est pas satisfaisant. La qualité des informations s’avère inégale selon les groupes d’experts qui estiment ces traditions proposées peu représentatives de leur canton ou leurs données lacunaires, les encourageant à privilégier davantage la démarche top-down tout en intégrant quelques éléments venus du « bas ».

  • 6 Le groupe d’experts s’est réuni régulièrement entre mars 2010 et décembre 2012. À la suite de la pu (...)

7L’ensemble des 387 traditions vivantes que les cantons proposent est ensuite examiné par un groupe d’experts convoqué cette fois au niveau fédéral par l’OFC. Les membres de ce groupe, créé à cette occasion dans un esprit d’équilibre fédéral6, représentent la plupart des acteurs concernés par le PCI, soit les politiques culturelles cantonales, les institutions fédérales culturelles (Pro Helvetia-Fondation suisse pour la culture, Commission suisse de l’Unesco), les porteurs de quelques domaines identifiés dans la définition de l’Unesco (artisanat, arts du spectacle, festivités et rituels) et le monde académique (folkloristes, historiens et ethnologues / anthropologues). Son rôle est d’accompagner le processus et de proposer son éventuelle adaptation à l’inventorisation en cours grâce à la diversité des positions et des expériences acquises dans le cadre de la politique culturelle à l’échelle nationale. En septembre 2012, ce groupe d’experts sélectionne parmi ces listes cantonales 167 éléments qui composent désormais le premier inventaire national des traditions vivantes en Suisse (Graezer Bideau 2013).

Les paradigmes d’inventorisation

8La Suisse, à l’instar d’autres pays européens, est familière avec les processus d’inventorisation de la culture populaire (Volkskunde) lancé par les élites locales et nationales. Au XIXe siècle, le pays assiste à une « première vague de patrimonialisation » (Hertz & Grignoli 2012) engagée par des personnalités politiques, des notables, des instituteurs, le clergé et des intellectuels et acteurs tant au niveau fédéral que cantonal et local. La naissance de la Société suisse des traditions populaires en 1896 n’est pas étrangère à cet engouement pour la collecte, les enregistrements sonores, la documentation, la classification et l’étude des « us et coutumes » (Sitten und Bräuche) qui a enrichi les collections des musées régionaux (Heimat Museums) et les archives des bibliothèques locales et nationales.

  • 7 Ces deux manifestations nationales exposèrent l’idée d’une autonomie culturelle « authentique » à t (...)
  • 8 Voir à cet effet, le Catalogue collectif suisse des affiches (CCSA), https://nb-posters.primo.exlib (...)

9Cette démarche crée un terreau fertile pour la reproduction d’une imagerie de la Suisse romantique, alpine, rurale sur laquelle la tradition des études folkloristes suisse va mener des recherches (Geiger & Weiss 1962 ; Gonseth et al. 1989-1990 ; Hugger 1990), suivie dans les années 1930-1940 du mouvement politique et culturel de « défense spirituelle du pays » (Geistige Landesverteidigung), qui documente les valeurs au fondement du patriotisme suisse en opposition aux régimes fascistes européens. Les effets de cette première vague de patrimonialisation se perpétuent encore aujourd’hui à travers la reproduction des stéréotypes d’une Suisse paysanne et alpine. Ces images ont joué un rôle central dans la promotion touristique aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays à travers les expositions nationales, « Dörfli » 1914 à Berne, « Ländi » 1939 à Zurich7 ou celle de 1964 à Lausanne (Lugon & Vallotton 2014), les nombreuses affiches publicitaires pour les stations de ski comme Davos ou Zermatt, ou celles vantant la beauté des paysages bucoliques comme celui du lac des Quatre cantons ou les Préalpes bernoises8.

