Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La psychologie cognitive

 | 
Michel Denis

Introduction. La psychologie dans le concert des sciences cognitives1

Michel Denis

Texte intégral

La cognition : un concept partageable, un concept partagé

  • 1 Je remercie vivement Catherine Fuchs, François Clarac et Daniel Kayser pour les commentaires avisé (...)

1La cognition est un concept bien installé aujourd’hui au cœur de la psychologie, dont il constitue l’un des objets les plus identifiables, même si le spectre de sa définition reste encore extrêmement large. On a tendance parfois à oublier que sur la durée d’existence de la psychologie en tant que discipline autonome (soit, pour fixer un repère, depuis la dernière décennie du xixe siècle), la notion de cognition n’est apparue et n’a vraiment commencé à dessiner ses contours (et à acquérir sa respectabilité scientifique) que vers le milieu de cette existence, entre la fin des années 1950 et le début des années 1960.

2Si l’on aime les définitions simples, réunissant à la fois la vertu de concision et celle de complétude, on retiendra celle que proposait Jean-François Le Ny (2005 : 23) : « On peut caractériser la cognition comme l’ensemble des dispositifs dont la fonction est de produire et d’utiliser de la connaissance. Et qui y réussissent parfois. » Le Ny ajoutait que l’idée de « fonction » est ici essentielle. Ces dispositifs sont « faits pour » atteindre un certain objectif, à savoir produire de la connaissance ou en faire usage. On notera l’effort de généralité reflété par cette définition, qui ambitionne de s’appliquer à toute instanciation possible de la cognition, et pas seulement celle qui est portée par les esprits humains.

3Aujourd’hui, pour la psychologie, le système cognitif humain est vu comme un système de traitement de l’information, qui produit des entités psychologiques – des représentations – auxquelles peuvent s’appliquer par la suite d’autres processus (qui les manipulent, les combinent, en extraient de l’information, etc.). Moyennant telle ou telle nuance, c’est sur ce type de définition que repose la démarche de la majorité des chercheurs qui ont contribué à donner son visage à la psychologie cognitive telle qu’ elle est pratiquée aujourd’hui dans nos laboratoires (cf. Baudouin et Tiberghien 2001 ; Lemaire 1999 ; Le Ny 2005 ; Richard 2005) et dans le reste du monde (cf. Anderson 2010 ; Eysenck et Keane 2010 ; Guenther 1998 ; Kosslyn et Rosenberg 2001 ; Smith et Kosslyn 2007).

4La cognition, chez l’homme et dans les autres espèces, est dépendante du fonctionnement d’un système biologique complexe, le système nerveux. Cette constatation, bien sûr, n’a pas attendu le développement de la psychologie cognitive moderne pour être faite. Il existe une étroite dépendance des fonctions cognitives à l’égard de l’intégrité physique et fonctionnelle du cerveau, ce qui crée des liens naturels, et illustrés depuis des décennies, entre la psychologie et les sciences du cerveau. Cependant, si la démarche du psychologue (comme « connaisseur » des fonctions mentales) est conceptuellement liée avec celle du neurobiologiste (comme « connaisseur » des propriétés du système nerveux), elle n’en est pas dépendante. Si les deux approches ont en commun de s’appuyer sur la méthode expérimentale et sur la recherche de la preuve dans la démonstration des faits empiriques, ce qui les distingue est essentiellement la nature de leurs objets. Les représentations mentales, objets de la psychologie cognitive, sont des réalités psychologiques qui n’ont pas le statut d’observables, tout en étant présumées « connaissables » par les chercheurs qui s’y intéressent, à partir du recueil de données comportementales adéquatement sélectionnées. Les représentations sont réputées se situer « en amont des observables ». Les neurosciences, pour leur part, ont pour caractéristique, comme la plupart des sciences naturelles, de travailler directement sur des observables (par exemple, des tracés électriques ou des images d’activation cérébrale). La distinction est importante, et même si la psychologie inclut de plus en plus dans son programme la connaissance de l’infrastructure cérébrale des processus qu’elle étudie, ses objets non observables commandent une démarche intellectuelle spécifique, le raisonnement hypothético-déductif. Au total, si les entités mentales qui sont la cause des comportements sont tributaires du fonctionnement cérébral, elles n’en sont pas pour autant réductibles aux observations collectées par le neuroscientiste.

5La cognition, objet pour la psychologie, est aussi un objet pour d’autres sciences, notamment celles qui s’intéressent à mimer des fonctions et à les faire réaliser par des systèmes non biologiques (plus robustes, moins sujets à la variabilité et aux interférences). L’idée introduite est donc que la cognition peut s’inscrire sur d’autres supports que le tissu cérébral. C’est dans ce mouvement de grande ampleur que l’objet cognition s’est trouvé pris en charge dans une tout autre perspective, qui n’était plus celle de la collecte de données comportementales reflétant la cognition humaine, mais celle de la réalisation de systèmes produisant des sorties ayant des caractéristiques similaires à celles de l’intelligence humaine. En somme, les sciences naturelles tournées vers la cognition ont été amenées à constater qu’un relais intéressant pouvait être pris par l’ingénierie et les sciences de la computation. L’investigation de la cognition s’est retrouvée alors dans un ensemble de projets qui ne se contentaient plus de l’étude expérimentale de phénomènes naturels, mais qui visaient à fabriquer des artefacts capables de manipuler la connaissance, de produire des raisonnements, de prendre des décisions, en s’appuyant sur des mécanismes calculatoires, parmi lesquels ceux que la logique a développés au cours de sa propre histoire scientifique occupent une place majeure. Les sciences du langage ont pris ici une part importante, dans la mesure où nombre de ces calculs portent sur des matériels linguistiques.

6Le processus brièvement dessiné ici s’est évidemment accompagné de la prise de conscience, par les disciplines concernées, de leur convergence sur des noyaux conceptuels communs (comme ceux de « représentation», d’« intelligence », d’« agent cognitif »), même si ces termes génériques pouvaient recouvrir (et recouvrent encore aujourd’hui) des réalités distinctes d’une discipline à l’autre. Néanmoins, le mouvement général a bien consisté à élaborer une représentation partagée et scientifiquement valide des structures et des processus de connaissance, qui ne soit plus tributaire d’une seule approche (comportementale, neurobiologique, linguistique, philosophique, informatique, etc.), mais tire bénéfice de la convergence de plusieurs approches.

7Ce processus de rapprochement pluridisciplinaire ne pouvait manquer d’avoir des retombées sur chacune des disciplines concernées, à commencer par la psychologie elle-même. Celle-ci s’est trouvée forcée de penser les processus cognitifs à un niveau sur-ordonné, à un niveau d’abstraction plus élevé que celui où elle les avait abordés jusqu’alors. L’objectif a été de cerner, avec les sciences computationnelles et en particulier celles qui traitent du langage (reconnaissance, traduction, etc.), des mécanismes qui ont des fonctions équivalentes (à un certain niveau d’abstraction), même si c’est avec des implémentations différentes. Mais la démarche n’ignore pas la variété des implémentations (biologiques ou artificielles) de la cognition et les chercheurs n’échappent pas au devoir d’élucider la nature des relations entre les processus cognitifs et les propriétés des supports physiques sur lesquels ces processus s’inscrivent (cf. Posner 1989 ; Stillings et alii 1987).

La place de la psychologie dans le développement des sciences cognitives

8Si la psychologie peut être créditée d’une position qui lui est spécifique au sein des sciences cognitives, il ne faut pas sous-estimer le fait que non seulement la psychologie, mais toutes les disciplines qui allaient constituer le « premier cercle » des sciences cognitives, ont connu, vers la fin des années 1950, des évolutions conceptuelles majeures, qui ont préparé leur rapprochement dans les années ultérieures (cf. Bechtel, Abrahamsen et Graham 1998).

