Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

5/ Extension du domaine sociologique, extension du domaine politique

Annie Collovald (dir.), avec Marie-Hélène Lechien, Sabine Rozier et Laurent Willemez, L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde

Emmanuel Pierru

Note de l’éditeur

Annie Collovald (dir.), avec Marie-Hélène Lechien, Sabine Rozier et Laurent Willemez
L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde
Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2002
présenté par Emmanuel Pierru

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Annie Collovald en collaboration avec Marie-Hélène Lechien, Sabine Rozier, et Laurent Willemez, est assurément une contribution importante pour tous ceux qui travaillent sur la sociologie du militantisme. En effet, le livre se pose d’emblée comme une entreprise de clarification – voire de renouvellement – des grilles d’analyse dans ce qu’on pourrait appeler une sociologie des engagements contemporains. Il présente une triple originalité.

2D’abord, l’objet d’enquête lui-même, qui jusqu’alors restait mal connu voire complètement inconnu : les organisations dites de « solidarité internationale » (OSI) qui veulent se démarquer des grandes organisations humanitaires orientées vers le traitement de l’urgence et, de ce fait, fortement médiatisées. Le terrain d’enquête est constitué d’une vingtaine de clubs de coopération et de développement (les CODEV) regroupés au sein d’EDF-GDF qui comptent chacun entre 40 et 200 adhérents.

3Ensuite, l’originalité de cette recherche tient au fait que les auteurs rompent avec nombre de recherches par trop axées sur le militantisme lui-même comme points de départ et d’arrivée de l’analyse : « on ne peut expliquer le militantisme [uniquement ou exclusivement] par le militantisme ». Un tel pari supposait nécessairement de transgresser les frontières disciplinaires et sous-disciplinaires. Les analyses proposées ici recourent, de façon particulièrement probante, à des traditions de recherche qui d’ordinaire conversent peu entre elles : outre la sociologie du militantisme à proprement parler, les auteurs mobilisent par sociologie du travail et de l’emploi, la sociologie des organisations, la sociologie des professions et des groupes professionnels, la sociologie politique ; leur souci étant précisément de tenir ensemble à la fois la construction de cette cause spécifique qu’est « la solidarité internationale » et les rapports que des agents, à un moment donné de leur trajectoire sociale et professionnelle, nouent avec cette cause.

4La structuration générale de l’ouvrage se décline en quatre moments analytiques distincts, qui correspondent aux quatre premiers chapitres : le premier propose une grille d’intelligibilité de l’humanitaire-expert, en faisant la sociogenèse de cette offre de biens de salut qui place l’expertise au principe de l’action militante. Dans quel contexte est apparu cet humanitaire particulier dont l’« expertise » constitue le centre ? Quels en sont les réquisits ? Quelles représentations des « autres à aider » véhicule-t-il ? Le travail d’anamnèse des « impensés » de la cause de l’humanitaire-expert apparaît ici crucial, dans la mesure où ces représentations du dévouement aux autres fonctionnent d’abord comme une forme de dénigrement social et politique d’une certaine conception de l’action syndicale et où elles appellent ainsi une (re)mise en conformité – même relative et partielle – des visions du monde des individus qui vont s’y retrouver. Le deuxième moment de l’analyse restitue ces manières expertes de se dévouer aux autres et les modalités pratiques par lesquelles s’élaborent les projets et les actions de solidarité internationale. La question principale qu’il pose est la suivante : que fait-on concrètement lorsque l’on adhère à un CODEV ? Le troisième moment revient sur les dispositions sociales et les habitus de ces « militants » engagés dans la coopération et le développement international. D’où viennent ces supposés « nouveaux » militants et quelles affinités sociales et politiques les unissent à cette cause de la solidarité internationale ? Enfin, le quatrième fil directeur restitue les points de vue des militants eux-mêmes, les manières diverses dont ils vivent leur engagement et, plus particulièrement, les justifications qu’ils avancent pour rendre raison (leurs raisons ?) de leur altruisme. Autrement dit, qu’est-ce qui fait courir ces militants ralliés sous la bannière de l’humanitaire – expert ? Qu’est-ce qui les pousse à s’intéresser aux « autres lointains » ?

  • 1 Sur ce point, on lira l’ouvrage de Louis Pinto, Le collectif et l’individuel. Considérations durkh (...)

