Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

3/ L’État en perspectives

L’État en perspectives

Louis Pinto

Texte intégral

1Instance ultime de légitimité, l’État a toutes les apparences impressionnantes du fondement infondé, contribuant ainsi à faire oublier ce qu’il doit aux opérations sociales qui le constituent et qu’il inspire. C’est pourquoi le sociologue qui entend penser l’État doit d’abord mettre au jour cette pensée d’État qui structure nos esprits, cette pensée sur l’État produite par l’État. Pour rompre avec cette pensée, il n’y a pas une voie royale à emprunter une fois pour toutes mais plutôt une ligne patiente à maintenir face à une multiplicité d’objets qui appelle une multiplicité d’approches.

2La production de coupures légitimes est l’une des prérogatives majeures de l’État, comme le montre le droit de la nationalité qui fixe et justifie la délimitation formelle des nationaux et des étrangers. La nationalité fournit les conditions élémentaires de l’existence sociale légitime et du coup rejette les non-détenteurs dans l’ordre révocable de l’accueil et de la présence tolérée.

3En saisissant l’État « au guichet » dans le déroulement des activités ordinaires de traitement de dossiers et d’accueil du public des « usagers » et des « ayants droit », on s’écarte de la mythologie aristocratique ou de l’imagerie conservatrice du « monstre froid » qui empêchaient d’apercevoir à quelles conditions (ajustements, réinterprétations, compromis) il peut réellement fonctionner. L’employé subalterne révèle l'État non pas simplement « vu d’en bas » mais perçu dans une de ses modalités d’existence, aussi nécessaire que les autres. Pour ne pas tomber dans l’insignifiance ethnographique, l’approche microsociologique des relations bureaucratiques et des schèmes pratiques d’action bureaucratique appelle à être étayée, d’un côté, par une sociologie des fonctionnaires, grands et petits, et, d’un autre côté, par une sociologie des rapports de force entre groupes sociaux.

4L’un des paradoxes de la pensée d’État est souvent d’être à la fois efficiente et invisible : ainsi, le discours familialiste, entièrement construit contre les prétentions de l’État, peut entretenir l’illusion d’une autosuffisance de la famille, laquelle, comme l’avait souligné Durkheim, tient précisément de l’État sa légitimité et un certain nombre d’attributs et de prérogatives. En procurant la force de l’institution au mariage, à la transmission des biens, au statut des enfants, l’État rend possible paradoxalement la naturalisation et la dissimulation de ce qu’il fait exister.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search