Version classiqueVersion mobile

La fabrique de la démocratie

 | 
Boris Petric

Au-delà de la dichotomie État/ONG : la circulation des élites de « la bonne gouvernance » en Serbie

Theodora Vetta
Traduction de Raphaëlle Mathey

Texte intégral

1En 1990, James N. Rosenau (1990), l’un des auteurs les plus importants dans le domaine des relations internationales, annonçait que nous entrions dans une période de turbulences mondiales. Les conséquences fragmentatives de la globalisation économique et des nouvelles technologies ont ébranlé l’autorité de l’État et sa souveraineté sur le territoire et sur la population. Rosenau explique que le monde, historiquement structuré de façon « stato-centrique », a cédé sa place à un monde multicentrique et autonome où des acteurs non-étatiques – aux niveaux infra et supra-national – jouent désormais un rôle de protagoniste dans la politique mondiale. Ce mouvement de réflexion sur la globalisation s’intéresse plus particulièrement aux ONG, ces nouveaux acteurs. En effet, on a pu observer de par le monde, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, une véritable explosion des ONG, s’imposant à la fois par leur nombre, par leur taille et par leur influence grandissante. Ce phénomène, aujourd’hui connu sous le nom de « révolution associative globale », est décrit dans de nombreux ouvrages reconnaissant les ONG comme un nouvel acteur social sur la scène de la gouvernance globale.

2Sans aucun doute la réflexion sur le rôle des ONG est loin d’être sans équivoque. Elle dépend non seulement des traditions de la discipline et de l’approche méthodologique du chercheur, mais elle est surtout conditionnée par ses orientations idéologiques. C’est pourquoi, des auteurs aussi différents que Lester M. Salamon (1994) et Robert W. Cox (1999) ont pu, tous deux, saluer les vertus de la société civile. Vu d’une perspective libérale, le boom des ONG est considéré comme étant le signe d’une forte activité citoyenne ; la société civile prenant sa revanche (Badie, 1998 : 50). Stimulée par une véritable révolution de la communication et dotée de ce que Putman appelle le capital social (2000), la société civile se dégageait enfin du spectre de l’État corporatif. D’un autre côté, les penseurs de gauche et les néo-gramsciens virent dans les ONG une forme de résistance sociale et l’embryon d’un mouvement social prêt à remettre en cause de façon radicale les relations capitalistes de domination. Les deux approches ont en commun une conception idéaliste de l’ONG, qui porte en elle des espoirs pour l’avenir. En même temps, un nombre croissant d’études expriment un point de vue plus critique vis-à-vis des ONG. Les plus radicales les traitant de bourgeoisie néo-compradore au service du néolibéralisme et de l’impérialisme (Petras et Veltmeyer, 2001 ; Hours, 2002).

3Bien que ces approches diffèrent, la plupart ont deux points en commun. Tout d’abord, il y a une obsession presque totale pour la nouveauté, un ton dramatique de cette fin de millénaire liée au phénomène soi-disant récent de la globalisation. Cette approche de périodisation très nette peut être extrêmement trompeuse, car en observant partout des transformations sans précédent, on peut faire taire le principe de continuité historique qui explique les phénomènes contemporains. De plus, des auteurs comme Arrighi (1997), Hirst et Thompson (1996), Friedman (2005) et Wallerstein (2000), insistant sur « la longue durée » de Braudel, ont montré que la globalisation n’est finalement pas un phénomène si actuel, sans évidemment vouloir nier les particularités de notre époque.

4Ensuite, la plupart des approches multicentriques sont fondées sur un schéma analytique de la société où se font face d’un côté l’État et de l’autre les acteurs non-étatiques. Elles supposent également une dichotomie entre des secteurs homogènes et une relation généralement conflictuelle entre eux. La souveraineté, et le lieu où elle réside, semblent être les principales questions, alors que la réponse principale peut être ainsi résumée : la globalisation néolibérale diminue le pouvoir de l’État. Les ONG comme vecteurs/promoteurs de la globalisation contribuent à cet effritement de la souveraineté, pour le meilleur ou pour le pire.

5Les ONG intéressent également de plus en plus les anthropologues travaillant sur différents terrains tout autour du monde. C’est pourquoi, hormis les analyses macro-structurelles, nous avons obtenu des descriptions plus denses (thick) des cadres concrets de l’interaction sociale. Depuis l’appel de Fisher (1997) pour une approche ethnographique (et même avant), beaucoup d’anthropologues ont produit des analyses subtiles et raffinées, à la fois de façon théorique et analytique, sur l’intervention des ONG et de l’État (Comaroff et Comaroff, 1999 ; Ferguson et Gupta, 2002 ; Kamat, 2002 ; Hilhorst, 2003 ; Mosse et Lewis, 2006 pour n’en citer que quelques-uns). En fait, l’hypothèse selon laquelle ni l’État ni la société civile ne sont monolithiques, mais sont liés par une relation imbriquée et compliquée, pourrait être le point de départ, voire même, être considéré comme un acquis par une majeure partie des anthropologues. Cependant, ces considérations anthropologiques demeurent marginales face aux courants dominants de la science politique qui produisent les fondements scientifiques de la réflexion politique sur la construction de l’État et les interventions en vue du développement.

6Cet article continue cette discussion en déconstruisant la confrontation entre l’État et les ONG. Partant de données ethnographiques sur la réforme de l’État providence en Serbie, collectées depuis 2007, je soutiens qu’à la place de la dichotomie État/ONG, trop souvent considérée comme acquise, on obtient un meilleur accès à la réalité sociale si l’on analyse les configurations politiques nouvelles depuis 2001 en termes de « circulation des élites » mettant en œuvre le même projet politique à travers ces deux secteurs. S’interroger sur cette représentation donnée de la société est essentiel. À l’évidence, les réalités sociales sont bien plus complexes que des schémas théoriques abstraits. Néanmoins, dans notre cas, ces catégories analytiques doivent faire partie intégrante de l’objet de la recherche. Tout d’abord parce qu’elles tentent d’essentialiser les structures sociales et obscurcissent, plutôt que d’éclairer, les relations sociales du pouvoir. Mais plus important encore, car elles sont utilisées non seulement par les chercheurs universitaires, mais également par les acteurs sociaux eux-mêmes pour stigmatiser certaines pratiques et en valoriser d’autres, la question qui s’impose alors est : qui utilise la dichotomie État/ONG, quand et à quelles fins ? En étudiant les processus de formation des classes, les alliances, la mobilité et les pratiques quotidiennes de certains groupes sociaux, nous pouvons contextualiser et historiciser les signifiants flottants de l’État et de la société civile.

Les bonnes ONG, le méchant État et la réforme de l’État providence

  • 1 Selon les registres du ministère des Droits de l’homme et des minorités, il y eut en 1994, quelque (...)

7Les premières ONG (dans le sens actuel du terme) furent établies en Serbie à la fin des années 1980, et au début des années 1990. Beaucoup d’entre elles trouvent leur origine dans les mouvements sociaux des années 1970 et 1980, s’agissant souvent de mouvements étudiants et de mouvements de femmes. Dans le contexte de l’implosion violente de l’État fédéral de Yougoslavie, de la crise humanitaire et de l’important afflux de réfugiés qui suivirent, leur mission principale fut de s’opposer au conflit ethnique et d’assister les victimes. Dans les années 1990, les ONG furent les principaux bénéficiaires de l’afflux d’aide internationale, notamment parce que l’État faisait encore l’objet de sanctions internationales. La chute du régime de Milosevic en octobre 2000 facilitant l’arrivée des bailleurs de fonds, il y eut une augmentation très significative du nombre et de la taille des ONG locales1. Cette augmentation est également la conséquence des priorités établies par les bailleurs de fonds, réunies sous le label « programme pour la construction de la société civile » (Brown, 2006 ; Vetta, 2009). Dans le même temps, les ONG ont accueilli les personnes venues dans le pays après 2000 pour occuper des postes d’experts. Cependant, les ONG n’étaient plus les seules à bénéficier de la confiance des bailleurs de fonds, comme c’était le cas dans les années 1990. Ces derniers avaient, en effet, déplacé leur centre d’intérêt et leurs priorités. De l’aide humanitaire de base, la priorité était passée à la réforme du marché et des institutions étatiques, l’État devenant ainsi la cible principale de leurs opérations. Aujourd’hui, la Serbie est une candidate potentielle à l’accession à l’Union européenne. Bien que les sujets de discussion avec Bruxelles, qui sont les plus médiatisés, semblent être liés à la question du Kosovo et à la coopération de la Serbie avec le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, ce pays est actuellement en pleine phase de construction de l’État, processus nécessaire pour répondre positivement aux conditions posées par le traité de Maastricht de 1992, à propos de l’adhésion de nouveaux pays membres.

