Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

III. Usages civils de la biométrie

Chapitre 9

La biométrie à l’école : une approche anthropologique

Xavier Guchet

Texte intégral

  • 1 Depuis la fin des années 1990, des bornes biométriques fonctionnaient déjà à l’entrée des cantines (...)
  • 2 Institut national des télécommunications.
  • 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il s’agit des collèges Joliot-Curie de Carqueiranne, Berty Albrecht de (...)
  • 4 Sur le thème du corps et de l’identité biométrique, cf. notamment Dubey 2007 et 2008.

1La biométrie scolaire a fait son apparition dans les établissements de l’enseignement public en 2003 et s’y est ensuite rapidement diffusée1. Actuellement, plusieurs centaines d’établissements (autour de 400) sont équipés en biométrie, essentiellement pour contrôler l’accès des élèves aux cantines scolaires. En 2003 et 2004, trois chercheurs de l’INT2 ont entrepris une étude sur les usages de la biométrie à l’école (Craipeau, Dubey et Guchet 2004). À cette occasion, ils ont procédé à des observations de terrain et réalisé une quinzaine d’entretiens auprès des premiers usagers de ces techniques d’authentification des individus : élèves, professeurs et personnels de l’administration des établissements scolaires. Cette série d’enquêtes menées dans les trois premiers collèges (tous situés en région PACA3) équipés dès la rentrée scolaire de 2003 a permis de pointer l’insistance, dans les témoignages des usagers, de motifs anthropologiques puissants (touchant notamment au corps). Cela a conduit les chercheurs impliqués à mettre en discussion les techniques biométriques comme question sociale et politique autrement qu’en remobilisant sur le thème bien connu de la dérive sécuritaire de nos sociétés4. Les personnes interviewées n’ont en effet jamais manifesté d’inquiétudes à l’idée que les fichiers contenant leurs données biométriques puissent être détournés et utilisés à des fins autres que le contrôle d’accès au self. Des inquiétudes ont certes été exprimées par les élèves et les professeurs, mais elles n’ont pas porté sur les risques induits par la biométrie en matière de protection des données personnelles. Les témoignages sont pourtant clairs, la biométrie à l’école est bien perçue comme l’arrivée d’une nouvelle technologie de pouvoir, mais ses premiers usagers n’y voient pas pour autant le pouvoir d’un État de plus en plus policier qui intensifie son quadrillage de la société civile. Il est certes toujours possible d’interpréter ces résultats d’entretiens comme la preuve d’un défaut de conscience de la part des personnes interviewées : la finalité de la biométrie scolaire est bel et bien policière, mais elle se dissimule aux yeux des usagers. Il est toutefois possible aussi d’opter pour une autre approche, prenant à la lettre ces témoignages. Il devient alors nécessaire de clarifier le type de pouvoir dont il s’agit. Si les techniques biométriques sont les points d’appui d’un pouvoir sur le corps, de quelle nature est ce pouvoir et quel est ce corps sur lequel il s’exerce ? La biométrie scolaire peut ainsi être considérée comme une application particulière et purement locale des techniques électroniques de contrôle. Pourtant, en poussant à s’interroger sur le type de pouvoir qu’une société exerce sur les corps de ses enfants, elle oblige aussi à analyser les nouveaux modes de contrôle et de régulation sociaux qui se mettent en place et dont l’école (Durkheim l’avait parfaitement compris) est le lieu de mise en œuvre privilégié dans nos sociétés. La biométrie scolaire apparaît ainsi comme un bon analyseur des transformations de nos sociétés.

Le pouvoir biométrique, un nouveau « biopouvoir » ?

2Face à la diffusion rapide des applications biométriques en milieu scolaire, devant l’évidence aussi qu’elles constituent des technologies de pouvoir et non (pour reprendre un argument fréquemment évoqué par les promoteurs de ces technologies) de « simples » outils de gestion politiquement neutres, il est tentant de mobiliser la grille d’analyse du pouvoir forgée par Michel Foucault dans les années 1970. De solides arguments peuvent justifier le bien-fondé du recours à cette référence. D’abord, il est indéniable qu’une approche locale des « micro-pouvoirs » est nécessaire pour bien appréhender les mécanismes du pouvoir biométrique. La série d’enquêtes menées en milieu scolaire entre 2003-2004 a mis en évidence qu’aucune approche globale et homogène du pouvoir biométrique ne pouvait rendre compte des faits : les usages de la biométrie s’inscrivent dans des tactiques très locales du pouvoir. En effet, il n’y a eu aucun pilotage par l’État d’un programme à grande échelle d’introduction de la biométrie à l’école : ce sont les chefs d’établissement et les conseils d’administration des établissements scolaires qui ont lancé ce processus. En outre, ces usages locaux répondent à des objectifs hétérogènes. Ils mobilisent des acteurs pouvant être différents selon les collèges et donnent lieu à des discours qui, certes peuvent se recouper, mais ne se recouvrent jamais complètement. Les analyses foucaldiennes du pouvoir, qui insistent précisément sur ces caractéristiques d’hétérogénéité et de localité, sont par conséquent de nature à susciter l’intérêt aujourd’hui face au déploiement de ces techniques d’identification.

