Version classiqueVersion mobile

Les sillons de la souffrance

 | 
Marianne Lemaire

Introduction

Texte intégral

1C’est de travail qu’il sera question dans ce livre, mais pas exactement du travail tel que nous le concevons. Il ne saurait en être autrement : notion occidentale, le travail est aussi une notion récente, apparue au xviiie siècle en même temps que l’économie marchande et dans le cadre d’une discipline nouvelle, l’économie politique. De sorte que comme l’historien de l’Antiquité ou du Moyen Âge, l’anthropologue qui se penche sur le travail commence le plus souvent par se heurter à l’absence de catégorie correspondant à la catégorie occidentale et moderne de travail, soit aux « diverses manières inventées par l’homme pour agir sur son environnement naturel et en extraire les moyens matériels de son existence sociale » (Godelier 1991 : 717). Peu de sociétés, en définitive, ont jugé nécessaire de s’équiper d’un terme abstrait leur permettant d’isoler tout en les rassemblant leurs différentes activités productives.

2Relever le caractère ethnocentriste de la notion de travail n’a cependant pas empêché les anthropologues d’étudier, dans différentes sociétés, les faits empiriques, les champs lexicaux ou encore les représentations qui sont associés à la réalisation des activités de subsistance. Le thème du travail est ainsi très présent dans l’œuvre des premiers anthropologues britanniques, qu’il s’agisse de Malinowski ([1922] 1963, [1935] 1974), d’Evans-Pritchard ([1940] 1968) ou de Richards (1939). En France, il constitue une préoccupation plus tardive, l’Institut d’ethnologie guidant volontiers ses élèves vers l’étude des faits religieux, et les situations de « mise au travail » des administrés étant plus tendues dans les colonies françaises que dans les colonies britanniques. Il faut attendre 1952, l’année même où le code du travail outre-mer est voté, pour que le travail soit l’objet d’un numéro de Présence africaine auquel contribuent quelques anthropologues africanistes, parmi lesquels Denise Paulme et Michel Leiris. Par la suite, le travail est essentiellement pris en charge par une anthropologie d’inspiration marxiste qui met l’accent sur les rapports de production. Mais il fait également l’objet de recherches s’inscrivant dans la lignée de celles menées par l’historien Jean-Pierre Vernant ([1955] 1990, [1956] 1990). L’helléniste s’était en effet intéressé, en l’absence de tout concept unifié de travail dans la langue grecque ancienne, aux façons contrastées dont les différentes conduites de travail étaient découpées, vécues et évaluées. S’il s’inspire largement de l’ensemble de ces travaux, cet ouvrage adopte une démarche un peu différente. Le point de départ n’y est pas notre catégorie occidentale de travail, mais une catégorie vernaculaire, celle élaborée par les Sénoufo Tyebara du nord de la Côte d’Ivoire : la catégorie faliwi. Explorer cette catégorie sans jamais la perdre de vue permet de cheminer à travers des domaines de la vie sociale, des usages et des valeurs aussi divers que l’alliance et le politique, la pratique musicale et la pratique rituelle, l’endurance et la rivalité. Le champ de cette excursion conduite autour de la catégorie faliwi a beau être vaste, il ne coïncide pas avec celui dont la notion occidentale de travail serait le centre, mais permet d’instaurer avec elle un véritable dialogue.

3Rattachées au groupe voltaïque, les populations de langue sénoufo comptent plus d’un million de personnes inégalement réparties sur un territoire s’étendant depuis le nord de la Côte d’Ivoire jusqu’au sud du Mali et du Burkina Faso. L’hétéronyme « Sénoufo » recouvre une cinquantaine de sous-groupes qui, par-delà leurs particularités, ont en commun quelques traits culturels élémentaires tels le substrat linguistique, la matrilinéarité et l’organisation en communauté villageoise. Cette étude sur les représentations du travail porte plus spécifiquement sur l’un d’eux, le sous-groupe tyebara. Regroupant quelque cent mille individus, il occupe une partie de la « zone dense » qui entoure la ville ivoirienne de Korhogo et se caractérise en premier lieu par une forte densité d’occupation des sols. Sur un territoire recouvert de savanes herbeuses et soumis à un climat tropical, les Tyebara sont des agriculteurs cultivant principalement le maïs, le riz pluvial, le riz inondé, le coton, l’arachide, le sorgho et le pois de terre.

