Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie cognitive

 | 
René Treuil

III. La reconstruction des activités techniques

1.– Chaînes opératoires : contexte théorique et potentiel cognitif

Nicole Pigeot

Texte intégral

1Il est rare qu’une innovation méthodologique connaisse une réussite aussi éclatante que celle dont bénéficia la chaîne opératoire chez les anthropologues des techniques, notamment les archéologues. Dans les deux dernières décennies du xxe siècle, l’expression est devenue à ce point célèbre qu’elle va jusqu’à représenter à l’étranger une sorte de label de l’École française. Il est d’ailleurs intéressant de s’interroger sur les raisons d’un tel succès, car après tout la notion de chaîne opératoire coïncide peu ou prou avec la notion de « technique » ou d’« acte technique» dont on peine à voir a priori en quoi elle s’en démarque vraiment. Qu’avait-elle donc de plus, cette fameuse chaîne opératoire, pour être adoptée avec enthousiasme en lieu et place de l’acte technique ?

  • 1 Il s’agit des recherches personnelles que l’auteur de ce texte a menées sur les Magdaléniens du Ba (...)

2Évoquer le terrain d’émergence de cette notion dont on accorde la paternité à André Leroi-Gourhan offrira un aperçu du contexte théorique dans lequel elle prend place avant de faire fructifier les problématiques archéologiques appuyées puissamment, désormais, sur la reconstruction des activités techniques. On verra comment la chaîne opératoire se révèle une trouvaille méthodologique extrêmement féconde car directement couplée aux principes de la technologie tout en se démarquant subtilement de certaines connotations négatives ou ambiguës affectant la « technique ». Ce double décalage que réalise l’expression métaphorique de « chaîne opératoire » vers la mise en valeur polysémique du processus et vers l’individu, qui pense et agit, présente l’avantage d’une intéressante connexion aux méthodes cognitives et à leur fort potentiel épistémologique. Dans un deuxième temps, nous évoquerons une application de cette méthode dans le contexte de la technique de taille du silex en préhistoire1. Cet exemple montrera comment, à partir d’une reconnaissance de compétences diversifiées dans un certain domaine technique, nécessitant l’apprentissage d’un savoir et d’un savoir-faire d’une grande complexité, il est permis de tirer quelques implications générales, de la cognition individuelle à la cognition sociale.

La chaîne opératoire : contexte théorique

Émergence théorique : un peu d’histoire

3Paradoxalement, ce n’est pas dans le milieu archéologique – pourtant grand consommateur par nécessité de technologie – mais dans la mouvance ethnologique que l’intérêt à l’égard des techniques se développa. Ce furent d’abord les recherches très modernes de Marcel Mauss dans les années 1920, ensuite celles de Leroi-Gourhan qui publia dès 1943 les deux volumes pionniers d’Evolution et techniques. Toutefois, ni l’un ni l’autre n’ont alors utilisé l’expression de « chaîne opératoire », même si leurs travaux, à l’un puis à l’autre, en traçaient implicitement la préfiguration. Le véritable acte de naissance du concept est d’ailleurs difficile à pointer. On évoque son usage par Leroi-Gourhan dans ses cours de l’immédiat après-guerre (Balfet, 1991) ; il l’écrit nommément dans Le geste et la parole en 1964 (Desrosiers, 1991 ; Schlanger, 2004), mais seulement une ou deux fois, incidemment, sans le définir ni le théoriser, comme si l’expression, métaphorique, allait de soi et n’était qu’une autre façon, plus évocatrice, plus esthétique qui sait, de nommer l’acte technique. Entre-temps, l’ethnologue était aussi devenu préhistorien, prolongeant ses réflexions sur l’homme en l’intégrant à son lointain passé, notamment biologique (Audouze & Schlanger, 2004). C’est aussi dans ces années-là qu’il unifie sa trajectoire intellectuelle en créant le concept fondateur d’ethnologie préhistorique (et/ou de palethnologie). Pour Leroi-Gourhan, le technique est partout, dans la logique naturelle, dans la société, dans la matière, dans l’outil, dans le geste, dans la parole, dans le cerveau... Sur ce terrain intellectuel totalement défriché, le courant qu’il avait initié se cristallisa dans les années 1970 autour de l’un de ses élèves, Robert Cresswell, qui fonda une véritable école française de l’ethnologie des techniques avec l’équipe de Techniques & culture. C’est en s’emparant de la « chaîne opératoire » que les travaux sur les actes techniques prirent un essor considérable (Cresswell, 1976 ; Lemonnier, 1983 ; revue Techniques & culture depuis 1976).

4Les archéologues, et au premier chef les préhistoriens qui, plus que les autres, se trouvaient aux prises avec une source documentaire presque exclusivement matérielle, accompagnèrent le mouvement théorique et explorèrent cette voie royale et novatrice de l’approche technologique. Faire parler le fait matériel, voilà la tâche première et difficile de tous les archéologues et la notion de chaîne opératoire est vite apparue comme la solution. Ce fut véritablement une traînée de poudre chez les archéologues devenus technologues et en une décennie, les années 1980, les rencontres nationales et internationales fédérées par les équipes de Jacques Tixier (Préhistoire et technologie) et d’André Leroi-Gourhan (Ethnologie préhistorique) allaient s’enchaîner autour de la technologie – lithique pour l’essentiel (5 en 10 ans, depuis la première table ronde de Meudon : C. R. A., 1980). Il faut en effet souligner le rôle prééminent des chercheurs confrontés au « silex taillé », d’abord à cause de banales contingences documentaires (la roche est un matériau impérissable et la pierre taillée reste parfois – trop souvent – l’unique vestige des sociétés préhistoriques), mais aussi à cause de la complexité particulière des techniques de taille et donc de la difficulté à exploiter un témoignage d’une portée considérable pour peu qu’on sache le traiter avec les bons instruments, comme on le verra plus loin. Là, plus qu’ailleurs, le renouveau méthodologique était urgent. Ce n’est que dans la deuxième moitié des années 1990 que d’autres champs prendront leur essor, comme la technologie des matières osseuses (Averbouh, 2000). Mais, à partir des années 1980, l’approche technologique « à la française », c’est-à-dire par le biais de la chaîne opératoire, allait largement déborder l’usage restreint du concept et se diffuser à travers l’ensemble du monde archéologique avec les problématiques les plus diverses.

