Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés en guerres

 | 
Rémy Bazenguissa-Ganga
, 
Sami Makki

Première partie. Mobilisations violentes

Milices rurales en Côte d’Ivoire durant le conflit (zone sud). Reconceptualiser le « dispositif milicien »

Jean-Pierre Chauveau, Samuel Bobo, Noël Kouassi et Koné Moussa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le patchwork milicien en Côte d’ivoire

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, un coup d’État éclate en Côte d’Ivoire contre le président Laurent Gbagbo2, élu depuis moins de deux ans3. Des groupes armés insurgés attaquent simultanément Abidjan et les principales villes du pays4. Immédiatement après le déclenchement des hostilités, le gouvernement et des personnalités politiques proches du parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI), appellent les citoyens, et particulièrement la jeunesse, à « défendre la patrie en danger ». Les principaux leaders des mouvements de jeunesse proches du président organisent des manifestations de soutien. Le 26 septembre, des centaines de jeunes manifestants se rassemblent devant l’ambassade de France à Abidjan, où Alassane Ouattara a trouvé refuge depuis le début du soulèvement, pour réclamer de l’ancienne puissance coloniale qu’elle leur remette l’opposant qu’ils accusent d’être impliqué dans l’origine des troubles. Le 2 octobre, sur...

Auteurs

Socio-anthropologue, directeur de recherches émérite à l’IRD. Il est membre de l’UMR 220 GRED (Gouvernance, risques, environnement, développement) (Montpellier-III-IRD) et membre associé du Centre d’études africaines. Il mène, à partir de la Côte d’ivoire, des recherches sur les incidences des politiques de développement (notamment dans le domaine foncier) sur la construction mutuelle des sociétés agraires et de l’État en Afrique sub-saharienne.

Docteur en anthropologie à l’université de Bouaké. Il travaillait, avant son décès survenu en décembre 2011, sur les conflits fonciers intra-familiaux dans le pays Gban en Côte-d’Ivoire.

Maître de conférences contractuel en science politique à l'Institut d’études politiques de Lille et chercheur associé au Centre d’études africaines où il a effectué ses recherches post-doctorales, dans le cadre du programme ANR-TRANSGUERRES de 2008 à 2011. Ses recherches portent sur les questions transatlantiques, la privatisation de la guerre et la transformation de l’État, et les problématiques civilo-militaires.

Respectivement directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (conception et direction du programme de recherche, enquêtes de terrain sur le site d’Oumé) ; doctorant de l’université de Bouaké, Laboratoire d’économie et de sociologie rurale (coordinateur du programme en Côte d’Ivoire, enquêtes de terrain sur les sites de Soubré, Zahia, Oumé) ; doctorant en cotutelle avec le Centre d’études africaines et l’université de Bouaké, Centre de recherche pour le développement (enquêtes de terrain sur les sites de Tabou, Bettié, Soubré) ; doctorant de l’université de Cocody, Institut d’ethnosociologie (enquêtes de terrain sur les sites d’Oumé, Tabou, Soubré). Ont participé pro parte au programme de recherche : Georges Kouamé, doctorant de l’université de Cocody, Institut d’ethnosociologie (enquêtes de terrain sur les sites de Tabou et Bonoua) ; Hervé Ouattara, doctorant de l’université de Cocody, Institut d’ethnosociologie (enquêtes de terrain sur les sites de Soubré et Bonoua) ; Emmanuel Oké, doctorant de l’université de Cocody (enquêtes de terrain sur les sites de Zahia et Bettié) et Anzian Kouacou, doctorant de l’université de Bouaké, Laboratoire d’économie et de sociologie rurale (enquêtes de terrain sur les sites de Tabou et Zahia).
Doctorant en sociologie à l’université de Cocody. Il travaille sur la place des jeunes ruraux dans la gouvernance foncière.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540