Version classiqueVersion mobile

La fabrique de la démocratie

 | 
Boris Petric

Observation électorale et coalition d’ONG transnationales au Kirghizstan1

Boris Petric

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version remaniée et augmentée de « Observation électorale et réseaux d’ONG tran (...)

« Si on dit que la Hollande est le pays où fleurissent les tulipes, le Kirghizstan est le pays où prolifèrent les ONG. » (Edil Baïsalov. président d’une ONG kirghize)

  • 2 Il ne sera pas ici discuté l’usage de la notion de « révolution ». et nous utiliserons la parenthè (...)
  • 3 L’appellation officielle en anglais est Coalition for Civil Society and Democracy.

1Le 23 mars 2005, l’image d’un cavalier entouré d’une foule déchaînée pénétrant par la force au sein de la présidence kirghize a fait le tour du monde. Cette ancienne république soviétique a subitement fait l’objet d’une médiatisation planétaire au moment de cette insurrection populaire, surnommée « révolution des Tulipes2 ». Le Kirghizstan connaît alors à son tour, après la Serbie, la Géorgie et l’Ukraine, une forme inédite de recomposition politique dans l’espace post-socialiste. Un scénario semble chaque fois se reproduire : au cours d’élections, une coalition de partis de l’opposition relayée par une coalition d’ONG qui se revendique de la société civile, des médias privés et un mouvement de jeunesse parviennent à délégitimer les résultats en faveur du pouvoir en place, le conduisant à abdiquer. Dans le cas kirghize, le président déchu, Askar Akaev, réfugié à Moscou, parle immédiatement de « coup de force » (perevarot). Il dénonce l’ingérence des organisations internationales et des ONG· américaines œuvrant à la promotion de la démocratie dans son pays pour expliquer sa défaite. De son côté, l’un des principaux leaders du mouvement insurrectionnel, Edil Baïsalov, président de l’ONG Koalitsia3, se félicite d’un tel épisode, y voyant la preuve d’une vitalité de la société civile et des forces démocratiques locales. On peut faire le constat d’une polarisation identique entre différentes grandes puissances étatiques ou institutionnelles : d’un côté, les autorités russes, chinoises et le groupe de coopération de Shanghai dénoncent le coup de force des insurgés et insistent sur le respect de la souveraineté ; de l’autre, les chancelleries occidentales et l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) soutiennent le nouveau gouvernement de Kurmanbek Bakiev comme l’expression d’un mouvement populaire aspirant à la démocratie. Cet article n’a pas pour vocation de fournir une explication objective de ces événements, ni de chercher à donner raison aux uns et aux autres. En revanche, une approche anthropologique peut apporter un éclairage singulier sur un phénomène de plus en plus fréquent de « co-production » d’une réalité politique nationale par une multitude d’acteurs locaux, internationaux ou transnationaux. En moins d’une décennie, le Kirghizstan est devenu une arène politique dans laquelle s’affrontent des acteurs locaux qui se « branchent » sur une variété de pouvoir liée à la globalisation du politique.

2Ce type de situation politique tend à se multiplier à travers le globe, comme on a pu le voir en ex-Yougoslavie (Coles, 2007), au Honduras (Jackson, 2005) ou encore au Timor oriental. Le Kirghizstan apparaît ainsi comme un exemple idéal-typique où se déploient des éléments incontournables d’un nouveau dispositif de gouvernementalité globale. Le champ du pouvoir national devient un enchâssements complexe entre l’État, le gouvernement, les partis politiques mais aussi subit l’action d’États-puissances, des ONG, des organisations internationales et de diverses fondations politiques. J’illustrerai mon propos en m’intéressant plus particulièrement au rôle inédit de l’observation électorale.

« D’une tutelle soviétique à un encadrement globalisé »

  • 4 À l’exception de l’or dont l’extraction a été confiée à une entreprise canadienne.

3Depuis 1991, le Kirghizstan a connu des transformations très importantes pour devenir une arène politique globalisée qui ne se réduit pas aux seuls citoyens kirghizes. Cette ancienne république d’Asie centrale est passée brutalement de la dépendance soviétique à une forme inédite de « dépendance globalisée ». Ce jeune . n’est pas dans une relation post-coloniale classique caractérisée par une forte dépendance à l’égard de l’ancien centre politique, comme cela a pu être décrit dans le cas de certaines situations post-coloniales de l’Empire français ou britannique. La situation de dépendance multiple résulte d’un contexte historique particulier qui est survenu à la suite de l’effondrement de l’URSS : abandonné par Moscou, le gouvernement kirghize a été contraint de sortir son pays de l’isolement géographique et géopolitique en s’appuyant largement sur les organisations internationales et les chancelleries occidentales pour construire un nouvel ordre politique. Contrée montagneuse, enclavée entre les géants kazakh et chinois, le pays ne dispose pas de ressources naturelles4 convoitées sur les marchés mondiaux, contrairement à ses voisins turkmène, kazakh et ouzbek. Le pouvoir en place a alors fait preuve d’opportunisme en se présentant auprès des bailleurs de fonds internationaux comme le champion régional de la démocratisation. Rapidement, dans un environnement régional ayant la réputation de poursuivre une conception soviétique autoritaire du pouvoir, cette démarche vaut au Kirghizstan le nom de « Suisse d’Asie centrale ». Attirer les acteurs de la démocratisation est alors la volonté politique explicite du gouvernement kirghize. Plusieurs dizaines de millions de dollars sont injectés dans la société kirghize et les nombreux projets de promotion de la bonne gouvernance et de la démocratie deviennent alors une « ressource » déterminante et incontournable pour sortir le pays d’une situation exsangue.

  • 5 Entretien personnel, juillet 2005.

4Au début des années 1990, des organisations internationales, des fondations et des ONG internationales lancent un ensemble de programmes visant à instaurer des réformes radicales pour instaurer l’économie de marché et la démocratie (Abazov, 1999). Ces acteurs cherchent à s’implanter dans l’espace post-soviétique pour tester les nouvelles conceptions de la politique de développement, théorisées autour de la notion de « bonne gouvernance » (Atlani, 2005) dans l’espace post-socialiste. Du point de vue des experts internationaux, le Kirghizstan apparaît comme un « pays pilote » dans lequel la nouvelle idéologie peut se déployer aisément. C’est dans ce sens que l’on peut qualifier le Kirghizstan de « laboratoire » d’une gouvernementalité globale. J. Skuratowicz, représentant du PNUD à Bichkek, confirme : « Le Kirghizstan ne disposait pas de ressources naturelles attractives et a fait en sorte de se présenter comme le champion régional des réformes pour attirer l’argent de l’aide internationale5. »

5L’épisode de la révolution des Tulipes illustre la mondialisation d’une certaine forme de lutte. Il trace aussi les contours d’un champ politique transnational dans lequel gouvernements/puissances (USA, Russie, etc.), ONG locales, nationales et internationales, fondations étrangères et organisations multilatérales participent aux joutes de pouvoir dans une arène politique déterminée. L’État n’est pas le référent unique et de nouvelles formes d’influence émergent dans ce contexte où des acteurs locaux tissent des réseaux complexes à l’extérieur de leur société pour modifier les rapports de force qui règnent dans leur propre société. Il ne s’agit pas ici de faire une sociologie des acteurs ou de proposer une ethnographie exhaustive d’une institution comme une ONG mais de s’interroger plutôt sur l’émergence d’un dispositif politique et d’en comprendre les conséquences sur les relations de pouvoir dans l’espace politique kirghize.

  • 6 On peut notamment consulter la revue Journal of Democracy qui publie de très nombreux articles dan (...)

6Certaines approches6 s’interrogent sur la possibilité qu’un système politique comme la démocratie puisse s’exporter à d’autres aires culturelles. La notion d’exportation réduit souvent la réflexion à une question d’inadéquation culturelle et occulte les formes de pouvoir que génèrent les programmes d’assistance à la démocratie au sein même d’un système politique recevant l’aide. L’assistance électorale, et plus particulièrement, l’observation des élections qui réunit de multiples acteurs locaux et transnationaux au Kirghizstan constitue un excellent exemple d’un dispositif de gouvernementalité globale pour s’interroger sur les transformations des espaces politiques dans la globalisation.

Pays en transition, exportation de la démocratie et fétichisme électoral

7Depuis la fin de l’affrontement des deux grands blocs, la « démocratie » sature l’imaginaire politique dans le monde, à tel point que l’on a le sentiment que ce ternie ne veut plus rien dire tant son sens recouvre des réalités variées. Ce symbole de la modernité politique vient du grec demokratia, ce qui signifie « loi du peuple » ; cette dernière notion a suscité de très nombreux commentaires et définitions contradictoires, de telle sorte que le mot « démocratie » est, dans l’histoire des idées, généralement associé à un adjectif : « libérale », « parlementaire », « participative », « directe », « représentative », mais renvoie toujours à la légitimité populaire.