5Enfin, troisième originalité, le livre se termine par un long et important chapitre consacré aux enjeux autant épistémologiques que sociologiques des recherches portant sur la place de la notion d’« individu », ses usages et mésusages dans la sociologie du militantisme. En ce sens, les analyses des auteurs anticipaient la vague – la mode ? – des recherches centrées sur « l’individualisme contemporain » et la société devenue « singulariste ». A nouvelle(s) cause(s), nouveaux militants, nouvelle sociologie : tel serait le parti pris de cette « sociologie des individus » qui tend actuellement à se poser comme le nec plus ultra de la sociologie contemporaine, « ringardisant » toutes les recherches encore attachées à la tradition d’analyse considérée comme trop durkheimienne ; même si cette sociologie focalisée sur l’individu et/ou le sujet peut légitimement laisser le chercheur sceptique quant à sa pertinence tout autant logique, qu’épistémologique et sociologique1. À rebours de cette « nouvelle » sociologie attachée aux singularités, l’ouvrage sur les organisations de solidarité internationale a le souci, à la lois, de restituer la trame historique de cette cause qui se comprend comme une offre de biens de salut spécifiques et de réencastrer dans le social les militants regroupés sous sa bannière, qui sont porteurs d’une vision du monde et animés par des « calculs moraux » non moins spécifiques.

La cause de la solidarité internationale ou la nouveauté en trompe-l’œil

  • 2 Cf. Jacques Ion, La fin des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « Enjeux de société », (...)

6L’analyse des auteurs montre de façon convaincante que cette « nouveauté » supposée de la cause de la solidarité internationale et de ses adhérents est très largement illusoire. Ils livrent ainsi une analyse serrée et critique des travaux de Jacques Ion sur la « fin des militants » à « l’ancienne » (comprendre : syndicale et partisane) et l’avènement d’un « militantisme post-it2 » à la fois distancié et performant. Or les analyses proposées dans ce livre montrent que cette « nouveauté » supposée du militant engagé dans la solidarité internationale ne résiste pas à l’examen sociologique. La « nouveauté » constitue surtout une ressource symbolique pour « prétendants » (p. 188), disqualifiant du même coup d’autres manières de militer et de « faire groupe ».

7En effet, les organisations de solidarité internationale se présentent, depuis une quinzaine d’années, comme un nouveau mode d’action « humanitaire ». Ainsi les CODEV et leurs adhérents fonctionnent comme des « petites entreprises humanitaires » insérées au sein de l’entreprise EDF et se posent par conséquent dans une double rupture affirmée et revendiqué par les adhérents :

  • en premier lieu, elles prétendent se démarquer des autres pratiques humanitaires à tonalité caritative ou sociale (notamment celles qui visent à répondre à l’« urgence » des situations). Le refus de l’assistanat, « la responsabilisation » des plus démunis ainsi que la valorisation des transferts de technologies constituent les déclinaisons principales des actions menées au nom de la solidarité internationale ;
  • en second lieu, ces pratiques prétendent rompre avec un militantisme « ancien », vu (et surtout reconstruit) comme dépassé car trop empreint d’idéologie, de « politique », de délégation et de remise de soi. Toutes ces « tares » dont sont affublées les grandes organisations bureaucratiques – donc inefficaces – que sont les syndicats et les partis politiques ainsi que les formes du militantisme « classique », axé sur la conflictualité sociale, sont décriées et stigmatisées comme une survivance archaïque de temps révolus. Par ce rabaissement de l’« ancien », cette philosophie des CODEV légitime la « cité par projets3 » et fait valoir toute la grandeur des actions de solidarité menées au sein d’EDF.

8À l’inverse, les actions menées sous l’égide de la solidarité internationale se veulent uniquement animées par un souci d’expertise qui repose sur l’élaboration de micro-projets précis et ajustés au plus près des « demandes » des plus pauvres. Ces micro-projets appellent la mise en œuvre de compétences professionnelles, de « métiers », et reposent sur le transfert de technologies en direction des pays du Tiers-Monde (comme par exemple l’installation de pompes hydrauliques dans un village africain). Ces actions revendiquent pour elles-mêmes une efficacité propre, tirée des préceptes de la gestion « managériale de l’entreprise responsable » selon les termes des auteurs.

9C’est donc dans cette double stratégie de démarcation symbolique que se construit la « nouvelle » légitimité des organisations de solidarité internationales en général et des CODEV d’EDF en particulier.