  • 5 Cf. notamment Foucault 1975 et 1976.
  • 6 Foucault voit dans ces savoirs l’origine de ce qu’il a été convenu d’appeler, au siècle suivant, le (...)

3Ensuite, Foucault a décrit la mise en place à l’âge classique d’un pouvoir inédit dont la caractéristique essentielle est de fonctionner non plus à la loi mais à la norme. En d’autres termes, ce pouvoir ne se laisse plus coder prioritairement dans la forme du droit émanant de l’autorité souveraine, il ne s’exerce plus uniquement par la formulation d’interdits, il n’est plus seulement répressif. Au contraire, il s’exerce surtout par le moyen de règlements tatillons, de pratiques disciplinaires qui prescrivent les comportements « normaux » et traquent les comportements « pathologiques ». Il fonctionne aussi à l’incitation et a pour objectif de « maximiser » les corps individuels (« dressés » en vue de fournir un rendement) ainsi que la vie des populations (dont la natalité, la mortalité, l’hygiène, les mobilités deviennent alors des enjeux de pouvoir). Cet auteur a appelé « biopouvoir » ce pouvoir qui est à la fois très individualisant et très massifiant. L’« anatomo-politique » d’une part (c’est-à-dire le dressage disciplinaire des corps) et la biopolitique d’autre part (c’est-à-dire la régulation des populations) constituent les deux grands ensembles technologiques de ce biopouvoir5. Or, c’est à peu près au même moment, au xviiie siècle, que l’identification des individus devient véritablement une affaire d’État. Elle donne lieu à la mise au point et au perfectionnement croissant de techniques spécifiques (montée en puissance de la généralisation du port de certains documents d’identité, rationalisation progressive des modes de rédaction du signalement et des procédures d’identification par les registres) qui vont se diffuser et se stabiliser sur plusieurs décennies (Denis 2008). On peut ici faire l’hypothèse qu’il existe une corrélation entre ces deux phénomènes, entre la constitution de l’identification comme préoccupation d’État et le développement du biopouvoir décrit par Foucault. En effet, le biopouvoir va de pair avec le développement d’un savoir aussi bien sur les individus que sur les populations, ce savoir prenant lui-même deux grandes formes. Premièrement, la forme d’un savoir sur les processus économiques et sociaux qui affectent les populations6. Deuxièmement, la forme d’un savoir administratif sur la population impliquant des techniques de repérage et de classement (la mise en fiche des individus, etc.). Dès lors, il est tentant de supposer que les techniques biométriques actuelles s’inscrivent dans le droit-fil et la logique de ce biopouvoir s’exerçant sur nous et qui, par le recours aux moyens informatiques les plus modernes, intensifie ses moyens d’intervention, perfectionne ses mécanismes. Il y aurait donc une continuité du biopouvoir en quelque sorte.

  • 7 Auprès des personnels au sol d’Aéroports de Paris (projet BIOLAB, op. cit.), auprès des agents cons (...)
  • 8 Cf. Bigo et Guild 2003.

4Pourtant, les enquêtes menées dans les établissements scolaires, mais aussi ailleurs7, ont conduit à poser la question de savoir si l’on peut encore parler de bio-pouvoir à propos des techniques biométriques. Il est vrai que le pouvoir biométrique s’exerce sur les corps et a aussi pour objectif la régulation des populations (par exemple lorsque ces techniques d’identification sont utilisées à des fins de contrôle des flux migratoires8). Si l’on se réfère à l’exemple scolaire notamment, il est cependant clair que l’usage de ces techniques ne vise pas à proprement parler la maximisation des rendements des corps et de la vie. La biométrie ne fonctionne pas à proprement parler par dressage disciplinaire des corps dont il faudrait « maximiser » le rendement, et ne cherche pas davantage à intensifier les paramètres vitaux des populations. Des connexions peuvent, il est vrai, être établies avec ces visées. Ainsi, contrôler l’accès à une cantine scolaire par voie biométrique, c’est s’assurer de manière « entièrement fiable » (pour reprendre les termes d’un principal de collège) que les enfants ont bien mangé le midi, qu’ils se sont effectivement nourris, qu’ils ne sont pas restés le ventre vide. Il s’agit bien ici de préoccupations en lien avec la santé, le corps alimenté, la vie. Toutefois, ce bénéfice est en quelque sorte secondaire, l’objectif principal étant ailleurs. En l’occurrence, si l’on veut absolument conserver le concept de biopouvoir pour décrire le pouvoir qui s’exerce sur les corps par le moyen des techniques biométriques, il faut poser la question suivante : de quelle nature est l’emprise de ces techniques sur les corps et la vie ?

Le primat de la gestion. La biométrie comme analyseur des « sociétés de contrôle »

  • 9 Le principal de l’un des collèges pionniers dans l’implémentation d’une technique biométrique pour (...)
  • 10 Biometrics Data Experimented in Visas.
  • 11 Le contrôle biométrique des visas Schengen vient compléter le dispositif de contrôle automatisé déj (...)