8Cependant, il semble que seule une acception très restrictive de la démocratie ait triomphé et servi de canevas aux acteurs de la démocratisation pour penser leurs politiques de développement dans les années 1990 : elle se réfère essentiellement à l’interprétation institutionnelle que tait Schumpeter de la démocratie dans Capitalisme, socialisme et démocratie (Schumpeter, 1942). Pour lui, la démocratie est avant tout une manière singulière de prendre des décisions, notamment en sélectionnant les représentants du peuple par des élections. Cette pensée sera reprise par des politistes anglo-saxons comme Huntington et Horowitz, ses disciples ; pour Huntington (1993), les élections représentent le moment précis où apparaît la démocratie, et elles permettent de savoir s’il y a pluralité des partis, des fraudes, etc. Horowitz pense que l’on peut évaluer quantitativement la démocratie (rating of democracy) et crée des instruments de mesures universels pour catégoriser les différents régimes.

9Dans une perspective proche, Putnam (1993) considère que l’on peut évaluer le caractère civique (civicness) d’un pays par le nombre d’associations et de journaux, par la définition de son électorat et par la liberté dont celui-ci dispose. Cette conception normative de la démocratie s’épanouit depuis la fin des années 1980. Ces penseurs sont aussi ceux qui vont alimenter la réflexion américaine chargée d’« exporter la démocratie », au sein du NED, National Endowment for Democracy (Guilhot, 2005). Ce milieu intellectuel a eu une influence considérable non seulement dans la politique extérieure américaine (USAID) mais aussi au sein des institutions internationales, des grandes fondations, des ONG et d’organisations dites « watchdog ». Ce sont ces institutions qui mettent en œuvre les projets destinés à diffuser la démocratisation dans les pays dits en transition. La transition s’adresse indifféremment aux anciens pays en développement, aux anciens pays socialistes et à des dictatures militaires d’inspiration « économique libérale ». Cette vision de la démocratie a alors tendance à adopter une forme de « fétichisme électoral » (Bertrand, Briquet et Pels, 2007) en perdant de vue l’importance des autres institutions qui se rattachent à des pratiques politiques démocratiques.

  • 7 En anthropologie sont parus de nombreux ouvrages critiquant la notion de « société civile ». Cf no (...)

10Ces approches, qui considèrent l’économique, le politique et le social comme trois composantes bien distinctes, ont largement été commentées et critiquées par certains travaux (Schaffer, 1998 ; Ferguson, 1990). On peut leur objecter que la société se caractérise souvent par un enchâssement (embedness) de ces trois dimensions (Polanyi, 1983). Dans le contexte de la transition post-soviétique, la démocratisation impliquerait le développement de ces « corps sociaux » déficients : l’entreprise, le marché pour l’économique, la société civile et les ONG pour le social. C’est ainsi qu’en Asie centrale, après la guerre froide, les organisations internationales montent en puissance et une multitude d’acteurs locaux, transnationaux et internationaux vont mettre en place cette vision de la bonne gouvernance (Atlani, 2005). Dans cette architecture globale de développement, la « société civile » est définie, de manière tout aussi floue mais univoque par les acteurs exogènes, comme un ensemble d’organisations autonomes par rapport à l’État, se situant entre ce dernier et la famille7. L’émergence de la société civile sous-entend que les pays de cette région en étaient dépourvus à l’époque socialiste. On fait tabula rasa du passé et les programmes de démocratisation seraient donc un processus partant de zéro. La société civile serait une composante qui s’opposerait peu à peu à l’État et au gouvernement. Le corps social se diviserait verticalement entre « le bas » (down) qui serait la société civile et « le haut » (top) qui serait incarné par l’État, le gouvernement et un cercle restreint d’élites.

11Dans les pays post-socialistes, la notion de société civile est donc généralement utilisée pour matérialiser une déficience (« a lack of civil society »), elle sert à définir un horizon normatif qui oppose les pays occidentaux pourvus d’une société civile dense à ceux qui en seraient dépourvus. Cette vision du monde devient alors un slogan chez les acteurs qui veulent « exporter » un modèle politique (Sampson, 1996) pour transformer les pays d’Europe de l’Est. Elle s’impose avant tout comme un principe normatif qui décrit ce que devrait être la société et non ce qu’elle est réellement.

12La fin de l’URSS a été pour l’Ouest une victoire du modèle occidental et des démocraties libérales. Ce sentiment se retrouve explicitement dans les nombreux rapports que produisent des organisations internationales présentes dans les pays de l’Est, qui disqualifient l’expérience soviétique. Il s’en dégage une vision uniforme des réformes à mener et un discours qui s’apparente de plus en plus à une langue de bois.

13Au moment de l’indépendance, abandonnées par Moscou, les élites de la petite république kirghize se convertissent au catéchisme international de la démocratie pour pouvoir capter l’argent étranger et asseoir une légitimité politique fragile au niveau national. Les stratégies mises en œuvre par les autorités et les citoyens pour se confronter aux contraintes inédites montrent leur capacité à résister, voire à manipuler les nouvelles conditions que leur impose la situation internationale. L’effondrement de l’Union soviétique n’a pas du tout été vécu par les élites et les populations d’Asie centrale comme une victoire. La forte nostalgie que ressent la population kirghize de cette époque en est la preuve. L’ordre soviétique signifie pour les Kirghizes l’existence d’un niveau de vie décent, l’accès à certaines technologies, l’appartenance à une puissance mondiale, etc.

14Si du point de vue des idées et du discours, les élites kirghizes s’adaptent à la vulgate démocratique, dans la pratique les choses sont plus complexes. Le système politique fonctionne sur un régime présidentiel qui a considérablement évolué depuis 1991. Dans un premier temps, c’est avant tout le président et son administration qui jouent un rôle déterminant dans la vie politique et législative. Askar Akaev a joué la carte internationale et puise dans une prétendue tradition politique étouffée à l’époque soviétique pour réformer son pays : « Les germes de la démocratie étaient déjà présents dans le sol kirghize. Le mode de vie kirghize présuppose une structure démocratique. Il y a des siècles, nous élisions nos leaders par un vote démocratique » (Akaev, 1995 :20).

15Le président Akaev a su construire un discours convenu sur la démocratie pour les bailleurs de fonds tout en perpétuant des pratiques politiques où le pouvoir distribue les ressources à différentes factions régionales. Le pouvoir présidentiel repose alors sur sa capacité d’arbitrage entre les différentes factions. Il n’en reste pas moins que tout un ensemble de réformes initiées par les agences internationales ont réellement entraîné un déplacement radical du pouvoir de l’appareil présidentiel vers le Parlement, modifiant inéluctablement cette logique de redistribution de ressources. Certains analysent pourtant cette période comme un durcissement alors qu’il s’agit plutôt d’un affaiblissement du pouvoir présidentiel : « Au Kirghizstan en 2003, la nouvelle constitution durcit le régime, le présidentialise encore davantage et marginalise les autres corps d’État. » (Laruelle et Peyrouse, 2006 : 17). Alors que l’on assiste progressivement à un renforcement du Parlement comme lieu du politique.

  • 8 En 2001, plusieurs parlementaires ont appelé le président Akaev à revenir sur un accord secret qui (...)
  • 9 Le Parlement compte désormais une chambre avec 76 députés.
  • 10 ICG Report (2001), « Kyrgyzstan at Ten : Trouble in the “Island of Democracy” », Asia Report, 22. (...)

16On peut le constater à travers les réactions des parlementaires face à certaines décisions présidentielles8 mais aussi à travers la réorientation des stratégies des élites politiques : dans les premiers temps de l’indépendance, les postes politiques et administratifs étaient particulièrement prisés, et de nombreux hauts fonctionnaires ont largement profité de cette période de privatisation pour s’approprier les principales ressources du pays, dans des conditions très favorables. Après avoir occupé des fonctions publiques importantes tout en ayant des activités économiques privées, ces nouveaux riches souhaitent désormais entrer ou demeurer au Parlement kirghize9. Un nombre très important de candidats se sont présentés pour les élections législatives de mars 2005. La démocratisation a réellement entraîné un engouement pour les charges électives. Cependant, ce phénomène ne se matérialise pas par la création d’institutions comme les partis politiques et 70 % des candidats aux législatives ne sont membres d’aucun parti10. Ce phénomène s’explique par l’adoption d’un nouveau Code électoral mais s’inscrit dans un processus plus général que l’on peut observer ailleurs, là où les partis politiques ne sont plus la forme canonique de regroupement politique. Les nouvelles figures du pouvoir s’imposent comme des intermédiaires ayant la capacité de redistribuer une partie des ressources accumulées à travers une forme de clientélisme local.

17La mobilisation politique ne concerne plus seulement à ce moment-là la question du militantisme classique (partis, syndicats). Le jeu politique comprend également l’activité d’un certain nombre d’organisations ayant la prétention de jouer un rôle dans le processus politique tout en se défendant d’en faire partie. Comme on va le voir, les élections deviennent un moment privilégié pour que ces multiples acteurs se manifestent.

