Version classiqueVersion mobile

Honneur et baraka

 | 
Raymond Jamous

Première partie. Les Iqar’iyen et leur territoire

1. Le territoire et la vie matérielle des Iqar’iyen

Texte intégral

Figure 1. Le Rif oriental

Figure 1. Le Rif oriental

1. La région : le Rif oriental

1Le Rif oriental, qui occupe une surface de plus de 6 000 km2, est une zone frontière entre le Haut Rif central et le Maroc oriental. Il peut, du point de vue géographique et économique, être divisé en deux grandes régions : les moyennes montagnes de l’ouest et du nord peuplées d’agriculteurs, et les plaines du sud occupées par les nomades.

2Les moyennes montagnes de l’ouest et du nord, adossées à la Méditerranée, appartiennent à la chaîne rifaine. Dans ces territoires, relativement exigus et pauvres en ressources, vivent des sédentaires agriculteurs qui cultivent principalement les céréales (le blé et surtout l’orge), élèvent quelques moutons et pratiquent un peu de pêche sur la côte. Cette région est la plus peuplée du Rif oriental.

3Les vastes plaines et plateaux, encerclant une série de montagnes bien individualisées dans la partie sud du Rif oriental, annoncent déjà la steppe du Maroc oriental : paysage blanc, décharné, au climat continental et aride, avec pour seule couverture végétale le jujubier et l’alfa. C’est le domaine de nomades transhumants, éleveurs de chameaux et surtout de moutons, pratiquant dans les plaines la culture extensive de céréales. Contrairement aux grands nomades de l’Est marocain, leur transhumance n’implique pas de longs déplacements. Ils se contentent de dresser leurs tentes sur les hauteurs en été et ils descendent dans les plaines en hiver. Leur installation dans la région est très ancienne et il est très probable qu’ils soient venus, à une époque reculée, des steppes pré-sahariennes et de l’est maghrébin, et qu’ils aient occupé une vaste région dont les horizons ouverts leur convenaient. Ici la densité de population est très faible.

4Cette division entre deux groupes de populations et deux genres de vie doit cependant être nuancée. Tous ces groupes, à l’exception des Ulad Settut qui sont arabophones, parlent le même dialecte berbère. Les pratiques et les techniques utilisées en agriculture et pour l’élevage sont les mêmes chez les nomades et chez les sédentaires.

5D’autre part, il n’est pas rare que des groupes nomades émigrent vers les zones sédentaires et s’y installent sans que cela pose de graves problèmes de reconversion. Inversement, des sédentaires quittent parfois leur maison pour adopter la tente et vivre parmi les nomades.

6Malgré ces liens, les nomades et les sédentaires se disputent une série de plaines (Sepsa, Amesdane, Gareb, Bu-Arg) qui sont à la frontière des deux régions. Originellement, ces plaines appartenaient aux nomades. Les groupes sédentaires leur ont acheté, et parfois même arraché de force, une partie de ces terres, relativement plus fertiles que celles des montagnes.

7Les Iqar’iyen font partie des groupes sédentaires. Comme les Ait Tuzine, les Temsaman, les Tafersit, les Ait Waryechek (Beni Oulichek en arabe), les Ait Said et les Ichebdanen (Kebdana), ils cultivent les céréales à sec et n’irriguent que quelques jardins et terrasses, principalement des fruits et des oliviers. Si leur territoire, qui s’étend sur 1 000 km2, est le plus original et le plus diversifié du point de vue géographique, il ne leur procure cependant que de maigres ressources. Ici, la population est plus dense que dans les autres régions du Rif oriental et du Maroc rural.

8Pour accroître leurs moyens de subsistance, les Iqar’iyen ont dû diversifier leurs ressources. Grâce à la conquête d’une partie des plaines avoisinantes, à l’émigration temporaire en Algérie et aux échanges commerciaux avec l’intérieur du Maroc, ils ont pu souvent éviter les famines qui les menaçaient en permanence.

9Le manque de données quantitatives interdit d’analyser avec précision les faits géographiques, démographiques et économiques de cette région. Néanmoins les informations d’ordre qualitatif dont on dispose sont loin d’être négligeables.