Technique ou chaîne opératoire : richesse conceptuelle de la démarche technologique

5On a vu que Leroi-Gourhan lui-même, son inventeur, fit de la notion de chaîne opératoire un usage parcimonieux, du moins au début, et lui, l’ethnologue focalisé depuis toujours sur les techniques, n’est d’ailleurs pas devenu « technologue » en devenant préhistorien (voir ses publications de Pincevent où il délégua les contributions sur les outillages : Leroi-Gourhan & Brézillon, 1966, 1972). Un premier argument s’impose : pour lui, la technique est un médiateur entre la société, sa culture et son environnement, un médiateur certes puissant mais qui exprime plus qu’il ne produit du fait social. D’un autre côté, la pleine conscience qu’il avait de la nature des actes techniques l’autorisait à négliger le surplus de sens et de clarté méthodologique qu’apportait aux autres la métaphore de la chaîne opératoire. La meilleure preuve en est que, dans Le geste et la parole, la définition souvent citée comme étant sa première et seule définition de la chaîne opératoire est en réalité celle de la technique ! Soit dit en passant, cette définition, même indirecte, est de notre point de vue la plus pertinente et la plus complète, dans la concision lumineuse de la formule : « La technique est à la fois geste et outil, organisés en chaîne, par une véritable syntaxe, qui donnent aux séries opératoires à la fois leur fixité et leur souplesse » (Leroi-Gourhan, 1964 : 164). Tout est là. La cinétique individuelle du geste, externalisé par l’outil et les séries opératoires ; l’organisation en termes de processus de la chaîne technique, soulignée par le lien organique et métaphorique des maillons qui s’enchaînent et se succèdent (dans le temps et dans l’espace : notions d’autant plus cruciales pour l’archéologue) ; la syntaxe, c’est-à-dire les règles sociales, les lois de l’action, cruciale aussi puisque c’est le domaine de l’immatériel surgissant au beau milieu du matériel, celui de la méthode, du savoir et des connaissances ; enfin, avec la fixité et la souplesse des séries techniques, on pénètre encore davantage dans l’efficacité méthodologique de la chaîne opératoire, avec en filigrane la « culture » et son style, la façon de concevoir et d’instruire la conduite d’une activité technique, mais aussi l’individu qui la met en application. En effet, ces normes culturelles, qui sont générales et abstraites (donc fixes), rencontrent les contraintes de l’action et, là, l’instabilité règne car tout y est particulier : d’abord, le ou les exécutants, toujours individuels, avec leur niveau de compétence, leur statut social et leur personnalité ; ensuite, les matières exploitées, toujours uniques. De fait, les séries opératoires sont à la fois souples en amont pour s’adapter, et souples en aval car diverses dans leurs applications. Cette dialectique entre la norme et la variabilité des chaînes opératoires est une interrogation privilégiée des problématiques archéologiques, et pas seulement technologiques. C’est en effet l’ensemble de la société qui réagit à cette dialectique puisque, selon ses valeurs, son organisation et son mode de vie, c’est elle qui édicte les lois collectives, mais ce sont les individus qui les déclarent, les instituent et les appliquent.

6C’est donc très clair : avec une définition de la technique aussi profonde et puissante, aussi riche de sens, on comprendrait que la chaîne opératoire ait pu apparaître au début à Leroi-Gourhan comme un doublon lexical de pure commodité. Il n’empêche, si l’expression a joui d’un tel engouement dans le milieu scientifique qui l’a adoptée comme un véritable bienfait méthodologique, c’est qu’elle apportait un avantage décisif par rapport à la « technique » ou à l’« acte technique ». Nous allons essayer de montrer que c’est plus qu’une simple question de mots et que l’approfondissement d’ordre cognitif que permet explicitement l’instrument « chaîne opératoire » n’y est sans doute pas étranger. Auparavant, on envisagera une autre raison, plus trouble car liée à une certaine déconsidération de la « technique », que le recours à la chaîne opératoire permet parfois d’occulter.

La technique : les ambiguïtés du mot et du concept

  • 2 « Mauss, le neveu mais surtout l’héritier spirituel et institutionnel de Durkheim [...] reste cata (...)
  • 3 « Alors que cette sous-discipline est en plein essor dans les pays anglo-saxons (du fait surtout d (...)

7La notion de « technique », contre toute attente, possède en effet un certain nombre de connotations négatives dans le milieu des sciences humaines. Même si l’intérêt à l’égard des techniques pouvait encore faire illusion et garder quelque prestige du temps de Mauss, cette inclination scientifique a jeté, semble-t-il, une ombre sur sa renommée de sociologue2. Quant à Leroi-Gourhan, il fut l’un des rares ethnologues de son temps à – oser – se tourner franchement vers cet aspect largement sous-estimé de sa discipline, classiquement partagée entre « sujets “nobles” (les activités de l’esprit) et sujets “ignobles” (les activités manuelles) », comme le note ironiquement Jean-Pierre Digard (2004). Est-ce pour cette raison qu’un penseur aussi puissant que Leroi-Gourhan n’a pas eu la célébrité intellectuelle ni le rayonnement en France et à l’étranger d’un penseur de même envergure, comme Lévi-Strauss par exemple ? Comme pour Mauss, sa résistance à l’esprit de système a souvent été avancée pour expliquer cet étonnant déficit de notoriété internationale, mais ne serait-ce pas leur intérêt commun pour les activités matérielles dans les sciences de l’homme qui aurait altéré la visibilité de leur parcours et leur postérité ? Pensons aussi à Gilbert Simondon dont les théories sur le phylum des lignées techniques sont d’une grande originalité et d’une exceptionnelle pertinence pour les archéologues qui travaillent sur la diachronie et les heuristiques du système (Simondon, 1989 [1958]). Il est vrai qu’il s’attacha surtout aux « objets » d’époque industrielle, mais il est resté anormalement méconnu, avant d’être « redécouvert » par les travaux d’Eric Boëda (2005). Quant à la situation de l’ethnologie des techniques aujourd’hui, elle n’est guère brillante comme le déplorent la plupart des chercheurs « historiques » de la revue Techniques & culture, qui s’insurgent devant la confusion sciemment entretenue entre technologue (scientifique des techniques) et technicien (praticien des techniques), pour in fine devoir être catalogués comme de « simples » ethnographes, tout juste bons à recueillir de la chaîne opératoire au kilomètre3 !

