Version classiqueVersion mobile

La fabrique de la démocratie

 | 
Boris Petric

Introduction. Promotion de la démocratie et transnationalisation du politique : perspectives locales

Boris Petric et Giorgio Blundo

Texte intégral

« We’re approaching the end of a bloody century plagued by a terrible political invention totalitarianism. Optimism comes less easily today, not because democracy is less vigorous, but because democracy’s enemies have refined their instruments of repression. » (Ronald Reagan, président des États-Unis, British House of commons speech, juin 1982) « My democratic creed is based on the principle that there is not and cannot be a universal formula for democracy applicable to all countries and peuples. Democracy should ripen internally in the depth of society itself, and correspond to the historical practice and experience of a country. It should organically integrate into conscience of peuple and only in this way will it take firm root in the public conscience. » (Askar Akaev, président du Kirghizistan, allocution présentée à l’université de Harvard en septembre 2004)

1La démocratie tait l’objet de multiples discours et sert de référence à divers acteurs politiques dans un monde qui semble à première vue de plus en plus uniforme. Le célèbre discours de Ronald Reagan, prononcé devant les parlementaires britanniques en 1982, s’en inspirait afin de promouvoir à l’échelle planétaire un nouveau mode d’influence extérieure qui contribuerait à éliminer la menace de l’époque : le communisme. La démocratie était alors présentée comme la norme universelle vers laquelle devait tendre inéluctablement l’ensemble des sociétés. L’effondrement du « bloc communiste » n’a fait qu’accentuer cette conception dans les motivations de puissances souhaitant influencer l’évolution d’un certain nombre d’États.

2Askar Akaev, président de la jeune République kirghize sortant justement de l’expérience soviétique, mentionne, une décennie plus tard, la démocratie comme un horizon possible pour son pays. Il souligne en même temps le risque d’une pression extérieure poussant à adopter un modèle politique qui ne correspondrait pas à la vision vernaculaire du politique.

3Les contributions réunies dans cet ouvrage font l’impasse sur les trajectoires de la rhétorique autour de la promotion de la démocratie pour se demander si elle s’accompagne d’une transformation des rapports politiques aussi bien à l’échelle mondiale que locale. En d’autres termes, nous avons choisi d’abandonner l’analyse des discours pour nous intéresser aux pratiques qui les sous-tendent. Au lieu de nous prononcer sur l’universalisation de la démocratie, nous étudions les effets sociaux et politiques de la généralisation d’une assistance à la bonne gouvernance et à la démocratie depuis deux décennies.

4Au début des années 1980, le gouvernement américain inaugure le processus en faisant de la démocratie et des droits de l’homme (Guilhot, 2005) le pilier qui doit désormais guider son action extérieure. La démocratie n’est plus seulement une idée, mais devient un projet politique d’amplitude mondiale. L’administration américaine crée en 1983 un ensemble d’institutions, dont le National Endowment for Democracy (NED), chargées de mettre en œuvre une nouvelle doctrine d’influence et dépense des millions de dollars dans des projets de promotion de la démocratie. L’influence ne se résume pas seulement à la force militaire mais à la capacité d’agir sur des espaces politiques grâce à ce nouveau « soft power » (Nye, 2004) qui doit assurer la diffusion de la démocratie à travers le monde, comme si les intérêts américains et la propagation de la démocratie étaient indissociables. Les fondations qui se rattachent au NED – dont les deux principales sont le National Democratic Institute (NDI) et l’International Republican Institute (IRI) – sont relayées par de puissantes ONG militantes (Human Rigths Watch, Freedom House) qui se sont professionnalisées. Elles prônent depuis un certain temps l’ingérence dans les affaires politiques et publiques d’autres pays. Un certain nombre de pays occidentaux emboîtent le pas aux Américains et font preuve du même activisme, à l’instar des agences de coopération des États français (AFD [Agence française de développement]) ou britannique (DFID [Departement for International Developement]). À l’action des États s’ajoute l’émergence d’ONG nées au Canada, comme Greenpeace (1971), qui dénonce les essais nucléaires américains, ou en Grande-Bretagne, comme Amnesty International (1960), qui milite pour les droits de l’homme, ou encore Oxfam (1942) qui se mobilise autour des questions alimentaires. On peut mentionner aussi l’importance de l’action de certaines ONG françaises avec leurs « french doctors » qui appellent à une ingérence humanitaire comme Médecins sans frontières (1971) puis Médecins du monde (1980).Toutes ces organisations interviennent sur des questions ou des conflits précis à travers des actions médiatiques spectaculaires. Elles mènent à travers le monde des combats qu’elles jugent universels. Elles se professionnalisent peu à peu et deviennent des organisations transnationales qui sont des opérateurs de projets et participent indéniablement à la gouvernance des sociétés à l’intérieur desquelles elles interviennent.

5Après la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS, la promotion de la démocratie prend un essor plus important et différent. Ce n’est plus forcément l’urgence ou la dénonciation du mal idéologique qui structure le discours de la promotion de la démocratie, mais un appel au ralliement en proposant une phase de transition pour rejoindre le grand concert des nations. La promotion de la démocratie se diffuse au sein des différents programmes des bailleurs internationaux (FMI [Fonds monétaire international], Banque mondiale, PNUD [Programme des Nations unies pour le développement)), notamment par l’intermédiaire d’un certain nombre d’anciens militants des premières grandes ONG internationales. La fin de la confrontation Est/Ouest marque une nouvelle étape pour la promotion de la démocratie qui apparaît un temps comme un processus dont les tenants idéologiques se seraient estompés. On parle alors davantage de promotion d’une « bonne gouvernance » comme s’il s’agissait d’une nouvelle forme d’assistance technique sans contenu idéologique ni politique. Dans différents pays bénéficiaires de l’aide au développement, de l’aide à la transition post-socialiste ou de l’aide à des situations post-conflits, la « bonne gouvernance » et la démocratie deviennent les mots d’ordre à suivre dans un monde qui n’est plus bipolaire. Dans l’euphorie du début des années 1990, la démocratie et l’économie de marché semblent alors être l’horizon politique incontournable pour le monde entier, poussant le politiste américain Francis Fukuyama à parler de la « fin de l’histoire » (Fukuyama, 1992). Aussi bien en Afrique qu’en Asie centrale ou en Europe, on assiste à la multiplication de programmes de réformes et de projets visant à la mise en place d’une nouvelle manière de faire le politique et la politique dans ces pays.

L’objet de cet ouvrage

6Porter un jugement moral sur ce mouvement général qui s’impose à la sortie des années 1980 ne permet pas d’en comprendre les enjeux. Évaluer les différentes tentatives de démocratisation ou proposer un cadre normatif alternatif pour déterminer « ce que devrait être » un espace politique démocratique ne sont pas non plus l’objet de cet ouvrage. Les différents auteurs se réunissent autour d’un projet scientifique commun, consistant à comprendre la transformation de différents espaces politiques nationaux par l’apparition de cette nouvelle forme de gouvernementalité transnationale, que d’aucuns ont qualifiée de « néolibérale » (Ferguson et Gupta, 1997). Notre préoccupation est de décrire avant tout « ce qui est » et de comprendre en quoi les actions d’États-puissances, comme les États-Unis, d’organisations internationales, d’ONG internationales, de fondations politiques ou de think tanks reformulent le politique et l’espace politique dans les sociétés que nous étudions.