2. Les terroirs

10La plus grande partie du territoire iqar’iyen est constituée par trois montagnes. Au nord, le massif des Trois Fourches, presqu’île de 25 km de long, culminant à 400 m d’altitude, promontoire constitué d’un dôme volcanique adossé à une pointe de roche primaire, est un pays décharné d’une grande pauvreté. Au centre le Jbel Gourougou, puissante masse volcanique, avec ses épaisses murailles et ses pitons de lave, domine tout le territoire iqar’iyen. Le plus haut sommet atteint 900 m. Des vallées profondes et étroites, relativement bien arrosées, se dégagent dans la partie septentrionale et au voisinage de Melilla. Ailleurs, ce pays rocailleux ne permet pas l’implantation d’une vie agricole. Au sud, le massif dit des Beni Bu Ifrur (dont le sommet, Wixan, s’élève à 600 m) recèle le plus riche gisement de fer du Maroc. De longs glacis le raccordent aux plaines du Gareb et du Bu-Arg, dans sa partie sud. Ces trois montagnes se prolongent vers l’ouest du territoire iqar’iyen et entaillent en divers endroits le bassin de l’oued Masin, une cuvette où a pu se développer une arboriculture constituée essentiellement d’oliviers et d’amandiers. Quoique moins massives, moins élevées et moins impressionnantes que les montagnes du Haut Rif, ces chaînes présentent les mêmes caractéristiques : relief très accidenté, vallées étroites, gorges profondes, côtes rocheuses à hautes falaises isolant ce territoire de la Méditerranée.

11Les Iqar’iyen possèdent en outre une partie des plaines de Gareb et du Bu-Arg. La première est une vaste cuvette qu’ils partagent avec les nomades Ait Bu Yahyi (en arabe : Beni Bu Yahi). La seconde, qui affecte la forme d’un croissant, borde une vaste lagune – appelée Sebkha Bu-Arg par les Rifains et Mar Chica par les Espagnols – de 114 km2, séparée de la mer par un cordon dunaire de 24 km.

12Le territoire iqar’iyen est entièrement dénudé. L’absence de couverture végétale semble assez ancienne. En 1913, un officier espagnol, décrivant cette région, remarque : « La végétation n’est pas abondante dans les différents secteurs de cette tribu [Iqar’iyen]. La région montagneuse est seulement couverte de buissons quand elle n’est pas entièrement pelée » (Donoso Cortes 1913 : 188).

13Un géographe pense qu’il n’en fut pas toujours ainsi : « Quelques très beaux sapins d’Alep dans la presqu’île des Trois Fourches et sur le Gourougou témoignent d’une couverture végétale jadis plus dense » (Troin 1967 : 12).

14Les Iqar’iyen parlent eux-mêmes d’une forêt qui couvrait ces montagnes dans un temps très lointain qu’il leur est difficile de situer. Ils affirment que les habitants de l’époque brûlèrent les arbres pour gagner ces terres à la culture et pour se débarasser des bêtes féroces qui pillaient les récoltes et tuaient les animaux domestiques. Il n’est pas possible de savoir quand ce déboisement commença et quand il se termina. Il est à peu près sûr qu’au XIXe siècle la forêt avait presque entièrement disparu.

15Les terres sont soumises à une forte érosion. On peut facilement en voir les effets aujourd’hui. De grandes failles marquent en de nombreux endroits les montagnes, dont certains secteurs prennent l’allure de bad-lands. L’espace cultivable se réduit d’année en année, et la fertilité des terres diminue, aussi bien sur les pentes que dans les vallées. Il n’est pas rare qu’une parcelle soit profondément marquée par des rides. Dans certains endroits, il ne reste d’une parcelle qu’un bout de terrain bordé de précipices et que les paysans s’acharnent à cultiver.

16Le pays iqar’iyen est caractérisé par un climat semi-aride : hiver court (novembre à mars) et été long (avril à octobre). Les températures varient entre un minimum de trois à cinq degrés selon les secteurs, et un maximum en juillet-août de quarante degrés.