8Depuis 2001, la reforma est instamment demandée dans tous les secteurs et par toutes les factions politiques au gouvernement. En accord avec les standards européens, elle se doit d’être rapide et sérieuse, relativement bon marché, certainement démocratique, de qualité et flexible à la fois. En fin de compte, les réformes doivent changer ce que sont les gens, la façon dont ils se pensent et la manière dont ils voient la société dans laquelle ils vivent. Les changements institutionnels et politiques, et dans une large mesure les choix impliqués par les réformes (du moins en politique), sont soumis à des mécanismes de conditionnalité de la part de la Commission européenne pour ce qui est de l’admission à l’UE, mais également de la part des principaux bailleurs de fonds (la Banque mondiale, le FMI, l’USAID) pour ce qui est de l’assistance. Cependant, nous nous devons d’éviter les raisonnements conclusifs fondés sur des hypothèses simplistes, sur l’omnipotence des acteurs internationaux et sur le diktat qu’ils imposent aux gouvernements faibles. Les réformes sont à la fois le produit de leur hégémonie et de la façon dont les élites locales s’approprient et participent à ce processus.

9Ces réformes institutionnelles sont menées dans le respect des principes de bonne gouvernance. L’importance accordée à ce concept souligne au moins deux tendances du discours politique global. Tout d’abord, les programmes de libéralisation politique de la fin des années 1990, en contraste avec les programmes similaires du milieu des années 1980 au milieu des années 1990, se sont démarqués des politiques qui démantelaient l’État (Weiss, 2000). Ensuite, les politiques de bonne gouvernance ont mis en avant l’intérêt croissant pour le troisième secteur de l’économie. La création et l’« empowerment » de synergies dans les institutions publiques et au sein de la société civile sont considérés comme essentiels pour la bonne gestion des affaires publiques, pour réduire le niveau élevé de la corruption et garantir une stabilité politique et sociale.

10La réforme de l’État providence est un domaine où l’État autant que les bailleurs de fonds insistent pour qu’il y ait une coopération entre ce premier et les ONG.

11Vesna, une assistante du ministre du Travail et des Affaires sociales d’une trentaine d’années, insiste sur l’urgence des réformes et le besoin de marketisation :

Si la société est réformée, les gens auront plus d’argent, tout tourne autour de l’argent. Ensuite, ils auront des besoins différents et ils vont essayer de trouver de nouveaux services pour y répondre. Par exemple, vous n’avez peut-être pas envie d’aller tout le temps dans un centre pour le travail social (CTS) et pour une question de confort personnel, vous préférez payer un service et rester à la maison. Ces alternatives vont se développer dès qu’il y aura une demande. Il s’agit donc de développer ce marché social. Pour moi, tout est question de marché. L’État ne devrait pas avoir de monopole du tout. Sans compétition, il n’y a ni qualité, ni choix [...]. Notre problème principal est la décentralisation. Les ONG devraient être le principal partenaire de ce processus. On essaye d’encourager les gens à aller vers ce secteur. De nos jours, beaucoup de personnes créent des ONG, c’est un marché. Ils constatent qu’il y avait une demande, ils y répondent et ils ont raison !

12À première vue, le nouveau discours politique semble avoir pris une distance par rapport aux concepts durs de la nouvelle gestion publique (new public management). Le vocabulaire évolue, les mots clef ont été remplacés : « contrat » a cédé la place à « partenariat », « efficacité » à « valeurs du secteur public » et « compétition » à « démocratie ». Cependant, le but reste le même. À l’instar de la tendance générale observée dans le domaine des réformes de l’État-providence dans d’autres pays (Minogue et al, 1998 ; Robinson, 1997 ; Stubbs, 2003 ; Clarke, 2004), il est considéré comme essentiel d’introduire des mécanismes s’inspirant des lois du marché, telles la capacité de gestion, la flexibilité et la compétition. Au nom de la démocratisation et de la décentralisation, la privatisation partielle des services sociaux (par des entreprises ou des ONG) est encouragée, afin de rendre les institutions publiques plus compétentes et efficaces. Il y a deux principes de base : l’État ne doit pas être le seul à financer, organiser et fournir les services et l’on demande aux individus d’assumer davantage la responsabilité de leur sécurité et de celle de leurs familles. L’ouverture à d’autres partenaires (stakeholders) pourra enfin garantir un service maximal ainsi que leur meilleure adaptation aux besoins des bénéficiaires (Matković, 2006 ; Brkić, 2002).

  • 2 http://www.sif.minrzs.gov.rs/

13En 2003, le gouvernement serbe, avec l’appui de l’Agence européenne pour la reconstruction (AER) et des gouvernements britannique et norvégien, a créé un Fonds pour l’innovation sociale (FIS)2 intégré au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Politique sociale. Cette agence « transitoire » est techniquement assistée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Sa mission est de financer des projets sociaux pilotes, nés d’une coopération entre le centre pour le travail social (CTS) ou toute autre institution étatique, avec des ONG. Cette formule met en place un mécanisme qui va garantir aux parties prenantes le droit de choisir parmi des services sociaux disponibles.

14Zoran, le gestionnaire du programme FIS, m’expliqua le plan de réforme :

FIS finance des programmes annuels [...] mis en œuvre par les CTS en collaboration avec les ONG. [...] Ce partenariat est destiné à instituer la confiance entre eux, il est également nécessaire qu’ils travaillent ensemble, puisqu’il est évident que les CTS ne peuvent pas assumer cette tâche tout seuls. Et ils ne le devraient pas ! Certains services sont de meilleure qualité lorsqu’ils sont dispensés par des ONG. C’est bien moins cher et les ONG sont plus aptes à gérer et à s’adapter aux besoins des bénéficiaires si nécessaire. Elles n’ont pas à suivre des protocoles et peuvent être créées ou disparaître en une seule journée si besoin est [...]. En 2000, une nouvelle génération d’ONG est apparue. Elles furent créées essentiellement à cause de l’afflux d’argent que les bailleurs de fonds ont alloué au pays pour les programmes d’aide humanitaire. Ces ONG ciblaient des questions bien spécifiques comme les populations rom. les personnes intérieurement déplacées ou les réfugiés... tu sais, il y avait chaque fois de nouveaux thèmes à la mode. Mais ces personnes ont acquis une expérience et une connaissance très développée de ces questions, et quand les bailleurs de fonds des projets humanitaires sont partis, ils ont créé leurs propres ONG professionnelles. Nous voulons alors les impliquer dans le processus. Nous essayons de travailler, autant que possible, avec le gouvernement local qui est censé mettre en place plusieurs services comme des garderies d’enfants, des centres d’accueil pour handicapés, des maisons de retraite, des clubs pour la jeunesse, un service de santé à domicile, des centres d’accueil et des centres de « drop-in » pour les victimes de violences... C’est-à-dire les services pour la communauté qui doivent être mis en œuvre au niveau local. On a observé que dans la plupart des cas les municipalités donnaient l’argent aux CTS, pour qu’elles se chargent de cette mission. Nous voulons changer cela, pour qu’il y ait encore plus d’ONG délivrant ces services [...]. Ainsi nous aurons un système social plus décentralisé et donc plus démocratique. Les gens doivent commencer à prendre soin d’eux-mêmes et les clients seront à même de choisir ce dont ils ont besoin.