8Dans le même ordre d’idées, il existe un courant important chez les technologues-archéologues, qui consiste à restreindre la technique (du moins le mot) à son seul aspect d’exécution. L’acte seul, comme par exemple percuter un nucléus en silex, relèverait de la technique, renvoyant en dehors d’elle, à la méthode, ce qui dépendrait de l’idéel et qui pourtant irrigue l’action technique, comme on l’a vu plus haut dans la définition de Leroi-Gourhan (cf la fameuse définition de Jacques Tixier : « la technique est le moyen, la méthode, l’esprit qui agence les moyens », Tixier, 1967). Bien entendu, c’est une question de mots et tout le monde sait que le « faire n’est pas coupé du savoir » (Pigeot, 1991 a), mais le vocabulaire n’est pas innocent, et la restriction sémantique imposée au mot technique reflète un inconscient collectif regrettable qui risque de laisser dans l’ombre la puissance heuristique de la technologie. Or, et c’est bien cela son très gros potentiel cognitif, la technologie vise par essence l’étude des actes, mais également – ce qui est moins évident à première vue – des non actes. Pour l’archéologue (comme pour l’ethnologue), il y a dans la technologie, à la fois du matériel et de l’immatériel. Selon Aliette Geistdoerfer dans une communication personnelle, en 2008, il y aurait en France une tendance binaire qui conçoit des oppositions tranchées entre le spirituel et le matériel, le fait social et le fait technique : c’est soit l’un, soit l’autre. En conséquence, il faut chez les anthropologues d’aujourd’hui une bonne dose de militantisme pour continuer à défendre le fait social total de Mauss – ou le fait totalement social (Valentin, 2008) et aller répétant que les processus techniques sont des processus sociaux.

La chaîne opératoire : une avancée théorique des archéologues

  • 4 Lemonnier, 2004 : « Seuls les archéologues font un usage constant des problématiques et instrument (...)

9Si les ethnologues actuels sont moins absolument concernés par les apports de l’enquête technologique et ont pu se permettre un retour aux tropismes habituels de la discipline vers les thèmes prestigieux du symbolique et de l’idéel (mythes, parenté, croyances...), ce n’est évidemment pas le cas des archéologues. On pourrait supposer que ces derniers n’ont pas eu le « choix des armes », condamnés, en quelque sorte, à utiliser un outil descriptif de l’acte technique éventuellement redondant par rapport à la classique étude des techniques4. Pour logique qu’elle paraisse, cette impression n’est pas juste. La position épistémologique des archéologues fut nettement plus ambitieuse et il faut mettre en avant le travail théorique considérable qu’ils ont accompli dans le cadre de la technologie et notamment grâce au truchement théorique de la chaîne opératoire dont l’usage est devenu constant dans les problématiques archéologiques. Cela les a conduits à explorer la méthode et, d’une certaine façon, à une pleine reconnaissance de son intérêt, ce qui semble aujourd’hui faire défaut aux anthropologues du vivant, peut-être parce qu’ils sont, paradoxalement, saturés par le surplus de données sociales et culturelles dans lesquelles baignent les chaînes techniques et qu’ils ont pu finir par considérer le fait technique comme un fait social comme un autre, au même titre que les autres « sous-tribus de l’ethnologie (spécialistes de la parenté, du mythe, de l’écologie...) » évoquées ironiquement par Georges Guille-Escuret (2003). Les parents pauvres de la technologie sociale et culturelle, c’est-à-dire les archéologues, ont dû réinvestir et développer la chaîne opératoire, et finir par découvrir sa richesse conceptuelle stimulante, et notamment sa puissance cognitive, son fort potentiel systémique et totalisant, et s’approcher parfois du rêve cresswellien dont parle Pierre Lemonnier (1999) de « fondre réellement le social et le technique à l’intérieur même de la chaîne opératoire ».

Puissance cognitive de la chaîne opératoire : cognition individuelle et sociale

10D’abord, la chaîne opératoire est une expression suffisamment floue et suffisamment précise, comme toutes les métaphores qui « fonctionnent », pour bénéficier d’une richesse sémantique maximale. On a vu les avantages conceptuels de la « technique » : la chaîne opératoire les recueille. On a vu ses inconvénients : la chaîne opératoire les évite. Ce qu’elle apporte de plus, et c’est fondamental, c’est qu’elle introduit d’emblée le paramètre le plus caractéristique, et donc le plus fécond, de l’acte technique : son inscription dans un processus. C’est parce que l’acte technique est un processus que son étude traverse, pourrait-on dire, presque tous les plans de l’organisation sociale et de la planification cognitive. On y retrouve le noyau dur de l’action matérielle qui cristallise autour de lui l’ensemble des agents et des descripteurs des processus cognitifi. À travers ces processus s’appréhende donc l’ensemble du système social. Le système technique est en même temps économique, social, politique, idéologique... et vice versa, car le système social est en même temps technique, économique, politique, idéologique, etc. (Pigeot, 1991 a). En d’autres termes, rappelons la prescience systémique de Mauss sur le fait social « total » (1923-1924), même si l’on avoue détourner quelque peu son concept en l’étendant à l’ensemble des phénomènes techno-économiques, et pas seulement à certains d’entre eux qui, pour lui, résonnaient à travers la totalité sociale comme le fameux potlatch. Personnellement, nous nous situerions encore davantage du côté de Simondon (1989 [1958]) lorsqu’il énonce qu’« il ne serait pas exagéré de dire que la qualité d’une simple aiguille exprime le degré de perfection de l’industrie d’une nation ».

