Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

5/ Extension du domaine sociologique, extension du domaine politique

Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique

Jacques Defrance

Note de l’éditeur

Muriel Darmon
Devenir anorexique. Une approche sociologique
Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Série laboratoire des sciences sociales », 2003
présenté par Jacques Defrance

Texte intégral

1Muriel Darmon propose une étude sociologique des jeunes filles qui s’engagent dans l’anorexie et refusent petit à petit de se nourrir, attitude qui perturbe profondément les relations aux autres et les capacités d’agir. Pourquoi choisir un tel sujet quand on est sociologue ?

Un objet à conquérir pour la sociologie

2A priori, il s’agit d’un objet presque exclusivement traité par les spécialistes de la santé et, plus particulièrement, de la santé mentale. La catégorie « anorexie » est élaborée par les médecins psychiatres et les personnes concernées par cette situation sont hospitalisées. Il s’agit très majoritairement de jeunes filles qui adoptent un régime alimentaire tellement restrictif quelles mettent leur vie en danger. Le sens de leur comportement fait « problème », et il est identifié et interprété par la médecine psychiatrique. La conduite anorexique est qualifiée dans ce cadre de conduite « pathologique ». Une fois le qualificatif apposé, la conduite reste énigmatique. Elle est difficile à comprendre, comme l’est celle du toxicomane ou du suicidaire. La description psychologique cherche, derrière ces conduites, des processus sous-jacents qui révèlent autre chose que l’amaigrissement visible des personnes.

3Face à cet objet monopolisé par les psychologues et les médecins, qui en font ressortir certaines significations, que peut faire la sociologue ? Muriel Darmon, qui se place dans le sillage de Durkheim et de son travail sur le suicide (un autre objet de la médecine psychiatrique), propose d’étudier les conduites anorexiques en cherchant à dégager leurs dimensions sociales. Elle écarte provisoirement, par décision de méthode, leurs dimensions psychologiques et pathologiques. Pour y parvenir, elle procède à une re-formulation des objectifs de l’enquête sociologique qui, spontanément, risquent de reproduire les questions posées par les spécialistes s’occupant déjà d’anorexie. Il s’agira de faire apparaître les conditions dans lesquelles s’installent les conduites d’anorexie, en interrogeant les intéressées elles-mêmes, pour comprendre le sens de cette conduite visant à ne plus manger. L’auteur décide de traiter la question en s’écartant des énoncés de la clinique et de la thérapeutique, qui classent les anorexiques comme des déviants.

  • 1 En 1899, quand Thorstein Veblen observe les formes de vie dans la classe de loisir américaine, les (...)

4Un chapitre historique montre que la privation volontaire de nourriture n’a pas toujours été interprétée à travers les catégories de la pathologie mentale. À la fin du Moyen Âge, des femmes qui ont pratiqué des jeûnes prolongés ont été considérées comme des saintes et leur capacité à vivre sans manger passait pour miraculeuse. Ce n’est que progressivement que l’interprétation associe cette abstinence volontaire à des troubles mentaux, notamment à l’hystérie féminine à la fin du xixe siècle, et que l’on constitue l’anorexie en trouble spécifique. La prévalence de cette conduite chez les femmes est, par ailleurs, rapportée à la force de la norme de minceur qui leur est appliquée plus qu’aux hommes, norme déjà marquée avec l’idéal de la flapper, la femme américaine mince et intrépide des années 1920 qui pratique des régimes alimentaires restrictifs et fait du sport1. L’examen de ces dimensions historiques de la définition et de l’interprétation des conduites de privation alimentaire contribue à souligner le caractère socialement construit du diagnostic qui s’impose aujourd’hui.