5Ce que nos enquêtes en milieu scolaire révèlent va dans le sens d’une mise en discussion de la réalité d’un bio-pouvoir biométrique, du moins de l’idée que ce biopouvoir, s’il est effectivement une réalité, est encore le biopouvoir disciplinaire et régulateur décrit par Foucault. Tout d’abord, les usages de la biométrie pour le contrôle d’accès aux cantines scolaires sont prioritairement motivés par des impératifs de gestion, beaucoup plus que par des impératifs sécuritaires. Ce constat se trouve confirmé par une récente étude de la biométrie scolaire dans plusieurs établissements alsaciens (Fraisse 2009). Ce primat des impératifs de gestion est au demeurant l’une des raisons qui rendent ces usages particulièrement intéressants à étudier. Ils poussent à se déprendre du cadre d’analyse qui est très souvent appliqué à la biométrie par ses détracteurs, celui du monde orwellien, de Big Brother, d’un pouvoir policier se dotant de moyens terriblement efficaces pour surveiller les individus9. Ce primat des impératifs de gestion sur les impératifs de sécurité peut se vérifier aussi dans un contexte plus surprenant, celui des contrôles aux frontières. Dans ce cas, on pourrait s’attendre que les motifs sécuritaires l’emportent sur tout autre. Or, une autre étude menée dans le cadre de l’expérimentation BIODEV10 qui, ayant eu lieu en 2005-2006, portait sur la biométrisation des visas Schengen, a permis de constater que, là aussi, l’automatisation du contrôle documentaire (dont la biométrie n’est au demeurant qu’un élément parmi d’autres11) était motivée autant sinon plus par des objectifs de gestion que par des visées de sécurité (Craipeau, Dubey et Guchet 2006). Il s’agissait surtout d’assurer une meilleure fluidité du trafic en évitant les files interminables devant les postes frontières, de « rationaliser » le travail des policiers en transformant les postes frontières en « unités de production industrielle » (pour reprendre les termes d’un haut fonctionnaire en charge du pilotage de l’expérimentation), de contrôler ces mêmes opérateurs et de leur fixer des objectifs quantifiables pour les pousser au rendement, etc. Une même analyse peut être faite de l’introduction d’une capture biométrique dans le processus de délivrance des visas au sein des consulats français (Craipeau, Dubey et Guchet 2006). En effet, plusieurs enquêtes réalisées dans les consulats tests de l’expérimentation BIODEV aboutissent aux mêmes conclusions : l’implémentation de la biométrie est l’occasion de réformer toute une organisation du travail et des équipes, d’obliger les opérateurs à changer leurs pratiques professionnelles, de les pousser à renseigner des systèmes informatiques, d’instaurer par ce biais des moyens inédits de contrôler leur rendement, etc.

  • 12 Short Message Service.

6À l’école, ces impératifs de gestion revêtent de multiples dimensions. Tel principal de collège évoque l’intérêt d’assurer un suivi des élèves « en temps réel ». Dans ce contexte, la biométrie apparaît, parallèlement à d’autres logiciels, comme un logiciel supplémentaire permettant au principal d’avertir les parents en temps réel (par SMS12) du retard de leur enfant et aux parents (grâce à un mot de passe) d’accéder aux résultats scolaires de leurs enfants (entrés dans le système informatique par les enseignants dès la remise des devoirs) sans attendre le traditionnel bulletin scolaire. Assurer un suivi en temps réel signifie être capable de réagir le plus rapidement possible en cas de difficultés rencontrées par l’élève. C’est par conséquent ici un souci pédagogique qui est affiché et dont il n’y a pas lieu de contester la sincérité. Néanmoins, l’intérêt gestionnaire est évident. Le système des cartes de cantine est compliqué et surtout coûteux à gérer : la biométrie est mobilisée pour en faciliter la gestion. Tel autre principal de collège, non sans un certain cynisme assumé, affirme qu’un intérêt de la biométrie est notamment d’avoir permis d’augmenter sensiblement le taux de recouvrement des créances de cantine. Le raisonnement avancé est simple : un élève se présente devant ce portillon d’accès à la cantine scolaire dont l’ouverture est commandée par une borne biométrique. Si les parents n’ont pas réglé en temps et en heure la facture de cantine de leur enfant, ce portillon ne se débloque pas et un message « retard de paiement » s’affiche de manière très visible sur un écran tactile situé en hauteur au-dessus de la file d’attente. L’enfant est alors sommé de se justifier, parfois même de confier, devant tout le monde, des difficultés familiales (mes parents sont en train de divorcer et ont oublié de payer la cantine) et peut éventuellement se faire (selon le témoignage d’un élève toujours) littéralement insulter par ses camarades (en raison du ralentissement qu’il est accusé de provoquer dans la file d’attente). Il est évident, continue ce même principal, qu’en rentrant chez lui le soir l’enfant concerné exigera de ses parents le paiement immédiat de la facture pour ne pas revivre de telles brimades. Il faut d’ailleurs préciser que, dans l’un des collèges étudiés, les personnels de la vie scolaire (traditionnellement au contact des élèves qu’ils connaissent bien) sont, lorsqu’il s’agit de vérifier le bon déroulement du contrôle biométrique de l’accès à la cantine, relégués au second plan pour être remplacés par d’autres acteurs travaillant dans les services gestionnaires de l’établissement.

