Version classiqueVersion mobile

Honneur et baraka

 | 
Raymond Jamous

Remerciements

Texte intégral

1Ce travail, présenté dans une première version comme thèse de troisième cycle, est le résultat d’une enquête effectuée dans le Rif oriental durant dix-huit mois (1968-1969). Cette enquête a été organisée et financée par le Center for Comparative Studies in Technological Development and Social Change (Université de Minnesota), dirigé par le Professeur Robert T. Holt. L’équipe qui fut installée sur le terrain était composée de deux chercheurs : J. David Seddon (chez les Ulad Séttut) et moi-même (chez les Iqar’iyen). Des rencontres et des discussions fréquentes sur le terrain stimulèrent notre effort. Le Center for Comparative Studies m’offrit par la suite un poste de Research Assistant durant l’année universitaire 1970-1971. Je remercie ce centre, et tout particulièrement son directeur, le Professeur Robert T. Holt qui a manifesté son intérêt pour mon travail tout au long de l’enquête et qui a bien voulu discuter longuement avec moi de mes matériaux. Merci à mon collègue et ami J. David Seddon à qui ce travail doit beaucoup. Je remercie aussi les autorités marocaines qui ont facilité mon installation sur le terrain et m’ont permis de mener à bien l’enquête.

2A tous les Iqar’iyen qui m’ont accueilli avec générosité, je tiens à exprimer ma gratitude. Si Mohamed Cherkawi, Si Mohamed Allai, Si Allai Es-Snoussi, Si Ahmed Bekkai Imoussawiyen et son cousin Si Touhami m’ont offert leur amitié et furent les premiers à m’initier à la vie sociale iqar’iyen. Ils participèrent avec passion à mon enquête et m’ont mis en contact avec les anciens de la région, mes informateurs, mes « maîtres à penser ». Je ne citerai pas leurs noms, mais ce travail est issu directement de leurs paroles, de leurs récits. A tous ces amis et à tous ces anciens, j’exprime ma reconnaissance pour m’avoir initié avec patience aux valeurs iqar’iyen.

3Je tiens à exprimer mes remerciements à mes maîtres scientifiques qui m’ont apporté leur soutien, leurs encouragements et leurs conseils : monsieur Maxime Rodinson qui a dirigé la these de troisième cycle et qui m’a introduit à l’anthropologie du monde islamique ; monsieur Ernest Gellner qui a suivi ce travail de bout en bout et dont le beau livre, Saints of the Atlas, a dynamisé ma recherche. Je réserverai une mention spéciale à monsieur Louis Dumont, dont la pensée théorique a constamment orienté la mise en forme de mes matériaux. Il m’a offert l’occasion d’exposer différentes parties de mon travail dans son séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses nombreuses remarques et suggestions m’ont aidé à préciser et à affiner les différents concepts utilisés dans l’analyse. Il a relu et corrigé avec patience la version finale de cet ouvrage. Pour tout cela, je tiens à lui exprimer ma gratitude.

4Ce travail s’intègre dans la recherche collective menée par la RCP 436 (Centre national de la recherche scientifique), dirigée par monsieur Louis Dumont. C’est dans cette équipe que j’ai eu l’occasion de confronter mes matériaux avec ceux de mes collègues. Les thèmes centraux de l’échange, du sacrifice, de la hiérarchie et du pouvoir ont été analysés dans ce cadre. Pour leur aide précieuse, je remercie ici Jean-Paul Latouche, André Itéanu, Serge Tcherkezoff et tout particulièrement Cécile Barraud à qui ce travail doit beaucoup. Surtout, je tiens à exprimer ma reconnaissance à Daniel de Coppet, qui a suivi ce travail depuis le début. Sa stimulation constante, ses nombreuses suggestions ethnographiques et théoriques et l’intérêt soutenu qu’il a témoigné pour ce travail, m’ont apporté un soutien inestimable.

5Cet ouvrage n’aurait pas abouti dans sa forme présente sans l’aide de ma femme, elle-même ethnologue, Marie-Jo Pineau-Jamous. Elle a participé activement à son élaboration et a consacré un temps précieux à discuter point par point les thèmes de l’ouvrage et à corriger les différentes versions. L’intérêt passionné qu’elle a témoigné pour ce travail m’a souvent empêché de céder au découragement que suscite la rédaction d’un premier ouvrage. Elle en est en quelque sorte le co-auteur. Je la remercie pour tout.

6Il est difficile de citer tous les amis et collègues à qui je suis redevable. Je remercie tout particulièrement Jeanne Favret, Edmund Burke et Kenneth Brown qui ont contribué à préciser de nombreux points de ce travail. Merci aussi à nos autres amis maghrébisants, et notamment François Pouillon, qui ont bien voulu discuter de certains matériaux et qui m’ont apporté leurs suggestions.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search