17La pluviométrie est le principal souci des paysans. Les précipitations varient d’année en année entre 200 et 500 mm, et les périodes de sécheresse sont fréquentes. Les agriculteurs estiment qu’ils peuvent faire une bonne récolte une année sur trois ou quatre. Ils sont donc obligés de ne pas consommer toute leur production dans l’année et d’emmagasiner dans des silos souterrains une partie de leurs récoltes, en prévision des mauvaises années.

18Ces mauvaises conditions climatiques affectent le réseau hydrographique de la région et empêchent toute irrigation étendue des terres. De nombreuses petites rivières se frayent un chemin dans les montagnes. Seules, deux d’entre elles sont d’une utilité relative pour certains groupes iqar’iyen : l’oued Masin qui se jette dans l’oued Kert permet d’arroser quelques jardins, et le rio de Oro ou oued Farkhana, qui débouche du Gourougou et aboutit à Melilla, irrigue quelques terrasses où la culture maraîchère s’est quelque peu développée.

19Les autres rivières ne sont en fait que de petits cours d’eau souvent à sec. Pendant la longue saison d’été ne subsistent ça et là que quelques flaques d’eau croupissante, sources d’épidémies dans le passé. En hiver, à la suite de violents orages, les cours d’eau débordent, inondent les terres avoisinantes et aggravent dans certains endroits l’érosion du sol. Pour pallier cette faiblesse du réseau hydrographique, les Iqar’iyen creusent des puits artésiens et utilisent l’eau de ces puits pour irriguer leurs jardins. L’existence d’une vaste nappe phréatique à faible profondeur a permis d’aménager quelques parcelles dans les vallées pour la culture maraîchère. Sauf sur le versant oriental du Gourougou, cette eau contient un fort pourcentage de sel marin, ce qui empêche l’extension de l’irrigation sur une vaste zone.

20Les terres de plaines ne sont pas aussi dégradées que celles des montagnes. C’est pourquoi les Iqar’iyen ont cherché à en acquérir. Selon les agriculteurs, leur rendement est au moins quatre à cinq fois supérieur à celui des parcelles en montagne. Mais, là comme ailleurs, le climat semi-aride et la faible pluviométrie pèsent lourdement sur les récoltes. Ainsi, ce territoire iqar’iyen n’offre à ses habitants que de maigres ressources. Pourtant, c’est une région très peuplée.

3. Quelques données démographiques

  • 1 Le recensement officiel de 1960 donne pour les Iqar’iyen un chiffre dépassant les cent dix mille h (...)

21Un voyageur français (de Segonzac 1903), qui visita la région au début du XXe siècle, fut impressionné par le nombre d’hommes que pouvaient aligner les Iqar’iyen. Il estime leur force à douze mille hommes et déclare qu’aucun autre groupe du Rif oriental ne possède une « armée » aussi nombreuse. Si l’on se fonde sur ce chiffre, et que l’on y ajoute les femmes et les enfants, on arrive à une population globale de cinquante mille habitants, chiffre qui est donné par un aventurier qui séjourna dans la région à la même époque (Delbrel 1911). Ces estimations ne s’appuient sur aucun recensement. Néanmoins, elles semblent proches de la réalité démographique de cette région. Selon nos propres calculs, la densité de population devrait être comprise entre quarante et cinquante habitants au kilomètre carré1. Dans un Maghreb relativement peu peuplé, seule la Kabylie peut soutenir la comparaison (Bernard 1921 : 137).