Le retour de l’individu comme acteur et médiateur du social

11Le processus technique, idéalement concrétisé par la chaîne opératoire, est donc un rouage crucial de l’interprétation en archéologie où analyse systémique et analyse cognitive coïncident avec la réapparition de l’un des grands absents du document archéologique : la personne humaine... Le renouveau technologique de l’extrême fin des années 1970 était né précisément de l’insatisfaction d’une préhistoire déshumanisée par des décomptes statistiques d’outils ou d’attributs en lieu et place d’une véritable anthropologie culturelle (C. R. A., 1980). Ce désir de retrouver l’homme derrière ses objets a donné les pleins pouvoirs à l’approche technologique (vs la traditionnelle approche « typologique »), et c’est ainsi que fut redécouverte et récupérée la chaîne opératoire des ethnologues : de vestige, l’objet devenait témoin. D’ombre ou squelette, l’homme devenait acteur.

12En observant les chaînes opératoires, ces élaborations neutres et factuelles, simple mise en succession des actes, des gestes et des intentions intermédiaires tendues vers le but ultime, c’est-à-dire le ou les produit(s) de l’activité, l’archéologue-technologue rend d’abord compte des données purement techniques sur les façons de faire (le « comment faire ») et des données économiques sur l’objectif (le « pourquoi faire »). Ces résultats sont déjà d’un grand intérêt en soi puisqu’ils renseignent sur la tradition culturelle, la fonction utilitaire des activités de fabrication et, en dernier ressort, donnent un éclairage signifiant sur l’outil recherché, si maltraité par les pures études typologiques précédentes. Mais il suffit de changer encore de position et de point de vue, et d’observer cette même chaîne opératoire en regardant non plus les produits et déchets de l’activité, mais la main qui les manipule et agit, et l’acteur qui pense, anticipe et décide avant d’agir. Grâce à cette redécouverte de l’humain pensant et agissant, la chaîne opératoire actualise le fort potentiel cognitif de la technologie.

13Les recherches sur les niveaux de compétence et de savoir-faire des acteurs ont été l’une des premières avancées en ce domaine, dès le début des années 1980, dans le contexte culturel des Magdaléniens du Bassin parisien (Pigeot, 1987). Il fallait sans doute des contextes archéologiques particulièrement favorables, il fallait aussi que les problématiques soient théoriquement mûres. C’était le cas, et il n’est pas étonnant que ces premières études soient advenues sur le gisement préhistorique d’Étiolles où les Magdaléniens disposaient d’un gîte à silex local tout à fait unique : des blocs exceptionnellement grands et au fort potentiel économique, mais par la même occasion très difficiles à exploiter (fig. 1). En effet, extraire en série de très longues lames en silex, à la manière magdalénienne, requiert des habiletés d’une haute technicité dont il fallut bien instaurer l’apprentissage. De fait, ces premières incursions sociologiques dans l’activité de taille rendaient compte d’une organisation extrêmement structurée.

Compétences et performances dans l’activité de taille

14Les techniques de débitage magdaléniennes à Étiolles ont représenté un terrain d’application archéologique assez exemplaire des approches cognitives (Pigeot, 1986, 1987, 1990, 2004 ; Olive & Pigeot, 1992 ; Karlin & Pigeot, 1989 ; Karlin et al., 1993). Étiolles, rappelons-le, est un site où des groupes de Magdaléniens, nomadisant dans le territoire du Bassin parisien, sont venus et revenus s’installer assez régulièrement en bord de Seine, structurant l’espace de leurs campements par les diverses activités pratiquées sur place (voir quelques synthèses : Audouze, 1987 ; Taborin, 1994 ; Bodu, 1996 ; Julien & Rieu, 1999 ; Valentin, Bodu & Christensen, 2000 ; Pigeot, 2004 ; Olive & Valentin, 2006 ; Zubrow, Audouze & Enloe, 2010). Or, dans le cadre de plusieurs occupations différentes, l’analyse comparative des chaînes opératoires de débitage a montré des comportements sociaux structurés et très récurrents, caractérisés par une diversité des performances techniques, renvoyant à une variabilité des compétences et des statuts.

Fig. 1 – La difficulté des techniques laminaires appliquées aux très grands matériaux en silex local d’Etiolles (ill. Nicole Pigeot).

15C’est d’abord à partir du schème technique (sorte de concept culturel idéal) qu’il est possible de distinguer les pratiques s’écartant des règles fixées par le groupe. Or les Magdaléniens d’Étiolles ont imposé une norme très rigoureuse à la pratique du débitage des lames (« supports » d’outil). En un mot, ils respectaient la tradition magdalénienne, sauf qu’ils surajoutèrent tout un registre de solutions techniques destinées à pallier les problèmes posés par des volumes à ce point difficiles à exploiter sans erreur, dans une continuelle interaction des causes et des effets (Pigeot, 2004, 2010). Les débitages s’éloignant peu ou prou du schème référentiel indiquent une diversité de compétences, depuis le jeune s’initiant aux premiers principes de la maîtrise technique, jusqu’aux adultes les plus performants, taillant de main de maître des matériaux au fort potentiel économique en vue d’une production d’outils à vocation communautaire. Grâce à l’élaboration d’une grille de lecture intégrant différents critères de diagnose (relevant du savoir-faire, de la motricité, des facultés d’anticipation ou de l’efficacité économique), il a été possible de reconnaître la nature d’un apprentissage progressif des jeunes et des très jeunes, acquérant les éléments constitutifs du débitage laminaire. En outre, l’espace du campement se faisait l’écho de cette répartition des activités techniques, avec là aussi des règles sociales assez exigeantes selon le statut des tailleurs, les jeunes, par exemple, étant souvent relégués en périphérie des zones d’activité principales (fig. 2).

