Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie cognitive

 | 
René Treuil

I. L’émergence des capacités cognitives chez l’homme

2.– Les Néandertaliens

Sophie A de Beaune

Texte intégral

  • 1 La réforme de l’orthographe allemande impose en 1905 la graphie Neandertal au lieu de Neanderthal. (...)

1Jusque dans les années 1950, on croyait que les Néandertaliens1 étaient nos ancêtres car leurs restes avaient été exhumés dans des niveaux antérieurs aux premiers hommes modernes, du moins en Europe. On les assimilait au chaînon manquant, ce qui ne donnait d’ailleurs pas une très haute opinion d’eux puisqu’ils ne représentaient qu’une marche dans l’escalier de l’évolution menant à l’homme moderne. Les découvertes de la seconde moitié du xxe siècle ont montré que les Néandertaliens constituent en réalité une lignée indépendante, qui s’est séparée de la nôtre il y a plusieurs centaines de milliers d’années pour évoluer de son côté dans une Europe sans doute isolée depuis fort longtemps du reste du continent eurasien.

2Le fait de savoir que les Néandertaliens formaient une branche à part n’a pas pour autant joué en leur faveur. Arguant qu’ils n’ont pas su s’adapter et ont disparu il y a environ 30 000 ans, peu après l’arrivée en Europe de l’homme moderne, beaucoup de préhistoriens voient en eux les représentants d’une humanité attardée. En réalité, les raisons de cette extinction sont encore controversées et trois hypothèses principales sont communément invoquées : le génocide, le métissage et l’extinction naturelle. C’est aujourd’hui la troisième qui a plutôt la faveur des chercheurs : Néandertaliens et hommes modernes auraient coexisté pendant environ 10 000 ans, mais, à la suite d’un brusque refroidissement climatique, la compétition pour l’exploitation des territoires se serait exacerbée ; les hommes modernes, porteurs d’innovations techniques et peut-être aussi sociales, auraient finalement occupé la quasitotalité des zones habitables et les Néandertaliens, plus assez nombreux pour s’imposer démographiquement, auraient disparu de leurs derniers refuges entre 30 000 et 28 000 ans. Mais rien ne permet de relier la disparition des Néandertaliens à un défaut de leurs capacités cognitives.

3À ce sujet, deux questions intimement liées font encore aujourd’hui l’objet de polémiques. Ce sont d’une part la capacité langagière des Néandertaliens, d’autre part leur capacité d’abstraction et de symbolisation. Pour tenter de faire le point sur la question des capacités cognitives des Néandertaliens, il faut interroger les vestiges qu’ils nous ont laissés.

Présentation des Néandertaliens

  • 2 Les publications concernant les Néandertaliens sont innombrables. Les références suivantes permett (...)

4Les Néandertaliens2 vivent en Europe, au Paléolithique moyen, qui débute vers 200 000 ans. Leur aire de répartition s’étend par la suite au Proche-Orient et sur le pourtour des mers Noire et Caspienne jusqu’à l’Ouzbékistan à l’est. Ces hommes fossiles sont les plus célèbres en même temps que les plus décriés de l’histoire des recherches préhistoriques. Les premières découvertes remontent au milieu du xixe siècle, en un temps où l’opinion n’y était guère préparée car personne n’imaginait alors que des humains différents des hommes actuels aient pu exister. Les premiers restes osseux, exhumés en 1830 à Engis près de Liège (Belgique) et à Forbes Quarry en 1853, au nord de Gibraltar, ne furent reconnus comme étant ceux de Néandertaliens que bien des années plus tard. La mise au jour la plus célèbre, sinon la première, a eu lieu au cours de l’été 1856 dans la vallée de Neander, près de Düsseldorf (Allemagne), et a donné son nom au fossile. Mais ce n’est qu’une trentaine d’années après, grâce à l’influence grandissante des évolutionnistes et à de nouvelles découvertes, que les Néandertaliens ont été reconnus comme étant de véritables humains fossiles et non des humains modernes pathologiques.

