Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie cognitive

 | 
René Treuil

II. Les modes de communication

4.– L’invention de l’écriture

Jean-Jacques Glassner

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une adaptation d’un article paru dans L’Homme 192 (oct.-nov. 2009) : 7-22, sous le ti (...)
  • 2 Où les signes figurent des mots entiers.

1L’écriture est inventée quatre fois en des temps, des lieux et des environnements sociaux différents1. On entend par invention le procès de création d’un objet qui n’existait pas au préalable. En l’état des connaissances, la plus ancienne écriture remonte au xxxive siècle en pays de Sumer, dans la Mésopotamie méridionale ; l’Égypte suit quelques décennies, peut-être un siècle, plus tard ; le tour de la Chine ne vient qu’au xiiie siècle, celui des Mayas du Yucatán au iiie (toutes ces dates s’entendent avant l’ère commune). Ces quatre écritures ont en commun d’être des systèmes mixtes, tout à la fois logographiques2 et phonétiques.

2L’événement apparaît comme un fait culturel majeur. L’effort consenti pour la créer montre que l’on est en présence de l’une des grandes aventures intellectuelles de l’histoire de l’humanité, qui conduit l’homme à une méditation sur les mots de sa langue et ceux de la langue d’autrui ; partant, elle l’entraîne aussi dans une réflexion renouvelée sur son environnement, le cosmos, la nature et la société. De nature à pérenniser la parole, elle fait figure d’entreprise démiurgique, permettant de défier la mort elle-même. C’est donc sans surprise qu’elle suscite rapidement un phénomène d’imitation. Sur le plateau iranien, l’écriture dite proto-élamite se déploie immédiatement en s’inspirant de l’écriture mésopotamienne. Il n’est pas impossible que l’Égypte emprunte le concept à la Mésopotamie, et l’on aimerait en savoir davantage sur l’écriture de l’Indus, encore enveloppée dans son voile de mystère et qui pourrait avoir vu le jour dès le début du IIIe millénaire. Semblablement, le concept d’écriture a pu gagner la Chine à partir du Proche-Orient (Bottéro, 2004). Au Yucatán, trois populations parlant des langues voisines mais différentes adoptent très vite l’écriture maya.

3L’écriture alphabétique, pour sa part, n’est inventée (on entend ici par invention l’acte qui consiste à organiser sur un mode inédit un objet préalablement connu) qu’une seule fois, par les Cananéens, sur la rive orientale de la mer Méditerranée, au cours du premier tiers du IIe millénaire. Tous les alphabets connus s’en inspirent, même au prix de longs détours.

La question des origines

4D’Aristote à Warburton, Condillac et Hegel, les philosophes ne voient dans l’écriture qu’un sous-produit, la banale transcription graphique d’un message oral. Depuis F. de Saussure, les linguistes leur emboîtent le pas, croyant progresser dans la connaissance en l’excluant du champ de la linguistique et en la rattachant exclusivement à la sémiologie. Ces prises de position répétées ont conduit à reconnaître en elle l’héritière directe des premières représentations figurées imaginées par l’homme.

5Depuis l’apparition de l’Homo sapiens, l’homme préhistorique, rompant l’unité du corps et du langage, se livre à un « graphisme médité », ne cessant de dessiner, de peindre, de graver, de sculpter. Au sein de cette ample production et dans le sillage d’André Leroi-Gourhan, on identifie la présence de mythogrammes, des images plastiques notant des représentations mentales complexes. Cette mythographie est souvent présentée comme une première ébauche d’écriture.

6Après la découverte du Nouveau Monde et de ses habitants, conquérants, érudits et administrateurs sont confrontés à une réalité qui s’impose à eux : les Indiens écrivent, même si les signes de leurs écritures demeurent indéchiffrables. Il faut attendre 1937 pour voir David Diringer trancher, pour la majorité de ces écritures, en faveur d’une pictographie. Or, celle-ci a mauvaise réputation. Réduite à peindre les seuls objets concrets dont elle veut parler, elle est limitée dans sa capacité à transcrire des messages et apparaît comme une mnémotechnique, une notation embryonnaire qui ne se réfère pas à la forme phonique de l’énoncé et se tient à distance de la langue parlée, voire l’ignore complètement, comme un outil voué à l’échec parce qu’incapable de véhiculer la moindre information, requérant « la même personne pour (le) coder et pour (le) décoder » (Jack Goody). James Février la qualifie d’écriture synthétique, Ignace J. Gelb d’avant-courrier de l’écriture ; d’aucuns veulent voir dans la plus ancienne écriture mésopotamienne un ultime exemple de ce mode d’expression (Bottéro, 1982).

