Version classiqueVersion mobile

Le patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales

 | 
Julia Csergo
, 
Christian Hottin
, 
Pierre Schmit

Cinquième partie. Impact territorial : le cas de la Normandie

La mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Normandie

Pierre Schmit

Texte intégral

  • 1 Lors de la tenue du colloque en 2012, il existait deux régions normandes : La Basse-Normandie et la (...)

1La France ratifie en 2006 la Convention du patrimoine culturel immatériel. Si sa mise en œuvre est dirigée au plan national par le ministère de la culture, la mobilisation territoriale autour de ce nouveau concept patrimonial est très variable d’une région à l’autres. Parmi les régions françaises, La Normandie1 se distingue par ses apports à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel et par une contribution significative aux candidatures françaises à une inscription sur la liste représentative. Il serait tentant de voir dans cet engagement la manifestation d’une certaine identité régionale or aucun des éléments étudiés ou proposés ne s’inscrit dans une telle perspective. En réalité, cela résulte plus d’une politique conduite de longue date par les autorités culturelles régionales et tient d’un long cheminement qui a permis de passer presque naturellement de la notion de patrimoine ethnologique à celle de patrimoine culturel immatériel.

  • 2 Le CRéCET, association régie par la loi de juillet 1901, est devenu le 1er janvier 2015, l’Établiss (...)

2Dès le début des années 1980, l’État et la Région de Basse-Normandie s’engagent en faveur du patrimoine ethnologique en créant ensemble une institution spécialisée, le CRéCET (Centre régional de culture ethnologique et technique)2, chargée de développer la connaissance et la mise en valeur de ce champ, alors nouveau du patrimoine. Cette création participait de la mise en place dans le cadre de la décentralisation culturelle, d’un réseau d’acteurs spécialisés, au sein ou en marge de l’administration culturelle, chargés d’accompagner les politiques mises en œuvre au plan national par le ministère de la culture à l’instigation du Conseil du patrimoine ethnologique et d’accompagner, ou de susciter les initiatives, émanant des territoires.

3Plus tardivement, d’autres organisations à la vocation plus spécialisée ont également été également soutenues par les autorités culturelles régionales. Il en est ainsi de l’association « La Loure » créée à la fin des années 1990 en vue de recueillir et de valoriser les chansons, les musiques et les danses traditionnelles de Normandie. Reprenant la suite de travaux conduits en la matière une vingtaine d’années auparavant, elle est aujourd’hui un vecteur essentiel de transmission de la mémoire orale et musicale en Normandie.

4En dépit de la volonté manifestée par les autorités tutélaires, la mise en œuvre d’une action pérenne en faveur du patrimoine ethnologique a dû s’adapter au contexte dans lequel elle était mise en œuvre et surmonter, comme partout, quelques obstacles. Parmi ceux-ci figuraient la méconnaissance des particularités de ce nouveau champ patrimonial dépourvu d’assise juridique, l’absence de compétence spécifique en matière culturelle des nouvelles entités territoriales que sont alors les Régions, si ce n’est au terme de la loi celles de « promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique […] et d’assurer la préservation de son identité ». La démarche n’était pas non plus portée en Basse-Normandie, à l’inverse de ce qui peut exister dans d’autres territoires, par une revendication identitaire manifeste qu’il aurait convenu de « cultiver ».

5Ce contexte particulier a fortement incité à placer l’action relative au patrimoine ethnologique comme facteur de développement territorial et social et non en vue d’une connaissance cumulative au service de l’ethnologie en tant que discipline. Les projets développés par l’association se sont inscrits d’une part dans les différentes politiques, économiques ou sociales, poursuivies par les autorités régionales, d’autre part, ils ont cherchés le plus possible à prendre en compte les grandes mutations socioéconomiques de la région et enfin, et peut-être surtout, à accompagner les acteurs du territoire dans leurs démarches de reconnaissance et de valorisation des patrimoines. Les différentes actions, menées selon des modes opératoires adaptés à chaque situation, se regroupent en quelques grands thèmes touchant les mutations des espaces ruraux, la mémoire des milieux industriels et les identités professionnelles, la société et le patrimoine maritime, les questions urbaines, la transmission des savoir-faire…

6En travaillant sur une matière très contemporaine, « vivante », en étant impliqué sur le territoire, les spécificités du patrimoine ethnologique se font jour rapidement. Quelques mots suffisent à les qualifier : Dynamique, relativité, appropriation. Toute action patrimoniale possède sa propre dynamique, c’est à dire que le fait patrimonial peut être constamment réinterprété, relancé voire un temps oublié ; l’absence de définition juridique participe d’ailleurs de cette dynamique. Parce que le patrimoine des uns n’est pas nécessairement celui des autres, il est relatif. Enfin, il doit pour exister et être approprié par un groupe social ou un territoire. L’analyse scientifique apporte une contribution à l’identification des éléments mais elle ne suffit pas, même accompagnée d’un support administratif, à les transformer en faits patrimoniaux s’ils ne sont pas portés par un corps social qui les revendique et en assure la transmission. Il s’agit d’un va-et-vient subtil entre le scientifique, l’acteur patrimonial et les groupes sociaux concernés, en dépit de la distance par rapport à l’objet d’étude souvent revendiquée par le premier. Dans cette configuration, le rendu des travaux d’enquêtes et de terrain venant en appui d’un projet potentiellement patrimonial font le plus souvent l’objet de restitutions très directes aux personnes concernées sous forme d’écrits, de films, d’expositions et de musées, et aujourd’hui de médias numériques... S’instaure donc entre les protagonistes une relation particulière où l’expert n’est qu’un maillon parmi d’autres et participe de la co-construction sociale du projet patrimonial ; ce qui n’est pas sans exiger rigueur et déontologie face aux enjeux dont il est porteur.