16La gradation des apprentissages magdaléniens dans le niveau d’habitation U5 d’Étiolles (Pigeot, 1986, 1987, 1990...) a montré des acquisitions sur le plan du savoir et de la motricité qui cadrent bien avec les données des recherches cognitives (alors que le modèle fut élaboré sans y faire appel, dans le début des années 1980, ce qui montre les qualités informatives du document archéologique). Après de nouvelles études, il apparaît que la rigoureuse formation des jeunes à une technique complexe pouvait être un peu plus souple selon les niveaux d’habitation d’Étiolles (Pigeot, 2004, 2010) ou sur les autres sites magdaléniens du Bassin parisien. Ce genre de recherche s’est en effet généralisé et a permis de retrouver des comportements suffisamment récurrents autour de l’activité de la taille pour en inférer des règles socioculturelles magdaléniennes, assorties d’une variabilité d’expression significative sur le plan synchronique ou diachronique (Pigeot, 2004 ; Olive & Valentin, 2006 ; Valentin, 2008 ; Zubrow, Audouze & Enloe, 2010).

Fig. 2 – Un modèle d’espace social sur l’un des sols d’habitation d’Étiolles (l’unité Q31) (ill. Nicole Pigeot).

Contribution des apprentissages magdaléniens aux modèles cognitifs

Efficacité heuristique de la chaîne opératoire

17D’abord, la chaîne opératoire est bel et bien devenue chez les archéologues un instrument d’investigation particulièrement fécond dans les problématiques cognitives. Elle est souple comme une chaîne que l’on découpe à la demande, à la longueur voulue et le technologue choisit son début et sa fin, arbitrairement, pour encadrer l’objet de recherche qu’il veut traiter : une action ou une série d’actions sur la matière. Elle est descriptive, neutre, objective : elle est le noyau dur qui concentre et diffracte tous les angles de vue. C’est la même chaîne opératoire que l’on interroge et, selon les questions posées, ce qu’elle exprime balaie l’ensemble du champ anthropologique, entre cognition sociale et cognition individuelle. On est presque derrière l’épaule de la personne qui fait et l’on peut se poser toutes les questions : comment (bien entendu, c’est le plus évident de l’information, l’aspect strictement technique, la manière de faire propre au groupe, à son style et à sa culture) ; pourquoi et dans quel but (c’est le versant économique de la chaîne technique, l’objectif qui motive l’activité, mais cela peut aussi exprimer le symbolique dans des actes artistiques ou religieux) ; qui (l’acteur – ou les acteurs – intervenant dans le processus, avec sa personnalité, sa compétence, son statut, sa motivation, son soin ou sa négligence) ; (l’espace, avec toutes ses dimensions, de la tente au territoire, l’espace culturel, l’espace social, un puissant paramètre en archéologie pour déchiffrer les enjeux sociaux des activités) ; quand (le temps, à la fois absolu et relatif, le temps aussi du processus, de la durée, de la planification).

18Toutes ces questions « mettent en branle » (selon l’expression de Mauss) le groupe social dans sa globalité, et cette résonance agit par le biais de l’individu qui a appris de sa société et restitue son savoir à travers le filtre particulier de sa personnalité, de son statut et de ses compétences. C’est donc un point fondamental, puisque les actes techniques ne sont pas seulement efficaces, ils font et même « disent autre chose » (Lemonnier, 2004) : ils expriment et ils produisent du sens. La notion d’« efficacité » nécessiterait d’ailleurs à elle seule de longs développements (Guille-Escuret, 2003) tant elle est relative.

Les facultés d’anticipation à court, moyen et long terme

19L’un des points intéressants que soulève l’analyse des apprentissages magdaléniens est la constatation que le degré d’anticipation des projets techniques révèle une acquisition plutôt facile des grands principes stratégiques du schème technique, même à des niveaux de faible expertise des jeunes. En revanche, ce qu’ils apprennent tardivement (et donc difficilement) concerne le très court terme puisqu’il s’agit pour eux de savoir quand ils doivent s’arrêter de tailler. Les opérations immatures sont souvent marquées par cette faute de décision : ne pas savoir que les derniers gestes de percussion sont sans espoir dans des situations volumétriques du nucléus presque impossibles à résoudre (question d’angle trop ouvert, de surfaces accidentées...) et les tenter néanmoins avec insistance, et bien sûr sans succès. Entre les deux, la plus grande difficulté d’acquisition des compétences réside dans les décisions que nous appelons « tactiques » (Pigeot, 1990, 1991a, 2010). De nombreuses opérations de débitage témoignent de décisions prises à contretemps, d’hésitations face au meilleur procédé à choisir parmi plusieurs dans des situations difficiles ou assez critiques, de petites séquences du type « essai et erreur », d’accidents pourtant prévisibles et évitables suivis de réparations approximatives, qui renvoient à de nouvelles erreurs. C’est au niveau tactique, celui des savoir-faire idéatoires (Ploux, 1989), que les erreurs cognitives sont les plus fréquentes, même à des stades très avancés de l’apprentissage où les opérations ont déjà une vocation économique en étant partiellement productives (à la différence des précédents niveaux d’initiation où il n’y a aucun objectif utilitaire, les lames débitées restant sur place et n’étant ni retouchées ni utilisées).