10La ratification de la convention de 2003 par la Suisse s’inscrit dans une « seconde vague de patrimonialisation ». Suivant les prescriptions de cette convention, qui font écho aux procédures de consultation du système fédéraliste suisse, les « porteurs des traditions » sont directement impliqués dans le processus d’identification du PCI. Ainsi, dès 2006, comme je l’ai déjà mentionné, certaines associations de praticiens culturels et ONG concernées par les questions d’identité et de transmission du savoir-faire sont invitées à participer au Forum suisse du PCI, organisé par la Commission suisse de l’Unesco en vue de la ratification par la Suisse de la convention de 2003 (Graezer Bideau 2012a).

11Néanmoins, des experts culturels – occupant pour la plupart d’entre eux des postes de fonctionnaires d’institutions fédérales et cantonales ou de scientifiques spécialisés dans l’étude de la culture – jouent un rôle prépondérant dans l’identification et la sélection des traditions vivantes en Suisse. Malgré la diversité des positions au sein des instances culturelles administratives, académiques ou empiriques à diverses échelles territoriales, les rattachements institutionnels des experts, parfois complétés par leur participation, voire leur incorporation à une autre organisation culturelle, leur donnent une légitimité et une autorité naturelle pour exprimer leurs points de vue et décider des choix des traditions vivantes à retenir. Malgré la mixité des profils et l’attention portée à la représentativité des différences régionales, culturelles et linguistiques du pays, force est de constater que la voix d’un professeur d’université spécialiste de la culture et habitué à siéger dans des commissions culturelles cantonales ou fédérales semble plus légitime que celle d’un artiste humoriste qui se produit sur les scènes de théâtre.

12Les rapports d’autorité et de légitimité sont complexes et s’insèrent dans un mécanisme particulier au fédéralisme qui implique une représentativité équitable des 26 cantons : l’identification des propositions d’un (groupe de) canton(s) nécessite des délicats allers-retours entre « haut » et « bas », aussi bien au niveau de la collecte auprès de la « société civile » qu’au niveau de la confirmation des choix opérés par les instances politiques. Il en va de même lors de la sélection finale pour l’inventaire national. Le groupe d’experts de l’OFC (« haut ») recommande une liste de traditions vivantes que les cantons (« bas ») doivent approuver pour que la Liste indicative du PCI en Suisse soit réglementaire et légitime. Enfin, il est important de relever que ce premier inventaire national n’est pas ouvert à de nouvelles inscriptions dans l’immédiat. Il a été conçu dans un premier temps pour recenser les traditions vivantes en Suisse conformément aux obligations découlant de la ratification de la convention de 2003 par la Suisse et pour dresser la Liste indicative du PCI en Suisse. Une actualisation de cet inventaire national est probablement envisagée à la suite de la candidature et de l’inscription d’un ou de plusieurs de ces éléments dans la Liste représentative du PCI de l’humanité.

13Il est trop tôt pour évaluer les effets de cette seconde vague. Cependant, l’analyse des 167 traditions vivantes sélectionnées démontre que les pratiques inattendues ou originales qui auraient alimenté une vision et un discours sur une Suisse dynamique, ouverte au monde extérieur et réflexive sur son histoire sociale et culturelle, restent minoritaires. Les traditions vivantes qui renvoient à une Suisse industrielle, moderne, progressiste, urbaine, construite sur des vagues d’immigration, sont peu présentes à l’exception de l’« Italianità » en Valais qui souligne les contributions économiques, sociales et culturelles de l’immigration italienne en Suisse, des rallyes de motos à Hauenstein, du design graphique et de la typographie, de l’esprit de Genève, de l’illustration, la bande dessinée et l’affiche genevoise par exemple9.

Quid des spécialistes de la culture ?