22Au stade actuel de nos connaissances sur l’histoire démographique de cette zone de la Méditerranée, aucune hypothèse sérieuse ne permet de comprendre ce phénomène. Comme d’autres tribus du Maroc et du Maghreb, les Iqar’iyen subirent au XIXe siècle plusieurs périodes de famine. Les épidémies étaient fréquentes et la mortalité infantile élevée. On peut donc difficilement soutenir que cette forte densité de population soit l’effet d’une croissance démographique d’un groupe de paysans sédentaires installés là depuis des siècles. Par ailleurs, l’hypothèse selon laquelle des groupes nomades affluant dans la région auraient repoussé vers la montagne inhospitalière une population sédentaire doit être écartée. C’est le contraire qui peut être affirmé : les Iqar’iyen ont, depuis le XVIIe siècle, étendu progressivement leur territoire aux dépens de leurs voisins nomades, leur ôtant la plaine du Bu-Arg et une partie de celle du Gareb. Enfin, il est difficile de croire que le pouvoir central du sultan ait été de quelque manière responsable de cette forte implantation humaine dans cette région. Outre qu’aucun document n’étaye une telle hypothèse, il faudrait encore expliquer pourquoi ces « transplantés » ou ces « réfugiés » sont restés dans un environnement aussi peu accueillant. De plus, comme nous le verrons, ce territoire a toujours connu un mouvement migratoire de population. Aucun des groupes que nous avons recensés ne se dit originaire de ce territoire. Tous reconnaissent être venus d’ailleurs. La tradition orale conserve le souvenir de nombreux autres groupes qui ont dû s’exiler pour diverses raisons. Ces arrivées et ces départs ont dû être fréquents, et l’on voit mal comment un pouvoir central relativement faible aurait contrôlé et orienté ce mouvement qui s’est étendu sur des siècles.

23Les différentes hypothèses évoquées ici ont été élaborées pour des sociétés paysannes faibles militairement et soumises à des pressions extérieures de groupes puissants. Or, un fait s’impose : les sédentaires du Rif sont des guerriers et ne se conforment en aucun cas à cette image du paysan, européen ou autre, écrasé ou dominé par des féodaux, des nomades ou un pouvoir central. Il suffit de rappeler que les Iqar’iyen ont résisté pendant trois ans (1909-1912) à une armée espagnole disposant de moyens militaires et logistiques autrement plus importants que leurs fusils et que, durant la longue guerre du Rif (1921-1926), près de cent mille hommes de cette région ont pu tenir en échec deux puissances européennes (l’Espagne et la France).

24Pour rendre compte de la densité élevée de population à l’aube du XXe siècle, il serait nécessaire de mieux connaître l’histoire démographique du Maghreb, de modifier la conception que nous avons des sédentaires, d’admettre enfin la validité limitée des explications invoquées d’ordinaire pour ce genre de phénomènes. Nous ne pouvons ici que constater la présence de cette surpopulation dans un territoire à faibles ressources.

4. La vie matérielle et économique traditionnelle des Iqar’iyen

25Dans ces conditions de surpopulation, toutes les parcelles cultivables, même les plus petites situées sur les pentes des collines et dans les vallées étroites, sont exploitées. Comme les autres populations d’Afrique du Nord, les Iqar’iyen utilisent l’araire manche-sep. Celui-ci « est léger, souple, très maniable et réparé facilement. Le soc ne pénètre pas dans le sol. Il n’éventre ni ne tranche, il écorche la terre, la gratte de quelques centimètres à peine » (Haudricourt 1955 : 252).

26Selon les agriculteurs et selon les qualités de la terre, deux méthodes sont pratiquées : ou bien on laboure avant de semer, ou bien on répand les graines sur le sol non labouré avant de passer l’araire. Aucune terre n’est laissée en jachère. Personne ne peut se permettre de laisser reposer le sol quand on sait pertinemment que la terre ne donnera une bonne récolte qu’une année sur trois ou quatre.

27Certains jardins sont irrigués par puits ou en utilisant une source. D’étroites terrasses, peu nombreuses, sont aménagées pour des cultures fruitières là où c’est possible. Les informateurs expliquent qu’étant donné la diversité d’origine des habitants, l’importation de différentes techniques pour multiplier les ressources agricoles a été facile. Toutefois, constatent-ils aussi, cela n’a pas su enrayer l’érosion et la dégradation des terres de montagne. C’est pourquoi les plaines avoisinantes ont été convoitées et arrachées aux nomades.

L’extension vers les plaines

  • 2 Voir le chapitre 11.

28Comme nous l’avons signalé, la plaine de Bu-Arg et une partie de celle du Gareb sont occupées par les Iqar’iyen. Selon un récit, cette plaine couverte d’une forêt faisait partie du domaine du sultan. Celui-ci en fit don à un groupe chorfa venu s’installer dans la tribu des Ait Bu Ifrur. A la suite de la pression des groupes « laïcs » iqar’iyen, ces chorfa furent obligés de leur céder progressivement la plus grande partie de cette plaine2. L’acquisition des terres dans la plaine du Gareb semble plus récente. Là, les Iqar’iyen ont dû affronter un groupe nomade, les Ait Bu Yahiyi. Le Gareb servait de pâturage et était en partie utilisé pour la culture extensive des céréales. Certains Iqar’iyen en quête de terres occupèrent par la force des parcelles et forcèrent les individus ou groupes propriétaires à les vendre.