5Les premiers essais de reconstitution, en particulier ceux publiés en 1913 par Marcellin Boule, puis par ceux qui s’en inspirèrent, faisaient du Néandertalien un intermédiaire entre les grands singes et nous. Il y apparaissait comme un être grossier, hirsute, à la démarche traînante, et ne pouvait guère faire partie de la lignée des Homo sapiens. Les remontages du squelette effectués par Boule se sont par la suite révélés erronés et des reconstitutions beaucoup moins éloignées de l’homme moderne ont été proposées à partir de 1940. Alors qu’il était admis que le Néandertalien était le chaînon manquant entre les Homo erectus et les Homo sapiens, les découvertes des années 1970 ont montré qu’il avait été contemporain des premiers hommes modernes européens – les fameux « Cro-Magnon » – et que ces derniers descendaient probablement d’Homo sapiens plus anciens découverts au Proche-Orient. Il ne pouvait donc être leur ancêtre.

6Les Néandertaliens ont été depuis lors si bien réhabilités qu’on a même émis l’hypothèse d’une possible hybridation avec Homo sapiens, ce qui a conduit à les considérer comme une simple sous-espèce d’Homo sapiens et à les appeler Homo sapiens neanderthalensis. Parallèlement, les progrès en anthropologie biologique permettaient d’en proposer une image beaucoup plus convenable. Mais de récentes analyses d’ADN montrent que les Néandertaliens doivent aujourd’hui être considérés comme une espèce à part et l’on parle aujourd’hui d’Homo sapiens pour l’homme moderne (et non plus d’Homo sapiens sapiens) et d’Homo neanderthalensis pour les Néandertaliens.

7La morphologie des Néandertaliens est très bien connue grâce aux nombreux fossiles livrés par quelque 80 sites en Europe et au Proche-Orient. Beaucoup de squelettes, des deux sexes et de tous âges, ont été retrouvés presque complets. Ces fossiles présentent un ensemble de caractères archaïques originaux, surtout au niveau du crâne et de la mandibule, et de caractères modernes qui concernent leur cerveau, leur posture et leur appareil masticateur.

8La boîte crânienne du Néandertalien a une forme arrondie en vue postérieure (fig. 3). Elle est basse, large, et son allongement vers l’arrière est accentué par un chignon occipital. Son cerveau, de 1 500 cm3 en moyenne, est plus volumineux que celui de l’homme moderne (1 350 cm3 en moyenne), mais il est proportionnel à un poids plus important du corps. Sa face est massive, longue avec une région nasale projetée en avant et une arcade dentaire avancée par rapport à la base du crâne. Mais si sa mâchoire est proéminente, sa denture est semblable à celle de l’homme actuel, à l’exception de l’espace rétromolaire important. Les orbites sont hautes et arrondies, surmontées par un puissant bourrelet sus-orbitaire. Le front est bas, fuyant et le menton osseux peu développé.

9Les Néandertaliens ont une taille – en moyenne 1,70 m pour les hommes, 1,60 m pour les femmes – comparable à celle des hommes actuels, mais ils possèdent une charpente osseuse plus robuste. Parmi les différences les plus marquées de leur squelette post-crânien, mentionnons les proportions de leur corps qui ne sont pas les mêmes, avec des avant-bras et des jambes relativement courts. Leur bassin et leur cage thoracique sont plus développés que les nôtres. Leur tronc a une forme « en tonneau » à cause d’une courbure moins accentuée des côtes. Certaines insertions musculaires traduisent une musculature puissante, en particulier de l’épaule, de la main, de la jambe et du pied. Les quelques différences régionales entre les populations d’Europe occidentale et celles ayant migré au Proche-Orient vers 80 000 ou 60 000 ans ont peu d’intérêt pour notre propos.

