Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

5/ Extension du domaine sociologique, extension du domaine politique

Patrice Pinell, Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France 1981-1996

Susanna Magri

Note de l’éditeur

Patrice Pinell (dir.)
Une épidémie politique.
La lutte contre le sida en France 1981-1996
Paris, PUF, coll. « Science, histoire et société », 2002
présenté par Susanna Magri

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Patrice Pinell apporte non seulement une connaissance précise et étoffée de l’histoire de la lutte contre le sida en France jusqu’à l’apparition d’une thérapie efficace, mais il propose aussi une analyse particulièrement stimulante du processus constitutif d’une politique publique, dont la portée dépasse de loin, me semble-t-il, le cas particulier pris en examen. C’est donc surtout sur la méthodologie mise en œuvre que je m’attarderai, retenant à l’appui de mon propos quelques moments forts de la démonstration proposée.

2Le mouvement associatif, né avec l’apparition de la maladie en 1981, est au centre de l’analyse mais n’en constitue pas pour autant le véritable objet. Celui-ci est bien plutôt la dimension politique de la lutte contre le sida, qui se déroule en trois étapes : la naissance du mouvement associatif (1981-1986), l’entrée en scène de l’État (1986-1988), l’apogée du mouvement (1989-1996). En considérant principalement trois catégories de protagonistes, les associations, l’administration publique et le gouvernement, le livre s’intéresse, en effet, à leur confrontation puis à l’articulation de leurs actions d’où résulte la configuration particulière et changeante de la politique relative au sida. Les pratiques de tous ces acteurs sont soumises à la même condition déterminante, l’état du savoir médical sur la maladie, dont l’évolution scande le processus de leur interrelation. Mais cette donnée se combine avec une série d’autres éléments analytiques qui expliquent les formes de l’action publique étape par étape.

3Ainsi, au point de départ, le défaut de connaissances sur une affection mortelle qui la fait apparaître comme un fléau frappant exclusivement les homosexuels est à l’origine de la création d’AIDES, association qui va longtemps dominer l’« espace social de la lutte contre le sida ». Pourtant, à la différence de ce qui se passe aux États-Unis, la mobilisation contre la maladie ne se confond pas en France avec celle de la communauté gay. La sociologie des initiateurs du mouvement fournit la clé qui permet de comprendre cette particularité. L’analyse retient les « traits d’habitus » communs, tenant à la proximité des positions sociales (ce sont des universitaires, avocats, médecins, journalistes), et surtout des expériences militantes : ces dirigeants appartiennent à la génération de Mai 68, ont souvent milité à l’extrême gauche et, en tant qu’homosexuels, dans les mouvements qui ont conduit à la levée des mesures discriminatoires à l’égard de cette population. Aussi, face au risque que l’apparition du sida fait courir aux homosexuels de voir remis en cause leurs récents acquis, les initiateurs impriment dès le départ au mouvement une « vocation généraliste ». La sociologie des fondateurs d’AIDES explique encore d’autres particularités de la mobilisation contre le sida. Parce que ce sont des militants et souvent des médecins, ils confèrent à cette action une forme qui la distingue tant de la lutte contre de précédents fléaux – le cancer, objet d’une étude antérieure de Patrice Pinell, et la tuberculose – que des mouvements revendicatifs traditionnels. Loin des figures philanthropiques, l’adhérent d’AIDES est ainsi un militant capable de convertir un drame personnel (c’est souvent le proche d’un malade) en cause collective ; mais, loin de l’activiste ordinaire, il est ici un « volontaire » que des stages de formation préparent à remplir des fonctions de service spécialisées. La « compétence d’expert » acquise ainsi assez vite par AIDES, crée – autre particularité de cette action – les conditions permettant à l’association d’être reconnue par les pouvoirs publics et de venir occuper une place normalement dévolue à l’administration.

4C’est ici que l’analyse proposée par le livre paraît particulièrement efficace et originale : en démontrant comment ces « réformateurs » – Daniel Defert, fondateur du mouvement, revendique un « malade réformateur » (p. 207) – construisent par leur action un secteur de l’appareil de l’État. Et ce par la transformation des modalités de l’action administrative, plutôt qu’en palliant, comme il pourrait sembler de prime abord, l’absence de celle-ci. Les auteurs soulignent en effet l’inadéquation des moyens d’intervention de la santé publique à une époque où, après la découverte des antibiotiques, la responsabilité individuelle a pris le pas sur l’obligation dans la lutte contre les maladies contagieuses. Aussi, dès lors que le dépistage obligatoire du VIH est écarté, la direction générale de la Santé se trouve marginalisée et le face-à-face entre pouvoir politique et mouvement associatif produit, à partir de 1989, une forme nouvelle d’intervention publique. La création d’une agence de financement et de rationalisation de l’activité des associations enclenche un processus de spécialisation et de professionnalisation de celles-ci. Au terme de cette « institutionnalisation », une nouvelle action étatique, réglementaire et normative, est née et, via le contrôle des réseaux locaux de prévention, l’intervention publique s’étend désormais au domaine des pratiques sexuelles.

  • 1 Pierre Favre (dir.), Sida et politique. Les premiers affrontements, 1981-1987, Paris, L’Harmattan, (...)

5Le second grand mérite du livre tient dans l’analyse du changement qui caractérise la dernière étape de l’histoire, quand l’avancée du savoir médical et le dépistage font surgir la population des séropositifs. Parce qu’ils prêtent toute leur attention aux « luttes de concurrence » qui structurent un espace social, les auteurs peuvent prendre la mesure des transformations qui affectent la configuration de celui-ci et l’action publique qui s’y définit. L’analyse de l’émergence d’ACT-UP et de ses effets est éclairante à cet égard. Par son mode d’intervention – que la sociologie des fondateurs explique ici encore de manière convaincante – ce nouveau venu rompt le consensus constitutif de ce qu’on pourrait appeler avec Pierre Favre le « champ ad hoc » de la lutte contre sida1, et semble donc se placer en dehors de celui-ci. En suivant le modèle américain, ACT-UP met en effet l’homosexualité sur le devant de la scène et, surtout, oppose à l’offre de services sur laquelle repose la légitimité du mouvement associatif dominé par AIDES, un combat ouvert, voire violent, contre le gouvernement et son représentant, l’Agence française de la lutte contre le sida qui, précisément, organise et finance les missions de service des associations. L’irruption de ce « révolutionnaire social » – formule que les protagonistes opposent à celle du « réformateur social » promu par AIDES (p. 217) – transforme en réalité la structure et les enjeux du champ. Ces derniers se politisent, conférant à ACT-UP la légitimité qui lui manquait initialement. Le cours de la politique publique n’en sera pas changé pour autant. Au contraire, en polarisant le combat politique, ACT-UP ne rend que plus aisé le processus en cours d’institutionnalisation des associations qui continuent de remplir les fonctions d’assistance et de prévention.

Notes

1 Pierre Favre (dir.), Sida et politique. Les premiers affrontements, 1981-1987, Paris, L’Harmattan, coll. « Dossiers sciences humaines et sociales », 1992, p. 28.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540