7Une variante de cette thèse voit l’écriture prendre naissance, toujours dans le sillage de Leroi-Gourhan, dans des procédures de mémorisation des valeurs numériques. Les travaux de Denise Schmandt-Besserat sont au cœur des réflexions sur ce thème. Cet auteur postule qu’elle serait née d’une pratique comptable plusieurs fois millénaire et elle s’attache à montrer que les signes de l’écriture mésopotamienne sont les répliques fidèles, mais en deux dimensions, d’un système de pictogrammes ou jetons à trois dimensions, des calculi, en usage dans l’ensemble du Proche et du Moyen-Orient entre le IXe et le IVe millénaire. Malgré ses efforts, elle échoue dans sa tentative de démonstration (Glassner, 2000). Il n’empêche, au sein de la laborieuse construction qu’elle échafaude, il existe, à partir du milieu du IVe millénaire, un noyau dur composé d’un petit nombre de jetons qui sont groupés dans des bulles-enveloppes en argile et qui sont d’incontestables calculi. En toute logique, on peut être tenté d’y voir les ancêtres des signes de l’écriture mésopotamienne réservés à la notation des nombres. En l’état des sources, la comparaison entre les marques numérales et les calculi, lorsqu’elle est possible, fait toutefois apparaître un défaut de correspondance entre la silhouette des premières et la forme des seconds.

  • 3 Faisceau de cordelettes dont les nœuds ou les couleurs sont dotés de significations.

8Les jugements portés sur la pictographie résultent de l’absence d’étude sérieuse à son propos. On sait, aujourd’hui, grâce à une longue enquête ethnographique (Severi, 2007), que l’on est en présence d’un art particulièrement raffiné de contrôle de la mémoire orale au moyen de la mémoire visuelle dans des sociétés sans écriture. Dans le cadre de l’apprentissage d’un récit, il dispose les images de manière parallèle à l’organisation des mots appris par cœur, il est « la partie graphique d’une technique mémorielle : le parallélisme ». Les récits mémorisés le sont, en effet, selon deux méthodes solidaires : d’une part, l’apprentissage par cœur des mots et des sons, d’autre part, celui de séries de dessins qui répondent à des conventions précises exigeant le recours à l’apprentissage d’un code. En un mot, loin d’être une écriture échouée, la pictographie est un dispositif mnémotechnique parfaitement achevé. Comme il a été maintes fois souligné, elle se propose d’elle-même comme l’ancêtre de la bande dessinée dépourvue de phylactères. Dans l’Orient ancien, c’est principalement dans la glyptique que l’on découvre le mode de représentation le plus proche. Il est peut-être possible de rattacher à la pictographie, mais sans certitude aucune faute d’interprétation assurée des signes, le décor des pierres gravées de Jerf el-Ahmar, en Syrie du Nord (Xe millénaire ; Stordeur & Jammous, 1995), la présence conjointe et répétée d’un serpent et d’un aigle pouvant faire allusion à des récits amplement diffusés dans tout l’Orient. Sur le continent américain, on compte les khipu3 dans ses rangs (Déléage, 2007). De tels arts de la mémoire se perpétuent jusque dans l’Europe du xviiie siècle ; on pense à l’art combinatoire de Raymond Lulle, aux images de Giordano Bruno ou à la mécanique de Leibniz.

9Quant à la thèse de l’origine comptable de l’écriture, elle a pour point de départ un double postulat dont la pertinence est contestable : les inventeurs sont avant tout préoccupés par la satisfaction de leurs besoins élémentaires (Février, 1948) ; les registres de comptes ne peuvent être tenus oralement (Jean, 1987). Observant que 90 % des sources mésopotamiennes du IVe millénaire sont d’ordre comptable et que 90 % des sources chinoises du xiiie siècle sont de nature divinatoire, l’assyriologue Jerrold Cooper (2004) conclut que l’écriture mésopotamienne est inventée dans une perspective comptable alors que l’écriture chinoise ne l’est pas dans un but divinatoire. Il argue du fait que les textes chinois ne font que commenter a posteriori des consultations qui les ont précédés, alors que les documents comptables mésopotamiens accompagnent l’apparition de l’État. Mais les faits sont têtus, les documents comptables mésopotamiens ne font, dans leur grande majorité, que décrire des opérations qui leur ont préexisté, leur sont étrangères et auxquelles ils sont subordonnés ; en outre, les plus anciens documents comptables ont été trouvés dans des maisons privées situées dans des villes basses, au pied des acropoles, des lieux où les élites sociales sont absentes ; il s’agit de textes à caractère juridique, accompagnant des contrats dont ils notent les éléments pertinents. L’origine comptable de l’écriture reste donc à prouver.

10Au total, à l’horizon de la mythographie ou de la pictographie, ce n’est pas l’écriture qui est à mettre en perspective, mais l’image figurative. Certes, les inventeurs de l’écriture ont puisé dans le répertoire des signes et des objets qui leur étaient familiers l’inspiration pour concevoir leur propre corpus. Mais ce serait une erreur de croire que ces mêmes signes produits antérieurement et hors du champ de l’écriture contiennent celle-ci en germe. Cette approche serait heuristiquement inepte puisqu’elle conduirait à confondre l’histoire des formes visuelles avec l’instauration d’un système ; or il est indispensable de distinguer entre l’identité d’un dessin en tant que marque visuelle et la valeur qu’il acquiert lorsqu’il est intégré dans un système d’écriture. La difficulté est grande puisqu’il n’existe aucun critère définitif qui permette de séparer un signe graphique d’un signe plastique, les signes ayant l’identité dont leurs auteurs les créditent (Eco, 1992).