L’avantage des représentations dans les fonctions cognitives

20Ces résultats éclairent un aspect de l’apprentissage et des processus cognitifs en jeu. La stratégie de taille paraissant plus intellectuelle, avec une vision anticipée apparemment complexe, on pourrait croire qu’elle mobilise davantage l’intelligence et la planification à long terme que l’opportunisme tactique. En fait, elle répond à une représentation du schéma opératoire, une image du volume général du nucléus configuré, intégrant la représentation d’un processus assez simple à appliquer dans ses grandes lignes : la nécessité d’une préparation du volume, un plan de frappe oblique que l’on va percuter au bord, une surface de débitage laminaire à l’avant, un soin des angles aigus (et même pas, semble-t-il, une attention aux surfaces ni aux convexités), la nécessité de raviver le plan de frappe, voire d’en ouvrir un deuxième à l’opposé, et c’est à peu près tout ce que nous avons pu observer en étudiant ces opérations inexpérimentées. Avec ce bagage de connaissances et de recommandations, éventuellement verbalisées par un apprentissage plus actif des adultes pour ces questions, le jeune peut apprendre très vite les grands principes. La visualisation est forte, il l’observe aussi quand les adultes taillent. La stratégie est en quelque sorte représentable. En revanche, la tactique se niche dans des situations non représentées et non apprises, il y en a trop, toutes sont peu ou prou différentes. Là, il faut s’adapter au coup par coup, ou état par état, alors qu’on est dans des configurations fonctionnelles à chaque fois particulières (même si, en fonction de son niveau d’expérience, le jeune apprenti peut commencer à se retrouver en terrain « technique » plus ou moins connu). Le niveau des choix tactiques est celui qui exige le maximum d’expérience pour être réussi, car il faut avoir stocké en mémoire un grand nombre d’états comparables et de solutions qui ont marché. S’ensuit une stimulation de la réflexion et de l’analyse critique afin d’opter finalement pour les bons choix. Quand ce savoir-faire est acquis, quand la motricité est suffisamment entraînée pour être à la hauteur des bonnes décisions tactiques (elle l’est généralement, car la qualité motrice nous a toujours semblé en avance sur le savoir-faire idéatoire), quand ces progrès sont constants et efficients pendant toute la durée d’une difficile opération, l’apprentissage est terminé. Dans l’unité U5 d’Étiolles, où l’apprentissage fut mené avec une progressivité et une remarquable rigueur, étape par étape, il n’y aura pas un seul des 25 débitages élaborés ayant fourni chacun de 20 à 30 lames sur des nucléus de plus de 30 cm de long, pas un seul à montrer une erreur de réflexion ou un accident anormal et grave, sur des centaines et des centaines de percussions et de décisions.

21L’une des meilleures illustrations de cette contrainte cognitive de l’apprentissage au niveau tactique est l’idée avancée lors d’un colloque (Perriault, 1993) par un Maître à qui l’on demandait quand l’initiation d’un compagnon était jugée finie et qui répondit : « quand le compagnon sait faire ce qu’il n’a pas appris à faire ».

Questions de planification et de prédétermination

  • 5 « [dans le cas de la technique Levallois] la notion de prédétermination du produit n’est pas direc (...)

22Ces questions sont de très gros morceaux théoriques que les archéologues n’ont toujours pas réussi à avaler ! Nous avons personnellement considéré (Pigeot, 1991a, 1991b) que la « prédétermination » du produit ou des intentions économiques était une notion parfois mal posée, le produit objectivement final n’étant pas forcément le produit finalisé par le projet technique5. La prédétermination – idéalisée ! – que l’on prête au concept Levallois à travers sa seule modalité linéale (Boëda, 1994) ne nous semble pas effective dans le cas général de toutes les applications Levallois. Ce qui est prédéterminé par le concept, c’est la longueur du produit et sa minceur grâce à une configuration volumétrique du nucléus où le produit se détache dans un plan parallèle et peut, techniquement, devenir envahissant (grand et mince). On est, là aussi, dans une représentation simple du schéma conceptuel et opératoire (concept facial et asymétrique). En revanche, son application (tactique) est nettement plus difficile devant les difficultés contradictoires qui se présentent, puisque le tailleur a besoin de convexités, il le sait, il les installe et les réinstalle, alors que ses gestes effectués dans une orientation parallèle du volume les détruisent au fur et à mesure de son exploitation. Le concept nécessite des convexités, or son application crée de l’aplatissement... Un vrai tonneau des Danaïdes !

23Il y a dans cette question les ferments d’un débat non résolu, car il s’agit bel et bien d’une faculté cognitive (prédétermination à long terme, planification, complexité) que l’on mobilise pour en inférer un stade évolutif de l’hominisation (cf. de Beaune, chap. I. 1 du présent volume). Entre technique « construite », fortement anticipée, et application « d’algorithmes simples », Jacques Pelegrin, par exemple (2004), voit une ligne de rupture cognitive, alors qu’elle nous semble beaucoup moins radicale, puisqu’il y a de l’application d’algorithmes dans des schémas élaborés et qu’il y a du savoir-faire idéatoire, même peu, dans des schémas plus simples. Qui plus est, nous ne situons pas cette « ligne de rupture » en amont de la technogenèse Levallois, souvent intégrée à la même catégorie cognitive que le débitage laminaire de type « Paléolithique supérieur », et l’on voit, là aussi, de fortes implications archéologiques puisque se joue à cet endroit une distinction biologique et/ou culturelle majeure, entre Homo neanderthalensis et Homo sapiens ; c’est dire si la question est d’importance.

24Les apprentissages magdaléniens confortent l’idée qu’il faut sans doute nuancer nos conceptions sur la planification cognitive (voir aussi Valentine Roux, infra ; Relieu, Salembier & Theureau, 2004 ; Roux & Bril, 2005). Nul ne doute que les débitages magdaléniens d’Étiolles représentent le summum des difficultés techniques pour un débitage de lames : matériaux très grands, désir de productivité et donc nécessaire stabilité de la performance sur le long terme de la chaîne opératoire, connaissance d’un large spectre de solutions techniques très interactives, emploi d’une percussion directe – lancée – et d’un percuteur tendre organique, nécessaire automatisation motrice de gestes difficiles – en force, énergie adaptée et précision de l’impact. Pourtant, les productions laminaires offrent une belle variabilité morphologique et aucune prédétermination d’un gabarit particulier des lames n’a pu être observée (sinon des aspects de longueur, voire de massivité). Cette prédétermination aurait été très coûteuse, voire impossible, étant donné que « les contraintes du débitage sont si fortes que, à ce niveau, les marges du choix sur la morphologie du produit sont très minces » (Pigeot, 1991a). La prédétermination planifiée à long terme paraît inutile puisque c’est le schéma technique, dès sa conception, qui prend en charge les éventualités futures, celles de situations particulières et inutiles à prévoir qui détermineront un choix circonstancié des gabarits. Ce qui est prédéterminé, c’est que les choix se feront au fur et à mesure, ou à la rigueur à la fin dans le lot diversifié des lames produites, mais non en amont des opérations de débitage.