La prolifération des ONG : l’émergence d’une société civile ?

  • 11 Human Development Report (2006), « Influence of Civil Society on Human Development », UNDP. http:/ (...)

18Parallèlement aux changements institutionnels majeurs qui conduisent à l’organisation d’élections, le Kirghizstan s’engouffre dans la logique internationale qui consiste à développer la société civile. Cela se traduit par un désengagement de l’État dans de nombreux secteurs et le développement très rapide d’ONG locales qui, d’après un rapport de l’agence de développement des Nations unies, sont au nombre de 11 600 en 200611. C’est un phénomène relativement soudain dans l’histoire du pays car il n’existe pas comme ailleurs en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud un tissu associatif lié à l’action des agences de développement. Un jeune président d’ONG, Edil Baïsalov en plaisante : « Si on dit que la Hollande est le pays où fleurissent les tulipes, le Kirghizstan est le pays où prolifèrent les ONG. » Il est vrai qu’il n’existe pas, aujourd’hui, de village kirghize qui ne compte une, voire plusieurs ONG. Il n’y a pas un seul chef de village qui n’ait entendu parler ou de USAID et de la société civile, ou de la Banque mondiale et du microcrédit, etc. La nécessité de créer des ONG s’est imposée dans le tissu social kirghize. Les pouvoirs locaux, symbole de l’État, sont jugés déficients par les bailleurs et ne peuvent pas solliciter directement l’aide internationale ou l’assistance d’une grande ONG.

19Dans les premières années de transition, les ONG et les organisations internationales évitent de collaborer avec l’État, comme si celui-ci était l’expression du mal. L’arrivée de ces organismes et la création des ambassades provoquent la dispersion des élites administratives qui partent y travailler. Certains quittent leur poste pour créer des ONG dans la capitale. Anciens hauts fonctionnaires, ils deviennent les nouveaux « brokers » entre l’État et l’international (Bierschenk, Chauveau et Olivier de Sardan, 2000 ; Lewis et Mosse, 2006). Ils utilisent leur capital social et leurs réseaux en tant qu’anciens fonctionnaires pour devenir des intermédiaires incontournables. Certains utilisent les réseaux professionnels qu’ils ont acquis au sein des organisations et des ONG internationales pour créer des ONG nationales afin de capter l’argent du développement qui est déversé dans le pays.

  • 12 Il s’agit souvent d’une filiale d’une grande ONG internationale.

20Dans un deuxième temps, ces grandes ONG nationales12 favorisent l’émergence d’une élite jeune, anglophone, formée dans les universités américaines. Elles développent ensuite avec les bailleurs de fonds un tissu d’ONG locales dans l’ensemble du pays. Les nouvelles ONG nationales, en proposant leur soutien et leur assistance technique, sont inévitablement dans des rapports hiérarchiques avec les multiples petites ONG locales. Les financements transitent la plupart du temps par les grandes ONG de Bichkek, qui dépendent elles-mêmes des financements étrangers. Elles gèrent des formations, des voyages d’études, offrent des opportunités professionnelles, proposent de devenir sous-traitants en participant à des projets financés par des bailleurs cherchant des partenaires.

21Ainsi, l’agence américaine USAID délègue son action à de grandes ONG pour assurer sa diffusion dans le tissu social kirghize :

  • 13 www.usaid.gov

USAID’s efforts to encourage the development of stronger and more sustainable organizations in Central Asia are pursued through complementary programs : Counterpart Consortium’s NGO support initiative, which is active in all five countries of Central Asia ; the National Democratic Institute’s (NDI) work with civic partners in Kazakhstan and Kyrgyzstan13.

22En conséquence, contrairement à ce que prétendent de nombreux acteurs du développement, on assiste à un processus qui est impulsé du haut vers le bas et non l’inverse. Ce processus a permis la naissance d’une nouvelle élite de « courtiers » locaux, très liée à la présence des agences de coopération, des organisations internationales et des ONG. Ces dernières comptent très peu de bénévoles et s’appuient sur un personnel rémunéré. La professionnalisation repose donc, non pas sur un principe associatif volontaire d’hommes et de femmes qui autofinancent leurs activités, mais sur un recrutement salarial. La quasi-totalité de ces organisations ne dépend pas de l’État kirghize, mais de bailleurs étrangers dont elles tirent leur financement, ce qui limite considérablement leur autonomie.

  • 14 On peut citer l’article de Fischer (1997).

23Une des plus connues, l’ONG nationale, Koalitsia for Civil Society and Democracy, en constitue un excellent exemple. Il s’agit d’une organisation qui se présente comme une coalition d’ONG locales, chargée de faire du monitoring électoral et de l’observation électorale. S’il existe une littérature importante sur les phénomènes de brokerage (Wedel, 2001), peu de travaux14 s’interrogent sur le développement de ces nouvelles institutions plastiques et évanescentes que l’on nomme « coalition », « forum », « réseaux » d’ONG, qui se multiplient dans les pays concernés par le développement et qui regroupent aussi bien des acteurs locaux, nationaux et transnationaux. Il s’agit souvent de créer une structure de pouvoir pour planifier des politiques publiques sur l’ensemble du territoire. Cependant, ces nouvelles toiles d’ONG couvrent très souvent de manière inégale un territoire national (Ferguson, 1990).

Koalitsia : une coalition d’ONG locales ?

24Au-delà des acteurs, il s’agit ici d’analyser un nouveau type de dispositif de pouvoir réunissant ONG locales, ONG nationales, internationales et transnationales.

  • 15 Nous aurions pu nous intéresser aussi aux ONG Counterpart ou Fondation for Tolerance car elles fon (...)

25Koalitsia15 s’impose comme une des plus importantes ONG kirghizes œuvrant dans le domaine de la société civile à la fin des années 1990. Elle chapeaute un réseau d’environ 170 ONG locales. Sa mission est de contribuer à « accroître la société civile » (to increase civil society) notamment dans le domaine du monitoring politique et électoral. C’est une organisation dite « watchdog » qui se présente comme non partisane et qui affiche comme objectif la surveillance des activités gouvernementales par l’intermédiaire de rapports ou par la médiatisation d’affaires politico-financières pour réclamer davantage de transparence politique. Elle mobilise son réseau d’ONG locales au moment des scrutins électoraux en organisant une observation électorale. Koalitsia produit alors des rapports sur le déroulement des campagnes électorales, des sondages, des statistiques et des estimations des résultats. Ces informations sont ensuite diffusées auprès des médias nationaux et internationaux. Koalitsia se définit comme un groupe neutre (non partisan organization) au-dessus des luttes politiques et se conçoit comme un élément garantissant la transparence d’un scrutin.

26L’émergence de cette ONG nationale intervient au cours de l’« ongénisation » de la société. Une fois acceptée la vision libérale d’un . minimal, un problème se pose : la critique de la planification entraîne une question politique majeure, à savoir comment exercer une action politique de manière cohérente sur l’ensemble du territoire. Il apparaît alors nécessaire de créer des structures cohérentes pour planifier les politiques qui ont été mises en place et faire face à l’éparpillement des ONG locales : celles-ci doivent s’organiser en coalition, en réseau, en forum.

  • 16 Centar za Slobodne Izbore i Demokratiju (Centre pour des élections libres et démocratiques).
  • 17 Committee of Voters in Ukraine (Comité des électeurs en Ukraine).
  • 18 International Society for Fair Elections and Democracy (Société internationale pour des élections (...)

27Koalitsia est créée en 1998 et reprend à l’identique le modèle des coalitions d’ONG de la société civile qui existent dans d’autres pays de l’Est. Elle est par exemple l’équivalent du CESID16 en Serbie, du CVU17 en Ukraine, ou encore de ISFED18 en Géorgie. Au moment de sa création, Koalitsia est dirigée par une femme militante, Tolekan Ismaïlova. Cette ancienne fonctionnaire s’oppose très fréquemment à la politique du gouvernement Akaev. Elle acquiert une visibilité importante dans les nouveaux médias privés et auprès du « milieu international » présent à Bichkek. Son engagement contribue rapidement à faire connaître son organisation aux niveaux national et international. Après le référendum de 2001 et l’emprisonnement du député de l’opposition, Beknazarov, elle décide de se présenter à un scrutin électoral malgré les réticences de son unique bailleur de fonds : la Fondation américaine du parti démocrate (NDI). Elle raconte :

Le représentant de NDI m’a convoquée pour me demander de démissionner... je n’ai pas compris pourquoi je devais quitter mon organisation... j’ai répondu que c’était notre organisation et qu’il ne fallait pas qu’il s’immisce dans notre fonctionnement, qu’elle appartenait aux Kirghizes. Le représentant de NDI m’a dit que Koalitsia était une propriété de NDI et m’a obligée à partir... comme nous étions financés à 99 % par eux, j’ai donc laissé la place au jeune Edil Baïsalov que les Américains avaient choisi pour me remplacer.