5La sociologue procède ensuite à deux types d’analyse :

  • l’une (IIe partie) consiste à réaliser des interviews des intéressées et à les inciter à construire un point de vue personnel et un récit de leur expérience, sans entrer dans les questions des psychologues. L’opération revient à susciter la formulation d’une sorte de « point de vue indigène », tout comme Becker fait parler les fumeurs de marijuana dans leur contexte de déviance, sans porter un regard normatif sur ce qu’ils font. L’anorexie est présentée en quelque sorte de « l’intérieur », à travers un discours qui n’est pas jugé et disqualifié comme il l’est par les médecins ou les psychologues. Il s’agit de taire expliquer ce que font les anorexiques, avant même qu’elles aient été labellisées comme telles et stigmatisées (ou tout en faisant comme si elles ne l’étaient pas) ;
  • l’autre volet de l’enquête (présenté dans la IIIe partie) consiste à situer les pratiques d’amaigrissement dans un ensemble de conduites sociales ayant le même but et qui sont considérées comme « normales ». Un espace social des usages de transformation de soi, par des régimes alimentaires, par des activités physiques, par d’autres moyens, s’est constitué. Des travaux sociologiques sur les habitudes diététiques, les pratiques sportives ou hygiéniques, etc., montrent que certaines conditions sociales favorisent l’entrée dans ces programmes de transformation de soi.

Un point de vue sur l’anorexie construit par interviews

6Pour mener son enquête, l’auteur décide d’abandonner les questionnements « sur » les agents et leurs profils et localise son attention, en suivant le conseil d’Howard Becker, sur les activités spécifiques développées par les « anorexiques » : il s’agit de « transformer les individus en activités » et de décrire celles-ci dans leurs enchaînements propres. Cette posture est momentanée, puisque dans la phase de recherche suivante, l’auteur reviendra vers des analyses du profil social des agents impliqués dans l’anorexie. L’enquête par interview constitue la phase principale du travail. Elle consiste à recueillir la parole de jeunes filles hospitalisées pour anorexie, dont les récits sont comparés et donnent lieu à la construction d’une schématisation sous forme d’une « carrière » dans la déviance. Les emprunts à la sociologie interactionniste des maladies mentales et des déviances sont nombreux et s’avèrent d’une grande pertinence (spécialement les travaux de Becker).

7Muriel Darmon conteste la conception médico-psychologique de la santé, qui entend réduire le rôle de la sociologie à la seule étude des caractérisations sociales des populations de patients à l’entrée des circuits thérapeutiques. La sociologie peut faire plus, elle peut éclairer les conditions sociales dans lesquelles des individus ou des groupes s’engagent dans des conduites régulières qui ont un sens pour eux et qui, par ailleurs, peuvent avoir un impact sanitaire important. L’évaluation de l’impact relève du savoir médical, mais les réactions sociales à ces comportements et les effets qu’elles provoquent en retour sur l’agent relèvent de la sociologie.

8Les interviews ont été conçues de façon à reprendre, depuis le commencement, l’engagement dans des conduites anorexiques. Mais, jusqu’où faut-il remonter dans la suite des événements pour établir les conditions sociales de cet engagement ? L’auteur écarte la solution – caractéristique de la démarche psychanalytique – consistant à mettre en relation causale des événements de la période pré-anorexique avec des orientations de la période d’engagement dans la restriction alimentaire : on aurait pu imaginer, par exemple, un questionnement sur la prime enfance, le sevrage ou les difficultés alimentaires précoces pour rendre compte de dispositions déviantes en matière d’alimentation au moment présent. Cette piste est refusée. La sociologue ne s’appuie que sur les déclarations des interviewées qui donnent comme point d’origine de leur engagement une période d’amaigrissement due à des circonstances diverses ou à un banal régime alimentaire. La méthode consiste à comparer les récits et à repérer des récurrences, dessinant un schéma de carrière en quatre phases, puis à traiter des variations individuelles.

