Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

1/ La représentation du monde

Claire Le Strat et Willy Pelletier, La canonisation libérale de Tocqueville

Louis Pinto

Note de l’éditeur

Claire Le Strat et Willy Pelletier
La canonisation libérale de Tocqueville
Paris, Syllepses, coll. « La Politique au scalpel », 2006
présenté par Louis Pinto

Texte intégral

1Il y a des auteurs qui ont vraiment de la chance. Au moins pendant une période, il est inconcevable de ne pas en dire du bien, ou du moins de ne pas prendre un air grave et entendu pour parler d’une œuvre qui semble mériter d’être unanimement reconnue comme fondamentale et incontournable. La seule évocation du nom déclenche l’éloge : jamais de réserves, de désaccords et surtout, jamais d’examen critique d’une difficulté. Dans la liste de cette fin du xxe siècle, on trouverait par exemple Hannah Arendt, Walter Benjamin, Simmel, Tarde, Tocqueville, cette liste n’étant intelligible que par contraste avec les auteurs considérés avec consternation, commisération ou du moins, comme on dit à l’école, « ayant à faire leurs preuves » devant un jury non acquis à l’avance. Cet unanimisme permet de baigner dans un tel sentiment d’évidence qu’il suffit souvent d’exhiber son laissez-passer sous forme allusive et floue de formules (« au sens de Simmel... », « depuis Tocqueville, on sait que... », « La Cité selon Hannah Arendt ») qui permettent d’aller plus loin sans être arrêté par qui que ce soit. Une étude des hit-parades contenus dans la doxa intellectuelle est donc le type d’exercice salutaire que l’on devrait pratiquer périodiquement quand on préfère consommer à la carte plutôt que de se plier à une « formule » sans beaucoup de choix.

  • 1 Roland Lardinois, « L’invention de Tocqueville », Actes de la recherche en sciences sociales, no 1 (...)

2C’est une entreprise de ce type qu’ont entrepris Claire Le Strat et Willy Pelletier à propos de Tocqueville à la suite de Roland Lardinois1 : objectiver les catégories de perception et d’évaluation grâce auxquelles un auteur et son œuvre sont tirés de l’insignifiance et constitués en objets d’étude et de discussion. Ce n’est pas dans l’histoire des idées que les auteurs trouvent secours. « L’histoire des idées oscille [...] entre ces contextualisations globales qui valent explication, et l’individualisme subjectiviste qui exalte les justifications que donnent d’eux-mêmes les individus retenus comme “acteurs de l’histoire”. » (p. 107) L’histoire sociale des lecteurs et des lectures permet de mettre en relation les contenus discursifs avec des trajectoires et avec un espace différencié de production de discours qui ne cesse de se transformer. Il s’agit de repérer des variations tout en posant la question des propriétés invariantes de la position des producteurs de discours.

3Le plus difficile : mettre en question l’indiscuté qu’est l’intérêt même de lire l’auteur puisqu’au moment où le commentateur prend la parole, cela est tenu pour acquis, même s’il peut y avoir débat sur la vraie place qu'il mérite et sur le vrai sens de son discours. Les auteurs adoptent une convention consistant à nommer « Tocqueville » entre guillemets pour bien signaler qu’il s’agit non pas de parler de Tocqueville, individu réel auquel ils auraient eu un accès privilégié (comme le prétendent tous les interprètes), mais de cet objet historiquement constitué dont le statut est inséparable des récits, des interprétations et des usages qui ont contribué à le faire exister publiquement. Cette convention a le mérite, comme l’épochè phénoménologique, de mettre entre parenthèses les thèses d’existence et d’assertion concernant un état du monde et de déplacer l'attention sur un nom propre en tant qu’objet de citation, qui se trouve inséré dans un ensemble de croyances que nous n’avons pas à partager ni à contredire.

4L’intérêt du livre tient aussi à son mode de présentation, en particulier au soin attaché à citer dans des encadrés de larges extraits des textes jugés significatifs, équivalent pour une histoire sociale des idées de ce que sont les données pour d’autres objets sociologiques. Le lecteur peut juger sur pièces d’une bonne partie du corpus considéré (l’essentiel est là, sous la forme de morceaux choisis) et réfléchir sur des évolutions, des différences, des récurrences, etc. S’il est délicat de proposer un résumé du livre, c’est d’abord pour cette raison qu’il enferme un grand nombre d’analyses minutieuses de trajectoires sociales et intellectuelles qu’il est impossible de restituer dans le détail et qu’à vouloir les condenser, on risque de perdre les médiations qui servent à la démonstration (distinctions de conjonctures, d’univers d’appartenance).

5Enfin, par rapport aux autres lumières de la pensée contemporaine, Tocqueville occupe une position spécifique. L’intérêt à produire un discours théorique en combinant les intérêts propres au monde de la pensée et ceux propres au monde de l’action, la distance intellectuelle et l’engagement politique, constitue sans doute la formule génératrice de la plupart des discours de célébration.

6Pourquoi Tocqueville ? Et d’abord : Tocqueville a-t-il toujours été Tocqueville ? En 1959, date anniversaire de sa disparition, Tocqueville demeurait mal connu faisant l’objet de commémoration seulement par des figures marginales.