7Désormais l’industrie de l’aide ne se réduit plus à l’aide humanitaire, médicale ou technique. Elle touche aujourd’hui tous les domaines de la vie sociale, de la promotion de la « société civile » à la gestion des ressources naturelles. Elle se matérialise notamment par la prolifération d’ONG œuvrant dans des secteurs aussi vastes que variés. Les différents chapitres traitent de programmes et de projets qui concernent avant tout l’organisation de la vie publique et civique. Ce domaine d’action nous intéresse plus particulièrement, car il concerne trois questions essentielles aussi bien pour l’anthropologie politique que pour les sciences politiques.

8Premièrement, ces différents projets deviennent en quelque sorte des ressources qui modifient le jeu politique local. Ils font l’objet de stratégies de réappropriation locales et entraînent inévitablement des mutations dans la manière d’exercer le pouvoir. Des élites locales s’appuient autant sur les mots de la bonne gouvernance que sur les moyens inhérents à celle-ci (financements, équipements, réseaux sociaux) pour combattre au sein de leur propre arène politique.

9Deuxièmement, le rôle de l’État se construit dorénavant dans un enchâssement (embedness) complexe avec ces nouvelles institutions. Un regard renouvelé est ainsi nécessaire sur la question de la souveraineté d’espaces politiques, qui apparaissent de plus en plus comme une coproduction de différents acteurs.

10Troisièmement, les relations transnationales qui se tissent dans l’enchâssement de ces différents pouvoirs ont également des implications sur les sources de légitimité et les contours du corps politique.

11Plusieurs épisodes politiques récents évoqués dans les articles de cet ouvrage nous conduisent à considérer que ces trois questions sont de plus en plus déterminées par des phénomènes transnationaux. La montée en puissance des organisations internationales ou régionales (Union européenne, groupe de Shanghai) et d’ONG internationales témoigne du fait que certaines politiques publiques se construisent en deçà et au-delà de l’État. Paradoxalement, alors que l’État s’est imposé comme la norme juridique universelle en matière de gestion des espaces politiques, de nombreuses dimensions de la vie humaine sont désormais soumises à l’intervention d’institutions infra ou supra étatiques.

12Si les différentes contributions sont une invitation à mieux analyser les transformations des espaces politiques concernés, elles sont aussi une tentative de comprendre l’utopie qui anime un certain nombre de sociétés consistant à vouloir aider l’Autre, à vouloir proposer un modèle politique à l’Autre. Ce livre n’est donc pas seulement une manière de s’interroger sur des sociétés lointaines mais aussi de comprendre ce qui anime l’action de sociétés ou d’acteurs qui nous sont proches. Il y a eu une période, celle de la colonisation, où l’engagement dans des institutions de l’État (armée, administration coloniale, éducation, santé) ou bien au sein d’institutions religieuses (catholicisme, protestantisme, islam) a aussi impulsé des projets de vie. Aujourd’hui, cet engagement passe aussi par d’autres institutions (ONG, organisations internationales [OI]) et par d’autres combats.

13De nos jours, une nouvelle utopie s’impose plus particulièrement dans les sociétés occidentales, aller aider l’Autre en se mettant au service d’une ONG ou d’une association ou d’une organisation internationale. On pense alors généralement à l’aide humanitaire et le modèle de l’ONG s’est multiplié si bien qu’aujourd’hui ce type d’organisation concerne tous les domaines de la vie sociale. L’ONG est devenue une sorte de phénomène social total du contemporain. Dans l’imaginaire populaire, l’ONG s’impose comme une institution indépendante, libre, en dehors du champ politique ou idéologique. Pourtant, c’est un objet qui fait bien partie du champ du pouvoir même si l’ONG peut être parfois un contrepouvoir. L’ONG doit être à ce titre étudiée en tant que telle. Les ONG, les organisations internationales ou les fondations ne sont pas abordées comme un monde en soi, mais comme des institutions interagissant avec la réalité politique des pays dont nous étudions le fonctionnement.

14Le travail collectif mis en œuvre pour aborder une telle problématique de recherche devait nécessairement mobiliser les différentes disciplines (sciences politiques, relations internationales, sociologie politique, anthropologie politique et géopolitique) s’intéressant aux phénomènes de pouvoir.

Une démarche collective et comparative

15Dans cet ouvrage, la démarche comparative se décline de plusieurs façons. Tout d’abord, les différents chapitres présentent des études de cas qui concernent une variété de pays (Afghanistan, Azerbaïdjan, Bolivie, Bulgarie, Cuba, Indonésie, Kirghizistan, Nigeria, Pakistan, Sénégal et Serbie) dans des aires culturelles différentes. Ces études de cas évoquent également de multiples acteurs comme l’ONG internationale Transparency International et ses antennes locales, des fondations américaines (IFES [International Foundation for Electoral System], NDI [National Democratic Institute]), allemandes (Konrad Adenauer Stiftung) et internationales (fondation Aga Khan), le PNUD, la Banque mondiale, l’Union européenne, le Conseil de l’Europe, ainsi qu’un think tank américain. L’entrée par une institution donnée a ouvert la voie à l’observation des interactions entre organisations internationales, ONG internationales, ONG locales et États, autour d’enjeux divers comme la reconstruction post-conflit, l’observation électorale, la réforme du système politique et de l’État ou la lutte contre la corruption.

16Cette volonté de comparer se retrouve aussi dans la variété des situations historiques et culturelles décrites, afin de mieux rendre intelligibles ces formes de gouvernementalité contemporaine dans leur universalité et dans leurs singularités.

17Tout d’abord, l’activité de ces experts de la démocratie doit être mise en relation avec le vaste mouvement historique de la mondialisation. À de nombreuses autres époques, des hommes – commerçants, prêcheurs de tout ordre ou guerriers (Chayan, 2007) – ont été les figures majeures d’une mondialisation des échanges, en propageant des idées, des conceptions religieuses, des techniques ou des politiques à travers le globe. Certes, chaque société s’inscrit dans une histoire singulière marquée souvent par l’importance des relations coloniales et post-coloniales ou stratégiques. Mais s’il convient d’être attentif à ce qui se passe au plus près de la société, ces changements s’inscrivent dans un processus global qui ne se limite pas à une aire culturelle. La globalisation du politique se manifeste par l’émergence de tout un ensemble d’institutions (infra et supra étatiques) qui participent au politique dans la plupart des espaces politiques de la planète. C’est certainement un des traits majeurs, qui donne le caractère inédit de la période que nous traversons.

18En outre, l’exigence de suivre des flux transnationaux où circulent des idées et des hommes, donnant lieu à l’émergence de réseaux et de lieux de pouvoir inédits, nous a incités à multiplier les lieux d’enquête et à sortir des contours de la société que nous étudions traditionnellement. S’interroger sur des formes politiques qui traversent les sphères nationales et les aires culturelles invite à reconsidérer les découpages traditionnels, aussi bien de notre objet de recherche que de notre labellisation de spécialiste d’une société, d’un État, d’une institution ou d’une aire culturelle.