L’humanitaire du point de vue de l’expert. Une cause paradoxale

10Tout d’abord, il convient de souligner que cette cause qu’est la solidarité internationale s’inscrit dans l’histoire plus large de l’humanitaire, dont Annie Collovald rappelle qu’elle est engluée dans la recherche de (bons) « représentés » à défendre. Comme toute cause, celle de l’humanitaire définit son groupe de référence, dont elle doit tout à la fois produire, mettre en forme et entretenir l’(les) intérêt(s) dans son travail de mobilisation. Or, la caractéristique principale de [« humanitaire » est précisément son indétermination quant au(x) groupe(s) de référence : quels autres lointains s’agit-il de défendre et faut-il les associer à leur propre cause ? Et si oui, comment les intéresser aux actions en leur faveur ? L’humanitaire est ainsi confronté aux mêmes questions récurrentes, minées de contradictions.

11Le développementalisme apparaît, dans les années 1960-1970, comme une manière de mettre en forme les intérêts de l’« étranger » : indexé sur une perspective marxiste de lutte des classes, il valorise une mission émancipatrice qui associe l’étranger à sa propre libération (sur le schéma du prolétaire émancipé). Il s’inscrit donc dans la dénonciation de la domination sociale et politique des peuples opprimés, qu’il faut réhabiliter en dénonçant les injustices qu’ils subissent.

12Mais la donne change progressivement, et l’humanitaire est amené, au long des années 1980, à se redéfinir en évacuant peu à peu la problématique de la domination dans l’appréhension du sous-développement. Les actions de solidarité internationale, en tant que telles, sont le sous-produit spécifique des transformations qui affectent non seulement le « marché international de la vertu », mais aussi tous les « marchés nationaux du cœur ». D’un côté, le statut de l’étranger évolue : il est de moins en moins perçu comme un opprimé qu’il faut défendre jusque chez lui, mais de plus en plus comme un problème à traiter dans les sociétés d’accueil (c’est l’« immigré » à problèmes d’intégration). De l’autre côté, le mode de traitement des problèmes sociaux change lui aussi : à l’instar de l’immigration et de l’exclusion, ils sont dépolitisés et dorénavant envisagés sous un aspect exclusivement technique ou, ce qui revient au même, tendent à relever de l’« expertise » sectorielle. Les « autres lointains » sont du ressort de ceux qui s’instituent en experts ou en spécialistes de problèmes sectoriels. À chaque société ses problèmes sociaux ; à chaque problème social ses experts ; à chaque expert ses solutions techniques.

13Ainsi, l’action en faveur des plus déshérités est de plus en plus – voire exclusivement – appréhendée sous un aspect technique et/ou technologique affranchi de toute considération politique ou religieuse. L’humanitaire devient une « expertise du malheur des autres », à laquelle l’État est étroitement associé. Si le développementalisme voulait d’abord se poser en une critique de l’État et des injustices qu’il commettait à l’encontre des « autres lointains », l’humanitaire devient progressivement un référentiel bureaucratique suffisamment large pour rallier à lui, dans un œcuménisme apparent, des professionnels et des initiés de tous bords institutionnels (en particulier d’État), syndicaux et politiques. Le coup de force majeur de cette redéfinition de la question de l’« étranger » est précisément de le faire disparaître dans un champ de concurrence de plus en plus fermé. Technicisation, dépolitisation des injustices subies par les « autres », d’un côté, bureaucratisation et professionnalisation de la cause humanitaire, de l’autre côté, participent ainsi efficacement de la relégation toujours plus lointaine – voire de l’effacement – des « autres à aider ». La sollicitude, certes, mais à distance. La cause peut dès lors se passer de « représentés » pour fonctionner, puisqu’elle n’a désormais plus que des problèmes techniques à résoudre, auxquels prétendent s’appliquer les recettes managériales.

Les ressorts sociaux de l’acclimatation managériale dans l’humanitaire

14Dans cette tendance à la managérialisation croissante de la cause humanitaire interviennent de nombreux processus. Nous évoquerons ceux qui nous paraissent les plus importants.

15Il y a tout d’abord les transformations internes de l’entreprise EDF-GDF. Une fois réalisés les grands travaux d’équipement du territoire national (construction de barrages, électrification, etc.) animant « l’esprit EDF », l’orientation commerciale et gestionnaire prend le pas sur toute autre considération à partir des années 1980. Il s’agit moins d’entreprendre de grands chantiers que de satisfaire la clientèle. L’importation des préceptes managériaux au sein de l’entreprise (suivi individuel, évaluation, primes, etc.) n’en est que plus facilitée.

