Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

3/ L’État en perspectives

Vincent Dubois, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère

Bertrand Dargelos

Note de l’éditeur

Vincent Dubois
La vie au guichet.
Relation administrative et traitement de la misère
Paris, Economica, coll. « Études politiques », 1999
présenté par Bertrand Dargelos

Texte intégral

La démarche générale de l’enquête

1Vincent Dubois a présenté trois hypothèses centrales dans son livre, divisé en trois parties. L’analyse des interactions à l’œuvre dans les deux caisses d’allocations familiales (CAF) permet d’abord d’objectiver le processus de construction sociale de « l’identité et des rôles sociaux » (p. 3) que produit l’institution ; deuxième fil rouge, le déroulement des interactions et la teneur de l’échange se structurent en vertu de « la régulation des tensions et de la production du consentement » (p. 4) indispensable au maintien d’un ordre social et institutionnel minimal et nécessaire au fonctionnement « normal » du travail administratif ; enfin, la dernière perspective de l’auteur porte sur « les usages de l’institution, ses fonctions et leurs transformations conjointes » (p. 5).

2Le terrain de l’enquête a été conduit au sein de deux caisses d’allocations familiales dans le courant de l’année 1995, durant six mois, du printemps à l’été ; chacune des deux caisses se situe dans un département « composé [...] d’une ville-centre (57 000 et 45 000 habitants environ), de zones urbanisées à forte proportion de population immigrée et de zones rurales » (p. 21). La principale technique utilisée dans la collecte du matériel fut l’observation directe de scènes et d’interactions quotidiennes de face-à-face au guichet. Vincent Dubois était placé à côté de l’agent d’accueil. Au total, environ 900 interactions de ce type ont été observées, d’une durée oscillant de quelques minutes à plus d’une heure. Par ailleurs, ce matériel fut complété par la conduite de 120 entretiens directifs avec des allocataires dans la salle d’attente de chaque CAF.

3La grille de lecture ethnographique élaborée par l’auteur comportait également trois séries d’éléments principaux : tout d’abord pouvoir observer, dans la relation qui se constitue entre un agent d’accueil et un allocataire, « la tonalité générale de l’échange et son évolution (courtoisie, agressivité, alternance des registres “personnel” et strictement administratif, etc.) » (p. 23) ; identifier, ensuite, le rapport des allocataires à l’institution au travers d’une observation fine de leurs pratiques, pour tenter notamment de connaître le degré d’intériorisation des règles administratives, la manière d’engager la relation, les demandes de justification, la détresse personnelle mais aussi la remise en cause éventuelle de l’institution ; enfin s’attacher à expliquer et à rendre compte des pratiques professionnelles des guichetiers. Il s’agit plus particulièrement d’analyser les façons de faire de la réception d’un allocataire et les différents modes de gestion mobilisés dans les « situations délicates » : traitement distancié pour une meilleure maîtrise de l’échange mais aussi compassion, alternance de plusieurs registres, jugements de valeur, irritations, émotions, etc.

4Après avoir déjoué la fiction d’une relation administrative formalisée et explicité les formes de domination qu’impose, parfois brutalement, l’institution sur ses « ayants droit », l’auteur reprend un postulat désormais classique de la sociologie des institutions à savoir que celles-ci n’existent pas en soi, qu’il n’y a pas de loi d’airain de l’institution mais quelles sont, au contraire, le produit des multiples pratiques des différents acteurs qui, au fur et à mesure de l’histoire de l’institution, contribuent à son changement et à sa (re)définition.

5Lieu en apparence « neutre » pour qui ne s’y est pas intéressé de près, la CAF ressemblerait, pour filer la métaphore, à une scène de théâtre où tout semble se dérouler de manière routinisée, selon un scénario convenu à l’avance que chaque acteur s’efforcerait de respecter. Les rôles des différents « personnages » symbolisés par les allocataires et les guichetiers seraient ainsi stabilisés et cristallisés une fois pour toutes. Or il n’en est rien. Loin d’être accepté de façon définitive, le script de la pièce est continûment (re)négocié et (ré)inventé. En effet, l’auteur pose d’emblée que les prescriptions institutionnelles et juridiques dévolues à une institution, en l’espèce les caisses d’allocations familiales, n’ont parfois que de lointaines parentés avec les pratiques des agents qui investissent l’institution en l’« habitant » : « aucune institution, aussi contraignante soit-elle, ne peut obliger à ce que les usages institutionnellement prescrits soient effectivement réalisés, ni empêcher que des usages non prévus se déploient » (p. 5). C’est donc une analyse aux antipodes de la vision la plus mécanique de la « rencontre bureaucratique » (p. 3) qui est proposée par l’auteur.

