Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

2/ Identités nationales

Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir, l'imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, et Les métamorphoses de Marianne, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours

Christophe Charle

Note de l’éditeur

Maurice Agulhon
Marianne au pouvoir, l'imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914
Paris, Flammarion, coll. « Histoires », 1989 et Les métamorphoses de Marianne, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours
Paris, Flammarion, 2001
présenté par Christophe Charle

Texte intégral

  • 1 « Esquisse pour une archéologie de la République. L’allégorie civique féminine », Annales ESC, vol (...)

1Ces deux ouvrages forment les deux derniers volumes d’une trilogie inaugurée en 1979 par le livre Marianne au combat. Le projet d’ensemble lui-même a été défini par Maurice Agulhon en 1973 dans les Annales avec l’article « Esquisse pour une archéologie de la République »1. Il s’agit donc d’un ensemble historiographique étalé sur près de trente ans puisque, de l’aveu même de l’auteur, l’idée initiale se relie au travail monographique qu’il a effectué dans le cadre de sa thèse d’État sur le Var de la Révolution à 1851, achevée en 1969 : les premières formes de cultes symboliques de la République sont évoquées en effet dans l’un des livres qui en est issu, La République au village (1970).

Maurice Agulhon, archéologue de la République

2La notion d’archéologie de la République doit s’entendre au sens initial du terme archéologie : science des reliques ou des objets ou des constructions des civilisations anciennes dont nous trouvons aujourd’hui les traces et qui, grâce à un savant travail de déblaiement, de fouille, d'inventaire stratigraphique et de résurrection, doit permettre de reconstituer le cadre de vie matériel, social, mental ou religieux d’une société disparue. C’est à ce travail austère, ingrat et lent à produire des résultats que Maurice Agulhon s’est consacré, et il en livre les résultats notamment dans la deuxième partie de Marianne au pouvoir à travers des cartes, des statistiques, des chronologies, des inventaires iconographiques.

  • 2 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l'histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque (...)

3Cette problématique peut nous paraître aujourd’hui presque banale puisqu’elle a effectivement plus de trente ans. Quand elle a été définie, elle était tout à fait en avance sur l’historiographie du moment. Si nous prenons les grandes synthèses historiographiques parues dans les années 1970, comme Faire de l'histoire, dirigé par Jacques Le Goff et Pierre Nora, ou La nouvelle histoire dirigée par Jacques Le Goff, Roger Chartier et Jacques Revel2, on serait bien en peine d’y trouver ce type de thématique. Le second terme, celui de République, ne connaissait pas non plus la vogue et l’inflation d’aujourd’hui. Ce qui faisait alors problème chez les historiens, c’était la Révolution, en raison du débat entre Furet/Richet et Soboul/Vovelle et des liens entre celui-ci et les controverses internes aux diverses gauches confrontées aux contrecoups de Mai 68, du printemps de Prague et de l'effet Soljenitsyne. L’enquête de Maurice Agulhon a obligé les historiens à prendre au sérieux et à analyser ce qui paraissait aller de soi, puisque c’était le régime en place, la République en tant que fait culturel et fait social enraciné. L’autre grande innovation du projet de Maurice Agulhon était de relire l’histoire politique la plus classique avec un regard d’historien moderniste (ce qu’on appelait alors l’histoire des mentalités, ce qu’on définit aujourd’hui comme l’histoire des représentations) et une approche d’ethnologue. Il s’agit d’une archéologie où le niveau le plus local, celui du village ou du groupe militant, joue au départ un rôle central, en particulier dans le premier livre de la trilogie où l’opinion républicaine est encore opposante et dissidente.

4À ce double regard s’ajoute la mobilisation, aujourd’hui banale, mais alors inédite, de corpus de sources d’habitude monopolisés par d’autres disciplines comme l’archéologie, l’histoire de l’art, les disciplines auxiliaires de la vieille histoire : images, objets (médailles, insignes, etc.), statues, bustes, statuettes, répertoire iconographique, héraldique, symboles iconologiques, etc.