  • 19 Elle a été décorée en 2010 par le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

28Tolekan Ismaïlova a quitté Koalitsia et a créé une autre ONG, « Citoyens contre la corruption19 ». Cette différence de perception entre la présidente locale et son bailleur de fonds illustre un certain nombre de questions que pose l’émergence de ces nouvelles structures de pouvoir transnational.

29Exercer le pouvoir au sein de Koalitsia ne s’appuie donc pas sur une légitimité issue « d’en bas ». Son successeur, Edil Baïsalov, n’a pas été élu par les différents membres de l’association et se considère comme un salarié, même s’il se positionne comme le porte-parole de la société civile. Le jeune président déclare qu’au moment de la constitution de son réseau dans l’ensemble du pays, c’est lui qui a choisi les ONG locales et souligne qu’« il n’en faut pas plus d’une [ONG] par village car après c’est trop compliqué à gérer ». Koalitsia n’est pas non plus le résultat de forces sociales souhaitant se regrouper au sein d’une organisation paritaire. Très souvent, les présidents d’ONG locales n’estiment pas qu’ils incarnent une force sociale de contestation. La création des ONG locales résulte donc plus d’une orientation décidée par les bailleurs de fonds qu’elle ne traduit l’expression d’une initiative ou d’une préoccupation locale.

30Le président d’une ONG de la ville de Baetov, membre de Koalitsia, m’explique les raisons pour lesquelles il a fondé son ONG :

  • 20 Entretien personnel réalisé en octobre 2004.

Ici il y a beaucoup de chômage, je possède quelques hectares de terre et un petit troupeau mais cela ne suffit pas pour vivre alors j’ai fait un projet pour créer une ONG sur l’écologie, il parait que c’est un thème porteur [...] cela peut nous faire un complément de revenu, on participe à des formations et on nous paye pour la réalisation de quelques projets20.

31On pourrait multiplier les exemples de ce type : si du côté international LONG apparaît comme un outil d’influence, du côté kirghize LONG s’apparente avant tout à une nouvelle opportunité sociale, un moyen de capter de nouvelles ressources. Elle peut également servir à des logiques de conquête de pouvoir. Dans un contexte où le budget d’une ONG locale peut parfois être supérieur à celui des autorités locales, le président peut en tirer bénéfice dans les rapports de pouvoir au niveau local.

  • 21 P. Shishkin, « Ripple effect : in Putin’s backyard, democracy stirs », The Wall Street Journal, 25 (...)

32En conséquence, l’action américaine est présente dès la formation de la Koalitsia. Cependant, pour comprendre la recomposition du pouvoir dans ces sociétés, il ne suffit pas pour autant de réduire l’« ongénisation » à un phénomène purement exogène ou à une création locale. Il s’agit d’analyser la rencontre d’acteurs locaux et transnationaux qui entretiennent des rapports. Ces relations transnationales induisent des déplacements de pouvoir au sein de la société kirghize. L’éviction de Tolekan Ismaïlova souligne la dépendance financière et politique de Koalitsia par rapport aux financements américains. Edil Baïsalov le reconnaît volontiers : « Nous disposons d’un budget de 110 000 euros exclusivement de NDI [...] je ne fais pas partie de ceux qui dénient le rôle capital des Américains ; sans le soutien extérieur nous n’existerions pas21. »

33Si ce type d’organisation n’a effectivement pas de rapport direct avec le gouvernement kirghize, il développe néanmoins une autre forme de dépendance à l’égard d’un nouveau pouvoir, celui d’une fondation politique étrangère. Au-delà du problème de l’autonomie matérielle se pose la question des procédures pour désigner un représentant légitime. Koalitsia s’approprie et s’arroge le rôle de représenter une société civile contestataire en s’appuyant sur son réseau établi sur l’ensemble du territoire kirghize, mais dont la consistance réelle reste à démontrer.

  • 22 La présidente actuelle est l’ancienne secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Madeleine Albrigh (...)

34Cette grande ONG nationale kirghize ne doit son existence qu’au soutien du National Democratic Institute (NDI).De son côté, la fondation22 estime ouvertement que sa présence au Kirghizstan est nécessaire d’un point de vue stratégique :

In Kyrgyzstan, NDI continues to work with the Coalition for Democracy and Civil Society in order to strengthen the organization, to increase citizen participation, and to foster citizen activity to influence public decision-making at the local, regional and national levels. The Coalition actively participated in monitoring the parliamentary and presidential elections in 2000. Additionally, the Coalition lobbied against government sponsored campaigns to restrict the activities of Kyrgyzstani NGOs.

35Koalitsia n’est pas pour autant une organisation américaine. Elle est exclusivement composée de citoyens kirghizes avec un profil sociologique bien particulier. Il s’agit de jeunes salariés très motivés qui ont étudié aux États-Unis ou en Europe et n’ayant pas trouvé d’emplois au sein des institutions kirghizes. Le parcours de son directeur, Edil Baïsalov, témoigne de l’émergence de cette nouvelle élite possédant des références intellectuelles et des expériences humaines différentes de celles qui sont issues de l’époque soviétique. Son cursus est sensiblement identique à celui de milliers de jeunes qui animent aujourd’hui les grandes ONG des pays de l’Est et qui sont investis dans la conquête du pouvoir. On ne peut pas réduire ces acteurs à une analyse instrumentale qui les enfermerait dans un portrait de fins manipulateurs, qui chercheraient uniquement à capter l’argent international.

36Baïsalov est issu d’une famille de fonctionnaires de la région de Naryn. Son père était ambulancier et sa mère médecin. Il affirme : « Mes parents étaient sceptiques et critiques face au régime soviétique. » Il commence ses études à Naryn puis à l’université d’État kirghize avant de bénéficier d’un programme organisé par la coopération américaine, qui lui offre l’occasion, en 1993, de poursuivre ses études en Turquie pendant un an. Il décroche ensuite une bourse (IREX/FLEX) pour aller aux États-Unis à l’université de Colombus (Caroline du Nord). Il revient ensuite dans la capitale kirghize et intègre la nouvelle université américaine en « Business Administration ». Cette université est devenue depuis l’institution universitaire la plus prestigieuse du pays. Il travaille d’abord quelques années pour une entreprise privée suisse et confesse qu’il y a « appris comment corrompre un vice-Premier ministre pour le business ». Finalement, après plusieurs emplois, il entend parler de Koalitsia, alors qu’il est à la tête de l’association des juristes kirghizes. En 2001, le NDI le propulse à la tête de Koalitsia, après avoir été quelque temps le bras droit de la fondatrice. Son ascension intervient à un moment où l’organisation a gagné en audience et devient un réel enjeu de pouvoir au niveau national. Lorsqu’on lui demande s’il rêve d’être ministre, il me répond :

j’aurais déjà pu être ministre de l’Éducation, on me l’a proposé [...] cela ne m’intéresse pas car dans notre pays, ministre de l’Éducation tu n’as aucun pouvoir [...] et je dirais que j’ai beaucoup plus de pouvoir pour faire bouger les choses à ma place.

37Le pouvoir ne se limite pas à ses formes institutionnelles représentées par un gouvernement et, dans le nouveau contexte social, une ONG peut effectivement avoir un pouvoir d’influence déterminant dans ce type de société.

38Mais au-delà des questions de légitimité et des formes complexes de dépendance qui existent entre ces ONG locales, Koalitsia et la fondation du Parti démocrate américain, la question se pose de comprendre l’influence de ce dispositif de pouvoir dans la nouvelle société kirghize. Koalitsia a joué un rôle déterminant dans le processus électoral parce qu’elle a eu la capacité d’observer les élections, de remettre en cause la fiabilité du scrutin électoral et de médiatiser différentes formes de contestations locales. Koalitsia pose indubitablement la question de l’émergence de l’opinion publique dans une société où seul le discours politique émanant de l’État était jusqu’alors légitime pour parler au nom du peuple.

Koalitsia et les élections législatives de mars 2005

39L’action de Koalitsia intervient en amont des élections de mars 2005 et ne peut se comprendre sans l’apparition d’autres acteurs, notamment sur la scène médiatique. Elle contribue avec d’autres ONG au processus de délégitimation du pouvoir, en développant une campagne de participation civique qui comprend deux volets. Un premier, dit « négatif », qui consiste à diffuser des informations sur la corruption et l’illégitimité du régime : des journaux privés, comme le quotidien MSN, diffusent des informations explosives concernant la richesse de la famille du président, juste avant les élections. Par représailles, le gouvernement d’Akaev coupe l’électricité de l’imprimerie de Freedom House (ONG américaine) pour stopper les rotatives qui publient plusieurs journaux privés dits d’opposition.

40Un autre volet dit « positif » consiste à mobiliser les citoyens qui se sentent généralement peu concernés par les élections en les invitant à voter et à participer au scrutin. Koalitsia reçoit alors le soutien d’autres organisations dont le mouvement de jeunesse Kel-Kel.