9À cet égard, la psychologie a eu au départ une manière plutôt « indirecte» d’être concernée, lorsque des disciplines essentiellement tournées vers le calcul se sont saisies de concepts relevant de son domaine (et de celui de la philosophie), comme la pensée ou l’intelligence. La préfiguration du projet des sciences cognitives réside en effet dans la conjonction de préoccupations portées initialement par les mathématiques et par la logique. Le point de départ est la prise de conscience du fait que le calcul est une activité cognitive qui est également réalisable par des procédures automatiques (où les entités ont le statut de symboles et sont manipulées selon un ensemble de règles). Au-delà du progrès technologique qu’elle représente, la mécanisation du calcul s’est imposée comme le catalyseur d’un progrès conceptuel important sur les propriétés de la pensée humaine. Le postulat illustré par cette démarche est que toute forme d’activité « intelligente » doit pouvoir être décrite dans des termes suffisamment précis pour que sa simulation soit réalisable par un artefact.

10À la même époque – et, là encore, sans implication majeure de la part de la psychologie –, l’émergence du concept de « neurones formels », assimilés à des automates exécutant des opérations logiques, a joué un rôle important dans ce mouvement intellectuel. À partir de la métaphore qui assimile l’ordinateur à un cerveau humain (au-delà des fortes différences qui persistent évidemment entre l’un et l’autre ; cf. Paillard 1999), la métaphore réciproque – celle d’un cerveau dont le fonctionnement serait comparable à celui d’un ordinateur – a commencé à s’imposer progressivement. Si la première métaphore ne posait pas de problème de principe, la seconde ne pouvait que susciter un sérieux débat épistémologique, et c’est sans doute là, dans les discussions engendrées par ces divergences, que réside le point de départ du projet des sciences cognitives. Encore fallait-il pour cela que d’autres idées et d’autres concepts convergent sur ce terrain.

11La naissance de l’intelligence artificielle en tant que discipline a constitué non seulement un événement important en soi, mais aussi par son impact sur la communauté psychologique dédiée à l’étude de la cognition. La psychologie, qui s’intéresse à la manière dont les humains raisonnent en présence de situations complexes, était amenée à s’intéresser aussi aux heuristiques proposées par les théoriciens des machines, par exemple les heuristiques destinées à reproduire les stratégies des experts d’un domaine (depuis le jeu d’échecs jusqu’à l’économie). Les recherches sur ces questions ont alors vraiment commencé à impliquer des psychologues, souvent associés à des chercheurs en informatique (cf. Collins et Quillian 1969 ; Lindsay et Norman 1972 ; Newell et Simon 1972 ; Rumelhart, Lindsay et Norman 1972), ce qui ne pouvait manquer d’alimenter la controverse sur les grandes questions récurrentes. Si les machines « simulent la pensée », peut-on dire qu’elles « pensent » ? Peut-on parler « d’états mentaux » présents au sein des machines ?

12Pour la psychologie, l’apparition du concept d’information est certainement l’élément qui a joué alors le rôle le plus important, imprégnant plusieurs autres communautés que celle des mathématiques (où s’était développée initialement la théorie de l’information ; cf. MacKay 2003). Pour la psychologie, la période était spécialement critique, avec la remise en cause des postulats behavioristes, sous l’influence de chercheurs qui, dans des secteurs variés de la psychologie, allaient donner un visage aux premières manifestations du « cognitivisme » (cf Bruner 1964 ; Piaget et Inhelder 1966). Bientôt se dessina une perspective nouvelle, entérinant le postulat de l’esprit humain comme système de traitement de l’information (cf Norman et Rumelhart 1975). Le traitement mental, au bout du compte, en vint rapidement à être considéré comme étant de nature computationnelle (cf. Fodor 1975 ; Kahneman, Slovic et Tversky 1982 ; Pylyshyn 1984).

13Ces contributions marquent le début des sciences cognitives dans leur véritable pluralité, incluant la psychologie comme contributrice effective, et non plus seulement présente à travers quelques-uns de ses objets. Ce faisant, la psychologie a développé la plus grande partie de ses échanges conceptuels avec trois familles de disciplines.

14La première est celle des sciences de l’ingénieur (à travers l’intelligence artificielle, la robotique et la communication homme-machine). Les spécialistes de ces domaines ont puisé leur inspiration dans les théories psychologiques et ont adopté une stratégie consistant à poursuivre leurs travaux en partenariat étroit avec les psychologues. Ces derniers disposent en effet d’outils permettant d’évaluer la validité cognitive du comportement humain, mais aussi, par comparaison, de celui des machines. Ce contact a forcé les psychologues à devenir de plus en plus explicites dans la formulation des théories cognitives et à décrire en détail les étapes de traitement par lesquelles passe un agent cognitif pendant l’exécution d’une tâche (cf. Kintsch 1998 ; Le Ny 1993). C’est dans ce contexte pluridisciplinaire que l’on a assisté à l’évolution des langages de description de la cognition, à travers leurs versions successives (modèles symboliques, modèles connexionnistes, modèles hybrides). Si les problèmes soumis aux systèmes artificiels étaient initialement de nature logico-mathématique (constituant donc un échantillonnage relativement favorable), c’est seulement par la suite que des problèmes psychologiques plus difficiles, comme ceux relevant de la perception et la reconnaissance visuelle, furent abordés par les chercheurs en intelligence artificielle (cf. Garbay et Kayser 2011).

15La deuxième famille disciplinaire avec laquelle la psychologie a développé des échanges électifs est la linguistique. La psychologie a élaboré des modèles de production et de compréhension et, surtout, elle a collecté des données bien contrôlées et constitué des corpus systématisés dans ces domaines. Ces modèles se sont également donné pour objectif de rendre compte des mécanismes d’acquisition de la langue maternelle, ainsi que des langues secondes. Ils ont éclairé la question de l’architecture cognitive chez l’homme, en tant que pré-requis à l’acquisition de la lecture et de l’écriture. Enfin, ils ont permis de mieux comprendre les mécanismes intimes de la production et de la compréhension du discours. De leur côté, les modèles formels de la linguistique ont largement inspiré les chercheurs en psycholinguistique et cette convergence s’est à son tour étendue vers la « neuropsycholinguistique », exemple remarquable d’un champ interdisciplinaire associant trois disciplines sources. Il faut noter enfin que la recherche en linguistique et en psycholinguistique, au départ fortement focalisée sur la syntaxe et les langages formels, a su par la suite prendre en compte avec profit la dimension sémantique inhérente aux processus de calcul du sens (cf. Fuchs 2004).

16Enfin, la troisième discipline est la philosophie (essentiellement la philosophie analytique, celle qui prône une approche « naturaliste » de l’esprit humain). Les concepts de « conscience » et d’« état intentionnel » concernent tout autant la psychologie que la philosophie, permettant d’examiner la question de savoir si une représentation interne doit être consciente pour avoir une incidence comportementale. Le développement de la « philosophie de l’esprit » a créé un contexte épistémologique favorable à une meilleure analyse des relations causales entre les états mentaux (cf. Pacherie et Proust 2004). Dans le domaine du raisonnement, où la logique s’affranchit de la référence aux processus psychologiques, la psychologie a promu pour sa part une approche cognitive des capacités déductives de l’esprit. La théorie de la « logique mentale » s’est trouvée confrontée à celle des « modèles mentaux », qui envisage que certaines formes de raisonnement puissent être effectuées sans recourir à la logique formelle (cf. Johnson-Laird 2006).