Le mythe de la « rencontre bureaucratique » et la production de l’identité

6La première partie de l’ouvrage est intitulée « Les conditions sociales de la relation administrative ». Originairement instituées afin de « dynamiser » la politique nataliste, les CAF se sont progressivement muées, compte tenu des diverses récessions économiques, de la montée du chômage et de la précarité qui en est le corollaire, en institutions sociales chargées du traitement d’une population « de plus en plus nombreuse, de plus en plus diversifiée et de plus en plus pauvre » (p. 33). Pour certaines personnes, les subsides accordés par l’institution s’avèrent être l’unique source de revenus et permettent temporairement d’échapper à l’indigence et au dénuement le plus total. Si la majeure partie des « visiteurs » de l’institution appartient aux couches sociales précaires, l’auteur précise que celle-ci est loin de former une catégorie homogène (p. 36). Ainsi quoi de plus différent dans le type de relation et de traitement qu’elle suppose qu’une interaction au guichet entre une jeune femme, épouse de cadre supérieur venue « se renseigner » pour une garde d’enfants à domicile, et un travailleur immigré essayant de remplir correctement des documents pour recevoir une aide au logement dans un foyer Sonacotra. Les transformations sont également d’ordre quantitatif : l’institution doit faire face à un nombre toujours plus important de personnes en situation précarisée. Outre ces changements structurels indiqués par l’auteur, l’analyse expose les conditions de production qui sont au principe de l’interaction de face-à-face entre le demandeur et le guichetier. Car à l’opposé d’autres administrations, la CAF est une institution distributrice, aspect essentiel pour comprendre ce qui se joue réellement dans les interactions de face-à-face. Vincent Dubois montre comment les « visiteurs », étant d’entrée de jeu en position de demandeurs, doivent intérioriser les règles de la codification administrative afin de servir l’institution et être en retour, si l’on peut dire, servis par elle. Il s’agit d’être conforme, c’est-à-dire, plus fondamentalement, de laisser l’institution intervenir dans la construction de sa propre identité sociale. Les individus les plus dépendants envers l’institution fréquentent ainsi quasi quotidiennement cette dernière et tentent de comprendre pourquoi tel ou tel changement est intervenu dans leur situation. La déférence, l’humilité, la soumission sont des « attitudes » que les allocataires doivent mobiliser pour escompter un traitement administratif de leur dossier le plus efficace possible. La logique administrative ressaisit les individus en leur imposant une identité sociale forgée par l’institution, c’est-à-dire conforme à ses usages propres.

7Pourtant, l’auteur ne manque pas de rappeler que ce mimétisme à l’égard de la figure du « bon » allocataire est impératif et qu’il occasionne souvent des « jeux de domination » (p. 58) à peine euphémisés entre l’agent du guichet et l’allocataire. Notamment quand ce dernier stigmatise des individus considérés comme « déviants ». Il existe d’autre part des « mécanismes socialement différenciés d’intériorisation des identités administratives » (p. 31). En effet, la relation singulière qui s’établit entre le demandeur et l’agent d’accueil est conditionnée en partie par l’expérience pratique antérieurement accumulée par l’allocataire et par la structure et le volume de capital (économique, culturel, linguistique) dont il dispose (p. 36). En s’appuyant sur la notion de « carrière morale » élaborée par Erving Goffman, l’auteur montre que la trajectoire institutionnelle de l’individu, son degré de fréquentation, ses compétences pratiques liées à sa socialisation par et dans l’institution, ses changements successifs de situation, engendrent des perceptions et un rapport plus ou moins enchanté ou à l’inverse plus ou moins distancié selon que l’individu ait pu ou non améliorer sa situation : « c’est, semble-t-il, le sens de la mobilité sociale qui affecte l’attitude à l’égard de l’institution » (p. 39).