19Enfin, ce type d’objet demande des postures différentes sur le terrain. L’étude des « experts » pose notamment deux problèmes. Le premier concerne la relation du chercheur à son terrain. Aux antipodes du classique « informateur privilégié » de l’ethnologue, les différents courtiers et experts que nous étudions nous lisent et utilisent parfois nos propres travaux dans des stratégies de légitimation de leurs « entreprises ». Inéluctablement, la question de la restitution et de la réception de nos recherches se pose différemment et implique que le chercheur réfléchisse aux modes d’engagement sur son propre terrain et à la manière de trouver la bonne équation entre proximité et distance. En outre, nous sommes confrontés à des acteurs qui se revendiquent d’une vertu éthique, morale, pour justifier leur action et leur engagement. Notre rôle n’est ni de démasquer de fausses postures ni de dévoiler des logiques sociales inavouables, mais de comprendre le sens que les acteurs donnent à ces entreprises morales, tout en restituant avec précision leur dimension éminemment politique. Deuxièmement, nombre de nos collègues font partie des « experts » qui servent de consultants pour de grandes agences de coopération, des organisations internationales ou des ONG que nous étudions. Certains participent ainsi à l’élaboration du politique dans des pays, tout en estimant que leur action ne fait pas partie du champ politique à étudier. Ils rechignent à considérer que ce type d’action constitue un objet de recherche à part entière. Cette situation explique selon nous le caractère parfois tabou de ce type d’objet de recherche.

Une approche interdisciplinaire

20La traditionnelle division disciplinaire des objets de recherche assignait l’étude des organisations bureaucratiques et des États contemporains à la science politique. L’anthropologie, quant à elle, devait se consacrer à l’ethnographie des systèmes politiques traditionnels ou précoloniaux. Les politistes adoptaient une approche comparative et macropolitique, les anthropologues une lecture microsociologique de phénomènes localisés. Les uns recouraient aux sources écrites et s’entretenaient avec les élites, les autres privilégiaient les sources orales et l’observation participante. Cette description volontiers caricaturale appartient à un passé révolu. Aujourd’hui, il existe autant de césures infradisciplinaires qu’interdisciplinaires. Si un courant important de politistes s’intéressant aux questions de démocratisation privilégie une approche quantitative dans la perspective d’élaborer des instruments de mesure pour évaluer la démocratie à la suite des travaux précurseurs de Putnam (1993), un autre courant, moins prédominant, s’inscrit dans une démarche qualitative et non normative du politique le rapprochant d’un certain nombre d’anthropologues du politique. Certains échanges ont d’ailleurs donné lieu à des débats féconds aussi bien sur la théorie de l’État, de la souveraineté que sur la question de l’exercice du pouvoir (Bayart, 2004). Cet ouvrage réunit ainsi des anthropologues et des politistes qui s’inscrivent dans une démarche qualitative et résolument empirique.

21Nous n’avons certes pas l’ambition d’établir une nouvelle sous-discipline. Des différences demeurent dans les parcours de recherche, dans les lectures et les influences intellectuelles, dans la manière de construire notre objet. Les études de cas réunies dans cet ouvrage témoignent d’ailleurs de cette diversité d’approches, mais nous pensons qu’elles constituent une forme d’enrichissement mutuel.

22Nos principaux lieux d’enquête ont été des situations sociales concrètes où se construisent des valeurs et des comportements dans les différentes sociétés que nous étudions. Certains auteurs ont privilégié l’entretien et l’analyse documentaire, d’autres la méthode d’observation participante dans les multiples séminaires de formation, les summer camps, les workshops, les conférences, l’assistance électorale, les rencontres organisées par les différentes institutions qui font la promotion de la démocratie. Ce sont des lieux privilégiés de diffusion et de confrontation d’idées, de conceptions du monde, de normes et de « bonnes pratiques ». Ces rencontres sont notamment des moments où naissent tout un ensemble de malentendus entre les protagonistes, où les acteurs locaux se réapproprient ces normes et ces pratiques que les experts estiment universelles. Ces moments de « traduction », de « résistance », voire d’opposition, apparaissent comme un temps essentiel de l’observation.

23Les films, les jeux, les jeux vidéo, l’Internet, la téléphonie, les vidéoconférences ont constitué pour nous d’autres outils de diffusion tout aussi intéressants à étudier. L’accélération de la communication offre la possibilité à des acteurs locaux de se brancher très vite à des réseaux transnationaux pouvant prendre une dimension mondiale. La possibilité de médiatiser à l’échelle globale une mobilisation locale ou un événement politique national modifie aussi le périmètre de la gestion des conflits pour un État. L’émotion internationale des opinions publiques, les pressions de différentes organisations internationales ou d’ONG obligent les États à prendre en compte « l’émotion globale » dans la gestion des affaires publiques.

De la critique des plaidoyers universels à la construction d’une problématique de recherche

Société civile et bonne gouvernance, au cœur du projet de démocratisation

24Certaines notions, comme celles de démocratie, d’économie de marché, de société civile et de bonne gouvernance, font l’objet d’un véritable fétichisme chez les acteurs transnationaux étudiés dans ce livre. Elles sont perçues comme des biens universaux qui devraient faire l’objet d’une diffusion générale. On parle par exemple d’exportation de la démocratie. Cette notion pose problème à plusieurs titres. Elle occulte notamment les logiques locales de réappropriation et de traduction des acteurs locaux dans un processus globalisé.

25L’appel à la démocratie est un exemple de ce processus inédit qui se manifeste par de multiples projets déployés à travers le globe. Il s’articule généralement autour de deux autres notions, celle de société civile et celle de bonne gouvernance. La référence à la société civile (Hann et Dunn, 1996) sert généralement à souligner un déficit dans les structures sociales d’une société ou bien à stigmatiser l’attitude répressive d’un gouvernement. Cet usage tend à donner une vision très normative de ce que doit être la société civile. La version la plus en vogue dans les écrits et les actions des bailleurs de fonds s’appuie de ce fait sur une définition étriquée de la société civile, réduite au monde des associations et des ONG et cantonnée à un rôle de promotrice du développement économique et social. Elle s’appuie sur une lecture partielle de l’œuvre de Tocqueville, au détriment d’un autre courant de réflexion sur la société civile, influencé par la pensée d’Antonio Gramsci. Pour l’auteur italien, la société civile est une arène au sein de laquelle se joue la contestation de l’ordre établi. Selon ce point de vue, proche des analyses réunies dans cet ouvrage, la notion permet d’explorer des espaces politiques dans lesquels différentes catégories d’acteurs, des groupes, des organisations et des individus cherchent à influencer les politiques publiques (Lewis, 2002).

26La notion de bonne gouvernance (Blundo et Le Meur, 2009) s’impose dans les années 1990 au sein des grandes institutions internationales pour proposer un modèle à suivre aux États qui doivent se réformer. Elle insiste notamment sur la nécessité de penser le gouvernement d’une société en associant différents acteurs et en soulignant notamment le rôle du secteur privé et civique. Transparence et efficacité des bureaucraties étatiques, accountability (« responsabilité ») des dirigeants à l’égard des citoyens et primauté de l’État de droit sont les mots clefs des politiques publiques de bonne gouvernance. Offrant des solutions techniques pour répondre à des problèmes d’ordre sociopolitique (Li, 2007), les porteurs de cette nouvelle conditionnalité de l’aide dépolitisent les processus et les interventions extérieures (Ferguson, 1990) et légitiment l’universalité des modèles proposés par un vernis scientifique faisant la part belle à des études quantitatives des indicateurs de gouvernance (cf. Kaufmann, Kraay et Zoido-Lobatón, 2000).

