Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'un au multiple

 | 
Viviane Alleton
, 
Michael Lackner

IV. Les aléas des textes

Authorial presence in some pre-Buddhist Chinese texts

Présence d’un auteur dans quelques textes chinois pré-bouddhiques

Christoph Harbsmeier

Résumé

L’autoréférence est attestée en Chine dès le iiie siècle avant notre ère, avec le poète Qu Yuan, qui se met en scène lui-même. Néanmoins, il n’est pas évident que ce soit le cas pour les textes des penseurs. Les pronoms de la première personne qu’on trouve dans le Laozi peuvent correspondre aussi bien à un collectif qu’à un singulier ; dans la plupart des passages cités, il semble raisonnable de les interpréter comme des singuliers, mais la validité de ce choix n’est pas démontrable. On relève dans le Zhuangzi des pronoms qui renvoient sans ambiguïté à la première personne du singulier, mais s’ils désignent le personnage qui donne son nom à l’ouvrage, Zhuangzi, celui-ci n’est pas pour autant posé comme étant l’auteur.
C. Harbsmeier analyse de nombreuses citations. Pour conclure, il distingue cinq degrés de présence de l’auteur dans les textes chinois antérieurs à l’introduction du bouddhisme : 1) propos rapportés d’un auteur s’adressant à un public physiquement présent [ex. : les Entretiens de Confucius ] ; 2) l’auteur présumé, dont le nom constitue le titre du livre, est difficile à situer ; on ne connaît ni les dates ni les circonstances de son existence [ex. : Laozi] ; 3) il y a un « je » qui se présente explicitement comme le créateur de textes, adressés à un public indéfini [ex. : Qu Yuan] ; 4) il y a un « je » qui se présente comme auteur et assortit son texte de remarques éditoriales [ex. : Hanfei] ; 5) il y a un « je » qui se présente comme le rédacteur de certains passages et le compilateur d’un ensemble constituant un livre [ex. : Sima Qian].
Les traducteurs qui donnent à l’auteur une présence qu’il n’a pas dans le texte original commettent une faute herméneutique.