10Les caractéristiques anatomiques particulières des Néandertaliens résultent sans doute de plusieurs facteurs parmi lesquels une adaptation au froid, mais aussi les conditions d’isolement des populations européennes au cours du Pléistocène moyen et supérieur. L’Europe occidentale, péninsule à l’extrémité de l’Eurasie, constitue un cul-de-sac géographique. Lors des glaciations, le développement de la calotte glaciaire rendait inhabitable toute la partie nord du continent et des zones montagneuses comme les Alpes jouaient le rôle de véritables barrières géographiques, ce qui accentuait encore cet isolement. Ainsi, les hommes parvenus à l’extrémité de l’Europe il y a un peu moins d’un million d’années se seraient retrouvés isolés du reste de l’humanité et auraient évolué de leur côté vers les Néandertaliens, dont l’espèce s’est fixée aux alentours de 80 000 ans. L’isolement a pu influer sur l’évolution morphologique en induisant des effets de dérive génétique, en particulier dans les petits groupes. De plus, les caractères acquis par l’adaptation à un milieu physique particulier se sont trouvés maintenus à cause de la réduction des échanges entre populations voisines. Il n’est donc guère étonnant qu’au terme d’un processus évolutif de plusieurs centaines de milliers d’années, les Néandertaliens se soient séparés des autres descendants des Homo erectus africains au point de constituer une espèce distincte.

Fig. 3 – Comparaison du crâne et de la mandibule d’un homme moderne (à gauche) et d’un Néandertalien (à droite) (dessin Gilles Tosello).

11Au-delà de ces différences morphologiques, on peut se demander ce qu’il en est des aptitudes cognitives des Néandertaliens. Avec leurs 1 500 cm3 en moyenne, leur capacité cérébrale n’a rien à envier à celle de l’homme moderne. Mais nous avons vu (cf. de Beaune, chap. I.i du présent volume) que cela ne suffit pas pour en déduire qu’ils avaient les mêmes aptitudes cognitives que lui. Les Néandertaliens étaient bien au-dessus du seuil fatidique des 1 000 cm3 en deçà duquel le cerveau de l’homme ne peut fonctionner correctement, mais dans la mesure où nous avons vu qu’ils n’appartiennent sans doute pas à la même lignée que nous, rien ne permet de conclure que leur cerveau avait la même complexité neuronique que le nôtre.

12D’après ce qu’on peut en dire aujourd’hui, l’anatomie de leur encéphale présente des similitudes avec le cerveau de l’homme moderne, comme la présence des aires de Broca et de Wernicke et l’operculisation du lobe de l’insula. En revanche, la topographie vasculaire méningée indique des différences qui les rapprochent des Homo erectus (en particulier des spécimens chinois) avec un sinus de Bréchet particulièrement développé (Heim & Boë, 2005 : 248). Mais cela ne permet pas d’en déduire la nature de leur capacité cognitive, voire conceptuelle. Il faut donc se tourner vers des sources d’informations indirectes, en particulier les vestiges des réalisations techniques et intellectuelles, qui peuvent nous renseigner sur les capacités nécessaires à leur production. Ainsi les outils, les restes d’habitat, ou encore les témoins de pratiques d’inhumation peuvent nous renseigner sur les aptitudes cognitives qu elles supposent.

Intelligence technique

13Les recherches sur les techniques des Néandertaliens ont permis de revoir à la hausse leur niveau de compétences. On s’aperçoit aujourd’hui que certains comportements que l’on croyait spécifiques de l’homme moderne peuvent aussi leur être attribués.

  • 3 Cette technique de taille, qui doit son nom au gisement de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) où el (...)

14Dans le domaine de la taille de la pierre, les études technologiques ont montré que les Néandertaliens maîtrisaient des méthodes de débitage systématisé qui permettent de produire en série, à partir d’un même bloc, des éclats minces, préformes d’outils de plus en plus diversifiés au fil des millénaires (pointes, racloirs, grattoirs, burins). Ces méthodes répondent au souci d’une meilleure productivité et à une économie de la matière première. La plus connue d’entre elles, celle du débitage Levallois3, est apparue en Europe vers 500 000 à 450 000 ans. Elle permet de prévoir la forme et les dimensions d’un éclat avant son détachement du nucléus et suppose une préparation spéciale de ce dernier. Le débitage Levallois relève d’une conception volumétrique particulière du nucléus et comporte des variantes selon que l’on décide d’extraire du nucléus un seul produit mince et allongé (méthode « linéale ») ou une série d’éclats (méthode « récurrente ») (Boëda, 1994).