5La dernière originalité du projet est d’être un projet national où convergent tous les niveaux d’analyse : celui de l’État, celui du politique, celui des autorités communales ou départementales, celui des groupes formels et informels issus de la société civile. Il s’agit de saisir aussi bien la politique au ras du sol et les impulsions venues d’en bas, par des inventaires d’exemples locaux significatifs ou des cartographies permettant de définir des attitudes culturelles face à certains enjeux, que les impulsions ou les résistances du pouvoir. Ce dernier change d’attitude selon les équilibres entre les diverses tendances de la gauche républicaine, dans le premier ouvrage, ou en fonction de la tension entre la volonté de rassemblement national (périodes de la guerre de 1914, de la Libération et de la Résistance) et les mutations majeures qu’induisent la banalisation d’un répertoire et la présidentialisation de la République depuis 1958.

6Il s’agit donc de déconstruire les évidences, les symboles dont on ne comprend plus le sens, et de regarder autrement les images et les objets que la banalité et la routine ont effacés de notre paysage mental. Bref, l’auteur invente un nouveau regard historique comme l’avaient fait les romantiques pour les monuments du Moyen Âge qui n’étaient plus ni vus ni compris.

7Cette conversion du regard et de l’appréhension historique est peut-être plus difficile pour la période traitée dans les deux livres dont il est question ici, puisque c’est l’époque la plus récente. Pour Maurice Agulhon lui-même, dans le dernier volume, le regard d’historien est en même temps un regard de témoin pris dans l’histoire qu’il raconte ; un témoin dont la sensibilité et les engagements politiques ont changé, sans qu’il puisse toutefois complètement effacer les premières impressions qu’il a ressenties face aux événements qu’il relate aujourd’hui. Certains passages des Métamorphoses de Marianne enregistrent ces interférences et cette mobilisation contrôlée du souvenir personnel. Ainsi, page 275, la note 5 nous révèle : « La Résistance recommandait aux bons patriotes d’exprimer leur hostilité à Pétain en collant sur leur lettre le timbre à l’envers (le crâne vers le bas) ce qui pouvait se faire à peu près sans risque (souvenir personnel). » Mais l’historien reprend tout de suite la parole en ajoutant : « Chose piquante, ce procédé avait été préconisé en 1873-1875 par les royalistes contre le timbre République encore en usage ces années-là (d’après A. Maury, Histoire des timbres-postes français, 1907). »

Marianne au pouvoir mais pas complètement assagie

8Il n’est pas possible de résumer ici tout l'apport factuel des deux livres qui fourmillent d’informations, d’analyses, de documents et de détails prouvant l’immensité de l’enquête, des corpus et la variété des types de sources mobilisées. Maurice Agulhon a bénéficié également de l’apport spontané de nombreux amis, connaissances ou élèves, qui lui ont fourni des témoignages ou des documents variés.

9La première conclusion de Marianne au pouvoir est que la prise de pouvoir symbolique de la République par l'érection d’un buste se fait au niveau local. Le pouvoir central n’a pas les moyens financiers d’équiper les 36 000 communes. C’est pourquoi la commande d’un buste manifeste bien l’existence d'une tradition d’adhésion locale ou d’une majorité suffisamment fortes pour consentir le sacrifice financier nécessaire. Comme l’écrit Maurice Agulhon : « L’entrée dans les mairies de l’image de la République en femme a été tout autre chose qu’une opération de l’État, elle a été un mouvement social et culturel ample, divers et fort. C’était une époque d’intense propagande, mais aussi de grande liberté. » (p. 52)

