Version classiqueVersion mobile

La fabrique de la démocratie

 | 
Boris Petric

Les think tanks : acteurs dans la transition vers le « global-politique ». Exemples d’un terrain bulgare

Dostena Anguelova-Lavergne

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un courriel que le directeur du think tank bulgare Center for Liberal Strategies, Ivan K (...)

« Ishac, The new developments in the thinking of the World Bank and IMF conid be only admired. In a way for the first time international donors arc starting to understand that public support for the reform agenda is a necessary pre-condition for the success s of any reform policies. The fact that today there arc more democratic countries titan ever before is both a good news and bad news for the IMF and World Bank. It is not enough to enlist the support of the present government that was the case before, now you should think about the possible next government. In this context I can see the think tanks as a major agent for consensus building on the field of policy.1 »

1Après la chute du mur, à côté des immeubles des institutions du régime communiste à Sofia, désormais converties à servir la démocratie parlementaire, ont poussé les bureaux d’un nouveau type d’acteurs politiques : les think tanks bulgares. Le premier d’entre eux, et aussi le premier centre analytique créé sur le territoire de l’ancien pacte de Varsovie dès 1989, The Center for the Study of Democracy (CSD), s’installa en 1991 face au ministère des Affaires étrangères, dans l’ancienne ambassade coréenne où l’on transporta les meubles de l’ancienne ambassade de l’Allemagne de l’Est. Créé avec l’aide financière de l’USAID et d’autres donateurs américains, le CSD bénéficia pourtant d’un bâtiment qui appartenait à l’Etat bulgare. Dès 1993, dans ses locaux s’installe aussi le bureau d’information du Conseil de l’Europe qui intègre la structure administrative du « think tank mère », surnommé encore « le ministère des Réformes ».

2Evoquer ces détails anecdotiques permet tout de suite de faire deviner le positionnement politique complexe des think tanks bulgares dans le contexte de la transition du pays. Médiateurs entre plusieurs milieux, contextes et pouvoirs nationaux et internationaux, bénéficiant de l’aide morale et financière de l’Occident, ils devaient contribuer à la transformation de l’Etat totalitaire en démocratie moderne. À la frontière entre le monde académique, politique et médiatique, ces ONG-instituts d’experts ont, dès le départ, annoncé leur volonté d’exercer une influence sur les programmes politiques et les processus de prise de décision, à travers un travail de conseil, des campagnes médiatiques visant l’opinion publique, la rédaction de projets de lois et de rapports sur l’avancée des réformes et la stabilité politique.

3En revendiquant l’appellation de think tanks (réservoirs d’idées), ils signifiaient leur filiation directe avec des institutions analogues de recherche et de lobbying politique apparues aux États-Unis à la fin du xixe et au début du xxe siècle. En effet, ces nouveaux acteurs se situent dans une logique d’internationalisation, à partir des années 1980, des réseaux américains de professionnels de la démocratie (Guilhot, 2005 ; Dezelay, 2004). Leur dépendance financière, mais aussi symbolique, vis-à-vis de ces réseaux pose clairement la question de la légitimité et des conséquences à long terme de leur action dans le contexte local. De nombreux anthropologues (Petric, 2007 ; Hann et Dunn, 1996 ; Wedel, 1998 ; Verdery, 1996) ont d’ailleurs déjà jeté un regard critique sur la « culture des projets » (Sampson, 2003) et sur la manière dont les ONG, de manière générale, ont exercé un rôle de garants des réformes libérales (watchdogs) en Europe de l’Est et dans les Balkans.

4En nous situant dans la même perspective d’analyse, nous interrogerons à travers quelques exemples la manière dont les think tanks bulgares ont influencé les processus politiques dans le pays après 1989. Ont-ils contribué, comme ils l’entendaient dans leurs discours officiels, à construire les institutions d’une démocratie moderne ? L’hypothèse que nous défendrons ici est que la transition, dont les think tanks étaient à la fois le produit et les producteurs, se débarrassait de la finalité institutionnelle de la modernité démocratique en installant dans la pratique d’autres modes de gouvernementalité en dehors des procédures de la représentativité politique.

  • 2 Think tank bulgare créé en 1994 avec l’aide de l’Open Society Institute de George Soros et de la f (...)

5Pour introduire le lecteur dans le contexte spécifique bulgare, nous allons d’abord esquisser brièvement la manière dont les think tanks bulgares ont travaillé au bénéfice des partis, des acteurs et des causes politiques en fonction de la politique d’aide à la democracy building des donateurs étrangers. Tandis que dans les années 1990, ces derniers ont encouragé une expertise exclusivement en faveur de l’opposition anti-communiste, les années 2000 marquent une diversification des financements en faveur d’autres partis et leaders politiquement « rentables » dans le nouveau contexte de crise de confiance envers l’Europe et les élites politiques de la transition. Ces évolutions « pragmatiques » de l’aide et leur traduction en termes de changements politiques sur le terrain national, initiés par les think tanks bulgares, et notamment le CLS (Center for Liberal Strategies)2, font apparaître ces derniers à la fois comme militants locaux et acteurs clef de la « gouvernance mondiale » (Abélès, 2008 : 223).

  • 3 Think tank américain créé en 1983 à l’initiative du président conservateur Ronald Reagan et de la (...)

6Ensuite, sans engager une description des réseaux et du fonctionnement des think tanks bulgares en général, nous approfondirons nos observations sur le rôle politique des think tanks à travers l’exemple principal du CLS et de la mise en œuvre des premières élections présidentielles primaires (1996) pour la désignation d’un candidat unique de l’opposition anti-communiste en Bulgarie. Initié par le think tank américain International Republican Institute (IRI3), et réalisé à travers le travail politique et médiatique du CLS, le transfert de cette procédure américaine constitue un exemple concret de la manière dont les think tanks bulgares ont servi de médiateurs de technologies politiques de la démocratisation.

7Pour finir, nous nous arrêterons rapidement à quelques cas d’autres projets impliquant les think tanks bulgares qui permettent d’observer la manière dont fonctionne le transfert du savoir-faire (know-how) politique et économique dans le marché globalisé des projets et de l’expertise. On démontrera ainsi qu’à côté de l’opposition, traditionnellement évoquée par les anthropologues, entre le local et le global, se situe une opposition bien plus significative – celle entre la sphère publique et la sphère des intérêts privés.

L’aide étrangère à la démocratie « décide la couleur »

8« The right party is the right party. » (Ivan Krastev, Insider, no 11, 1996)

  • 4 À partir de 1984, le financier philanthrope George Soros commence à créer un réseau de fondations (...)
  • 5 Créé en 1961 durant le mandat de John F. Kennedy, l’USAID a pour mission la prise en charge de l’a (...)
  • 6 Fondée en 1983 par les « faucons » et les cold warriors de la révolution néo-conservatrice, la NED (...)
  • 7 Fondation américaine dont l’objectif est de promouvoir et de « mesurer » la démocratie dans tous l (...)
  • 8 Fondé en 1972 à travers une restitution aux États-Unis par le gouvernement de Willy Brandt du reli (...)
  • 9 Fondations et think tanks américains et européens sous-traitant souvent des fonds des grands donat (...)
  • 10 Principalement le programme PHARE et plus récemment le sixième programme consacré à la recherche d (...)