  • 13 Pensons à l’argument mis en avant par le principal de collège qui a recours à toutes sortes de logi (...)

7Trois caractéristiques essentielles se dégagent donc des usages de la biométrie en milieu scolaire, mais aussi dans d’autres secteurs de la vie sociale (activité consulaire, police notamment), ce qui laisse à penser que la biométrie peut tenir lieu d’analyseur d’une logique générale qui sous-tend un certain nombre de transformations sociales. Ces trois caractéristiques sont : le contrôle continu, la communication instantanée13 et le primat des impératifs de gestion. Ces trois caractéristiques sont précisément celles par lesquelles Gilles Deleuze définissait ce qu’il appelait les « sociétés de contrôle » (Deleuze 1992). Deleuze avait introduit cette expression en référence à une remarque que Foucault avait faite dès la fin des années 1970, selon laquelle les sociétés industrielles contemporaines étaient en train de cesser d’être des sociétés disciplinaires pour devenir autre chose. Le contrôle continu, la communication instantanée et le marketing (on dirait aujourd’hui le management) devenant, aux yeux de Deleuze, les principaux instruments du contrôle social dans ce type de société. À l’aune de ces trois dimensions, que mettent en évidence nos études au sujet du pouvoir biométrique, il n’est pas totalement injustifié de soutenir que ce type pouvoir est caractéristique des « sociétés de contrôle ». La logique générale qui sous-tend le déploiement de la biométrie dans différents secteurs de la vie sociale est bien celle du contrôle au sens de Deleuze. Les usages de la biométrie apparaissent comme de bons analyseurs de la dérive de nos sociétés vers des « sociétés de contrôle ».

Des corps « déterritorialisés » et non « reterritorialisés » ?

8Si les « sociétés de contrôle » ne sont plus tout à fait des « sociétés disciplinaires », c’est-à-dire des sociétés traversées par le biopouvoir au sens de Foucault, il n’y a pourtant pas lieu de pointer une pure et simple rupture dans le passage des unes aux autres. Il n’y a pas lieu d’affirmer que, brutalement, le corps et la vie sont sortis de la sphère d’exercice du pouvoir et ont cessé d’en être des points d’application. Dans une certaine mesure, il y a davantage continuité que rupture. D’une part, le pouvoir biométrique cherche moins à réprimer qu’à obtenir un effet positif (des facilités de gestion). D’autre part, son exercice ne se laisse pas prioritairement coder dans la forme du droit (bien qu’il soit juridiquement encadré par la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés) mais dans celle des règlements internes aux établissements. Toutefois, ce qui change dans les « sociétés de contrôle », c’est le statut de ce corps et de cette vie traversés par les mécanismes du pouvoir. À quel corps la biométrie a-t-elle affaire si ce n’est plus le corps susceptible d’être dressé par les disciplines ? Un détour par l’anthropologie peut nous aider à y voir plus clair.

9Les analyses de Foucault sont dans une certaine mesure anticipées par celle qu’a livrée Marcel Mauss en 1934 dans un célèbre texte intitulé « Les techniques du corps » (Mauss 1950). Ce dernier y écrit :

« Les techniques du corps peuvent se classer par rapport à leur rendement, par rapport aux résultats de dressage. Le dressage, comme le montage d’une machine, est la recherche, l’acquisition d’un rendement. Ici c’est un rendement humain. Ces techniques sont donc les normes humaines du dressage humain [Mauss décrit très bien ce que Foucault appellera plus tard « anatomo-politique »]. Ces procédés que nous appliquons aux animaux, les hommes se les sont volontairement appliqués à eux-mêmes et à leurs enfants. Ceux-ci sont probablement les premiers êtres qui aient été ainsi dressés, avant tous les animaux, qu’il fallut d’abord apprivoiser » (Mauss 1950 : 374).

10Mauss n’en reste cependant pas là et décrit aussi les techniques du corps comme des montages symboliques qui articulent en chacun de nous le biologique, le psychologique et le social. En d’autres termes, les résultats du « dressage disciplinaire » des corps impliquent, de la part de ceux qui s’y trouvent assujettis, une élaboration symbolique, un travail du sens. Émile Durkheim avait déjà pointé que « l’esprit de discipline » devait nécessairement, dans toutes les sociétés humaines, s’accompagner d’un sentiment « d’attachement au groupe » ; autrement dit les mécanismes de la socialisation des individus, par les disciplines, nécessitent que chacun conçoive un sentiment d’attachement, de désir pour l’idéal commun. La règle comme mode de régulation sociale ne peut fonctionner que si elle s’est rendue désirable. Dans le texte de 1934, Mauss montre que c’est en prenant appui sur les puissances ambivalentes du corps que le social mord sur les individus et peut leur inculquer à la fois les disciplines et l’attachement au groupe. En effet, le corps est le point d’application des mécanismes de la socialisation ; mais il est en même temps le « lieu » d’une déprise toujours possible par rapport aux comportements sociaux prescrits par les disciplines. Le travail du sens, l’activité symbolique « virtualisent » en quelque sorte les effets des disciplines, permettent une mise à distance de ces effets et impliquent la possibilité de se défaire des contenus prescrits pour en adopter d’autres. C’est ce qui distingue le corps humain d’une machine et même d’un animal, si l’on suit l’analyse de Mauss. Par son corps, l’individu donne prise aux mécanismes disciplinaires ; mais par son corps aussi, l’individu peut contribuer à faire évoluer les normes établies et à pousser la société à adopter d’autres normes. C’est le cas par exemple (pour reprendre le témoignage de Mauss) lorsque des Françaises se mettent à adopter la démarche des Américaines. Par le biais des disciplines sociales en vigueur à l’époque dans les sociétés européennes, les jeunes Françaises ont instancié une certaine démarche apparaissant dans ces sociétés comme « naturelle ». Le cinéma a révélé que d’autres manières de marcher sont possibles et que ce qui apparaît « naturel » est en réalité socialement prescrit. Le corps ne se laissant justement pas discipliner à la manière dont une machine est construite en vue d’un fonctionnement déterminé, les jeunes Françaises ont pu se mettre à adopter la manière de marcher des Américaines.