29Toutes ces terres de plaines sont réservées à l’agriculture. Les sédentaires continuent à habiter dans la montagne et descendent labourer, semer, sarcler et moissonner leurs parcelles. Des tours de garde sont organisés pour empêcher le vol ou la destruction des récoltes arrivant à maturité. Certains agriculteurs aménagent de petites huttes qui leur servent d’abri pour dormir lors des travaux. Le rendement de ces terres est nettement supérieur à celui de la montagne. Mais le manque d’eau s’y fait sentir tout autant.

L’émigration temporaire vers l’Algérie coloniale

30Les ressources agricoles étant insuffisantes, beaucoup de cultivateurs partent vers l’Algérie, où ils travaillent chez des colons français de la région d’Oran. Il est difficile de savoir quand cette émigration a commencé et si, avant la colonisation de l’Algérie, les Iqar’iyen cherchaient déjà au-dehors les moyens d’augmenter leurs revenus. La seule chose à peu près sûre, c’est que, vers 1880, cette émigration est déjà bien établie.

31Le chef de famille part ou envoie un ou plusieurs de ses fils. Ceux qui restent sont chargés de surveiller les travaux agricoles. Un homme sans enfants peut louer sa terre et partir. Comme le dit un informateur : « Il y avait toujours moyen de s’arranger. » Le séjour en Algérie est relativement court, entre deux et quatre mois. Certains Iqar’iyen partent chaque année, d’autres quand le besoin s’en fait sentir.

32Les émigrants utilisent deux routes : l’une le long de la côte méditerranéenne, l’autre à l’intérieur des terres pour arriver à la ville frontalière d’Oujda, située en territoire marocain, avant l’entrée en Algérie. Le voyage n’est pas sûr, surtout lors du retour. Les voleurs dévalisent les voyageurs et parfois même les tuent. Aussi les départs et les retours se font-ils toujours en groupes, mais cela ne suffit pas à assurer la sécurité des émigrants. Pour échapper aux dangers, les voyageurs ont recours à différents stratagèmes. Un cherif investi d’un prestige religieux les accompagne. Cette protection d’un homme de la baraka, ou bénédiction divine, doit en principe décourager les voleurs par peur de la malédiction du cherif. Cette précaution n’est pas toujours suffisante, car parfois l’appât du gain facile est plus fort que la peur. Parfois un système de relais est organisé entre le territoire iqar’iyen et Oujda. A chaque étape, des groupes armés des territoires traversés prennent en charge les voyageurs et les accompagnent jusqu’au relais suivant où d’autres groupes assurent leur défense. Grâce à cette chaîne ininterrompue de groupes protecteurs, le voyage offre moins de difficultés.

33Cette émigration prit une plus grande ampleur lorsqu’une liaison maritime fut établie à la fin du XIXe siècle entre Melilla et Oran. La ville espagnole ne devint un véritable port qu’après 1892, et des bateaux firent alors la navette entre cette enclave et l’Algérie. Beaucoup d'émigrants prirent l’habitude de revenir en bateau mais continuèrent à faire le voyage aller par les routes traditionnelles.

34Arrivés en Algérie, ces émigrants sont employés « à la tâche » par le colon. Celui-ci demande à un groupe d’émigrants de désigner un responsable. C’est à lui qu’il remet le salaire global quand le travail demandé est achevé. Les émigrants devaient se mettre d’accord entre eux pour se répartir les tâches et le salaire respectif de chacun. Cette forme de contrat a l’avantage de réduire les contacts entre les rifains et les colons « infidèles ». Lorsque le travail est terminé, les groupes d’émigrants cherchent une autre « tâche » ou entreprennent le voyage de retour s’ils s’estiment satisfaits. L’argent français ainsi gagné est converti en monnaie marocaine à Oran ou à Oujda. On fait quelques achats, mais la majeure partie de la somme gagnée est ramenée et sera dépensée dans le territoire iqar’iyen.