10Dans Marianne au combat, Maurice Agulhon avait établi l'existence d’une concurrence et d’une lutte symboliques permanentes entre deux images : l’une, sage et classique (République/liberté) et l’autre, plus radicale, plus rouge (République = égalité ou fraternité émancipatrice), dont les emblèmes étaient la pique ou le bonnet en référence à la révolte. Cette tension n’a normalement plus lieu d’être, une lois la République installée, mais l’on sait la permanence des affrontements entre les différentes gauches républicaines. On la retrouve, même atténuée, dans les programmes iconographiques des commandes officielles selon les conjonctures d’apaisement ou d’affrontement, de dominante d’une république modérée ou de radicalisation. Ainsi la République de la place parisienne du même nom est radicale, par son bonnet phrygien, mais pacifique par ses attributs et par les dates historiques (étapes des libertés politiques conquises) retenues sur le socle. Celle de la place de la Nation de Dalou, inaugurée, en plâtre, pour le centenaire (1889) de la Révolution, puis en bronze, en 1899, en pleine affaire Dreyfus, est beaucoup plus sociale, voire socialiste, avec sa figure de travailleur et ses emblèmes maçonniques. L’inauguration donne lieu à une manifestation de défense républicaine à un moment critique et réconcilie provisoirement les républicains et l'extrême gauche, comme en témoigne un texte célèbre de Daniel Halévy cité par Maurice Agulhon.

11À ces grands programmes iconographiques nationaux et parisiens s’ajoute une statuomanie multiforme où l'iconographie descend au moindre niveau local et mobilise aussi le souvenir enraciné du grand homme local qui spécifie l’allégorie. Passées ces vingt années initiales, deux tendances s’exacerbent dans le volume suivant : la banalisation et l’affadissement ou la volonté esthétisante des artistes qui cherchent – conformément à l’individualisme croissant de l’art nouveau du temps – à inventer des allégories qui portent leur marque et leur goût personnel. Les symboles politiques républicains triomphent au moment où les effets de la révolution du goût et du regard initiée par l’avant-garde de la fin du Second Empire, hostile à l’académisme, décalent ces représentations héritées de la tradition antique et classique par rapport aux attentes esthétiques des élites puis peu à peu de la plupart des Français dont la culture visuelle a changé. De la banalisation découle l’identification progressive entre Marianne, la Liberté, la France et la République ; de l’esthétisme, résulte l’accentuation, au contraire, de la féminité ou de la sensualité de figure, autrefois abstraites et froides.

12Malgré ces processus de dépolitisation des symboles, la deuxième partie de Marianne au pouvoir démontre la permanence de dénivellations dans l’espace national. On y repère facilement les divergences politiques régionales et les processus différents d’implantation de l’idéal républicain qui perdurent bien après 1880. L’enquête nationale, même si elle n’a pu être exhaustive, démontre en effet l’importance du clivage nord/sud : l’Hérault, l’Aude, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Puy-de-Dôme, la Drôme et l’Ailier sont les départements où les monuments publics à la République sont les plus présents. En termes régionaux, les régions les plus ferventes dans le culte sont le Bas-Languedoc, la Provence et l’Auvergne (p. 210-211). Il existe donc une certaine concordance, mais incomplète, avec la France de gauche et précocement conquise à la République. S’y ajoute la région parisienne. En revanche, la faible présence du Nord industriel est frappante tandis que l'absence de l’Ouest, sauf les pays « bleus », était prévisible et logique. L’Aude est le département par excellence des Marianne monuments publics : c’est une région de viticulture prospère au moment de l’arrivée de la République, déchristianisée et rouge. Les communes à gros village dense ont les moyens d’y marquer leur ferveur et l’espace public s’y prête. Mais ce type idéal n’est pas le seul et l’enquête demanderait d’autres micro-histoires pour comprendre des présences ou des absences moins conformes au modèle. On constate aussi des temps forts et des temps faibles d’érection de monuments en fonction de la conjoncture politique, ce qui montre la réactivation des anciens réflexes des périodes militantes : le centenaire de la Révolution, l’après-affaire Dreyfus et la république radicale. L’étude localisée souligne combien varient les acteurs à l’origine du processus d’érection et de financement. L’auteur passe ainsi d’une archéologie à une histoire sociale de la ferveur symbolique : il évoque le rôle du maire, de certains notables évergètes, des sculpteurs engagés, des cercles militants, etc. L’État en revanche, sauf sous Dujardin-Beaumetz, actif secrétaire d’État aux Beaux-Arts, n’est guère généreux et évite les dons ou subventions autant que faire se peut, conformément à une vision libérale de la démocratie comme pratique locale et décentralisée. Maurice Agulhon évoque à ce titre le cas exemplaire de cette commune de l’Ain, Villebois, qui, pour célébrer la Révolution française, se mobilise dans toutes ses composantes sociales : des industriels fournissent gratuitement de la pierre de taille, les ouvriers, des journées de travail, d’autres habitants donnent de l’argent, soit un total de 3 330 francs, auquel l’État, séduit par cette mobilisation civique de toute une société, ajoute une subvention de 3 000 francs (p. 257). Ainsi le monument revient moitié moins cher, alors que son coût total représente, en équivalent de l’époque, à peu près le traitement annuel d’un professeur agrégé en fin de carrière. Il s’agit non seulement de manifester l’unité de la population, mais aussi la fierté d’un produit local puisque le monument est construit avec la pierre de l’endroit et doit en magnifier ainsi la « grande réputation ». L’autre manière de mobiliser la population réside aussi dans les festivités de l’inauguration qui, à leur tour, peuvent nourrir des incidents politiques, ce qui maintient ainsi les enjeux politiques et symboliques malgré la banalisation.

