Version classiqueVersion mobile

Lire les sciences sociales. Volume 6/2008-2013

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

1/ La représentation du monde

Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, La production de l'idéologie dominante

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Pierre Bourdieu et Luc Boltanski
La production de l'idéologie dominante.
Paris, Raisons d’agir et Demopolis, 2008
présenté par Gérard Mauger

Texte intégral

1Publié initialement en 1976 dans un des premiers numéros d'Actes de la recherche en sciences sociales, cet ouvrage se présente comme « un dossier composé d’un montage de textes différents » (documents officiels, extraits de journaux, copies de concours d’entrée à l’ENA, photos de presse, « Dictionnaire des idées reçues et des lieux communs ») où le travail de mise en forme graphique cherche à « mettre des objets et des visages sous les concepts ».

2L’idéologie dominante y est définie comme « la philosophie sociale » de « la fraction dominante de la classe dominante » (p. 9). Très proche de la conception marxiste – « à toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes » –, cette approche de l'idéologie est, selon Luc Boltanski, « dérivée de l’ethnographie des formes de classification et de catégorisation et des systèmes de pensée qui informent les pratiques mythiques et rituelles ».

  • 1 Luc Boltanski, Rendre la réalité inacceptable ; à propos de La production de l’idéologie Paris, De (...)

3L’effort, nécessairement réducteur, de présentation s’efforcera de mettre en évidence les fonctions sociales de l’idéologie dominante, ses modes de production et les schèmes qui la sous-tendent, en n’en conservant que ce qui semble pérenne. Tout ne l’est pas : le livre de Luc Boltanski1 publié simultanément ébauche une actualisation.

La triple fonction sociale de l'idéologie dominante

4L’idéologie dominante remplit une triple fonction : fonction d’unification de la classe dominante, fonction performative de consolidation et fonction de légitimation de la domination.

5« Discours dans et par lequel la classe dominante s’annonce à elle-même son intérêt » (p. 9), l'idéologie dominante exprime et produit l’intégration logique et morale de la classe dominante. Cette fonction générique d’autolégitimation s’accomplit à travers la légitimation du mode de domination associé à l’espèce de capital dominante : exaltation de la terre et du sang (des aristocraties terriennes, mais aussi des bourgeoisies fondées sur l’héritage des droits acquis) ou exaltation de la compétence et de la technique (note 4, p. 146). Le changement de mode de domination impose un aggiornamento de l’idéologie dominante, c’est-à-dire un travail de la classe dominante sur elle-même pour assurer la conversion et la reconversion collective. Le travail d’inculcation consciente, « réaffirmation rituelle de la croyance du groupe dans la nécessité et la légitimité de son action » (p. 11), renforce l’unité idéologique spontanément assurée par l’orchestration des habitus de classe et le recouvrement partiel des intérêts. Si l'homologie des habitus de classe est la condition de félicité de la réception d’un discours propre à assurer l’intégration idéologique et morale de la classe (i. e. la possibilité de « se reconnaître » dans une parole et des porte-parole), l’inculcation idéologique contribue à « faire le groupe », c’est-à-dire son unité consciente. Elle concourt, enfin, à l’étayage de « l’assurance de classe » : celle, par exemple, de « bons élèves » qui estiment ne devoir qu’à leur mérite, c’est-à-dire à leur compétence, d’avoir accédé aux positions sociales les plus hautes. En ce sens, « le discours dominant sur le monde social n’a pas pour fonction seulement de légitimer la domination, mais aussi d’orienter l’action destinée à la perpétuer, de donner un moral et une morale, une direction et des directives à ceux qui dirigent » (p. 94).

6Discours de pouvoir destiné à orienter des actions, l’idéologie dominante est également un discours performatif, capable de faire advenir un ordre social conforme à sa vision du monde. « Le discours dominant est une politique, c’est-à-dire un discours puissant, non pas vrai, mais capable de se rendre vrai – ce qui est une façon comme une autre de se vérifier – en faisant advenir ce qu’il annonce, en partie par le fait même de l’annoncer. » (p. 94) « Concluant de l’évolution nécessaire à la nécessité de l’évolution, il contribue à faire advenir un nécessaire qui ne se réalise que si l’on y contribue. [...] Acceptant toutes les virtualités inscrites dans le réel, il proclame inévitables les maux que produit inévitablement l’évolution qu’il encourage. » (p. 73-74) Que l’on songe aux discours contemporains sur « la mondialisation » et ses « contraintes » ou à l’opposition d’apparence formelle entre « le clos » et « l’ouvert » qui se traduit par la suppression des barrières douanières.

