Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

2/ Identités nationales

Christophe Charle, La crise des sociétés impériales. Allemagne, France, Grande Bretagne (1900-1940), essai d’histoire sociale comparée

Maria Malatesta

Note de l’éditeur

Christophe Charle
La crise des sociétés impériales
Allemagne, France, Grande Bretagne (1900-1940), essai d’histoire sociale comparée
Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2001
présenté par Maria Malatesta

Texte intégral

L’histoire sociale

1Le premier mérite de cet ouvrage est de démontrer par l’exemple que l’histoire sociale contemporaine n’est nullement en crise. Christophe Charle souligne aussi combien l’histoire sociale récente a été menacée par la « tyrannie du politique », voire par la prétention de l’histoire politique à mieux répondre aux questions décisives que l’histoire sociale. En témoigne selon lui la distinction, en voie d’institutionnalisation, entre l’histoire du temps présent et l’histoire contemporaine ou entre l’histoire du premier et celle du second xxe siècle. Il note que « le nouveau découpage reste fondé sur une conception de l’histoire des plus classiques, qui utilise des dates symboliques liées aux échéances guerrières et symboliques » (p. 9). On pourrait aller plus loin que l’auteur en disant que la « tyrannie du politique » est aussi la reprise d’une histoire traditionnelle à fort soubassement idéologique. En effet, ces dernières années, en Allemagne, en Italie et en France, les lectures « révisionnistes » ont dominé la réinterprétation de l’histoire contemporaine et ont été fortement appuyées par l’intrusion des médias dans le débat scientifique. Ces passions et le cynisme instrumental des polémiques ont contribué à attirer de jeunes chercheurs en mal de notoriété, ce que l’histoire sociale plus distanciée et moins facile d’accès au public ne pouvait offrir. La tyrannie du politique a été épaulée aussi par le tournant vers le subjectivisme et l’accent mis sur l’histoire culturelle et des représentations soutenue par la dérive déconstructiviste de certains historiens américains.

2La crise des sociétés impériales se veut aussi une réponse forte et courageuse à l’émiettement des recherches et au refus de construire des modèles nécessaires pour toute synthèse compréhensive. Ainsi s’explique le recours à l’histoire comparée par l’auteur.

L’histoire sociale comparée : buts et méthodes

3L’histoire sociale comparée a été pratiquée principalement par les historiens et les sociologues américains et, à partir des années 1980, par des groupes de chercheurs européens, principalement allemands. Christophe Charle a participé à cette émergence d’une histoire sociale européenne comparée. Il assigne deux buts à cette tentative. Il veut tout d’abord donner à l’historien du xxe siècle une posture scientifique qu’il perd dès lors qu’il est pris dans les discussions autour du totalitarisme ou des comparaisons entre fascisme, nazisme et communisme : « débats interminables et indécidables hors des préférences politiques de chacun » (p. 11). Pour lui, l’histoire sociale est la seule approche qui donne un regard détaché pour utiliser les résultats des sciences sociales contemporaines dans une perspective historique. Échapper aux pièges des débats politiques et historiciser les sciences sociales sont les deux principes fondamentaux pour sortir de cette aporie.

4Le second but qu’il assigne à la méthode comparée est d’échapper à un autre piège de l’histoire contemporaine, la « tyrannie du national » pour employer sous une forme détournée l’expression de Gérard Noiriel. Par là, Christophe Charle désigne les catégories culturelles et les déformations historiques qu’on assimile avec sa langue et sa formation et qui influencent plus ou moins consciemment chaque historien limité à une perspective nationale. La comparaison permet de sortir « de la seule logique intellectuelle particulière à sa nationalité et de la culture spécifique qui l’informe » (p. 12). Ainsi conçue, la comparaison devient un « outil d’auto-analyse de ses propres préjugés » (p. 12), une façon de relativiser l’exceptionnel, l’unique (toujours lié au principe de l’histoire nationale) ; de découvrir dans son histoire nationale des perspectives nouvelles en l’étudiant à travers les problématiques propres aux autres histoires nationales et vice versa.

5L’histoire sociale comparée est ainsi un outil de lutte contre les préjugés, personnels ou nationaux, pour reposer la question, toujours débattue, de l’objectivité dans les sciences sociales que Christophe Charle aborde pratiquement mais sans la théoriser. Il préfère, en effet, un modèle de comparaison souple et ouvert mariant diachronie et synchronie, analyse structurelle et conjoncturelle pour étudier les éléments centraux de la comparaison, les groupes sociaux qui constituent les trois sociétés impériales.