15Parallèlement à une certaine standardisation de l’outillage, une variabilité dans le temps et l’espace indique des traditions techniques différentes. De plus, la technique de débitage laminaire, traditionnellement considérée comme une invention de l’homme moderne, était connue des Néandertaliens, même si elle était rare et n’était pas réalisée à partir de nucléus de forme allongée soigneusement préparés pour une production en série.

  • 4 Ce complexe industriel, défini à partir d’industries découvertes en 1871 au Moustier en Dordogne e (...)

16Enfin, la planification à long terme des activités de taille est attestée par les longues distances parcourues à travers le territoire pour se procurer des matières premières adéquates. Partout en Europe, les groupes moustériens4 vont chercher là où elle se trouve la matière première dont ils ont besoin et montrent une grande capacité d’adaptation aux ressources de l’environnement. Ils choisissent parfois la matière première en fonction du type d’outil qu’ils désirent fabriquer. Cette variabilité de comportements permet de discerner une organisation économique de l’approvisionnement, c’est-à-dire une aptitude à anticiper et à prévoir des activités, en fonction des besoins du groupe.

17Les Néandertaliens utilisent accessoirement l’os, généralement presque sans modification, comme récipient (cavités cotyloïdes), billot ou retouchoir. On connaît cependant quelques cas d’os aménagés en pointes ou en poinçons. Les artisans s’essaient parfois à modifier la forme originelle de l’os et ils pratiquent alors les mêmes techniques de percussion que celles qu’ils appliquent à la pierre, ce qui donne de curieux « bifaces » ou « racloirs » en os.

18Dans le domaine du travail du bois, alors qu’on croyait que les objets façonnés ne résultaient que de courtes séries d’opérations simples et d’un faible degré de conceptualisation (Mithen, 1996), la découverte de six lances et de quatre hampes en bois datées de 400 000 ans à Schöningen (Allemagne) indique que les Néandertaliens étaient capables d’exploiter et de façonner leur environnement végétal avec des techniques spécifiques (Thieme, 2000). On peut aussi citer le cas du site de Lehringen (Allemagne), où un chasseur a perdu, il y a 125 000 ans, une lance en bois d’if de 2,40 m de long, dont la pointe façonnée et peut-être durcie au feu est restée fichée entre les côtes d’un éléphant antique. La découverte de traces du bitume ayant servi de colle sur certains racloirs, en particulier à Umm El Tlel en Syrie, a montré que les outils en silex étaient emmanchés (Boëda et al., 1996) et qu’ils pouvaient donc être composites, la partie active étant en pierre et le manche en bois. D’autres découvertes, comme celle de l’abri Romani, en Espagne, qui a livré des récipients et des restes de palissades dans les niveaux moustériens les plus récents datés entre 52 000 et 45 000 ans, laissent deviner que l’homme a travaillé le bois afin d’améliorer le confort de son lieu de séjour.

19Par ailleurs, les stratégies de chasse des Néandertaliens de même que la structuration de leur habitat semblent aussi évoluées que celles des hommes modernes du Paléolithique supérieur. Si la chasse opportuniste aux grands herbivores est toujours pratiquée dans un but essentiellement alimentaire, on observe parfois une chasse plus spécialisée, pour la récupération de matières non comestibles, comme la peau, la fourrure et peut-être les tendons. L’hypothèse de l’existence d’un comportement sélectif vis-à-vis de certains animaux est donc aujourd’hui admise.