11Une inconnue subsiste néanmoins. Dans le cas de la Mésopotamie, en l’état des connaissances, le registre des signes numéraux se distingue dans sa conception et dans sa forme, également par sa possible antériorité, du corpus plus vaste des autres signes d’écriture. Semblablement, en Méso-Amérique, les Olmèques se servent, dès le IIe millénaire, d’une grammaire de glyphes pour représenter des données de type calendaire. L’invention de l’écriture se serait-elle faite en deux étapes et le codage des nombres aurait-il joué, selon l’intuition de Leroi-Gourhan, un rôle d’initiateur ? Il n’y a pas à cette question de réponse assurée. Il est toutefois permis d’émettre des doutes. S’agissant des Olmèques, les spécialistes se montrent réticents. Quant à la Mésopotamie, l’un des systèmes métrologiques en usage lors de la première phase de l’écriture se sert déjà d’un graphème issu du corpus général des signes (système dit « EN » : Green & Nissen, 1987).

12On avance parfois l’argument que les plus anciens textes mésopotamiens ne sont ni lisibles, ni intelligibles et qu’écrits dans une « écriture nucléaire » ils ne sont pas autre chose que des aide-mémoire, de la pictographie. Considérons deux documents découverts dans la même ville d’Uruk. Le premier ne contient qu’une notation numérale : six petits cercles, une encoche avec un cercle inscrit, enfin trois encoches ; il est à lire 6 bùr i èshe 3 iku. Le choix des signes et leur ordre de succession montrent que l’on est en présence du système métrologique utilisé pour la mesure des surfaces ; le total représente une surface d’un peu plus de quatre hectares. Le second s’ouvre par la formule introductive u4 ad sag.ki u4 ad.halabgal du, « lorsque les avis et les commandements divins (furent offerts), à ce moment-là le savoir secret des experts fut apporté ».

13Aucun de ces deux exemples ne s’offre à une lecture paraphrastique aléatoire et les messages linguistiques qu’ils transmettent sont parfaitement clairs. Il faut cependant garder en l’esprit qu’il existe un écart entre la signification linguistique d’un énoncé qui demeure constante et la proposition qu’il exprime, laquelle peut subir des modifications. De fait, pour bien comprendre un énoncé, il faut identifier l’objet dont il parle, connaître le contexte, la situation référentielle qui donne sens. Or, toute écriture, quelle qu’elle soit, est de nature à effacer le contexte et c’est au lecteur de faire effort pour reconstituer la proposition conformément à l’intention du scripteur (Sperber & Wilson, 1989). Dans les exemples qui nous occupent, la distance dans le temps, la méconnaissance d’une partie du code, la perte définitive d’informations contextuelles, rendent la tâche du lecteur moderne d’une extrême difficulté et le réduisent à formuler des hypothèses. Toutefois, le premier document a été découvert dans une maison privée, au sein de la ville basse d’Uruk, et il ne peut donc s’agir avec lui que d’un texte qui accompagne une cession, une acquisition ou une transmission d’un bien foncier ; il offre les traits caractéristiques les plus remarquables de la communication écrite, c’est un texte que la langue parlée ne peut qu’ignorer, le système d’écriture n’ayant besoin ni de la syntaxe correspondante, ni d’aucun système de vocalisation pour devenir un moyen de communication efficace. Le second document, en réalité non moins de trente-six tablettes ou fragments découverts dans des fosses, se trouve être le plus ancien exemplaire d’un texte lexicographique à caractère scolaire dont le contenu est copié à l’identique et enseigné pendant un millénaire et demi ; pour mémoire, les graphies syllabiques de certains mots et la présence de certains marqueurs syntaxiques contribuent à montrer que les inventeurs de l’écriture mésopotamienne sont les Sumériens (Glassner, 2000).

Définition et typologie des écritures

14Il existe deux types de représentations picturales, l’un qui n’a besoin d’aucune justification linguistique, le second qui est accroché à la langue. L’écriture appartient au second, elle qui se situe précisément à l’intersection de ces deux plans de l’activité cognitive que sont l’image et la parole et qui relève de manière définitoire de la linguistique et de la sémiologie, se distinguant ainsi de toutes les autres formes d’expression visuelle (Christin, 1995). Avec elle, l’homme passe par les mots et les sons de la langue pour exprimer sa pensée.

  • 4 Signe dans lequel un graphème dénote une unité linguistique signifiante.

