Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

2/ Identités nationales

Identités nationales

Louis Pinto

Texte intégral

1La nation a en commun avec l’État deux traits essentiels. Le plus visible est leur interdépendance : toute nation semble avoir vocation de bénéficier d’un État qui soit le sien, celui-ci étant fondé sur l'uniformité souvent présumée ancienne de la langue et des mœurs, garantie d’homogénéité de la population. Le deuxième trait, moins visible mais tout aussi important, est leur fonction d’instance ultime de légitimation des classements sociaux. En effet, État et nation doivent être envisagés en fonction de l’espace de luttes de classements : l’État est constitutif de ce qu’il exclut, tout ce qui est particulier, privé, local, égoïste ; la nation fait valoir la priorité de l’identité collective sur d’autres modes de découpage du monde social tels que la classe et la région, alors que la religion ou la race peuvent fonctionner, selon les cas, comme des principes soit neutres soit concurrents, ou encore, comme des ressources additionnelles qui renforcent le principe fondamental de légitimité nationale.

2Les usages politiques actuels de la nation tendent à s’organiser autour d’un clivage. Le « discours à la nation » est plutôt conservateur, supplément d’âme domestique de dirigeants plus ou moins cyniques célébrant par ailleurs les vertus de la globalisation, c’est-à-dire d’une économie sans frontières. Pris dans un cadre national qu’il ne saurait sous-estimer, le discours progressiste semble voué à s’enfermer dans un registre multiculturel combinant éthique et esthétique sous l’invocation sympathique de l’« accueil de l’autre ».

3Euphémisme hypocrite, l’autre ne désigne pas simplement l’étranger, mais celui qui, par ses propriétés, est tenu, sinon pour définitivement inassimilable du moins, pour difficile à assimiler, celui qui, disait Abdelmalek Sayad, « pose problème » à l'autochtone par son nombre, par sa culture, par sa religion. L’« autre », qui n’a d’autre contenu que de s’opposer au « même », est enfermé dans le cercle des images spéculaires : gratifié d’une différence qui oblige à l’ouverture ou affligé d’un manque, figure nouvelle des classes dangereuses, prolétaire venu de loin qui dérange tous ceux qui n’avaient jusqu’alors pas de problème, il est celui dont on parle, groupe-objet pris dans l’engrenage des identités tautologiques et des coupures abyssales.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search