9Créés durant les années 1990, essentiellement par des fonds de la fondation Open Society Institute (OSI) de George Soros4 et de l’Agence américaine pour le développement international (USAID5), les think tanks bulgares ont bénéficié également de ressources importantes de fondations qui ont émergé dans la période de la guerre froide comme instruments de la politique étrangère américaine en Europe et dans le monde : la National Endowment for Democracy (NED)6, l’ONG Freedom blouse7 ou le German Marshall Fund (GMF8). Leurs projets ont été financés aussi par des dizaines d’autres donateurs9 comme par des organisations internationales telles que la Banque mondiale, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ou l’Union européenne10. Les résultats politiques et médiatiques concrets que ces divers donateurs visaient durant les années 1990 à travers le financement des think tanks bulgares convergent sur un point principal : le soutien à l’opposition anti-communiste (incarnée par l’Union des forces démocratiques, UDF) et à sa politique de la « thérapie de choc » libérale.

  • 11 Think tank économique d’obédience hayekienne, créé en 1993, membre du réseau de think tanks néolib (...)
  • 12 Créé en 1998, ce think tank a pour mission principale la promotion de la candidature bulgare à ΓΟΤ (...)
  • 13 Créé en 1994,1e CSP est très engagé en faveur de l’UDF et mène divers projets militants notamment (...)
  • 14 Créé en 1997 par l’initiative de l’OSI, le CED est devenu une des cellules des réformes économique (...)

10Fondé en 1989 par des experts en économie de l’ancien Institut d’histoire du Parti communiste bulgare, le premier think tank bulgare, le CSD, devient ainsi une « usine législative » des réformes libérales, mais aussi le quartier général des campagnes politiques de l’UDF. Son implication directe dans les changements politiques et législatifs en lien avec les institutions de l’État bulgare et les institutions internationales lui vaut d’être surnommé dans les milieux des experts en démocratie le « ministère des Réformes ». Plusieurs experts qui ont fait leurs débuts au sein du CSD ont ensuite fondé leurs propres think tanks libéraux : The Center for Liberal Strategies (CLS), The Institute for Market Economy (IME11), The Institute for Regional and International Studios (IRIS12), The Center for Social Practices13, The Center for Economic Development14. Ils ont ainsi continué à coopérer au sein des mêmes réseaux militants, proches de l’UDF, mais aussi dans un réseau de projets communs financés par les mêmes donateurs étrangers. Conseillers de présidents (I. Krastev, CLS), de Premiers ministres (O. Minchev, IRIS) et de ministres (E. Dainov, CSP) de l'UDF, les leaders de ces institutions se transforment aussi en « gourous médiatiques » et défendent régulièrement la politique du parti dans l’espace public. En revanche, à de très rares exceptions, ils ne s’engagent jamais directement dans le processus politique en tant qu’élus ou membres du gouvernement, ce qui leur permet d’influencer le processus politique sans jamais subir les « votes-sanctions » qui font tomber les gouvernements qui appliquent des mesures sociales impopulaires. Tout en revendiquant les statuts de « tribuns du peuple », hauts représentants de la société civile, mais aussi de médiateurs nationaux de la volonté de l’Occident démocratique, les experts des think tanks se sont installés en tant que garants des réformes libérales de la transition.

11Lors de la crise économique et politique de 1996, pendant laquelle des violentes manifestations, organisées notamment par les think tanks libéraux, ont fait tomber le gouvernement socialiste, les experts du CLS, du CSP, de l’IRIS, etc., occupent la scène politique et médiatique pour défendre la politique de privatisation des grandes entreprises de l’Etat soutenue par les institutions internationales telles que la Banque mondiale et le FMI. Comme l’affirme le directeur du CLS, Ivan Krastev, « les think tanks bulgares sont créés pour défendre le paradigme de la démocratisation et de la modernisation » (entretien, janvier 2001), paradigme qui, dans ces premières années de la transition, est la propriété symbolique de l’UDF. Mais c’est aussi le seul paradigme soutenu par les institutions internationales et les fondations qui financent la création de think tanks dans le pays. Jusqu’à 2001-2002, la thèse dominante défendue par les experts des think tanks bulgares est qu’« il n’existe pas de transition de gauche » (entretien O. Minchev, IRIS, février 1998). La crise économique de 1996, qui a démarré à la suite des retraits de fonds étrangers des banques bulgares et des spéculations avec le prix de la dette nationale, a été interprétée comme l’échec définitif de la transition menée par les socialistes. Le Parti socialiste bulgare (PSB), qui à cette époque promet d’inventer un modèle social, mais aussi un modèle national spécifique des réformes, est accusé de populisme irréaliste, pire, de nationalisme et de volonté de retour en arrière. Ainsi, la rhétorique anti-communiste des think tanks représente l’adoption des réformes libérales non pas en termes de choix économique et politique, mais en termes de « choix civilisationnel » qui rangerait définitivement la Bulgarie au sein des nations européennes.

12De la même manière, les décisions du gouvernement de l’UDF (1997-2001) d’accorder aux avions de l’OTAN un corridor aérien lors des bombardements de la Serbie en 1999 ou de sacrifier les blocs 3 et 4 de la centrale nucléaire Kozlodoui (malgré les avis sur leur viabilité prononcés par de nombreuses commissions d’experts internationaux) ont été défendues comme étant des « sacrifices nécessaires » sur la route vers l’Europe et la démocratie.

Investissements dans d’autres causes politiquement rentables

  • 15 Initié par la NED en 1983, le NDI devient une des principales ONG américaines à promouvoir la démo (...)
  • 16 Fondée en 1925, elle est associée au parti SPD en Allemagne. La fondation se positionne actuelleme (...)

13Pourquoi alors la société civile bulgare n’a pas produit des think tanks de gauche, sachant que, dans les années 1990, le PSB est le deuxième parti national sur le plan électoral ? Les quelques tentatives de création de think tanks proches de la gauche au sein de la société civile se sont en effet heurtées durant cette période au manque total d’intérêt des bailleurs étrangers. Il convient de préciser que les think tanks bulgares n’ont pratiquement jamais bénéficié de fonds publics ou de ressources d’entreprises nationales et qu’ils restent jusqu’à aujourd’hui dépendants de l’aide étrangère. Ainsi, le premier think tank de gauche, fondé par des experts proches du PSB – Institute for Social Integration (ISI) – ne voit le jour que douze ans après la chute du mur, en 2001. Il est pourtant créé, lui aussi, grâce à la fondation Open Society de George Soros, avec notamment la médiation de Ivan Krastev, l’expert du think tank libéral CLS. À partir de là, d’autres mécènes américains, promoteurs de la démocratie dans le monde, tels que le National Democratic Institute (NDI15), mais aussi la fondation allemande social-démocrate Friedrich Ebert16, commencent aussi à soutenir l’ISI et la « marque socialiste ».