Quelques questions théoriques

15Si l’on essaye de comprendre cette transformation sociale en utilisant les outils analytiques tels que la dichotomie État/ONG, on arrive aux explications suivantes (évoquées aussi dans l’introduction de cet article) : Dans cette « ère de la globalisation », l’État-nation n’est plus capable de représenter les intérêts de ses citoyens et de leur assurer le même bien-être que par le passé. Les acteurs infranationaux et transnationaux (les ONG pouvant être les deux en même temps) revendiquent et endossent certaines fonctions qui sapent la souveraineté et la territorialité des États (Sassen, 1996 ; Strange, 1996). Dans le contexte de la récente « mort du fordisme », l’accent est mis sur les politiques néolibérales qui « démantèlent l’État » en privatisant des fonctions autrefois assurées par des institutions étatiques. Les ONG incarnent particulièrement bien cette tendance, puisque ce sont elles qui compensent le retrait de l’État providence.

16En effet, l’argumentation qui fait des ONG des acteurs déterminants dans la propagation de la gouvernementalité néolibérale se trouve confortée si l’on examine scrupuleusement une majorité des projets mis en œuvre par les ONG en Serbie. À travers leurs projets, les ONG font appel à des technologies bien particulières telles que les formations pour les nouveaux entrepreneurs, le conseil aux chômeurs, les services sociaux alternatifs, etc. Ces technologies constituent des pratiques sociales normalisantes qui structurent les champs d’action possibles pour les autres et pourraient, en fin de compte, créer un sujet entrepreneurial capable de s’adapter au système capitaliste souhaité. Ce que l’on est certainement en train d’observer est l’émergence d’une « gouvernementalisation » des ONG. Mais se servir de cette dichotomie État/ONG, afin d’expliquer la globalisation, ou du post-fordisme n’est pas le signe d’une analyse historiquement bien renseignée.

17Tout d’abord, l’engagement des ONG dans les dispositifs de gouvernementalité n’est absolument pas nouveau, même si au cours de ces deux dernières décennies, elles apparaissent bien plus actives et professionnelles. Il n’y a pas de doute, depuis la seconde guerre mondiale, l’État était la cible principale de l’aide au développement et de sa théorie, même si un certain nombre d’acteurs non-étatiques, allant des groupes religieux aux associations de solidarité marxistes, ont été présents dans les soi-disant pays en développement. En outre, dès le début des années 1970, l’approche du développement de Rostow, résumée dans le concept de « la grande impulsion » ou du « décollage » qui a d’ailleurs inspiré d’importants projets d’infrastructures ou dans l’industrie lourde, a cédé la place à une nouvelle conceptualisation dans laquelle les projets ciblaient en priorité la satisfaction de besoins humains de base comme la santé, l’éducation et l’emploi (Rist, 2001). Les microprojets furent jugés plus adaptés pour atteindre ces objectifs, et les ONG apparurent comme de meilleurs partenaires pour leur mise en œuvre, notamment en raison de leurs avantages comparatifs tels que leur flexibilité, l’efficacité-coût ainsi que leur capacité à travailler au niveau local. Dans le monde postcommuniste, les ONG ont acquis une signification nouvelle car elles symbolisaient la démocratie participative. Il me semble que la véritable innovation des ONG au cours des deux dernières décennies réside justement dans cette subjectivité particulière qu’elles incarnent : un individu actif, entreprenant et responsable de lui-même. Dans ce contexte, les ONG, au-delà de leur mission de maître d’œuvre de projets, apparaissent comme de véritables projets.

18De plus, le discours totalisant du « démantèlement néolibéral de l’État » engendre une analyse a-contextuelle qui ne peut saisir les complexités socio-historiques dans le temps et dans l’espace (Peck et Tickell, 2002 ; Clarke, 2008). Cela présuppose qu’il y ait eu historiquement un État souverain puissant, qui a désormais disparu ou est sur le point de disparaître. À l’évidence, cette conception produit un type d’État idéal. Il ne peut y avoir d’étatisation de la société là où l’État est omniprésent, car aucun État n’a jamais réussi à exercer un contrôle absolu sur ses sujets et ses frontières (Mendras, 1999). Plus important encore, ces types d’approches, en donnant à la « nouveauté » un statut d’axiome, créent une sorte de rupture historique entre, par exemple « le temps glorieux de l’État providence » et le post-fordisme, alors qu’ils n’arrivent pas à admettre la continuité historique, nécessaire pour comprendre le changement social. George Baca dans son article « Legends of Fordism » (2005) souligne des erreurs historiques qui réifient les politiques sociales d’après-guerre, afin de mettre en scène l’époque changeante de « l’accumulation flexible » de Harvey :

En utilisant l’idéal du fordisme comme si c’était une structure analytique, Harvey a court-circuité d’importantes questions sur la continuité existant entre le capitalisme social [welfare capitalism] et l’accumulation flexible. Les délimitations de cette analyse l’ont empêché de s’apercevoir que le fordisme existait comme revendication idéologique, dont se sont servies les élites industrielles pour reconstruire sur les décombres de la seconde guerre mondiale, les économies nationales et les holdings impériales. L’ensemble des politiques sociales en vigueur après-guerre [post war welfare] était un ensemble complexe de stratégies disciplinaires qui menèrent directement aux importantes ruptures que Harvey circonscrit au début des années 1970. De cette façon, il ignore la question très sérieuse qui est comment chaque régime politique et économique, et pas simplement les régimes flexibles, reformule la relation entre les individus et l’État. (Baca, 2005 : 37)

19Si l’on comprend le recul de l’État providence comme une dévolution, on réifie l’État avant « l’ère de la globalisation » comme une institution singulière et homogène fondée sur la souveraineté populaire. On manque alors d’analyser la logique disciplinaire sous-jacente à l’État providence depuis la fin du xixe siècle, voulue pour diriger et contrôler les « classes dangereuses » de chaque moment historique (Ewald, 1986 ; Piven et Cloward, 1971). Après tout, les enquêtes menées par les anthropologues sur les réformes de l’État providence dans les pays postcommunistes ont déjà mis l’accent sur des liens familiaux, ethniques et religieux persistants ainsi que sur le rôle des réseaux de patronage dans la provision sociale. Elles ont certainement à la fois questionné la rhétorique de l’État omniprésent dans le socialisme et rendu inutiles les dichotomies analytiques telles que publique/privé, étatique/non-étatique et formel/informel pour la compréhension des systèmes de prestation sociale (Thelen et Read, 2007).

« Quand les autres voient la guerre, je vois trop de connexions »

20Comme il a été dit précédemment, l’État, loin d’être une sorte de victime de la globalisation, est le principal acteur de son propre « déclin ». Les ONG locales contribuent et même facilitent le recul de l’État providence en essayant de devenir des prestataires de services alternatifs, des organisateurs, des consultants ou des évaluateurs des réformes. Le ministère serbe des Affaires sociales non seulement ne se sent pas menacé, mais au contraire encourage cette évolution à travers ses politiques, ses projets et ses mécanismes. La privatisation partielle de l’État providence est reconnue comme bénéfique par l’État lui-même.

  • 3 À ce stade, nous devons éviter le conflit exagéré entre Marx et Foucault (Gold, 1990 ; Kumar, 2007 (...)