17Incidemment, on notera que ce processus de rapprochement avec les autres sciences cognitives s’est accompagné, pour la psychologie, d’une accentuation de la distance intellectuelle entre la psychologie à visée scientifique et la psychologie clinique, notamment celle qui reste peu préoccupée par la validation scientifique de ses postulats. Il s’est établi de fait un interfaçage plus productif de la psychologie cognitive avec ces autres disciplines qu’avec certaines autres branches de la psychologie (cf. Le Ny 2005).

18À l’arrivée, la situation reste cependant très contrastée d’une discipline à l’autre et place la psychologie dans une position assez particulière. Pratiquement, toute la production de la psychologie scientifique contemporaine tend à être rangée aujourd’hui sous l’appellation de « psychologie cognitive », cette dénomination couvrant les domaines traditionnels de la discipline (perception, mémoire, langage, raisonnement, etc.), mais aussi la branche cognitive des études sur l’affect et les émotions, et toute la psychologie sociale cognitive, engagée dans la démonstration empirique de la sensibilité de la performance cognitive au contexte social dans lequel celle-ci est produite (cf. Monteil 1993).

19En revanche, pour les autres disciplines impliquées dans le concert cognitif, seule une partie (ou une branche) de chaque discipline se reconnaît aujourd’hui dans l’entreprise cognitive. Ceci est vrai des sciences du langage, de la philosophie, de l’anthropologie, de l’ethnologie, de l’informatique, mais aussi des neurosciences, dont une partie seulement s’inscrit sous le label des « neurosciences intégratives ». L’éthologie, elle aussi, s’est très fortement engagée dans le courant des sciences cognitives (cf. Vauclair et Kreutzer 2004).

20Parmi les disciplines qui se sont rapprochées plus récemment du courant cognitif, comme l’économie, la sociologie, la géographie, l’esthétique, là aussi, seules des branches numériquement minoritaires de ces disciplines participent effectivement à l’essor des sciences cognitives. Mais elles n’en sont pas moins ardentes à revendiquer le label cognitif, avec d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, une inclination plus marquée à illustrer leur ouverture cognitive vis-à-vis des neurosciences que vis-à-vis de la psychologie (cf. Cacioppo, Visser et Pickett 2005 ; Glimcher, Camerer, Fehr et Poldrack 2008 ; Clément et Kaufmann 2011 ; Walliser 2008). Une intéressante approche cognitive s’est également développée dans le domaine de l’archéologie (cf. Treuil 2011).

Une partition originale dans le concert cognitif

21Le concept de cognition occupe une place éminente dans les modèles du fonctionnement psychologique humain. Le mouvement des sciences cognitives a donné un statut à la notion de cognition lorsque celle-ci est portée par des systèmes autres que ceux auxquels la psychologie consacre classiquement ses efforts. Ceci est également vrai pour bon nombre de notions corrélatives, comme celles de « connaissance », de « représentation », d’« intelligence », de « compréhension ». Il n’en reste pas moins que le cerveau est le premier système offert par la nature qui ait pour fonction de produire de la cognition et sur lequel la science se soit penchée, ce qui donne à cette science – la psychologie – une forme d’implication spéciale dans l’étude des processus cognitifs. On peut convenir que cette antécédence ne confère pas une validité de principe supérieure aux sciences qui traitent de cognition « naturelle » par rapport à celles qui traitent de cognition « artificielle ». Mais la psychologie doit aussi être reconnue pour la manière spécifique qu’elle a de cerner la cognition (ou plus précisément les manifestations observables de celle-ci), notamment par la mise en œuvre de la méthode expérimentale.

22Toutes les disciplines cognitives traitent, d’une manière ou d’une autre, des fonctions par lesquelles s’exprime la cognition. La psychologie est la seule qui appuie sa démarche sur la collecte et l’interprétation d’indicateurs des fonctions cognitives. L’idée est simplement que des mesures comportementales adéquates sont de nature à refléter les processus postulés par une théorie psychologique. La relation de ces indicateurs aux fonctions qu’ils reflètent peut d’ailleurs être plus ou moins directe. Par exemple, pour un chercheur qui postule l’existence de « cartes cognitives », c’est-à-dire de représentations internes de l’expérience qu’un individu a acquise de son environnement spatial, un épisode de navigation observé chez cet individu peut être vu comme une sortie comportementale directement reliée à l’utilisation de l’information présente dans la représentation interne. À l’opposé de ce type de relation, considérons les travaux qui utilisent la succion comme indicateur de l’attention portée (par un bébé) à la nouveauté. L’indicateur a reçu de nombreuses formes de validation expérimentale, mais il n’en reste pas moins dans une relation très indirecte avec les processus dont il fournit la mesure. Mais dans tous les cas, la mesure effectuée par le psychologue est bien l’indicateur d’une représentation ou de la mise en œuvre d’un processus interne.

23Un statut spécial mérite d’être accordé à la mesure de l’activité cérébrale, lorsque celle-ci est effectuée pour être mise en rapport avec les tâches cognitives exécutées au moment de cette mesure. Ici, la mesure est recueillie sur l’organe même qui est le support fonctionnel de l’activité cognitive. Les mesures électrophysiologiques, qui ne sont pas identifiables aux processus cognitifs dont elles sont le reflet, n’en sont pas moins un corrélat intrinsèque de ces processus, méritant à ce titre une considération spéciale. On assiste actuellement à un mouvement général qui donne à cette approche une place de plus en plus centrale en psychologie, avec la création d’une psychologie qui inclut explicitement dans son cahier des charges la prise en compte des réseaux cérébraux sur lesquels s’appuie la cognition. Ce point est abordé plus spécialement dans la section suivante.

24Un pas de plus est franchi par la psychologie lorsque celle-ci commence à se poser la question de la simulation des processus cognitifs. La simulation requiert la création d’un modèle théorique du fonctionnement mental et son implémentation sur ordinateur. Idéalement, la simulation n’est pas un simple supplément d’élégance dans la démarche du chercheur, mais elle est un instrument de recherche, qui oblige le chercheur à la précision et à la clarté à chaque étape de sa conceptualisation. Elle est un prolongement souvent jugé indispensable de la modélisation. À travers cette démarche, la psychologie franchit un véritable pas interdisciplinaire, en prenant toute sa part dans ce partenariat, même si les outils devenus nécessaires appartiennent à l’arsenal d’autres spécialistes.

25La simulation des processus cognitifs n’est certainement pas une fin en soi. L’objectif est de simuler pour comprendre, pour faire se dégager des réalités non immédiatement accessibles à l’observation ou à l’expérimentation. Elle est un point d’appui pour la formulation de prédictions, dont il s’agit ensuite de voir si elles sont confirmées lorsque le chercheur retourne au comportement. Mais simuler, c’est aussi fabriquer des systèmes porteurs et utilisateurs de fonctions cognitives. C’est sur cette ligne que la psychologie a développé des relations originales avec les sciences informatiques, en particulier dans le domaine de la communication homme-machine.

26Ainsi, les nouveaux dispositifs qui ont pénétré le domaine du travail, celui des services ou celui des loisirs, ont créé des situations dans lesquelles les ressources cognitives des utilisateurs sont mises à contribution. L’un des objectifs des sciences cognitives, lorsqu’elles sont impliquées dans ces domaines d’application, consiste à maintenir la cognition humaine (le « facteur humain ») dans la boucle qui relie les artefacts et leurs utilisateurs. Ces préoccupations se traduisent par un double objectif : créer des dispositifs artificiels qui se comportent comme des agents cognitifs dotés de capacités computationnelles, et veiller à ce que les systèmes de représentation et les modes de traitement portés par ces dispositifs soient compatibles avec ceux des opérateurs humains.