41Koalitsia et Edil Baïsalov ont largement contribué quelques mois auparavant à former ce mouvement de jeunesse qui reprend le modèle des mouvements serbe (Otpor), géorgien (Kmara) et ukrainien (Pora). Ces mouvements sont également chargés d’animer des campagnes négatives et positives. L’un des collaborateurs de Koalitsia devient membre fondateur de Kel-Kel. Baïsalov publie en décembre leur manifeste dans les colonnes de son journal Demokrat et affirme : « Les jeunes du mouvement Kel-Kel, je les connais très bien, le mouvement a même commencé ici dans mon bureau avec un collaborateur de Koalitsia et quelques étudiants. »

42Les étudiants les plus engagés sont d’ailleurs souvent membres des ONG qui ont participé à l’observation électorale sous la bannière de Koalitsia. La presse devient un lieu politique inédit dans la société kirghize.

43Afin de contrer l’influence de Koalitsia et de provoquer une certaine confusion chez les citoyens, le gouvernement kirghize crée un réseau alternatif d’ONG : Associatsia. Ce réseau a été un échec et n’a jamais pu réellement rivaliser avec Koalitsia.

44Pendant les élections, Koalitsia déploie ses observateurs dans l’ensemble du pays. Avant le scrutin, les observateurs sont chargés de vérifier le respect des règles d’organisation des éléctions (enregistrements des candidats, campagnes, etc.). À ce stade, son rôle est déterminant, car elle rend publique avant même le début des élections l’invalidation de certains candidats et fait écho à de nombreuses protestations locales qui sont immédiatement relayées par les grands médias internationaux. Cela sera le cas à Kochkor, une ville de l’Oblast de Naryn. Pendant la campagne, le candidat du Parti social-démocrate kirghize, Akilbek Japarov, travaille en collaboration étroite avec le représentant du bureau régional de NDI et s’appuie aussi sur l’observateur long terme déployé par Koalitsia pour diffuser des informations contestant l’attitude de l’administration encline à favoriser un autre candidat proche de la nébuleuse présidentielle. Japarov ne se réclame pas pour autant de l’opposition, mais organise un ensemble de protestations (blocage de routes, manifestations, etc.) dans sa ville pour dénoncer l’attitude des pouvoirs locaux.

  • 23 L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, www.osce.org
  • 24 Voir ci-après, p. 85, European Network of Election Monitoring Organizations, http://www.enemo.eu/ (...)

45Cependant Koalitsia n’est pas seule face à l’État kirghize ; c’est un élément d’un pouvoir transnational. L’action de cette ONG s’insère dans une architecture complexe de l’observation électorale au Kirghizstan, qui regroupe des acteurs internationaux comme l’OSCE23 et des acteurs transnationaux comme ENEMO24. Au-delà de la diversité des institutions, il y a de nombreux points communs entre tous ces observateurs.

46Les milliers d’observateurs de Koalitsia sont habillés en orange et laissent les dossards blancs à l’OSCE, préférant la couleur de la Révolution ukrainienne. Ils rendent compte des fraudes au niveau local et produisent des estimations qui contestent la légitimité des résultats officiels. Koalitsia s’appuie sur la logistique des dix-huit centres de NDI pour faire parvenir rapidement à la capitale les informations par Internet, le fax et le téléphone. Baïsalov organise régulièrement des conférences de presse et, grâce à sa capacité à attirer les chancelleries occidentales, les représentants des bailleurs de fonds et les plus grands médias nationaux et internationaux, il diffuse des informations redoutables contre le gouvernement Akaev.

  • 25 Une marche identique est organisée dans les autres pays qui ont connu ces changements politiques.

47Après la publication des résultats des élections, Koalitsia joue aussi un rôle déterminant dans l’organisation de la protestation populaire. Elle aide, avec Kel-Kel et la coalition d’opposition, à former de grandes manifestations qui réclament l’annulation du scrutin. Ces trois acteurs fédèrent l’expression du mécontentement de l’ensemble du pays afin de canaliser l’exaspération populaire qui est médiatisée par la radio Azatik (Free Europe) et par des journaux privés comme MSN. Ils participent à l’élaboration et à la diffusion de symboles (couleurs, T-shirts, drapeaux, etc.) qui sont censés incarner un nouveau consensus collectif. Le gouvernement est totalement déstabilisé face à l’émergence d’une opinion publique qui remet en cause sa légitimité à travers des actions incarnant la fissure d’un pouvoir consensuel. Le mouvement de jeunesse Kel-Kel n’a cependant pas joué un rôle aussi important qu’Otpor en Serbie. Sa formation est tardive et l’initiative provient essentiellement de Koalitsia qui apparaît comme le fer de lance de la protestation. La coalition d’opposition se nourrit d’une logique de pouvoir qui se structure autour de l’appartenance régionale. Elle organise une marche25 pacifique partant de la capitale d’un Sud qui se sent marginalisé vers la capitale du pays, Bichkek, qui symbolise l’arrogance du Nord. En conséquence, Koalitsia et ses actions permettent de fédérer un mouvement très hétéroclite. Les manifestations, phénomène quasi inédit au Kirghizstan, permettent de mettre en valeur une nouvelle légitimité populaire face à un gouvernement de plus en plus isolé.

48Ce dispositif de contre-pouvoir entend être un mouvement contextuel ayant un objectif : faire tomber Akaev. Si Koalitsia n’est pas un parti politique et si elle revendique une neutralité, dans la pratique on voit qu’elle prend part aux rapports de pouvoir en s’associant à la coalition d’opposition. Elle se veut une organisation de résistance ayant vocation à disparaître après les élections. Elle n’a pas pour objectif la conquête du pouvoir.

49Cependant, Koalitsia ne peut pas s’arroger non plus le monopole de la représentation de la société civile. Et ce n’est pas seulement un réseau d’acteurs locaux dans lequel tous les acteurs sont égaux. Elle s’apparente au contraire à un dispositif de pouvoir qui réunit un tissu d’ONG locales, dépendant d’une ONG nationale ayant elle-même des liens de dépendance avec une fondation étrangère. Cette « forme » évanescente et transnationale de pouvoir contribue de manière décisive à la validation et à la (dé)légitimation d’un succès électoral. Cette capacité d’organisation, cette culture de la contestation devient un dispositif de pouvoir, dont on peut retracer l’histoire. Il résulte de la construction de relations sociales où circulent des flux d’idées et de personnes, dans un espace social transnational.

Flux d’idées et de personnes : ONG et théorie de la non-violence

  • 26 On peut notamment signaler l’activité d’organisations Scandinaves (Danida), de fondations allemand (...)

50Les animateurs des ONG locales kirghizes sont « branchés » sur les réseaux transnationaux de la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance dans lesquels les États-Unis occupent la première place bien qu’ils n’en aient pas le monopole26. De multiples formations, séminaires et summer schools permettent aux idées et aux hommes de circuler et les milliers d’ONG kirghizes offrent des dizaines de milliers d’emplois mais représentent aussi une ouverture vers de nouveaux horizons, et des conceptions inédites de la vie sociale dans la société kirghize. Ces formations véhiculent des techniques d’influence qui jouent un rôle capital dans le changement social. Elles génèrent une redéfinition du politique.

  • 27 Nathalie Nougarède, Le Monde, 26 mars 2005.

51D’abord, circuler et voyager deviennent un signe de distinction sociale. On récompense par exemple les plus valeureux en leur permettant de participer aux grands événements internationaux encadrés par ENEMO (cf. ci-après). Edil Baïsalov a par exemple été le chef de la mission d’observation des élections au moment de la Révolution orange en Ukraine pour ENEMO. Il déclare27 « son émerveillement devant les événements de Kiev » et reconnaît l’importance de l’expérience qu’il a acquise : « Pour moi, l’Ukraine a été un moment fondateur, cela a été un déclic crû j’ai compris que nous allions pouvoir faire bouger les choses au Kirghizstan. »

  • 28 J’entends par coopération américaine les activités du Département d’État américain avec ses différ (...)
  • 29 Il s’agit des mouvements étudiants serbe (Otpor), géorgien (Kmara) et ukrainien (Pora).

52En fait, ces « freedom fighters », comme on les appelle communément dans le milieu des initiés, font partie d’une « internationale de la démocratie » financée par la coopération américaine28 et par de nombreuses organisations transnationales occidentales. En marge du sommet américano-russe (février 2005) à Bratislava, le président G.W. Bush a distingué d’ailleurs certains héros des révolutions serbe, ukrainienne et géorgienne en organisant une réception en leur honneur. Edil Baïsalov, héros de la révolution des Tulipes, rêve à son tour d’un entretien avec le président américain, signe suprême dont ont bénéficié ses collègues d’Otpor, de Kmara et de Pora29. Il fait désormais partie du panthéon de la démocratisation à l’Est grâce à la médiatisation dont il a bénéficié en mars 2005. Cette médiatisation internationale ne préjuge en rien de sa réelle popularité dans la société kirghize.