21Néanmoins, traiter de l’État et des ONG dans le cadre de la même gouvernementalité en raison de l’alliance qui les lie dans la mise en œuvre du même projet politique, n’est pas suffisant. Nous devons aller plus loin et essayer de saisir les dynamiques de pouvoir liées à la structure des classes3. En Serbie, ce ne sont pas toutes les institutions étatiques qui font la promotion des nouvelles politiques sociales. Et toutes les ONG n’y adhèrent pas. La réforme est un processus qui part du haut vers le bas (top down), c’est une condition pour l’intégration européenne. Au lieu de parler de l’alliance entre un État abstrait et un secteur associatif homogène, nous devrions plutôt faire référence à l’alliance existant entre les institutions étatiques au plus haut niveau de la hiérarchie (comme le ministère et les autres agences de planification) avec les ONG très professionnelles, bien établies et impliquées dans le suivi, le conseil et l’évaluation des projets à caractère social. Le fait que ces organisations occupent des postes décisionnels stratégiques et politiques leur permet de gouverner, c’est-à-dire de structurer les possibles champs d’action des autres. On en reparlera ultérieurement, mais les autres institutions étatiques, comme les CTS et les ONG impliquées dans les prestations de services, ont des positions, des intérêts et des idées totalement différentes.

22Lorsqu’on réalise qu’assez fréquemment, ce sont les membres d’un même groupe qui occupent consécutivement des postes au sein des grandes institutions étatiques et au sein des ONG influentes, le schéma conceptuel État/ONG devient alors problématique. Depuis le premier gouvernement démocratique formé en 2001, un nombre important d’experts et d’activistes d’ONG ont été nommés à des postes à responsabilités au sein d’institutions étatiques et notamment aux ministères de l’Éducation, des Affaires sociales et de l’Économie ou encore au sein d’agences étatiques comme le bureau pour la Réduction de la pauvreté, le bureau pour l’Intégration européenne, le Fonds pour l’innovation sociale ainsi que les ambassades à travers le monde. Ces transferts ne sont pas permanents ou encore de long terme. La formation éventuelle d’un nouveau gouvernement ou la fin d’un projet de développement accélère les départs en masse d’employés des institutions étatiques vers le secteur associatif, jusqu’à ce qu’une nouvelle occasion se présente pour un retour vers le public.

23Cette réalité est quelque peu embarrassante pour les bailleurs de fonds des ONG, pour qui les ONG sont censées représenter une alternative politiquement neutre, se faisant les porte-parole des citoyens, étant animées par des individus prêts à l’action et au changement social, portés par des aspirations idéalistes. Cependant, aux yeux des ONG, cette « anomalie » est justifiée par le besoin d’expertise. Janka a 35 ans, elle est l’une de ces personnes circulant constamment entre la sphère étatique et les ONG. Lorsqu’on l’interroge sur son parcours professionnel, elle raconte :

Au début, je travaillais pour une ONG internationale et j’ai eu l’opportunité de voyager à Washington, en Afrique, de rencontrer et de discuter avec des gens. J’ai ainsi appris à la source de nombreuses choses sur les questions de pauvreté. Et donc, quand le gouvernement m’a fait une proposition, j’ai accepté. Mais il n’y a rien de politique dans cette décision. J’ai rejoint le gouvernement car j’étais un expert sur ce type de projets et je pouvais les guider et les aider à rédiger leurs politiques. Je n’ai rejoint aucun parti politique tout comme je ne suis membre d’aucun parti politique. Il s’agissait d’une relation strictement professionnelle, d’une expertise... Beaucoup d’employés d’ONG se sont retrouvés au gouvernement. Et c’était une évolution raisonnable. La Serbie est un très petit pays et pendant les guerres il y a eu une fuite massive des cerveaux. Et il ne restait donc qu’un petit nombre de personnes réellement compétentes pour mettre en œuvre les réformes, et en général elles ne se trouvaient pas dans les institutions étatiques. Ces gens sont tellement allergiques au changement ; ils n’ont pas d’éducation moderne et, comment dire, ils travaillent dans le style communiste !

24Nous assistons ici à l’émergence d’une nouvelle classe de technocrates qui transcende la division entre les secteurs supposés distincts et homogènes de l’État et de la société civile. Même si ce groupe d’experts n’est pas autonome, puisque sa survie et son avenir dépendent énormément – si ce n’est exclusivement – de l’aide internationale, j’aimerais les considérer comme faisant partie de l’élite du fait de l’importante accumulation de différents types de capital (Bourdieu, 1979,1986) ainsi que de leur pouvoir d’influence. Ces personnes profondément impliquées dans ce que Sampson (2003) a appelé une « société de projet », constituent un groupe social particulier avec des caractéristiques bien spécifiques, connaissant les stratégies nécessaires pour conforter leurs positions et assurer leur avenir. Tout d’abord, à l’origine, ils appartiennent à la classe moyenne (Lazić, 2005) et vivent uniquement en milieu urbain, si ce n’est dans la capitale. Comme me l’expliquait l’un de mes informateurs, le secteur des ONG fut, pour la classe moyenne urbaine en difficulté, la seule filière qui avait survécu aux temps difficiles. En outre, ces personnes sont diplômées de l’enseignement supérieur, d’universités étrangères pour une bonne partie et bénéficient de salaires de bon niveau comparés aux standards du pays. Elles ont également l’opportunité de voyager à l’étranger pour y assister à des formations ou à des conférences. Leur passage d’un secteur à l’autre a élargi leur sphère d’influence et leur a donné un accès privilégié à la connaissance et à l’information. Ceci a également favorisé l’apparition d’un réseau social très fermé, généralement doublé de relations familiales et comprenant les hauts dirigeants d’ONG, les consultants, les bailleurs de fonds ainsi que les dirigeants politiques et économiques locaux. Plus important encore, ils ont accumulé – grâce à leur maîtrise du jargon anglo-saxon du développement et à leur connaissance des techniques de management - un véritable « capital technocratique » également assimilable à un capital symbolique. Ils se considèrent – et sont reconnus comme tels par les bailleurs de fonds – comme modernes et cosmopolites, en opposition aux traditionalistes et nationalistes. Alors qu’ils bénéficient de la légitimité et du statut culturel conférés par leur appartenance à la société civile, ils circulent sans entrave entre les institutions étatiques et non-étatiques. Mais lorsqu’ils rejoignent le gouvernement, ils ne s’y identifient pas pour autant. La politique, disent-ils, est un sale boulot. Cela corrompt les gens. Ils offrent juste leur expertise, conformément à l’esprit de la « bonne gouvernance ». D’ailleurs leurs mouvements permanents ne sont pas décrits comme étant un choix, mais plutôt comme étant la réponse à un besoin d’intervention de leur part. Car, comme l’ex-ministre du Travail et des Affaires sociales, travaillant actuellement comme expert pour une ONG, me l’a déclaré : « si nous attendons une réaction d’en bas, nous devrons attendre 2 000 ans ! ». Quid du caractère populaire des ONG !

25Cependant, en dépit de ce discours dépolitisé auto-référent, on ne peut qu’observer les liens étroits que la plupart de ces experts entretiennent avec presque tous les partis politiques soi-disant démocratiques (le Parti démocratique, le Parti démocratique de Serbie, le G17+ et le Parti libéral-démocratique). On peut en partie expliquer ce phénomène par l’absence de distinction claire entre les ONG et les partis politiques pendant la période de formation de ces organisations, au moment de l’introduction du multipartisme, période qui correspond également à la crise économique et politique des années 1990. Mais ces trajectoires sociales devraient faire l’objet d’un autre article. En outre, cette proximité trouve également ses racines dans un certain pragmatisme, puisque les partis politiques représentent l’un des canaux sociaux les plus efficaces pour agir. Bon nombre d’experts sont souvent également membres de ces partis politiques ou travaillent en coopération étroite avec eux. Certaines organisations importantes de la société civile sont elles-mêmes devenues des partis politiques. Otpor, le mouvement social des années 1990 contre Milosevic qui se transforma en ONG, est devenu un parti politique en 2003, mais il a échoué aux élections. Alors la majeure partie de ses membres fut intégrée au parti au pouvoir, le Parti démocrate. L’histoire s’est mieux terminée pour la quasitechnocrate ONG G17, devenue un parti politique d’économistes qui – avec son slogan « l’expertise au-dessus de la politique » – a réussi à entrer et rester au gouvernement depuis 2001. Ses membres y occupent d’importants postes dont celui de ministre de l’Économie et du Développement régional.