27La psychologie ergonomique est ici directement associée aux sciences cognitives. Dans les dernières années, la perspective de l’ergonomie cognitive a évolué, depuis une approche surtout consacrée à identifier les limitations des systèmes conçus par les ingénieurs vers une implication qui se situe dès la conception et pendant toute la phase de développement des systèmes. Dans ce contexte, la psychologie montre sa capacité à apporter son concours à la création de dispositifs de communication homme-machine, à la fois pour adapter les systèmes aux compétences des utilisateurs et pour veiller à ce que ces derniers tirent le meilleur profit de leurs interactions avec les systèmes. Elle aide les chercheurs en sciences et technologies de la communication à dépasser une vision exclusivement « technocentrée », au profit d’une approche valorisant l’interaction entre l’homme et l’artefact.

28Plus généralement, le monde de l’industrie, le domaine de l’éducation et celui de la santé sont touchés par le développement des technologies de l’information et de la communication. Les transformations auxquelles on assiste induisent de profondes modifications dans les comportements qui s’appuient sur les fonctions cognitives. Les sciences de la cognition ne peuvent évidemment pas ignorer cette réalité. Dans ce contexte, la psychologie a sans doute une capacité spéciale à s’engager dans les problématiques qui incluent une dimension humaine et sociétale.

L’évolution des relations entre la psychologie et les neurosciences dans le paysage des sciences cognitives

29Le développement des relations de la psychologie avec les neurosciences mérite une considération particulière. Il est difficile de dire si le mouvement des sciences cognitives est par lui-même responsable de l’évolution de ces relations au cours des dernières années, mais la description du paysage oblige à reconnaître que si les fonctions cognitives ont longtemps été étudiées sans référence à la matérialité physique du cerveau qui en est le support, les années récentes ont été marquées par une reconnaissance généralisée du fait que les modèles de processus cognitifs doivent intégrer les contraintes que le substrat physique impose aux traitements. De cela, les publications scientifiques attestent largement, comme le font également les nouveaux intitulés donnés aux laboratoires et le contenu des programmes de recherche soumis par les psychologues aux agences de moyens nationales et internationales.

30Il est utile de rappeler ici que les neurosciences ne constituent pas un bloc unique et homogène, mais quelles sont composées en fait de sciences dont certaines existaient depuis longtemps, tandis que d’autres, plus récentes, sont venues s’ajouter à l’ensemble. Les disciplines les plus proches de la psychologie sont celles que l’on rassemble sous les appellations de « neurosciences cognitives » et de « neurosciences computationnelles ». Les plus éloignées sont les disciplines à base moléculaire ou cellulaire, avec un apport de plus en plus important de la génétique. On regroupe le plus souvent cette dernière famille d’approches sous le nom générique de « neurobiologie ».

31Le développement de la recherche en neurosciences cognitives résulte de la combinaison de deux facteurs, à savoir l’accent, toujours plus marqué, de la part des chercheurs en neurosciences, sur la modélisation, probable résultat de leurs interactions plus rapprochées avec la psychologie, et le développement de techniques avancées, en particulier les techniques de neuroimagerie fonctionnelle. La psychologie a été fortement sollicitée lorsque les techniques de neuroimagerie se sont avérées être en mesure d’apporter des réponses fascinantes, alors que les questions avaient encore à être posées dans des termes théoriquement et empiriquement adéquats. Tournée à la fois vers l’esprit et vers le comportement, la psychologie s’est révélée irremplaçable, comme elle l’est pour toutes les disciplines qui se trouvent placées devant la nécessité de mesurer des comportements. C’est dans ce contexte que la psychologie a pu faire profiter les neurosciences cognitives à la fois de sa familiarité avec l’exercice consistant à modéliser les fonctions cognitives et de ses compétences en matière de conduite expérimentale. Comme science cognitive, la psychologie a éclairé le chemin des neurosciences modernes et elle s’est évidemment enrichie elle-même à travers ces interactions, en étant plus expressément conduite à prendre en compte l’infrastructure cérébrale des événements mentaux sur lesquels elle développait ses hypothèses (cf Henson 2005). En d’autres termes, le paysage a évolué indéniablement vers une psychologie de plus en plus orientée vers la prise en compte de ses fondements biologiques (cf. Dehaene 2009 ; Gazzaniga, Ivry et Mangun 2002 ; Jeannerod 2002). Cette évolution, pointée pertinemment par Marc Jeannerod dans son livre testament, La fabrique des idées (2011), a pour corollaire que désormais la psychologie et les neurosciences ne peuvent plus évoluer séparément. Indéniablement, les neurosciences, en devenant cognitives, se sont rapprochées de la psychologie.

32Les progrès rapides dans la connaissance des mécanismes cérébraux et la position éminente prise par les neurosciences intégratives ont eu un premier impact, vite mesurable, sous la forme d’une tendance à la marginalisation de la partie de la recherche psychologique exclusivement centrée sur le comportement. Bien que cette tendance varie d’un pays à l’autre, le nombre de psychologues qui adhèrent à l’idée que l’investigation des questions psychologiques inclut intrinsèquement la prise en compte de leur infrastructure neuronale s’accroît de façon marquée. Cette tendance s’est trouvée amplifiée par des facteurs de divers ordres. L’un d’eux est l’accès de plus en plus aisé pour les psychologues aux dispositifs de neuroimagerie. Un autre facteur, de nature plus sociale, tient à des conceptions implicites, comme le sentiment de plus grande respectabilité scientifique des programmes de recherche incluant la neuroimagerie, et donc de considération de la part des agences de recherche, des éditeurs de revues, et souvent des chercheurs eux-mêmes.

33La situation doit également être vue sous un angle positif, comme un rappel permanent du fait que la cognition est ultimement ancrée dans un substrat neuronal et que les modèles doivent prendre en compte cette réalité. Moins positive, en revanche, serait l’éventualité de voir les recherches sur la cognition devenir assujetties aux sciences du cerveau. Un autre risque serait que l’investigation de l’infrastructure cérébrale soit introduite dans les programmes de recherche de manière prématurée, c’est-à-dire avant que des hypothèses théoriques détaillées sur les processus cognitifs aient été formulées et aient commencé à être testées empiriquement.

34La psychologie entretient des liens électifs avec les neurosciences au sein des sciences cognitives, et ces liens n’ont fait que s’intensifier au cours des années. Pour autant, dans les interfaces créées entre les différentes sciences cognitives, il n’est pas nécessairement attendu que telle ou telle discipline soit amenée à se subordonner à d’autres, voire à se fondre avec d’autres. Ceci est vrai pour la psychologie vis-à-vis des neurosciences, ce qui se traduit jusqu’à présent par le fait que la psychologie s’attache à préserver une identité scientifique et académique en tant que discipline distincte.

35Mais peut-être assiste-t-on à des transformations plus profondes, annonciatrices d’une interpénétration plus intime des disciplines, qui aurait pour résultat d’assigner aux mêmes chercheurs, dans une même démarche, la charge de rendre compte du niveau mental et du niveau cérébral des processus cognitifs. Si tel devait être le cas, les frontières disciplinaires ne seraient plus celles que nous avons appris à connaître. Une telle tendance commence indéniablement à se dessiner (cf. Denis 2006). Pour autant, la distinction conceptuelle entre les processus mentaux et les mécanismes cérébraux reste pleinement justifiée, impliquant des niveaux d’analyse et des méthodes spécifiques. Ce faisant, les deux disciplines se reconnaissent des cahiers des charges distincts, bien qu’étroitement complémentaires.