14Qu’est-ce qui a motivé ce changement de politique des bailleurs étrangers ? Durant un entretien (mai 2004), le directeur exécutif de l’ISI, J. Georgiev, répond qu’il s’agit clairement d’un choix pragmatique qui vise à investir l’espace politique de gauche à un moment où la crise sociale et les querelles internes au sein de l’UDF avaient durablement affaibli les chances d’une victoire de la droite aux élections législatives en 2005. De plus, l’arrivée au pouvoir en 2001 de l’ancien roi de Bulgarie, Siméon II, en tant que Premier ministre et leader d’un mouvement populiste de droite, avait révélé l’usure de la rhétorique anti-communiste qui avait opposé le PSB à l’UDF. La montée de la déception relative aux réformes libérales menaçait d’affaiblir l’adhésion de l’opinion publique à la perspective européenne du pays. Investir dans un think tank de gauche est ainsi une manière d’accélérer les processus de « normalisation » du PSB qui, en 2005, accède au pouvoir en affichant un programme politique tout aussi pro-atlantique et libéral que l’UDF.

15À partir des années 2000, la diversification du soutien aux partis politiques que les donateurs étrangers exercent à travers les réseaux des think tanks bulgares bénéficiera même à des leaders politiques populistes, toujours dans l’intention d’investir dans des causes politiques jugées rentables tout en préservant le consensus libéral et pro-atlantique. Comme dans d’autres pays de l’ex-bloc soviétique, cette période propulse sur la scène politique des « messies » qui accusent les élites politiques de la transition (de droite comme de gauche) de corruption et de trahison des intérêts nationaux. La mondialisation capitaliste et le processus d’intégration européenne y sont directement visés comme causes de la pauvreté et de la désintégration sociale. Ainsi, des think tanks comme le CLS ne tardent pas à réinvestir leur soutien dans des leaders d’une nouvelle droite qui parlent avec la colère du peuple, mais restent néanmoins fidèles aux principes pro-atlantiques et à ceux de l’économie de marché.

16Dès 2001, l’arrivée au pouvoir de l’ex-roi Siméon II signale l’attente populaire d’une main forte capable de remettre de l’ordre dans les affaires politiques. Dans ce contexte, sur la scène politique émerge la figure charismatique de Bojko Borisov, un ancien diplômé de l’Académie de police devenu secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Sa popularité dans les sondages atteint des sommets, notamment à cause de ses prises de position, souvent à l’emporte-pièce, contre les malfrats que la police arrête et que les juges relâchent. Élu maire de Sofia en 2005, Borisov décide de lancer en 2007 un nouveau parti politique, le Mouvement citoyen pour le développement européen de la Bulgarie (GREB) afin de participer aux premières élections européennes en Bulgarie. Les résultats sont étonnants : le GREB devance même le Parti socialiste et sort premier de l’épreuve électorale ! Au lendemain de ces élections, Borisov demande que des élections législatives anticipées soient organisées à l’automne pour combattre la corruption dans le système économique et judiciaire. Même si ce plan a échoué, il est désormais pressenti comme futur Premier ministre du pays.

17Comment peut-on analyser cette soudaine ascension politique au regard du poids des think tanks dans la vie politique bulgare ?

  • 17 Extrait du site Internet du CLS, www.cls-sofia.org (consulté en novembre 2008).

18L’engagement du CLS et de son directeur Ivan Krastev dans le conseil et le soutien médiatique de ce nouveau leader populiste ne fait désormais aucun doute. En 2006, on remarque clairement un revirement intellectuel du discours de Krastev quant à la nature et au rôle du populisme sur la scène politique européenne et bulgare. Dans un article du journal Koultoura (26 janvier 2006), il annonce « la fin de la décennie libérale » en Europe post-totalitaire et le début d’un populisme qui serait à l’origine d’une nouvelle manière de penser le politique. Les 10 et 11 mai de la même année, l’idée fait son chemin à travers une conférence, financée par le GME Coorganisée par le CLS et la fondation Open Society Institute de Sofia, la conférence, intitulée « Les défis du nouveau populisme », est destinée aux cercles politiques et intellectuels de la capitale et tend à promouvoir le constat que « le nouveau populisme est aujourd’hui la condition générale du politique et de l’avancée de la démocratie partout dans le monde17 ». Dans un article du quotidien 24 Chassa (24 mai 2007), Krastev affirme que Borisov est une sorte de chef de file de la société civile exprimant les angoisses et les espoirs de l’opinion publique dans un contexte marqué par le besoin de restructuration de l’espace politique.

19Cependant, une analyse plus poussée révèle que la préparation du terreau de cette nouvelle droite, capable de remplacer l’UDF, de l’emporter face au PSB et d’affaiblir les autres courants nationalistes, commence dès 2001-2002. À cette époque, le CLS est à l’origine de la création de l’association « Bulgarie globale ». Cette coalition du business, des médias et des experts des think tanks déclare comme objectif de « faire de la société civile un véritable facteur dans la prise de décisions dans le domaine politique et économique ». Coordonnée par Tsvétélina Borislavova, présidente du comité de contrôle de la Sibank, compagne de Borisov, l’initiative regroupe divers représentants du secteur bancaire et économique, mais aussi des think tanks libéraux influents tels que le CLS, le CSD et l'IΜΕ. Parmi les représentants du secteur bancaire on note Lévon Hampartsumian (directeur de la Bulbank), ami d’Ivan Krastev et Evgeni Dainov (directeur du think tank CSP), et Franck Bauer, président du comité directeur de la banque de crédit bulgaro-américaine, partenaire fréquent des projets de think tanks économiques ultralibéraux comme l’IME.

20Destinée officiellement à mettre en place un réseau de contrôle des procédures d’absorption des fonds européens à tous les étages du pouvoir (national, régional, municipal), la coalition a surtout pour objectif de fédérer divers milieux économiques et politiques pour préparer une relève de droite aux élections législatives. Elle y parvient notamment à travers ses membres puissants dans le champ des médias : Ivo Prokopiev, éditeur des journaux nationaux Kapital et Dnevnik, la rédactrice en chef d’un des journaux à très grand tirage, 24 Chassa, Venelina Gocheva, le chef de la chaîne de télévision BTV, Albert Parsons, ainsi que le propriétaire de l’agence de publicité Kres devenu une des plus grandes fortunes du pays, très influent dans le monde des médias. À partir de 2007 – le moment où B. Borisov décide de lancer son nouveau parti politique –, trois membres de Globalna Bulgaria dont Ivan Krastev, Ivo Prokopiev et Svetoslav Bojilov, lancent RE : TV, une nouvelle chaîne de télévision financée par la fondation « Médias citoyens » dont ils sont les fondateurs. La télévision ferme en novembre 2009, quelques mois après l’élection de Borisov au poste de Premier ministre.

L’expert no 1 des think tanks bulgares

21Ainsi, comme à plusieurs reprises depuis la création du CLS, l’expert no 1 des think tanks bulgares, Ivan Krastev, sert à annoncer, à légitimer, voir même à initier d’importantes restructurations de l’espace politique bulgare. Comme il le suggère dans son courriel à Ishac Diwan (voir la citation au début du texte), il incarne en pratique sa vision théorique du rôle des think tanks qui serait de préparer le terrain politique pour l’arrivée au pouvoir « du prochain gouvernement ».

  • 18 « Où se situe alors leur ultime allégeance ? » (Wedel, 2009 :5, notre traduction) ; « acteurs qui (...)