7Comme homme politique, Tocqueville n’était pas facile à cerner sur le spectre des positions idéologico-politiques, et comme écrivain, il n’était pas particulièrement prédisposé à faire figure d’historien ou de philosophe. Il a pu se trouver enrôlé sous diverses bannières en fonction des opportunités de luttes politiques et intellectuelles. Longtemps, ses idées, même appréciées, ne semblaient pas avoir la consistance qu’on s’est plu à lui accorder depuis une trentaine d’années où l’on parle de sa « philosophie » et même de sa « méthode » au service des sciences sociales. Raymond Aron : « Nous ne lisions guère De la démocratie en Amérique ou L’Ancien Régime et la Révolution, à l’École normale supérieure ou à la section de philosophie de la Sorbonne. » (Cité p. 100) C’est peut-être dans les transformations du champ intellectuel de cette période qu’il faut aller chercher les causes de sa « redécouverte ». Dédaigné par les historiens et les penseurs républicains pendant des décennies, Tocqueville avait les propriétés pour servir de précurseur à ceux qui, dans les années 1960-1970, voulaient en découdre avec une orthodoxie politique et scientifique qu’ils s’efforçaient de mettre en question (p. 89). Et ces agents disposaient des capitaux nécessaires, universitaires, politiques, médiatiques, pour la réussite de pareille entreprise.

8Il existe une mythologie, entretenue par François Furet, d’un Aron qui, penseur solitaire et quasi héroïque, aurait enfin redécouvert Tocqueville et mesuré toute son importance. Mythologie des penseurs « résistants » (Tocqueville, Aron, Furet). Or, Aron a moins « redécouvert » Tocqueville qu’il ne l’a « importé à partir de versions anglo-saxonnes, qu’il a reprises en fonction du champ intellectuel national », « Tocqueville » n’étant rien d’autre que le produit d’un travail de redéfinition qui s’est échelonné sur plusieurs années.

9À la fin des années 1940, Aron est en porte à faux dans le champ intellectuel. Engagé du côté du RPF (Rassemblement du peuple français) après son séjour à Londres pendant la guerre, journaliste au Figaro, enseignant à Sciences Po, en un mot intellectuel de droite, il est éclipsé par les grandes figures philosophiques telles que Sartre et Merleau-Ponty.

10Le Congrès pour la liberté de la culture (CLC), créé en 1950 pour faire barrage au communisme et défendre le « monde libre », lui offre une cause indissociablement politique et culturelle et un réseau d’intellectuels issus de la gauche, occupant des positions universitaires hybrides et dotés d’un capital composite de penseur, d’animateur de revue intellectuelle et de militant (Daniel Bell, James Burnham, Michael Polanyi, Edward Shils...)· Dans ce milieu propice à la révision des idées de jeunesse et à la croyance dans la fin des idéologies, « Tocqueville » ne va pas tarder à faire partie de l’arsenal symbolique dans la lutte contre la culture « marxiste ».

11Une analyse comparée très minutieuse des trajectoires de Lipset et d’Aron, hommes de l'« entre-deux », analyse qui ne saurait être retracée ici, permet de montrer la base objective des affinités ayant rendu possible l’importation en France du « Tocqueville » élaboré par Lipset. Celui-ci, issu d’un milieu modeste, avait connu une ascension sociale grâce à l’Université ; tout en conservant des idées progressistes, il s’efforçait de récuser la vision d’une société divisée en classes antagonistes et faisait de l’Amérique le modèle d’une société moderne placée sous le signe de l’égalité, de la mobilité et de la démocratie. L’un et l’autre auteur devaient se démarquer aussi bien des intellectuels de gauche sur le modèle sartrien que des professionnels des sciences sociales tournées vers les enquêtes quantitatives.

12Mais le « Tocqueville » d’Aron n’est pas un simple produit d’importation. Il s’est trouvé inséré dans les luttes menées par Aron dans le champ intellectuel français, et d’abord contre les autres intellectuels. D’où une série d’oppositions (originalité/expérience...) qui contribuent à construire, contre le modèle de l’intellectuel engagé, le modèle d’un observateur des sociétés modernes, libéral, nuancé, tolérant, informé, mesurant toute la complexité du réel. Aron, devenu professeur de sociologie à la Sorbonne, occupe initialement une position marginale, ambiguë, et doit compter avec la présence du marxisme mais aussi avec celle des sociologues académiques au nombre desquels Georges Gurvitch : « Tocqueville » devient donc un moyen de construire une alternative théorique, à côté de Pareto ou de Weber. Et si, avec le temps, sa position s’est renforcée à travers le recrutement de collaborateurs ou d’assistants et l’extension de sa surface sociale, il n’est jamais parvenu à constituer une équipe homogène, quelque chose comme une école, autour d’un projet intellectuel et scientifique.