  • 30 Il a été traduit dans plusieurs dizaines de langues, dont le kirghize.
  • 31 Voir le site Internet de l’Institut Albert Einstein, http://www.aeinstein.org/.
  • 32 http://www.pbs.org/weta/dictator/(consulté le 23 octobre 2012).

53Ces réseaux transnationaux forgent leur identité autour de la non-violence et de la question de la disparition des régimes autoritaires. L’ouvrage de l’intellectuel américain Geene Sharp (2002) est largement diffusé par les ONG et fondations américaines30 à travers le monde. Cet opuscule est devenu un véritable petit livre rouge pour les leaders des mouvements de jeunesse31 qui prônent la non-violence. Sharp, à partir d’une analyse historique des grands mouvements non-violents dans le monde, propose un mode d’emploi « pour faire tomber les régimes dictatoriaux » en utilisant des méthodes non violentes pour contrer la répression de la police et de l’armée. Cet ouvrage est relayé par le film documentaire devenu lui aussi l’objet d’un culte : Bringing down a dictator32 décrit la stratégie et les méthodes du mouvement Otpor utilisées dans le combat asymétrique qui l’opposait à la police en Serbie. On y découvre la manière d’organiser des réseaux de communication dans l’ensemble du pays, de mobiliser et d’encadrer des manifestations, d’utiliser des techniques non violentes pour déstabiliser le pouvoir et les forces de l’ordre, etc.

  • 33 Peter Ackerman est un disciple de Geene Sharp et travaille actuellement pour Freedom House.

54Les jeunes qui travaillent dans ces ONG font partie de réseaux à plusieurs échelles (nationale, régionale, mondiale). Les formations et les expériences vécues (notamment les révolutions) créent des liens d’appartenance entre ces nouveaux militants qui partagent un sentiment de solidarité transnationale d’un nouveau monde à l’Est. Baïsalov en est devenu une des icônes et anime les multiples rencontres qui se tiennent dans le monde sur la démocratisation. Il était par exemple présent au Chili pour raconter son expérience révolutionnaire à une conférence (du 28 au 30 avril 2005) sur le rôle des ONG, où il participait à une table ronde aux côtés de Condoleezza Rice, du philanthrope George Soros et de Peter Ackerman33. Il fréquente les grands de ce monde et nous confie : « J’ai récemment eu la chance de déjeuner avec George Soros et je lui ai suggéré de payer les salaires des membres du gouvernement pour nous aider à lutter contre la corruption. » Il a également eu l’occasion de s’entretenir avec Richard Lugard, l’envoyé spécial de George W. Bush en Europe centrale et rappelle volontiers qu’il a été auditionné par le Congrès américain. Les différentes attentions médiatiques et politiques confèrent une grande importance à ce jeune homme kirghize.

Koalitsia et ENEMO : l’expérience transnationale

  • 34 European Network of Election Monitoring Organisations (Réseau européen pour l’organisation de moni (...)
  • 35 Freedom House est une ONG américaine très présente dans les pays de l’Est ; elle est dirigée actue (...)
  • 36 International Republican Institute (www.iri.org) est la fondation du Parti républicain américain. (...)

55Outre les nombreux séminaires dispensés par des ONG occidentales à Bichkek, les membres de Koalitsia ont aussi acquis leur savoir-faire au sein du réseau transnational ENEMO, une coalition transnationale d’ONG nationales est-européennes34, dans laquelle on retrouve le CESID, l’ISFED et le CVU (cf. ci-avant). Ce réseau, qui a été créé en 2001 lors de la conférence d’Opatija en Croatie, est financé par des ONG américaines comme Freedom House35, et par de grandes fondations comme l’Open Society de George Soros, l’Eurasian Foundation, le National Democratic Institute et l’International Republican Institute36, c’est-à-dire par les principaux bailleurs de fonds de ces ONG au niveau national. ENEMO participe aussi à des observations électorales et organise fréquemment des formations. Baïsalov reconnaît volontiers que faire partie de cette toile d’ONG ne peut pas être seulement le fruit du réveil de la société civile kirghize. « Posséder » une ONG devient un enjeu de statut social :

Avoir une ONG comporte des dimensions économiques bien sûr, le fait d’avoir un salaire... mais pas seulement le fait d’avoir un salaire, c’est aussi un mode d’appartenance à l’international, on voyage, on parle anglais, on côtoie d’autres jeunes étrangers.

56En conséquence, l’expérience est aussi au cœur de cette réalité transnationale. La formation se prolonge par la participation à un événement ayant une forte charge émotionnelle : l’observation électorale. Ce type d’organisation a bouleversé les rapports de pouvoir tant au niveau local que national. À l’échelle locale, l’émergence de ce type d’acteurs a des implications sur la nomenclature sociale. Baïsalov raconte : « Au début, personne n’a mesuré l’importance des ONG, d’ailleurs souvent on estimait que c’était une activité réservée aux femmes... cela ne fait que deux ans que le pouvoir a compris notre capacité de nuisance à son égard. »

  • 37 Il faut préciser que le groupe de Shanghai et la CEI (Communauté des États indépendants) ont déplo (...)

57Koalitsia est ainsi devenue un acteur incontournable de la vie politique kirghize. Koalitsia n’est qu’un élément de l’architecture complexe constituant l’observation électorale au Kirghizstan, qui regroupe des acteurs internationaux telle l’OSCE, des acteurs transnationaux comme ENEMO et aussi, de manière plus surprenante, le groupe de Shanghai37. On connaît l’activité de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et pour la coopération en Europe), qui obtient régulièrement des mandats d’observation électorale dans les pays de l’Est. Cet organisme a déployé plusieurs centaines d’observateurs en mars 2005 au Kirghizstan : des diplomates, des fonctionnaires, des « représentants de la société civile » envoyés par les ministères des Affaires étrangères des pays membres de l’organisation. L’OSCE fait donc appel à un important contingent de membres d’ONG venant d’autres pays de l’Est. On y retrouve d’ailleurs des membres du CESID serbe. Radivoje G., responsable du CESID, observateur court terme de l’OSCE à Bichkek, déclare :

Je suis salarié du CESID et je suis devenu expert en élection depuis la révolution de Belgrade. J’ai aussi fait l’Ukraine et j’attends avec impatience de voir ce que l’on va faire ici. Avant j’ai fait des missions pour ENEMO et maintenant c’est la consécration puisque je suis observateur pour l’OSCE.

58Les ambassades occidentales, les organisations internationales et les ONG ne sont pas des institutions hermétiques ; sur le terrain, il existe des relations étroites entre les observateurs qui sont regroupés sous différentes bannières. Radivoje G. souligne : « Nous nous connaissons pour la plupart car nous sommes comme une caravane qui se retrouve au gré des élections. »

59Au moment des élections, malgré la neutralité et l’impartialité revendiquées par différentes organisations, un certain nombre d’observateurs affichent clairement leur intention de participer à la chute d’Akaev. Natalia T., une Ukrainienne, salariée du NDI et observatrice court terme pour l’OSCE, dit : « Je travaille pour le NDI à Kiev, nous avons beaucoup œuvré pour déboulonner Koutchma en Ukraine et je suis ravie de participer à cette mission pour faire la même chose avec Akaev. »

  • 38 Cette élection a été l’occasion pour nous de mener une observation participante au sein de l’OSCE (...)

60Le scrutin de mars 200538 se déroule donc sous une pression maximale pour le gouvernement kirghize, pressions symbolisées par la présence de parfois dix observateurs dans un même bureau de vote. Les conclusions seront sans appel : le scrutin a été entaché d’irrégularités et de fraudes. Koalitsia, ENEMO et l’OSCE considèrent que les élections n’ont pas respecté les critères internationaux.

Fétichisme électoral et stratégie locale de prise de pouvoir

61À l’échelle médiatique globale, la prise de pouvoir par Kurmanbek Bakiev, qui se présente comme le nouveau « champion de la démocratie », est interprétée comme un revers supplémentaire pour la Russie et une victoire américano-occidentale en Asie centrale. On peut voir une logique identique dans la presse internationale qui consiste à interpréter cet événement en privilégiant une vision de rapports de pouvoir clairement identifiés : d’un côté Akaev et les Russes, de l’autre Bakiev et les Américains. Ce type d’approche occulte les stratégies locales d’appropriation et de manipulation des élites engagées dans la conquête du pouvoir.

  • 39 Cf. le rapport de l’OSCE.
  • 40 Ce parti bénéficie d’un soutien important de la coopération USA et du NDI.