Les sociétés impériales

6Par cette expression, Christophe Charle désigne la France, l’Allemagne et l’Angleterre qui représentaient une nouvelle forme d’impérialisme différent de celui des vieux empires, russe, ottoman et austro-hongrois. Elles avaient en commun d’être des nations unifiées autour d’une langue, d’une culture, d’un idéal national commun. Elles étaient, moins que les autres États, en proie aux affrontements ethniques et avaient été homogénéisées par une alphabétisation quasi universelle. Elles se trouvaient en outre exercer une domination territoriale et culturelle, voire linguistique, bien au-delà de leurs frontières et pouvaient faire jouer en leur faveur un haut niveau de civilisation et de puissance. Pourtant, malgré ces atouts, ces sociétés n’ont pu échapper au grand massacre des deux guerres mondiales. Comment comprendre ce paradoxe ? Il ne s’agit pas d’écrire une nouvelle histoire de l’origine du totalitarisme mais de comprendre le jeu des forces qui a mené les sociétés impériales à la ruine. La notion d’interdépendance est centrale dans cette recherche : « la société impériale est un champ de forces (internes et externes) jouant différemment selon les contextes nationaux mais toujours en interaction avec les sociétés impériales voisines » (p. 27).

7Christophe Charle privilégie deux pistes : il veut comprendre pourquoi les élites ont décidé de lancer leurs pays dans les deux guerres mondiales. En même temps, il recherche les origines des mythes sociaux, des imaginaires collectifs qui ont fondé le consensus national en faveur de la guerre dans chaque pays.

8La première partie est consacrée à la comparaison entre les sociétés française, allemande et anglaise entre 1900 et 1914. Fille aboutit à trois thèmes.

9En premier lieu, les trois sociétés étaient plus proches qu’on ne le dit en général : la mobilité sociale y était faible, les inégalités très marquées, la réussite difficile, même en France. C’étaient des sociétés presque bloquées et donc traversées de fortes tensions. Sauf en Angleterre, leurs élites étaient très divisées.

10En second lieu, la passivité des classes ouvrières l’emporte sur leur mobilisation, contrairement là aussi à une vision rétrospective. Christophe Charle propose un point de vue hétérodoxe en soulignant que le monde ouvrier n’était pas opposé à l’État-nation. Dans leurs stratégies collectives comme l’émigration, les ouvriers tiraient profit de la domination impériale de leur nation ; dans leurs stratégies familiales, comme la restriction des naissances, ils s’adaptaient aux nouvelles voies éducatives fournies par les États. Les éléments d’identification à la nation l’emportaient sur les facteurs de dissidence puisque même le syndicalisme et l’organisation des partis ouvriers étaient fortement marqués par les cadres nationaux d’origine. Christophe Charle fait donc l’hypothèse de l’existence d’un « habitus national » transclasse, c’est-à-dire d’un dispositif symbolique collectif capable de créer les réflexes nécessaires à une mobilisation générale dans une phase de crise ou de guerre.

11Cependant l’habitus national n’aurait pas suffi pour créer le consensus. La décision finale a été prise par les élites politiques en raison de leur incapacité à se comprendre et à régler leurs différends en fonction de principes partagés. Ces fantasmes sociaux nourris à l’encontre des sociétés impériales rivales ont empêché toute communication et toute dédramatisation des tensions montantes.

12Dans la deuxième partie du livre, Christophe Charle analyse les trois sociétés pendant la Première Guerre mondiale en fonction de la cohésion maintenue ou non entre les élites et les classes populaires, phénomène qui sera décisif pour comprendre les dynamiques sociales de l’entre-deux-guerres et les divergences entre les trois sociétés impériales. La guerre est en effet un révélateur des différences et des fractures internes. Avec la guerre, ces sociétés qui avaient beaucoup de points communs commencent à se différencier de plus en plus. L’Angleterre fut l’État qui préserva le mieux le consensus entre le peuple et les élites politiques malgré des conflits sociaux importants et la dissidence irlandaise et coloniale en Inde. Cet accord relatif, permis par des concessions jusque-là refusées par les classes dirigeantes (vote universel, lois sociales pour les victimes de la guerre, amélioration du système éducatif), fut la condition pour surmonter les difficultés économiques et sociales des années 1920 et 1930 et entrer dans une nouvelle guerre avec un consensus retrouvé, et donc tenir au moment où la France, elle, s’effondrait militairement, politiquement et nationalement. L’exception britannique repose sur la coexistence de plusieurs facteurs qui, même les plus négatifs, sont mis à profit par les dominants. Ainsi le taux de chômage, quoique très élevé pendant toute la période, ne produit pas les mêmes effets qu’en Allemagne parce qu’il ne touche que quelques branches et quelques régions. En compensation, le dynamisme d’autres secteurs et les possibilités d’émigration ou la solidarité nationale et associative offrent des issues. De même, les classes moyennes ne sont nullement en crise comme sur le continent et apportent leur appui aux classes dirigeantes lors des périodes d’affrontement comme les grandes grèves ouvrières des années 1920. En regard, Christophe Charle souligne que, malgré leur antagonisme national, la France et l’Allemagne présentent des évolutions sociales et politiques plus proches qu’on ne le dit d’habitude.