20Tout cela suppose l’existence d’un savoir technique qui dépasse la simple conduite sensori-motrice. Sur le plan cognitif, cela révèle l’aptitude à une conceptualisation de l’objet, c’est-à-dire la capacité à évoquer une image mentale en l’absence de l’objet. Cette aptitude existait d’ailleurs probablement dès le Paléolithique inférieur, comme le laissent supposer les aptitudes cognitives nécessaires à la réalisation de bifaces (cf. de Beaune, ch. I.i du présent volume). Jacques Pelegrin parle de « savoir-faire idéatoire » pour évoquer cette aptitude au rappel de règles ou d’expériences antérieures avant de poursuivre une séquence d’actions. Les techniques de débitage « prédéterminées » comme la technique Levallois nécessitent la capacité de connoter chronologiquement différentes images mentales opératoires : les images du passé mémorisées, celles qui sont présentes et les images futures ou conditionnelles qui sont virtuellement possibles moyennant telle ou telle opération (Pelegrin, 2009). Ces aptitudes ne sont pas seulement nécessaires pour les opérations techniques, mais aussi pour toutes les activités de la vie quotidienne : repérage du gibier, programmation des activités de subsistance, en particulier des stratégies de chasse, approvisionnement en matière première...

Capacité langagière

21Il n’est pas dans notre propos de développer longuement la question de l’origine du langage, qui sera traitée plus loin (cf Victorri, ch. II.i du présent volume). Rappelons brièvement ce qu’il en est de la capacité langagière chez les Néandertaliens, encore controversée. La question peut être abordée à partir des vestiges humains du point de vue anatomique et cérébral et à partir des témoins archéologiques susceptibles de révéler cette aptitude.

  • 5 Quoi qu’il en soit, il semblerait que la corrélation entre la position du larynx et l’aptitude à p (...)

22Pour savoir si les Néandertaliens disposaient de l’aptitude phonatoire au langage articulé, des corrélations ont été faites sur des restes fossiles entre la forme de la base du crâne et la position du larynx, afin de retrouver la position du larynx dans le tractus vocal. Les données utilisées reposaient jusque dans les années 1990 sur des reconstitutions erronées de l’appareil vocal, et les possibilités phonatoires des Néandertaliens avaient donc été considérées comme inférieures à celles de l’homme moderne. En particulier, on pensait que les Néandertaliens ne pouvaient pas prononcer les voyelles à contraste maximal [i, a, u], qui sont présentes dans la presque totalité des langues. Aujourd’hui encore, certains chercheurs, comme Ian Tattersall, à la suite de Philip Lieberman, affirment que l’espace pharyngique des Néandertaliens était trop réduit pour permettre la production de sons articulés (Lieberman, 1972 et 1991 ; Tattersall, 2001 et 2004). Toutefois, de nouvelles reconstitutions ont permis de restituer les rapports anatomiques naturels et de montrer que la position de la tête et la base du crâne étaient comparables à celles de l’homme moderne (Heim & Boë, 2005). La découverte de l’os hyoïde du squelette de Kébara (Israël) a confirmé que la configuration anatomique nécessaire au langage articulé était en place chez ce Néandertalien daté de 60 000 ans (Arensburg et al., 1988 ; Arensburg & Tillier, 1990)5.

23Un autre indice anatomique, longtemps négligé par les chercheurs, est le canal hypoglosse, qui permet le passage d’un nerf innervant la plupart des muscles de la langue. La taille de ce canal reflèterait le nombre de fibres nerveuses qu’il protège et serait donc un bon indice du contrôle moteur de la langue et donc de la capacité à parler. Des similitudes entre le canal des Néandertaliens et celui des hommes modernes du Pléistocène moyen indiqueraient que l’aptitude au langage était acquise il y a au moins 400 000 ans (Kay et al, 1998), mais les débats concernant ce point sont pour certains sans objet puisque ce canal ne laisse pas uniquement passer le nerf hypoglosse (DeGusta et al., 1999 ; Hublin, 2003 : 24).

24Puisque les aires cérébrales spécialisées dans la production du langage étaient déjà présentes chez certains anciens homininés, elles étaient forcément en place chez Homo neanderthalensis puisqu’il est nettement plus récent. À partir de l’étude des vaisseaux méningés, Roger Saban estime que les Néandertaliens auraient développé un langage rudimentaire qu’il qualifie de « protolangage » (Saban, 1993).

25Les vestiges anatomiques, y compris l’architecture du cerveau et la structure des organes phonatoires, peuvent ainsi théoriquement apporter des informations sur l’origine du langage, mais les chercheurs restent divisés car il est impossible de dire avec certitude à quel moment et de quelle façon a commencé le langage.