14La vingtaine d’experts engagés dans les projets de listes ou de conseillers dans les commissions de réflexion cantonales ont pour la majorité d’entre eux été formés à l’anthropologie / ethnologie dans les années 1980 en Suisse. Bien qu’ils aient pour la plupart une expérience de l’administration culturelle en tant que conservateurs de musée, de directeurs de centre culturel ou par le biais de mandats de recherche, leurs démarches épistémologiques s’inscrivent dans une perspective critique et réflexive qui prend ses distances avec les notions de culture et de patrimoine telles qu’elles sont généralement entendues et véhiculées dans le sens commun.

  • 10 Ces éléments seront néanmoins introduits dans l’inventaire cantonal, pour plus d’informations, voir (...)

15Il est intéressant de constater que les propositions qu’ils ont soumises à leur mandants – les services des affaires culturelles cantonales – n’ont pas toujours reflété leurs choix intellectuels, puisqu’ils ont dû tenir compte des instructions à l’échelon cantonal (dissimulant des décisions politico-économiques comme la mise à l’écart de manifestations musicales telles que le Montreux-Jazz festival ou le Paléo festival de Nyon) et des attentes des « porteurs des traditions vivantes » (voix issues de la « société civile » demandant que leurs pratiques soient inventoriées comme la Foire de Brent par la Société villageoise de Brent, la boissellerie ou la sculpture de cuillères en bois par des particuliers des districts d’Aigle et de la Riviera-Pays d’Enhaut dans le canton de Vaud)10. Les experts des listes collectives situés en Suisse allemande, insérés pour la plupart dans les structures institutionnelles culturelles locales, ont probablement davantage dû intégrer dans leurs propositions des traditions vivantes du monde rural et alpin, reproduisant les stéréotypes d’une Suisse romantique et une image de régions culturellement homogènes, bien que plusieurs villes telles que Zurich, Bâle, Saint-Gall ou Lucerne s’en démarquent largement par leur important patrimoine industriel et moderne, notamment dans les domaines de la chimie et de la pharmacie (la fabrication des médicaments ou vaccins à Bâle ville et Bâle campagne) ou du textile (industrie à soie à Zurich ou broderie sur machine à Saint-Gall). Les experts des listes romandes, soutenus par leurs administrations cantonales, ont cherché à valoriser autant qu’il était possible l’inattendu et l’original, sans doute aussi mus par un désir de distinction sociale et culturelle par rapport au reste de la Suisse comme le suggère les débats lors des séances de sélection au sein des groupes d’experts et les entretiens personnels à propos de leur décision. Parmi ces propositions, citons par exemple, les histoires de Ouin-Ouin (histoires drôles, créées entre 1950 et 1970 par Claude Blanc et Émile Gardaz, largement diffusées à la Radio romande), la danse classique et contemporaine (le Prix de Lausanne et les multiples compagnies de renommée internationale), la pratique du sauvetage sur le lac Léman (réseau unique de bénévoles répartis en 19 sections), l’esprit de Genève (pour souligner sa dimension internationale), la tradition botanique genevoise (à travers le symbole du marronnier de la Treille), enfin, l’illustration, la bande dessinée et l’affiche genevoises (dont l’influence des auteurs du début du siècle est encore perceptible auprès de la jeune génération de dessinateurs actuels).