25Des comparaisons avec les stratégies cognitives des sports ou des jeux seraient assez intéressantes à approfondir. Les échecs offrent un bon exemple comparatif. On évoque souvent à leur propos la prévision des coups calculés à l’avance (1, 2, 3..., n, selon les niveaux d’expertise des joueurs). En réalité, dans la cognition humaine, une telle combinatoire arborescente stricto sensu est impossible (on dit que Deep Blue, le célèbre ordinateur IBM qui fut opposé au champion du monde Garry Kasparov, pouvait calculer 200 millions de coups à la seconde...)· Dans les jeux stratégiques (et encore davantage dans le jeu de go, plus complexe que les échecs), la prédétermination humaine s’appuie évidemment sur du calcul, mais aussi sur des représentations globales de l’échiquier, visualisées et appréciées dans leur totalité et dans leur potentiel dynamique, en termes de position de force. Dans un processus technique complexe comme certaines opérations de taille des roches dures, la situation cognitive est assez comparable. Le cheminement du projet technique le long de la chaîne opératoire se présente comme l’évaluation d’une succession d’états et de représentations apprises. Ce faisant, l’artisan expérimenté sait qu’il saura agir opportunément et produire in fine le lot de lames globalement attendues.

Bibliographie

Bibliographie

Audouze, Françoise, 1987, «The Paris Basin in Magdalenian Times», in O. Soffer (dir.), Old World Pleistocene, New York, Plenum Press: 183-200.

Audouze, Françoise ; Schlanger, Nathan (dir.), 2004, Autour de l’homme. Contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, Antibes, APDCA.

Averbouh, Aline, 2000, « Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques : l’exemple des chaînes d’exploitation du bois de cervidé chez les Magdaléniens des Pyrénées », thèse de doctorat, université de Paris-1.

Balfet, Fiélène (dir.), 1991, Observer l’action technique : des chaînes opératoires, pour quoi faire ?, Paris, CNRS Éditions.

Bodu, Pierre, 1996, « Les chasseurs magdaléniens de Pincevent ; quelques aspects de leurs comportements », Lithic Technology, 21 (1) : 48-70.

Boëda, Eric, 1994, Le concept Levallois : variabilité des méthodes, mémoire du CRA 9, Centre national de la recherche scientifique.

–, 2005, « Paléo-technologie ou anthropologie des techniques ? », Arobase (www.univ-rouen.fr/arobase), 1 : 46-64.

C. R. A. (dir.), 1980, Préhistoire et technologie lithique, table ronde du 11-13 mai 1979 (org. J. Tixier), Sophia-Antipolis, centre régional de publications du Centre national de la recherche scientifique.

Caillé, Alain, 2004, « Marcel Mauss et le paradigme du don », Sociologie et sociétés, 36 (2) : 141-176.

Cresswell, Robert, 1976, « Techniques et culture, les bases d’un programme de travail », Techniques et culture, bulletin no 1 : 7-59.

Desrosiers, Sophie, 1991, « Sur le concept de chaîne opératoire », in Balfet (dir.), 1991 : 101-118.

Digard, Jean-Pierre, 2004, « Anthropologie des techniques et anthropologie cognitive », Etudes rurales : 169-170.

Guille-Escuret, Georges, 2003, « Efficacité technique, efficacité sociale. Le technique est-il dans le social ou face à lui ? », Techniques et culture, 40.

Julien, Michèle ; Rieu, Jean-Luc (dir.), 1999, Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, DAF 78.

Karlin, Claudine ; Bodu, Pierre ; Pelegrin Jacques, 1991, « Processus technique et chaînes opératoires. Comment les préhistoriens s’approprient un concept élaboré par les ethnologues », in Balfet (dir.), 1991 ; 101-118.

Karlin, Claudine, et al., 1993, «Some socio-economic aspects of the knapping process among groups of hunter-gatherers in the Paris Basin area», in A. Berthelet et J. Chavaillon (dir.), The Use of Tools by Human and non Human Primates. Actes du colloque de la Fondation Fyssen, Oxford, Oxford Science Publications: 318-340.

Karlin, Claudine ; Pigeot, Nicole, 1989, « Chasseurs-cueilleurs magdaléniens : l’apprentissage de la taille du silex », Le courrier du CNRS, 73 : 10-12.

Latour, Bruno ; Lemonnier, Pierre (dir.), 1994, De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte.

Lemonnier, Pierre, 1983, « L’étude des systèmes techniques, une urgence en technologie culturelle », Techniques et Culture, 1 : 11-34.

–, 1999, « Agir de concert : la coopération chez les Anga. (De la valeur heuristique d’un concept poussiéreux) », in J.-L. Jamard, A. Montiny et F. Picon (dir.), Dans le sillage des techniques. Hommage à Robert Cresswell, Paris, L’Harmattan : 349-368.

–, 2004, « Mythiques chaînes opératoires », Techniques et culture, 43/44.

Leroi-Gourhan, André, 1943, Évolution et technique. I. L’homme et la matière, Paris, Albin Michel.

–, 1945, Évolution et techniques. II. Milieu et techniques, Paris, Albin Michel.

–, 1964, Le Geste et la parole. I. Technique et langage, Paris, Albin Michel.

–, 1965, Le Geste et la parole. IL La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan, André ; Brezillon, Michel, 1966, « L’habitation magdalénienne no 1 de Pincevent, près de Montereau (Seine-et Marne) », Gallia Préhistoire, 9 : 263-371.

–, 1972, « Fouilles de Pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien (la section 36) », VIIe suppl. à Gallia Préhistoire.

Mauss, Marcel, 1923-1924, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année sociologique, seconde série : 143-279.

Olive, Monique ; Pigeot, Nicole, 1992, « Les tailleurs de silex magdaléniens d’Étiolles : vers l’identification d’une organisation sociale complexe », in M. Menu et P. Walter (dir.), La pierre préhistorique, séminaire du laboratoire de recherche des Musées de France (13-14 décembre 1990) : 173-185.

Olive, Monique ; Valentin, Boris (dir.), 2006, « Variabilité des habitats tardiglaciaires dans le Bassin parisien et ses alentours : quelles significations ? », Bulletin de la Société préhistorique française, 103 (4)

Pelegrin, Jacques, 1991, « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain, 16.