26En effet, les caractéristiques de la parole humaine ne peuvent être expliquées entièrement par les conditions biologiques de l’appareil phonatoire et de l’appareil neurologique. Le langage ne se résume pas à une succession de sons, aussi complexes soient-ils. C’est un système symbolique lié à la pensée et autorisant la communication interindividuelle. Il faut se tourner alors vers des données d’ordre cognitif. Or les arguments d’ordre cognitif sont nécessairement indirects et se fondent sur les vestiges archéologiques. Les activités techniques, l’expression artistique, les pratiques funéraires sont des indicateurs des capacités cognitives nécessaires à l’élaboration d’un langage complexe (du point de vue syntaxique et sémantique). Le problème reste de savoir si le mode de vie des Néandertaliens nécessitait une communication d’ordre linguistique.

27Nous avons vu antérieurement la complexité des processus mis en jeu dans certaines techniques de taille (comme le schéma opératoire de type Levallois), qui révèle des capacités intellectuelles analogues à celles qui sont nécessaires au langage articulé. Il en est ainsi de l’anticipation et de la séquentialisation, l’outil étant d’abord conçu dans l’abstrait avant d’être produit par un enchaînement organisé d’actions. Par ailleurs, certains estiment que le langage était nécessaire pour transmettre ces techniques complexes aux plus jeunes. Mais les ethnologues savent qu’il n’est pas besoin de langage pour apprendre une technique, même complexe, et que l’observation et l’imitation suffisent bien souvent. Pour Jacques Pelegrin, les capacités cognitives mises en œuvre lors des opérations techniques les plus complexes (comme le débitage Levallois) requièrent un savoir-faire idéatoire et une pensée propositionnelle (si..., alors...) qui sont des prérequis essentiels du langage. Cela n’implique pas que le langage ait accompagné le développement des techniques, mais cela permet au moins d’affirmer que, vu les productions techniques des Néandertaliens, rien ne permet de dire qu’ils ne parlaient pas (Pelegrin, 2009). D’autres chercheurs estiment que l’existence d’une variabilité lithique après 70 000 ans au sein du Paléolithique moyen en Europe aussi bien qu’au Middle Stone Age en Afrique pourrait refléter des différences linguistiques (D’Errico et al., 2003), mais cela reste d’autant plus spéculatif qu’on ignore le plus souvent si la variabilité des outillages relève de besoins différents ou de choix culturels (de Beaune, 2008).

28Par ailleurs, l’existence de sépultures au Paléolithique moyen et certaines préoccupations peut-être d’ordre esthétique chez les Néandertaliens induisent la nécessité de formes de communication fondées sur le langage verbal, et non pas seulement gestuel. Ce n’est sans doute pas par hasard que certains chercheurs, opposés à l’idée que les Néandertaliens possèdaient le langage, nient également les preuves de l’existence des sépultures néandertaliennes. Si l’on admet que le développement d’une pensée complexe, détachée de « l’ici et maintenant», éventuellement religieuse ou métaphysique, est lié au langage, alors l’existence de sépultures et d’activités symboliques indique que ce langage était à la portée des Néandertaliens. Voyons ce qu’il en est de ces deux types de manifestations cognitives.

Préoccupations spirituelles

29Le fait sépulcral est, avant le développement de l’art, le seul moyen d’envisager les activités psychiques au Paléolithique. C’est un phénomène spécifiquement humain qui constitue un témoignage incontestable d’un comportement socialisé, se traduisant par des pratiques prescrites par le groupe. La pratique même de l’inhumation indique que des usages étaient établis vis-à-vis des morts. Ces usages étaient le signe de valeurs partagées, d’une manière de respect envers la personne humaine, peut-être de croyances dans l’au-delà.

30Les premières sépultures, datées autour de 100 000 ans, apparaissent dans un contexte culturel précis, le complexe moustérien, et concernent aussi bien des populations d’hommes modernes que des Néandertaliens. C’est donc un fait de civilisation sans lien avec la nature des populations concernées et l’on ne peut affirmer que les Néandertaliens aient été les premiers à avoir des pratiques funéraires. Mais ce qui est certain, c’est qu’ils n’ont en tout cas pas été les seuls à en avoir.