Figures de l’intermédiation

27La diffusion de normes et de ressources financières nécessite l’œuvre d’acteurs intermédiaires, individuels ou collectifs. Bien que la littérature anthropologique se soit penchée sur les figures de l’intermédiation depuis l’École de Manchester (cf. Gluckman, 2008) puis, de façon plus systématique, au moment de l’éclosion d’une anthropologie politique centrée sur les théories de l’action (Bailey, 2002 ; Boissevain, 1974), le thème du courtage a été revisité à nouveaux frais dans les années 1990 par plusieurs anthropologues réunis autour du réseau scientifique de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) (Blundo, 1995 ; Bierschenk, Chauveau et Olivier de Sardan, 2000). Le terme « courtiers en développement » faisait référence à une catégorie d’acteurs sociaux intermédiaires qui se spécialisent dans l’acquisition, le contrôle et la redistribution de la rente du développement. Ces travaux étudiaient les trajectoires, les compétences et les modes d’action de ces nouveaux courtiers, tout en observant les effets de leur action dans la recomposition des espaces politiques nationaux. Plus récemment, un ouvrage collectif dirigé par Lewis et Mosse (2006) reprenait à son compte cette problématique des « development brokers », en mettant l’accent plus sur les processus de traduction et de production de sens et de consensus dans des espaces aussi hétérogènes et fragmentés que sur les projets de développement. Un autre anthropologue, Jackson (2005), a proposé, à partir de son étude en Amérique latine, la notion de « globalisateur » (globalizer) pour décrire les élites qui participent à la diffusion de ces normes universelles à l’échelon local. Dans une perspective un peu différente et dans un autre contexte, celui de la transition en Pologne ou en Russie, Janine Wedel (2001,2009) a employé la notion de « transacteur » (transactor) pour définir une élite transnationale partageant un objectif commun, celui de détourner l’aide à son profit, et développant une appartenance commune dépassant les distinctions nationales.

28Cette figure de transacteur complexifie les typologies habituelles des formes de courtage. Dans une perspective différente, des sociologues et des politiques ont analysé l’émergence d’une élite au sein des organisations transnationales (Guilhot, 2005).

Vers une transnationalisation du politique ?

29Il existe une littérature si abondante sur la thématique – touchant aussi bien à la circulation des personnes (migration, élites, diaspora), qu’à celle des marchandises (multinationales, finances, etc.) et des idées (islam globalisé, société civile transnationale) – qu’on peut difficilement prétendre à un état des lieux exhaustif. Nous proposons ici de revenir brièvement sur ces notions, afin de définir l’objet central de ce livre, à savoir la transnationalisation du politique.

30La notion de transnational renvoie à deux autres notions, celle d’État-nation et celle d’international. Le national décrit des relations politiques qui s’inscrivent dans un territoire déterminé, celui de l’État-nation. L’international concerne les relations entre les représentants légitimes de ces États à l’échelle mondiale.

31La notion de transnational émerge au sein des études sur les migrations. On abandonne la vision classique du migrant partant d’un point A pour aller définitivement vers un point B, pour étudier la complexité des liens que les diasporas entretiennent avec leurs sociétés d’origine. L’étude de cette « globalization front below » (Portes, 1997) a permis de mettre l’accent sur les processus de déterritorialisation (Appadurai, 2001) ou de reformulation du rapport à l’espace, par la mise au jour de « territoires circulatoires » (Tarrius, 2004) où se construisent des rapports sociaux inédits tout aussi importants que les liens développés au niveau national.

32Ces recherches ont mis en évidence l’importance de la prise en compte de la circulation des personnes et des marchandises mais aussi du voyage des idées et des conceptions du monde dans la transformation du politique. On peut les rapprocher d’une littérature anthropologique plus ancienne autour de l’échange, dont sont représentatifs les travaux de Marshal Sahlins (1973) sur l’impact de la mondialisation des échanges sur certaines îles de l’Océanie. L’évocation du texte de Sahlins est aussi une manière de ne pas voir dans ces processus une circulation univoque qui se limiterait à une domination de l’Occident sur le reste du monde. Sahlins rappelle notamment comment certaines marchandises venant de l’Orient, comme le thé, s’imposent en Occident.

33Les différents chapitres de cet ouvrage montrent que derrière les notions de « transnational » ou de « communauté internationale », qui semblent impliquer l’existence d’un large consensus, se cachent des rapports de force multiformes. À l’échelle locale, la scène politique peut être pensée comme une arène où s’affrontent différentes logiques. Les acteurs locaux se branchent, s’approprient et manipulent des ressources globales. Et il ne faudrait pas comprendre ces phénomènes comme traduisant systématiquement des rapports de force asymétriques ou comme étant essentiellement le reflet de l’action des organisations internationales qui seraient les vecteurs de l’influence occidentale. C’est d’ailleurs la complexité, les contradictions ou les effets insoupçonnés de la diffusion de cette forme de pouvoir qui s’avèrent les plus intéressants à mettre en évidence. À l’échelle globale, ces processus ne traduisent pas seulement une occidentalisation ou une domination du Nord sur le Sud. Les rapports au sein des organisations internationales varient en permanence à cause de l’émergence de nouvelles forces et de nouveaux débats. On voit bien notamment que les pays comme les « BRIC » (Brésil, Russie, Inde, Chine) entendent jouer un nouveau rôle dans la définition des priorités des institutions internationales. De plus, des réseaux transnationaux d’une autre nature existent. On peut citer par exemple l’activité de fondations islamiques (comme la Rabita en Arabie Saoudite, Fetullah Gülan en Turquie, la fondation Khoy et ses réseaux d’oulémas chiites ou la fondation Khadafi) mais aussi l’action d’ONG protestantes coréennes très actives en Asie centrale. Dans le domaine du développement, on peut rappeler le rôle de bailleurs non occidentaux comme la Banque asiatique de développement ou la coopération chinoise en Afrique.

34Si l’idée de transnational renvoie donc à l’organisation de la circulation des personnes mais aussi du capital, des marchandises et des idées (la démocratie, la religion, etc.), la notion de flux (flow) permet de caractériser les multiples modalités de circulation de ces ressources qui sont aussi bien matérielles qu’immatérielles. On observe une intensification sans précédent, à l’échelle planétaire, des flux. À l’instar de certains historiens (Chayan, 2007), on pourrait considérer que d’autres périodes historiques ont connu ce type de relations sociales planétaires, mais la singularité du phénomène contemporain consiste en l’apparition d’institutions politiques ou de contre-pouvoirs inédits à l’échelle globale, visant la régulation et le contrôle de ces différents flux. Elle se manifeste également par une prise de conscience tout à fait nouvelle à l’échelle planétaire de l’appartenance à un monde interdépendant.

35La singularité de la globalisation ne serait donc pas uniquement dans la croissance des moyens techniques sans précédent mis en place pour faire circuler les personnes, les marchandises ou les idées. Elle implique tout un ensemble d’institutions sociales qui entendent participer à la régulation, à la production et au contrôle de ces ressources. Les organisations internationales, les ONG et les fondations représentent une originalité historique. En termes de recherche, c’est le nouveau rapport complexe entre OI, ONG, fondations et l’État qu’il s’agit de penser.

Un horizon de recherche : de l’État aux espaces politiques multiples

36Paradoxalement, la référence à l’État n’a jamais été aussi importante qu’en ces temps marqués pourtant par la vulgate néolibérale. Il symbolise pour beaucoup de peuples le stade ultime de légitimation au niveau mondial. De nombreux groupes ne conçoivent leur reconnaissance qu’en obtenant cette ultime distinction : l’acquisition d’un État propre. Cette notion juridique d’État est par ailleurs utilisée pour caractériser des formations politiques aussi éloignées que l’État chinois et l’État kirghiz. L’histoire montre également que l’État-nation n’est que la matérialisation récente d’une conception particulière des espaces politiques. Notre réflexion s’inscrit aussi dans la nécessité de décrire la diversité des États dans le monde actuel. Cela implique de revisiter les questions liées aux théories de l’État, de la souveraineté et de la légitimité.

