Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie cognitive

 | 
René Treuil

III. La reconstruction des activités techniques

2.– Habiletés et inventions : le comportement « intelligent », un facteur aléatoire dans l’évolution des techniques

Valentine Roux

Texte intégral

1L’une des questions majeures auxquelles est confronté l’archéologue des techniques est celle des modalités selon lesquelles les techniques évoluent, depuis les débuts de l’humanité jusqu’à nos jours. Vaste question qui ambitionne d’en révéler les mécanismes sous-jacents et qui comprend à la fois une analyse des situations historiques particulières ayant vu naître successivement de nouvelles techniques et une étude du comportement intelligent des individus à l’origine des inventions qui ont jalonné l’histoire des techniques. Cette dernière est, en effet, possible grâce à une collaboration étroite entre archéologues et chercheurs en sciences cognitives. L’hypothèse est que les objets retrouvés en fouilles doivent pouvoir être caractérisés en termes d’habiletés, à savoir les habiletés motrices et cognitives en jeu dans leur fabrication. L’étude des habiletés techniques sur le temps long va permettre ensuite d’interroger non seulement les capacités développées par le genre humain, mais aussi les comportements intelligents qui ont permis l’évolution des techniques. Quels ont été ces comportements ? Sont-ils susceptibles d’être développés par tout individu maîtrisant l’activité technique pratiquée au sein du groupe ou bien sont-ils rares, exceptionnels, l’individu représentant alors un facteur d’évolution à la fois déterminant et aléatoire ?

2Afin d’apporter des éléments de réponse à ces questions, je rappellerai en un premier temps les théories actuelles sur les modes d’évolution des techniques. J’exposerai ensuite comment il est possible de caractériser les habiletés développées par des populations aujourd’hui disparues. Enfin, je proposerai des hypothèses quant aux comportements à l’origine des sauts techniques ponctuant notre histoire.

3Par définition, l’invention est un phénomène d’ordre individuel, tandis que l’innovation correspond à l’adoption de l’invention à l’échelle collective, distinction faite à l’origine par l’économiste Joseph Schumpeter et depuis largement acceptée et utilisée par les technologues (ex. Gille, 1978 ; van der Leeuw & Torrence, 1989). Autrement dit, l’invention est un phénomène d’ordre cognitif, tandis que l’innovation est un phénomène d’ordre historique. S’agissant d’évaluer le rôle de l’individu et de son comportement intelligent dans l’évolution des techniques, je m’en tiendrai, dans le cadre de ce texte, à la seule étude du processus d’invention.

Les modes d’évolution des techniques

4À l’heure actuelle, anthropologues et historiens des techniques s’accordent à considérer que les techniques sont cumulatives « en ce que tout progrès, toute transformation, tout remplacement d’une technique par une autre se fait par l’incorporation d’un savoir ancien » (Cresswell, 1996 : 20). L’invention s’insère toujours dans la suite logique d’antécédents historiquement décelables (ex. Cresswell, 1996 ; Deforge, 1989 ; Gille, 1978 ; Lemonnier, 1993 ; Schiffer, 2005). « L’invention est souvent une nouvelle synthèse d’éléments préexistants, elle est un bricolage au sens noble du terme même si certains la considèrent comme une rupture radicale face au passé » (Gallay, 1986). Il s’ensuit que les techniques suivent nécessairement un certain ordre de développement. Ainsi, la roue n’apparaît qu’une fois le mouvement rotatif conçu, la céramique, une fois les figurines d’argile cuite maîtrisées ou bien encore la métallurgie, une fois la céramique inventée. À cet ordre de développement correspondrait une tendance générale vers une moindre dépense d’énergie (Deforge, 1989 ; Cresswell, 1996 ; Gille, 1978 ; Simondon 1989 [1958]), compte tenu de « lois d’évolution » (Deforge, 1989 ; Simondon 1989 [1958]) selon lesquelles les techniques évoluent logiquement de situations où les opérations élémentaires sous-jacentes à la fabrication de l’objet sont tout d’abord juxtaposées, à une situation où ces opérations entrent en relation synergétique les unes avec les autres et ne peuvent plus être séparées. « Il en découle comme “lois” corrélatives que l’objet, toutes choses égales par ailleurs, ira vers un moindre volume, vers un moindre poids, vers un moindre nombre de pièces, vers un moindre temps de réponse, vers un moindre prix » (Deforge, 1989 : 281). Cette théorie de l’évolution a été appliquée en archéologie par Boëda (2005) sur des industries lithiques anciennes afin de comprendre leur évolution en termes structurels et d’expliquer des convergences techniques. Elle peut être illustrée par un exemple pris dans le domaine de la technologie céramique. Au Levant Sud, entre le VIe et le Ier millénaire, les récipients sont tout d’abord façonnés au colombin, puis élaborés au tour (ébauche faite au colombin et mise en forme au tour, apparition pendant la seconde moitié du Ve millénaire), et enfin tournés (apparition au cours du Ier millénaire). Cette dernière technique, qui voit l’ensemble des opérations s’exercer en synergie au moyen de l’énergie cinétique rotative, représente l’aboutissement final de l’évolution des techniques céramiques qui, excepté pour le tournage, sont toutes caractérisées par une succession d’opérations « indépendantes ». Cette évolution suit les lois d’évolution de Simondon avec pour corollaire un gain de temps considérable (Roux & Courty, 1998).