9La mise en récit, effectuée par les interviewées, place l’accent sur l’effet du temps et sur les changements profonds que l’engagement dans des conduites restrictives produit sur leur propre corps et sur leur identité tout entière. La matière première de l’analyse sociologique est un récit d’acteur agissant et les jeûneuses apparaissent comme des agents particulièrement soucieux d’affirmer leur pouvoir d’agir sur elles-mêmes, dans l’approvisionnement de leur corps, dans des tâches scolaires ou dans des relations de la vie courante. Elles se présentent comme des êtres puissants, qui pensent s’être faits entièrement eux-mêmes, et qui, comme tels, sont peu disposés à reconnaître une dette envers des événements passés. Les anorexiques ont une philosophie sartrienne de la liberté et de la genèse de soi dans l’action. En se plaçant au plus près de leur récit, la sociologue accepte cette version très « présentéiste » de l’action, qui accorde beaucoup aux agents et aux conditions présentes, et assez peu aux expériences accumulées et aux effets différés de causes anciennes. L’avantage de cette posture d’écoute qui accepte la théorie de l’action de l’interviewée est de l’encourager à rendre compte d’actes multiples et de menues décisions qui forment l’engagement anorexique lui-même (une sorte de stratégie). Sur ce point, l’enquête est une réussite, car elle parvient à faire expliciter des conduites ordinaires qui vont tellement de soi qu’il paraît inutile d’en dire quelque chose, obstacle déjà rencontré dans des enquêtes sur des pratiques prosaïques. L’inconvénient, c’est que la carrière est construite selon un patron assez éloigné d’une théorie de la socialisation et de l’habitus qui sera sollicitée plus tard dans l’analyse.

Les carrières d’anorexiques

10Le résultat de cette phase de la recherche est un schéma qui résume le trajet des anorexiques en quatre moments exposé dans la seconde partie du livre. La formalisation permet de saisir les récurrences entre les récits, mais aussi les détails et les rythmes propres de l’engagement dans la carrière anorexique de chacune des répondantes.

11La première phase est celle où l’activité anorexique « commence ». Selon la définition de l’anorexie, le point de départ n’est pas tout à fait le même. Mais, dans l’ensemble, une définition s’ébauche et les interviewées situent l’origine lors d’un régime alimentaire banal, accompagné ou non d’autres changements, ou bien à un moment où elles ont maigri, à la suite d’une maladie ou d’une autre circonstance. L’expérience de la perte de poids est vécue de façon très positive, elle est reçue comme une révélation et elle est perçue comme un moment de rupture à partir duquel la jeune fille s’engage dans une posture active et « se prend en main ». Le contrôle de son poids débute sous le regard d’un entourage qui approuve cette action et l’aide dans son entreprise, assez banale chez les jeunes filles. Des prescripteurs, des incitateurs et des accompagnateurs contribuent à l’acquisition des premiers savoir-faire pour s’alléger. Le comportement n’est pas « déviant » par rapport aux normes corporelles ou sanitaires du milieu familial, au contraire, il consiste à se conformer à des canons esthétiques et pratiques en vigueur. La conduite restrictive est efficace, ce qui contribue à motiver la jeune fille dans son engagement et renforce son sentiment de puissance.

  • 2 Barney Glaser et Anselm Strauss, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Rese (...)

12L’expression « se prendre en main », rencontrée dans les discours recueillis, est acceptée par Muriel Darmon qui souligne sa pertinence générale pour décrire l’éventail des activités dans lesquelles les interviewées s’engagent alors. L’enquête révèle que les sujets s’activent pour exceller sur plusieurs fronts, alimentaire, vestimentaire, sportif, mais aussi scolaire, un domaine culturel qui ne peut être assimilé à un investissement corporel. La notion de « travail » sur soi émerge aussi des récits, pour être incluse dans le vocabulaire de description du sociologue, selon une épistémologie assez proche de la grounded theory de Glaser et Strauss2. Une comparaison entre les anorexiques hospitalisées et des jeunes filles ordinaires qui ont entrepris un régime, interrogées dans un lycée, montre la différence de perception des difficultés de contrôler sa faim d’aliments : les unes parviennent à un contrôle strict avec des résultats, les autres abandonnent devant les désagréments de la sous-alimentation volontaire. Le début de carrière anorexique correspond à un moment bref, mais le sentiment de différence avec les autres est solidement installé.