37Il existe une littérature importante en sciences politiques sur la globalisation du politique. Ces réflexions débouchent généralement sur une analyse de la transformation de la souveraineté des États. Deux interprétations dominent et semblent s’opposer. Une première approche considère que le processus en cours se matérialise par une déterritorialisation qui débouche sur une dialectique entre « États faibles » et « États forts » ; autrement dit, il y a, selon les espaces politiques considérés, soit moins soit plus d’État. Une autre approche consiste à montrer que le processus de mondialisation du politique aboutit au renforcement général d’une logique étatique qui se déploie différemment d’un endroit à l’autre. Ces deux interprétations se rejoignent dans une volonté de centrer la réflexion sur la souveraineté et sa quantification.

38Comme le proposent Hansen et Stepputat (2006), la question de la souveraineté doit être reformulée. L’exercice du pouvoir, la légitimité ou la souveraineté relèvent de conjonctions différentes en fonction des États. Pour cela, on pourrait d’ailleurs s’inspirer de la richesse du vocabulaire des époques coloniales décrivant avec précision différentes dimensions des espaces politiques (protectorat, condominium, mandat, confin, etc.). Une réflexion sur la sémantique des espaces politiques pourrait être utile afin de décrire la complexité et la diversité des formes politiques actuelles.

Forum, coalition, réseau, collectif : des dispositifs de pouvoir et contre-pouvoir

39Le politique et la politique ne se construisent pas ou plus seulement à l’intérieur des institutions classiques (gouvernement, parti, syndicat) ou dans des formes de mobilisation connues (militantisme, bureaucratie, etc.). On constate l’émergence de certains mouvements ou acteurs sociaux qui se veulent d’ailleurs souvent en dehors du champ politique en se plaçant dans le domaine de l’expertise technique, du monitoring, de l’observation. Ces acteurs individuels et collectifs sont porteurs de normes et de phénomènes de recomposition impliquant des déplacements de pouvoir qui leur sont inhérents. Cet ouvrage présente un certain nombre d’études de cas dans lesquelles des acteurs ou des groupes d’acteurs se définissent en tant que « réseaux », « forums », « coalitions », s’inscrivant dans une dimension transnationale. Ces dénominations apparemment neutres tendent à décrire ces formes inédites d’organisations ou de mouvements comme étant situées en dehors du champ politique. Pourtant, les questions de pouvoir, de hiérarchie, de légitimité existent tout autant.

40Certaines de ces institutions sont difficiles à étudier et à cerner car elles peuvent, dans certains cas, changer de nom en cours de route, avoir une dimension évanescente, « plastique ». Elles peuvent par exemple disparaître et renaître sous une forme identique en ayant changé d’appellation. Au lieu de nous confiner dans la monographie d’une institution, nous avons cherché à comprendre avant tout les relations transnationales qui se nouent à l’intérieur d’une même arène politique. C’est dans cette perspective que nous nous inspirons de la notion foucaldienne de dispositif, dans sa triple dimension d’« ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques », de « réseau qu’on établit entre ces éléments » ayant « pour fonction majeure de répondre à une urgence », d’« intervention rationnelle et concertée dans [d]es rapports de force [...] supportant des types de savoir, et supportés par eux » (Foucault, 1994 : 299). La notion de dispositif répond ainsi à une tentative d’appréhender le changement sans nier pour autant d’autres phénomènes structurels ou systémiques propres à l’organisation du pouvoir.

41Dans cette perspective, la notion de gouvernementalité peut avoir une dimension opératoire en proposant de cerner des formes de dispositifs inédits et les technologies de gouvernement qu’ils essayent de diffuser. Considérant des acteurs apparemment aussi divers que les États, les ONG, les fondations, les organisations internationales et les mouvements civiques comme interagissant au sein d’un même dispositif, nous émettons l’hypothèse, à l’instar de Ferguson et Gupta (2002), qu’ils agissent de concert en s’inspirant de technologies de gouvernement similaires.

42Les formes politiques abordées dans cet ouvrage ne concernent pas seulement des sociétés en transition ou en développement. La transnationalisation des dispositifs normatifs est en effet un phénomène généralisé. En particulier, les contributions réunies dans ce travail démontrent que la promotion de la démocratie n’a pas tant produit l’universalisation de ce modèle que la banalisation d’un dispositif transnational de pouvoir.

Présentation des chapitres

43Le livre se construit autour de contributions qui sont à chaque fois des études de cas. Les différents chapitres n’ont pas été regroupés en tenant compte d’un découpage par aire culturelle. Nous avons privilégié les rapprochements en fonction des similarités des contextes politico-historiques et des formes d’intervention.

44Les cinq premiers chapitres traitent de pays dans lesquels l’aide occupe une place prépondérante dans leur réalité politique depuis deux décennies, voire depuis plus longtemps. Ces pays subissent une pression extérieure importante pour se réformer. Le Kirghizistan, la Bulgarie et l’Azerbaïdjan comme bien d’autres pays de l’ancien bloc communiste font partie des régions que l’expertise internationale considère « en transition ». Une situation dite de transition légitime alors la participation aux réformes économiques et à la vie publique de toutes sortes d’institutions et d’organisations dont les domaines d’activité vont de la promotion de la démocratie et des droits de l’homme à la protection des minorités, de l’émancipation féminine à la santé publique, du développement rural à l’éducation. Ce dispositif similaire est également à l’œuvre dans des contextes politiques différents en Afrique, en Asie ou en Amérique latine comme en Bolivie et au Sénégal.

45L’ouvrage débute par un chapitre de Giorgio Blundo consacré au Sénégal. Cette ancienne colonie française a toujours été considérée comme l’un des pays avant-gardistes d’Afrique de l’Ouest en matière de réformes. À la fin des années 1980, il est même considéré par les bailleurs comme l’un des pays africains les plus « avancés » en termes de démocratisation et de réformes économiques. Giorgio Blundo part d’une réflexion sur l’émergence à la fin des années 1990 d’un nouvel acteur, « le Forum civil », sur la scène politique sénégalaise. Cette association apparaît alors comme un acteur inédit dans le jeu politique sénégalais. Elle veut s’imposer comme une organisation de surveillance sur le modèle des « watchdog » anglo-saxons. Une jeune équipe de juristes développe alors de nouveaux liens à l’international. Elle entretient notamment des relations étroites avec l’ONG internationale Transparency International (TI), qui échappent aux logiques traditionnelles post-coloniales où les élites sénégalaises continueraient à privilégier des relations exclusives avec la France et ses institutions. Le Forum civil, même s’il se présente comme un mouvement non-partisan, devient un acteur politique majeur en produisant des rapports sur la gestion publique, sur la corruption dans l’administration ou le gouvernement. Il oblige ainsi l’État et le gouvernement de Wade à composer avec cette nouvelle donne. Le Forum civil devient également une organisation qui peut se projeter à l’échelle internationale et devient un acteur des nouveaux lieux de pouvoirs transnationaux, notamment au sein des réseaux de lutte contre la corruption. Ce chapitre souligne également l’importance d’étudier les processus locaux de réinterprétation et d’adaptation des dispositifs normatifs globaux de la bonne gouvernance.