La psychologie et le paradigme interdisciplinaire

36Les sciences cognitives constituent une belle instanciation du paradigme interdisciplinaire, dont le rôle dans l’avancement de la connaissance scientifique est largement reconnu. Cette situation atteste bien qu’il existe différentes voies d’accès à la connaissance des phénomènes cognitifs, chaque discipline ayant en la matière ses méthodes propres : l’expérimentation pour la psychologie et les neurosciences, l’analyse d’énoncés pour les sciences du langage, la simulation pour l’intelligence artificielle, l’analyse conceptuelle pour la philosophie de l’esprit, etc. Ce qui compte est surtout la possibilité pour les idées de circuler entre les domaines (cf. Le Ny 2005).

37Les formes élémentaires de l’interdisciplinarité sont celles où une discipline se met au service d’une autre en lui apportant une compétence utile pour un projet qui n’est pas le sien propre. C’est une forme de rencontre entre disciplines qui n’implique pas nécessairement de réciprocité, mais qui n’en est pas moins intéressante dans la mesure où elle permet aux spécialistes de méthodes différentes de partager leurs connaissances. Des formes plus avancées d’interdisciplinarité sont illustrées par les situations dans lesquelles plusieurs disciplines sont engagées dans un même projet, mais avec un niveau de collaboration plus intégré en vue de résoudre un problème d’intérêt commun. L’idée est que le produit final de la recherche dépend de la mise en commun de ressources et de la convergence sur une problématique partagée. Toutefois, dans ce schéma, l’identité de chaque discipline est préservée au sein du partenariat. Les sciences cognitives sont riches de telles formes d’interdisciplinarité.

38Dans une forme très avancée de ce type de rencontre interdisciplinaire, un pas de plus peut être franchi lorsque les disciplines concernées mettent leurs forces en commun de manière plus intégrée et se créent ensemble une même perspective de recherche. On est alors en présence d’un phénomène qui peut conduire, dans une démarche que l’on qualifiera de « transdisciplinaire », à la création d’une nouvelle discipline. Cette étape est atteinte lorsque des sciences contributrices à un mouvement très avancé d’intégration conceptuelle s’unifient dans une même démarche (ce qui suppose bien sûr la création d’un langage commun). La psychologie connaît bien ce processus, depuis qu’elle a vu s’individualiser des champs nouveaux auxquels elle a apporté son concours, comme la neuropsychologie ou la psycholinguistique. Ce type de question est très présent dans le mouvement des sciences cognitives. Dans le cas présent, l’intégration se traduirait, comme signe visible du processus, par la disparition de la marque du pluriel dans l’expression « sciences cognitives ». Sur cette question, des vues diverses et même divergentes se sont exprimées. Force est de constater qu’au-delà des rapprochements intellectuels authentiques auxquels les disciplines impliquées ont participé, l’idée d’une unification conceptuelle et programmatique de ces disciplines reste encore lointaine.

39Ce qui, probablement, peut le mieux nous guider dans cette réflexion n’est pas tant un postulat de principe sur l’unité proclamée des sciences cognitives que l’engagement dans la recherche elle-même. Par exemple, dans l’identification des similitudes ou des différences existant entre systèmes naturels et systèmes artificiels, c’est la recherche qui peut effectivement mettre en évidence de telles caractéristiques dans les différents secteurs de l’activité cognitive et c’est le poids respectif de ces similitudes et de ces différences qui est de nature à fournir la réponse. « Alors seulement nous pourrons fixer s’il y a plus d’équivalences que de différences, auquel cas il existera une science cognitive, ou s’il y a davantage de différences que d’équivalences, auquel cas nous garderons des sciences cognitives. » Ainsi concluait Jean-François Le Ny sur cette question qui est aujourd’hui loin d’être refermée (cf. Denis 2008 : 175).

40Il n’en reste pas moins que l’une des causes de l’inertie de bien des chercheurs à passer « des sciences cognitives » à « la science cognitive » tient aux spécificités méthodologiques et à la dualité des postures intellectuelles illustrées dans ce domaine : comprendre la nature versus fabriquer des artefacts. La psychologie, pour sa part, appartient à la famille des sciences naturelles, mais elle a une contribution très personnelle à apporter à l’étude de la manière dont l’humain interagit avec les artefacts et de la manière dont les formes naturelles et artificielles de l’intelligence coopèrent, dans un monde où les technologies s’imposent de manière généralisée. Les artefacts sont utilisés par les humains. La psychologie a une contribution essentielle en la matière. Elle aide à maintenir le facteur humain central dans les sciences cognitives.

41Une question posée parfois est celle de savoir si l’interdisciplinarité doit être encouragée comme un objectif en soi, indépendamment des sujets auxquels elle s’applique. Certains, tout en étant ouverts à l’expérience interdisciplinaire, affichent l’idée que cette démarche ne possède pas de valeur a priori, et que la vertu de l’interdisciplinarité n’est garantie que lorsque le problème à traiter ne peut d’aucune manière être résolu par une seule discipline. La psychologie, en effet, se trouve devant nombre de problèmes pour lesquels l’apport d’une autre discipline ne s’impose pas avec nécessité. Une autre vision des choses consiste à considérer que l’approche impliquant plusieurs disciplines possède une valeur intrinsèque. L’idée est ici que les psychologues doivent, certes, développer leur réflexion et leur pratique expérimentale propres, mais que, précisément en tant que psychologues, ils doivent aussi « penser » au-delà de la psychologie. Ce point de vue est lié au fait que les psychologues perçoivent leur discipline comme ayant une position particulière dans le concert interdisciplinaire, dans la mesure où elle posséderait une capacité spéciale à intégrer les concepts et à les intégrer dans une vision de la science où l’humain est central. Sans doute faut-il être prudent vis-à-vis de l’idée que la psychologie constitue le « cœur » des sciences cognitives et se garder d’un certain « psychocentrisme ». Toutefois, il est intéressant de noter que cette vue de la psychologie comme discipline centrale est également partagée par certains chercheurs d’autres disciplines (cf. Denis 2000).

42Quoi qu’il en soit, la psychologie occupe une place éminente au sein des sciences cognitives. Elle contribue à leur dynamique et tire elle-même profit de cette dynamique. Elle est très attentive à l’égard des nouveaux domaines disciplinaires qui rejoignent les sciences cognitives, comme l’anthropologie, la géographie, l’économie, etc. Elle est directement concernée par l’extension du domaine cognitif à de nouveaux champs et à de nouveaux objets, comme le domaine des émotions et de l’affectivité ou encore la question des performances collectives (par exemple, celles des agents d’un système économique ou, dans le domaine de l’éthologie, celles des sociétés d’insectes). Les progrès de la psychologie sont fortement affectés par le développement de technologies avancées mises au service de la recherche, à commencer par les méthodes de neuroimagerie, mais aussi, plus récemment, par les techniques de réalité virtuelle et de réalité augmentée. Enfin, à travers son implication dans les sciences cognitives, la psychologie est au premier rang dans la prise en compte des enjeux de santé et de remédiation, ainsi que des enjeux du monde industriel, chaque fois que ses produits doivent être ajustés aux « usages ».

Ce que contient cet ouvrage

43Nous avons choisi d’organiser cet ouvrage autour des grandes fonctions dont traite la psychologie, en rendant compte, pour chacune d’elles, de la manière dont les interactions se sont établies et ont produit des connaissances tributaires d’un réel effort interdisciplinaire.