15Les quatre premières écritures sont des systèmes mixtes, usant de morphémogrammes4 et de phonogrammes, les graphèmes notant alternativement des mots ou des syllabes.

16Si le fonctionnement de la voix se fait dans la continuité des sons émis, inversement, la production du sens, c’est-à-dire la séparation des mots les uns des autres, se fait par leur mise en discontinuité. Les inventeurs de l’écriture détachent la parole du corps humain en la rendant visible sur un support extérieur et découpent non seulement les mots, mais aussi, telle est la grande nouveauté, les syllabes. Nonobstant, ce détachement n’est pas total : Quintilien le professait déjà, on a toujours besoin d’un critère non visuel pour définir une graphie et ce critère, c’est le nom ; c’est lui qui permet d’identifier le signe et de l’enseigner ; or, les textes lexicographiques mésopotamiens du IVe millénaire tendent déjà à le montrer, les noms sont aussi anciens que les signes eux-mêmes. Quant à la syllabe, les cognitivistes nous enseignent que sa perception va de soi et que l’analyse syllabique d’un mot se pratique de manière naturelle (Segui, 2004). Abdoulaye Barry (1986) a montré, pour sa part, en étudiant les jeux de mots en langue bamanan – les Bamanans ignorent l’écriture-, comment les formes ludiques que sont, par exemple, les contrepèteries, manifestent une connaissance solide de la structure phonologique d’une langue.

17Même si, dans un premier temps, il demeure limité, le recours au phonétisme est présent dès les premiers moments de l’écriture ; il se manifeste, aussi bien en Mésopotamie qu’en Égypte, en Chine et en Méso-Amérique, dans l’utilisation du rébus pour la notation de mots homophones, dans la création de signes composés de plusieurs sous graphies dont l’une a une valeur phonétique conçue pour en indiquer la prononciation, dans le recours au monnayage syllabique pour la notation de mots polysyllabiques.

18En d’autres termes, on parle d’écriture lorsqu’un corpus de signes faisant système ne se satisfait pas de la seule notation des mots, mais lorsqu’il intègre un niveau d’analyse de la langue visant à faire apparaître des unités phoniques à côté des unités morphologiques. L’écriture égyptienne se singularise en ce qu’elle isole très rapidement les consonnes, une particularité qui résulte de la mise en application du principe de l’acrophonie, un signe se voyant attribuer la valeur phonique de la première consonne du mot qu’il transcrit, et l’écriture chinoise se distingue par la volonté de ses inventeurs de rendre compte également de la structure syntaxique de la langue. Pour mémoire, les marques de potiers ou de maçons sont des signes qui se suffisent à eux-mêmes et qui n’ont nul besoin de se joindre à d’autres ; elles ne forment pas système, leur réunion n’étant jamais que la somme de marques individuelles. Quant aux « scories » du type des tablettes de Tărtăria et dont l’archéologie multiplie les découvertes, dans l’ignorance de tout contexte, elles ne peuvent faire l’objet que d’interminables élucubrations.

19Dans ce sens, l’invention marque donc une rupture avec ce qui précède. Elle suppose un complexe de problèmes, un concept qui est la condition même de son existence et qui a la particularité de n’être perceptible qu’avec elle. Elle résulte de la mise en œuvre de ce concept, cette représentation mentale faite elle-même d’une pluralité de concepts, de démarches et de pratiques. Où l’on découvre qu’elle ne peut se précéder elle-même et que l’on ne peut parler ni de pré-ni de proto-écriture.

  • 5 On parle d’acrographie lorsqu’un signe d’écriture prend pour valeur celle du son initial du mot qu (...)

20Mais ne nous y trompons pas. Cherchant à autonomiser l’aspect phonétique, la linguistique a longtemps considéré que la véritable question posée aux inventeurs était celle de la perception des sons. Or, il n’en est rien, car la syllabe n’est pas seulement présente comme unité phonique ; étant premièrement liée à une signification, elle est aussi l’outil le plus simple capable de produire du sens (Vygotski, 1997). Le traitement des homophones par l’écriture sumérienne en est un bel exemple, qui montre que les unités phoniques informent sur le sens : le son [du], selon qu’il rend les verbes homophones « marcher », « fabriquer », « fabriquer », « heurter », « ouvrir », « être bon » ou « parler », est à chaque fois écrit à l’aide d’un signe différent. L’écriture sumérienne est donc orthographique. Dans un autre registre, celui de l’acrographie5, l’attention portée à la syllabe initiale dans l’écriture d’un mot, si elle informe sur le son, correspond aussi au code d’accès au lexique ; ainsi, dans la séquence suivante, extraite d’une source lexicographique sumérienne composée dès l’invention de l’écriture et enseignée dans les écoles pendant plus d’un millénaire (Englund & Nissen, 1993) :