Les marchés et le commerce

35Selon les jours de la semaine, le marché ou souk se tient dans des sites différents du territoire iqar’iyen. Ainsi, par exemple, ceux dits du jeudi (souk el Khemis) et du dimanche (souk el Ḥad) ont lieu dans des endroits distincts de la tribu Ait Bu Ifrur. Les autres souk sont situés chez les Ait Shishar, Ait Sider, Ait Bu Yafar et Imazujen, les quatre autres tribus de la confédération.

36L’espace réservé au marché n’est pas clôturé. On peut y accéder de tous les côtés. Il est placé sur le territoire d’un segment de la tribu dénommé ci-après la fraction, et sous sa responsabilité. Seuls les membres de ce segment ont le droit d’avoir des armes et de faire la police dans ce marché. Tous les autres doivent en principe déposer leurs fusils à l’extérieur de cet espace. En effet, le souk est un lieu où les échanges doivent être pacifiques. Tout homme qui utilise la violence dans ce lieu doit être sévèrement puni. Il est passible d’une forte amende qui sera répartie entre le groupe agressé et la fraction responsable du marché. En outre, celle-ci, assistée par les autres segments de la tribu, détruira la maison du coupable et dévastera ses champs sans qu’il puisse, en principe, s’y opposer, et sans que ses agnats puissent le défendre. Si cette règle n’est pas appliquée, il s’ensuit la disparition du marché où la fraction s’est révélée incapable de faire respecter l’ordre. Plusieurs sites ont ainsi été abandonnés et remplacés par d’autres.

37La fraction responsable du marché ne perçoit des commerçants aucune taxe d’entrée. Nos informateurs connaissent l’existence d’une taxe appelée meks dans le centre du Maroc, là où le pouvoir du sultan était fort, mais ils affirment qu’elle est contraire aux lois islamiques et qu’elle n’a jamais été perçue chez eux.

38Le marché commence tôt le matin et se termine vers midi ou une heure. En principe, il est interdit aux femmes, sauf aux vieilles femmes qui peuvent y faire quelques emplettes. Comme beaucoup de marchés traditionnels maghrébins, c’est un centre de réunions où les nouvelles sont colportées, transmises, où l’on discute des conflits en cours entre individus, familles et groupes. C’est là que les contacts sont pris pour arranger les mariages. Des spécialistes de l’agriculture appelés shioukh el fallaḥa sont consultés par des sédentaires pour les contrats d’association et de location des terres. Un qadi, ou juge coranique, donne son avis sur la conformité de telle ou telle conduite par rapport à l’Islam. Les hommes affluent de toutes les tribus iqar’iyen et aussi d’autres tribus. C’est également l’occasion de prendre des décisions graves quand elles s’imposent. Ainsi, au cours d’un fameux marché du vendredi en 1909, les Iqar’iyen réunis décidèrent d’attaquer les ouvriers espagnols pour s’opposer à la construction du chemin de fer devant relier les mines de Wixan à Melilla. Ce fut le début d’une guerre qui dura trois ans.

39Toutes les transactions commerciales se déroulent sur le marché. C’est le seul endroit où Ton peut s’approvisionner en produits de toutes sortes. Dans le marché, l’artisanat local n’a qu’une petite place. Quelques forgerons remplacent les fers à cheval ou le soc de l’araire. Des potiers, peu nombreux, proposent quelques jarres et des plats en argile. Des tisserands-tailleurs fabriquent des djellaba (longue robe à manches longues et à capuchon), des vanniers vendent des selles de mulets et des paniers en alfa. Mais la majeure partie des produits manufacturés est importée de l’intérieur du Maroc. Selon nos informateurs, les tissus anglais, les marmites en cuivre, les théières, les verres, etc. affluèrent dans leur région à la fin du XIXe siècle. Il est difficile de dire si la faiblesse de l’artisanat local est due à cette importation, ou si les Iqar’iyen avaient pris l’habitude depuis longtemps de faire venir des biens de l’intérieur du Maroc.

