Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

De l'un au multiple

 | 
Viviane Alleton
, 
Michael Lackner

II. Des traducteurs d'envergure

Slow poison or magic carpet. The Du Fu translations by Erwin Ritter von Zach

Poison lent ou tapis volant. Les traductions de Du Fu par Erwin Ritter von Zach

Monika Motsch

Abstract

Le traducteur autrichien Erwin Ritter von Zach (1872-1942) donna la première traduction des œuvres de Du Fu, la seule intégrale jusqu’à maintenant. Ce livre, qui a atteint un public considérable aux États-Unis et en Europe, occupe une position clef dans la réception occidentale de Du Fu.
Zach ne fit aucun effort pour adapter la littérature chinoise au goût du public européen. Ses traductions de Du Fu sont des monuments d’érudition, mais totalement dépourvues d’art et de séduction. Il alla jusqu’à censurer le contenu, modifiant les passages qu’il estimait grossiers ou immoraux.
Quelle est l’influence des traductions de Zach sur la réception de Du Fu ? On peut identifier deux tendances opposées. D’une part, la piètre qualité artistique du travail de Zach a éloigné nombre de lecteurs, en particulier dans le public de langue allemande. D’autre part, ces mêmes traductions ont agi aussi comme un stimulant pour les lecteurs et les écrivains créatifs. Des poètes de langue allemande et anglaise s’identifièrent à Du Fu et les œuvres suscitées par cette inspiration connurent un grand succès. On peut penser que, paradoxalement, ce sont les déficiences des traductions de Zach qui ont conduit à ce résultat, en raison des possibilités créatives offertes par un produit inachevé. Considéré de cette façon, il fut un grand entremetteur. Zach a produit ce qu’on peut appeler une traduction pour les traducteurs.