13Dans la troisième partie, consacrée à l’entre-deux-guerres, l’auteur développe cette comparaison franco-allemande avec un point de vue impitoyable et sans complaisance pour sa nation d’origine. Il fait un parallèle entre la Troisième République finissante et la crise de la république de Weimar. La République conquérante s’était enracinée parce qu’elle avait renouvelé les élites antérieures (à l’exception peut-être de l’armée, mais celle-ci ne fut jamais un État dans l’État comme en Allemagne impériale). En revanche, les anciennes classes dirigeantes sous Weimar n’avaient perdu que le pouvoir politique et restaient très influentes dans la plupart des autres domaines, espérant prendre leur revanche sur novembre 1918. Christophe Charle refuse les interprétations, comme celles de Carl Schmitt, qui mettent l’accent sur les facteurs institutionnels pour rendre compte de la fin de Weimar. Il insiste sur les faiblesses d’une société de plus en plus fragmentée et prise entre des forces conservatrices irréconciliables et des poussées modernisatrices extrêmes non maîtrisées qui expliquent l’ampleur du chômage pendant la crise ou la crise rurale qu’on oublie toujours.

14Les similitudes entre les deux pays ne s’arrêtent pas là. L’auteur confronte la France de 1934-1938 et l’Allemagne de 1929-1933. Des deux côtés, les forces politiques principales se divisent et l’attraction exercée par le parti communiste à gauche favorise la réaction à droite et à l’extrême droite. De même, dans les deux conjonctures, les classes moyennes réagissent à la crise économique et sociale en durcissant leur clôture corporative et en se ralliant au racisme xénophobe, ce qui fait le lit, d’un côté, de Vichy, de l’autre, de la propagande nazie.

15La victoire du nazisme résulta de cette dynamique sociale complexe : ce mouvement réussit à rallier (pour quelques années) les anciennes élites tout en se posant comme une force capable de réconcilier une société émiettée et de proposer une identité nouvelle à tous ceux qui l’avaient perdue pendant la guerre ou la crise économique.

  • 1 Ce thème a été développé dans le livre de Robert Gellately, Avec Hitler ; les Allemands et leur Fü (...)

16Bien entendu, nous savons que le nazisme est un phénomène beaucoup plus grave que cette première version « consensuelle » et «populaire »1. C’est pourquoi Christophe Charle conclut sa recherche avec une proposition d’interprétation originale et cohérente par rapport à son modèle d’ensemble. Pour lui, le nazisme lut la dernière tentative désespérée pour établir un empire colonial en Europe. Il s’agit d’un empire colonial fondé sur la race, sur des communautés enclavées comme toutes les sociétés coloniales, définies par des exclusions sur critère « national » ou « ethnique ». La première de ces communautés exclues, mais non la seule, fut les juifs. Leur extermination fut, selon Christophe Charle, l’un des effets inscrits dans la logique de cet empire tardif et agressif parce que la ségrégation des juifs de l’Est devenait, à mesure que la guerre s’éternisait, trop coûteuse en termes d’épidémies, d’approvisionnement, de surveillance, etc. Elle fut la conséquence extrême d’une politique coloniale totalement aberrante sur le plan de la rationalité productive.

17Nous arrivons ainsi aux conclusions passionnantes et étonnantes de ce livre surprenant. Pour l’auteur, il faut chercher les raisons profondes de la chute du nazisme dans la notion même de société impériale. Le nazisme a échoué parce qu’il ne pouvait être une véritable société impériale. Il lui manquait, du fait de sa définition raciste de la communauté nationale allemande, un projet universel et une rationalité englobante. En plus, il voulait fonder un empire impossible et anachronique. Il était en effet impossible de créer un empire dans l’Europe du milieu du xxe siècle puisqu’il n’existait pas entre les pays d’Europe (conquérant et conquis) l’écart culturel, économique, social indispensable pour que la domination coloniale puisse s’exercer avec tout ce qu’elle implique d’oppression sans limites.

18Il reste une dernière question sur laquelle l’auteur passe peut-être un peu vite. Pourquoi aucune des sociétés impériales n’a-t-elle pu empêcher l’engrenage militaire ? Selon lui, en fonction des évolutions du second (de la deuxième moitié du) xxe siècle, c’est l’ouverture des sociétés au monde et le renouvellement permanent des élites qui permettent d’échapper à la constitution d’une mentalité impériale et aux fantasmes xénophobes qui alimentent le jeu mortel du point d’honneur national. Il resterait à réfléchir à partir de l’empire américain actuel pour confirmer ou non cette proposition à moyen terme.

Notes

1 Ce thème a été développé dans le livre de Robert Gellately, Avec Hitler ; les Allemands et leur Führer, traduction Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Flammarion, 2003 dont l’édition américaine (Backing Hitler. Consent and Coercion in nazi Germany, Oxford, Oxford University Press, 2001), postérieure au livre de Christophe Charle, conforte ses analyses.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search