Version classiqueVersion mobile

Les sillons de la souffrance

 | 
Marianne Lemaire

Remerciements

Texte intégral

1C’est à mon ami et interprète Bakary Silué, mort prématurément en août 1998, que je souhaite témoigner en premier lieu toute ma reconnaissance. Je ne saurai jamais ce qui, en plus d’une grande générosité, l’a conduit à accepter d’endurer à mes côtés les doutes et les pannes de mobylette dont mes recherches se sont souvent accompagnées. Plutôt qu’une salutation de deuil, c’est la salutation sénoufo « sur le travail » que nous nous plaisions souvent à échanger que je voudrais lui adresser une dernière fois.

2Parmi les habitants de Nambognonkaha, je remercie tout d’abord mon hôte Napwo Tuo ainsi que son fils aîné Nalolo, qui m’ont non seulement offert un toit sous lequel il faisait bon vivre, mais aussi entourée de leur affection et de leurs conseils. Pour l’accueil confiant qu’ils m’ont réservé à chacun de mes séjours, il me faut également remercier les autres villageois, et parmi eux tout particulièrement Kafouna Soro, Lohona Silué, Kodatcha Soro et Kafana Soro.

3Qu’il me soit également permis de remercier tous ceux qui, dans les villages alentours, m’ont accordé leur confiance et leur amitié. Je me suis toujours rendue avec le plus grand plaisir à Zémongokaha, où j’étais immanquablement accueillie par Pana Silué, dont la bonne humeur et la gentillesse n’avaient d’égal que la disponibilité. À lui et à son épouse, ainsi qu’à Wandja Soro et à sa famille, je témoigne la plus grande gratitude. À Dihi, je remercie mes hôtes et amis Zié Soro, Drissa Soro, Nèniè Soro et Zananiènè Soro qui m’ont apporté une grande aide. Korhogo enfin a également été le cadre d’heureuses rencontres, et j’adresse toute ma reconnaissance à Fatogoma Coulibaly, Monique et Lanciné coulibaly, Lassina Coulibaly, Timothy Garrard et Idrissa Soro.

4Cet ouvrage s’ancre dans un travail de maîtrise, dont je remercie vivement Michel de Lannoy d’avoir bien voulu être le tuteur enthousiaste. Elle s’est prolongée en une recherche doctorale qui a bénéficié d’une allocation du ministère de l’Éducation nationale et a été dirigée par Andras Zempléni, auquel je dois d’avoir cru en mon propos et de l’avoir nourri de ses suggestions. Nombreux sont les collègues et amis qui, depuis mon premier retour de terrain jusqu’à l’élaboration de cet ouvrage, m’ont témoigné leur soutien. Je remercie chaleureusement Dominique Casajus pour la généreuse et constante attention qu’il a porté à l’écriture de cet ouvrage. Ma reconnaissance va également à Alfred Adler, Alain Babadzan, Maurice Bloch, Pierre Boutin, Michèle Coquet, Michèle Dacher, Michael Houseman, Éric Jolly, Paul Pandolfiet Pierre Tévanian, dont les remarques, les encouragements et l’amitié ont été déterminants. Je n’oublie pas non plus le concours, par leur lecture attentive de chacun des chapitres de ce livre, des nombreux participants à l’atelier « manuscrit en cours » du laboratoire CEMAf. Ce livre, pour finir, n’aurait pu être écrit sans le soutien de ma famille et de mes proches ; à mes amis, à mes parents, à mon conjoint Stéphan Vincent-Lancrin et à mes filles, j’adresse tous mes remerciements pour leur complicité.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search