16Ensuite, les syndicats en son sein, notamment la CFDT et la CGT, vont jouer un rôle clé dans la mise en œuvre pratique de la rhétorique généralisée de la « modernisation managériale » des rapports sociaux et professionnels. Elle participe activement à la redéfinition de l’action syndicale comme activité de services autant que d’« expertisation » des problèmes du marché du travail, dans un souci affiché d’efficacité et de recherche du consensus.

17Cette conversion aux recettes managériales est encore facilitée, au sein des CODEV, par le fait que leurs membres sont, pour la plupart, passés par la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) ou l’Action ouvrière chrétienne (AOC). Au-delà des différences programmatiques et idéologiques entre syndicats, le « personnalisme ordinaire » des militants facilite l’importation de la rhétorique de la « personne » implicitement véhiculée par le management. Le passage par les instances catholiques d’encadrement du populaire favorise, en effet, une posture réflexive sur soi et un rapport personnel/personnalisé au monde social en général et professionnel en particulier. L’ethos véhiculé dans le christianisme social, les sociabilités et les fréquentations militantes que ces salariés réimportent dans le cadre de leur activité professionnelle constituent ainsi un puissant facteur de réceptivité aux recettes managériales (par le jeu des affinités électives). Le management au sein d’EDF-GDF et des CODEV trouve également un écho chez les plus jeunes salariés qui sont aussi les plus dotés d’un point de vue scolaire ; la socialisation scolaire prolongée ayant pour effet d’inculquer une représentation individualisée du monde social là encore en résonance avec le discours managérial. On peut ajouter encore, au titre des facteurs liés aux positions et aux trajectoires sociales des adhérents, toutes les ruptures biographiques, les souffrances sociales, qui trouvent dans ces clubs un refuge acceptable, ne serait-ce que parce qu’ils autorisent la libération « par la parole intime » et la « projection de soi » sans issues ailleurs. Ou bien encore l’adhésion peut être motivée, pour d’anciens expatriés, par la volonté de renouer avec l’enchantement de l’aventure de l’expatriation et leur crainte, une fois de retour au pays, de tomber dans la « consommation satisfaite ».

18On le voit, si les CODEV sont animés par des agents sociologiquement hétérogènes, il n’en reste pas moins qu’ils partagent une vision du monde sensiblement identique axée sur la « personne » et/ou le « client ». C’est ainsi que se trouvent du même coup délégitimées et disqualifiées les formes d’action concurrentes alternatives – collectives celles-là – de conflictualité au travail, décrites sous les traits peu (buteurs de l’« archaïsme » ou du corporatisme frileux, rétif à la modernisation. Avec une telle redéfinition des manières de faire du syndicalisme, ce sont non seulement les savoir-faire traditionnels du militantisme qui se trouvent dévalués mais aussi, corrélât nécessaire, les coûts d’accès à la parole syndicale et politique qui s’élèvent dans la mesure où ils supposent la possession préalable d’un capital d’expertise toujours plus important, dont on sait par ailleurs qu’il ne se distribue pas également dans l’espace social. Les CODEV peuvent être assimilés à de petites « entreprises du cœur » à l’intérieur de la grande entreprise EDF-GDF qui par ailleurs les finance.

L’intégration pratique des militants ou le travail permanent de ré-enchantement militant

19Derrière la logique homogène de coopération au développement, l’intégration pratique des militants – hétérogènes du point de vue de l’origine sociale, des trajectoires militantes et scolaires – dans le projet CODEV est rendue possible par la volonté de garder une dimension modeste à la structure. Cette taille réduite est, en effet, propice au maintien de relations personnalisées entre les adhérents, tous unis autour d’un leader charismatique qui les a personnellement recrutés en raison de leurs affinités électives avec l’objectif du club. Le but poursuivi par ce mode de recrutement et de fonctionnement est de « fonder le groupe sur un enchantement de l’échange, du dialogue et de la rencontre, et de favoriser la prise de conscience d’une "communauté de préoccupations" » (p. 61). Dans ces clubs à « taille humaine », se rejoue néanmoins la partition de la division du travail social et de ses dominations. Ces entreprises entendent pourtant subvenir les rôles sociaux et les hiérarchies professionnelles, refusant par exemple le jeu des oppositions entre le théorique/le pratique, l’intellectuel/le manuel. Ces dénégations discursives apparaissent toutefois largement inopérantes dans l’action et le souci de l’efficacité pratique. En effet, l’aboutissement du « micro-projet » dans des délais souvent courts suppose que chacun se spécialise dans ce qu’il sait le mieux faire. La division du travail social et les hiérarchies professionnelles sont ainsi réintroduites pratiquement derrière les dénégations affichées dans l’ordre du discours. Mais la proclamation de l’horizontalité et de la symétrie revendiquée des rapports entre les adhérents participe puissamment à l’enchantement collectif pour la cause et à l’unification des intérêts à y croire. Par exemple, le club offre un certain nombre de gratifications symboliques à ses membres, comme la possibilité de valoriser en son sein des savoir-faire souvent disqualifiés dans l’univers professionnel de l’entreprise (tels le jardinage ou le bricolage). Même si la logique hiérarchique de la spécialisation fonctionnelle finit par reprendre ses droits dans la pratique et l’action, chacun peut y trouver son compte et en sortir « grandi ».