5Si l’ordre de développement des techniques est, d’une certaine manière, linéaire, en revanche les modes de développement, définis par le passage d’une technique à une autre, semblent suivre des trajectoires variables. Cresswell (1994, 1996) suggère que les inventions apparaissent selon deux modalités : a) un développement autonome sans qu’il soit nécessaire d’invoquer une motivation sociale, b) un développement par paliers déterminé par des mutations sociales. Dans le premier cas, on peut considérer que les inventions sont progressives, continues, se développant selon leur propre tendance (Cille, 1978 ; Simondon, 1989 [1958]) ; Deforge, 1989 ; Leroi-Gourhan, 1964). Dans le second cas, elles peuvent être considérées comme discontinues. Le changement de palier suit une fonction logarithmique, et non pas une fonction linéaire. Il permet d’aller au-delà des limites imposées par la logique interne des techniques. Autrement dit, les inventions discontinues ne sont pas de simples combinaisons ou additions d’éléments préexistants. Elles introduisent de nouveaux lignages d’objets qui répondent à de nouveaux principes physiques, ponctuant ainsi l’histoire des techniques. Le saut auquel elles correspondent peut être estimé quantitativement, ce que démontre Cresswell (1996) à partir d’un exemple de presses à olives. Les mêmes observations sont faites dans le domaine de la céramique, où l’on peut considérer que le passage du colombin au colombin repris au tour, puis au tournage, correspond à des paliers, la « mesure » des nouvelles techniques en termes d’énergie cinétique rotative déployée par l’instrument et de temps de fabrication révélant des sauts d’ordre exponentiel (Roux & Courty, 1998). La taille de la pierre est une autre invention discontinue dans le sens où les modalités physiques de détachement d’un éclat sont radicalement différentes des modalités physiques selon lesquelles une noix est cassée (Pelegrin, 2005).

Habiletés techniques et inventions discontinues

6Considérons maintenant les habiletés cognitives et motrices qui ont dû être développées pour mettre en œuvre les inventions discontinues, à savoir celles qui ont ponctué l’évolution des techniques et qui ont été déterminantes pour aller au-delà des limites imposées par la seule logique interne au développement des techniques. « Une habileté peut être définie comme la capacité d’une personne à réaliser un but grâce à l’utilisation des ressources de son environnement et renvoie à un comportement acquis par apprentissage. Les habiletés motrices s’expriment par l’action et passent par l’utilisation fonctionnelle de postures et de mouvements de la personne en interaction avec son environnement » (Reed, 1989, cité dans Bril, 2002 : 115). En d’autres termes, les habiletés renvoient ici aux compétences mises en jeu dans les pratiques techniques. Elles ne sont pas rapportées aux seules performances que nous livrent, de manière relative, les objets eux-mêmes (objet mieux fait ou plus difficile à faire qu’un autre).