gal.shita
NUN :ME
gal :kin
GAL :TE
gal.sukkal

21Il s’agit d’un groupe de noms de fonctions dont la notation par écrit débute, à l’exception d’un seul, par le signe GAL. Le premier désigne un grand prêtre, le dernier le responsable d’une équipe de messagers. Pour le troisième titre, à lire kingal, le chef d’une assemblée de notables, l’ordre des graphies contredit l’ordre des unités phonétiques, l’écriture ne visant pas à reproduire nécessairement la suite des sons se succédant dans la langue orale. Le quatrième terme est noté au moyen de deux sous-graphies, la seconde consistant dans un élément phonétique signalant la prononciation du début du mot, le signe GAL étant à lire tiru, un titre de courtisan (on relève, au passage, qu’il s’agit d’un mot de la langue akkadienne, l’écriture inventée par les Sumériens étant immédiatement apte à noter des mots dans une langue étrangère). Quant au signe composé des deux sous-graphies NUN et ME, il figure dans ce contexte puisqu’il se lit abgal, « expert », la seconde syllabe étant prononcée [gal]. Bref, l’organisation des titres et des fonctions répond à des critères qui sont tout à la fois graphiques, lexicographiques et phoniques (Glassner, 2000 ; Segui, 2004).

22Stanislas Dehaene (2007) justifie le recours à un système logophonique qui lui semble le meilleur compromis possible : « J’y vois la rencontre entre plusieurs contraintes, liées à notre mémoire, à notre langue, ainsi qu’à la connectivité de notre cerveau. D’une part, un système [...] purement logographique, où chaque mot possèderait son propre symbole, serait impossible à mémoriser en un temps raisonnable [...]. Inversement, la notation du son seul ne peut suffire : dans la plupart des langues, il y a tant d’homonymes [...] que l’écriture phonologique pure souffrirait d’immenses ambiguïtés et deviendrait comparable au patient décodage d’un rébus [...]. Le meilleur compromis semble donc consister en un système mixte, qui mélange des éléments de son et de sens. [...] La connectivité particulière de [...] (la) région visuelle (à savoir la région occipitotemporale ventrale) sert de pivot capable de distribuer les informations phoniques et sémantiques de l’écriture. »

  • 6 Signe représentant un mot entier.

23L’invention de l’alphabet se produit en milieu de parler sémitique, un fait qui n’est pas sans conséquences. Dans ces langues, en effet, les mots sont formés d’une racine lexicale consonantique qui est stable et donne le sens, les voyelles remplissant une fonction grammaticale ; les signes dénotant la sonorité des consonnes, il suffit d’écrire les consonnes de la racine et le lecteur averti sait reconstituer l’énoncé vocalisé attendu. L’analyse des graphies montre que les signes choisis dérivent de signes hiéroglyphiques égyptiens, mais la valeur qui leur est attribuée est originale, elle représente la première consonne du mot sémitique qui traduit le mot égyptien dont le hiéroglyphe est le correspondant. Au plan sémiologique, il y a donc emprunt ; au plan linguistique, il est fait appel à deux procédures, la traduction et l’acrophonie. On relève toutefois que dans une inscription sémitique ancienne un signe a conservé sa valeur de logogramme6 pour dire un mot entier, comme si le graphème continuait, provisoirement, à traduire et le mot et le son (Colless, 1990).

24Les alphabets consonantiques sémitiques qui se composent d’un nombre variable de signes, entre 22 et 29, sont les ancêtres de l’alphabet grec, emprunté aux Phéniciens vers 800 av. J.-C. et dont les auteurs fabriquent leurs voyelles à partir de quelques-unes des consonnes. Témoin insolite de l’emprunt, on observe que, dans certaines inscriptions archaïques, la voyelle d’une syllabe peut ne pas être notée si elle a le même timbre vocalique que celle qui, dans l’abécédaire oral, permet l’articulation de la consonne (Wachter, 1991).

25Comme dans le cadre des écritures mixtes, les graphèmes ne renvoient pas exclusivement, dans les alphabets, aux sons de la langue, ils renvoient aussi aux termes du lexique ; cela apparaît clairement dans le cas des alphabets consonantiques sémitiques ou dans la notation du français et son orthographe étymologique.

Ressemblance ou arbitraire

26Depuis Aristote, plus encore depuis Port-Royal et, plus récemment, Ferdinand de Saussure, on juge que le lien entre le signe linguistique et son référent est arbitraire. Depuis lors, Émile Benveniste (1966) a montré que, puisqu’il n’y a de pensée structurée qu’exprimée par des mots, le concept est forcément identique au mot, c’est-à-dire à l’ensemble phonique qui l’exprime. Dans le cas de l’écriture, on peut postuler qu’il en va de même entre le concept et le graphème.