11Gilles Deleuze et Félix Guattari employaient deux vocables pour désigner ce double processus d’instanciation des comportements prescrits socialement et de déprise par rapport à eux : « territorialisation » et « déterritorialisation » (Deleuze et Guattari 1972). Le corps peut se définir comme un opérateur de territorialisation et de déterritorialisation. Tout d’abord, ce phénomène renvoie à un « codage » possible sur certains contenus culturels et sociaux (la formation d’un habitus, un apprentissage, l’acquisition d’un savoir-faire consistent en définitive en codages du corps par des contenus culturels, sociaux, professionnels : l’activité du corps, les gestes, les comportements se laissent « coder » par le langage d’une culture professionnelle, d’un habitus social, etc.) Ensuite, ce phénomène renvoie à un « décodage » lorsqu’il s’agit d’instancier d’autres contenus, de faire évoluer des pratiques, etc.

12Il est possible de resituer cette définition du corps dans une perspective anthropologique générale en pointant, avec le préhistorien André Leroi-Gourhan, que l’ensemble du processus de l’évolution de l’homme depuis ses commencements il y a environ deux millions d’années, a consisté en une succession de « libérations » ou « d’extériorisations » (Leroi-Gourhan 1964 et 1965 : chapitres ii et iii ). La libération qui ouvre l’aventure humaine proprement dite, la première de toutes les libérations qui vont scander l’évolution humaine, est celle de la main par rapport à l’appareil de locomotion : l’homme est le seul primate dont le membre antérieur est complètement désolidarisé des nécessités du déplacement. En perdant son intégration au dispositif de locomotion, la main s’est en quelque sorte « déterritorialisée » (soulignent Deleuze et Guattari), mais cette déterritorialisation de la main a rendu possible sa reterritorialisation : cette main libérée s’est rendue disponible pour la technique et pour les séquences de gestes opératoires qui ont constitué une sorte de nouveau « codage » de la main.

  • 14 C’est-à-dire les opérateurs de première ligne faisant fonctionner ces technologies : personnels aff (...)

13Le passage des sociétés disciplinaires aux sociétés de contrôle affecte en profondeur cette capacité du corps à se territorialiser et à se déterritorialiser. La grande transformation pointée par Deleuze et Guattari porte en effet sur l’impossibilité qui est désormais faite aux individus de se reterritorialiser, de recoder autrement leurs pratiques. Dans nos différentes enquêtes consacrées aux usages de la biométrie, il est apparu que les usagers14 pressentaient que les évolutions technologiques en cours étaient de nature à casser leurs savoir-faire, leurs pratiques professionnelles, leurs habitudes de travail, l’organisation des équipes (en définitive le sens de leur métier) sans leur donner les moyens de recoder leur activité ailleurs, sur d’autres contenus de savoir-faire et de sens. Deleuze et Guattari avaient un mot pour désigner ce processus de décodage généralisé sans possibilité de recodage : « axiomatisation ». Un codage est un processus à valeur culturelle et symbolique. Si je possède un savoir-faire qui m’a été transmis, il m’est possible de dire que j’ai réussi à coder mon corps dans le langage d’une culture donnée (notamment une culture professionnelle) : la culture de la profession à laquelle j’appartiens s’est sédimentée, par exemple sous forme de gestes appris, elle s’est littéralement incarnée. Au contraire, l’axiomatisation désigne un processus généralisé de décodage ou de déterritorialisation qui expulse littéralement les individus de leurs savoir-faire et de leurs cultures professionnelles, sans leur donner la possibilité de coder autrement (n’est-ce pas le paradoxe de sociétés qui se veulent « de connaissance » et qui n’ont probablement jamais mis autant d’énergie à casser les savoirs et savoir-faire établis ?). Tel est le danger suprême que pointait Deleuze en soulignant que, dans les sociétés de contrôle, toute activité sociale se trouve livrée à l’entreprise. Non pas que l’entreprise en tant que telle interdise le codage des activités sur des contenus de culture et de sens (toute l’histoire industrielle démontre le contraire), mais c’est de l’entreprise que sont issues des méthodes de management qui se sont par la suite largement diffusées ailleurs (dans les administrations, les services publics, etc.) en donnant l’impression aux individus d’une « casse » systématique de leur culture professionnelle et de leurs savoir-faire. La biométrie n’est sûrement pas le fer de lance de ce processus. D’autres enquêtes qui se sont intéressées aux processus d’automatisation (dans les milieux professionnels de l’aéronautique civile notamment : Dubey et al. 2002) ont révélé que les mêmes logiques sont très souvent à l’oeuvre. Toutefois, la biométrie contribue sûrement très activement à cette diffusion du management comme principal instrument du « contrôle social », pour reprendre le mot de Deleuze.