Gérer le public

8Le souci toujours présent chez l’auteur de ne pas tomber dans le double piège du « toujours ainsi » et du « jamais vu », tout en prenant garde de ne pas faire de l’interaction de face-à-face une relation sociale « sans histoire » (au double sens du terme), l’a conduit à s’intéresser aux formes de gestion et aux tactiques mobilisées par l’institution dans le but de maintenir, de la manière la plus rationnelle qui soit, un ordre institutionnel et social le plus propice au bon fonctionnement et à la routinisation du travail de l’administration.

9La relation administrative qui s’effectue au guichet est en fait le point d’arrivée d’un parcours fléché dans l’enceinte de l’institution. Le flux presque continu de personnes qui se rendent à la CAF pour en solliciter les « services », dont le nombre n’a cessé d’augmenter ces dernières années, a produit des dispositifs d’encadrement spécifiques. La caisse s’est transformée en pôle de traitement de la misère sociale, de par l’hétérogénéité des usagers, les différents degrés de dépendance à l’institution, les tensions parfois directement explicites entre « Français de souche » et « immigrés », le ressentiment à l’égard de l’administration sur l’inégalité de traitement qu’elle suppose, les préjugés négatifs véhiculés et réactualisés, parce qu’ils sont « fonctionnaires », à l’encontre des personnels de l’institution, etc. : tous ces éléments font de la gestion de la structure spatiale de la CAF un enjeu majeur permettant, à tout le moins, d’aborder le face-à-face dans des conditions optimales.

10Rien ne semble en effet apparemment plus anodin que de prendre un ticket et d’aller s’asseoir en attendant que le tableau lumineux indique le numéro correspondant à votre ordre de passage. Pourtant, ce simple geste constitue en soi un marquage spécifique que l’institution impose à l’allocataire. Sérialiser le public de la salle d’attente est une des conditions indispensables à remplir en vue d’une « bonne » interaction. De plus, cette attente doit se faire le plus possible en silence, attitude proche en cela des règles de savoir-vivre. C’est l’institution qui rend service et non l’inverse. Ainsi, les vociférations, énervements et autres comportements agressifs qui émanent de la salle d’attente sont immédiatement réprimandés et peuvent même faire l’objet de sanctions quand un individu qui a repoussé les limites de l’acceptable se fait éconduire hors de l’enceinte de la CAF. Un autre des dispositifs de contrôle de l’espace mis en place par l’institution, qui est donné en exemple dans le livre, consiste à « désamorcer » les demandes d’un allocataire par trop récalcitrant, et à l’empêcher de rallier d’autres personnes à ses protestations en l’invitant à rencontrer un responsable, c’est-à-dire un supérieur de l’agent d’accueil. On fait alors de nouveau patienter la personne, mais cette fois seule, coupée du groupe, et dans un endroit qui lui est peu familier. Cette tactique du « palier de décompression » (p. 50) qui écarte les risques d’un conflit ouvert avec l’administration permet en quelque sorte à l’institution et au guichetier de « garder le dessus » sur certaines personnes parfois exaspérées pour des motifs quelles estiment légitimes. Le contrôle efficace de la salle d’attente, sa pacification, conditionne ainsi « la réussite » de l’interaction au guichet ; dans le cas contraire, une perte d’autorité dans la gestion du public pourrait se ressentir au moment du passage au guichet et viendrait en menacer le cadre interactionnel (p. 50). La production sociale de l’environnement immédiat du guichet en lieu « neutre » est ainsi une manière de neutraliser les effets de la variété des demandes et des conditions d’exercice qui en sont au fondement.

Qu’est ce qu’un guichetier ?