13La dernière partie du livre s’attache aux autres formes de présence de la République ou de ses symboles dans l’espace public, entendu cette fois au sens d’Habermas : dessins, caricatures, images, discours politiques, etc. Ici aussi, malgré la banalisation, les tensions et les attaques demeurent, même si leur origine se diversifie : à la critique de droite s’ajoute celle d’extrême gauche. Face au débat interne aux gauches émerge un nouveau courant comme le nationalisme qui n’est pas forcément antirépublicain mais ne veut pas la même république. Il existe ainsi une république boulangiste et nationaliste où le drapeau et le soldat deviennent des attributs concurrents des attributs traditionnels. De même, une partie de l’extrême gauche transforme la Marianne en place en une marâtre qui a perdu sa fonction émancipatrice. Une autre partie du mouvement ouvrier, par fidélité quarante-huitarde ou sous l’influence des partis ouvriers européens qui revendiquent la République, parce qu’ils luttent dans des États monarchiques ou autoritaires, maintient en revanche le culte et l’emblème au bonnet phrygien.

Métamorphoses de Marianne ou fin d'un cycle politique ?

14Le dernier volume de la trilogie présente d’incontestables continuités avec le précédent. La coupure de 1914 y est moins évidente que ne le veut la tradition des périodisations historiques. La rupture historique fondamentale se situe en fait autour de l’avènement de la Cinquième République. En effet, malgré les deux mouvements vers l’affadissement, la banalisation et l’esthétisation critique des symboles républicains, la France traverse jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie des crises majeures. Les affrontements politiques et nationaux, les drames civils et militaires ont impliqué une nouvelle mobilisation citoyenne, soit à l’initiative du régime, soit à celle des partis ou des citoyens eux-mêmes. Les rituels, l’utilisation des symboles, leur rajeunissement sont à nouveau nécessaires, comme aux époques de tension du xxe siècle. Je renvoie ici aux chapitres que Maurice Agulhon consacre au Front populaire, à Vichy, à la Résistance. De même la Quatrième République se place dans le prolongement de la Troisième à bien des égards. Tout change avec la Cinquième République : la personnalité de son fondateur, le rôle nouveau du président de la République, figure forte qui concurrence les symboles abstraits antérieurs ; le changement de la culture visuelle et des procédures de mobilisation politique (rôle de l’audiovisuel, perte de substance militante des partis), la contestation de l’idée nationale avec l’anticolonialisme puis le régionalisme, puis la construction européenne, l’absence de crise vitale comme dans la période antérieure. Tous ces facteurs expliquent la rupture. L’attachement affectif au symbole se maintient en revanche au niveau municipal, pour deux raisons : l’enracinement préalable du xxe siècle et, alors que les espaces politiques plus vastes suscitent le désenchantement, la démocratie municipale reste forte étant donné les particularités maintenues de la structure communale française. L’utilisation de modèles vivants célèbres (les stars) pour les nouveaux prototypes de statue relève de cette même volonté de rendre familière la figure abstraite en réutilisant les moyens modernes d’accumulation de capital symbolique. En contrepartie, il se produit une obsolescence plus rapide, liée à l’oubli même de la figure anecdotique d’origine. Maurice Agulhon conclut donc à la fin d’un cycle historique