Le corps désymbolisé

  • 15 Commission nationale de l’informatique et des libertés.
  • 16 Avis négatif de la CNIL (no 363.783 du 21 mars 2000) sur le principe et les finalités d’un fichier (...)

14L’hypothèse défendue dans cet article est que la puissance de transformation sociale dont les techniques biométriques sont porteuses est certes plus souterraine, mais aussi plus lourde de conséquences que les atteintes aux libertés individuelles dont elles sont accusées. Il ne convient sans doute pas de nier la réalité de ces aspects liberticides, sur lesquels la vigilance s’impose toujours. Ces aspects ne sont d’ailleurs pas absents du contexte scolaire : certains élèves confient ainsi en entretien leur crainte de ne plus être libres de manger ou de ne pas manger... Si l’on en reste là cependant, les enjeux de la biométrie risquent de passer assez largement inaperçus et, avec eux, les nouveaux modes de régulation sociale dont les techniques biométriques constituent un bon analyseur. Le primat de la gestion dans les différentes applications de la biométrie se comprend en effet comme la montée en puissance de modes de régulation sociale inédits, dont la gestion par les indicateurs de performance apparaît comme un instrument important. Or, de ce point de vue, le cas de la biométrie scolaire est particulièrement intéressant dans la mesure où le type de technologie utilisé, ainsi que le contexte dans lequel cette technologie se trouve implémentée viennent écorner sérieusement l’argument selon lequel ce sont avant tout les libertés individuelles et la protection des données personnelles qui sont menacées. Un rapide rappel historique s’impose d’emblée. Les premières bornes biométriques ont commencé à fonctionner dans certains établissements de l’enseignement public à partir de la rentrée scolaire 2003. Toutefois, trois ans auparavant, un principal d’un collège niçois avait envisagé d’adopter un système d’identification des élèves par les empreintes digitales pour contrôler leur accès à la cantine scolaire. En 2000, la CNIL15 avait émis un avis défavorable et l’affaire en resta là16. Fort de cette expérience, le principal d’un autre collège de la région opta pour une technologie ne reposant pas sur une biométrie « à trace » : la reconnaissance de l’identité par la géométrie de la main. L’avis initial de la CNIL avait en effet été motivé de la manière suivante :

« Les empreintes digitales laissent des traces qui peuvent être exploitées à des fins d’identification des personnes à partir des objets les plus divers qu’on peut toucher ou avoir en main... La constitution d’une base de données d’empreintes digitales est dès lors susceptible d’être utilisée à des fins étrangères à la finalité recherchée par sa création »,

  • 17 Reconnaissance du contour de la main.
  • 18 Avis du 15 octobre 2002.

15(risque de ce que la CNIL appelle le « détournement de finalité »). En outre, la CNIL avait estimé que la mise en œuvre d’une telle technologie dans un collège « à l’égard de mineurs et aux seules fins de contrôler l’accès à la cantine scolaire est excessive au regard de la finalité poursuivie » (la CNIL entendait faire respecter le principe de proportionnalité : la technologie employée doit être proportionnée aux fins poursuivies et aux enjeux, i.e. le contrôle d’accès aux cantines scolaires ne représente pas un enjeu de sécurité justifiant le choix d’une technologie à trace). Le choix d’une technologie biométrique qui ne laisse pas de trace (comme la technologie RCM17), assorti d’une précaution supplémentaire consistant à découpler la base de données contenant les gabarits des biométries et le fichier des noms des élèves, a par la suite convaincu la CNIL. Elle a rendu un avis favorable concernant la demande déposée par le principal du collège Joliot-Curie de Carqueiranne à l’automne 200218. Une brèche s’est donc alors ouverte, dans laquelle plusieurs centaines d’établissements scolaires se sont engouffrés. Or, bien malin qui pourra démontrer que les bases de données biométriques d’élèves ainsi constituées par tous ces établissements seront susceptibles d’être détournées et utilisées à des fins de contrôle policier.