11« Les deux corps du guichetier » constitue la deuxième partie de l’ouvrage. Il s’est agi ici pour Vincent Dubois de revenir sur la fiction d’une confrontation anonymisée et bureaucratisée, c’est-à-dire parfaitement codifiée, qui surviendrait lors de la rencontre de l’allocataire et de l’agent d’accueil. Mieux, il montre que les pratiques des agents de l’institution s’agencent selon des logiques qui n’ont parfois que de lointaines parentés avec le rôle dévolu par l’administration et sa définition officielle. L’agent d’accueil doit souvent faire face à des situations nouvelles et gérer des affaires délicates ; autrement dit, il doit aussi composer son rôle en parallèle de ses fonctions administratives les plus codifiées, il s’investit au sens de prendre parti. Ce qui éloigne à bien des égards le guichetier de la figure du bureaucrate impersonnel ; « Ce flou permet une certaine latitude des agents d’accueil dans la définition de leur rôle, où interviennent très directement leurs dispositions personnelles les plus diverses (expériences, âge, préceptes moraux, etc.). Loin de l’idéal-type wébérien du bureaucrate exerçant son activité “sine ira et studio”, sans haine et sans passion, de là sans “amour” et sans “enthousiasme”, les agents d’accueil témoignent souvent d’un fort engagement personnel dans leur travail, au point que la personne prenne parfois le pas sur la fonction. » (p. 3)

12La métaphore du « double corps » de Kantorowicz qui est employée à propos des guichetiers illustre bien ce que l’auteur a voulu montrer. De par la position qu’il occupe, le guichetier est tout à la fois dans l’institution et hors de l’institution. Il représente l’État par sa fonction et par ses actes, il agit donc en son nom ; mais il est en même temps directement confronté aux usagers de l’institution dans le cadre de la relation au guichet où se télescopent, en quelque sorte, ses dispositions d’agent administratif, déterminées par ses compétences spécifiques, avec ses dispositions d’agent social au sens large. C’est en cela que le guichetier a deux corps ; il est l’institution faite homme mais il a également une histoire propre, singulière, qui se construit aussi dans les interactions avec les « usagers », de sorte que « le guichetier navigue entre des pôles opposés » (p. 82).

  • 1 Cf. Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000, (...)

13Ainsi, la contraction qui résulte de la position ambiguë du guichetier est au principe d’un double jeu caractéristique de ces agents pour qui les pratiques oscillent entre l’exécution pure et simple du règlement et les marges de manœuvre sous-tendues par les dispositions et « où c’est [en fait] l’habitus qui vient combler les vides de la règle1 ». Dominés dans la hiérarchie de l’institution, chargés de régler des problèmes divers et souvent délicats, en prise directe avec la souffrance et la détresse sociale des individus, les guichetiers tentent dès lors d’adapter leur rôle dans un sens plus « positif » afin d’atténuer la tension entre « conformisme intellectuel et engagement personnel » (p. 92). Indicateur éclairant de la faible objectivation des fonctions et du rôle de guichetier au sein de l’institution : ce statut ne figure pas dans le répertoire des métiers de la Caisse nationale d’allocations familiales (p. 86). D’ailleurs, les individus qui choisissent le poste le font la plupart du temps par défaut, pour quitter et s’éloigner des conditions pénibles et trop répétitives du travail de bureau (stress, relations difficiles entre collègues, surveillance par le personnel d’encadrement).

14Ce relatif isolement de l’agent d’accueil et les logiques bureaucratiques pesantes auxquelles il doit faire face (relations avec la hiérarchie, procédures administratives incompréhensibles, apparition de la statistique pour un meilleur « rendement » du guichet, etc.) le conduisent parfois à mettre entre parenthèses les normes institutionnelles dont il a délégation et à les substituer par ses propres dispositions, produit de son expérience personnelle, afin d’être mieux à même de faire son travail en ajustant le contenu de son poste. En ce sens, « les guichetiers sont conduits à exercer une sociologie spontanée et des jugements – quant à la moralité d’un individu, la normalité d’un cas, etc. – qui consistent en l’activation de schèmes intériorisés au cours de leur expérience personnelle bien plus qu’en l’application de standards institutionnels » (p. 101-102).

Les usages croisés de l’institution

  • 2 Cf. Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, c (...)