22Quelques précisions sur sa carrière peuvent aider à comprendre les raisons et les moyens de son influence politique qui s’exerce en dehors du cadre de la représentativité politique classique. Représentant sans mandat de la société civile, conseiller et diplomate dans l’ombre, expert, intellectuel organique et gourou médiatique à la fois, Krastev est un exemple typique de ce que Janine Wedel désigne comme « flexian » : un de ces nouveaux acteurs du politique qui influencent dans l’ombre le « decision making » à travers l’exercice de multiples rôles et positions sociales. Ce multipositionnement empêche de répondre à la question « Where, ultimately does his allegiance lie ? » (Wedel, 2009 : 5). D’après l’auteur il s’agit de « players who have expanded their repertoires of roles, which they can keep separate, merge, combine, and otherwise manipulate to achieve their goals18 » (ibid. : 200).

23Né en 1964, Krastev est le fils de loto Krastev, rédacteur en chef du grand journal communiste Narodna mladej (Jeunesse populaire) et membre du Comité central du Parti communiste. Comme la plupart des leaders des think tanks libéraux, il est issu d’une famille proche du pouvoir d’avant 1989. Diplômé du lycée anglais (vivier de futurs cadres du parti), il suit une formation en philosophie à l’université de Sofia. Il y fréquente les cercles dissidents proches du professeur Jelu Jelev qui en 1989 devient leader de l’opposition anti-communiste et en 1990 président de la République bulgare. En 1991, avec une bourse de la fondation Open Society de George Soros, Krastev part pour un an de spécialisation à St. Anthony College à Oxford, où il se lie d’amitié avec son recteur Lord Ralf Dahrendorf, théoricien des transitions libérales à l’Est, lequel l’introduit et le parraine durablement au sein des réseaux d’experts en démocratisation. Soutenu ensuite par d’importants réseaux de la democracy building (« construction de la démocratie ») dans les Balkans et en Europe, de retour en Bulgarie en 1992, Krastev démarre une carrière brillante et rapide en tant que conseiller politique du président Jelev. Chargé à cette époque par la fondation libérale allemande Friedrich Naumann de créer avec le député UDF Dimitar Ludjev un nouveau parti libéral, il commence à jouer un rôle de médiateur entre le président, les partis politiques et le gouvernement.

  • 19 Membre du comité du Centre de démocratisation et de réconciliation des Balkans à Thessalonique (19 (...)

24En 1994, ses capacités de médiateur le propulsent vers une nouvelle étape de sa montée en puissance. Bénéficiant du soutien de l’Open Society Institute, mais aussi de nombreuses autres fondations et think tanks américains (notamment la NED), il crée le think tank CLS et devient son directeur. A partir de cette période, il élargit sensiblement sa participation à divers réseaux de la société civile bulgare. Tout en étant directeur du CLS, il a été aussi membre du Conseil du Club atlantique en Bulgarie (depuis 1995), membre du Conseil de l’Union des fondations et des associations civiques bulgares (1996-1997), membre du réseau Balkan Civic Network (1996). Il a dirigé des recherches pour la présidence bulgare, le Parlement et le ministère des Affaires étrangères. Progressivement, Krastev réussit à se constituer également une légitimité internationale. En 1997-1998, il devient membre du conseil consultatif de la filiale bulgare de l’Agence américaine d’aide au développement (USAID). A partir de 1997, il accède aussi à une série de fonctions dans les réseaux de démocratisation des Balkans et de l’Europe centrale et orientale19. Il devient expert dans le domaine de la sécurité et du développement dans les Balkans pour la Banque mondiale, le PNUD, l’OTAN, le GMF et l’université d’Europe centrale de George Soros. Ces expériences l’ont enfin fait accéder en 2004-2005 à des postes hautement prestigieux comme celui de directeur exécutif de la Troisième Commission Carnegie pour l’avenir des Balkans, présidée par l’ancien ministre des Affaires étrangères italien Guiliano Amato. Publiant lui-même dans des revues prestigieuses des États-Unis, comme le Journal of Dcniocracy, financé et édité par la NED, il entreprend en avril 2005 l’édition en bulgare de la très influente revue américaine Foreign Policy, dont il devient le rédacteur en chef. Ainsi, le multipositionnement de Krastev au sein de réseaux gouvernementaux et non-gouvernementaux, nationaux et internationaux, politiques et intellectuels, fait de lui un médiateur puissant entre les élites politiques nationales et les réseaux d’organisations et de fondations internationales dans le domaine de la démocratisation. Son think tank, le CLS, considéré dans l’espace public bulgare comme incubateur de « solutions politiques inédites », contribue à « créer de nouvelles règles du jeu en politique » et joue un rôle important de transfert de diverses technologies politiques américaines dans l’espace politique bulgare. Le cas des élections présidentielles primaires en 1996 est particulièrement éclairant à ce sujet. En comparant les récits du directeur de l’antenne bulgare du think tank américain IRI, Scott Carpenter, et de Krastev sur l’origine de l’idée et de sa mise en œuvre, on parvient à illustrer concrètement la manière dont les acteurs locaux de la société civile bulgare ont légitimé et négocié des solutions politiques en dehors du cadre de la représentativité démocratique et électorale.

« Les baleines dans la Maritsa et autres histoires à dormir debout »

25« Les baleines dans la Maritsa et autres histoires à dormir debout » est le titre, amusant, du récit de Scott Carpenter (1998) de l’IRI, expliquant pour le journal Insider comment l’idée d’appliquer en Bulgarie, pour la première fois en Europe, le système des primaires des présidentielles américaines, a fait son chemin en 1995-1996 :

On m’a souvent demandé d’où est venue cette idée. Enfin, voilà la réponse. L’idée nous est venue (à moi et à mon collègue de l’IRI Phil Tanis) sur le sommet d’une montagne, comme il convient à toute épiphanie. C’était en septembre 1995, juste après l’échec des forces démocratiques aux élections municipales. L’IRI organisait alors un séminaire dans un refuge juste au-dessus de Panichiste dans la montagne Rila. Les participants étaient des représentants à la fois de l’UDF et de l’Union populaire (UP) [i.e. des représentants des forces d’opposition contre le PSB], (Carpenter, 1998 : 26)

26Suit une énumération des participants du séminaire où l’on note la présence des leaders des deux partis de l’opposition anti-communiste, A. Mozer et I. Kostov, puis la description même du moment, durant une pause, de la naissance de l’idée des primaires lors d’une conversation entre Carpenter, Tanis, le député de l’UDF Boshkov et le candidat de l’UDF à la mairie de Rousse. En insistant sur le danger d'une division entre les deux partis lors des futures présidentielles, les représentants de l’IRI proposent leur aide de lobbying en faveur d’une procédure d’élection d’un candidat de l’opposition. Carpenter poursuit :