16D’ailleurs, dans les entretiens réalisés avec les élèves, mais aussi avec les personnels concernés (y compris les professeurs), il n’est jamais fait mention de cette crainte, qui paraît totalement étrangère aux usagers de la biométrie scolaire. Ce sont d’autres thèmes, dont la signification est plus difficile à comprendre, qui s’imposent à l’attention des usagers. Il en est un en particulier qui apparaît de manière récurrente : celui de l’hygiène et même de la maladie. Lorsque l’élève (ou le professeur) se présente à l’entrée de la cantine scolaire, il doit introduire sa main dans un petit boîtier noir, la positionner entre les picots et attendre quelques secondes le déblocage du portillon. Le contact de la main avec la plaque métallique de la machine est l’occasion des commentaires suivants : voir sur la plaque les traces laissées par les doigts de ceux qui ont précédé, c’est écœurant, c’est sale et ce n’est pas hygiénique. En outre, l’idée est avancée que les gens peuvent avoir des maladies, notamment des maladies de peau, et les transmettre par ce biais. Saleté, souillure, contamination : il est question du corps et de la vie, mais pas du tout de cette vie sociale et politique que l’on met en avant dans l’argument de la technologie liberticide au service de Big Brother. Comme on sait, les Grecs avaient deux mots pour désigner la vie : bios (c’est-à-dire la vie politique dans les éléments fondamentaux du langage et de l’action) et zoè (c’est-à-dire la vie biologique, le métabolisme qu’il faut entretenir et reproduire). L’argumentaire mobilisant la référence à la Big Brother met en avant la vie comme bios qu’il faut défendre contre la prétendue dérive policière des sociétés de contrôle. Au contraire, les usagers des techniques biométriques parlent, quant à eux, surtout d’autre chose, plutôt de zoè.

  • 19 Giorgio Agamben lui-même a pris des positions tranchées contre la biométrie mais, curieusement, il (...)

17Il est possible ici de s’appuyer sur la thèse développée par l’anthropologue Mary Douglas (Douglas 2001), selon laquelle la saleté est essentiellement désordre : le sale signifie que quelque chose n’est pas à sa place, que l’ordre est brouillé, perturbé. Par conséquent, l’implémentation des techniques biométriques viendrait essentiellement déranger un ordre symbolique à l’école. Certains enfants, les plus petits (en classe de sixième ou de cinquième), expriment autrement ce sentiment que l’ordre symbolique se relâche et que, en définitive, les corps et la vie sont rendus à une sorte de sauvagerie : ils craignent d’être mordus par un monstre logé dans la machine (peur infantile que les plus grands expriment d’ailleurs autrement, plus rationnellement pourrait-on dire, par la crainte de l’électrocution). Souillure, germes pathologiques qui menacent d’envahir les corps, peur du monstre dans la machine : vieux thèmes certes, mais qui révèlent peut-être l’irruption du sauvage, de ce que la culture et le symbolique ne peuvent plus articuler. Ces corps décodés et se trouvant dans l’incapacité de recoder autrement sont des corps désymbolisés, rendus à ce que le philosophe Giorgio Agamben appelle la « vie nue »19 (les hommes étant désormais matière d’intervention politique en tant qu’ils sont de simples vivants).

18Si la socialisation s’effectue bien par le codage de la nature en nous au moyen des disciplines, comme nous l’ont appris les pères fondateurs de la sociologie (on pense en particulier aux auteurs déjà évoqués, Émile Durkheim et Marcel Mauss), ce sont les mécanismes mêmes de la formation de l’être social que l’irruption de ce corps décodé et non recodable est de nature à altérer en profondeur. Le déploiement des techniques d’identification biométrique, en particulier à l’école, doit par conséquent être l’occasion d’une réflexion sur les fondamentaux de nos sociétés : le pouvoir qui s’exerce par le biais des techniques biométriques est-il encore de nature à permettre cette articulation, constitutive des sociétés humaines, entre « l’esprit de discipline » (c’est-à-dire les mécanismes de la régulation sociale par l’imposition de normes de comportement aux individus) et « l’attachement au groupe » (c’est-à-dire la visée d’un idéal commun impliquant la capacité des individus à donner du sens aux contraintes qui s’exercent sur eux) ? Comme l’avait montré Leroi-Gourhan, les sociétés humaines sont organisées depuis plusieurs millénaires sur la base d’un circuit, d’une sorte de « dialectique » (Leroi-Gourhan n’aimait pas beaucoup ce terme), entre la société d’un côté (qui prescrit aux individus les normes de leurs comportements) et l’individu d’un autre côté (qui a une capacité d’invention lui permettant de contribuer à la transformation des normes). Dès lors la diffusion tous azimuts des techniques biométriques n’indique-t-elle pas qu’une mutation de grande ampleur est en train de se produire dans les rapports de l’individu et du collectif, mutation consistant en ceci que le pouvoir qui s’exerce sur les individus est en passe de court-circuiter le moment de l’élaboration symbolique, du travail du sens par les individus ? Si tel est le cas, les modes de régulation de l’activité sociale s’en trouveront à n’en pas douter profondément affectés.

Bibliographie

Agamben Giorgio, 2007. Qu’est-ce qu’un dispositif ?. Paris, Payot & Rivages.

— 6 décembre 2005. « Non à la biométrie », Le Monde.

Bigo Didier, Guild Elspeth (éd.), 2003. La mise à l’écart des étrangers. La logique du visa Schengen. Paris, L’Harmattan.