20Outre ces mécanismes fonctionnels internes de gratifications et de rétributions des dévouements, le travail permanent d’enchantement et de ré-enchantement de la cause suppose aussi de se prémunir contre les désillusions que le « terrain » ne manque pas d’occasionner. L’incompréhension des populations, les « résistances » multiples rencontrées dans la mise en œuvre concrète du projet induisent toujours le risque de casser le cercle vertueux et enchanté de l’entre-soi militant. Le sentiment d’échec, la confrontation brutale des adhérents aux « distances sociales et culturelles » généralement considérables entre eux et les autres à aider – distances que le principe même de l’expertise nie pourtant – impliquent la mise en place de « pare-feu » symboliques : soit par l’occultation des véritables destinataires du projet et l’intermédiation d’individus sur place proches culturellement et socialement (« jeunes intellectuels ayant fait un séjour en France », par exemple) ; soit par le repli du groupe sur lui-même dans l’action de terrain et par la mise à distance (autant symbolique que spatiale) des populations qu’il s’agit d’aider.

21La gestion concrète des paradoxes de la cause (refus de prendre en considération les distances et les dominations sociales, culturelles et politiques) passe ainsi par des pratiques de contournement de ces tensions et de déréalisation, consciente ou pas, de l’autre à aider. Il n’en reste pas moins que la réussite du modèle de l’humanitaire-expert repose autant sur ces mécanismes collectifs d’enchantement et de défense contre les désillusions militantes que sur leur intériorisation durable par des individus aux histoires et aux trajectoires multiples.

22Si les auteurs montrent bien ce que la cause attend de ses adhérents et comment elle parvient à les faire tenir ensemble, il reste à déterminer ce qui a amené ces individus à se dévouer d’une telle manière, ce qu’ils font de la cause et comment la cause les transforme au fil du temps de leur engagement.

L’humanitaire-expert comme voie(s) de salut professionnel et militant ou les ruses militantes de la raison managériale

23La pratique de l’expertise humanitaire constitue, en effet, le produit plus ou moins stabilisé d’une rencontre entre une manière d’aider les autres, fondée sur l’expertise et la rhétorique managériale, et des individus socialement et professionnellement situés. Cette jonction suppose tout un travail d’ajustement des individus à la cause de l’humanitaire-expert. La mise en cohérence/concordance tant externe (entre individus) qu’interne (de soi à soi) des habitus est seule à même de rendre possible l’adhésion (au sens de croyance) au bien-fondé de l’action de la solidarité internationale.

24Le militantisme CODEV offre ainsi un débouché possible pour des salariés dont l’identité professionnelle est mise à mal (ou malmenée) par la « modernisation » interne à EDF. Au travers et au-delà du cas EDF, les auteurs mettent en lumière certains des effets sociaux et politiques des transformations qui ont affecté depuis vingt-cinq ans la relation salariale. La dé-collectivisation des relations professionnelles, la désyndicalisation, l’individualisation des rapports au travail et au groupe de travail, la montée de l’insécurité économique sont des phénomènes repérés ailleurs dans le reste du monde salarié. Les raisons de cette insatisfaction plus grande et de ce mal-être dans le travail chez un nombre important de salariés d’EDF sont précisément à rechercher dans l’effet des politiques de management appliquées à la gestion de la main-d’œuvre salariée. Par une sorte de ruse de la raison managériale, les CODEV sont, à EDF, des sortes de produits dérivés de la déstabilisation du monde salarié dans l’entreprise. Les clubs offrent, en effet, un support managérial(isé) à des habitus professionnels précarisés ou menacés par les politiques de management. Comme dans toute filière inversée, l’offre (le management et ses effets) crée au moins en partie sa propre demande (des biens de salut « sur mesure » comme les CODEV).

