Version classiqueVersion mobile

Honneur et baraka

 | 
Raymond Jamous

Deuxième partie. Le système de l’honneur

8. La mort du « grand »

Texte intégral

1Certains « grands » sont tués, d’autres chassés du territoire, d’autres meurent de maladie ou de vieillesse.

2Le « grand » expulsé de son patrilignage par ses agnats part avec ses descendants et doit vendre ses terres. Ce départ forcé constitue la fin de son autorité et la perte de son identité. Pour un « grand », terminer ainsi sa carrière est déshonorant. Il sort vivant de l’épreuve, mais il est dépouillé de tout ce qui constitue sa qualité d’homme. Les Iqar’iyen retiendront dans leur mémoire non ses moments de gloire, mais sa fuite honteuse. Ses enfants ne pourront même pas s’enorgueillir d’avoir eu un père prestigieux.

3Au contraire le « grand » tué, ou mort naturellement, a droit à des funérailles. Après son enterrement, sa famille prend le deuil pendant quarante jours. Durant toute cette période, agnats, parents par alliance, alliés politiques, amis et anciens rivaux viennent de tous les coins du territoire iqar’iyen rendre un dernier hommage au disparu prestigieux. Le nom (ism) de ce mort, son honneur et son prestige sont consacrés une dernière fois. Sa fin est aussi glorieuse que sa vie.

4Mais la mort du « grand » marque aussi la fin du prestige attaché à son lignage. A l’unité autour de son nom succédera la division interne. L’ordre segmentaire, un moment soumis à l’ordre du pouvoir, reprendra ses droits, et cela pour trois raisons que nous analyserons successivement :

  • Les dépenses funéraires et le partage de l’héritage entre de nombreux descendants empêchent ces derniers d’avoir la même puissance politique et économique que le mort.
  • Les agnats du « grand » refusent de désigner un de ses fils pour lui succéder. Au contraire, ils manifestent leur volonté de reprendre leur autonomie et de jouer l’échange de violence pour leur compte personnel.
  • Enfin, le patrilignage qui a bénéficié du prestige du « grand » risque de subir diverses attaques de la part d’autres segments de même niveau, dans le but de l’affaiblir.

1. Les dépenses funéraires et le partage de l’héritage

5Les visiteurs qui viennent rendre un dernier hommage au mort reçoivent un repas. La dépense qu’occasionne le décès d’un homme est fonction du nombre des visiteurs. Pour la famille du « grand », elle sera très importante car, comme nous l’avons dit, les visiteurs viennent nombreux d’un peu partout. Les enfants du mort doivent puiser dans les réserves de grain, égorger de nombreux moutons et très souvent s’endetter pour remplir leurs obligations. Il n’est pas rare qu’ils soient obligés de vendre plusieurs parcelles de terres pour faire face à la dépense. Voici ce qu’on nous a raconté à propos de la mort d’un « grand ». « Après sa mort, sa maison ne désemplissait pas. Au bout de sept jours, son fils aîné alla voir les silos. Ils étaient presque vides. Il compta le troupeau : il ne restait que quelques moutons. Et pourtant les amis du mort continuaient à affluer. Alors, il décida avec ses frères de vendre des terres pour échapper à la honte. Des agnats les leur achetèrent à bas prix. Sept jours après, le même problème se reposa. Il fallut vendre de nouveau. C’est ainsi que les fils de Mustafa Allai devinrent pauvres. »

6La période de deuil n’est donc pas seulement celle où les descendants du mort pleurent sa disparition et lui rendent un dernier hommage, c’est aussi l’occasion de grandes dépenses, plus importantes encore que pour un mariage. Les fils du « grand » paient très chèrement la consécration du nom de leur père, puisqu’ils sont obligés d’aliéner une part non négligeable de leur héritage.

7Après la période de deuil, les propriétés du « grand » qui ont pu être préservées seront divisées entre les différents ayants droit. Le « grand » polygame a toujours une descendance nombreuse. Les conflits entre demi-frères, entre oncles paternels et neveux agnatiques prennent une ampleur inconnue chez les « petits ». Même si au cours du partage certains héritiers reçoivent une plus grande part que d’autres, aucun ne pourra acquérir le vaste domaine du mort. On raconte que certains « grands » tentèrent de favoriser un de leurs fils – pas nécessairement l’aîné – ou un de leurs petits-fils pour leur succéder. Ils leur vendirent en secret des terres pour une somme symbolique. Les autres descendants ou collatéraux du « grand » ne pouvaient plus en hériter. Cette vente, gardée secrète jusqu’à la mort du « grand », fut contestée ensuite par les autres héritiers qui obligèrent les bénéficiaires à partager ces terres avec eux.