Étude des habiletés techniques développées autrefois

7On s’interrogera en premier lieu sur la possibilité de caractériser les habiletés développées par des populations désormais disparues. Pour y répondre, rappelons que l’interprétation archéologique fait nécessairement référence à un savoir situé à l’extérieur de l’archéologie (Gallay, 1986 ; Roux, 1997, 2007). Dans le cas qui nous intéresse, à savoir l’interprétation des habiletés maîtrisées autrefois on procède de la manière suivante. Tout d’abord, les objets sont interprétés en termes de techniques de fabrication par référence à des études expérimentales. Ensuite, les habiletés impliquées dans ces techniques de fabrication sont étudiées selon les principes des sciences du mouvement dans le monde actuel. Pour ce faire, on prend pour cas d’étude des techniques analogues, c’est-à-dire qui répondent aux mêmes principes physiques que les techniques anciennes. L’étude des habiletés est menée selon un protocole permettant de mettre en évidence ce qui relève à la fois d’un fonctionnement universel et de particularismes culturels, ou encore de contraintes anatomiques, physiologiques, biomécaniques, et de la variabilité culturelle (Bril & Lehalle, 1988). La référence à un fonctionnement universel permet ensuite d’interpréter les habiletés requises pour fabriquer les objets du passé. Autrement dit, les techniques archéologiques sont interprétées en termes d’habiletés par référence à des études « actualistes » qui, à la suite d’expérimentations de terrain, sont en mesure de mettre en évidence des régularités compte tenu de contraintes biocomportementales imposées à la fois par les techniques et par notre organisme.

Nouvelles techniques, nouvelles habiletés

8Qu’en est-il alors des habiletés associées aux inventions discontinues, à savoir les inventions qui introduisent des techniques répondant à de nouveaux principes physiques, où par technique on entend les modalités physiques selon lesquelles la matière première est transformée ? (Tixier, 1967).

9On s’interrogera sur les habiletés impliquées dans deux tâches techniques discontinues : la taille de la pierre et le tournage. Dans les deux cas, des expérimentations de terrain ont été menées afin d’être en mesure de contrôler les paramètres en jeu dans l’acquisition et l’effectuation des habiletés techniques. La première a été menée avec 12 artisans répartis en deux groupes d’experts. Chaque artisan devait tailler des perles de formes, de dimensions et de matériaux différents. L’ensemble du processus de fabrication a été enregistré de manière à pouvoir analyser la succession des actions réalisées ainsi que les caractéristiques des mouvements élémentaires et de leur enchaînement. Les résultats montrent que le niveau d’expertise dépend non pas d’une capacité à planifier, ou encore à mener à bien la succession des opérations fonctionnelles, mais du contrôle du mouvement élémentaire, celui-ci ayant été défini comme la plus petite unité d’une action fonctionnelle, en l’occurrence le détachement d’un éclat par percussion (Bril et al., 2000, 2005 ; Roux & David, 2005). Autrement dit, c’est la capacité à percevoir et maîtriser les propriétés du couple outil/matière première, c’est-à-dire la capacité à maîtriser la technique elle-même, qui s’est avérée déterminante dans le niveau d’expertise, la capacité à planifier se construisant au fur et à mesure de la maîtrise de la technique, et non l’inverse. Cette difficulté à contrôler les mouvements élémentaires explique la variation de la durée d’apprentissage en fonction du type de perles (de 3 à 10 ans : Roux, 2000), chaque type de perle impliquant des variations dans les différents types d’éclats à détacher et donc dans les gestes élémentaires à maîtriser. Selon les mêmes principes méthodologiques, les habiletés impliquées dans le façonnage au tour et au colombin ont été étudiées à partir d’une expérimentation de terrain (Roux & Corbetta, 1990) menée avec 5 groupes d’apprentis et d’experts, composés chacun de 6 individus, à qui on a demandé de tourner les pots appris à chaque stade d’apprentissage. Les résultats expliquent la variation de la durée d’apprentissage en fonction de la technique de façonnage (3 ans pour le colombin contre 10 pour le tournage), le tournage de chaque type de pot impliquant l’apprentissage de gestes élémentaires distincts dont la difficulté de contrôle est sans commune mesure avec la maîtrise des pressions non combinées à l’énergie cinétique rotative, développées par ailleurs dans des activités quotidiennes (ex. la confection de galettes de pain).