16Quant aux scientifiques qui participaient au groupe d’experts de l’OFC, ils se sont trouvés dans une situation ambiguë, tantôt participants tantôt anthropologues. Leurs positions ont oscillé entre une nécessité de s’impliquer dans l’enjeu collectif de la sélection et une distance critique et analytique garante d’une démarche scientifique et de leur statut de chercheur (Heinich 2009). Ils sont ainsi à plusieurs reprises intervenus pour désapprouver l’introduction de traditions vivantes stéréotypées ou supposées emblématiques d’une région qui, à leurs yeux, dévalorisaient la liste indicative dans son ensemble. Ils se sont par exemple prononcés pour la mise à l’index de la proposition « Production et transformation des pommes en Thurgovie » qui n’était en rien originale, mais qui constituait la principale économie locale, symbole même du canton. Ils ont également regretté l’impossibilité de regrouper en une seule entrée générique les cinq types de carnaval en raison de leurs particularités régionales (Bâle, Soleure, Thurgovie, Suisse centrale et Jura). À leurs yeux, la réunion de ces pratiques festives, certes locales mais similaires dans leur structure, sous une même catégorie aurait donné la possibilité à d’autres pratiques immatérielles d’être retenues dans la Liste indicative des traditions vivantes en Suisse. En revanche, les experts ont régulièrement argumenté en faveur de propositions « surprenantes » ou marginales qui leur semblaient capitales pour constituer un inventaire plus hétérogène et plus en phase avec les réalités de la société suisse contemporaine. Ce fut le cas d’Ana Göldi à Glaris. Présentée comme la dernière victime d’un procès de sorcellerie en Europe, l’image de cette femme martyre, exécutée en 1782, continue à se transmettre et à être reproduite dans les histoires et la tradition de la région11. Ou celui de la procession de San Giuseppeà Laufenburg en Argovie, tradition importée de la petite ville sicilienne de Leonforte. Saint-Joseph est le patron des gens dans le besoin et les familles qui l’invoquent dressent un autel garni de victuailles qu’elles partagent après une veillée de prières et des chants avec les autres paroissiens de la ville12.

Anthropologue et expert, un mariage impossible ?

17Cette question m’est particulièrement adressée puisque j’ai été impliquée d’abord en tant que chercheuse puis en tant que participante à l’ensemble du processus d’inventorisation des traditions vivantes en Suisse, y compris le Forum suisse pour le PCI. J’ai donc joué et continue de jouer un rôle particulier, aussi bien dans les discussions, négociations et décisions du projet aux échelons cantonal (notamment à Genève, en Valais et en Vaud) et fédéral, que dans son analyse, en raison de ma position partiellement en surplomb sur ce chantier patrimonial. Je me retrouve ainsi régulièrement à ethnographier mes propres pratiques ainsi que celles de mes pairs et dois sans cesse réaffirmer ma posture d’anthropologue qui étudie un objet (la pratique de l’inventaire cantonal effectuée par des anthropologues mandatés) et qui partage avec les acteurs sociaux étudiés une démarche méthodologique, une éthique scientifique et un regard critique.

18Dans le paysage académique suisse, cette position sur le travail de collègues est délicate, puisque le cercle d’experts scientifiques, caractérisé par des affinités électives, est restreint. Par ailleurs, la grande majorité de ces experts poursuit ses activités de recherches grâce à divers mandats, souvent octroyés par l’administration fédérale, cantonale ou communale (le Fonds national suisse de la recherche scientifique, les divers offices fédéraux dont l’OFC, les bureaux culturels cantonaux, les collectivités publiques telle les villes) ou par les fondations culturelles publiques, semi-privées et privées, etc. Cette position ambiguë est néanmoins heuristique, car elle implique un constant retour réflexif et critique sur ma propre démarche et sur celles des collègues impliqués dans le processus d’inventorisation. Mon observation participante aux nombreuses réunions de travail était bien vue de la part de mes homologues anthropologues, qui partageaient avec moi non seulement une méthode ethnographique mais aussi une conviction sur l’apport d’une telle démarche pour rendre compte des particularités patrimoniales du contexte suisse. Elle a été en revanche plus difficile à négocier avec certains responsables administratifs chargés du projet sur le plan fédéral ou cantonal. Ces derniers avaient plus de mal à distinguer mon rôle, anthropologue ou experte, et par conséquent à ajuster leur positionnement à mon égard dans le champ de l’administration politico-culturelle et scientifique.