62Bakiev, le nouvel homme fort, a remarquablement su capter l’assistance à la démocratie et le soutien américain pour conquérir le pouvoir. Il a instrumentalisé à merveille ce dispositif complexe, comme élément déterminant dans son ascension au pouvoir suprême. Après son élection au mois de juillet 2005, il décide de maintenir le Parlement issu des élections contestées et organise des élections présidentielles anticipées. Il obtient le plébiscite dans un contexte électoral où il n’a pas d’adversaire sérieux. Ce scrutin est jugé légitime par Koalitsia et l’OSCE alors que de nombreuses fraudes ont été constatées39. Kurmanbek Bakiev écarte rapidement ses alliés de circonstance comme Roza Otumbaeva, une des égéries de la Révolution. Il prend ses distances avec un certain nombre d’acteurs comme Edil Baïsalov et la Koalitsia. Ces derniers rejoignent alors le parti social-démocrate40 et entrent dans l’opposition au nouveau gouvernement. Baïsalov fait de son organisation non partisane un tremplin politique et entend se présenter aux élections législatives.

  • 41 Après avoir obtenu un prêt de deux milliards de dollars auprès de la Russie, Bakiev a évoqué la fe (...)

63Contre toute attente, le nouveau président remet rapidement en question la présence de la base militaire américaine41 et fixe parmi ses priorités le renforcement des liens avec la Russie. Comme en Fédération de Russie, il fait voter une loi encadrant les activités des ONG dans son pays. Après plusieurs mois d’une situation ingouvernable, avec un Parlement frondeur, il décide d’organiser un référendum sur la Constitution (octobre 2007), permettant de mettre en place un système électoral de listes et non plus de candidatures uninominales afin d’éviter la situation politique d’instabilité. Malgré de nombreuses irrégularités relevées par l’OSCE, le référendum valide la nouvelle Constitution et Bakiev appelle immédiatement à l’organisation de nouvelles élections législatives (décembre 2007). La liste pro-présidentielle d’Ak Jol l’emporte largement, le principal parti d’opposition Ata Meken n’obtient aucun siège tandis que le parti social-démocrate de Roza Otumbaeva et le parti communiste obtiennent quelques députés, ce qui leur permet de créer un groupe parlementaire (fraktsia) trop peu représenté pour peser dans l’équilibre gouvernemental. Pendant la campagne, E. Baïsalov, devenu secrétaire du parti social-démocrate, est accusé de malversations. Il est contraint de quitter le pays et vit désormais en exil en Suède d’où il anime un blog sur la vie politique kirghize. Koalitsia a pratiquement disparu du paysage politique. Une de ses représentantes m’explique :

NDI ne nous soutient plus car Edil a voulu se présenter et sans eux nous n’avons pas les moyens d’exister. Si nous ne trouvons pas de nouveaux bailleurs de fonds il va falloir que l’on aille chercher du travail ailleurs. Nous sommes abandonnés.

64L’histoire de Tolekan Ismaïlova semble se répéter mais cette fois-ci le président n’a pas été changé. La fondation américaine a préféré provoquer la naissance d’une nouvelle organisation d’observations électorales : Taza Shaïlo (élections vraies). Taza Shaïlo et l’OSCE ont dénoncé de nombreuses irrégularités pendant la campagne de 2007, les amenant à remettre en cause la légitimité du scrutin. D’un autre côté, Moscou, Pékin et le groupe de coopération de Shanghai ont félicité Kurmanbek Bakiev pour sa victoire.

65Cette fois-ci, le nouvel homme fort du Kirghizstan ne s’appuie plus sur le dispositif de l’assistance à la démocratie, mais se réfère à une autre conception politique, celle véhiculée par le groupe de coopération de Shanghai, qui insiste sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des .s.

66De son côté, le leader de la révolution des Tulipes, présenté par les bailleurs de fonds et les médias occidentaux en 2005 comme « un démocrate », a remarquablement su utiliser cette ressource internationale qu’est la promotion de la « démocratie » pour conquérir le pouvoir. 11 remporte les élections législatives de 2007 en utilisant toutes les techniques d’influence (fraudes, pressions administratives) utilisées par son prédécesseur, qu’il avait tant décrié. Le contexte politique international a changé et Kurmanbek Bakiev sait qu’il peut compter sur le soutien de Moscou et de Pékin pour asseoir son pouvoir. Depuis, le pays est plongé dans une nouvelle forme de violence politique. Certains journalistes, députés et membres de l’opposition préfèrent quitter le pays. La multiplication de disparitions de journalistes, de députés et la dizaine d’assassinats ont un caractère politique et ne débouchent en tout cas sur aucune conclusion judiciaire.

67L’événement « révolution des Tulipes » doit se comprendre dans une série d’événements. L’interprétation triviale des « révolutions de couleur » comme étant un complot manigancé par les Américains ou les Occidentaux (Kniazev, 2006) ne résiste pas car elle ne tient pas compte des stratégies locales mises en place pour la conquête et le maintien du pouvoir. L’idée de l’existence d’un groupe local clairement relié au soutien américain et à la promotion de la démocratie ne résiste pas non plus à l’examen des faits. En revanche, il apparaît que les différents acteurs politiques aussi bien du gouvernement que de l’extérieur tentent d’utiliser les ressources de la promotion de la démocratie en fonction de stratégies de maintien ou de conquête du pouvoir.

Conclusion

  • 42 Cf. ICC » Report, « Kyrgyzstan after the Revolution », 4 mai 2005, www.crisisgroup.org.

68Le changement politique intervenu en mars 2005 au Kirghizstan témoigne de profondes mutations initiées au début des années 1990. Ce petit pays ayant peu de ressources s’est lancé dans une captation généralisée de ressources, le plaçant aussi dans de multiples dépendances et contradictions à l’égard de l’extérieur. Moscou n’est plus, comme à l’époque soviétique, le seul arbitre du combat entre les factions sud et nord du pays. La promotion de la démocratie fait partie des ressources que les acteurs mobilisent dans le jeu politique local. Des relations complexes se sont nouées entre certains acteurs internationaux, transnationaux et des acteurs locaux, qui ont permis l’émergence de nouveaux protagonistes, comme Koalitsia.Au moment des élections de mars 2005, Koalitsia n’est que l’un des éléments d’un dispositif plus large regroupant une coalition de partis politiques (Ata Jurt), un mouvement étudiant (Kel-Kel) et des médias privés que l’on qualifie généralement d’acteurs de la « société civile ». Ces quatre acteurs locaux branchés sur des réseaux transnationaux ne peuvent ni être réduits à un réveil naturel de la société civile, ni à une manipulation extérieure42, mais correspondent à de nouvelles influences au sein de la société kirghize. L’existence de cette configuration ne réduit en rien la réalité de la mobilisation populaire. Cependant la mobilisation contre le départ du président Akaev ne peut pas se réduire à un simple mécontentement populaire face à la corruption du régime et à un manque de liberté politique. De nombreux pays souffrent des mêmes symptômes dans le monde sans pour autant avoir été confrontés à un scénario identique. Il ne s’agit pas de sous-estimer ce mécontentement social mais d’évaluer les acteurs qui ont contribué à le canaliser. Finalement, ce dispositif de gouvernementalité a une efficacité politique contextuelle qui peut tout aussi bien assurer la circulation du pouvoir que sa conquête.

69L’analyse de la scène politique kirghize amène à s’interroger sur les relations transnationales qui se tissent entre les multiples acteurs jouant un rôle dans cet espace politique. Le cas kirghize montre que l’ongénisation ne peut se réduire à une émancipation totale de toute forme de pouvoir même si les ONG kirghizes ne dépendent plus de l’État kirghize. Si Koalitsia est à la tête d’une structure réunissant des ONG locales, cette même structure dépend d’organisations transnationales (ENEMO), d’ONG internationales ou des fondations étrangères (Soros, NDI) que l’on ne peut pas simplement réduire à des réseaux neutres à l’abri de nouvelles formes de dépendance et de hiérarchie. Il y a à cet égard une ambiguïté de l’observation électorale qui se veut normalement neutre, alors que les coalitions d’ONG nouent généralement des liens avec un camp. Cette tension consubstantielle se retrouve aussi au sein même d’organisations comme l’OSCE, qui est un lieu d’affrontement entre différents pouvoirs.

70La situation kirghize témoigne du développement d’une forme de dispositif de pouvoir transnational qui s’instaure dans de nombreux espaces politiques à travers le monde. Ces .s que l’on pourrait qualifier de « protectorats globalisés » (Petric, 2005) deviennent un lieu politique d’affrontement aux échelles multiples. Finalement, l’émergence de ces acteurs illustre l’universalisation de l’assistance à la démocratie, qui est différente d’un processus qui tendrait à l’universalisation de la démocratie. D’ailleurs, on constate que l’observation électorale internationale se développe même dans des pays occidentaux comme la France et les États-Unis. Ce dispositif politique transnational relativement récent pourrait un jour futur jouer aussi un rôle déterminant dans la construction de la légitimité des ordres politiques des .s-nations occidentaux.