et politique. L’archéologue de la symbolique politique serait donc, comme l’archéologue classique, celui qui, à la fois, exhume, redonne sens, fait resurgir un passé oublié, mais aussi celui qui, en creusant et fouillant, détruit d’une certaine façon son objet pour mieux le comprendre. S’il ne va pas jusqu'à ce constat pessimiste, puisque d’autres crises, d’autres moments historiques à venir pourraient, après tout, redonner vie à des symboles apparemment affadis, l’auteur s’interroge sur divers paradoxes français : un répertoire féminin de symboles et une incapacité à faire reculer le machisme de la politique, une inflation de la célébration qui peine à renouer avec le civisme, sans lequel les célébrations ne sont que des cadres morts, une crise même de l’allégorie dans une culture visuelle de plus en plus éclatée entre les différents groupes sociaux, les générations et selon l’origine ethnique des citoyens.

15Le ton très différent des deux livres dont j’ai parlé rend sensible le décalage du regard de l’auteur. Il ne tient pas seulement au changement d’objet, mais à une rupture historique objective. Pourtant, finalement, le travail de trente ans que ces volumes rassemblent ne s’achève pas là.

16Comme Maurice Agulhon l’a esquissé d’ailleurs dans des cours ou des communications à des colloques, cette archéologie française a vocation à devenir une archéologie comparée des symboliques politiques et étatiques.

17En second lieu, ce qu’il a traité comme addition de corpus valant preuve peut être relu comme les voies d’accès aux processus de diffusion culturelle, la question peut-être la plus difficile de l’histoire culturelle, dont ces corpus sont les blocs de radioactivité rémanente. La tentation de l’histoire culturelle est en effet de créer des sous-branches autonomes en fonction des objets ou des sources, meilleur moyen de rester dans une histoire descriptive autoréférentielle. Par la comparaison des images, des objets, des caricatures, des discours, des rituels, etc., les Marianne nous rappellent les mérites de la comparaison transversale pour aboutir à des modèles explicatifs. Enfin, sans croire, comme certains, que le politique est le seul point de vue privilégié pour accéder aux grandes questions de l'histoire, il est démontré par cette trilogie, que, quels que soient l'angle d’attaque et les objets privilégiés par l’histoire contemporaine, bien peu peuvent mettre entre parenthèses la politique, comme le croyait naguère la soi-disant nouvelle histoire. La politique est entendue ici au sens du conflit des représentations et de la lutte pour déterminer leur légitimité relative selon les lieux et les groupes. C’est par l’enquête de terrain, à la façon des sciences sociales, et non en s’enfermant dans une « histoire conceptuelle » ou philosophique, que l’historien peut escompter retrouver cette politique vécue et agie. Trente ans après, cette trilogie n’a donc pas épuisé les vertus du décalage complet avec l’air du temps, c’est plutôt un gage de future longévité.

Notes

1 « Esquisse pour une archéologie de la République. L’allégorie civique féminine », Annales ESC, vol.28, no 1., janvier-lévrier 1973, p. 5-34.

2 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l'histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1974, 3 volumes ; Jacques Le Goff, Roger Chartier et Jacques Revel (dir.), La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, coll. « Les Encyclopédies du savoir morderne », 1978.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search