26Même si ces évolutions ont contribué à la confusion généralisée entre les ONG et l’État, elles sont le signe d’au moins deux tendances : la première étant un certain degré d’ongisation (Kamat, 2002) de certains groupes sociaux et mouvements. Deuxièmement, elles indiquent aussi un transfert des politiques non-gouvernementales vers les politiques étatiques du gouvernement. Bien entendu, tous les experts des ONG n’ont pas participé à la lutte politique des années 1990. Un bon nombre d’entre eux sont arrivés dans le pays après la chute du régime en 2000, pour prendre des postes d’experts financés par les bailleurs de fonds au sein des ONG ou du gouvernement. Néanmoins, le professionnalisme de ces experts recrutés pendant les guerres est inattaquable. Comme dans d’autres pays postcommunistes, de nombreux donateurs ont généreusement mis à disposition des financements pour ce qu’on appelle « développer la société civile ». Les associations locales ont été quelquefois formées à l’excès. Ces projets incluaient un volet d’assistance technique pour épauler la création de nouvelles ONG et des programmes spécifiques pour « renforcer la capacité » et consolider leur culture et leur structure organisationnelles. Les thèmes de ces formations incluent des sujets aussi variés que la planification stratégique, l’apprentissage de la prise de parole en public ou encore la méditation spirituelle new-age et l’orientation des valeurs.

27Ivana, directrice de programme d’une ONG, ancienne conseillère au ministère du Travail et membre du Parti démocrate, se lamente :

  • 4 Cet entretien eut lieu en 2006, sous le gouvernement du Parti démocratique de Serbie de Vojislav K (...)

Quand je compare notre époque à ce qu’était la période avant 2000, je peux dire que notre activisme a presque disparu... peut-être est-ce normal, je ne sais pas. Peut-être que cette époque n’était pas normale, tu sais, quand on doit risquer sa vie pour travailler pour une ONG. Mais à l’époque, on avait l’impression qu’on travaillait pour quelque chose qui était réellement important pour la société, pour le pays et pour les gens, que l’on était prêt à mettre en danger beaucoup de choses pour cela [...]. Et il n’y a plus tant de dévouement. De nos jours, on travaille sur des projets avec professionnalisme, comme on le ferait dans une tout autre sphère professionnelle. Et j’ai l’impression que je connais beaucoup de gens qui pensent la même chose [...]. Beaucoup d’ONG actives, dont la nôtre, sont passées à des programmes éducatifs, de renforcement des capacités et à des programmes d’éducation pour les femmes sans emploi auxquels nous n’aurions jamais pensé auparavant. On a perdu notre activisme. Tu sais, en fait nous ne savons pas comment combattre cela. Je veux dire qu’officiellement nous avons un gouvernement démocratique, qui a été porté au pouvoir par des élections démocratiques, qui proclame publiquement son choix et ses valeurs démocratiques. Mais en pratique, ce n’est ni notre allié, ni notre ami. Et donc on ne sait pas comment se battre, on n’a pas d’ennemi comme Milosevic, par exemple, et c’est bien plus difficile ainsi4.

28Marija, une de ses collègues, partage cet avis et ajoute qu’elle est un peu anxieuse pour l’avenir du secteur associatif :

Nous vivons ainsi, c’est le problème de ce secteur. On a tout le temps des dates butoirs à respecter, tout le temps. Quand tu en as fini avec une, il y en a une autre qui t’attend à la porte ! Regardez ! [Et elle me montre accroché au mur, un énorme calendrier pour les mois de février et mars, rempli de notes et couvert de Post-it] C’est un travail épuisant, c’est notre quotidien et malheureusement cela ne peut pas changer. C’est comme ça ! [...] Si tu réussis, tu ne peux pas te passer de procédures et de structures. Le succès engendre la bureaucratie, et c’est quelque chose que ceux qui ont commencé dans un élan de spontanéité et qui sont attachés à leur travail ne pouvaient pas imaginer. Ils étaient dans la rue et d’un coup ils se retrouvent avec des papiers et des rapports à faire et des calendriers à respecter [...]. (Certains d’entre nous n’y arrivent plus et abandonnent. C’est un travail difficile, [...] quelquefois je trouve que la façon dont nous travaillons [...] et nous devons nous y plier, nous devons accepter les audits, respecter les délais, écrire des propositions, mais où est l’intérêt ? C’est stressant et à long terme cela va tuer ce secteur. S’il y a trop de professionnalisme, ce n’est pas bon, il faut qu’il y ait un équilibre.

29Il n’y a pas de doute, l’engagement des individus dans le monde associatif et l’adhésion à la « culture de projet » ont vraiment modifié leur rapport aux questions sociopolitiques, à leur conceptualisation ainsi qu’à l’ensemble des solutions possibles. Lorsque l’on envisage de traiter une question sociale dans le cadre d’un projet, il faut, par définition, pouvoir le gérer, l’évaluer et le contrôler. Le quotidien des ONG a radicalement changé. La gestion, les propositions de projets et les rapports, la recherche de financements et le stress constant lié aux délais imposés sont devenus les principales préoccupations de la routine de ces personnes. Mais mis à part ceux qui soutiennent qu’une meilleure gestion donne de meilleurs résultats, la plupart de ceux qui travaillent dans une ONG se plaignent des exigences bureaucratiques des bailleurs de fonds, pour ce qui est des propositions de projets et des audits. Néanmoins, ils considèrent cette situation comme étant irréversible. Un de mes contacts m’a dit : « Nous sommes la société civile, mais nous sommes une société civile payée et cela a des conséquences. »

Stigmatiser la « résistance » aux réformes

30La dichotomie État/ONG dans laquelle le premier des termes est « diabolique » et le second « vertueux », ne figure pas seulement au répertoire analytique des chercheurs. C’est également une description émique, une abstraction qui prend vie et sens lorsqu’elle est utilisée par les informateurs eux-mêmes. Mais comme nous l’avons vu, le fossé entre l’État et les ONG n’est finalement pas si bien défini et l’on ne peut que se demander pourquoi ces personnes adoptent un discours si négatif à l’encontre de l’État, il nous faut préciser qu’aucune de ces ONG n’affiche d’opinions anarchistes et aucune ne semble rêver d’une société sans État. Au contraire, beaucoup d’entre elles sont directement impliquées dans des projets de construction de l’État, de création et de consolidation d’un État libéral et régulateur. Ce genre d’initiative comprend des formations pour les fonctionnaires, employés d’écoles, de prisons, de centres pour le travail social et des ministères ainsi que des projets ciblant le renforcement des capacités des administrations locales ou encore les réformes constitutionnelles, etc. Les ONG ne s’opposent pas à l’idée d’un État, et elles considèrent ce dernier soit comme une donnée historique, soit comme une variable indépendante naturalisée au service du bien commun. Elles s’opposent à ses dysfonctionnements. Comme les causes de ces dysfonctionnements ne sont jamais considérées comme étant liées à des facteurs historiques et structurels mais uniquement comme résultant de la corruption et de l’héritage communiste, la résistance des ONG ne représente pas grand risque.

31Vesna continue son récit et tente d’expliquer la lenteur de la mise en œuvre des réformes sociales.

  • 5 Elle taisait référence aux catégories standard de la planification stratégique telles que « missio (...)