Ensuite, bien sûr l’IRI a formé un groupe de travail avec les partis de l’opposition et le CLS d’Ivan Krastev, afin de débattre des détails et de l’initiation du processus le plus vite possible. Le groupe s’est réuni plusieurs fois au restaurant Krim, au centre de Sofia, un endroit suffisamment discret [conspiratioral] et son travail a abouti à la signature d’un accord préliminaire qu’ensuite tous les leaders et candidats ont signé. Le crédit de ce processus revient donc à tous les signataires et rédacteurs de l'accord... Ceci ne veut pas dire que je ne me suis pas réjoui et fait un plaisir personnel de manière un peu immature. En écrivant à un ami le lendemain des élections, j’ai rédigé une parodie d'article de presse : « Sofia. Bulgarie – Un pêcheur a été surpris par la découverte de baleines nageant dans la rivière Maritsa. Les scientifiques intrigués se demandent comment elles sont arrivées là ». (Carpenter, 1998 : 26)

27Le courrier « jubilatoire » de Scott Carpenter fait référence à un article de presse qui avait désapprouvé l’idée des élections primaires, la trouvant farfelue, impossible à faire marcher en Bulgarie, « tout comme il est impossible de voir des baleines nager dans la Maritsa ». En effet, les réserves des partis politiques et des médias exprimées vis-à-vis de cette innovation radicale auraient été effacées par la réussite du processus en juin 1996 : participation massive de presque 900 000 électeurs, reconnaissance du candidat unique de l’opposition par tous les partis qui ont signé l’accord sur les primaires et enfin victoire, aux élections présidentielles de 1996, du candidat de l’UDF Petar Stoyanov, désigné par ces primaires comme candidat de l’opposition unie face au PSB. Avant de passer à la comparaison du récit de Scott Carpenter avec celui d’Ivan Krastev – publié dans le même numéro de la revue Insider et racontant d’une tout autre manière « la réussite incroyable » de « l’idée folle des primaires que le CLS a eu le courage de lancer » (selon les termes de Krastev, entretien, juillet 2006) – je voudrais revenir sur quelques informations contenues dans le rapport officiel de l’IRI (1996) sur ces élections primaires en Bulgarie.

28Au-delà des anecdotes sur la généalogie de l’événement, le rapport de l’IRI insiste davantage sur le fait important que l’idée et le transfert technologique de la procédure font en effet partie d’une stratégie à long terme. Ce document passe en revue l’assistance que l'IRI a fournie dès 1990 aux partis de l’opposition en Bulgarie contre le PSB et en prolongeant ce soutien tout au long de la transition à travers la formation des leaders du parti, le financement de ses structures locales, etc. En mars 1994, l'IRI ouvre un bureau local à Sofia pour élargir son action dans le pays et commence à travailler afin d’assurer une victoire des partis de l’opposition aux élections municipales de 1995. Organisant la conférence de Panichiste en septembre 1996, après la défaite électorale de l’opposition aux élections municipales, les leaders de l’IRI avaient déjà prévu de lancer l’idée d’élections primaires pour les toutes proches présidentielles afin d’éviter une nouvelle victoire du PSB. Cette précision permet de relativiser et d’estimer à sa juste valeur la « spontanéité épiphanique » de l’idée des primaires telle que racontée par Carpenter, le directeur de l’antenne locale de l’IRI, et d’y voir plutôt un sens de la communication médiatique bien maîtrisé de sa part.

29L’hypothèse est d’ailleurs confirmée explicitement dans le rapport de l’IRI : le seul endroit où le CLS est mentionné dans le texte des rapporteurs est un paragraphe qui explique que la formule du succès de l’importation de la procédure en Bulgarie est assurée notamment par l’utilisation d’un ou de plusieurs « médiateurs de confiance » :

A trusted, neutral mediator throughout the process : An outside stimulus to both the educational effort and early negotiations can be crucial during the process. Because of long personal histories and bitter memories, there is an understandable hesitation on the part of political leaders to participate in discussions with perceived rivals who are often labeled as betrayers. For this reason, having a trusted individual or organization to facilitate early discussions can create the necessary environment in which trust can be built. This individual/organization must be respected by all involved and be perceived as neutral throughout the entire process. He/it will have to act as a shuttle diplomat at times, delivering messages between the participants, acting as an advocate for the process but also allowing legitimate concerns to be expressed and resolved. Ideally, there should be more than one such avenue for informal communication
....indigenous think-tanks and other NGOs, unaffiliated with particular parties but having the respect of all participants, can have an important role to play. By stressing the importance and clear need for transparency of the process, etc., they can provide the intellectual firepower and local expertise to ensure cultural sensitivity and applicability of the primary concept to the given country, demonstrating in so doing that it is more than a mere transplant from the U.S. Also, because they have the respect of all participants they can reduce charges of political one-ups-manship of one party over another. They give the process broader legitimacy and can act as advocates of the democratic nature of the primary without worrying about more specific political concerns such as who is going to win. In Bulgaria, the Center for Liberal Strategies and the Center for Social Practices played such a role. (IRI, 1996 : 20)

30Ainsi, le rapport de l’IRI décrit explicitement les think tanks bulgares comme des médiateurs locaux pour la mise en œuvre d’une technologie politique visant à restructurer le champ politique bulgare. Il prend également la forme d’une sorte de manuel de cette procédure qui pourrait servir dans d’autres pays et en d’autres occasions. Le besoin d’un partenaire de la société civile affichant une position neutre et pouvant jouer le rôle de « diplomate-navette » entre les partis coïncide parfaitement avec le positionnement du CLS et de Krastev en particulier. Le rôle personnel de ce dernier – mais au-delà, celui aussi de toute la société civile financée par ce type d’organisations – est présenté dans ce rapport comme celui d’une sorte d’agence de marketing politique adaptant le message d’une grande marque internationale à la « sensibilité culturelle » locale et s’assurant, à travers sa bonne connaissance du terrain, de « l’applicabilité » de celui-ci dans le contexte spécifique national notamment au travers d’une « dépolitisation » de surface.

31La version que le récit de S. Carpenter et le rapport officiel de l’IRI proposent de la mise en œuvre de l’idée des élections primaires en 1996 diffère cependant largement de celle avancée par Krastev dans nos entretiens et d’une manière plus subtile dans le texte qu’il a signé dans la revue Insider (Krastev, 1998a, 1998b), publié à côté de celui de Scott Carpenter.

Les primaires : « une idée géniale » du CLS

32Dans l’article « Une expérience américaine » (Krastev, 1998b), Ivan Krastev revendique ouvertement la paternité des primaires :

Dans mon cas, aujourd’hui, en décembre 1997, ce que j’ai du mal à me rappeler est quand pour la première fois j'ai entendu ou lu quelque chose concernant les primaires aux États-Unis... Depuis 1996, le CLS a tout misé sur le succès de « l’expérience américaine ». À la fin du mois de décembre, j’ai publié vingt pages (avec le soutien du journal Kapital) sur les perspectives de la victoire de la communauté démocratique aux élections présidentielles... L’idée a paru tellement étrange que personne n’a pensé à l’attaquer au départ. C’est seulement après que nous avons obtenu le soutien de l'IRI des Etats-Unis et celui de certains politiciens bulgares, que la réticence devant les expérimentations est apparue dans notre classe politique. (Krastev, 1998b : 25)

33Plus loin, l’implication du leader du CLS est accentuée par une dramatisation du vécu personnel : « J’ai été persécuté par un cauchemar dans lequel le président Jelev et le leader de l’UDF Ivan Kostov me dévisagent et me demandent : “Quand est-ce que tu as entendu pour la première fois le mot primaries ? Qui te l’a fait mémoriser ?” » (1998b : 25).