8S’ajoutant aux dépenses funéraires, le partage de l’héritage empêche donc qu’un des descendants ou un des frères du mort prestigieux puisse disposer de la même richesse que lui.

2. La fin des rapports d’autorité dans le patrilignage

9Après la disparition du « grand », ses agnats vont refuser de reconnaître un successeur parmi ses fils ou ses frères. Ils acceptaient l’autorité d’un homme qui avait su s’imposer, mais ils attendaient sa mort pour se libérer de sa tutelle. Chaque chef de famille va proclamer sa volonté de ne plus obéir aux injonctions des descendants du « grand ». S’il est agressé, il refusera de s’en remettre à eux et décidera par lui-même de ce qu’il doit faire.

10Cette révolte des agnats ne va pas sans poser des problèmes, comme en témoigne le récit suivant :

Récit 29. Les fils d’un « grand » tentent de lui succéder

aAM est blessé par un homme du patrilignage CN ; bAM et cAM, fils d’un « grand » récemment disparu, convoquent l’assemblée du patrilignage pour décider de la réponse à donner à cet affront. Lors de la réunion, ils affirment que c’est à eux, en tant qu’héritiers de leur père, de mener l’action contre le lignage CN. aAM les laisse parler. Quand ils ont fini, il se tourne vers eux et leur dit qu’il ne laissera personne répondre à sa place. Il a été agressé et, avec ses fils, il trouvera le moyen de punir les gens de CN. Les descendants du « grand » disent ne pas pouvoir tolérer cet acte de désobéissance et demandent l’avis des anciens. Ces derniers restent silencieux. Ils désavouent ainsi les fils du « grand » disparu. aAM se lève et part. Quelques jours après, il blesse le fils de son agresseur au même lieu où il avait été atteint et s’en retourne chez lui. bAM et cAM réagissent. Ils arrêtent aAM et le mettent dans un cachot pour avoir désobéi à leurs ordres. Les fils du prisonnier s’en vont demander l’aide de leurs agnats pour libérer leur père. Les anciens décident de réunir l’assemblée dès le lendemain ; bAM et cAM refusent d’y venir. La réunion a lieu néanmoins et l’assemblée juge la conduite des fils du « grand » inacceptable. Ceux-ci doivent libérer aAM, sinon leur maison sera brûlée et leurs champs dévastés. bAM et cAM ne croient pas à la menace et refusent de se soumettre à cette décision de l’assemblée. Une semaine plus tard, leur maison est cernée par leurs agnats. Des anciens interviennent pour leur faire accepter la décision de l’assemblée. Ils leurs disent : « Votre père était amghar, tout le monde le respectait et suivait ses avis, car ils étaient conformes à la coutume. Mais il est mort et vous n’êtes que ses fils. Vos ”frères” [agnats] ne vous reconnaissent pas comme amghar. La coutume ne dit pas que le fils d’un amghar sera lui-même amghar. Libérez le prisonnier, sinon la colère de vos ”frères” amènera votre ruine. » aAM est libéré et rendu à ses fils. Il demande une diyith, car il a été offensé. Mais les anciens lui conseillent de demander plutôt à bAM et à cAM un repas de réconciliation pour lui et pour tous ses « frères ». Il accepte. Depuis lors, le patrilignage AM n’a plus d’amghar.

11Dans d’autres récits, il est question de querelles entre les fils du mort, au sujet de l’héritage. Aucun des descendants du « grand » ne parvient à établir son autorité sur ses frères, à préserver l’unité de la lignée et à s’imposer à ses agnats.