Le plus gros problème c’est la réforme des centres pour le travail social (CTS). Je crois que le cœur du problème est la gestion. Dans les CTS, il y a des professionnels et des experts dont des travailleurs sociaux, psychologues, pédagogues, etc. Ils sont tous très professionnels, mais ils n’ont aucune idée de ce qu’est le management. Que diriez-vous d’un excellent professionnel qui n’a jamais entendu parler de planification stratégique ? Va-t-il réussir à travailler ? Non ! Les centres pour le travail social n’ont pas ces compétences. Ces gens ont besoin d’être formés et de développer leurs compétences. La gestion de projet est en fait une chose très simple. De nos jours, avec tous ces projets financés par le PNUD, bla bla... la gestion est devenue quelque chose de mythique ! Comme si c’était affreusement difficile et compliqué. C’est juste rationnel. Avec une bonne gestion, il y a moins de bureaucratie ! Les employés des doms [Institutions publiques pour groupes vulnérables], si tu leur demandes juste ce qu’est leur « but5 », ils ne sauront pas quoi te répondre. Ils ne savent même pas ce qu’est un but ! C’est si simple ! C’est la base du cycle de gestion des projets ! C’est si simple et cela ne nécessite pas d’argent. Il est important pour les jeunes d’intégrer ces institutions. Comment peut-on faire changer une personne de cinquante ans ? Impossible [...] dans tous les cas, le personnel des institutions doit maintenant se réformer avec le processus de désinstitutionalisation. Toutes ces personnes doivent suivre une nouvelle formation afin d’être capables de fournir d’autres services comme par exemple faire partie des équipes mobiles. Mais d’un côté ils ont peur de se retrouver au chômage et de l’autre ils ne font rien ! Ils ont uniquement appris à attendre ! Ils devraient se projeter dans l’avenir et se préparer à suivre les évolutions. C’est leur responsabilité d’être prêts. Il ne faut pas juste rester debout et attendre, ils devraient développer leur compétence en fonction du marché.

32Les gens travaillant à tous les niveaux et dans tous les secteurs ont un discours dépréciatif à l’égard des employés du secteur public. Ivan, directeur d’une grosse ONG, résume une opinion généralement partagée :

Généralement, il y a un point commun à toutes les institutions publiques et, je ne parle pas seulement des centres de travail social, mais aussi des écoles, des dispensaires [...] partout où vous allez au niveau local, les gens sont toujours très frustrés et même intimidés par la réforme et par tout ce qui se passe autour. L’État a entamé le processus de réformes, mais ce n’est pas toujours présenté clairement ni de façon transparente. Et les gens ont le syndrome de la transition, nous sommes en transition, cela aurait dû commencer il y a bien longtemps, mais nous commençons à peine maintenant. Les gens des centres pour le travail social sont très effrayés de ce qu’il va se passer, pourront-ils garder leur emploi ? Et si oui, qu’en sera-t-il ? Ils se plaignent en permanence qu’ils sont débordés et ils le sont ! C’est parce qu’ils gardent leurs vieilles méthodes de travail. On a organisé un tas de formations pour les informer de tous les aspects de cette réforme et maintenant nous leur offrons une assistance technique par le biais d’un consultant externe. On essaye de leur faciliter la compréhension et l’acceptation de cette réforme. Mais ils sont encore réticents à décider « on va dépasser cette réforme et on va travailler » car ils sont toujours effrayés : « Oh mon Dieu ! comment en serais-je aussi capable ? » Je comprends cela. Pendant les études à l’université, on apprend de nombreuses théories très abstraites, un tas d’informations se logent dans votre cerveau et personne ne vous enseigne comment en fait le travail est fait. Malheureusement, presque partout ils passaient 90 % de leur temps assis derrière un bureau à attendre le client qui viendrait à eux. Et même s’ils étaient supposés faire du terrain, ils ne le faisaient pas ! Ils étaient juste assis là et restaient assis. C’est cette culture communiste, tu attends que les choses se fassent. Si elles ne se font pas, eh bien elles ne se font pas ! Comment change-t-on la mentalité des gens ? Ils ont besoin d’être modernisés. Mais ils ont 40, 50 ou 60 ans en moyenne, alors ils pensent : « Mon Dieu, je veux juste arriver à la retraite en paix, je ne veux pas être réformé, je veux finir mon travail de la même façon dont je l’ai commencé ! »

33On peut observer comment une caricature de l’employé d’un centre de travail social est construite, à la fois en termes techniques mais aussi psychologiquement et culturellement. Ces gens sont censés avoir le « syndrome de la transition » et la peur de leur propre incapacité. Ces peurs sont fondées sur un sentiment très concret d’insécurité et notamment sur la peur de perdre son emploi. Mais ils devraient avoir peur seulement parce qu’ils ne comprennent pas bien et n’adhèrent pas à la réforme, et non parce que la réforme entraînerait des réductions de postes à cause d’un « surplus d’experts ». On entend souvent l’idée que les employés des centres pour le travail social sont d’un âge moyen et à cause de ça ils seraient malheureusement difficiles à convertir. Formés dans des universités à l’ancienne, ils ont des connaissances désuètes et aucune base en gestion. D’ailleurs ce n’est pas uniquement la qualité de leurs connaissances qui pose problème, mais également leur mentalité, celle de rester assis et d’attendre « du berceau jusqu’à la tombe ». La seule solution serait une sorte de révolution générationnelle où des jeunes gens rodés aux « cultures modernes » apporteraient automatiquement une sorte de régénérescence.

34Il n’est finalement pas si surprenant d’entende à peu près le même discours à propos des ONG qui travaillent directement comme prestataires de services. Dans les années 1990, dans le contexte des guerres ethniques et des sanctions internationales, les ONG humanitaires, soutenues par les bailleurs de fonds, étaient virtuellement les seuls acteurs qui offraient un service social et se substituaient ainsi aux centres pour le travail social défaillants. Cependant, après 2000, la crise humanitaire s’est faite plus urgente à l’Est, entraînant un déplacement des bailleurs de fonds vers ces régions. Les ONG prestataires de services ne soutiennent pas vraiment les politiques de libéralisation mises en avant par les ONG faisant du « policy-making » (de la prise de décision) et des consultations. Bien au contraire, ces ONG souhaitaient voir leurs services intégrés au budget central afin de garantir leur pérennité, puisque les financements se sont faits plus rares.

35Branko, un ancien expert d’ONG travaillant comme conseiller pour le ministère des Affaires sociales, commente cette évolution :

Ici, ce n’est pas comme dans les autres pays de l’Est où les ONG très libérales se sont prononcées en masse dans les années 1990 pour la privatisation des services sociaux. Ici, on parle plutôt de « welfare mix » et... enfin pour vous dire la vérité, les ONG ici sont rétrogrades. Elles veulent être intégrées au budget parce qu’elles ont peur de ne plus avoir de fonds propres. C’est la solution la plus simple. Mais alors qu’en serait-il de leurs motivations ? Si elles savent que l’argent arrive de toutes les manières, il n’y a plus de pression pour fournir un travail de qualité ou être innovant. Qu’elle sera alors leur force motrice ? Et comment pourront-elles rester indépendantes de l’État si elles sont financièrement dépendantes de ce dernier ? Je ne sais pas, mais je suis très sceptique vis-à-vis de cette attitude des ONG. Ce n’est pas tant le cas ici à Belgrade, mais plutôt dans les petites villes. Les gens n’y sont pas si ouverts d’esprit et ils ne voient pas où est leur intérêt. Le style communiste persiste, ils veulent dépendre de l’État. L’État peut donner de l’argent bien sûr, mais connue un donateur parmi tant d’autres, et dans une certaine mesure. Comme le gouvernement norvégien par exemple. Ils disent qu’ils ont 20 millions et annoncent dans quels domaines ils veulent les investir. Ensuite il y a un appel à propositions et la sélection des ONG. Vous leur donnez de l’argent, ils vous donnent ce dont vous avez besoin et au revoir, merci ! Voilà c’est comme cela, on fait notre travail, ils font le leur. Si c’est comme cela ok. Sinon, tu donnes de l’argent et qu’obtiens-tu en retour ? Les ONG vont finir par ressembler aux centres pour le travail social...