13Plusieurs élèves d’Aron sont évoqués. D’abord, Crozier et Boudon, qui, sans avoir repris les idées du maître et sans avoir eu besoin de s’en réclamer, n’en ont pas moins été marqués par un ensemble de contraintes structurales qui tendaient à les renvoyer du même côté, celui du libéralisme, de l’Amérique, de l’empirisme, etc., où « Tocqueville » trouvait à s’inscrire. Puis, François Bourricaud, Pierre Birnbaum et Jean-Claude Lamberti, qui ont entretenu l’héritage aronien en contribuant à préserver l’apport tocquevillien.

14Mais c’est la figure de François Furet qui a été la plus déterminante dans la consécration de « Tocqueville » et qui fait l’objet de développements minutieux. Furet est de ceux qui partagent avec Tocqueville et avec Aron non seulement une origine sociale élevée mais aussi un double réseau d’affiliations, et c’est sans doute ce qui l’inclinait à s’aligner sur un style intellectuel incarné par eux : scepticisme éclairé, aversion envers les visions scientifiques systématiques, refus du jargon théoriciste et prédilection pour les aperçus sur la modernité. D’un côté, c’est un historien universitaire très lié à l’École pratique des hautes études, à la revue Annales ; d’un autre côté, c’est un intellectuel doté d’un important capital social, proche des journalistes, et notamment du Nouvel Observateur. Dans ces deux univers de référence, il va être conduit à se démarquer de ce qu’il était porté à percevoir comme une orthodoxie. Par rapport à l’école des Annales, il se fait l’agent d’un retour à la politique grâce à son livre de 1967, La Révolution française. « Tocqueville » devient une arme de guerre contre l’histoire économique et sociale, le structuralisme, le marxisme et son insistance sur les infrastructures économiques : promu figure de la « philosophie politique », il permet de remettre la pensée sur ses pieds en disqualifiant le réductionnisme sociologique. Dans la conjoncture des années 1970, devenu président de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Furet apparaît face à l’hégémonie du marxisme comme un agent de recomposition du champ intellectuel grâce à un ensemble d’initiatives politico-intellectuelles allant de création d’un Institut Raymond-Aron à l’EHESS, lieu de rassemblement d’universitaires libéraux, à celle de la Fondation Saint-Simon, lieu de coexistence d’universitaires, de patrons, de hauts fonctionnaires et de journalistes. Ce n’est donc pas un hasard si Furet se retrouve au centre de toutes les opérations de retour à « Tocqueville ».

15Pour décrire plus complètement ce mouvement de consécration auquel ont contribué de grands noms, il faut faire appel à trois autres aspects importants. Le premier est la caution de gauche qu’a fournie un ancien marxiste dissident passé à l’anti-totalitarisme, le philosophe Claude Lefort : « Tocqueville » peut ainsi gagner en universalité et cesser d’apparaître comme un simple emblème du libéralisme. Le deuxième aspect est le rôle de la presse : « Tocqueville » fait partie des références nobles des éditorialistes lorsqu’il s’agit d’élever le débat et de proposer une méditation sur le devenir des sociétés « démocratiques », animées par la « passion de l’égalité » et menacées par le « totalitarisme ». Le troisième aspect est la caution du système scolaire : « Tocqueville » fait son apparition, dans le secondaire, non seulement à travers les programmes de littérature mais surtout à travers les programmes de sciences économiques et sociales où il est présenté comme une référence incontournable, d’une importance comparable à celle de Marx, Durkheim ou Weber, les manuels sont tenus d’en parler et certains auteurs poussent le zèle jusqu’à évoquer l’épistémologie et la méthode sociologiques de Tocqueville. C’est ainsi que « Tocqueville » en est venu à occuper ce statut qui permet aux classiques d’échapper à tous les partis, à tous les partis pris, et d’accéder au patrimoine commun.

16Ce livre sur la canonisation libérale de Tocqueville est donc à la fois une remarquable analyse d’un processus qui nous invite à réfléchir sur la formation de nos évidences intellectuelles et de notre horizon problématique et une perspective privilégiée à partir de laquelle il est possible de mettre bout à bout les éléments dont est constituée notre conjoncture politico-intellectuelle. Sous ces deux rapports, il est exemplaire.

17Ayant à traiter de la canonisation, le livre parle de ceux qui ont œuvré activement dans ce sens-là, mais il lui manque peut-être – et c’est bien la seule réserve que l’on pourrait lui faire – de ne pas aborder les limites de ce processus dont précisément il témoigne. On a bien compris que les auteurs ne font certainement pas de Tocqueville la référence majeure de leur enseignement, et ils ne sont pas les seuls. Malgré les efforts de ses admirateurs, il reste un auteur assez marqué, politiquement (plutôt conservateur) et intellectuellement (plutôt penseur essayiste que professionnel de la sociologie). Effet du préjugé ? Peut-être. Mais ce ne sont pas les discours de célébration et l’identité sociale et intellectuelle de leurs auteurs qui pourront contribuer à le désamorcer. Au risque pour Tocqueville de souffrir d'une injustice : l’œuvre échappe difficilement aux lectures qui en sont faites. Y en aura-t-il d’autres ?

Notes

1 Roland Lardinois, « L’invention de Tocqueville », Actes de la recherche en sciences sociales, no 135, 2000, p. 76-87.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search