19Une fois l’ensemble des acteurs concernés par l’inventorisation du PCI mis en confiance, le processus de collaboration au niveau des enquêtes a été fructueux. La collecte des données auprès des interlocuteurs des milieux institutionnels ou associatifs s’est déroulée sans trop de difficultés, permettant l’échange des idées et la mise en perspective des compétences administratives et scientifiques. Il en a été de même sur le plan de la restitution. Une attention particulière a été portée à la communication des étapes de la recherche scientifique auprès des informateurs, institutions ou « communautés », et des décisions prises par les autorités culturelles dans le projet du premier inventaire national. Une éthique de publication, élaborée dès les premières démarches rédactionnelles en 2009 et précisant la démarche académique adoptée, les objectifs scientifiques et la garantie de la protection des données et des individus, a également établi un rapport de confiance entre les experts scientifiques et les responsables officiels de l’inventaire fédéral. Elle implique la soumission préalable des textes et la formulation de commentaires avec une garantie de liberté académique. Le respect de cette déontologie a contribué à renforcer la légitimité de la posture des chercheurs engagés dans le projet interdisciplinaire sur le PCI en Suisse, y compris ma position ambiguë tout au long de ce processus, et celle du processus d’inventorisation dans son ensemble.

Conclusion

20L’observation fine que j’ai pu mener sur la mise en œuvre de la Convention de 2003 dans le cadre d’un système fédéraliste a souligné la production particulière d’un mécanisme d’expertise entre le « haut » et le « bas ».

    • 13 Les röstis sont des petites galettes de pommes de terre dont la cuisson diffère que l’on soit d’un (...)

    Les cantons sont responsables de la sélection des traditions vivantes sur leurs propres territoires, qu’ils soumettent ensuite à l’OFC. Le Guide d’établissement de l’inventaire des traditions vivantes en Suisse recommande aux cantons d’engager un expert pour légitimer la démarche d’inventaire sans formuler de stricts critères d’évaluation. Ce point soulève une question intéressante : Quelles procédures de sélection les cantons ont-ils appliqué pour désigner leurs experts ? Les démarches cantonales laissent supposer deux approches, qui ont suscité des propositions de nature différente : celles qui ont nommé des experts proches de l’objet à inventorier, les traditions vivantes, et celles qui s’en sont volontairement distanciées. Dans le premier cas, on retrouve une majorité de cantons suisses alémaniques qui ont opéré un regroupement des listes, tandis que dans le second cas, ce sont les listes individuelles dressées par les cantons suisses romands à l’exception de Berne et du Tessin ainsi que les deux listes bi-cantonales (Argovie-Soleure et Bâle ville - Bâle campagne). À l’exception de quelques cantons germanophones, les approches adoptées par les entités territoriales de part et d’autre de la Suisse reproduisent une distinction connue sous le nom de Röstigraben (fossé de rösti13). Les uns unissent leurs ressources humaines et financières pour identifier les éléments à sélectionner, les autres travaillent seuls ou en binôme, contribuant à renforcer le clivage existant entre deux régions linguistiques et culturelles différentes (Graezer Bideau 2012a, 2012b).

  1. Au niveau de chaque canton, l’expertise des anthropologues engagés pour proposer des traditions vivantes constitue un premier filtre, gage d’une démarche scientifique légitime. Elle est ensuite évaluée par les responsables de l’administration culturelle qui activent parfois inconsciemment deux nouvelles logique de sélection : un filtre politique et un filtre économique. Le premier filtre permet de juger si la proposition est susceptible de fonctionner dans le champ politique au niveau fédéral ou cantonal comme ce fut le cas de la proposition du secret bancaire émanant d’anthropologues engagés par diverses administrations culturelles mais qui a été rapidement écartée par le groupe d’experts de l’OFC. Les pratiques identitaires liées au nomadisme en Suisse à l’instar de la communauté jenish, dont les membres sont communément qualifiés de « gens du voyage suisses », ont été exclues selon le même schéma. Le second filtre, économique, permet d’évaluer l’importance de la tradition vivante dans le développement touristique d’une région. Régulièrement évoqué lors des discussions menant à l’inclusion ou à l’exclusion des propositions par les groupes d’experts cantonaux, ce dernier n’a toutefois pas été toujours pris en compte dans les décisions finales. La valorisation de la Fête des vignerons dans le Lavaux – vignoble en terrasses situé dans le canton de Vaud, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2007 – est un exemple éloquent de la portée du facteur économique dans le processus de sélection, mais il n’est pas représentatif de l’ensemble des décisions prises au niveau des cantons.