10Dans les deux exemples, la taille de la pierre et le tournage, l’expertise ou encore la maîtrise de la tâche technique consiste ainsi à contrôler une large gamme de mouvements élémentaires nécessaires à la fabrication d’objets de toutes dimensions et toutes formes. D’autres études, menées dans le domaine des sciences du mouvement (psychologie expérimentale, biomécanique), confirment l’importance du contrôle du mouvement élémentaire pour maîtriser une tâche technique (Biryukova et al., 2005 ; Winton, 2005 ; Ivanova, 2005 ; Smitsman et al., 2005). Ces résultats expliquent pourquoi tout changement dans une tâche technique impliquant de nouveaux gestes élémentaires s’accompagne toujours d’une période d’apprentissage, y compris par des artisans confirmés. C’est le cas observé à Khambhat avec les tailleurs fabriquant de petites perles et voulant apprendre à tailler de grandes perles : 3 ans de réapprentissage pour des artisans qui ont plus de 10 ans de métier ! C’est également le cas des potiers spécialisés dans la technique du colombin qui veulent apprendre à tourner, ou encore le cas des tailleurs de diamants (façonnage par polissage) qui veulent tailler des perles en roches dures (façonnage par percussion).

11D’où l’hypothèse selon laquelle toute invention technique discontinue, caractérisée par de nouveaux principes physiques, s’accompagne nécessairement du développement de nouveaux gestes élémentaires longs à maîtriser, nécessitant leur répétition des milliers de fois (Bril et al., 2005). L’apparition du façonnage au tour peut être ainsi associée au développement de nouvelles habiletés, distinctes de celles impliquées dans le façonnage au colombin. Plusieurs années d’apprentissage séparent ces deux techniques. De même, lorsque la taille de la pierre est inventée, elle signale l’émergence de nouvelles habiletés différentes de celles impliquées dans le cassage des noix, seule action de percussion connue dans laquelle l’invention de la taille de la pierre peut s’inscrire. Des études comparatives entre habiletés chez les Primates et les humains montrent en effet que les premiers ne peuvent tailler la pierre, car ils sont incapables de fournir la conduite motrice nécessaire au détachement d’un éclat par fracturation conchoïdale, à savoir des mouvements combinant précision et force, exercés selon une coordination bimanuelle fine. Cette incapacité s’explique en termes biomécaniques et physiologiques (Byrne, 2005 ; Foucart et al., 2005 ; Cummins-Sebree & Fragaszy, 2005), les habiletés de taille étant de ce point de vue spécifiques au genre humain (Roux & Bril, 2005).

Apprentissage des habiletés et conservatisme des traditions

12Afin de mieux comprendre le rôle des habiletés dans le processus de l’invention, je propose maintenant d’évaluer dans quelle mesure le processus d’apprentissage est favorable ou défavorable à l’inventivité.

13L’apprentissage consiste à « exploiter » les capacités cognitives des individus selon un modèle culturel, mettant en place « un fonctionnement cognitif » particulier défini par Anna-Maria Lammel comme « l’usage élaboré et individuellement utilisé » de capacités cognitives universelles (Lammel, 1997 : 118). Le processus d’acquisition d’habiletés motrices complexes suit nécessairement un modèle en ce sens qu’il est obligatoirement progressif (Bril, 2002) et que cette progression devra être guidée selon le « calendrier » du transmetteur (Bril & Roux, 2002). Ȇtre capable de tailler des perles de toutes dimensions et de toutes formes ou bien être capable de jouer au piano les morceaux de musique des grands maîtres implique dans les deux cas des répétitions de « gammes » selon un ordre de difficulté croissant qu’il n’est pas possible de contourner étant donné des contraintes d’ordre biomécanique : on ne peut apprendre dès la période initiale ce qu’il y a de plus difficile. Il en résulte une transmission forcément guidée des habiletés motrices, une transmission selon un calendrier dont l’objectif final est que l’apprenant puisse reproduire les « objets » que le transmetteur lui-même sait fabriquer.