  • 3 « Le Carnaval de Granville » a été inscrit par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine c (...)

7Dans ce contexte régional, la notion de patrimoine culturel immatériel définie par la Convention internationale portée par l’Unesco depuis 2003 n’a pas présenté une véritable rupture. En effet, l’affirmation de la place des groupes et communautés qui apparaît comme l’un des points forts de la Convention était déjà largement prise en compte dans les processus patrimoniaux développés en Basse-Normandie, comme dans de nombreuses autres régions. Par ailleurs, les divers champs thématiques couverts par le patrimoine culturel immatériel sont très similaires à ceux énoncés à la fin des années 1970 pour le patrimoine ethnologique. L’engagement pour le PCI s’inscrit donc en Normandie en continuité des actions conduites auparavant. Le changement le plus perceptible tient sans doute, et c’est là sans doute l’un des succès de la Convention, dans l’évolution de l’initiative patrimoniale qui émane désormais fréquemment des groupes et communautés elles-mêmes et moins souvent des acteurs professionnels du patrimoine. Il en fut ainsi de « la tradition du tracé dans la charpente française », élément inscrit sur la Liste représentative en 2009 à l’initiative de charpentiers hauts-normands ou en 2010 du « savoir-faire de la dentelle au Point d’Alençon » porté par la très petite communauté des dentelières associée à l’administration du Mobilier national et aux collectivités territoriales. C’est également le cas du « Carnaval de Granville3 », initiative portée depuis 2009 par son comité d’organisation avec un large appui de la population locale, soit une communauté composée ici de plusieurs milliers de personnes. Le rôle de l’institution patrimoniale n’est plus alors seulement de fournir des contenus scientifiques et culturels « prêts à l’emploi », mais d’accompagner la formalisation des projets, de faciliter la compréhension des enjeux de la démarche tant pour le patrimoine lui-même que pour la société, d’aider à transformer l’intention en un véritable projet pour la communauté et le territoire permettant d’assurer la transmission future de l’élément patrimonial. C’est certainement cette dernière exigence qui constitue la véritable innovation introduite par l’Unesco.

8Par son cadre international et l’engagement des États-parties à établir des inventaires du patrimoine immatériel, la Convention conforte aussi la légitimité du travail réalisé jusqu’à présent autour du patrimoine ethnologique. Pour ce faire, elle laisse aussi une part d’initiative aux institutions spécialisées pour l’élaboration de ces inventaires ; ce qui leur permet de travailler en amont sur des items entrant potentiellement dans le champ du PCI, sans que pour autant la condition de l’appropriation par une communauté soit déterminée au préalable. C’est ainsi que dans le cadre d’un partenariat avec le ministère de la Culture (Drac de Haute-Normandie) a été réalisée par Yann Leborgne en 2009 une étude portant sur les usages et les représentations du patrimoine végétal en Normandie. De même, avec Karine Le Petit, le CRéCET a œuvré, dans la continuité de ses travaux antérieurs sur les espaces littoraux et à la faveur d’un contexte aujourd’hui favorable, à la prise en compte comme patrimoine des pêcheries fixes de la côte ouest de Normandie, ou plutôt des savoir-faire nécessaires à leur exploitation et leur organisation sociale. Dans ce cas précis, outre la mise en forme d’une fiche d’inventaire reprenant les données archéologiques, historiques, ethnologiques et juridiques disponibles, il s’agissait d’essayer de cerner les composantes de la communauté détentrice de ce patrimoine, éventuellement porteuse d’un projet futur et le cas échéant de l’accompagner dans sa démarche. À défaut, de communauté et de projet, les données resteront de la connaissance sans doute capitalisable sur le long terme. Toutefois, la réappropriation par un territoire ou une population de travaux ethnologiques ou historiques longtemps après leur réalisation est un phénomène fréquemment constaté. La posture du chercheur en retrait de toute démarche patrimoniale est donc parfois difficile à tenir. Il se doit, parfois malgré lui, d’assumer son rôle de « créateur de patrimoine » au sein d’une alchimie complexe où la raison scientifique n’est pas toujours le moteur principal.

9Accompagner les communautés dans leurs démarches patrimoniales, c’est apporter par un regard distancié, une aide à l’énonciation des éléments mais c’est surtout contribuer à envisager les modalités de leur transmission, condition première de leur existence. Appréhender le patrimoine culturel immatériel est donc bien une affaire de projet et de futur, particulièrement pour les communautés ou les territoires qui s’interrogent sur leur devenir.

Notes

1 Lors de la tenue du colloque en 2012, il existait deux régions normandes : La Basse-Normandie et la Haute-Normandie. Dans le cadre de la réforme territoriale, le 1er janvier 2016, ces deux régions ont été réunies pour former « La Normandie ».

2 Le CRéCET, association régie par la loi de juillet 1901, est devenu le 1er janvier 2015, l’Établissement public de coopération culturelle pour la connaissance, la valorisation, la conservation et la restauration des patrimoines ethnologique et muséographique en Normandie, dit La Fabrique de patrimoines en Normandie.

3 « Le Carnaval de Granville » a été inscrit par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en décembre 2016. Le dossier complet de cet élément est consultable sur le site internet de l’organisation internationale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search