Version classiqueVersion mobile

Sociétés en guerres

 | 
Rémy Bazenguissa-Ganga
, 
Sami Makki

Première partie. Mobilisations violentes

Quand les « libérateurs » deviennent des « bandits ». Guerre et marginalisation sociale à la frontière tchado-centrafricaine

Marielle Debos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si les guerres sont organisées par des entrepreneurs politiques qui ont fait le choix des armes, elles mobilisent une main-d’œuvre combattante, souvent bon marché. Pour ces combattants, la violence tend à devenir une activité ordinaire dans un contexte où les conflits se succèdent : ainsi, au Tchad, les armes sont un métier qui peut être exercé alternativement ou simultanément dans les forces régulières, les forces rebelles et le banditisme de grand chemin (Debos, 2009). Dans un autre contexte, celui des guerres du fleuve Mano en Afrique de l’Ouest, Daniel Hoffman souligne que la violence est une forme de travail qui ressemble par bien des aspects aux modes d’accumulation postfordistes. Le travail de la violence est marqué par le mouvement et la flexibilité. Les jeunes hommes mobilisés, qui sont selon l’anthropologue de véritables sous-traitants des guerres, sont déployés sur le terrain en fonction des besoins des chefs de guerre. La frontière entre le travail rémunéré et non rémuné...

Auteur

Maître de conférences en science politique à l’université Paris Ouest Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du politique. Elle a été post-doctorante « Marie Curie » à l’université de Californie, Berkeley. Elle s’intéresse à la sociologie politique du métier des armes au Tchad et de l’État en contexte violent.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search