14Au terme du processus d’apprentissage, les habiletés apprises sont littéralement « incorporées », à savoir que l’apprenant a non seulement construit ses habiletés motrices et cognitives pour fabriquer des objets selon le modèle en cours dans sa culture et seulement celles-là (rappelons que tout changement de gestes élémentaires implique une forme de réapprentissage) ; mais c’est également selon ce modèle qu’il s’est construit une représentation de l’acte technique, représentation partagée par l’ensemble des acteurs de la culture dont il fait partie. Ses habiletés et la représentation associée vont agir comme « fixateur » du modèle culturel en cours : il deviendra difficile pour le sujet de fabriquer et, par conséquent, de concevoir la fabrication des objets selon d’autres manières que celles qu’il a apprises, le fonctionnement cognitif en jeu privilégiant une forme de comportement et agissant, de ce point de vue, comme un « fixateur » de manières de faire et de voir. De ce point de vue, les mécanismes d’acquisition des habiletés motrices révèlent un phénomène de « reproduction » et non de « modification », sur lequel s’exercerait ensuite une sélection à l’issue de laquelle une certaine manière de faire caractériserait un groupe culturel. Référence est faite ici aux études sur les mécanismes de « descendance avec modification » et de sélection des représentations qui vont ensuite caractériser une culture (Richerson & Boyd, 2005 ; Sperber, 1996). S’agissant d’habiletés motrices, il se peut que celles-ci se modifient au cours du temps, ou plus exactement au cours de l’évolution des objets, évolution qui va répondre à la fois aux lois dont il a été question précédemment et à un processus de sélection initié par des facteurs d’ordre historique, particuliers aux différentes cultures étudiées. En d’autres termes, les habiletés pratiquées par un groupe à un moment donné peuvent être mobilisées pour des performances évolutives (évolution de la forme des objets fabriqués) et se modifier au regard de ces performances (exemple : habiletés de taille moins « fines » suite à l’évolution de la qualité des perles), alors même que le processus de transmission en assure la reproduction. Dans le cadre de notre réflexion sur l’invention, nous retiendrons par conséquent que le corollaire du phénomène d’apprentissage est celui de la reproduction d’habiletés qui néanmoins s’inscrit dans une dynamique. La question est alors celle de cette dynamique à l’échelle individuelle d’où émergeront de nouvelles habiletés, marquant une rupture avec la tradition. Je tâcherai de répondre à cette question indépendamment du phénomène historique auquel correspond l’innovation technique et dont l’analyse doit aussi prendre en compte, rappelons-le, ce pour quoi une technique de fabrication est inventée (Roux, 2003).

Les inventeurs : des experts

15Par référence aux études sur l’apprentissage d’habiletés complexes (Bril, 2002 ; Gibson, 1986 [1979] ; Reed, 1989), l’invention technique peut être considérée comme le résultat d’une activité exploratoire du système corps-matière-énergie et comme la découverte, dans le cours de l’action, des possibilités offertes par l’environnement. Ainsi l’invention de la technique du façonnage au tour a été interprétée comme le résultat d’une interaction dynamique entre la tâche (découverte de l’utilisation de l’énergie cinétique rotative), le corps (découverte des habiletés pour façonner un bol avec l’énergie cinétique rotative) et l’instrument (découverte des propriétés du tour pour produire de l’énergie cinétique rotative) (Roux, 2003).

16Quels sont maintenant les individus en mesure de mener une activité exploratoire et d’innover tant sur le volet technique que sur le volet des habiletés ?