  • 1 Mes séjours sur le terrain se sont déroulés de juin à octobre 1992, de janvier à novembre 1995, de (...)
  • 2 Pour la transcription des termes sénoufo, j’ai adopté un système de notation simplifié élaboré à p (...)

4Le village de Nambognonkaha, situé à une dizaine de kilomètres au sud de la ville de Korhogo, est depuis mes premières visites en pays sénoufo tyebara mon village de résidence. Les liens de parenté et d’amitié que j’y ai noués ont décidé des deux autres villages où, au cours de mes séjours sur le terrain1, j’ai rendu des visites régulières et souvent séjourné : Dihi et Zémongokaha (situés respectivement à quinze kilomètres au nord-ouest et à trente kilomètres au nord-est de Korhogo). Dans ces trois villages comme dans tous ceux alentours où j’ai travaillé de façon plus occasionnelle, les entretiens avec mes informateurs se sont toujours déroulés en langue sénoufo tyebara, le plus souvent avec l’aide d’un interprète. Aussi les propos cités tout au long de cet ouvrage sont-ils des traductions que j’ai souhaitées les plus littérales possibles2.

5Dans le domaine précis qui nous occupe, deux termes tyebara, qui recouvrent deux champs sémantiques distincts, peuvent être traduits en français par « travail ». L’un d’eux, baara, est emprunté à la langue bambara et utilisé en un sens qui ne laisse pas de rappeler la notion occidentale de travail. Dans le contexte urbain où il est sans doute apparu, il désigne une activité salariée. Dans le contexte villageois, il est employé en un sens proche du terme kapyele (« chose à faire », « occupation »), pour désigner une activité certes obligée, mais à laquelle les cultivateurs sénoufo accordent moins de considération qu’ils n’en accordent à leur activité principale, le travail agricole. La préparation d’un repas pour les femmes, la construction d’une maison pour les hommes sont autant de « travaux » compris dans la catégorie baara.

  • 3 Le terme valawi renvoie avant tout à l’action de défricher. Par extension, il renvoie à l’ensemble (...)

6Néanmoins c’est un second terme, proprement local quant à lui, qui retiendra toute mon attention : le lexème faliwi, qui désigne en tout premier lieu le travail agricole (valawi) apprécié par les Tyebara comme un procès de travail unitaire3. Cette étroite corrélation entre le terme faliwi et le travail agricole se double d’une forte valorisation de ce dernier au détriment de toutes les autres activités productives, à l’égard desquelles les Tyebara affichent une certaine indifférence. Ils érigent en effet leur statut de cultivateur, et plus précisément de « cultivateur à la houe », au rang d’élément constitutif de leur identité : n’ont-ils pas, dès les origines et au même moment où les forgerons recevaient l’enclume, reçu la houe des mains de Kolotyᴐlᴐ, l’instance lointaine à laquelle les Sénoufo attribuent la création de l’univers ? Aussi les Tyebara affirment-ils volontiers : « Toute la tête du Tyebara, c’est de cultiver. C’est cela la limite du Tyebara. Mais avec cela, il n’a pas de limite. » Ils n’ont pas encore tout dit de l’importance que le travail agricole revêt à leurs yeux avant d’avoir ajouté : « Le travail agricole, c’est notre seul travail », ou « Si tu ne cultives pas, est-ce que tu as un travail ? »