40De nombreux commerçants ambulants pratiquent les marchés de la région. Certains d’entre eux sont juifs et vivent parmi les Iqar’iyen. En plus de leur activité commerciale, ils fabriquent les bijoux en argent pour les femmes. Les autres commerçants sont étrangers à la région. Les Iqar’iyen viennent vendre quelques produits vivriers en très faible quantité : du beurre, quelques oeufs, quelques fruits de leurs jardins et, très rarement, des céréales. Ils sont plutôt acheteurs, grâce à l’argent gagné en Algérie. Quand une récolte s’annonce mauvaise, les commerçants vont chercher loin, du côté de Fez, le grain nécessaire pour faire la soudure. Au moment de la fête d’Aid El Kebir, où Ton doit sacrifier un mouton par famille, ce sont les groupes nomades qui amènent et vendent leur bétail sur le marché. Les fruits et les légumes viennent soit de la région d’Oujda, soit de celle de Taza, ou même de la région de Fez. Le volume des achats de marchandises provenant de l’intérieur du Maroc est difficile à estimer, et Ton connaît assez mal les circuits commerciaux entre le Rif oriental et le reste du Maroc.

Le problème de Melilla

41Si les transactions avec l’intérieur du Maroc sont relativement importantes, celles avec Melilla, occupé par les Espagnols, restent faibles. Les marchés locaux sont interdits aux « infidèles ». Les Iqar’iyen, par contre, ont le droit de visiter la ville et d’échanger leurs produits. En fait, jusqu’à la fin du XIXe siècle, Melilla, comme les autres présides espagnols, « ne vivait que d’une piètre existence. Exposés sans cesse aux harcèlements des Rifains, ces établissements manquaient souvent de bois, de pain et même d’eau, qu’il fallait parfois faire venir de Malaga. Ils servaient de lieu de relégation ; les fugitifs de leur bagne alimentaient le corps des renégats au service du Makhzen » (Miège 1961-1963 : II, 350). Jusqu’en 1892-1893, Melilla n’avait pas de port, mais un « mouillage ouvert qui par vent d’est présentait de grands dangers » et les velléités d’établir un port franc n’eurent pas de suite (Miège 1961-1963 : II, 351).

42La seule activité relativement lucrative des Espagnols de Melilla était la contrebande d’armes « à laquelle plusieurs maisons... de Malaga participaient » (Miège 1963 : IV, 63). Ce n’est qu’ainsi que les Iqar’iyen et d’autres Rifains, qui disposaient uniquement de fusils à un coup, purent se procurer un matériel de guerre plus moderne. Les armes achetées aux soldats et aux trafiquants espagnols étaient utilisées par les Iqar’iyen pour les attaquer et les harceler, et le gouvernement espagnol chercha vainement à endiguer ce trafic.

43Après la guerre hispano-marocaine de 1860, les Espagnols avaient obtenu du sultan marocain le droit d’élargir Melilla. Ils ne commencèrent les travaux qu’en 1892-1893, provoquant une réaction très violente des Iqar’iyen, car ils avaient souillé le mausolée d’un cherif très vénéré, Sidi Wariyach. Les incidents qui s’ensuivirent faillirent provoquer une nouvelle guerre entre les deux puissances. Le sultan dut indemniser les Espagnols et envoyer une garnison pour séparer les deux camps.

44L’agrandissement de Melilla et la construction d’un port permirent l’accroissement des transactions commerciales avec les Iqar’iyen. Ce furent, semble-t-il, des commerçants français qui profitèrent de ces nouvelles facilités et firent affluer toutes sortes de produits vers le Rif oriental. Les Iqar’iyen obtinrent ainsi plus facilement les produits manufacturés et de consommation. De plus, ils devinrent des commerçants transitaires. Les Européens qui débarquaient leurs marchandises à Melilla ne pouvaient pas pénétrer dans le Rif. Ils étaient obligés de les vendre essentiellement à des Iqar’iyen, ces derniers se chargeant de les revendre avec profit aux autres Rifains. Une nouvelle source de revenus était ainsi trouvée. De nouveau, faute d’informations précises, il est difficile d’en connaître l’ampleur.