44Les chapitres font apparaître que l’étude de toutes les fonctions cognitives est largement ouverte sur l’interdisciplinarité, mais aussi que chaque fonction inspire des collaborations privilégiées avec différents sous-ensembles des autres disciplines cognitives. Ceci n’est pas surprenant, compte tenu de la nature des objets spécifiques que représentent ces différentes fonctions. Chaque fois que cela est possible, nous avons brossé le tableau des formes de collaboration interdisciplinaire qui se sont illustrées, en signalant éventuellement, dans la conclusion des chapitres, des formes de collaboration encore émergentes.

45Dans le chapitre I, Philippe Tarroux et Malika Auvray abordent la question des mécanismes perceptifs, avec une focalisation particulière sur la perception visuelle. Le processus de perception est celui par lequel tout organisme interagit avec son environnement. Il s’inscrit dans un contexte d’évolution qui en détermine la complexité, du simple filtrage de l’information à la construction de représentations cognitives élaborées. À travers les capacités attentionnelles, la perception s’appuie sur l’action pour extraire des informations sur le monde environnant. Par ailleurs, la modulation de l’information sensorielle par le contexte dans lequel se situe l’observateur et par les informations préalables dont celui-ci dispose font de la perception un processus « situé », dont le résultat dépend de l’interaction de la personne avec le monde.

46Le chapitre rappelle que ces mécanismes font actuellement l’objet de modélisations et de descriptions formelles, qui trouvent un écho dans le développement des systèmes artificiels de perception. Selon le niveau de réalisme biologique visé, ces modèles se déclinent suivant divers paradigmes : théorie du filtrage, modèles bayésiens, modèles neuronaux. Ces modèles offrent autant de façons d’appréhender les processus perceptifs, d’en cerner la complexité et de tenter d’en reproduire les propriétés essentielles. Le chapitre décrit les principaux processus de la perception visuelle en combinant trois approches : théorique, empirique et appliquée (notamment dans le domaine de la robotique). Il traite en particulier des mécanismes de bas niveau, des modèles de reconnaissance d’objets, de l’attention visuelle, des liens entre perception et action, et du caractère multisensoriel des processus perceptifs.

47Le chapitre 2 est consacré à la sensorimotricité et à la performance motrice. Jean-Louis Vercher et Christophe Bourdin y rappellent que le défi des sciences du mouvement humain est de rendre compte de l’« intelligence sensorimotrice », en d’autres termes, comprendre comment, parmi une infinité de solutions possibles, l’individu parvient à coordonner les mouvements de multiples segments corporels afin de produire une performance motrice qui s’avère le plus souvent efficace. En la matière, les collaborations engagées par les expérimentalistes avec la physique et le monde de l’ingénierie ont été décisives dans l’avancement de la connaissance des systèmes sensorimoteurs. Depuis quelques années, la théorie des systèmes dynamiques semble fournir un paradigme d’étude du mouvement humain particulièrement bénéfique pour la recherche.

48La collaboration entre ingénieurs et expérimentalistes (psychophysiciens et neuroscientifiques) a été spécialement fructueuse dans l’étude de la motricité oculaire. Cette collaboration s’est étendue à l’étude des mouvements du système musculo-squelettique, dans un effort continu pour faire émerger de nouveaux concepts et construire un cadre général de l’intégration multisensorielle et du contrôle de la perception et de l’action. Un élément important est l’apparition de modèles du contrôle moteur dans lesquels sont intégrés à la fois les processus cognitifs et les processus sensorimoteurs. L’étude de leurs interactions dans la construction de la performance motrice connaît aujourd’hui un développement considérable, grâce à l’utilisation des technologies liées à l’image, tout particulièrement les techniques de réalité virtuelle.

49Un aspect spécifique de la performance motrice est celui qui s’exprime dans les conduites de déplacement et plus largement dans la navigation. Dans le chapitre 3, Michel Denis rappelle que ce domaine d’élection pour les comportementalistes historiques les plus radicaux est aussi celui d’où se sont dégagées des hypothèses à très forte teneur cognitive, comme les célèbres « cartes cognitives » de Tolman (1948). La cognition spatiale est aussi un domaine où l’étude de l’infrastructure neurobiologique des comportements et des représentations mentales s’est largement développée, le relais de la neuropsychologie ayant été pris de façon spectaculaire par la neuroimagerie.

50L’intelligence artificielle et les sciences de l’ingénieur ont trouvé, avec la question de l’espace et de ses représentations, un terrain de dialogues particulièrement fructueux avec la psychologie cognitive, en spécifiant notamment les algorithmes par lesquels des agents cognitifs échangent des informations sur leur environnement spatial. Le développement des systèmes informatiques d’aide au déplacement a également sollicité les psychologues, invités à veiller à ce que « l’intelligence » de ces systèmes soit ajustée aux capacités cognitives de leurs utilisateurs. Enfin, les années récentes ont mis l’accent sur la variété des modes d’acquisition de l’information spatiale. Ainsi, en complément à l’expérience locomotrice et à l’expérience perceptive (dans ses différentes modalités sensorielles), le rôle de l’information verbale est de plus en plus pris en considération, impliquant donc les sciences du langage. Les approches interculturelles et interlinguistiques permettent à cette occasion de revisiter les hypothèses classiques sur les étapes de construction de la connaissance de l’espace par l’individu.

51Le chapitre 4 est consacré par Christian Lorenzi aux mécanismes de l’audition. L’auteur y souligne la manière dont les traitements auditifs périphériques contraignent les perceptions auditives. Ces traitements sensoriels sont modélisés par une série d’étapes, réalisant une suite de filtrages et de transformations du signal sonore qui aboutissent, au niveau central, à l’intégration d’indices de modulation critiques pour la reconnaissance de la parole. Ce modèle permet de comprendre les conséquences perceptives des lésions cochléaires, à savoir la perte d’audibilité, le recrutement de sonie, la dégradation de la sélectivité fréquentielle, ainsi que les troubles de perception spatiale et temporelle, auxquels sont associés une susceptibilité accrue aux effets de masquage et des troubles de compréhension de la parole.

52Le chapitre expose comment les différentes formes de prothèses auditives, dont les neuroprothèses, implémentent ce modèle psychoacoustique afin de compenser au mieux les effets des lésions cochléaires, en se concentrant particulièrement sur l’analyse des scènes auditives complexes, au sein desquelles le système auditif doit isoler et identifier des sources sonores concurrentes. Le succès de ces différents dispositifs de réhabilitation valide en retour le modèle général du traitement auditif et offre un bel exemple de transfert de connaissances fondamentales vers les domaines industriel, biomédical et clinique. Il n’en reste pas moins que ces dispositifs comportent encore des limites, qui demandent une connaissance plus approfondie des traitements spectraux et temporels et une approche cognitive des mécanismes impliqués dans l’analyse des scènes auditives.

53Dans le chapitre 5, Jean-Luc Schwartz et Hélène Lœvenbruck s’attachent à rendre compte des mécanismes de perception et de production de la parole. Le chapitre confirme que la parole est un lieu naturel de convergence interdisciplinaire au cœur du projet des sciences cognitives, reliant un système linguistique à des organes de perception et d’action qui en assurent la transmission. Ce domaine est un creuset pluridisciplinaire ancien, impliquant la physique, la psychologie, les neurosciences, les sciences du langage, les sciences de l’information, sans oublier la primatologie et l’anthropologie, qui permettent de comprendre les processus en question à la lumière de la phylogenèse.