31La plus ancienne sépulture moustérienne bien datée contenant un Néandertalien est celle d’Amud (Israël), datée de 80 000 ans et découverte en 1964. Aujourd’hui, une quarantaine de dépôts de vestiges humains sont interprétés comme étant des sépultures primaires individuelles. C’est très peu si l’on songe aux milliers de niveaux archéologiques moustériens connus. Ces sépultures sont réparties sur la totalité de l’aire d’extension des Néandertaliens, depuis les rivages atlantiques jusqu’en Ouzbékistan. Les Néandertaliens ne semblent pas avoir pratiqué l’inhumation couramment, sinon on aurait retrouvé plus de sépultures. Il faut donc penser que l’inhumation était rare et que ce n’était probablement pas la seule pratique funéraire. À moins qu’elle n’ait été réservée à quelques individus d’exception. En tout cas, dans les sites ayant livré plusieurs sépultures, on ne note aucune sélection des inhumés en fonction de l’âge, du sexe ou de l’état sanitaire.

32Les difficultés à établir l’authenticité des inhumations tiennent à leur mauvais état de conservation, mais aussi au manque de relevés pour la moitié d’entre elles, découvertes au début du xxe siècle. Cela explique le scepticisme de certains sur la réalité de ces sépultures (Gargett, 1989 et 1999). Quoique rare et parfois controversé, le fait sépulcral est malgré tout bien attesté, notamment par les fouilles récentes (Dederiyeh en Syrie, Kébara II et Amud 7 en Israël, et Mezmaïskaya dans le nord-ouest du Caucase...).

33Dans les cas avérés, les Néandertaliens enterraient leurs morts dans des sites d’habitat, ce qui plaide en faveur de comportements récurrents obéissant à des règles et s’inscrivant dans le cadre d’une société plus complexe que ce que l’on pensait au xixe siècle. En effet, certains ont suggéré que ces inhumations n’étaient pas des sépultures liées à des rites et des croyances, mais de simples modes de déposition imposés par des nécessités d’ordre sanitaire. Or, si ce geste avait eu pour seule finalité de se débarrasser d’un corps, il aurait été beaucoup plus facile de l’abandonner aux éléments naturels, loin de l’habitation.

34Pour être certain d’avoir affaire à une sépulture à caractère rituel ou religieux, il faut retrouver des vestiges d’offrande accompagnant le mort. Or les documents archéologiques pouvant être considérés comme résultant d’un dépôt volontaire sont rarissimes. On peut citer le cas de l’homme d’une trentaine d’années inhumé dans la grotte de Shanidar (Irak), qui a été déposé sur un lit de fleurs, révélées grâce à l’identification des pollens, dont certaines sont connues à l’heure actuelle dans le pays pour leurs vertus médicinales. Si l’hypothèse émise par Ralph S. Solecki, selon laquelle il s’agissait de la tombe d’un personnage important, peut-être un guérisseur, est indémontrable, il est en revanche difficile d’émettre des réserves sur le caractère intentionnel du dépôt de fleurs.

35Un autre cas troublant est celui d’une sépulture fouillée en 1992 dans la grotte d’Amud (80 000 ans) en Israël et ayant livré les vestiges d’un enfant de 10 mois. L’inhumation ne fait guère de doute comme l’indiquent l’état de conservation du fossile, la préservation des connexions anatomiques entre les os et le fait que le nourrisson, couché sur le côté droit, a été déposé dans une sorte de petite niche naturelle. De plus, un maxillaire de cerf particulièrement bien conservé a été placé contre sa région pelvienne. Cette sépulture d’enfant pourrait être le seul exemple connu d’offrande chez les Néandertaliens du Proche-Orient.

36Il faut encore citer le cas curieux d’un gros bloc qui recouvrait partiellement la fosse contenant les restes d’un enfant d’environ trois ans à La Ferrassie (Dordogne) ; or ce bloc présentait une série de cupules creusées artificiellement sur la face inférieure, tournée vers la fosse.