13La deuxième phase consiste à « continuer », à maintenir l’engagement dans des régimes alors qu’un premier résultat d’amaigrissement a déjà été obtenu. Les objections vont commencer à être opposées à la volonté de la jeune fille de maintenir son engagement dans l’amaigrissement. En réponse, l’interviewée réaffirme sa volonté et radicalise ses procédés techniques pour obtenir un résultat visible. Howard Becker indique que l’installation dans un comportement « déviant », comme la toxicomanie, s’accompagne de l’apprentissage de nouvelles techniques pour obtenir les effets désirés, de l’affinement de la perception de ces effets et de l’acquisition de schèmes d’appréciation permettant une lecture positive des sensations perçues. Suivant ces indications, Muriel Darmon regroupe les propos de ses interlocutrices sous trois rubriques semblables. Les jeunes filles perfectionnent leur connaissance des techniques de privation alimentaire : calculs plus précis des calories, attention accrue aux tailles des vêtements, réglage systématique de tous les gestes de la journée conduisant à l’établissement d’un véritable « régime de vie », et procédés qui apparaissent plus « bizarres », comme celui qui consiste à se gaver d’un aliment pour le vomir et s’en dégoûter durablement.

14À mesure que la perte de poids s’accentue, la jeune fille sélectionne les sensations de « ventre vide » et autres effets de l’abstinence et elle évite les sensations de réplétion. Elle apprend à apprécier les impressions de manque, qui sont vécues comme « légèreté » et signe d’un état physique supérieur à celui des autres filles. Elle interprète les indices de corpulence – tailles de vêtement ou chiffre indiqué par la balance – comme des données truquées pour masquer l’excès de poids, et elle en retire la conclusion qu’elle se doit de poursuivre son régime. Les notions de « contrôle », de « maîtrise » sont de plus en plus fréquemment employées pour rendre compte de ce qu’elles font. Muriel Darmon voit ce moment comme celui de l’incorporation d’une disposition à se contrôler, avec la formation d’une propension à ne plus manger, inclination qui semble irrésistible.

  • 3 Edwin Lemert, Human Deviance, Social Problems, and Social Control, Englewood Cliffs N.J., Prentice (...)

15La troisième phase se distingue de la deuxième essentiellement par l’entrée en scène d’agents qui ont décelé un caractère « anormal » dans le comportement de la jeune anorexique, agents qui déclenchent une alerte et mettent en place une surveillance de ses activités. Comme dans les travaux de Goffman, un rôle important est joué par une série d’agents et de services qui font passer l’individu du statut de personne normale à celui de stigmatisé. Le proche parent (la mère principalement), le plaignant qui révèle l’anomalie du comportement du sujet et les intermédiaires professionnels entrent en scène, et contribuent à fixer une étiquette de « déviance » sur les comportements de la jeune fille sous-alimentée. Ils s’appuient sur des indices plus ou moins objectivés, la maigreur avant tout, l’absence au repas, les évanouissements, la disparition des règles, la baisse de la pression artérielle. L’étiquette accolée n’est pas immédiatement stabilisée : déprime, problème digestif, anorexie. Les mesures prises consistent à surveiller l’alimentation de la jeune fille et à l’inciter à re-manger. En réaction, celle-ci développe de nouvelles techniques pour masquer ses restrictions et échapper à la surveillance et elle s’engage dans un surcroît de déviance, ce que Lemert appelle la déviance secondaire, induite par le contrôle social3 : ici, ce sont des stratégies de leurre, de mensonge et de faire-semblant que les jeûneuses élaborent et, plus elles trompent leur entourage, plus elles sont perçues comme déviantes. Pour éviter les lieux où le jeu sur les apparences est démasqué, elles s’excluent elles-mêmes de diverses relations et entrent dans un isolement croissant.

16La dernière phase, par rapport au moment de l’interview, est celle de l’hospitalisation (phase en cours, car il peut y avoir une succession d’hospitalisations). L’institution hospitalière est une institution totale qui effectue un travail sur la personne visant à lutter contre ses dispositions à jeûner. Elle cherche à obtenir la coopération de la patiente à son propre traitement. La jeune fille doit renoncer au contrôle quelle exerçait sur elle-même pour laisser le contrôle à l’autorité médicale, elle doit « lâcher prise » et se redéfinir comme « malade », tout en s’en remettant à l’institution. Ce processus de redéfinition identitaire s’accompagne d’un changement de groupe de référence, avec une mise en groupe des anorexiques dans l’hôpital. Dans un des deux lieux de traitement observés, le groupe remplit une fonction thérapeutique, mais il peut aussi fonctionner comme un lieu de sous-culture déviante entraînant une cristallisation de l’identité déviante, les anorexiques se trouvant pour la première fois réunies avec d’autres anorexiques. Le groupe fait l’objet d’une stigmatisation au sein de l’hôpital.