15« L’ordre institutionnel en question » constitue la troisième partie de l’ouvrage. En développant et en déroulant ce dernier fil, Vincent Dubois n’omet pas de centrer son analyse sur les appropriations spécifiques et les réalisations concrètes qui sont faites de l’institution par les agents sociaux. D’entrée de jeu, l’auteur énonce le postulat évoqué au début de cette présentation, à savoir qu’une institution, même la plus « totale2 », et quelle que soit sa raison sociale, est loin de représenter un monde statique. Toujours susceptible d’être détournée de ses objectifs initiaux, elle ne connaît pas d’« efficacité absolue dans l’application des règles qui la fondent et l’inculcation des règles qu’elle prescrit » (p. 147). En d’autres termes, si les allocataires doivent se comporter conformément aux attentes et aux règles de codification et d’identification bureaucratique élémentaires prescrites par l’institution et si les guichetiers doivent, parce qu’ils n’ont pas le choix étant donné leur position institutionnelle, « faire avec » le principe janusien qui caractérise leur double rôle, il convient tout de même d’ajouter que ces deux catégories d’agents sociaux s’accordent, dans et par la pratique, des usages différenciés de l’institution, c’est-à-dire des marges de manœuvre capables, si besoin était, de gérer les « incohérences institutionnelles » (p. 147) du système.

16Il résulte ainsi de ces usages spécifiques tout un ensemble d’« adaptations secondaires » et de « tactiques d’accommodement » (p. 148) de la part des agents, propices à redéfinir son rôle à l’intérieur de l’institution et à transformer la vision que l’on a de celle-ci. Il s’agit par exemple pour les guichetiers d’arbitrer en faveur de l’allocataire qui est selon toute vraisemblance l’objet d’une injustice de la part de la CAF. Dans les cas avérés d’erreurs administratives, l’agent d’accueil développe, alors qu’il est en quelque sorte en position de délégitimation institutionnelle vis-à-vis de l’allocataire, un rôle d’interface entre le public et la hiérarchie, « qui conduit à des échanges réparateurs » (p. 152). Ce type d’interaction dans lequel le guichetier est en situation de porte-à-faux pourrait, selon l’auteur, changer la relation d’asymétrie entre « le demandeur profane et [le] prestataire compétent » (p. 154).

17Les incohérences du système relatées dans le livre renvoient toujours le guichetier en position d’entre-deux : il peut décider ou non de prendre le parti d’un allocataire désabusé. Seulement, l’empathie et la compréhension à l’égard des injustices produites par l’institution, comme le fait de « fermer les yeux » à certaines occasions, sont constituées de manière différentielle selon les guichetiers. Certains dérogent aux règles, d’autres pas. La compassion est une disposition socialement constituée. C’est pourquoi les formes d’accommodement et les tactiques d’arbitrages dont font preuve les guichetiers ouvrent « aussi la voie à l’arbitraire » (p. 161). Car rien n’empêche le guichetier de faire un usage cynique des passe-droits qu’il autorise. Aller dans le sens du visiteur, comme critiquer avec lui l’institution, c’est une façon d’empêcher d’éventuels ralliements à la contestation préjudiciables au cadre de l’interaction. On peut se demander si le fait de souscrire au grief du demandeur n’est pas pour l’agent d’accueil une manière de neutraliser le reproche, de le rendre inopérant parce que finalement conforme, provisoirement, à la vision de l’institution.

  • 3 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et la populaire. Misérabilisme et populisme en so (...)
  • 4 Cf. Anselm Strauss, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, (...)

18Il existe également du côté des allocataires des pratiques qui tendent à atténuer les effets les plus directs de l’ordre institutionnel. L’auteur fait ainsi remarquer, en reprenant une expression de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, qu’il existe des situations favorables à « l’oubli de la domination3 » où « l’intériorisation de l’ordre institutionnel par les allocataires n’en reste pas moins toujours partielle » (p. 165.) De ce point de vue, le mimétisme envers la figure du « bon » allocataire pourrait n’être que consenti, c’est-à-dire adapté au moment de l’interaction. La docilité exagérée dont font preuve certains allocataires au guichet serait tactique. Le mutisme dans lequel s’enferment parfois des individus permettrait de sauver la face vis-à-vis de l’administration et de préserver une forme d’intimité. La personnalisation de l’échange, les actes de violence dont sont parfois l’objet les agents d’accueil, le silence qui permet « de ne pas se livrer » (p. 170), etc., tous ces accommodements et incidents remettent partiellement en cause l’« ordre négocié4 » de l’institution.