7Prêche de convertis auprès de convertis, travail à destination de soi-même, l’idéologie dominante est secondairement destinée à emporter la conviction. S’adressant aux dominés, elle légitime la domination avec la force de l’évidence et celle de la compétence. Son efficacité proprement symbolique tient pour une part au fait que « la logique molle et l’ajustement partiel et biaisé au réel qui [la] caractérisent lui confèrent le pouvoir de s’imposer à tous ceux qui ne disposent pas d’un système de classement concurrent » (p. 68-69) : elle est « le bon sens », « elle va de soi ». « Capable d’imposer sa propre nécessité à tous ceux qui se placent au point de vue d’où elle est prise mais à ceux-là seulement » (p. 95), il s’agit certes d’une vision partielle et intéressée (masquant à la fois l’indicible et tout ce qui va sans dire entre soi), mais aussi d’une vision dotée de « la force des choses », dans la mesure où les représentations dominantes s’objectivent continûment dans des choses : institutions, objets, mécanismes, « traces objectivées des actions politiques antérieures » (p. 105). Dotée de la force de l’évidence, l’idéologie dominante mobilise aussi celle de la compétence. Considérant que « le seul avenir est l’avenir de la science, qui appartient aux plus compétents, justifiés dans leur monopole de la politique par leur monopole de la science », l’idéologie dominante appelle à une « sorte d’Aufklärung économico-politique » (p. 89), immense entreprise d’éducation visant à apprendre à tous l’économie, « cette science de l’inéluctable qui, bien comprise, fait accepter ou rend acceptables les sacrifices, les disciplines et les contraintes » (p. 89-90) ou exige, à l’inverse, la démission et l’apathie de « la masse » au nom de la « compétence » et de « l’intelligence » des élites (p. 91).

La production de l'idéologie dominante

8Au mode de production artisanal antérieur de l’idéologie dominante s’oppose désormais, selon Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, un mode de production institutionnel.

9Au mode de production artisanal correspond une division spontanée du travail idéologique qui n’exclut ni les divergences, ni les discordances. La cohérence de produits très divers – celle objective et spontanée des habitus des locuteurs – est pratique et approximative. Le lien entre « idéologie dominante » et « classe dominante » s’opère dans des « lieux neutres ». Situés à l'intersection du champ intellectuel et du champ du pouvoir, « lieux où la parole devient pouvoir » (p. 12), ces « lieux neutres » sont les laboratoires idéologiques où s’élabore, par un travail collectif, la philosophie sociale dominante. Elle hérite de la recherche, dès l’avant-guerre, d’une « troisième voie » par X-Crise, Esprit, Ordre nouveau qui cherche à concilier l’inconciliable (l’économie, la religion, la science) et à dépasser l’alternative du communisme et du parlementarisme radical-socialiste, entreprise poursuivie, pendant la guerre, par l’École des cadres d’Uriage et la résistance non-communiste et, après-guerre, par le Commissariat au Plan, le Club Jean Moulin ou Citoyens 60. La « science politique » est associée au nouveau mode de production du discours dominant : si la politique dominante est la science politique en acte, la science politique est la politique en discours. La création d’« écoles du pouvoir » (IEP, ENA), lieux d'élaboration et d’enseignement de « la science politique », produit et reproduit les producteurs légitimes du discours officiel. Destiné à réduire les dissensions et les conflits à l’intérieur de la classe dominante, à produire et à inculquer les instruments de pensée exigés par une politique de conservation ajustée aux exigences des rapports de force entre les classes, ce mode de production institutionnalisé de l’idéologie dominante cultive l’apparence de l’autonomie par rapport au politique, exhibe « une parade permanente de l’objectivité et de la neutralité » (p. 116). Fondamentalement, cet « effet d’objectivité » résulte de la structure éclectique du groupe rassemblé (hommes politiques, hauts fonctionnaires, journalistes), de la multiplicité des positions occupées au sein de la classe dominante dont la grande bureaucratie d’État constitue le point d’équilibre. Les professeurs de l’IEP constituent un échantillon plus ou moins représentatif des différentes fractions de la classe dominante, associant « intellectuels » (universitaires et chercheurs) et « hommes d’action » (hauts fonctionnaires et patrons).

Les schèmes structurants de l'idéologie dominante

10Dans le cadre d’une conception de l’idéologie inspirée de l’anthropologie sociale, Pierre Bourdieu et Luc Boltanski identifient quatre ressorts du discours de la classe dominante du milieu des années 1970 : l’opposition passé/avenir, l’évolutionnisme, le « juste milieu », le « fatalisme du probable ».