36La force de ces récits réside dans leur capacité à créer la différence. Le discours des ONG conforte le schéma opposant l’État à la société civile en élaborant une image très particulière de l’État : une institution désuète, presque pré-moderne, manquant d’expertise et de ressources humaines compétentes, nourrie d’une culture communiste de la dépendance et de l’impuissance, quelquefois nationaliste, profondément corrompue et sans éthique, extrêmement bureaucratique et improductive, en bref, une structure inefficace et incapable de protéger et de servir tant ses propres citoyens que le bien commun. Cette représentation, qu’elle soit proche ou non de la réalité, a au moins une conséquence : elle crée et rend légitime le besoin d’intervention des experts d’ONG, puisqu’elle les définit comme l’opposé absolu de l’État. Ils sont diplômés et compétents, rentables et professionnels, efficaces et flexibles, moraux et cosmopolites et réellement démocrates. Il y a une dimension morale dans leur façon de s’identifier puisqu’ils se présentent eux-mêmes comme des humanistes, au-dessus des jeux politiques opportunistes et des intérêts personnels. Avoir un pied dans la société civile leur permet de revendiquer une certaine représentativité ou tout du moins leur capacité à saisir « l’humeur du peuple ». Leur rôle de médiateur dans le cadre des réformes de la société leur apparaît tout simplement vital.

37Cependant, cette stigmatisation de l’État, ne s’applique pas à toutes ses institutions : les ministères soutiennent les réformes alors que les centres pour le travail social sont ceux qui doivent être blâmés pour ne pas avoir compris ni mis en œuvre les réformes. Cette même aliénation a également été prêtée à certaines ONG locales offrant des prestations de services en raison de leur demande d’être incorporées au programme social national afin de garantir le service qu’ils offrent ainsi que leur propre existence. En fin de compte, les relations de classe entre tous ces groupes sont élégamment expliquées avec des arguments basés sur l’idée que la résistance aux réformes est fondée sur l’obstination culturelle et la frustration physiologique. Puisque la réforme est censée mieux répondre aux besoins des individus, la résistance s’explique par la peur et l’incapacité des gens à s’y engager et non pas par la remise en question de leur droit au travail ni par leur dépossession matérielle et symbolique, que les réformes entraînent « malheureusement ».

Conclusion

38Pour conclure, on peut dire que la gouvernementalité néolibérale est un raisonnement politique qui a pu être mis en pratique en Serbie, à travers de nombreux projets d’ONG. Après tout, l’action d’aider est un exercice de pouvoir qui s’opère en mode « disciplinaire ». Cependant, ce développement ne suppose pas l’existence d’un conflit simplifié entre l’État et les acteurs non-étatiques où l’État est une victime de la globalisation et les ONG son substitut. Il est important de noter que la prolifération d’ONG financées et soutenues par les « programmes de société civile » des bailleurs de fonds n’a finalement pas atteint son but qui était de créer et de renforcer une « société civile vibrante » et par là même une nouvelle subjectivité libérale. Le néolibéralisme comme régime de vérité produit un type spécifique de connaissance ainsi que des logiques qui renforcent des modes particuliers de subjectivation. Cependant, créer les conditions pour devenir est une chose, devenir vraiment en est une autre, et c’est peut-être ici que réside la limite de l’approche foucaldienne. Bien sûr, si le meilleur état de gouvernance n’est possible que grâce à la formation de subjectivités particulières qui finalement gouverneront elles-mêmes, alors l’ONG comme forme d’organisation sociale incarne le sujet néolibéral idéal : l’expression des citoyens démocrates, modernes et actifs. Ce modèle de citoyen idéal est fondé sur le principe de responsabilisation de l’individu et sur le développement d’une culture caractérisée par le sens de l’initiative contrastant fortement avec la « culture de la dépendance » communiste.

39Néanmoins, les organisations issues de la base de la société (grassroots) sont finalement assez rares et l’on dénombre très peu de volontaires. Le contexte économique difficile qui a suivi la grave crise structurelle des années 1980, les guerres ethniques et les sanctions des années 1990, et les réformes libérales après 2000, n’ont pas laissé un grand espace pour les citoyens actifs qui souhaitaient prendre leur destin en main pendant leur temps libre. L’une des difficultés les plus gênantes de cette réforme sociale est justement qu’il n’y a pas assez d’ONG issues de la base, pour dispenser localement les services sociaux autrefois assumés par les institutions étatiques et les GTS. Le ministère pousse pour que cela évolue, en vain, car la plupart du temps ce sont les mêmes employés des CTS qui créent leur propre ONG pour prendre en charge le travail supplémentaire et avoir de meilleurs revenus.

40Il est même difficile de dire si cette subjectivité existe au sein du corps d’élite technocrate et « circulant ». L’ère des projets a profondément modifié le mode de vie des gens et en général leur rapport à la politique. Après la chute du régime de Milosevic en 2000, et à l’exception de quelques groupes féministes, l’activisme politique a cédé la place au professionnalisme et à la bureaucratie. Mais avoir participé à une centaine de formations ne veut pas dire automatiquement que l’on a acquis une nouvelle identité ou une certaine subjectivité. Ces dernières sont dans la pratique en permanence remises en question et renégociées en fonction des situations nouvelles et des évolutions. Les ONG sont devenues des entrepreneurs, notamment lorsqu’elles lèvent des fonds et entrent dans la compétition sur le marché des projets. Mais comme nous l’avons vu plus haut, ceci ne peut compenser ce que l’on attend d’un « agent responsable et autonome de la société civile », le sujet idéal de notre domaine, libéré des « fantômes de l’État », des partis politiques dits (pas dans le texte original) anachroniques ou encore de « la tyrannie des cousins » (Gellner, 1995 :33).

41Cet article s’est attaché à déconstruire le conflit exagéré entre l’État et les ONG qui, loin d’être un outil analytique précis, est en lui-même un discours partisan révélateur d’une pensée libérale bien spécifique. Au-delà des questions théoriques, l’ethnographie révèle combien la dichotomie des récits constitue un discours éminent utilisé par des acteurs spécifiques afin de stigmatiser un « État obsolète » et de mettre en valeur les pratiques « modernes » des ONG. L’analyse de la formation de la classe d’experts qui transcende les deux secteurs nous permet de regarder en détail ce schéma qui nous montre que ces catégories modernistes ressemblent plus à des revendications et à des projets qu’à des vérités. Il est important d’étudier les acteurs étatiques et non-étatiques à travers la même grille de lecture de gouvernance. Ils font tous deux partie intégrante du même dispositif politique où figurent également les organisations internationales, les réseaux transnationaux et les agences jouant les intermédiaires, structurant ainsi ces jonctions critiques (Kalb et Tak, 2005) entre le local et le global. Ces régions prétendument « sous-développées », en situation de « post-conflit » ou en « transition » comme la Serbie, nous offrent l’occasion privilégiée de comprendre ces nouvelles arènes politiques ainsi que les questions de pouvoir et de souveraineté qui en émanent.

Bibliographie

Bibliographie

Arrighi G. (1997), « Globalization, state sovereignty, and the “endless” accumulation of capital », in Kalb, Don et. al. eds., The Ends of Globalization : Bringing Society Bach. Lanham (MD) Rowman & Litdefield : 125-150.

Baca G. (2005), « Legends of Fordism : between myth, history, and foregone conclusions », in Bruce K. ed., The Retreat of the Social : the Rise and Rise of Reductionism. New York, Bergahan Books : 31-46.

Badie B. (1998), « De la souveraineté à la capacité de l’État », in Smouts M.-C. ed., Les Nouvelles relations internationales. Pratiques et théories. Paris, Presses de Sciences Po : 37-58.

Bourdieu P. (1979), La distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Minuit. – (1986), « The forms of capital », in Richardson J. ed., Handbook of Theory and Research for the Sociology of Education. New York, Greenwood : 241-258.

Brkić M. (2002), Uloge Nevladinog Sehtora u Budućoj Socialnoj Politici Jugoslavije In Socialni Rad I Socialna Politiha. Zbornik radova V. Beograd, Fakultet Politickih Nauka u Beogradu.