–, 1993, « A framework for analysing prehistoric stone tool manufacture and a tentative application to some early stone industries », in A. Berthelet et J. Chavaillon (dir.), The Use of Tools by Human and non Human Primates. Actes du colloque de la Fondation Fyssen, Oxford, Oxford Science Publications : 302-314.

–, 2004, « Le milieu intérieur d’André Leroi-Gourhan et l’analyse de la taille de la pierre au Paléolithique », in Audouze et Schlanger (dir.), 2004 : 149-162.

Perriault Jacques, 1993, «The transfer of knowledge within the craft industries and trade guilds», in A. Berthelet et J. Chavaillon (dir.), The Use of Tools by Human and non Human Primates. Actes du colloque de la Fondation Fyssen, Oxford, Oxford Science Publications: 341-350.

Pigeot, Nicole, 1986, « Apprendre à débiter des lames : un cas d’éducation technique chez des Magdaléniens d’Étiolles », Bulletin de la Société préhistorique française, 83 : 67-69.

–, 1987, « Magdaléniens d’Étiolles : économie de débitage et organisation sociale », XXVe suppl. à Gallia Préhistoire.

–, 1990, « Technical and social actors in Prehistory : flintknapping specialists and apprentices at Magdalenian Étiolles », Archaeological Review from Cambridge, 9 (1) : 126-141.

–, 1991a, « Entre nature et culture. Valeur heuristique de la technologie lithique par des approches systémiques et cognitives », mémoire d’habilitation à diriger des recherches, université de Paris-I.

–, 1991b, « Réflexions sur l’histoire technique de l’homme : de l’évolution cognitive à l’évolution culturelle », Paléo, 3 : 167-200.

– (dir.), 2004, « Les derniers Magdaléniens d’Étiolles. Perspectives culturelles et paléohistoriques (l’unité d’habitation Q31) », XXXVIIe supplément à Gallia Préhistoire.

–, 2010, « Éléments d’une organisation sociale magdalénienne à Étiolles. Du savoir-faire au statut social des personnes », in Zubrow, Audouze et Enloe (dir.), 2010.

Ploux, Sylvie, 1989, « Approche archéologique de la variabilité des comportements techniques individuels : les tailleurs de l’unité 27-M89 de Pincevent », thèse de doctorat, université de Paris-X.

Relieu, Marc ; Salembier, Pascal ; Theureau, Jacques, 2004, « Introduction au numéro spécial “Activité et Action/Cognition Située” », @Activités, 1-2.

Roux, Valentine; Bril, Blandine (dir.), 2005, Stone Knapping: the Necessary Conditions for a Uniquely Hominin Behaviour, Cambridge, The MacDonald Institute for Archaeological research.

Schlanger, Nathan, 1991, « Le fait technique total », Terrain, 16.

–, 2004, « “Suivre les gestes, éclat par éclat” – la chaîne opératoire d’André Leroi-Gourhan », in Audouze et Schlanger (dir.), 2004 : 127-148.

Simon Don, Gilbert, 1989 [1958], Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Taborin, Yvette (dir.), 1994, Environnements et habitats magdaléniens dans le centre du Bassin parisien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, DAF 43.

Tixier, Jacques, 1967, « Procédés d’analyse et questions de terminologie dans l’étude des ensembles industriels du Paléolithique récent et de l’Épipaléolithique en Afrique du Nord-Ouest », in W.W. Bischop et J.D. Clark (dir.), Background to Evolution in Africa, Chicago/Londres, The University of Chicago Press : 771-820.

Valentin, Boris, 2008, Jalons pour une paléohistoire des derniers chasseurs (XIVe-VIe millénaire avant J.-C.), Paris, Publications de la Sorbonne.

Valentin, Boris ; Bodu, Pierre ; Christensen, Marianne (dir.), 2000, L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire, actes de la table-ronde internationale de Nemours (14-16 mai 1997), Nemours, Éditions APRAIF.

Zubrow, Ezra; Audouze, Françoise; Enloe, James (dir.), 2010, The Magdalenian Household: Unraveling Domesticity, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Il s’agit des recherches personnelles que l’auteur de ce texte a menées sur les Magdaléniens du Bassin parisien à Étiolles (Essonne) depuis la fin des années 1970 (voir une synthèse récente de ces questions sur l’intérêt systémique et cognitif des faits techniques dans Pigeot, 2004, 2010).

2 « Mauss, le neveu mais surtout l’héritier spirituel et institutionnel de Durkheim [...] reste catalogué avant tout comme ethnologue ou anthropologue si bien

3 « Alors que cette sous-discipline est en plein essor dans les pays anglo-saxons (du fait surtout de l’archéologie), elle est aujourd’hui, chez nous, presque à l’abandon. Les raisons de cette désaffection ne semblent guère avoir changé depuis vingt ans : mépris général pour la culture technique, poids des modes intellectuelles, hiérarchisation implicite des sujets d’investigation en sujets nobles (les activités de l’esprit) et sujets ignobles (les activités manuelles), faible rentabilité en termes de carrière universitaire... » (Digard, 2004). qu’il est à peu près totalement oublié par toutes les histoires de la pensée sociologique [...] alors qu’il mériterait d’y figurer au premier rang » (Caillé, 2004).

4 Lemonnier, 2004 : « Seuls les archéologues font un usage constant des problématiques et instruments développés par Balfet et Cresswell dans la ligne de Leroi-Gourhan. »

5 « [dans le cas de la technique Levallois] la notion de prédétermination du produit n’est pas directement opérante. Dans les modalités récurrentes à éclats, on est finalement dans une situation assez proche de celle du discoïde (produit n + 10 peu prédéterminé à l’extraction du produit n ou n +1) » (Pigeot, 1991b).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La difficulté des techniques laminaires appliquées aux très grands matériaux en silex local d’Etiolles (ill. Nicole Pigeot).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/14554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 2 – Un modèle d’espace social sur l’un des sols d’habitation d’Étiolles (l’unité Q31) (ill. Nicole Pigeot).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/14554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

Auteur

Nicole Pigeot (préhistoire), professeur à l’université de Paris-I – Panthéon-Sorbonne, archéologie et sciences de l’Antiquité, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (Nanterre).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540