17Les études expérimentales menées avec les tailleurs de perles en roches dures montrent que la nature des habiletés dépend du niveau d’expertise (Bril, Roux & Dietrich, 2005). L’expert est celui qui, confronté avec les contraintes de la tâche, est capable de mener à bien le cours de l’action selon une dynamique qui prend en compte à la fois l’état de l’objet et la prochaine étape à mener. En d’autres termes, l’expert a la capacité à la fois de détecter les informations appropriées qui résultent du cours de l’action, et de les incorporer dans son action. Cependant, l’expertise ne consiste pas seulement à accorder aussi bien que possible les propriétés du système (système tâche-environnement-organisme). L’expert est aussi celui qui est capable de forcer le système dans une direction ou dans une autre pour s’ajuster à de nouveaux traits (Bril, Roux & Dietrich, 2005). Ces nouveaux traits peuvent être liés à des problèmes de performance (pour les problèmes liés à la fonctionnalité de l’objet, voir Schiffer, 2005), à de nouvelles situations (comme une nouvelle matière première) ou à des perturbations dans le système (défaut dans la matière première par exemple).

18Dans le cas qui nous intéresse, celui des inventions discontinues, on suppose que les inventeurs sont des individus-experts qui sont familiers avec les contraintes de la tâche (Ericsson et Lehman, 1996), à savoir des experts capables d’explorer les propriétés corps-matériau-énergie et de forcer le système en allant au-delà des représentations culturelles qui ont formé leur « manière de voir et de faire », résolvant des problèmes et découvrant de nouvelles techniques et de nouvelles habiletés (que ces problèmes soient apparus par accident ou aient été créés volontairement par l’inventeur). De la même manière que des ingénieurs explorent les lois gouvernant les contraintes des matériaux ou des sources d’énergie et testent des solutions variées, les individus à l’origine d’inventions discontinues sont ceux qui sont capables d’aller au-delà de leurs propres représentations culturelles et au-delà des limites de l’évolution technique des objets pour découvrir de nouveaux principes physiques tout en développant de nouvelles habiletés.

19Ces individus, comme n’importe quel expert dans un quelconque domaine, sont exceptionnels aussi bien par leurs habiletés que par leur rareté. En effet, au sein même d’un groupe d’experts de haut niveau, il existe des variations interindividuelles considérables, avec des experts affichant des performances meilleures que d’autres. Le meilleur des experts peut être considéré comme un cas exceptionnel. Ainsi, chez les sportifs de haut niveau, des variations de performance sont notables ; les quelques figures qui ont marqué l’histoire du sport sont des cas rarissimes. Parmi les tailleurs de Khambhat, de telles variations de performance sont observables chez les experts de haut niveau (évaluées au regard des produits finis) (Bril, Roux & Dietrich, 2005 ; Biryukova et al, 2005). Le meilleur d’entre eux a innové dans plusieurs domaines : les formes de perles et leur chauffe (revêtement des perles d’une fine couche d’argile afin de limiter les accidents de chauffe). Ici l’artisan est allé au-delà du fonctionnement cognitif façonné par la tradition pour envisager, à partir de ses capacités cognitives, d’autres manières de faire. Il était le meilleur parmi des centaines. De même, dans le domaine de la céramique, c’est le potier le plus habile, parmi les centaines de potiers de la région de Delhi, consacré par des récompenses nationales, qui a proposé des inventions d’ordre pyrotechnologique, transcendant ses propres représentations culturelles et explorant différents procédés de cuisson pour la glaçure de ses récipients.

20Des exemples historiques dans d’autres domaines plus cognitifs vont dans le sens de notre hypothèse : c’est de fait un nombre extrêmement restreint d’individus qui sont à l’origine de découvertes majeures, comme le zéro, l’atome, les lois de l’évolution...

Les experts : un facteur aléatoire dans l’évolution des techniques

21À partir du moment où l’on suppose que les inventions discontinues sont le fait d’individus experts exceptionnels et donc rares, on peut envisager que l’émergence même de ces inventions va dépendre de ces individus. Il se pourrait alors que certaines inventions n’aient pas existé dans certaines parties du monde en raison d’une absence de comportement exploratoire à un moment donné, ou au contraire que des inventions aient pu exister dans plusieurs endroits du monde en raison de la présence, par hasard, dans ces divers endroits d’individus experts au comportement exploratoire analogue.

22C’est ainsi que l’on pourrait expliquer, toutes choses égales par ailleurs, que le tour du potier ne fut jamais inventé en Amérique ou en Afrique subsaharienne en dépit d’une connaissance et utilisation du mouvement rotatif. Dans ces contrées, à l’évidence, aucun individu ne développa le comportement qui conduisit à la découverte et à la maîtrise de l’énergie cinétique rotative pour transformer des volumes d’argile. Au contraire, des convergences comme le phénomène de la hache polie pourraient s’expliquer par la présence d’individus experts qui développèrent un tel comportement dans plusieurs endroits du globe.