46Le chapitre de Boris Petric part d’une réflexion sur l’émergence d’une coalition d’ONG, « Koalitsia for civil society and Democracy » au Kirghizistan, ayant des similitudes avec le Forum civil, en s’arrogeant un rôle de surveillance (watchdog) de la vie publique. Cette ancienne république soviétique accueille depuis son indépendance en 1991 un nombre impressionnant d’ONG et d’institutions internationales pour l’aider à se réformer. Koalitsia est une ONG nationale qui revendique l’établissement d’un réseau d’une centaine d’ONG locales. Dès sa création, elle entretient des liens étroits avec une fondation politique américaine : le National Democratic Institute (NDI). Koalitsia s’affirme dans le jeu politique kirghiz à partir des années 2000 en mettant en place une observation électorale locale et en dénonçant les fraudes et les irrégularités. Ce dispositif inédit a joué un rôle important dans la (dé)légitimation du pouvoir au cours des législatives de mars 2005, entraînant la « révolution des Tulipes ». Edil Baïsalov, le président de Koalitsia, a alors brusquement surgi sur la scène médiatique internationale comme une icône du mouvement transnational pour la démocratie. Le changement de gouvernement devait marquer l’avènement d’une ère politique incarnant l’efficacité de la promotion de la démocratie. Pourtant, la rupture entre les nouvelles instances dirigeantes et l’establishment n’est pas radicale. Le gouvernement du nouveau président Bakiev – qui s’était présenté comme incarnant le camp de la démocratie opposé à celui de l’autoritarisme du président Akaev – a utilisé l’industrie de la promotion de la démocratie avant tout pour prendre le pouvoir avant de s’en éloigner progressivement en s’adonnant aux mêmes pratiques politiques que son prédécesseur. Il est renversé en 2010 par un de ses compagnons de route, Roza Otoumbaeva. Le leader de Koalitsia est devenu depuis secrétaire de l’administration présidentielle. Ce type d’organisation peut être utilisé comme un tremplin politique. L’article propose ainsi une réflexion plus large sur la généralisation de l’observation électorale et les conséquences sur l’organisation du politique sur la scène nationale.

47Le chapitre de Dostena Anguelova-Lavergne retrace l’émergence d’un des premiers think tanks dans la Bulgarie post-communiste. Elle souligne leur apport dans la reconstruction du paysage politique du pays et analyse le rôle éminemment politique de ces think tanks qui invoquent en permanence leur expertise technique pour justifier leur légitimité à participer au débat public. Dostena Anguelova-Lavergne pose plus généralement la question de la transition démocratique en Bulgarie à travers l’action des nouvelles associations de la société civile. Bien que ces dernières ne soient pas des partis politiques, qu’elles ne puissent être vues comme des mouvements populaires et qu’elles évoluent en dehors du cadre électoral, elles ont joué un rôle déterminant dans la structuration du nouvel espace politique qui s’est mis en place après la chute du système communiste. L’émergence de ce type d’institution a été rendue possible grâce à des fonds de l’Open Society Institute de George Soros ou encore de l’USAID. Elle illustre la technique d’influence américaine du soft power et les logiques locales de réappropriation de ces nouvelles ressources. L’auteur se penche plus particulièrement sur le cas d’un think tank, le Centre des stratégies libérales. Elle décrit la manière dont son principal animateur s’est imposé comme un acteur majeur de la vie publique bulgare avant d’asseoir également son influence dans l’espace politique européen. Une kyrielle d’institutions impliquées dans la promotion de la démocratie établit des réseaux qui traversent les frontières des divers pays européens. Leurs cadres forment une nouvelle élite dont la légitimité repose sur un soutien global mais qui ne dispose pas toujours de forts relais locaux.

48Le chapitre de Raphaëlle Mathey est consacré à l’Azerbaïdjan. Au début des années 1990, ce pays du Caucase sort de l’expérience soviétique et d’un conflit meurtrier non résolu avec son voisin arménien au sujet du Haut-Karabakh. Lejeune État indépendant développe alors une intense politique de coopération avec des institutions internationales et des États pour aussi bien asseoir son indépendance que trouver des acteurs susceptibles de plaider sa cause. Il développe notamment des liens privilégiés avec le Conseil de l’Europe afin de légitimer son existence internationale et d’affirmer son attachement au Vieux Continent. De son côté, l’organisation européenne entend bien peser dans les transformations du système politique azerbaïdjanais et élargir son rayon d’action à l’ensemble de l’ex-URSS. Raphaëlle Mathey analyse plus précisément comment la question des prisonniers politiques devient une question centrale dans la relation entre l’organisation européenne et l’État azéri. L’action du Conseil de l’Europe tend à modifier le jeu politique dans un pays où les prisonniers politiques ne sont pas des opposants occupant une place marginale sur l’échiquier politique. Ils sont généralement d’anciens hauts responsables ayant été écartés subitement par le président. L’auteur met ainsi en lumière une logique du pouvoir qui résiste fortement aux injonctions de changement. L’action du Conseil de l’Europe remet indirectement en cause le rôle prééminent du président qui organise de manière singulière la circulation du pouvoir en utilisant le bannissement carcéral. Malgré l’intransigeance du gouvernement azerbaïdjanais, les actions du Conseil de l’Europe et des ONG locales s’occupant des droits de l’homme modifient néanmoins la réalité politique. La médiatisation de cette question entraîne une nouvelle visibilité et un nouveau regard sur le sort des prisonniers politiques. L’État azerbaïdjanais doit ainsi composer avec tout un ensemble d’acteurs locaux, internationaux et transnationaux touchant le cœur du dispositif politique national.

49Le chapitre de David Recondo est consacré aux réformes de décentralisation participative adoptées par la Bolivie. Le gouvernement de Gonzalo Sanchez de Lozada (1993-1997 puis 2002-2003) met en place un vaste programme de réforme de l’État. Sous impulsion internationale, il entend s’appuyer sur une nouvelle configuration territoriale pour modifier le jeu politique local, fortement marqué par le poids d’hommes politiques régionaux. David Recondo s’appuie notamment sur le portrait de deux acteurs emblématiques de ce processus politique, Goni et Jesus de Machaqua. Ils incarnent, par leurs parcours biographiques et par leur action, l’émergence d’intermédiaires qui établissent des bens entre l’univers global de la bonne gouvernance et la réalité locale. La participation et la décentralisation, piliers de l’approche de la bonne gouvernance, entrent en résonance avec des acteurs politiques boliviens qui souhaitent défier le pouvoir des notables qui tirent leur influence d’une légitimité régionale. En créant les municipe, le gouvernement espère redéfinir le rapport des citoyens à l’État et certaines élites comme Goni ou Machaqua espèrent en tirer parti. Paradoxalement, la création des municipe n’aura pas eu l’effet escompté et aura même entraîné une forme de communautarisation de la vie politique. Avant son élection, Evo Morales revient sur cette réforme territoriale, la jugeant comme une imposition néo-libérale favorisant les puissants.

50Les chapitres suivants concernent des pays – l’Afghanistan, la Serbie et le Pakistan – qui ont vécu un conflit majeur ayant conduit à l’imposition d’une présence militaire extérieure. Ces cas sont catégorisés par le monde des experts internationaux sous le vocable « post-conflit » (comme l’Irak, la Bosnie et le Kosovo, le Timor oriental, etc.).

51Le chapitre d’Alessandro Monsutti traite des projets de reconstruction en Afghanistan, à la suite de l’intervention de la coalition militaire dirigée par les États-Unis qui a conduit à la chute du régime des talibans et à l’instauration d’un nouveau pouvoir politique à Kaboul à la fin de 2001. La tenue de deux loya jirga ou grandes assemblées constitutives (juin 2002, décembre 2003-janvier 2004), puis d’élections présidentielles (octobre 2004) et législatives (septembre 2005, octobre 2010) ont été largement conduites sous l’impulsion des États-Unis, de leurs alliés et des Nations unies.