21Enfin, de manière plus globale, l’analyse des propositions cantonales légitimées par les experts pose la question du processus de catégorisation : pourquoi est-il si difficile d’identifier des traditions vivantes qui sortent de la classification binaire « classiques »/» inattendues » alors que l’expertise des anthropologues s’efforce précisément de mettre en évidence la complexité de ces pratiques sociales et culturelles ?

Bibliographie

Bortolotto chiara, 2014
« Le transfert d’un standard international. Le patrimoine culturel immatériel vu par la France », in Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart & Anaïs Leblon (dir.), Les Vocabulaires locaux du « patrimoine ». Traductions, négociations et transformations, Berlin, Lit Verlag, coll. « Études d’anthropologie sociale de l’université de Fribourg », no 42, p. 107-122. Disponible en ligne : https://www.academia.edu/10244701/ [lien valide en juin 2019].

Centlivres pierre, 1996
« À propos des frontières intérieures de la Suisse », in Daniel Fabre (dir.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 175-189. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/editionsmsh/3924 [lien valide en juin 2019].

Centlivres pierre & dominique Schnapper, 1991
« Nation et droit de la nationalité suisse », Pouvoirs, no 56, p. 149-161. Disponible en ligne : https://revue-pouvoirs.fr/La-legislation-francaise-sur-le.html [lien valide en juin 2019].

Clottu gaston, 1975
« Éléments pour une politique culturelle en Suisse ». Rapport de la Commission fédérale d’experts pour l’étude de questions concernant la politique culturelle suisse, Berne, Office central fédéral des imprimés et du matériel.

Constitution fédérale de la confédération suisse, 18.04.1999 [1848],
(révision adoptée en 2000). RS 101. Disponible en ligne : http://www.admin.ch/ch/f/rs/101/ [lien valide en septembre 2010].

Froidevaux didier, 1997
« Construction de la nation et pluralisme suisses : idéologie et pratiques », Revue suisse de science politique, vol. 3, n° 4, p. 29-58.

Geiger paul & richard Weiss, 1962
Atlas der Schweizerischen Volkskunde/Atlas de folklore Suisse. Bâle, Société suisse des traditions populaires.

Gonseth marc-olivier (dir.), 1989-1990
Images de la Suisse/Schauplatz Schweiz, Bern, Société suisse d’ethnologie, coll. « Ethnologica Helvetica », no 13-14.

Graezer Bideau florence, 2011.
« La Svizzera : una buona allieva nel processo di inventorio del PCI/La Suisse : bonne élève du processus d’inventaire du PCI ? », Identificazione partecipativa del patrimonio culturale immateriale transfrontaliero. Supporto scientifico ai punti WP1 e WP2 del Progetto E.CH.I. P.O. di Cooperazione Transfrontaliera Italia Svizzera 2007-2013 (rapporto di ricerca per Regione Lombardia/Archivio di etnografia e storia sociale, 2010), p. 124-138.

Graezer Bideau florence, 2012
« Inventorier les “traditions vivantes”. Approches du patrimoine culturel immatériel dans le système fédéral suisse », Ethnographiques.org, n° 24 : « Ethnographies des pratiques patrimoniales : Temporalités, territoires, communautés ». [en ligne], http://www.ethnographiques.org/2012/Graezer-Bideau [lien valide en juillet 2012].