23Il s’ensuit l’hypothèse selon laquelle les individus et leurs activités cognitives pourraient être considérés comme un facteur aléatoire dans l’évolution des techniques, facteur qui expliquerait à la fois occurrences techniques différentielles et convergences.

Conclusion

24En archéologie, les artefacts sont une voie privilégiée pour retrouver les habiletés développées par le genre humain. Celles-ci, étudiées en collaboration avec les chercheurs en sciences du mouvement, permettent non seulement de caractériser l’évolution des techniques et de s’interroger sur les sauts qui en ont ponctué l’histoire, mais aussi de questionner certains mécanismes sous-jacents. En l’occurrence, l’accent a été mis sur le rôle possible de l’individu dans le phénomène de l’innovation technique. Ce dernier n’est pas réductible, bien sûr, à une histoire individuelle. Il est un phénomène historique complexe émergeant d’interactions entre des composantes prises à l’échelle individuelle et collective, les forces évolutives ne pouvant être rapportées à de seules forces psychologiques. En resituant l’individu au centre de l’histoire des techniques, l’objectif était de souligner avant tout l’importance et la spécificité du comportement exploratoire dans le processus d’invention, étape précédant l’innovation et son adoption par un groupe ou une population.

Bibliographie

Bibliographie

Biryukova, Elena V. et al., 2005, « The organization of arm kinetic synergies : the case of stone bead knapping in Khambhat », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 73-90.

Boëda, Eric, 2005, «Paléo-technologie ou anthropologie des techniques?», Arobase (www.univ-rouen.fr/arobase), 1: 46-64.

Bril, Blandine, 2002, « L’apprentissage de gestes techniques : ordre de contraintes et variations culturelles », in B. Bril et V Roux (dir.), Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques, Ramonville Saint-Agne, Éditions Érès : 113-150.

Bril, Blandine ; Lehalle, Henri, 1988, Le développement psychologique est-il universel ? Approches interculturelles, Paris, Presses universitaires de France.

Bril, Blandine ; Roux, Valentine ; Dietrich, Gilles, 2000, « Habiletés impliquées dans la taille des perles en calcédoine : caractéristiques motrices et cognitives d’une action située complexe », in Roux (dir.), 2000 : 207-332.

Bril, Blandine ; Roux, Valentine, 2002, « Des “programmes” d’apprentissage comparables pour des actions techniques différentes », in B. Bril et V. Roux (dir.), Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques, Ramonville Saint-Agne, Éditions Érès : 231-242.

Bril, Blandine ; Roux, Valentine ; Dietrich, Gilles, 2005, « Stone knapping : Khambhat (India), a unique opportunity ? », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 53-72.

Byrne, Richard W., 2005, « The maker not the tool : the cognitive significance of great ape manual skills », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 159-170.

Cresswell, Robert, 1994, « La nature cyclique des relations entre le technique et le social. Approche technologique de la chaîne opératoire », in B. Latour et P. Lemonnier (dir.), De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte : 275-289.

–, 1996, Prométhée ou Pandore ? Propos de technologie culturelle, Paris, Kimé.

Cummins-Sebree, Sarah E. ; Fragaszy, Dorothy M., 2005, « Capuchins as stone-knappers ? : an evaluation of the evidence », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 171-186.

Deforge, Yves, 1989, » Postface : Simondon et les questions vives de l’actualité», in Simondon, 1989 : 269-331.

Ericsson, Anders K.; Lehman, Andreas C., 1996, «Expert and exceptional performance: evidence from maximal adaptation to task constraints», Annual Review of Psychology, 47: 273-305.

Foucart, Julie et al., 2005, « A preliminary analysis of nut-cracking movements in a captive chimpanzee : adaptation to the properties of tools and nuts », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 147-1 58. cc

Gallay, Alain, 1986, L’archéologie demain, Paris, Belfond.