7Que le travail agricole soit le seul procès de production compris dans la catégorie sénoufo faliwi ne signifie toutefois pas qu’il soit apprécié comme tel. En effet, le faliwi agricole n’est pas valorisé par les Tyebara en tant qu’activité débouchant sur la production de biens nécessaires au groupe social, mais en tant qu’activité requérant un effort douloureux : « Le travail, chez nous, tu t’abaisses, tout ton corps te fait mal, tu souffres vraiment », « Si la sueur coule sur toi, tu vas dire que c’est un travail. » Du travail agricole en tant que faliwi, les Tyebara occultent la finalité pour ne retenir que la mobilisation en cours de toutes les forces du cultivateur.

8Cet ouvrage est ainsi consacré à l’éthique du travail qui repose sur la catégorie faliwi. Il s’ouvre sur le témoignage des administrateurs coloniaux et des ethnographes, qui soulignent tous dans un même élan l’ardeur au travail agricole des Sénoufo (chapitre 1). Il cède ensuite la parole aux Sénoufo qui sont seuls à pouvoir donner le sens d’une telle ardeur. Ils le donnent à travers des institutions : dans le cadre de concours parfaitement formalisés, la valeur accordée au travail agricole, fondée sur l’effort qu’il occasionne plutôt que sur sa finalité productive, fait appel à la rivalité pour atteindre toute sa mesure (chapitre 2). Ils le donnent encore à travers des chants : la musique n’accompagne pas le travail pour le rythmer ou le divertir au mépris de la souffrance qu’il comprend, mais au contraire pour l’augmenter en imitant son caractère répétitif, cyclique et en évoquant des thèmes douloureux et sensibles (chapitre 3). Une fois sa dimension de souffrance morale élevée au même rang que sa dimension de souffrance physique par la rivalité et le chant, le travail agricole est fondé à intervenir au cœur des rituels funéraires. Là, il fusionne avec la mort en un « travail de deuil » dont les deux versants, moral et physique, sont respectivement assumés par les femmes et par les hommes (chapitre 4). La valorisation du travail agricole en tant que faliwi se lit enfin en creux, à travers la somme considérable d’interdits qui l’entrave et l’écarte au profit de la seconde activité qui répond pour les mêmes raisons au même nom de faliwi : le travail rituel (chapitre 5). Travaux, et travaux inspirés du travail agricole, sont en effet les rites propitiatoires, les rites initiatiques masculin et féminin et la pratique divinatoire (chapitre 6).

Notes

1 Mes séjours sur le terrain se sont déroulés de juin à octobre 1992, de janvier à novembre 1995, de février à novembre 1996 et de mars à juillet 1997.

2 Pour la transcription des termes sénoufo, j’ai adopté un système de notation simplifié élaboré à partir de l’Alphabet phonétique international. Dans un souci de simplicité typographique, les tons (au nombre de trois dans la langue sénoufo tyebara) ne sont pas notés et les voyelles longues sont simplement redoublées.

3 Le terme valawi renvoie avant tout à l’action de défricher. Par extension, il renvoie à l’ensemble des opérations culturales comprises dans notre procès de « travail agricole ». Les autres procès de travail sénoufo, en revanche, sont découpés tout différemment des notres. Quelques-unes des activités que nous appréhendons comme un procès de travail unitaire sont appréciées comme des procès de travail distincts : à la pêche, les Tyebara font correspondre autant de termes que de techniques de pêche. D’autres procès de travail sont quant à eux désignés par un terme plus générique que l’activité qu’ils recouvrent : chasser ne se dit pas autrement que « se promener ». Le lexique des activités productives sénoufo fait ainsi dans une large mesure écho à celui que Philippe Descola (1986 : 374) met en lumière pour les Achuar, chez qui « il reste extrêmement flou en ce qui concerne le découpage des procès de travail, lesquels sont soit atomisés en une multitude d’opérations singulières, soit occultés derrière des termes d’une grande généralité ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/15378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search