27Pour leur part, les Mésopotamiens croient que le réel est assigné dans le terme qui l’exprime. Cette affirmation mérite explication. La langue n’est pas une réplique exacte des choses et il n’y a pas identité entre les mots et les choses. Cependant, et comme le souligne le vieil adage médiéval veritas est adaequatio verbi et rei, « la vérité se trouve dans l’adéquation entre le mot et la chose » (Ricœur, 1975), il y a un ajustement qui fonde une ressemblance entre les mots et les choses. Si ressemblance il y a, ce n’est pas parce que le référé et le référent sont identiques, mais parce qu’ils partagent certaines propriétés communes. Ces mêmes Mésopotamiens perçoivent très vite que le sens naît, en réalité, du signe graphique, les mots de la langue devenant comme prisonniers des signes d’écriture (Bottéro, 1977).

28Or, toujours en Mésopotamie, les inventeurs de l’écriture motivent les choix des graphèmes qui sont à leurs yeux les marques visibles de ressemblances invisibles et cherchent les raisons qui font qu’ils désignent ce qu’ils signifient (Glassner, 2000). Il en est de même en Chine (Bottéro, 1996 et 2004). Les exemples montrent que ces motivations répondent à des rapports approximatifs ou des similarités partielles. En son temps, Jean-François Champollion (1836), le déchiffreur des hiéroglyphes, proposa une typologie des signes qui est toujours d’actualité, distinguant les graphèmes qui représentent directement le réel de ceux qui le représentent par synecdoque, en peignant la partie pour le tout, par métonymie, en notant la cause pour l’effet ou réciproquement, par métaphore ou par énigmes, en jouant de similitudes enfouies et en ayant recours à la fable sociale, par rébus, enfin, en faisant intervenir le phonétisme dans le cas de mots homophones. La variété des procédures a conduit à créer une nomenclature complexe pour désigner les graphèmes. Ainsi parle-t-on dans le plus grand désordre de pictogramme, d’idéogramme ou de logogramme, chaque auteur proposant une définition différente pour les deux premiers termes. Face à cette imprécision, les spécialistes tendent aujourd’hui à privilégier l’emploi du mot logogramme, celui-ci pouvant être polysémique.

29Le simple tracé d’un graphème permet, nous dit-on, une identification directe d’un référentiel exprimé par un mot : une tête humaine vue de profil dénote une tête, soit le mot sag en sumérien. Dans ce cas, Marcel Cohen (1953) parle de pictogramme-signe, afin de le distinguer des pictogrammes et de la pictographie ; dans le langage de Pierce, on parlerait de signe iconique. La majorité des graphèmes, cependant, ne permet pas semblable identification. En pays de Sumer, la même tête de profil, déjà, peut désigner, par métonymie, un être humain du genre masculin (l’être humain de genre féminin est désigné par un triangle pubien). Il est fait appel, plus généralement, à une fable sociale usant de la métaphore pour expliciter la relation entre le référent et le référé. À Sumer, par exemple, l’association oiseau + œuf sert à traduire le verbe « enfanter » ; celle de montagne + femme dit « la servante, l’esclave ». Et l’on rencontre ailleurs des exemples similaires. Il ressort que ce n’est qu’une fois connue la signification du graphème que l’on peut adhérer à l’association d’idées. Dans le cas des signes polysémiques, les associations s’expliquent plus aisément ; ainsi, toujours à Sumer, le signe KA désigne-t-il tout à la fois la bouche, la dent, le nez, la parole et le verbe parler, soit, respectivement, en sumérien, les mots ka, zu, kiri, inim et du ; dans un autre registre, celui de la conjugaison d’un verbe où la prononciation de la racine peut être altérée, comme dans le cas du verbe du, « marcher », qui se prononce, selon le temps ou le mode considéré, du, gin, re ou su, on découvre autant de valeurs qui s’écrivent toujours au moyen du même signe DU, parfois dupliqué.

30Tel est le propre de l’analogisme, le mode de raisonnement dominant dans les sociétés où l’écriture est inventée, que de mettre en rapport des éléments discontinus mais ressemblants et d’être fondé sur cet écart parfois infime qui sépare le réel de sa représentation en même temps qu’il préserve dans l’un et l’autre registre la spécificité de chacun (Descola, 2005). Où l’on découvre qu’il n’y a pas de frontière étanche entre les divers types de graphèmes tels qu’ils sont identifiés depuis Champollion. Le pictogramme-signe n’est jamais qu’un cas extrême de ressemblance maximale.

31Il en va tout autrement dans les alphabets. Là, le répertoire des signes est considérablement réduit et ceux-ci ne sont plus utilisés pour noter des morphèmes, mais exclusivement des segments de la structure phonique. Cependant, et contrairement à une idée reçue, ils ne transcrivent pas, loin s’en faut, tous les sons de la langue (Todorov, 1972). Ils ne sont pas l’outil achevé des rêves de certains.

Conclusion

  • 7 Où un graphème dénote une unité linguistique signifiante.