  • 4 L’hypothèse que des comportements déviants peuvent être dans le prolongement de comportements conf (...)

17Le service médical exerce une contrainte forte sur l’anorexique, avec le recours à des techniques qui forcent à se nourrir, comme la pose d’une sonde. La surveillance est telle que les recours aux faux-semblants ne sont plus possibles. Dans la plupart des cas, un contrat est passé avec la patiente, de façon à ce que petit à petit « elle se reprenne » et, combattant ses habitudes, s’en fasse de nouvelles. La rupture est difficile, et les abandons, les sorties sans autorisation médicale sont une issue marquant l’échec de la thérapie. Lorsque le traitement réussit, la carrière, qui s’est engagée sur une rupture, s’achève sur une autre rupture. Les carrières d’anorexie sont parcourues par des femmes, mais pas par des hommes, et l’étiquette ne désigne pas une « déviance » populaire. Elle débute dans la conformité, ce qui n’est probablement pas sans lien avec les propriétés sociales particulières de celles qui la parcourent4. La troisième partie du livre tente d’en rendre compte.

L’espace social de la carrière anorexique

18Dans la troisième partie du livre, l’auteur replace la trajectoire parcourue par les anorexiques depuis leur famille jusqu’à l’hôpital dans l’espace social. C’est d’abord par rapport à l’espace des pratiques de transformation de soi que le trajet se définit, pour venir s’inscrire finalement dans l’espace social que forme le milieu hospitalier.

19Les « carrières » que reconstitue l’auteur à partir des interviews prennent leur origine dans des pratiques ordinaires, régime alimentaire, valorisation des petites tailles de vêtements, investissements scolaires et sportifs. C’est dans l’espace social, vécu au sein de la famille et de l’école, que les premières dispositions à s’engager dans un travail de transformation de soi sont acquises, et les facteurs sociologiques pèsent aussi sur ce début de trajectoire. Les pratiques et les goûts s’inscrivent dans un espace socialement constitué. « Les dispositions et les croyances qui guident et sous-tendent le travail de modification de soi comprennent un ethos de tension orienté vers l’excellence, voire vers l’exceptionnalité sociale ».

20Écartant le postulat que les pratiques alimentaires restrictives relèvent de la pathologie, l’auteur montre qu’elles s’inscrivent dans l’espace social des corps, des jugements sur le corps et des rapports différenciés au corps. Les pratiques alimentaires consistant à se faire un corps (mince) portent ces jeunes filles vers le « léger », le « fin », le « maigre », le « naturel », le « sain », le « grillé », et supposent de supprimer tout ce qui est « gras », « lourd » et « nourrissant ». La stratégie ne consiste pas seulement à diminuer les rations, mais bien à sélectionner des aliments et certaines de leurs propriétés, qui sont tout autant caloriques que sociales. Muriel Darmon s’appuie sur les travaux de Pierre Bourdieu et ceux de Claude Grignon, pour montrer comment la carrière anorexique se traduit par un déplacement au sein de l’espace des pratiques alimentaires les menant vers les consommations caractéristiques des classes supérieures. Il en va de même des jugements portés sur les sensations perçues après absorption de nourriture, jugement qui s’appuient progressivement sur des critères opposés à ceux des classes populaires. Les jeunes filles anorexiques détestent les aliments qui « tiennent au corps » et n’adhèrent pas à la norme populaire voulant qu’une prise de nourriture abondante soit une condition pour « tenir le coup ». Elles se voient au contraire vivre avec très peu et valorisent, sur un mode élitiste, les sensations de privation, vécues comme une sorte d’état de grâce.