Gelbert, Agnès, 2003, Traditions céramiques et emprunts techniques dans la vallée du fleuve Sénégal, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Éditions Épistémes.

Gibson, James J., 1986 [1979], The Ecological Approach to Perception, Londres, Lawrence Erlbaum.

Gille, Bertrand (dir.), 1978, Histoire des techniques, Paris, Gallimard.

Ivanova, Galina P., 2005, « The biomechanics of the complex coordinated stroke », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 119-128.

Lammel, Anna-Maria, 1997, « Fonctionnements cognitifs et connaissances culturelles », Journal des Anthropologues, 70 : 113-124.

Lemonnier, Pierre (dir.), 1993, Technological Choices: Transformation in Material Cultures since the Neolithic, London/New York, Routledge.

Leroi-Gourhan, André, 1964, Le Geste et la parole. Technique et langage, Paris, Albin Michel.

Pelegrin, Jacques, 2005, « Remarks about archaeological techniques and methods of knapping : elements of a cognitive approach to stone knapping », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 23-34.

Reed, Edward S., 1989, «Changing theories of postural movement», in Μ. H. Woolacott et A. S. Shumway-Cook (dir.), Development of Posture and Gait across the Life Span, Columbia, Columbia University Press: 3-24.

Richerson, Peter J. ; Boyd, Robert, 2005, Not by Genes Alone. How Culture Transformed Human Evolution, Chicago/Londres, The University of Chicago Press.

Roux, Valentine, 1997, « Archéologie et cognition : habiletés impliquées dans les techniques du passé », Journal des Anthropologues, 70 : 51-62.

– (dir.), 2000, Cornaline de l’Inde. Des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

–, 2003, «A dynamic Systems framework for studying technological change: application to the emergence of the potter’s wheel in the Southern Levant», Journal of Archaeological Method and Theory, 10: 1-30.

–, 2007, «Ethnoarchaeology: a non-historical science of reference necessary for interpreting the past», Journal of Archaeological Method and Theory: 153-178.

Roux, Valentine, en coll. avec Corbetta, Daniela, 1990, Le tour du potier : spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris, CNRS Éditions.

Roux, Valentine; Courty, Marie-Agnès, 1998, «Identification of wheelfashioning methods: technological analysis of 4th-3rd millennium BC Oriental ceramics», Journal of Archaeological Science, 25: 747-763.

Roux, Valentine; Bril Blandine (dir.), 2005, Stone Knapping: the Necessary Conditions for a Uniquely Hominin Behaviour, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research.

Roux, Valentine ; David, Eva, 2005, «Planning abilities as a dynamic perceptual-motor skill: an actualist study of different levels of expertise involved in stone knapping», in Roux et Bril (dir.), 2005: 91-108.

Schiffer, Michael B., 2005, «The devil is in the details: the cascade model of invention processes», American Antiquity, 70: 485-501.

Simondon, Georges, 1989 [1958], Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Smitsman, Ad W.; Cox, Ralf F. A.; Bongers, Raoul M., 2005, « Action dynamics in tool use», in Roux et Bril (dir.), 2005: 129-146.

Sperber, Dan, 1996, Explaining Culture: a Naturalistic Approach, Oxford, Blackwell.

Tixier, Jacques, 1967, « Procédés d’analyse et questions de terminologie dans l’étude des ensembles industriels du Paléolithique récent et de l’épipaléolithique en Afrique du Nord-Ouest », in W. W. Bishop et J. D. Clark (dir.), Background to Evolution in Africa, Proceedings of a Symposium (Burg-Wartenstein, Austria, July-August 1965), Chicago/Londres, The University Press of Chicago : 771-820.

van der Leeuw, Sander E.; Torrence, Robin (dir.), 1989, What’s New? A Closer Look at the Process of Innovation, Londres, Unwin Hyman.

Winton, Victoria, 2005, « An investigation of knapping-skill development in the manufacture of Palaeolithic handaxes », in Roux et Bril (dir.), 2005 : 109-118.

Auteur

Valentine Roux (préhistoire), directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique, Préhistoire et technologie, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (Nanterre)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540