52Monsutti analyse plus particulièrement le déploiement du grand projet international de reconstruction du pays. Le National Solidarity Program (NSP) est coordonné par la Banque mondiale et doit associer les différentes autorités afghanes, des ONG internationales et de multiples organisations internationales participant à la mise en place du projet. L’auteur replace ce projet dans le contexte général afghan et insiste sur les logiques locales pour en comprendre le fonctionnement. Dans un pays où les ressources disponibles sont rares, l’implication de différents acteurs afghans dans le NSP peut s’interpréter comme une des formes majeures d’une stratégie locale généralisée. Les Afghans tentent à différentes échelles de capter des ressources provenant de l’extérieur. Ministres ou parlementaires, contrebandiers ou commandants issus de la résistance antisoviétique, défenseurs des droits de l’homme ou militants islamistes, paysans ou boutiquiers, tous ces acteurs sont connectés d’une manière ou d’une autre avec l’extérieur. Bien qu’adoptant des stratégies et des moyens différents, ils partagent la caractéristique de promouvoir leurs visions et leurs intérêts en s’appuyant sur des liens transnationaux. Le fonctionnement du NSP incarne un autre paradoxe de l’aide. S’il tire sa légitimité de la volonté de rendre le pouvoir aux Afghans, ce type de projet met en lumière la participation active d’experts internationaux de toute sorte à la vie politique afghane.

53La construction d’un nouvel État dans la Serbie post-Milosevic fait l’objet du chapitre de Theodora Vetta. Après l’effondrement et la destruction de la Fédération yougoslave, la Serbie fait face à une intervention militaire puis finalement à la destitution de Milosevic suite à une insurrection populaire (octobre 2000). Au début des années 2000, les gouvernements serbes successifs mettent en place une réforme en profondeur de l’État. Les différentes réformes d’inspiration libérale sont largement initiées et pilotées par plusieurs donateurs. Des ONG locales deviennent alors un élément majeur dans la construction de la nouvelle gouvernance. Ils participent au pouvoir au sein des différents ministères. Theodora Vetta évoque ainsi l’émergence d’une nouvelle classe sociale. L’ONG n’est plus un contre-pouvoir face à l’État, mais devient un simple agent d’exécution d’une politique publique. Dans un pays ruiné par plusieurs années de guerre et largement isolé internationalement à cause de la situation du Kosovo et de la question de l’arrestation du général Mladic, les stratégies mises en place par les nouvelles élites apparaissent comme une forme de résignation voire de capitulation pour adopter au plus vite des réformes voulues par les bailleurs. Ces réformes subies par la population et par une partie de la classe politique sont vécues par ces ONG locales comme la seule stratégie pour que le pays puisse retrouver un semblant de normalité et intégrer éventuellement l’Union européenne.

54Le chapitre de Shafqat Hussain s’intéresse aussi à une situation post-conflit dans la région de Hunza au nord du Pakistan. Hussain se penche plus particulièrement sur l’impact des projets de développement de la fondation Aga Khan Development Network (AKDN). Le rattachement au Pakistan de cette région de l’ancien État colonial du Cachemire n’est pas réglé au niveau du droit international. Le texte explore les diverses formes de souveraineté auxquelles les habitants sont confrontés et la manière dont les populations Ismaéliennes perçoivent les activités financées par leur guide spirituel et y répondent dans leur vie quotidienne. L’autorité de l’Aga Khan, qui réside loin de là, à Aiglemont dans la banlieue de Paris, repose sur son aura religieuse et sa capacité économique à construire et à entretenir des liens avec plusieurs millions de fidèles. Ces derniers sont dispersés dans le monde entier et forment ce que l’auteur nomme une « transnation ». La souveraineté ne se conçoit pas, dans ce cas, en termes de pouvoir politique, de contrôle administratif d’un territoire clairement délimité, ni de monopole de la violence légitime. Elle inclut la capacité à organiser la vie locale, à assurer une certaine protection et à garantir toutes sortes de services sociaux (santé, éducation, etc.). L’AKDN a ainsi mis en place une forme de souveraineté qui ne conteste pas celle de l’État pakistanais tout en proposant son propre projet de modernisation et de développement. L’action de cette fondation contribue tout autant à compléter la mission de l’État pakistanais qu’à promouvoir l’ascension sociale d’une communauté ismaélienne au sein de la société pakistanaise tout en renforçant les réseaux ismaéliens à travers le monde.

55Les deux chapitres suivants concernent deux pays dont l’histoire a été fortement marquée par une dictature militaire soutenue par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Contrairement aux anciens pays communistes, ces pays ont paradoxalement toujours été soutenus par les principaux promoteurs de la démocratie. L’Indonésie et le Nigeria ont aussi comme point commun d’être deux États puissants aux ressources convoitées et pouvant résister à des injonctions extérieures. Ces deux pays entament une réforme politique à la fin des années 1990. Le chapitre de Romain Bertrand est consacré à l’Indonésie et revient plus particulièrement sur la passation de pouvoir de Suharto (1998) qui ouvre une nouvelle période politique de réformes – Reformasi. Elle donne lieu à une nouvelle ouverture du pays qui ne se limite plus à la coopération militaire. La dictature militaire organise elle-même son ouverture. De très nombreux « ingénieurs de la démocratie » d’organisations internationales ou de fondations américaines viennent alors au chevet de l’État indonésien pour proposer leurs services. Romain Bertrand évoque notamment l’influence d’une fondation américaine, l’International Foundation for Electoral Systems (IFES), dans la réforme du Code électoral. Il plaide pour une approche qui intègre le temps long afin de ne pas surestimer l’action extérieure dans ce pays. Il rappelle notamment que les changements en vigueur s’inscrivent aussi dans des rapports de force locaux entre différentes élites. La montée en puissance des professionnels du droit n’intervient pas uniquement dans le nouveau contexte international, elle s’appuie aussi sur la revitalisation d’une tradition constitutionnaliste vernaculaire très importante au début du xxe siècle. Ces changements s’inscrivent aussi dans une continuité géo-stratégique entre l’État indonésien et les États-Unis. La puissance politique et démographique de l’État indonésien lui offre aussi l’opportunité d’encadrer les relations transnationales qui se nouent dans les différentes expérimentations de promotion de la démocratie. L’action des différents experts reste relativement discrète et privilégie des relations avec les institutions de l’État. C’est d’ailleurs un des points communs majeurs avec un autre pays poids lourd qui sort lui aussi à peu près au même moment d’une dictature militaire libérale.

56Le chapitre de Marc-Antoine Pérouse de Montclos s’intéresse au puissant État pétrolier d’Afrique, le Nigeria. Il y analyse plus particulièrement l’action – ou plutôt l’inaction – des fondations allemandes KAS (Konrad Adenauer Stiftung) et FES (Friedrich Ebert Stiftung). Elles organisent des rencontres et des formations conviviales en étant attentives à ne pas froisser les autorités gouvernementales. C’est avant tout leur présence qui justifie l’action de ces acteurs de la politique extérieure allemande. À travers l’organisation de ces rencontres, conférences et séminaires, les fondations nouent des liens privilégiés avec tout un ensemble d’élites existantes au sein de la population nigériane. Dans un pays qui fut longtemps dominé par l’influence britannique puis américaine, les activités de ces fondations traduisent ainsi la volonté allemande de s’implanter en Afrique. Ce type de fondation affiche souvent des formes d’action aux justifications universelles, mais s’avère avant tout un instrument d’influence qui permet notamment à l’État allemand de nouer des liens en dehors des cadres de la diplomatie officielle qui se cantonne aux relations avec le gouvernement. Les fondations allemandes peuvent ainsi assurer une diplomatie discrète tout en privilégiant une position politique officielle qui se garde de critiquer publiquement la politique du gouvernement nigérian.