54Le chapitre rend compte de l’apparition des phénomènes de vocalisation et des mécanismes qui président à la mise en place des systèmes de communication des langues orales, permettant la production de sons contrastés et aisément différenciables par le système auditif. La production sonore s’articule étroitement avec la gestuelle. Les recherches dans ce domaine attestent des liaisons entre le pointage gestuel et le pointage linguistique (par le jeu de la prosodie), qui semblent bien s’inscrire dans un même réseau cérébral. Enfin, les chercheurs en parole sont fortement concernés par les enjeux applicatifs et sociétaux de leurs travaux. Le domaine de la parole entretient depuis longtemps des liens très forts avec les technologies (reconnaissance, synthèse, codage, dialogue). Aujourd’hui, les systèmes de synthèse visent à doter la parole des « agents conversationnels » d’une dimension expressive et émotionnelle, mais aussi à la compléter par une production gestuelle réaliste, dans une perspective pleinement multimodale.

55Le langage est au cœur du chapitre 6, où Françoise Cordier traite de la compréhension des phrases et des textes, en partant du point de vue de la psycholinguistique et en rendant compte des collaborations entretenues par celle-ci avec la linguistique générale et la linguistique computationnelle. Les travaux qu’elle rapporte font apparaître que les processus cognitifs qui permettent la construction de la signification d’un texte impliquent la mémoire à long terme, comme structure de conservation de la « base de connaissances » de l’individu, mais qu’ils sont aussi tributaires du fonctionnement de la mémoire de travail, avec les contraintes de charge et de temps de traitement inhérentes à celle-ci. Avec l’emprunt à la logique de la notion de « proposition », la psycholinguistique, dans une démarche hautement interdisciplinaire, s’est donné un outil irremplaçable pour la conduite de l’analyse prédicative et l’expression du contenu sémantique des énoncés.

56D’autres outils, dont l’objectif est d’améliorer la qualité des textes (par exemple, en matière de cohésion rédactionnelle, supposée faciliter l’activité inférentielle chez le lecteur), sont issus de collaborations entre linguistique générale, linguistique computationnelle et psycholinguistique. Après l’époque où les questions de syntaxe restaient au premier plan, la sémantique occupe aujourd’hui une place toujours plus importante, dont on trouve l’écho, en linguistique, dans le fort développement des « grammaires cognitives ». Les hypothèses sur la « cognition incarnée » et la référence au fonctionnement des neurones miroirs sont de plus en plus présentes dans la psycholinguistique d’inspiration cognitive et témoignent d’interpénétrations très fécondes.

57Dans le chapitre 7, Jean-François Bonnefon examine la question des « logiciels mentaux » dédiés au raisonnement, en faisant apparaître la manière dont les grandes questions traitées dans ce domaine relient la psychologie aux autres disciplines cognitives. Ainsi en va-t-il de l’effet bien connu de la familiarité, selon lequel le raisonnement humain est affecté par le fait que le raisonnement s’applique à un contenu familier ou bien à un contenu abstrait. Cette distinction issue de l’analyse des performances reçoit, de façon très intéressante, l’appui des travaux qui attestent la dissociation entre les régions cérébrales activées pendant l’exécution des deux types de raisonnement. Par ailleurs, la conduite d’inférences est connue pour sa sensibilité au contexte dans lequel elle est effectuée. Ici, l’étude psychologique du raisonnement et les travaux des économistes sur la prise de décision se conjuguent pour tracer le portrait d’un raisonneur qui est aussi un agent économique rationnel, et dont les conclusions sont influencées par des considérations liées à l’utilité.

58Quant à l’intelligence artificielle, ses intersections avec la psychologie cognitive se sont spécialement développées dans le domaine du raisonnement dans l’incertitude. Les approches computationnelles du raisonnement ont inspiré la psychologie en lui offrant des formalismes permettant la manipulation de l’incertitude, sans nécessairement devoir faire appel au calcul de probabilités numériques. Tout ce travail de rapprochement interdisciplinaire fournit un ensemble de briques dont on peut espérer qu’elles contribuent à l’édification d’une « grande théorie » (pluridisciplinaire) du raisonnement.

59Le chapitre 8 est consacré aux processus d’acquisition. Pierre Perruchet et Bénédicte Poulin-Charronnat rappellent comment, au-delà de la diversité des tâches testant la mémoire humaine, la recherche a visé à décrire des « systèmes de mémoire » en s’appuyant sur les « doubles dissociations » mises en évidence en neuropsychologie (mémoire à court terme/à long terme, mémoire explicite/implicite, etc.). La validité de ces contrastes a été largement reconsidérée lorsque se sont développées les approches de simulation fondées sur les réseaux connexionnistes. Le contraste le plus persistant reste toutefois celui qui oppose l’apprentissage d’épisodes singuliers liés à des contextes et l’acquisition d’habiletés et de connaissances résultant d’un ajustement aux propriétés statistiques de l’environnement. La neuroimagerie a permis de montrer que ces systèmes dépendaient de régions cérébrales distinctes.

60Faisant écho aux questions originelles posées par les sciences cognitives sur le parallélisme entre le fonctionnement du cerveau et celui des machines, l’interrogation d’aujourd’hui consiste à savoir si l’analogie entre réseaux neuronaux et réseaux artificiels suffit à conférer aux modèles connexionnistes une validité psychologique pleine et entière. Bien entendu, les critères classiques (parcimonie des modèles, adéquation de ceux-ci aux données empiriques) sont exploitables, même si les conclusions auxquelles ils conduisent sont loin de faire l’objet de consensus. Un aspect intéressant de la modélisation connexionniste reste cependant de nous diriger vers une conception de la mémoire non pas comme « magasin de stockage » de l’information, mais plutôt comme capacité d’engendrer les souvenirs ou de les recréer dans les différents contextes d’évocation où se trouve placé l’individu.

61Pour terminer, le chapitre 9 aborde la question des mécanismes psychologiques et des bases neurobiologiques des émotions. Un tel chapitre, il y a moins de dix ans, aurait été plus qu’improbable dans un ouvrage sur la psychologie cognitive. Ici, Martial Mermillod, Lætitia Silvert, Damien Devaux, Nicolas Vermeulen et Paula Niedenthal décrivent l’émergence du champ dans le contexte des sciences cognitives. Ils mettent l’accent sur les théories postulant que l’expérience émotionnelle s’appuie largement sur l’évaluation cognitive des situations auxquelles sont confrontés les individus. Les théories les plus attractives aujourd’hui – les théories de la « cognition incarnée » – soutiennent que le traitement d’une information émotionnelle nouvelle implique la réactivation partielle des états corporels et cérébraux attachés aux expériences émotionnelles initiales.

62Les modèles neuroanatomiques des émotions reposent tous sur la prise en compte intégrative à la fois des aspects fonctionnels dont la psychologie rend traditionnellement compte et des aspects cérébraux pris en charge par la neurobiologie. Ainsi, le rôle de l’amygdale est aujourd’hui bien établi dans la reconnaissance des situations inspirant la peur et dans l’expérience même de la sensation de peur. S’inscrivant le plus souvent en filiation avec la théorie des neurones miroirs, les chercheurs privilégient de plus en plus la notion d’une réactivation des états neuronaux propres à chaque type d’expérience émotionnelle. Les collaborations interdisciplinaires dans ce domaine ont également permis de mettre au point des systèmes artificiels capables de reconnaître les expressions émotionnelles, mais aussi de créer de telles expressions sur le visage d’humanoïdes virtuels.