Graezer Bideau florence, 2013a
« Identifying ‘living traditions’ in Switzerland. Re-enacting federalism through the application of the Unesco convention », in Regina Bendix, Adytia Eggert, Arnika Peselman & Sven Missling (dir.), Heritage regimes and the state, Göttingen, Göttingen University Press, coll. « Göttingen studies in cultural property », vol. 6. p. 303-325. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/gup/397 [lien valide en juin 2019].

Graezer Bideau florence, 2013b
« Travelling sur le processus d’exclusion de l’inventaire des traditions vivantes en Suisse : enjeux et raisons d’un (out)casting », in Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville & Grégoire Mayor (dir.), Hors-champs, Neuchâtel, Éditions du musée d’ethnographie de Neuchâtel, p. 112-118.

Graezer Bideau florence, 2014
« Traditions vivantes », une catégorie bonne à penser ? Le cas de la Suisse », in Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart, Anaïs Leblon (dir.), Les Vocabulaires locaux du « patrimoine ». Traductions, négociations et transformations, Berlin, Lit Verlag, coll. « Études d’anthropologie sociale de l’université de Fribourg », no 42, p. 123-144.

Heinich nathalie, 2002
« Pour une neutralité engagée », Questions de communication, n° 2, p. 117-127. Disponible en ligne : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7084 [lien valide en juin 2019].

Hertz ellen & sara Grignoli, 2012
« Who’s Afraid of Regular Folk? Heritage and the Management of Resentment in Second-Wave Patrimonialisation », Communication inédite (International Symposium « Shaping Heritage-scapes », Lausanne, August 27-28).

Hugger paul, 1990
« Histoire et situation actuelle de l’ethnologie de la Suisse », Terrain, no 15, p. 125-134. Disponible en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/2989 [lien valide en juin 2019].

Janz karin (dir.), 2013
Säen, dröhnen, feiern. Lebendige Traditionen heute, Baden, Hier und Jetzt.

Loi fédérale sur l’encouragement de la culture (LEC), (11.12.2009). FF 2007 0244, Disponible en ligne : http://www.admin.ch/ch/f/ff/2007/46 [lien valide en septembre 2010].

Lugon olivier & françois Vallotton (dir.), 2014
Revisiter l’Expo 64. Acteurs, discours, controverses, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Office fédéral de la culture (ofc) & haute école de lucerne (hslu), 2010.
« Guide pour l’établissement de la Liste des traditions vivantes en Suisse (2 juin 2010) », document à usage interne (23 pages).

Tornatore jean-louis, 2014
« Words for expressing what we care about. The continuity and the exteriority of the heritage experience”, in Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart, Anaïs Leblon (dir.), Les Vocabulaires locaux du « patrimoine ». Traductions, négociations et transformations, Berlin, Lit Verlag, coll. « Études d’anthropologie sociale de l’université de Fribourg », no 42, p. 31-53.

Websites 

https://www.vd.ch/themes/culture/patrimoine-mobilier-et-immateriel/patrimoine-immateriel-et-traditions-vivantes/

http://www.traditions-vivantes.ch

Notes

1 Cette recherche interdisciplinaire (Intangible Cultural Heritage, the Midas Touch ?, suivie de Intangible Cultural Heritage : Whispered Words) interroge les effets produits par l’adhésion de la Suisse à la Convention de l’Unesco. Financée par le Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) entre 2009 et 2014, elle est dirigée par Ellen Hertz de l’université de Neuchâtel et concerne plusieurs institutions en Suisse (les universités de Bâle et de Neuchâtel, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, la Haute école ARC) et en France (EHESS).