34Durant nos entretiens, le directeur du CLS cite à plusieurs reprises le cas des primaires comme un des exemples les plus significatifs de l’inventivité et de l’originalité de l’action politique du CLS. À la question de savoir comment il parvient à exercer une influence sur l’ordre du jour politique dans le pays, il répond :

Il est rare que tu puisses mesurer et affirmer cette influence, parce qu’il y a des idées qui sont dans l’air et on ne sait jamais d’où est sorti le microbe, un peu comme pour la grippe. Il est important d’introduire une idée complètement novatrice par rapport au milieu. Par exemple, la première fois qu’on a mentionné la possibilité d’introduire un Conseil financier en Bulgarie, c’est dans une publication de Roumen Avramov en 1994. Pareil pour l’idée d’élections primaires connue solution idéale dans une situation politique de crise. (entretien, juillet 2006)

35Dans le même entretien, Krastev explique également la manière dont les experts du CLS parviennent à inventer de telles idées clef : « Nous lisons et on tombe sur des idées biscornues [idiotski] de fous dans le monde entier et nous essayons de les appliquer dans des formules expérimentales chez nous. » Ainsi, les entretiens avec Ivan Krastev mettent en avant le rôle du hasard dans la captation d’« idées biscornues » (des « microbes » créant une contagion grippale) par les experts du CLS. Le terme « biscornu » accentue l’idée d’une non-appartenance de ces idées à un système de pensée ou à une politique concrète. Les entretiens insistent également sur le caractère démocratique de ces inventions, comme si elles étaient inspirées directement par les besoins des électeurs et qu’elles étaient également conditionnées par la capacité incroyable du think tank d’entendre les opinions de différents acteurs politiques. Ivan Krastev et les experts du CLS sont désignés comme les auteurs directs, comme les pêcheurs à la ligne de ces idées, revendiquant ainsi l’initiative et l’arbitrage de leur utilisation.

36La comparaison entre la version de l’IRI et celle du CLS sur la paternité de l’idée des élections primaires en Bulgarie est significative en ce qu’elle démontre l’imbrication complexe entre le discours et les pratiques de deux think tanks placés à des endroits différents dans la hiérarchie de ce que Guilhot (2005 et 2001) désigne comme « l’internationale des experts ». Chacun à son niveau a intérêt à revendiquer la paternité de l’idée afin de renforcer sa légitimité dans les réseaux du marché des projets. Pourtant, jamais un conflit ouvert n’éclate entre les deux niveaux parce qu’il est dans leur intérêt commun de légitimer les acteurs de la société civile comme auteurs de stratégies, d’idées et d’actions dont ils ne sont en fin de compte que les médiateurs et les exécutants. Le rapport de l’IRI (1996 : 9) insiste en effet sur le besoin d’introduire l’idée des primaires bulgares de manière que les acteurs locaux s’en saisissent (to take ownership of the idea) comme si elle était la leur. En s’appropriant le projet, le CLS réussit ensuite, à son tour, à faire en sorte que les acteurs politiques locaux eux-mêmes croient que l’initiative et sa mise en œuvre leur reviennent entièrement.

37L’exemple de la mise en œuvre des élections primaires n’est pas un cas isolé dans les pratiques des experts des think tanks bulgares. En occultant très souvent les sources extérieures de leurs « inventions locales », ils ont promu l’idée que leurs instituts possèdent une capacité d’innovation et de réflexion indépendantes et rares dans le domaine politique et économique. La possession de know-hows inédits et l’accès aux sources d’information internationales inaccessibles aux autres institutions devaient légitimer le secours qu’ils portaient aux mécanismes défaillants de l’État souffrant d’un lourd héritage communiste et de déficits de ressources financières et humaines.

Le marché des projets : processeur de savoir-faire politique

38Dans le vaste réseau de l’expertise internationale en démocratie, les think tanks sont représentés et s’autoreprésentent comme des idea brokers, des agents qui « achètent » et « vendent » des idées, d’après le vocabulaire de l'analyste américain James Allen Smith (Smith, 1991), mais aussi qui puisent dans les savoirs de la « banque mondiale de l’expertise » (en référence au réseau d’expertise GDN, créée par la Banque mondiale). Le schéma est cependant plus complexe que celui d’un simple marché, parce qu’il ne s’agit pas de vrais achats, ni de vraies ventes. L’argent pour les transactions du savoir (les projets) est toujours assuré par les mêmes organisations et fondations internationales (dont USAID, Open Society, la Banque mondiale, etc.) qui « vendent » leur software et « rachètent » ensuite de la main-d’œuvre qualifiée et des know-hows locaux pour continuer à influencer les prises de décisions politiques et économiques dans les pays en transition. Les know-hows (« savoir-faire ») développés dans le contexte national spécifique peuvent ensuite être exportés par les think tanks locaux qui se transforment à leur tour en agents internationaux du marché de l’expertise.

  • 20 Le terme software que l’interlocutrice utilisait se référait non pas à un logiciel informatique ma (...)

39Ainsi, après avoir importé en Bulgarie le software20 américain dans le domaine de la réforme des lois administratives régulant la création d’entreprises, le think tank IME développe un know-how local, puis régional (balkanique) en adaptant le paradigme américain pour pouvoir ensuite l’exporter à son tour en Bosnie, en devenant organisation sous-traitante de l’agence de consultation Bannock et de l’agence de développement britannique (DFID). Cette exportation de know-how fait partie de la stratégie à plus long terme du think tank qui prévoit la fin des financements étrangers pour les réformes en Bulgarie :

  • 21 Il arrive souvent que des know-hows acquis par IME dans le cadre de projets à but non lucratif soi (...)

Les réformes en Bulgarie touchent à leur fin. À partir de maintenant, nous commençons à nous exporter. Aujourd’hui, nous sommes en Bosnie, demain on commence notre mission au Kirghizstan21. Nous allons aussi nous occuper de capacity building des ONG dans les Balkans. La Bulgarie n’est plus intéressante. La plupart des sphères à réformer ont déjà été réformées. C’est le défi qui est important, l’impossible, le frisson. Bien sûr, en Bulgarie il y aura toujours une connerie ou l’autre à prévenir ou à corriger, mais nous le ferons entre nos voyages à l’étranger. Un jour nous viendrons enfin fermer le Centre national de statistiques et mettre fin à ce système débile des retraites... (Iordanka Gancheva, IME, entretien, janvier 2003)

40Le marché des projets apparaît comme un système de réutilisation/adaptation de know-hows politiques et économiques dans lequel les think tanks se trouvent intégrés en tant qu’intermédiaires à différents niveaux. Le marché de l’expertise fonctionne donc comme processeur d’information et de technologies du pouvoir.

41L’exemple de l’implémentation en Bulgarie du programme Dem Net II de l’USAID illustre parfaitement cette superposition de multiples niveaux de sous-traitance qui transfèrent et contrôlent ressources, personnes et idées à travers le mécanisme du projet. Bien que les fonds financiers initiaux appartiennent à l’USAID, le programme est ensuite géré par l’Institute for Sustainable Communities (ISC) qui traite avec les think tanks bulgares. À leur tour ces derniers deviennent des intermédiaires de l’ISC vis-à-vis des ONG locales auxquelles ils distribuent une partie des ressources. Le rapport de l’USAID rend compte du fait que parfois les think tanks ont contribué à créer ex nihilo des ONG locales afin de répondre aux besoins du programme.