45En bref, les Iqar’iyen, trop nombreux sur un territoire pauvre en ressources, utilisent différents moyens pour augmenter leurs revenus. Est-ce à dire qu’ils sont toujours parvenus à résoudre leurs problèmes alimentaires ? Rien ne permet de l’affirmer. Comme d’autres habitants du Maroc rural, ils ont eu à affronter des famines, et certaines familles ou groupes n’ayant pas suffisamment de réserves pour faire face à la situation ont dû s’exiler. Mais, si l’on en croit nos informateurs, ces départs étaient très vite compensés par l’arrivée de nouveaux émigrants.

46D’après ces données, les Iqar’iyen de la fin du XIXe siècle apparaissent non pas comme des paysans s’enfermant dans leur milieu et refusant tout contact, toute influence du « monde extérieur », mais au contraire comme des sédentaires qui s’adaptent avec une relative facilité à l’environnement économique, social et politique. Ils acceptent d’importer des techniques agricoles qui leur sont étrangères, des produits manufacturés qui ne sont pas fabriqués chez eux. Malgré les risques, ils s’aventurent dans un milieu hostile, un pays musulman occupé par des « infidèles ». En écoutant parler les anciens, on aperçoit chez eux une curiosité peu commune. Cette souplesse a peut-être été forgée par la nécessité, mais, à travers le temps, elle est devenue un trait de caractère très répandu chez les Iqar’iyen. Comme les plus âgés, les jeunes manifestent cette ouverture au monde extérieur, ce sens de l’initiative, pourvu qu’elle soit payante. Des faits innombrables de la période moderne l’attestent.

47Ainsi, après la fermeture des frontières algériennes en 1956 et le renvoi des travailleurs marocains dans leurs foyers, les Iqar’iyen ont réorienté leur émigration temporaire avec une facilité déconcertante. Dès 1960, les départs vers l’Europe se sont multipliés et ont pris en quelques années une grande ampleur. Il faut avoir vécu parmi les Iqar’iyen pour voir comment ils utilisent tous les subterfuges pour partir dans ces pays inconnus. En quelques années, l’aspect du pays iqar’iyen s’est transformé, et l’on peut sans exagération parler d’un « boom » économique dont nous ne connaissons pas l’équivalent dans d’autres régions du Maroc. Le commerce, la construction de nouvelles maisons et la spéculation immobilière se développent avec rapidité. Réchauds à gaz, radio-transistors, magnétophones à cassettes sont de plus en plus utilisés par les familles. Parfois même, des réfrigérateurs et des télévisions sont achetés par des Iqar’iyen qui, faute de réseau électrique, les branchent sur des batteries d’automobiles.

48Dans ce contexte moderne, l’importance économique des ressources agricoles du pays s’est encore affaiblie. Mais ses habitants restent, comme leurs ancêtres, très attachés à ce territoire qui est la source de leur identité sociale et qui, de ce point de vue, est fortement valorisé.

Photos 1. Un ancien initie de jeunes iqar’iyen à leur culture en leur racontant les faits et gestes des hommes du passé.

Figure 2. Les tribus du Rif oriental

Figure 2. Les tribus du Rif oriental

Notes

1 Le recensement officiel de 1960 donne pour les Iqar’iyen un chiffre dépassant les cent dix mille habitants, avec une densité moyenne de cent dix sept habitants au km2. Si l’on accepte les chiffres avancés par De Segonzac et Delbrel pour le début du XXe siècle, cela signifierait que la population a seulement doublé entre 1900 et 1960. Cette hypothèse nous paraît proche de la réalité. En effet, les différentes guerres locales (1909-1912, 1921-1926) et extérieures (guerre civile espagnole, 1936-1939) auxquelles participèrent les Iqar’iyen, les périodes de famine (la dernière se situant durant la seconde guerre mondiale) et les mauvaises conditions sanitaires empêchant la réduction de la mortalité infantile jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, n’ont permis qu’une très faible croissance économique avant 1960.

2 Voir le chapitre 11.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Rif oriental
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/15280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Photos 1. Un ancien initie de jeunes iqar’iyen à leur culture en leur racontant les faits et gestes des hommes du passé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/15280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Figure 2. Les tribus du Rif oriental
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/15280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search