32On ne peut donc plus se satisfaire de la vision téléologique de l’histoire de l’écriture qui faisait de notre alphabet latin, institué comme la meilleure écriture possible, le point ultime d’un processus de progrès qui avait pour point de départ une notation primitive et maladroite des choses ou des idées, une pictographie originelle réputée inintelligible et dont les signes auraient procédé d’une démarche ignorante de la langue, avant d’accéder, par maturation lente, à une première notation approximative de la langue parlée, plus tard à celle des sons, « la picturalité que représente l’écriture » ayant été lentement « asservie à la gestualité que représente la langue » (Calvet, 1996), avant de se muer, enfin, en un véritable système phonétique intégrant toute la dimension linguistique. On renonce donc à la vieille typologie des écritures. Le stade logographique ou morphémographique7 n’est pas documenté, sous réserve de confusion avec la pictographie (les pictogrammes pouvant fonctionner comme les occurrences d’un type, certains spécialistes ont cru y reconnaître des écritures) dont l’enquête ethnographique a démontré qu’elle relevait de sociétés sans écriture ; les systèmes dits syllabiques ne se sont jamais totalement défaits du recours à la logographie (Gelb, 1973). Deux types d’écritures demeurent donc : les écritures mixtes et les écritures phonétiques au rang desquelles se situent les alphabets (on inclut sous ce terme les alphasyllabaires : Salomon, 2000). Jusqu’à plus ample informé, les systèmes purement logographiques existants sont l’œuvre d’individus lettrés, dans des sociétés préalablement alphabétisées (ainsi les écritures micmac, testérienne ou andine, créées par des missionnaires ayant parfois trouvé l’inspiration dans les pictographies locales et les arts de la mémoire qu’elles illustrent, et qui furent en usage pendant plusieurs siècles ; communication personnelle de Pierre Déléage). Rappelons que ces derniers ne traduisent nullement tous les sons des langues. Aristote, déjà, n’était pas sans le savoir, lui qui assista à l’introduction de l’alphabet ionien à Athènes, en remplacement de l’alphabet attique ; les grammairiens latins n’ont eu de cesse de souligner que leur alphabet était une représentation insuffisante des éléments oraux et qu’il s’y trouvait, en outre, des lettres manquantes : le même signe servant à noter le [v] et le [u], pour ne retenir que cet exemple, l’empereur Claude imposa, pour la durée de son règne, l’usage du F renversé et au miroir pour noter le premier (Desbordes, 2007).

33Adoptant le point de vue du lecteur davantage que celui de l’inventeur et empruntant le vocabulaire de Louis Hjelmslev, Florian Coulmas (2003) propose une autre typologie et distingue entre les écritures plérémiques dont les signes enregistrent en même temps le sens et la forme linguistique, et les écritures cénémiques dont les signes sont dépourvus de sens et n’enregistrent que la forme linguistique. Ces deux types détermineraient-ils deux types de lectures, l’un requérant la connaissance de la langue et du contexte, l’autre non ? Les cognitivistes sont dubitatifs sur la pertinence de ce classement, car même si les modalités de lecture y sont variables, ils ne semblent pas générer de capacités spécifiques (Seidenberg, 1992).

34L’écriture appartient au monde de l’image autant qu’à l’univers des signes linguistiques. Ses signes se définissent selon une double relation qui autorise à la fois le renvoi au signifiant phonique et au signifié (Catach, 1985). Dans tous les cas, en se servant de l’espace qu’elle réconcilie avec le temps comme atout pour jouer tour à tour de la synchronie et de la diachronie, de la simultanéité et de la successivité, elle procède à un découpage des éléments qu’elle veut représenter en composantes jugées pertinentes.

35Le mystère de son invention demeure entier. On a vu quelle aide l’homme à se situer dans le monde, imposant ses critères dans le mode de classification du réel. On sait, depuis Platon, qu’elle sert à pérenniser, et Jack Goody a souligné, dans ses travaux, sa fonction cognitive, son aptitude à créer des possibilités inédites d’action sociale. Dès les lendemains de son invention, en Mésopotamie, elle se montre perturbatrice jusque dans ses usages minimaux comme la gestion, autorisant l’établissement de bilans et de balances de comptes qui permettent les anticipations et les calculs prévisionnels.

Bibliographie

Bibliographie

Barry, Abdoulaye, 1986, « Les jeux de mots en langue Bamanan », Mendenkan, Bulletin semestriel d’Études Linguistiques Mandé, 12.

Benveniste, Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Bottéro, Françoise, 1996, Sémantisme et classification dans l’écriture chinoise. Les systèmes de classement des caractères par clés du Sbuowen Jiezi au Kangxi Zidian, Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises 37, Paris, Collège de France.

–, 2004, « Writingon shell and bone in Shang China », in S. D. Houston (dir.), The First Writing. Script Invention as History and Process, Cambridge, Cambridge University Press.

Bottéro, Jean, 1977, « Les noms de Marduk, l’écriture et la “logique” en Mésopotamie ancienne », in M. de J. Ellis (dir.), Essays on the Ancient Near East in Memory of Jacob Joel Finkelstein, Hamden, Archon Books, 1977.