42L’objectif annoncé étant « d’encourager la participation civile dans la prise de décision au niveau local et national », les trois think tanks financés par le programme (CSP, CSD et IRIS) ont été chargés de développer des réseaux et des modèles opérationnels de montage de campagnes de lobbying au niveau des pouvoirs locaux, régionaux et nationaux, susceptibles de se généraliser dans le pays et dans un maximum de domaines de la décision politique. Ainsi, le think tank IRIS a élaboré un cadre théorique qui sert à éduquer des ONG dans le lobbying : formation de leaders capables de réaliser un plan stratégique, construction de coalitions d’ONG locales, organisation de campagnes médiatiques, dialogue avec les représentants des pouvoirs locaux et nationaux. Toujours à travers la mise en place de coalitions, le travail du CSD vise quant à lui des changements concrets au niveau de la politique gouvernementale dans le domaine de la législation sur les PME, dans la politique des impôts et des retraites. Comme le note le rapport Dem Net II, le travail du CSD a été très efficace notamment dans l’organisation de campagnes publiques expliquant les enjeux de la réforme des retraites, à travers des émissions sur les ondes de la radio DARIK et d’autres médias, mais aussi en organisant une série de séminaires regroupant des ONG et des cadres de l’administration d’Etat. Malgré la prise en compte des « attentes locales », affichée par le programme, en pratique, il répond principalement à la stratégie du donateur principal. Celle-ci vise une plus grande efficacité des ONG bulgares dont l’action doit désormais être orientée vers des résultats politiques concrets, à moindre coût, dans les domaines définis par l’USAID : législation sur les impôts, les médias, les droits ethniques et religieux, l’égalité des sexes, l’environnement, le développement local (cf. rapport Dem Net II).

43L’évaluation du programme échappe, elle aussi, à ses principaux bénéficiaires (pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, citoyens). Elle est réalisée par les experts situés aux différents niveaux de sous-traitance, par le donateur principal et des entreprises internationales d’audit, telles que KPMG. Cette dissociation entre les bénéficiaires de l’action politique des think tanks et les évaluateurs, qui valident le résultat final de leurs démarches, met en cause les procédures de la démocratie représentative et annonce un nouveau type de gouvernementalité. Dans son observation de l’univers des « flexians » (lobbyistes et experts dans l’ombre) aux États-Unis, Janine Wedel relève que ce type de pratiques d’évaluation pose la question de la responsabilité (accountability) des acteurs impliqués : « Accountability is imposed from the outside – without the engagement of the “moral community” – a community “that shapes (and is shaped by) the expectations, rules, norms and values of social relationships”. » L’analyse de Wedel suggère aussi que nous ne devrons plus nous concentrer uniquement sur l’opposition entre le niveau local et le niveau global de gouvernance, qui désormais se confondent et ne représentent plus la seule opposition significative capable de rendre compte des nouvelles pratiques du global-politique. En revanche, comme le démontre l’auteur, l’enjeu principal qui mérite attention est celui de la privatisation du politique par des acteurs et des coalitions mal identifiés sur la scène publique, notamment à cause de leur mobilité internationale. N’étant jamais obligés à rendre compte de leurs actions dans le cadre des procédures publiques existantes, ces nouveaux acteurs du politique finissent par annihiler les mécanismes institutionnels de la démocratie représentative.

Conclusion

44Analysant ici la manière dont les think tanks bulgares ont joué un rôle d'ingénieurs « pragmatiques » de l’espace politique national, mais aussi de médiateurs entre celui-ci et une nébuleuse de fondations et de think tanks appartenant à « l’internationale des experts en démocratisation », il apparaît clairement que leur action s’exerce en dehors de toute forme de légitimité reposant sur une représentation électorale ou sociale. Négociant et mettant en œuvre des politiques sans mandat, les think tanks participent à des formes d’exercice du pouvoir qui fragilisent le principe de la représentativité et du contrôle démocratique. Au lieu de promouvoir la transition vers une démocratie moderne, fondée sur des institutions souveraines et autonomes, comme leurs discours des années 1990 l’ont souvent prétendu, ils ont plutôt été des acteurs d’une transition vers l’ère de « l’État post-souverain » (Abélès, 2008 : 112). Ils ont contribué à rendre de plus en plus floues les frontières entre le national et l’international, le gouvernemental et le non-gouvernemental, le public et le privé, participant ainsi à une sorte de désinstitutionalisation et privatisation de l’espace politique.

  • 22 Extrait du site Internet de la Central European University (CHU) à Budapest (www.ceu.hu/research_c (...)

45Les think tanks bulgares représentent donc un terrain anthropologique très intéressant permettant d’étudier les processus de globalisation et de déplacement du politique qui engendrent de nouvelles formes de gouvernance publique et privée (ibid. : 111). Et si en effet, comme eux-mêmes le reconnaissent, la tâche des think tanks est de « repenser le cadre à travers lequel la société et ses politiciens élus pensent le monde les vieilles théories dont les origines remontent à l’héritage des Lumières n’étant plus un cadre adéquat permettant de traiter la complexité de l’époque contemporaine22 », il convient néanmoins de s’interroger sur la viabilité et la nature démocratique des nouvelles formes de gouvernance que cette mise en cause implique. Car, le détournement des pratiques démocratiques par une sorte de « shadow elite » (Wedel, 2009) entraîne une dégradation rapide de la confiance des citoyens dans les institutions, mais aussi dans la société civile qui trop souvent se préoccupe davantage de défendre ses propres intérêts corporatistes et non ceux des populations qu’elle est censée représenter. Cette crise de confiance pourrait se révéler d’autant plus dangereuse dans le contexte récent de la crise financière, qui risque de provoquer des explosions sociales majeures partout dans le monde.

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M. (2008), Anthropologie de la globalisation. Paris, Fayard.

Carpenter S. (1998), « Whales in Maritsa and other tall tales », Insider (numéro spécial « The Rebirth of Bulgaria ») : 26.

Dezelay Y. (2004), « Les courtiers de l'international », Actes de la recherche en sciences sociales, no 151-152 : 4-35.

Guilhot N. (2001), « Les professionnels de la démocratie : logiques savantes et logiques militantes dans le nouvel internationalisme américain », Actes de la recherche en sciences sociales, no 139 : 53-65.

– (2005), The Democracy Makers. New York, Columbia University Press.

Ηaνν C. et Dunn E. eds. (1996), Civil Society : Challenging Western Models. Londres, Routledge.

IRI (International Republican Institute) (1996), Report on Bulgarian Primary Election. URL : http://www.iri.org (consulté en juillet 2006).

Krastev I. (1996), « The Right party is the right party », Insider no 11.

– (1998a), « The Primaries as a challenge », Insider (numéro spécial « The Rebirth of Bulgaria »): 24-25.

– (1998b) « An “American experiment” that SucCESded », Insider (numéro spécial The Rebirth of Bulgaria): 25-26.