  • 5 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)

19La fragilisation de la relation administrative dont parle l’auteur, qui remet en question le fonctionnement « normal » de l’institution, tient autant aux « erreurs » de celle-ci qu’aux transformations secondaires du public, d’ordre quantitatif et qualitatif. Ces changements ajoutés au décalage toujours plus important entre ceux à qui s’adressait l’institution à l’origine et son public actuel ont également transformé l’ordre institutionnel de la CAF. Vincent Dubois propose à ce titre un constat fort lucide du rôle désormais dévolu à ce type d’institution en raison de la précarisation d’une frange importante des catégories les plus modestes. Outre le soutien pécuniaire qu’elle procure, c’est également un lieu, parfois le seul pour certaines personnes, de socialisation avec les institutions à caractère social. Le modèle assistanciel développé par l’institution permet ainsi de « garder le contact » pour le maintien d’une identité sociale, même quand celle-ci est administrativement construite : « pour cette fraction croissante de la population exposée à la “désaffiliation”5 [...] le guichet d’une caisse d’allocations familiales constitue une sorte de substitut fonctionnel à ces échanges qui font la vie sociale » (p. 190).

En guise de conclusion

20Tout dans la réalité que Vincent Dubois décrit de la vie au guichet éloigne de la vision la plus commune, mais qui relève aussi de certaines analyses et des discours enchantés de l’institution elle-même, selon laquelle le traitement du dossier de l’allocataire se ferait dans le moment de la « rencontre bureaucratique », moment parfaitement formalisé, à sens unique, où l’institution procéderait, unilatéralement, avec des critères d’évaluation et d’appréciation qui seraient les mêmes pour tous et appliqués de manière uniforme.

21La diversité sociale et culturelle du public – on devrait même dire des publics –, la complexité des cas individuels, les interactions au guichet irréductibles à l’application pure et simple de règlements administratifs, les jugements de valeur échangés parfois au cours d’altercations, etc., tous ces éléments concourent plutôt à renvoyer la fiction de la « relation bureaucratique » comme un cas particulier d’une réalité qui prend bien plus la forme, dans l’interaction au guichet, d’une « relation personnalisée » (p. 48). C’est-à-dire une relation dont le fondement explicatif résulte des dispositions, des trajectoires, du parcours institutionnel, de l’expérience pratique et en fin de compte du sens du jeu que chacun des agents va mobiliser et réinvestir au moment de l’interaction de face-à-face.

22Ce livre passionnant, qui présente un matériel empirique fouillé et varié, est également habilement construit d’un point de vue théorique. Rompant en cela avec les études interactionnistes les plus radicales, notamment avec certains travaux de micro-sociologie d’inspiration goffmanienne qui cherchent la vérité de l’interaction de face-à-face dans l’interaction elle-même en l’autonomisant des structures sociales à partir desquelles elle prend sens et en réduisant les relations sociales à « l’agrégation d’effets interactionnels » (p. 13), l’auteur rappelle que le sociologue doit réinvestir ses observations fines et détaillées des relations administration-administrés dans le but de mieux saisir un trait structural du traitement bureaucratique des individus (p. 15). Cette vigilance méthodologique et épistémologique fait du livre autre chose qu’une simple monographie décrivant les actions des individus à l’intérieur d’une institution. Il traite finalement du rapport que les agents sociaux entretiennent avec une institution d’État et, partant, des formes de violence mais aussi de résistances symboliques à la domination qui en découlent. En attendant un travail de genèse historique sur l’invention du guichet des administrations qu’appelle de ses vœux l’auteur, La vie au guichet est un livre à lire et à faire lire pour tous ceux qui souhaitent un éclairage nouveau sur le fonctionnement in vivo d’une institution, de sa perméabilité aux règles les plus strictes aux stratégies permettant de se démarquer des rôles les plus standardisés prescrits par l’institution.

Notes

1 Cf. Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000, p. 160.

2 Cf. Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, coll. « Le sens commun », Paris, Minuit, 1968.

3 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et la populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard-Seuil, coll. « Hautes études », 1989.

4 Cf. Anselm Strauss, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1992.

5 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, coll. « L’Espace politique » 1995.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search