–, 1982, « De l’aide-mémoire à l’écriture », in A.-M. Christin (dir.), Écritures, systèmes idéographiques et pratiques expressives, Paris, Sycomore.

Calvet, Louis-Jean, 1996, Histoire de l’écriture, Paris, Plon.

Catach, Nina, 1985, L’Écriture et le signe plérémique, Modèles linguistiques VII/2, Lille, Presses universitaires de Lille.

Champollion, Jean-François, 1836, Grammaire égyptienne, ou principes généraux de l’écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée, Paris, Firmin-Didot Frères.

Christin, Anne-Marie, 1995, L’image écrite, Paris, Flammarion.

Cohen, Marcel, 1953, L’Écriture, Paris, Éditions sociales.

Colless, Brian E., 1990, «The Proto-alphabetic inscriptions of Sinai», Abr-Nahrain, 28.

Cooper, Jerrold S., 2004, «Babylonian beginnings: the origin of the cuneiform writing System in comparative perspective», in S. D. Houston (dir.), The First Writing, Script Invention as History and Process, Cambridge, Cambridge University Press.

Coulmas, Florian, 2003, Writing Systems, Cambridge, Cambridge University Press.

Dehaene, Stanislas, 2007, Les Neurones de la lecture, Paris, Odile Jacob.

Déléage, Pierre, 2007, « Les khipu : une mémoire locale ? », Cahiers des Amériques Latines, 54-55 : 231-240.

Desbordes, Françoise, 2007, Idées grecques et romaines sur le langage, Paris, ENS Éditions.

Descola, Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Diringer, David, 1937, L’Alfabeto nella Storia della civiltà, Florence, Barbera.

Eco, Umberto, 1992, La Production des signes, Paris, Le Livre de Poche.

Englund, Robert K. ; Nissen, Hans J., 1993, Die Lexikalischen Listen der Archaischen Texte aus Uruk, Berlin, Mann.

Février, James, 1948, Histoire de l’écriture, Paris, Payot.

GELB, Ignace J., 1973, Pour une théorie de l’écriture, Paris, Flammarion.

Glassner, Jean-Jacques, 2000, Écrire à Sumer. L’invention du cunéiforme, Paris, Seuil.

Goody, Jack, 1979, La Raison graphique, la domestication de la pensée sauvage, Paris, Editions de Minuit.

–, 1986, La Logique de l’écriture, Paris, Armand Colin.

Green, Margaret W. ; Nissen, Hans J., 1987, Zeichenliste der Archaischen Texte aus Uruk, Berlin, Mann.

Jean, Georges, 1987, L’écriture mémoire des hommes, Paris, Gallimard.

Leroi-Gourhan, André, 1964-1965, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel.

Ricoeur, Paul, 1975, La Métaphore vive, Paris, Seuil.

Salomon, Richard, 2000, «Typological observations on the Indic script group and its relationship to other alphasyllabaries», Studies in the Linguistic Sciences 30/1.

Saussure, Ferdinand de, 2002 [1916], Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Schmandt-Besserat, Denise, 1992, Before Writing, from Counting to Cuneiform, Austin, University of Texas Press.

Segui, Juan, 2004, « Perception du langage et modularité », in D. Andler, Introduction aux sciences cognitives, Paris, Gallimard.

Seidenberg, Mark S., 1992, « Beyond orthographic depth in reading », in R. Frost et L. Katz (dir.), Orthography, Phonology, Morphology and Meaning, Amsterdam, Elsevier.

Severi, Carlo, 2007, Le Principe de la Chimère, une anthropologie de la mémoire, Paris, ENS Éditions.

Sperber, Dan ; Wilson, Deirdre, 1989, La Pertinence, Paris, Éditions de Minuit.

Stordeur, Danielle ; Jammous, Bassam, 1995, « Pierre à rainure à décor animal trouvée dans l’horizon PPNA de Jerf el-Ahmar (Syrie) », Paléorient, 21.

Todorov, Tzvetan, 1972, « Écriture », in O. Ducrot et T. Todorov (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

Vygotski, Lev, 1997, Pensée et langage, Paris, La Dispute.

Wachter, Rudolf, 1991, «Abbreviated writing», Kadmos, 30/1.

Notes

1 Ce texte est une adaptation d’un article paru dans L’Homme 192 (oct.-nov. 2009) : 7-22, sous le titre « Essai pour une définition des écritures ».

2 Où les signes figurent des mots entiers.

3 Faisceau de cordelettes dont les nœuds ou les couleurs sont dotés de significations.

4 Signe dans lequel un graphème dénote une unité linguistique signifiante.

5 On parle d’acrographie lorsqu’un signe d’écriture prend pour valeur celle du son initial du mot qu’il désigne.

6 Signe représentant un mot entier.

7 Où un graphème dénote une unité linguistique signifiante.

Auteur

Jean-Jacques Glassner (épigraphie), directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique, archéologie et sciences de l’Antiquité, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (Nanterre).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540