21Il en va de même pour les investissements dans les pratiques sportives qui les portent vers les disciplines de standing de la bourgeoisie, comme le ski ou le tennis, et vers des spécialités à dimension esthétique comme la danse et la gymnastique. Il ne s’agit pas pour elles de dépenser de l’énergie à n’importe quelle condition. Dans le cadre de l’éducation physique à l’école, elles se présentent comme des élèves acharnées qui, comme dans les autres tâches scolaires, ont tendance à « en faire trop ». Ce sont des modèles dominants de corps minces qui orientent leur activité, mais leur pratique finit par être disqualifiée dès lors quelles outrepassent les limites habituellement respectées et quelles s’orientent vers la production d’un corps « trop maigre ».

22Leurs comportements scolaires, leurs investissements culturels sont explicitement orientés vers l’excellence et, à mesure, qu’elles s’engagent dans un travail intense, les jeunes interviewées se trouvent en décalage avec leurs amies « d’avant » le changement. Les enseignants ont une perception assez claire du comportement scolaire des anorexiques et ils portent un jugement ambivalent sur celui-ci : tout en saluant la production d’une somme de travail qui est positivement appréciée dans l’univers scolaire, ils reprennent une part de la description des anorexiques véhiculée par le discours médical en qualifiant ces élèves de très tendues vers la perfection, très attentives à la forme impeccable, mais peu sensibles, peu personnelles, « rigides » et bloquées sur des formes toutes faites.

23L’enquête sociologique ayant révélé l’importance des investissements scolaires, l’auteur examine la compatibilité entre l’engagement dans un travail de transformation de soi qui amaigrit et affaiblit, et l’engagement dans un travail scolaire intense, qui exige une certaine énergie. Les deux entrent en contradiction, et certaines jeunes filles privilégient le front corporel (l’auteur les appelle les « anorexiques corporelles »), tandis que les autres maintiennent des ambitions culturelles et cherchent à les satisfaire à travers le perfectionnement de leur corps (les « anorexiques culturelles »). On voit apparaître ici un principe de variation parmi les anorexiques, qui correspond à des différenciations sociales. Les premières sont issues de familles qui prêtent une extrême attention au physique (avec des mères très maigres), elles ont ambitionné de devenir mannequin ou danseuse, et elles se sont engagées dans le travail de transformation de soi à la suite d’une rupture sentimentale. Les secondes, initialement affectées par des problèmes d’adaptation scolaire, sont issues de familles qui ne placent pas particulièrement l’accent sur l’apparence corporelle et elles ambitionnent d’accéder à des professions qualifiées caractéristiques des filles de la bourgeoisie ou des classes moyennes. Cette esquisse de typologie, qui pourrait suivre les traces de la distinction des genres de suicide dans l’œuvre de Durkheim, n’est pas poursuivie et l’auteur revient aux orientations communes à toutes les jeunes anorexiques. Un beau passage est consacré aux formes d’ascétisme manifestées dans les conduites observées.

24La mise en relation de la conduite des anorexiques avec l’espace hospitalier poursuit ce genre d’analyse effectué pour l’espace extra-hospitalier. Les comportements explicitement élitistes sont aussi enregistrés dans cet univers où ces jeunes patientes sont facilement identifiées et stigmatisées par les autres.

Conclusion

25Muriel Darmon peut légitimement affirmer que son enquête atteint l’objectif qu’elle s’est fixée : offrir une perspective sociologique sur ce que vivent les anorexiques, tout au long de ce trajet qui les mène d’une découverte de la perte de poids à un amaigrissement extrême justifiant leur hospitalisation.

26Elle revient sur ce qui, d’un point de vue sociologique, lui paraît être le plus « anormal » dans la carrière anorexique, à savoir que les enquêtées ont réussi toutes seules à incorporer de nouvelles dispositions, ce qui nécessite habituellement l’intervention d’une institution totale. Cette dernière en revanche est réintroduite quand il s’agit de les contraindre à abandonner ces dispositions qu’elles se sont forgées au terme d’un travail de soi acharné.

27Le livre de Muriel Darmon est d’une lecture passionnante et il offre un bon exemple de ce que peut faire la sociologie pour éclairer la logique sociale des conduites de ceux qui sont stigmatisés comme déviants. Son étude se situe dans la lignée de certains travaux interactionnistes américains. Pour conclure, je ferai part d’une ou deux réserves qui demeurent après lecture.