Craipeau Sylvie, Dubey Gérard, Guchet Xavier, 2004. La biométrie. Usages et représentations. Rapport de recherche, Projet BIOLAB/INT (Institut national des télécommunication), Évry, rapport de recherche publié en février 2004, http://www.foruminternet.org/telechargement/forum/biometrieint.pdf (consulté le 30 mars 2010).

— 2006. L’expérimentation BIODEV : du contrôle à distance au macro-système technique. Rapport final de recherche Groupe des écoles des télécommunications/Institut national des télécommunications), publié en avril 2006.

Deleuze Gilles, 1992. « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », Pourparlers. Paris, Les Éditions de Minuit : 240-247.

Deleuze Gilles, Guattari Félix, 1972. Capitalisme et schizophrénie. L’anti-Œdipe. Paris, Les Éditions de Minuit.

Denis Vincent, 2008. Une histoire de l’identité. France 1715-1815. Seyssel, Champ Vallon.

Douglas Mary, 2001. De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou. Paris, La Découverte & Syros.

Dubey Gérard, 2007. « Les deux corps de la biométrie », Communications, 81 : 153-166.

— 2008. « La condition biométrique. Une approche socio-anthropologique des techniques d’identification biométrique », Raisons politiques, 4, 32 : 9-33.

Dubey Gérard et al., mars 2002. Quand les avions entrent dans la salle. La sécurité telle qu’elle se fait. Une comparaison socio-anthropologique Italie/Allemagne/France. Rapport de recherche, projet LOOK (EUROCONTROL).

Foucault Michel, 1975. Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, Gallimard.

— 1976. La volonté de savoir. Paris, Gallimard.

Fraisse Mélanie, 2009. La biométrie en milieu scolaire : une introduction. Analyse d’un dispositif. Mémoire de seconde année de master en éthique, Université de Strasbourg.

Leroi-Gourhan André, 1964 et 1965. Le geste et la parole, 2. t. Paris, Albin Michel.

Mauss Marcel, 1950. « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie. Paris, Presses universitaires de France, 1950 : 363-386.

Notes

1 Depuis la fin des années 1990, des bornes biométriques fonctionnaient déjà à l’entrée des cantines de deux établissements de l’enseignement privé à Angers.

2 Institut national des télécommunications.

3 Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il s’agit des collèges Joliot-Curie de Carqueiranne, Berty Albrecht de Sainte-Maxime et Jean Moulin du 15e arrondissement de Marseille. Le collège de Carqueiranne vient de renoncer au dispositif biométrique.

4 Sur le thème du corps et de l’identité biométrique, cf. notamment Dubey 2007 et 2008.

5 Cf. notamment Foucault 1975 et 1976.

6 Foucault voit dans ces savoirs l’origine de ce qu’il a été convenu d’appeler, au siècle suivant, les sciences humaines.

7 Auprès des personnels au sol d’Aéroports de Paris (projet BIOLAB, op. cit.), auprès des agents consulaires et des policiers aux frontières dans le cadre d’une expérimentation sur la biométrisation des visas Schengen (projet franco-belge BIODEV – Biometrics Data Experimented in Visas – 2005-2006 : cf. Craipeau, Dubey et Guchet 2006).

8 Cf. Bigo et Guild 2003.

9 Le principal de l’un des collèges pionniers dans l’implémentation d’une technique biométrique pour le contrôle d’accès au self s’est ainsi vu décerner, il y a quelques années, un BBA (Big Brother Award) par l’organisation non gouvernementale International Privacy (qui chaque année sanctionne par une « récompense » une initiative jugée liberticide)

10 Biometrics Data Experimented in Visas.

11 Le contrôle biométrique des visas Schengen vient compléter le dispositif de contrôle automatisé déjà existant COVADIS (Contrôle et vérification automatique des documents d’identité sécurisés), lequel permet à la fois une vérification de l’authenticité du document et l’interrogation automatique de fichiers de police (par exemple le FPR, Fichier des personnes recherchées).

12 Short Message Service.

13 Pensons à l’argument mis en avant par le principal de collège qui a recours à toutes sortes de logiciels permettant d’établir cette communication instantanée avec les parents. Pensons aussi à l’ensemble des logiciels qui, implémentés ces dernières années en vue d’automatiser le contrôle documentaire, permettent au policier dans son aubette d’avoir un accès instantané à plusieurs fichiers de police via le portail COVADIS.

14 C’est-à-dire les opérateurs de première ligne faisant fonctionner ces technologies : personnels affectés au contrôle de l’accès aux cantines scolaires, policiers aux frontières et agents consulaires.

15 Commission nationale de l’informatique et des libertés.

16 Avis négatif de la CNIL (no 363.783 du 21 mars 2000) sur le principe et les finalités d’un fichier d’empreintes digitales pour le contrôle d’accès au self au collège niçois Jean Rostand.

17 Reconnaissance du contour de la main.

18 Avis du 15 octobre 2002.

19 Giorgio Agamben lui-même a pris des positions tranchées contre la biométrie mais, curieusement, il l’a fait de ce point de vue classique et convenu évoquant les dérives sécuritaires et policières de nos sociétés (bios donc). Cf. Agamben 6 décembre 2005 et aussi Agamben 2007.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par