Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

5/ Extension du domaine sociologique, extension du domaine politique

Extension du domaine sociologique, extension du domaine politique

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 Émile Durkheim, Le suicide : étude de sociologie, Paris, Félix Alcan, 1897.
  • 2 Fondée sur un « questionnement biographique », elle illustre un usage sociologique des biographies (...)
  • 3 Dans la même perspective, sur la concurrence entre « métiers du psy », sociologues et pédagogues à (...)

1Enquête fondatrice de la discipline, Le suicide1 était un empiétement expérimental sur un domaine monopolisé par la médecine psychiatrique. C’est ce geste fondateur que réitère Muriel Darmon avec son enquête sur l’anorexie2, objet approprié par les psychologues et les médecins. Ce faisant, il ne s’agit pas seulement de relativiser le diagnostic médical en mettant en évidence son caractère « socialement construit », mais aussi de récuser le rôle marginal que lui réserve la conception médico-psychologique et de proposer une analyse proprement sociologique de la carrière anorexique conçue comme un cas particulier de l’espace social des « programmes de transformation de soi » (en concédant au savoir médical l’étude de l’impact somatique des pratiques d’amaigrissement)3. Sociologiquement, la figure anorexique apparaît comme une figure déviante induite par « l’hyper-conformisme », et l’analyse sociologique permet de mettre en évidence deux modalités opposées de conversion délibérée des dispositions : l’une où l’artisan de la conversion en est aussi l’objet (« travail de soi »), l’autre où c’est une « institution totale » qui entreprend la conversion concertée de ses patientes.

  • 4 Patrice Pinell (dir.), Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France 1981-1996, Paris, (...)
  • 5 Il faudrait étudier l’ensemble de ces reconversions militantes « post-soixante-huitardes » du « fro (...)

2Le rapprochement avec l’étude de la lutte contre le sida en France – « une épidémie politique » – dirigée par Patrice Pinell4, met en évidence une extension de la « mobilisation politique » dans le domaine par excellence de la médecine : la maladie. Mais, il ne s’agit pas ici d’opposer un « autre diagnostic » – la mobilisation dépend d’ailleurs étroitement de l’état du savoir médical –, mais de prendre en charge les conséquences sociales de la maladie (comme l’éventualité du retour de pratiques discriminatoires à l’égard des homosexuels). L’enquête met en évidence à la fois une modalité de la reconversion de militants post-soixante-huitards sur de « nouveaux fronts5 » qui, de façon générale, étendent le domaine de la lutte politique à ce qui relevait antérieurement de la « privacy », et la mobilisation d’une « expertise » (médicale, en l’occurrence) dans des fonctions de service spécialisées, progressivement spécialisées, professionnalisées et institutionnalisées.

  • 6 Annie Collovald (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme (...)

3L’ouvrage dirigé par Annie Collovald6 étudie une autre modalité de cette métamorphose des mobilisations « post-soixante-huitardes » qui font de « l’expertise » le fondement de l’action militante : « la solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde telle qu’elle se pratique dans le cadre des clubs de coopération et de développement (CODEV) d’EDF. Sur fond de critique du militantisme « à l’ancienne » (idéologique, politique, « vertical »), le militantisme étudié (technique, dépolitisé, « horizontal ») s’exerce en faveur d’un « autre lointain » indéterminé (qui oppose de multiples « résistances »), en professionnalisant et bureaucratisant la « cause humanitaire » pensée dans une perspective managériale (représentation individualisée du monde social apparentée au « personnalisme ordinaire » de militants chrétiens).

  • 7 On pense, par exemple, aux effets de l’intervention sociologique en matière d’« échec scolaire » (S (...)
  • 8 On pense, par exemple, à l’intérêt accordé à la variable « genre » qui procède manifestement de la (...)

4Le rapprochement entre extension du domaine sociologique et extension du domaine politique invite à s’interroger sur d’éventuels rapports de cause à effet : quels pourraient être, par exemple, les effets politiques d’une extension de l’investigation sociologique capable de déstabiliser le «pouvoir médical »7 ? À l’inverse, on peut s’interroger sur les effets sociologiques de l’extension du domaine politique8 ? Par ailleurs, le recours à « l’expertise » dans les « nouvelles mobilisations » (extension de la mobilisation à de « nouvelles causes » ou redéfinition de causes anciennes) n’a-t-il pas pour effet paradoxal leur « dépolitisation » ? On pourrait alors se demander ce que ce genre d’« expertise » doit à la sociologie et comment, vecteur de politisation, elle peut l’être aussi de dépolitisation...

Notes

1 Émile Durkheim, Le suicide : étude de sociologie, Paris, Félix Alcan, 1897.

2 Fondée sur un « questionnement biographique », elle illustre un usage sociologique des biographies inspiré de la sociologie interactionniste, mettant ici en évidence les quatre phases d’une « carrière d’anorexique » et un « style biographique » qui s’apparente à la « philosophie sartrienne de la liberté » au principe d’un engagement délibéré dans un « programme de transformation de soi ». Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Série Laboratoire des sciences sociales », 2003.

3 Dans la même perspective, sur la concurrence entre « métiers du psy », sociologues et pédagogues à propos de « l’échec scolaire », cf. Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention professionnelle, thèse de sociologie, EHESS, 2010.

4 Patrice Pinell (dir.), Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France 1981-1996, Paris, PUF, coll. « Science, histoire et société », 2002.

5 Il faudrait étudier l’ensemble de ces reconversions militantes « post-soixante-huitardes » du « front de la lutte des classes » vers de « nouveaux fronts » pour pouvoir en mettre en évidence ce qu’elles ont en commun. Sur ce sujet, cf. Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néolibéralisme : pour une histoire de la génération de Mai 68 », in CRISPA et CURAPP (dir.), L’identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

6 Annie Collovald (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2002.

7 On pense, par exemple, aux effets de l’intervention sociologique en matière d’« échec scolaire » (Stanislas Morel, L’échec scolaire en France [1960-2010]..., op. cit.).

8 On pense, par exemple, à l’intérêt accordé à la variable « genre » qui procède manifestement de la renaissance du « mouvement féministe » dans le cadre des « nouveaux fronts » post-soixante-huitards.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search