25L’expertise humanitaire constitue donc une forme de passerelle et une reconversion pour des salariés assurés de leur identité au et dans le travail. La commutation du professionnel en militant et inversement est ainsi rendue possible par l’homologie structurale entre ces deux espaces « managérialisés » au sein d’EDF-GDF. Dès lors, « l’expertise humanitaire, fondée sur la valorisation de savoir-faire techniques, propose une restauration du sentiment de dignité professionnelle » (p. 81). En outre, les plus jeunes peuvent tester dans les CODEV leur aptitude à se conformer aux préceptes managériaux, en éprouvant leurs capacités et leurs compétences, et entretenir ainsi des espoirs de promotion professionnelle interne à l’entreprise. Les cadres, par « leurs calculs moraux », voient dans les clubs CODEV une opportunité de préservation et de renouvellement de leur « excellence professionnelle » et, aussi, l’occasion d’échapper à l’ennui de la routinisation de leur travail. Pour les syndicalistes ou les membres préalablement engagés dans l’action syndicale, les CODEV peuvent constituer une réponse au sentiment d’inutilité face à un consumérisme syndical croissant (« le syndicalisme de services ») ; ils peuvent également fonctionner comme des lieux spécifiques de ré-enchantement et de réarmement moral des dévouements syndicaux, qui font contraste avec le monde démobilisé, démoralisé et démoralisant pour le militant (cf. le racisme) dans l’entreprise « modernisée ».

26Par-delà les régularités explicatives et les profils de militants CODEV qui traversent l’ensemble des chapitres, les auteurs restent « attentifs aux différences », i.e. à la multiplicité des rapports pratiques à l’action de solidarité internationale. L’examen minutieux des justifications de l’engagement restitue toute l’épaisseur et la diversité des manières dont les adhérents confèrent un (des) sens à leurs pratiques de solidarité. En distinguant un triple langage de l’adhésion – le langage de la compassion, le langage de la politique, le langage du management –, on retrouve dans les registres de justification des dévouements les mêmes déterminants que ceux à l’œuvre dans les adhésions ou les façons de militer : qu’il s’agisse des incertitudes identitaires liées à une insertion professionnelle précaire de salariés qui se rassurent biographiquement en invoquant une « nature » altruiste, de la méfiance ou de la désillusion vis-à-vis des collectifs militants/syndicaux traditionnels de celles et ceux qui, là aussi, se réarment politiquement sur le terrain de la solidarité internationale, ou bien encore des discours d’adhésion pure et simple (qui signifient, dans ce cas, une complète adhérence) des salariés d’encadrement aux préceptes managériaux et aux valeurs proclamées d’autonomie et de responsabilité, toutes ces justifications participent à leur manière à construire la légitimité d’une cause qui ne va pas de soi, puisque dans l’action de solidarité internationale, les « autres à aider » sont décontextualisés, mis à distance – voire occultés –, les dominations sociales, politiques et culturelles qu’ils subissent sont déniées comme telles, et les injustices finalement converties et sérialisées en une multitude de problèmes techniques, sectorisés et limités.

  • 4 Pour une revue critique de ces théories de l’individu moderne, lire Christian Le Bart, L’individua (...)

27Pour terminer, à la lecture de cette enquête et de son très riche matériau, on pourra regretter l’absence d’une objectivation statistique des « carrières militantes » au sein de « l’humanitaire-expert » qui aurait peut-être permis d’enrichir la typologie des dévouements proposée par les auteurs et de faire apparaître d’autres profils militants. Cela étant, Annie Collovald, Marie-Hélène Lechien, Sabine Rozier et Laurent Willemez montrent de façon exemplaire que la sociologie « standard » – de plus en plus dénigrée comme « passéiste » – attachée à la construction rigoureuse de l’objet de recherche, adossée à une méthodologie exigeante, garde tout son pouvoir heuristique. N’en déplaise aux contempteurs de l’individu (hyper)-moderne plongé dans une société devenue « liquide »4.

Notes

1 Sur ce point, on lira l’ouvrage de Louis Pinto, Le collectif et l’individuel. Considérations durkheimiennes, Paris, Raisons d’agir, 2009.

2 Cf. Jacques Ion, La fin des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « Enjeux de société », 1997.

3 Selon l’expression de Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1999.

4 Pour une revue critique de ces théories de l’individu moderne, lire Christian Le Bart, L’individualisation, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search