Version classiqueVersion mobile

Diviser pour unir ?

 | 
Michel Wieviorka
, 
Hervé Le Bras
, 
Rebecca Lemos Igreja
, 
et al.

Conclusion

Hervé Le Bras et Michel Wieviorka

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En France, l’instauration de statistiques ethniques rencontre de nombreux obstacles qui sont souvent attribués à la passion de l’égalité qui semble y régner. Une passion toutefois assez verbale, car les inégalités restent importantes. Une passion surtout qui vient de loin, à l’image du long passé que l’on a pu observer dans chacun des trois autres pays étudiés. S’il n’y avait pas eu l’esclavage aux États-Unis, il n’y aurait sans doute pas aujourd’hui de comptages raciaux. Sans la politique d’expansion à l’est commencée sous Catherine II, les Russes n’auraient peut-être pas accordé la même attention aux nationalités. Sans son intense métissage cohérent avec la stratification sociale, le Brésil ne se serait peut-être pas tourné vers les statistiques ethniques.

De la même manière, il faut plonger dans un lointain passé pour prendre la mesure des attitudes françaises, un passé qui remonte à la Révolution puis à la colonisation. L’Ancien Régime était en effet caractérisé par une inégalité...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search