57L’ouvrage s’achève par un chapitre sur Cuba. Au regard des autres situations étudiées, ni changements majeurs comme en Europe de l’Est, ni conflits ni incantation en vue du changement ne sont intervenus. Cuba connaît ainsi une configuration relativement unique. Le gouvernement cubain se trouve dans une situation exsangue au moment de la fin de la guerre froide. Il perd un de ses partenaires majeurs, l’URSS, tout en faisant l’objet d’un embargo de la part des États-Unis. Le pays subit progressivement une pression internationale très importante pour modifier son système politique. De nombreuses fondations américaines soutenues par la diaspora cubaine de Miami tentent différentes stratégies pour faire tomber le régime castriste. L’Union européenne mais aussi la France et l’Espagne développent des projets pour tenter d’influer sur le destin de l’île. Peu d’organisations internationales sont présentes, mais Dejan Dimitrijevic montre comment la question de la résistance à toute influence extérieure permet au régime de modifier peu à peu un imaginaire politique. La question du changement, de la démocratie est débattue au sein de l’élite intellectuelle qui puise alors dans d’autres expériences notamment sud-américaines et affirme haut et fort une résistance au modèle dominant, lequel serait véhiculé par l’ennemi américain.

58Le flux des idées se réorganise en fonction d’un nouveau contexte idéologique. De plus, de nombreux changements sont en cours dans la société cubaine depuis le début des années 1990 et son ouverture. L’essor d’une nouvelle forme de flux, celui de touristes individuels venant d’Europe, modifie aussi considérablement les échanges économiques et intellectuels. Dimitrijevic analyse l’émergence de nouveaux acteurs dans ce domaine à Cuba. Le poids prépondérant pris par cette nouvelle économie hybride, avec le développement d’un secteur privé, entraîne de facto un changement notamment dans le rôle imparti à l’État. L’auteur suggère que la transition annoncée et tant attendue par certains, a peut-être déjà eu lieu. Différents indicateurs pourraient faire penser que la société cubaine est déjà dans une dynamique radicale de changement qui ne prend pas pour autant la forme attendue par certains observateurs.

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M. (2008), Anthropologie de la globalisation. Paris, Payot.

Atlani-Duault L. (2005), Au bonheur des autres, Anthropologie de l’aide humanitaire, Nanterre, Société d’ethnologie.

Appadurai A. (2001 [1996]), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Payot.

Bailey F. G. (2002), «Stratagems and Spoils», in Vincent V ed., The Anthropology of Politics.A Reader in Ethnography, Theory, and Critique. Malden, Blackwell.

Bayart J.-F. (2004), Le gouvernement du monde : une critique politique de la mondialisation. Paris, Fayard.

Bertrand R., Briquet J. L. et Pels P. (2007), Cultures of Voting. The Hidden History of the Secret Ballot. Londres, Hurst.

Bierschenk T., Chauveau J.-P. et Olivier de Sardan J.-P. ed. (2000), Les courtiers en développement : les villages africains en quête de projets. Paris, Karthala.

Blundo G. (1995), « Les courtiers du développement en milieu rural sénégalais ». Cahiers d’études africaines, vol. 35, no 137 : 73-99.

Blundo G. et LE Meur P. Y. (2008), The Governance of Daily Life in Africa : Ethnographie Explorations of Public and Collective Services. Londres, Brill.

Boissevain J. (1974), Friends of Friends: Networks, Manipulation, Coalitions. New York, St. Martin’s Press.

Brown K. ed. (2006), Transacting Transition: The Micropolitics of Democracy Assistance in the Former Yugoslavia, Bloomfield, Kumarian Press.

Chayan N. (2007), Bound Together. How Traders, Prcachers, Adventurers and Wariors shaped Globalization, Londres, Yale University Press, New Haven.

Dezalay Y. et Garth B. (2002), Global Prescriptions : the Production, Exportation and Importation of a New Legal Orthodoxy, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Ferguson J. (1990), The Anti-politics Machines. Development, Depolitization and Bureaucratie Power in Lesotho. Cambridge, Cambridge University Press.

Ferguson J. et Gupta A. (2002), « Spatializing States : toward an ethnography of neoliberal governmentality », American Ethnologist, vol. 29, no 4 : 981-1002.

Fischer W. F. (1997), « Doing good ? The politics and anti-politics of NGO practices », Annual Review of Anthropology, vol. 26.

Foucault M. (1994), Dits et écrits, 1954-1988.Tome III. Paris, Gallimard.

Fukuyama F. (1992), The End of History and the Last Man. Londres, Penguin [La fin de l’histoire et le dernier homme, traduit de l’anglais par Denis-Armand Canal. Paris, Flammarion].

Gluckman M. (2008 [1940]), « “The Bridge”. Analysis of a social situation in Zululand », Genèses, no 72 : 119-155.

Guilhot N. (2005), The Democracy Makers : Humait Rights and the Practices of Global Order. New York, Columbia University Press.

Gupta A. et Ferguson J. (1997), Anthropological Locations : Boundaries and grounds of a Field Science. Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

Hann C. et Dunn R. (1996), Civil Society : Challenging of Western Model, Londres, Routledge.

Hansen T. et Stepputat F. (2006), « Sovereignty revisited », Animal Review of Anthropology, vol. 35 : 295-315.

Horowitz D. L. (1993), «Democracy in divided societies», Journal of Democracy, October: 18-38.

Kaufmann D., Kraay A. et Zoido-Lobatón P. (2000), Governance Matters, « Policy Research Working Papers », no 2196. Washington, World Bank Institute.

Jackson J. T., (2005), The Globalizers: Development Workers in Action. Baltimore, John Hopkins University Press.

Lewis D. (2002), «Civil society in African contexts: Reflections on the “usefulness” of a concept», Development and Change 33 (4): 569-586.

Lewis D. et Mosse D. ed., (2006) Development Brokers and Transintors, The Ethnography of Aid and Agencies.West Hartford, Kumarian Press.

LI T. M. (2007), The WiU to Improve. Governmentality, Development and the Practice of Politics. Durham, Duke University Press.

Mosse D. (2005), Cultivating Development: An Ethnography of Aid Policy and Practice. Londres/Ann Arbor, Pluto Press.

Nye J. (2004), Soft : the means to succes in tvorld politics. New York, Public Affairs Press, Mardi.

Ottaway M. et Carothers T. eds. (2001), Funding Virtue : Civil Society Aid and Democracy Promotion. Washington (DC), Carnegie Endowment for International Peace.

Portes A. (1997), « Globalization front below : the rise of transnational communities », thèse de doctorat, Princeton University.

Putnam, R. (1993), Making Democracy Work. Princeton, Princeton University Press.

Sahlins M. (1973 [1972]), Age de pierre, âge d’abondance : l’économie des sociétés primitives. Paris, Gallimard.

Schaffer F. C. (1998), Democracy in Translation : Understanding Politics in an Unfamiliar Culture, Ithaca, Cornell University Press.

Sharma A. et Gupta A. (2006), The Anthropology of the State : a reader. Malden, Blackwell.

Tarrius (2004), La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine. Paris, Balland.

Wedel J. (2001), Collision and Collusion: The Strange Case of Western Aid to Eastern Europe. New York, St. Martins Press.

– (2009), How the World’s New Power Brokers Undermine Democracy, Government, and the Free Market. New York, Basic Books.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search