Brown K. ed. (2006), Transacting Transition: The Micropolitics of Democracy Assistance in the Former Yugoslavia. Bloomfield (CT: Connecticut), Kumarian Press.

Clarke J. (2004), Changing Welfare, Changing States : New Directions in Social Policy. Londres, Sage Publications.

– (2008), «Living with/in and with/out neo-liberalism», Focaal-European Journal of Anthropology, vol. 51: 135-147.

Comaroff L.J. et Comaroff J. eds. (1999), Civil Society and the Political Imagination in Africa, Critical Perspectives. Chicago/Londres, The University of Chicago Press.

Cox R.W. (1999), «Civil society at the turn of the millennium: prospects for an alternative world order», Review of International Studies, vol. 25, no 1: 3-28.

Ewald F. (1986), L’État Providence. Paris, Bernard Grasset.

Ferguson J. et Gupta A. (2002), « Spatializing States : toward an ethnography of neoliberal governmentality », American Ethnologist, vol. 29, no 4 :981-1002.

Fisher W. F. (1997), «Doing good? The politics and anti-politics of NGO practices», Animal Review of Anthropology, vol. 26: 439-464.

Friedman J. (2005), « Plus ça change : On not learning from history », in Friedman J. et Chase-Dunn C. eds, Hegemonic Declines : Past and Present. Boulder, Paradigm Press : 89-114.

Gellner, E. (1995), «The importance of being modular», in Hall J. A. ed., Civil Society: Theory, History, Comparison. Cambridge, Polity Press: 32-55.

Gold S. J. (1990), «Foucault’s critique of functional Marxism», Rethinking Marxism, vol. 3 (3-4): 297-307.

Hilhorst D. (2003), The Real World of NGOs : Discourses, Diversity and Development. Londres, Zed Books.

Hirst P. et Thompson G. (1996), Globalisation in Question. Cambridge, Polity.

Hours B. (2002), Domination, dépendances, globalisation. Traces d’anthropologie politique. Paris, L’Harmattan.

Kalb D. et Tak H. (2005), Critical Junctions : Anthropology and History beyond the Cultural Turn. New York, Berghahn Books.

Kamat S. (2002), Development Hegemony : Non-Governmental Organisations and the State in India. Delhi/Oxford, Oxford University Press.

Kumar C. (2007), « Foucault, disciplinary power, and the “decentering” of political thought : a marxian view », http://people.su.se/~guarr/ldeologi/Ideologi.htm (consulté le 20 septembre 2012.)

Lazić M. (2005), Promette i Otpori. Beograd, Filip Visnjic.

Matković G. (2006), Decentralization of Social Welfare in Serbia. Belgrade, Center for Liberal-Democratic Studies.

Mendras H. (1999), « Le “mal de Bodin”. À la recherche d’une souveraineté perdue », Le Débat, no 105 : 71-89.

Minogue M., Polidano C. et Hulme D. eds. (1998), Beyond the New Public Management ; Changing Ideas and Practices in Governance. Cheltenham/Northampton, Edward Elgar Publishing.

Mosse D. et Lewis D. eds. (2006), Development Brokers and Translators : The Ethnography of Aid and Agencies. Bloomfield (CT) Kumarian Press.

Paunović Z. (2006), Nevladine Organizacije. Beograd, Clansmk.

Peck J. et Tickell A. (2002), « Neoliberalizing space ». Antipode, vol. 34 no 3 : 380-404.

Petras J. Etveltmeyer H. (2001), Globalisation Unmasked : Imperialism in the 2T Century. Londres, Zed Books.

Piven, F. F. et Cloward, R. A. (1971), Regulating the Poor : The Functions of Public Welfare. New York, Vintage.

Putnam R. D. (2000), Bowling Alone. The Collapse and Ravival of American Community. New York, Simon and Schuster.

Rist G. (2001), Le Développement. Histoire d’une croyance occidentale. Paris, Presses de Sciences Po.

Robinson M. (1997), « Privatizing the voluntary sector : NGOs as public service contractors ? » in Hulme D. et Edwards M. eds., NGOs, States and Donors. Too Close for Confort ? Londres, The Save the Children Fund : 59-78.

Rosenau J. N. (1990), Turbulence in World Politics : a Theory of Change and Continuity. Princeton, Princeton University Press.

Salamon L. M. et Anheier, H. K. (1994), The Emerging Nonprofit Sector : An Overview. Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Sampson S. (2003), « Weak States, uncivil societies and thousands of NGOs : western democracy export as benevolent colonialism in the Balkans », in Barbara R. et Sanimir T.-P. eds., The Balkans in Focus. Cultural Boundaries in Europe. Lund, Nordic Academic Press : 22-44.

Sassen S. (1996), Losing Control? Sovereignty in an Age of Globalization. New York, Columbia University Press.

Strange S. (1996), The Retreat of the State: The Diffusion of Power in the World Economy. Cambridge, Cambridge University Press.

Stubbs P. (2003), « International non-state actors and social development policy », Global Social Policy, vol. 3 no 3 : 319-348.

Thelen T. et Read R. eds. (2007), « Social security and care after socialism : reconfigurations of public and private ». Focaal-European Journal of Anthropology, vol. 50 no 2 : 3-18.

Vetta T. (2009), « « Democracy Building » in Serbia : The NGO Effect », Southeastern Europe, vol. 33 : 26-47.

Wallerstein I. (2000), « Globalization or the age of transition ? A long term view of the trajectory of the world-system », International sociology, vol. 15 no 2: 249-265.

Weiss T. G. (2000), « Governance, good governance and global governance : conceptual and actual challenges », Third World Quarterly, vol. 21 no 5 : 795-814.

Notes

1 Selon les registres du ministère des Droits de l’homme et des minorités, il y eut en 1994, quelque 196 nouvelles organisations enregistrées. En 2001, ce chiffre était de 2 800 et en juin 2006, le nombre d’organisations enregistrées est de 10 500 (Paunovic, 2006 : 49).

2 http://www.sif.minrzs.gov.rs/

3 À ce stade, nous devons éviter le conflit exagéré entre Marx et Foucault (Gold, 1990 ; Kumar, 2007). Même si de nombreux disciples de Foucault pourraient soutenir que cette analyse du pouvoir donne aux classes en tant qu’outil analytique, un aspect quelque peu désuet, ses propres écrits n’ignorent pas l’analyse historique marxiste. Retour aux années 1970, l’interprétation foucaldienne du pouvoir a permis aux minimalistes marxistes de critiquer cette théorie comme étant une théorie historique totalisante. Le pouvoir, nous dit Foucault, n’est pas l’émanation d’une autorité souveraine centrale qui userait de la répression pour maintenir le contrôle sur les autres. Cela relève d’une compréhension plutôt étroite du conflit social. Le pouvoir, connue capacité de faire changer les actions de quelqu’un, est omniprésent et n’est pas subjectif. Cette supposition ne prête pas au pouvoir une dimension mystique ou postmoderne. Mais plutôt, elle indique que le pouvoir est toujours et exclusivement relationnel et qu’à ce titre il ne peut être possédé par personne, puisque nous y participons tous. Plus important encore, le pouvoir est intentionnel et inégalement distribué entre les individus et les groupes sociaux. L’analyse de Foucault s’applique à une société basée sur les classes. Les outils analytiques comme les classes et la gouvernementalité sont complémentaires plus qu’en opposition pour tenter d’expliquer à la fois les relations de pouvoir structurelles, au sens large, et leurs technologies ainsi que leurs stratégies spécifiques.

4 Cet entretien eut lieu en 2006, sous le gouvernement du Parti démocratique de Serbie de Vojislav Kostunica. Le Parti démocratique était alors dans l’opposition.

5 Elle taisait référence aux catégories standard de la planification stratégique telles que « mission », « vision », « but », etc.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search