281) Bien que l’auteur examine les implications des choix méthodologiques effectués, elle ne peut pas échapper à ces implications et les interviews réalisées en hôpital produisent probablement des effets qui dépassent ce qu’elle en dit. Pour avoir moi-même effectué des interviews dans ce cadre, j’ai été faiblement convaincu par les dispositions prises par l’auteur pour installer une relation d’interview sociologique différente de celle de l’entretien clinique (p. 51). L’obligation de porter une blouse blanche en hôpital assimile symboliquement le sociologue au thérapeute et les précautions verbales qu’il peut prendre pour se dissocier des soignants ne résistent pas longtemps à la tension morale installée par l’interview. Par ailleurs, on ne dispose d’aucun moyen pour identifier les figures de récit toutes faites que les interviewées développent dans leur présentation biographique, et la variation obtenue entre les deux lieux d’enquête ne paraît pas suffisante pour y parvenir.

292) Un autre point paraît problématique, celui des relations entre sociologie et psychologie, sur lesquelles l’auteur revient en conclusion. Pour maintenir à distance le décodage psychologique des conduites des jeunes anorexiques, des choix assez drastiques ont été opérés afin de bannir tout terme, toute notion, tout topique, qui relève de la psychologie (spécialement de la psychologie freudienne). Mais, on se demande alors comment ont été définies les instructions données aux interviewées pour raconter leur « carrière » d’anorexique. On a l’impression, par exemple, que la description de la famille et celle des relations aux parents ont été censurées, pour éviter d’embrayer sur des motifs psychologisants. Dès lors, comment qualifier le début de la carrière en tant que rupture, si l’on ne sait pas quelles dispositions ces jeunes filles manifestaient auparavant dans leur travail scolaire ou sur d’autres fronts ? Comment faire une sociologie interactionniste si l’on exclut les interactions familiales ? De ce point de vue, on ressent une certaine surprise quand, à la page 273, on accède à des informations sur les normes corporelles parentales et les relations mères-filles dans les familles des « anorexiques corporelles ». Il semble même que l’évacuation de ces dimensions ait pu avoir un effet sur la définition quasi unanime par les interviewées du commencement de leur histoire par un régime alimentaire, bornant ainsi en amont leur carrière d’anorexique.

30Il est possible que ces questions remettent en cause une partie des résultats, mais je n’en suis pas certain. Toujours est-il que, en l’état, ce travail est très impressionnant : le lecteur ne restera pas sur sa faim.

Notes

1 En 1899, quand Thorstein Veblen observe les formes de vie dans la classe de loisir américaine, les normes régissant le rapport au corps des femmes qui entrent dans les pratiques ostentatoires de leur classe comprennent plusieurs sortes de privations ou d’ascèses, mais pas encore de tension vers la minceur obtenue par restriction alimentaire. T. Veblen, The Theory of the Leisure Class, 1899, trad. de Louis Evrard, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970. La norme est construite dans les années 1920, avec le style de la flapper, inauguré aux États-Unis et diffusé en Europe avec des modes vestimentaires et musicales ; cf. Catherine Gourley, Flappers, and the New American Woman : Perceptions of Women from 1918 through the 1920s, Minneapolis (Minn.), Twenty-First Century Books, 2008.

2 Barney Glaser et Anselm Strauss, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine, 1967. trad. Marc-Henry Soulet et Kerralie Oeuvray, La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Paris, A. Colin, 2010.

3 Edwin Lemert, Human Deviance, Social Problems, and Social Control, Englewood Cliffs N.J., Prentice Hall, 1967.

4 L’hypothèse que des comportements déviants peuvent être dans le prolongement de comportements conformes poussés à l’extrême (par hyper-conformisme) est formulée dans d’autres secteurs : ainsi, la pratique d’un entraînement sportif excessif, ou surentraînement, accompagné de la prise de produits pharmaceutiques compensatoires mais interdits (classés dans les substances dopantes) s’observe chez des athlètes manifestant de très fortes dispositions à appliquer les principes imposés par l’institution sportive. Cf. Robert Hughes et Jay Coakley, « Positive deviance among athletes : the implications of overconformity to the sport ethic », Sociology of Sport Journal, vol. 8, no 4, 1991, p. 307-325.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search