11Les divers schèmes générateurs de l’idéologie dominante peuvent être ramenés à l’opposition entre « le passé » et « l’avenir », « le traditionnel » et « le moderne », traitant des termes opposés comme moments d’une évolution nécessaire : « quel que soit le terrain auquel il s’applique, le schème produit deux termes opposés et hiérarchisés et, du même coup, la relation qui les unit, c’est-à-dire le processus d’évolution (ou d’involution) conduisant de l’un à l’autre » (p. 57). Le « passé » s’oppose à « l’avenir » comme le « petit » au « grand » (planétaire, complexe), le « local » (provincial, national) au « cosmopolite» (aujourd’hui « mondial ») ; mais aussi « l'immobile » (les droits acquis, les privilèges) au « mobile » (la flexibilité), « le clos » à « l’ouvert », la France à l’Amérique ; ou encore « l’opposition droite/gauche » (dépassée comme « les classes » et « la lutte des classes ») à son « dépassement ».

12« Changer pour conserver », « changer pour que rien ne change » : le mot d’ordre du prince de Lampedusa est le deuxième schème générateur de l’idéologie dominante. « Le conservatisme progressiste est le fait d’une fraction de la classe dominante qui se donne pour loi subjective ce qui constitue la loi objective de sa perpétuation, à savoir changer pour conserver. » (p. 72) Ce conservatisme « veut l’inévitable », c’est-à-dire à la fois ce qui correspond aux intérêts de la classe dominante (que l’on contribue à faire advenir en le présentant comme inévitable) et ce qu’il faut concéder pour éviter ce qui doit à tout prix l’être (la subversion de l’ordre établi). Dans ce cadre, « le conservatisme reconverti » s’oppose au « conservatisme primaire » (la « pensée de droite ») : « les différentes fractions de la classe dominante, également soumises à la nécessité objective qui impose à leur classe de changer pour conserver, se distinguent [en effet] selon le degré auquel elles acceptent ou repoussent cette nécessité » (p. 70). La foi dans l’avenir de la science et de la technique, l’exaltation du progrès, font apparaître le conservatisme reconverti comme « progressiste » : c’est pourquoi « ne reconnaître la pensée conservatrice que dans sa forme la plus archaïque, c’est s’exposer à être toujours en retard d’une guerre ».

13Le « schème triadique » enseigné à Sciences Po (p. 79), qui consiste à opposer deux positions extrêmes pour les dépasser « en élevant le débat », est aussi conforme aux intérêts bien compris de la classe dominante : la double exclusion de l’arrière-garde conservatrice et de l’avant-garde progressiste au profit du « conservatisme éclairé » du « juste milieu » ou de « la troisième voie » produit un effet de fermeture des possibles (qui définit l’univers du pensable) et un effet de fausse symétrie (la double négation des extrêmes validant le point « neutre » et exaltant la « normalité » du statu quo). C’est le même schème qui sous-tend la thématique de la convergence des régimes capitalistes et communistes, celle de « la fin des idéologies » (cf. le TINA – There Is No Alternative – de Margaret Thatcher) ou de « la fin de l’histoire » de Fukuyama (« l’histoire a épuisé l’univers des solutions politiques possibles », p. 83).

14Enfin, la science économique, dont l’axiomatique se réduit à « l’ensemble des croyances partagées par les dominants » (p. 97) et qui fournit « les méthodes rationnelles de gouvernement nécessaires pour assurer la reproduction de l’ordre établi » (p. 98), « annonce ce qui doit être », « sous apparence d’énoncer l’être » (p. 88). Politique dépolitisée, neutralisée, promue à l’état de technique, elle impose l’évidence de ses choix, à l’exclusion de toute utopie, et réduit l’action politique à un « déblocage » destiné à « lever les résistances » (attachement aux « privilèges » et « droits acquis » et « mentalités rétrogrades »). L’exercice du pouvoir politique, appuyé sur l’accumulation d’informations sur « les tendances », « renforce par une intervention expresse la probabilité de celui des avenirs possibles qui est le plus conforme aux intérêts des dominants » (p. 98) et, ce faisant, « le fatalisme du probable » (p. 100).

15Contre ce genre de fatalisme, Pierre Bourdieu et Luc Boltanski rappellent alors que « la connaissance du plus probable est [...] ce qui rend possible la réalisation du moins probable » et que « la science des tendances inhérentes à la structure est la condition de la réussite des actions politiques qui doivent jouer avec la structure pour faire advenir des possibles moins probables » (p. 100). Revendiquant ainsi un « utopisme réaliste » (p. 106), ils invitent à utiliser « la connaissance du probable pour renforcer les chances du possible » et, dans la mesure où « la connaissance des lois tendancielles du monde social est la condition de toute action réaliste – c’est-à-dire non utopiste – visant à contrarier l’accomplissement de ces lois » (p. 101), à une sorte d’« engagement sociologique ».

Notes

1 Luc Boltanski, Rendre la réalité inacceptable ; à propos de La production de l’idéologie Paris, Demopolis, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search