Petric B. (2007), « Le Kirghizstan, heu d’expérimentation pour mesurer les nouvelles normes de la mondialisation politique », in Bellier I. ed., La mesure de la mondialisation. Paris, GEMDEV (Cahiers, 31) : 35-52. Sampson S. (2003), « From Kanun to capacity-building : the internationals, civil society and development and security in the Balkans », in Siani D. ed., International Intervention in the Balkans since 1995. Londres, Routledge : 136-157.

Smith J. A. (1991), The Idea Brokers: Think tanks and the Rise of the New Policy Elite. New York, The Free Press.

Verdery K. (1996), What Was Socialism and What Cornes Next. Princeton, Princeton University Press.

Wedel J. (1998), Collision and Collusion. The Strange Case of Western Aid to Eastern Europe 1989-1998. New York, Saint Martin’s Press.

– (2009), Shadow Elite: The New Agents of Power and Influence. New York, Basic Books.

Notes

1 Extrait d’un courriel que le directeur du think tank bulgare Center for Liberal Strategies, Ivan Krastev, adresse à Ishac Diwan, un des responsables au sein de la Banque mondiale pour la création du réseau international de think tanks, le Global Development Network – GDN, publié sur le site de GDN le 24 novembre 1999.

2 Think tank bulgare créé en 1994 avec l’aide de l’Open Society Institute de George Soros et de la fondation américaine National Endowment for Democracy (NED).

3 Think tank américain créé en 1983 à l’initiative du président conservateur Ronald Reagan et de la NED afin de mener « une croisade pour la liberté dans le monde entier » (site Internet de la NED, www.ned.org, consulté en décembre 2008).

4 À partir de 1984, le financier philanthrope George Soros commence à créer un réseau de fondations d’aide à la démocratie en Europe de l’Est et dans l’ex-Union soviétique. Ces fondations ont joué un rôle important dans la transformation de la sphère politique, intellectuelle et universitaire dans un grand nombre de ces pays. Créé en 1993 à New York, l’OSI a pour objectif de soutenir et de coordonner ce réseau de fondations qui s’étend désormais au monde entier.

5 Créé en 1961 durant le mandat de John F. Kennedy, l’USAID a pour mission la prise en charge de l’assistance étrangère des États-Unis en dehors des programmes d’aide militaire. Intégrée dans le State Department après la fin de la guerre froide, l’agence est devenue un des principaux fournisseurs d’expertise dans le domaine des transitions démocratiques dans le monde.

6 Fondée en 1983 par les « faucons » et les cold warriors de la révolution néo-conservatrice, la NED rallie à ses côtés d’anciens trotskistes (les « bolcheviques de droite ») et plus tard même des militants de la nouvelle gauche anti-conformiste issus des area studies en Amérique latine pour devenir ainsi une des institutions les plus puissantes dans le dispositif de financement américain des programmes de démocratisation à l’étranger (voir Guilhot, 2005 : 86-97).

7 Fondation américaine dont l’objectif est de promouvoir et de « mesurer » la démocratie dans tous les points du globe, Freedom House a été fondée en 1941 pour soutenir la propagande en faveur de l’engagement du pays dans la seconde guerre mondiale, puis l’idée du plan Marshall et de l’OTAN. À partir de 1982, financée largement par la NED, elle s’intègre dans le dispositif des ONG au service de la politique étrangère des États-Unis. Dans les années 1990, elle se positionne comme un des acteurs principaux d’aide à la démocratie dans les Balkans et en Europe de l’Est, dont les objectifs sont étroitement liés à la politique de l’administration de l’État américain. Elle est actuellement présidée par l’ancien patron de la CIA, James Woolsey.

8 Fondé en 1972 à travers une restitution aux États-Unis par le gouvernement de Willy Brandt du reliquat du Fonds Marshall, le GMF devait promouvoir la recherche et les projets atlantistes en Europe. Après la fin de la guerre froide, il a remobilisé ses réseaux pour servir de relais de la politique étrangère américaine en Europe de l’Est et dans les Balkans.

9 Fondations et think tanks américains et européens sous-traitant souvent des fonds des grands donateurs (l’OSI, l’USAID, les fondations Ford, Carnegie, Rockefeller, etc.).

10 Principalement le programme PHARE et plus récemment le sixième programme consacré à la recherche dans les années 1990 : le Centre de stratégies libérales (CLS), l’Institut d’économie du marché (IME).

11 Think tank économique d’obédience hayekienne, créé en 1993, membre du réseau de think tanks néolibéraux connu sous l’appellation « réseau de Stockholm ».

12 Créé en 1998, ce think tank a pour mission principale la promotion de la candidature bulgare à ΓΟΤΑΝ et de divers projets américains dans les Balkans tels que la Clinton Initiative : le projet infrastructurel pour la construction d’un corridor de transport reliant la mer Noire à l’Adriatique (corridor EH).

13 Créé en 1994,1e CSP est très engagé en faveur de l’UDF et mène divers projets militants notamment en tant que coordinateur d’ONG locales et municipales.

14 Créé en 1997 par l’initiative de l’OSI, le CED est devenu une des cellules des réformes économiques du gouvernement de l’UDF.

15 Initié par la NED en 1983, le NDI devient une des principales ONG américaines à promouvoir la démocratie dans le monde à travers l’usage des technologies électorales.

16 Fondée en 1925, elle est associée au parti SPD en Allemagne. La fondation se positionne actuellement comme un des coordinateurs importants des think tanks de gauche en Europe.

17 Extrait du site Internet du CLS, www.cls-sofia.org (consulté en novembre 2008).

18 « Où se situe alors leur ultime allégeance ? » (Wedel, 2009 :5, notre traduction) ; « acteurs qui ont élargi de manière significative leur répertoire de rôles qu’ils peuvent exécrer séparément, en les confondant, en les combinant et qu’ils manipulent afin d’atteindre leurs objectifs » (Wedel, 2009 : 200, notre traduction).

19 Membre du comité du Centre de démocratisation et de réconciliation des Balkans à Thessalonique (1997), membre du conseil consultatif du programme pour l’Europe centrale et orientale de Freedom House, membre du conseil consultatif sur l’Europe du Sud-Est d’East-West Institute à New-York (depuis 2000), membre du Forum international de jeunes leaders de la globalisation créé en partenariat avec le Forum économique international (à partir de 2006), etc.

20 Le terme software que l’interlocutrice utilisait se référait non pas à un logiciel informatique mais, dans un sens métaphorique, à un programme de base qui, comme en informatique, peut être accompagné de différentes applications et adapté selon les utilisations.

21 Il arrive souvent que des know-hows acquis par IME dans le cadre de projets à but non lucratif soient exploités ensuite par l’entreprise de consultation créée en parallèle par le think tank pour recevoir des commandes commerciales ou gouvernementales. Tel est le cas de la mission effectuée en 2003 au Kirghizstan où les experts d’IME ont été sollicités par le gouvernement de ce pays afin de produire un rapport d’évaluation de la réforme économique et administrative dans le domaine du tourisme.

22 Extrait du site Internet de la Central European University (CHU) à Budapest (www.ceu.hu/research_centers.html [consulté en juin 2007]), qui explique les objectifs du Open Century Project coordonné par Krastev.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search