2 Le pouvoir politique en Suisse, État fédéral depuis 1848, est réparti entre la Confédération (État fédéral), les cantons (vingt-six États fédéraux) et les communes (2352). Chaque échelon dispose de compétences et de sources de revenus propres. Conformément à la Constitution (révisée en 1999), la Confédération est responsable des fonctions régaliennes telles que la politique extérieure et la politique de sécurité, les douanes et monnaie, la législation fédérale et la défense. Les cantons jouissent d’une grande autonomie dans les domaines de la santé publique, la formation et la culture tandis que les communes concentrent leurs efforts sur l’éducation et la protection sociale, l’approvisionnement en énergie, les infrastructures routières, l’aménagement du territoire ou encore la fiscalité. Chaque canton possède une constitution, un parlement, un gouvernement et des tribunaux. Enfin, la plus petite unité, la commune, doit pouvoir s’acquitter de la responsabilité d’une action publique qui lui incombe ; si elle n’y arrive pas, c’est son entité supérieure, le canton, qui a l’obligation de l’aider.

3 L’article 69, appelé « article culturel », précise le principe de division des compétences entre les cantons et la Confédération : la culture est du ressort des cantons tandis que les activités culturelles d’intérêt national, représentatives de la diversité culturelle et linguistique du pays, sont promues par la Confédération.

4 La proposition de créer un poste d’intendance dans la section cinéma (le CNC suisse) afin d’éviter des conflits d’intérêts continuels entre les acteurs de la branche a par exemple suscité un débat national en 2010.

5 La richesse et la diversité de ces traditions vivantes ont d’ailleurs récemment fait l’objet d’une publication (Janz 2013). Il est intéressant de noter que cette émulation n’a pas toujours été entièrement spontanée. Dans certains cas, les porteurs de traditions ont été encouragés par les membres du groupe d’experts à présenter leurs pratiques culturelles sur le site internet mis à disposition du projet de liste bi-cantonale. Par ailleurs, comme dans les autres cantons, ces porteurs ne s’identifient pas forcément à une communauté particulière, mais ils pratiquent avec une certaine régularité des traditions locales avec un groupe de personnes dont les liens peuvent varier d’un individu à l’autre.

6 Le groupe d’experts s’est réuni régulièrement entre mars 2010 et décembre 2012. À la suite de la publication de la liste des traditions vivantes en septembre 2012, une pause d’une année est observée. La mission du groupe d’experts change dès 2013. Fort de l’expérience qu’il a acquise, le rôle de celui-ci consiste à « suivre en externe » le processus dans son ensemble (évolution et actualisation) et à participer à la sélection des traditions retenues pour la liste du PCI de l’Unesco par un nouveau groupe d’experts directement rattaché à l’OFC et institué en mars 2013.

7 Ces deux manifestations nationales exposèrent l’idée d’une autonomie culturelle « authentique » à travers le thème du village suisse (Dörfli) et du territoire suisse (Ländi) qui mettaient en scène la tradition et le patrimoine helvétique (Dictionnaire historique de la Suisse, http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F13796.php, consulté le 15 octobre 2013).

8 Voir à cet effet, le Catalogue collectif suisse des affiches (CCSA), https://nb-posters.primo.exlibrisgroup.com/discovery/search?sortby=rank&vid=41SNL_53_INST:posters&lang=fr, consulté le 15 octobre 2013.

9 Pour de plus amples détails, consulter le site de l’OFC : http://www.traditions-vivantes.ch, consulté le 19 septembre 2013.

10 Ces éléments seront néanmoins introduits dans l’inventaire cantonal, pour plus d’informations, voir https://www.vd.ch/themes/culture/patrimoine-mobilier-et-immateriel/patrimoine-immateriel-et-traditions-vivantes/, consulté le 15 octobre 2013.

11 Pour plus de détails sur Ana Göldi, consulter http://www.lebendige-traditionen.ch/traditionen/00198/index.html?lang=fr, consulté le 11 septembre 2012.

12 Pour des informations supplémentaires concernant San Giuseppe, voir (http://www.lebendige-traditionen.ch/traditionen/00121/index.html?lang=fr, consulté le 11 septembre 2012.

13 Les röstis sont des petites galettes de pommes de terre dont la cuisson diffère que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la Sarine, soit dans la région francophone ou germanophone de la Suisse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search