63En conclusion, à travers ces chapitres, nous espérons rendre le lecteur sensible à la variété des interfaces que la psychologie entretient avec les autres disciplines cognitives. L’étude de la cognition naturelle inclut à la fois la description de ses expressions comportementales, celle des processus psychologiques qui en sont inférables et celle des mécanismes cérébraux qui les sous-tendent. L’approfondissement des relations entre ces trois niveaux a caractérisé l’évolution de la psychologie au cours des dernières décennies, mais la modélisation et la simulation de ces trois ordres de phénomènes, avec l’aide des sciences de l’artificiel, ont donné à la psychologie sa pleine identité au carrefour des sciences cognitives.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anderson, J. R., 2010. Cognitive Psychology and its Implications, 7e édition, New York, Worth Publishers.

Baudouin, J.-Y. et Tiberghien, G. (éd.), 2001. Psychologie cognitive, vol. 1, L’adulte, Rosny-sous-Bois, Bréal (Lexifac. Pyschologie).

Bechtel, W., Abrahamsen, A. et Graham, G., 1998. « The life of cognitive science », in W. Bechtel et G. Graham (éd.), A Companion to Cognitive Science, Malden (Mass.), Blackwell (Blackwell Companions to Philosophy ; 13) : 1-104.

Bruner, J. S., 1964. «The course of cognitive growth», American Psychologist, 19 (1): 1-15.

Cacioppo, J. T, Visser, P. S. et Pickett, C. L., 2005. Social Neuroscience : People Thinking about Thinking People, Cambridge (Mass.), The MIT Press (Social Neuroscience Series).

Clément, F. et Kaufmann, L. (éd.), 2011. La sociologie cognitive, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Collins, A. M. et Quillian, M. R., 1969. « Retrieval time from semantic memory », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, 8 : 240-247.

Dehaene, S., 2009. Reading in the Brain: The Science and Evolution of a Human Invention, New York, Viking.

Denis, M., 2000. « Psychological science in cross-disciplinary contexts », in K. Pawlik et M. R. Rosenzweig (éd.), The International Hand-book of Psychology, Londres, Sage : 585-597.

Denis, M., 2006. « Psychological science in its multidisciplinary environment », in Q. Jing, M. R. Rosenzweig, G. d’Ydewalle, H. Zhang, H.-C. Chen et K. Zhang (éd.), Progress in Psychological Science around the World, vol. 1, Neural, Cognitive and Developmental Issues, Hove, Psychology Press : 49-60.

Denis, M., 2008. « Jean-François Le Ny : un parcours cognitif », L’Année psychologique, 108 : 169-183.

Eysenck, M. W. et Keane, Μ. T., 2010. Cognitive Psychology : A Student’s Handbook, 6e édition, Hove, Psychology Press.

Fodor, J., 1975. The Language of Thought, New York, Crowell.

Fuchs, C. (éd.), 2004. La linguistique cognitive, Gap/Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Garbay, C. et Kayser, D. (éd.), 2011. Informatique et sciences cognitives : influences ou confluence ? Gap/Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Gazzaniga, M. S., Ivry, R. B. et Mangun, G. R., 2002. Cognitive Neuroscience : The Biology of the Mind, 2e édition, New York, W. W. Norton.

Glimcher, P. W., Camerer, C. F., Fehr, E. et Poldrack, R. A. (éd.), 2008. Neuroeconomics : Decision Making and the Brain, New York, Academic Press.

Guenther, R. K., 1998. Human Cognition, Upper Saddle River (N.J.), Prentice-Hall.

Henson, R., 2005. «What can functional neuroimaging tell the experimental psychologist?» Quarterly Journal of Experimental Psychology, 58A (2): 193-233.

Jeannerod, M., 2002. La nature de l’esprit, Paris, Odile Jacob (Sciences).

Jeannerod, M., 2011. La fabrique des idées : une vie de recherches en neurosciences, Paris, Odile Jacob (Sciences).

Johnson-Laird, P. N., 2006. How We Reason, Oxford, Oxford University Press.

Kahneman, D., Slovic, P. et Tversky, A. (éd.), 1982. Judgment under Uncertainty : Heuristics and Biases, Cambridge, Cambridge University Press.

Kintsch, W., 1998. Comprehension: A Paradigm for Cognition, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

Kosslyn, S. M. et Rosenberg, R. S., 2001. Psychology : The Brain, the Person, the World, Boston (Mass.), Allyn and Bacon.

Lemaire, P., 1999. Psychologie cognitive, Bruxelles, De Boeck université (Ouvertures psychologiques).

Le Ny, J.-F. (éd.), 1993. Intelligence naturelle et intelligence artificielle : notions et résultats des sciences cognitives, Paris, PUF.

Le Ny, J.-F., 2005. Comment l’esprit produit du sens, Paris, Odile Jacob.

Lindsay, P. H. et Norman, D. A., 1972. Human Information Processing : An Introduction to Psychology, New York, Academie Press.

MacKay, D. J. C., 2003. Information Theory, Inference, and Learning Algorithms, Cambridge, Cambridge University Press.

Monteil, J.-M., 1993. Soi et le contexte : constructions autobiographiques, insertions sociales, performances cognitives, Paris, Armand Colin (Collection U).

Newell, A. et Simon, H. A., 1972. Human Problem Solving, Englewood Cliffs (N.J.), Prentice-Hall.

Norman, D. A. et Rumelhart, D. E., 1975. Explorations in Cognition, San Francisco, W. H. Freeman.

Pacherie, E. et Proust, J. (éd.), 2004. La philosophie cognitive, Gap/Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Paillard, J., 1999. « L’ordinateur et le cerveau : le contraste demeure saisissant », in V. Bloch (éd.), Cerveaux et machines, Paris, Hermès science publications : 43-53.

Piaget, J. et Inhelder, B., 1966. L’image mentale chez l’enfant, Paris, PUF.

Posner, Μ. I. (éd.), 1989. Foundations of Cognitive Science, Cambridge (Mass.), The MIT Press (Bradford Books).

Pylyshyn, Z. W., 1984. Computation and Cognition: Toward a Foundation for Cognitive Science, Cambridge (Mass.), The MIT Press.

Richard, J.-F., 2005. Les activités mentales : de l’interprétation de l’information à l’action, 4e édition, Paris, Armand Colin (Collection U).

Rumelhart, D. E., Lindsay, P. H. et Norman, D. A., 1972. « A process model for long-term memory », in E. Tulving et W. Donaldson (éd.), Organization of Memory, New York, Academic Press : 198-246.

Smith, E. E. et Kosslyn, S. M., 2007. Cognitive Psychology : Mind and Brain, Upper Saddle River (N.J.), Prentice-Hall.

Stillings, N. A, Feinstein, M. H., Garfield, J. L., Rissland, E. L., Rosenbaum, D. A., Weisler, S. E. et Baker-Ward, J., 1987. Cognitive Science : An Introduction, Cambridge (Mass.), The MIT Press (Bradford Books).

Tolman, E. C., 1948. «Cognitive maps in rats and men», Psychological Review, 55 (4): 189-208.

Treuil, R. (éd.), 2011. L’archéologie cognitive : techniques, modes de communication, mentalités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Vauclair, J. et Kreutzer, M. (éd.), 2004. L’éthologie cognitive, Gap/Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Walliser, B. (éd.), 2008. Economie et cognition, Gap/Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Cogniprisme).

Notes

1 Je remercie vivement Catherine Fuchs, François Clarac et Daniel Kayser pour les commentaires avisés dont ils ont fait bénéficier ce chapitre.

Auteur

Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (LIMSI-CNRS), Groupe Cognition, perception, usages, BP 133, 91 403 Orsay Cedex

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site