12Après la mort du « grand », non seulement ses agnats dénient à l’un de ses fils le droit de lui succéder, mais ils tentent de récupérer les terres qu’ils avaient été obligés d’hypothéquer en sa faveur ou de lui vendre. Certains, qui ont épargné patiemment, profitent des dépenses funéraires occasionnées par la mort du « grand » pour rembourser leurs dettes et reprendre le contrôle de leurs terres. D’autres, qui partagent une propriété dans laquelle s’est introduit le « grand », se cotisent pour racheter la part qui leur a été prise. Les conflits autour de la terre se développent entre les descendants du « grand » et leurs agnats. Ces derniers s’emploient à faire dépenser les premiers pour les appauvrir et les forcer ainsi à vendre des terres. On signale le cas du fils d’un « grand » qui, ayant tué un homme d’un autre patrilignage, fut obligé de payer une forte compensation. Ses agnats n’acceptèrent de l’aider qu’à une seule condition : qu’il vende une partie de ses terres. Dans un autre récit, le fils d’un « grand » qui marie sa fille est obligé, à la suite d’une provocation de ses agnats, d’effectuer une dépense démesurée. Ceux-ci lui avaient dit que le père de l’époux allait faire une cérémonie très fastueuse. Pour répondre au défi, le père de la fille déclara que sa maison serait ouverte à toute personne voulant assister chez lui aux festivités. Il fut ruiné et dut vendre tous ses biens.

13Ainsi la succession à la position d’amghar se révèle impossible. Si l’un de ses fils veut se singulariser et se faire reconnaître comme « grand » dans le patrilignage, il doit parcourir les mêmes étapes que le défunt : capter des terres et imposer son autorité à ses agnats. Chez les Iqar’iyen, tout est fait pour rappeler à chaque génération que l’autorité ne s’hérite pas, mais qu’elle doit être acquise par la ruse et la violence.

3. L’affaiblissement du patrilignage

14S’il existe un autre « grand » dans la communauté, il tentera d’affaiblir le patrilignage d’où a disparu son rival. Son but est de faire en sorte que ce groupe ne constitue plus un obstacle dans sa tentative d’élargir son autorité. Il favorisera la révolte des agnats de son ennemi disparu contre les fils ou les frères de ce dernier. Il leur avancera même l’argent nécessaire pour récupérer leurs terres. Vigilant, il entretiendra les dissensions entre les agnats du « grand » disparu, afin qu’aucun homme exceptionnel ne puisse remplacer ce dernier.

15Dans tous les cas, le patrilignage qui, grâce à la puissance et à l’action de son « grand », avait accru sa réputation et son prestige, devra à la suite de sa mort payer le prix de son renom. En effet, le « grand » s’était immiscé dans les affaires des autres patrilignages de sa communauté. Sa force et sa puissance avaient empêché d’autres groupes de venger les morts qu’il leur avait pris. Sa disparition permettra à tous ces patrilignages et à ces « petits » de prendre leur revanche. Les défis contre ses agnats se multiplieront. Certains de ces derniers y trouveront la mort. On raconte qu’un patrilignage privé de son « grand » dut subir des défis et des assauts de ses adversaires en si grand nombre que les survivants du groupe décidèrent de s’exiler, car la vie devenait intenable pour eux et leur famille.

16En définitive, la mort d’un « grand » a deux conséquences essentielles. D’une part la période de deuil et les dépenses funéraires consacrent le « nom » (ism) et le poids du prestige (thaql) de ce « grand ». Sa mémoire sera honnie par les uns, vénérée par les autres. Mais tout le monde se rappellera que son patrilignage a eu, grâce à lui, ses moments de gloire. Cette consécration, ses descendants et tous ses agnats doivent en payer le prix. Les premiers perdent une bonne partie de leur héritage dans les dépenses funéraires ; les seconds perdent un rempart derrière lequel ils pouvaient s’abriter. Le patrilignage sort affaibli de l’épreuve. Son renom appartient maintenant au passé. D’autre part, la fin des rapports d’autorité dans le patrilignage entraîne la relance du jeu segmentaire et le retour à la règle I selon laquelle chaque chef de maison est responsable de l’honneur du patrilignage et peut de nouveau entrer en compétition avec ses agnats pour se distinguer comme homme d’honneur. Le cycle peut recommencer.

Photos 3. Le quartier de résidence d’un lignage qui s’est regroupé dans la vallée.

Table des illustrations

Légende Photos 3. Le quartier de résidence d’un lignage qui s’est regroupé dans la vallée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/15304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search