DISPOSITIF DE GOUVERNEMENTALITÉ L’OBSERVATION ÉLECTORALE, LE CAS KIRGHIZE

DISPOSITIF DE GOUVERNEMENTALITÉ L’OBSERVATION ÉLECTORALE, LE CAS KIRGHIZE

Bibliographie

Bibliographie

Abazov R. (1999), « Policy of economic transition in Kyrgyzstan », Central Asian Survey, vol. 18 no 2 : 197-223.

Akaev A. (1995), Kyrgyzstan on the Way to Progress and Democracy. Uchkun, Bichkek.

Atlani L. (2005), « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, no 35.

Bertrand R., Briquet J. L. et Pels P. (2007), Cultures of Voting : The Hidden History of the Secret Ballot. Londres, Hurst.

Bierschenk T., Chauveau J.-P. et Olivier de Sardan J.-P. eds., (2000), Les courtiers en développement : les villages africains en quête de projets. Paris, Karthala.

Cohen J. L. et Arato A. (1992), Civil Society and Political Theory. Cambridge, (Mass.), MIT Press.

Coles K. (2007), Democratic Designs: International Intervention and Electoral Practices in Postwar Bosnia-Herzegovina, University of Michigan Press.

Ferguson J. (1990), The Anti-Politics Machines: Development, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho. Cambridge, Cambridge University Press.

Fischer W. F. (1997), «Doing good? The politics and and-politics of NGO practices», Annual Review of Anthropology, no 26: 439-464.

Guilhot N. (2005), The Democracy Makers: Human Rights and International Order. New York, Columbia University Press.

Hann C. et Dunn R. (1996), Civil Society : Challenging of Western Model. Londres, Routledge.

Huntington S. (1993), The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century. Oklahoma, University of Oklahoma Press.

Jackson J. T. (2005), The Globalizers: Development Workers in Action. Baltimore, John Hopkins University Press.

Kniazev A. (2006), Kirgizki Perevarot ot 24 marta (Le coup d’État du 24 mars en Kirghizie), Bichkek.

Laruelle M. et Peyrouse S. (2006), Asie centrale, la dérive autoritaire. Cinq républiques, entre héritage soviétique, dictature et islam. Paris, Autrement.

Lewis D. et Mosse D. ed., (2006) Development Brokers and Translators, The Ethnography of Aid and Agencies. West Hartford, Kumarian Press.

Pavlovskij G. ed. (2005), Kirgizskij perevorot (Le coup d’État kirghize). Moscou, Evropa.

Petric B. M. (2005), «Post-Soviet Kyrgyzstan or the birth of a globalized protectorate», Central Asian Survey, September, vol. 24 no 3: 319-332.

Petric B. ed. (2008), « Stratégies américaines aux marches de la Russie ». Hérodote, no 129.

Polanyi K. (1983), La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris, Gallimard.

Putnam, R. (1993), Making Democracy Work, Princeton, Princeton University Press.

Ruffin M. H. et Waugh D. C. eds. (1999), Civil Society in Central Asia. John Hopkins University, University of Washington Press.

Sampson S. (1996), « The social life of projects : importing civil society in Albania », in Hann C. et DUNN R. 1996, Civil Society : Challenging of Western Model. Londres, Routledge : 121-142.

Schaffer F. C. (1998), Democracy in Translation: Understanding Politics in an Unfamiliar Culture. Ithaca, Cornell University Press.

Sharp G. (2002), Front Dictatorship to Democracy: A Conceptual Framework for Liberation. Boston, Albert Einstein Institute.

Schumpeter J. (1942), Capitalism, Socialism and Democracy. Londres, Routledge.

Wedel J. (2001), Collision and Collusion: The Strange Case of Western Aid to Eastern Europe. New York, St. Martin’s Press.

Notes

1 Cet article est la version remaniée et augmentée de « Observation électorale et réseaux d’ONG transnationaux : le cas du Kirghizstan », Tiers Monde, 2008, Paris, Armand Colin.

2 Il ne sera pas ici discuté l’usage de la notion de « révolution ». et nous utiliserons la parenthèse pour souligner la nécessité de l’envisager dans une perspective critique (Petric 2008).

3 L’appellation officielle en anglais est Coalition for Civil Society and Democracy.

4 À l’exception de l’or dont l’extraction a été confiée à une entreprise canadienne.

5 Entretien personnel, juillet 2005.

6 On peut notamment consulter la revue Journal of Democracy qui publie de très nombreux articles dans cette perspective.

7 En anthropologie sont parus de nombreux ouvrages critiquant la notion de « société civile ». Cf notamment Hann et Dunn (1996).

8 En 2001, plusieurs parlementaires ont appelé le président Akaev à revenir sur un accord secret qui avait été conclu avec la Chine concernant la délimitation de la frontière sino-kirghize. Au terme de cet accord, Akaev aurait cédé plusieurs milliers d’hectares à la Chine. Un député du sud, Beknazorov, a alors lancé un mouvement collectif de protestations qui a donné lieu à des manifestations.

9 Le Parlement compte désormais une chambre avec 76 députés.

10 ICG Report (2001), « Kyrgyzstan at Ten : Trouble in the “Island of Democracy” », Asia Report, 22. http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?id=1433&l=l (consulté le 26 juin 2012).

11 Human Development Report (2006), « Influence of Civil Society on Human Development », UNDP. http://www.undp.kg (consulté le 20 septembre 2012).

12 Il s’agit souvent d’une filiale d’une grande ONG internationale.

13 www.usaid.gov

14 On peut citer l’article de Fischer (1997).

15 Nous aurions pu nous intéresser aussi aux ONG Counterpart ou Fondation for Tolerance car elles fonctionnent sur un modèle proche qui sera décrit plus loin.

16 Centar za Slobodne Izbore i Demokratiju (Centre pour des élections libres et démocratiques).

17 Committee of Voters in Ukraine (Comité des électeurs en Ukraine).

18 International Society for Fair Elections and Democracy (Société internationale pour des élections libres).

19 Elle a été décorée en 2010 par le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

20 Entretien personnel réalisé en octobre 2004.

21 P. Shishkin, « Ripple effect : in Putin’s backyard, democracy stirs », The Wall Street Journal, 25 février 2005.

22 La présidente actuelle est l’ancienne secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Madeleine Albright.

23 L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, www.osce.org

24 Voir ci-après, p. 85, European Network of Election Monitoring Organizations, http://www.enemo.eu/ (consulté le 20 octobre 2012).

25 Une marche identique est organisée dans les autres pays qui ont connu ces changements politiques.

26 On peut notamment signaler l’activité d’organisations Scandinaves (Danida), de fondations allemandes (Konrad Adenauer) ou britanniques (Westminster Institute).

27 Nathalie Nougarède, Le Monde, 26 mars 2005.

28 J’entends par coopération américaine les activités du Département d’État américain avec ses différentes agences (USAID, NED, etc.) mais aussi des acteurs privés ou « semi-publics », comme les fondations ou les ONG.

29 Il s’agit des mouvements étudiants serbe (Otpor), géorgien (Kmara) et ukrainien (Pora).

30 Il a été traduit dans plusieurs dizaines de langues, dont le kirghize.

31 Voir le site Internet de l’Institut Albert Einstein, http://www.aeinstein.org/.

32 http://www.pbs.org/weta/dictator/(consulté le 23 octobre 2012).

33 Peter Ackerman est un disciple de Geene Sharp et travaille actuellement pour Freedom House.

34 European Network of Election Monitoring Organisations (Réseau européen pour l’organisation de monitoring électoral), www.enemo.eu.

35 Freedom House est une ONG américaine très présente dans les pays de l’Est ; elle est dirigée actuellement par l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey.

36 International Republican Institute (www.iri.org) est la fondation du Parti républicain américain. Elle est dirigée par le sénateur John McCain, très influent sur les questions de la promotion de la démocratie.

37 Il faut préciser que le groupe de Shanghai et la CEI (Communauté des États indépendants) ont déployé quelques observateurs au cours des élections de mars 2005, faisant suite aux critiques émises par la Fédération de Russie sur le rôle de l’OSCE dans les changements politiques en Ukraine et en Géorgie.

38 Cette élection a été l’occasion pour nous de mener une observation participante au sein de l’OSCE en tant qu’observateur court terme dans la région de Naryn.

39 Cf. le rapport de l’OSCE.

40 Ce parti bénéficie d’un soutien important de la coopération USA et du NDI.

41 Après avoir obtenu un prêt de deux milliards de dollars auprès de la Russie, Bakiev a évoqué la fermeture imminente de la base américaine. Quelques mois plus tard, il a finalement renégocié les conditions financières de la présence militaire américaine tout en rappelant que cette base sert uniquement les opérations logistiques et humanitaires en Afghanistan.

42 Cf. ICC » Report, « Kyrgyzstan after the Revolution », 4 mai 2005, www.crisisgroup.org.

Table des illustrations

Titre DISPOSITIF DE GOUVERNEMENTALITÉ L’OBSERVATION ÉLECTORALE, LE CAS KIRGHIZE
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/14895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search