37Enfin, dans la sépulture de Kébara II (Israël) découverte en 1983, le corps d’un jeune adulte, inhumé en décubitus dorsal, a été retrouvé privé de son crâne, dans une fosse fermée par une couverture de branchages. Or l’analyse du dépôt révèle que la tête était bien en place primitivement car la mandibule est présente, en position anatomique par rapport au cou, et la troisième molaire du maxillaire supérieur droit, tombée de son alvéole, a été retrouvée à côté de la mandibule. On peut donc supposer que la calotte crânienne a été prélevée par d’autres Néandertaliens, et cela avec une certaine précision puisque le prélèvement n’a pas perturbé les relations ostéologiques entre les vertèbres cervicales et la mandibule. Un feu a ensuite été allumé juste au-dessus du squelette. Nous serions donc ici en présence des vestiges d’un rite particulièrement élaboré, qui se rapprocherait de ce que les ethnologues appellent les doubles funérailles, avec réintervention sur la sépulture après un laps de temps qui a pu être assez long, de plusieurs mois, voire plusieurs années.

38Tout cela tend à montrer que la plupart des morts étaient laissés sans sépulture, peut-être abandonnés sans autre forme de procès. On trouve en effet trop peu de tombes par rapport au nombre d’habitats connus. Par ailleurs, si des pratiques de doubles funérailles ont existé, on n’en a pour l’instant que des indices très minces, contrairement à ce qui se passe au Paléolithique supérieur. Même si la pratique de l’inhumation était rare et réservée à quelques privilégiés, elle traduit l’établissement de règles vis-à-vis de certains morts. Il est par ailleurs difficile d’imaginer de telles pratiques sans le recours au langage articulé. En effet, celui-ci est indispensable à la transmission des traditions, à l’organisation des rites et à l’expression de concepts abstraits liés à la mort et à l’absence.

Sens esthétique

39La question de savoir si les Néandertaliens ont pu avoir une pensée symbolisante rejoint celle concernant leurs capacités cognitives. La complexité mise en jeu dans les techniques moustériennes, auxquelles s’ajoutent les pratiques funéraires, est suffisante pour qu’on leur accorde la capacité à utiliser, voire à créer des symboles. S’y ajoutent diverses manifestations qui semblent indiquer des préoccupations dépassant le simple intérêt alimentaire ou utilitaire.

40Le premier élément à verser au dossier est le fait que les Néandertaliens ramassaient dans la nature des curiosités naturelles. La collecte et la conservation de coquillages, de dents fossiles ou de minéraux aux formes étranges révèlent un intérêt ou tout du moins une curiosité pour des objets à caractère non utilitaire. Ainsi, à Arcy-sur-Cure (Yonne), des fragments de pyrite de fer, des blocs d’ocre et des fossiles datant de l’ère secondaire (cérithe et polypier) ont été trouvés dans le Moustérien de la grotte de l’Hyène. Mais ces ramassages pouvaient avoir un caractère purement ludique, à l’instar des coquillages que nos enfants ramassent sur la plage.

41Les Néandertaliens choisissaient parfois des matières premières aux couleurs chatoyantes, comme le silex de Fontmaure, pour en faire des outils, alors qu’ils auraient pu se contenter de silex monochrome, beaucoup plus fréquent dans la nature. Par ailleurs, certains instruments comme les bifaces semblent refléter un sentiment ou une satisfaction d’ordre esthétique dans la symétrie et l’équilibre de leurs volumes, et ce depuis 1 million d’années. On peut objecter à cela que la fonction de ces outils imposait leur remarquable symétrie, ce qui est vraisemblable s’il s’agissait d’armatures fixées sur des hampes destinées à être lancées sur le gibier. Dans ce cas, les quelques rares cas de bifaces façonnés autour d’un coquillage fossile résistent à une telle explication fonctionnelle.

42Autre fait troublant, les Néandertaliens utilisaient des colorants minéraux que l’on retrouve en abondance dans certains de leurs habitats, à partir de 300 000 ans. Cet intérêt pour les colorants n’est d’ailleurs pas spécifique aux Néandertaliens puisqu’on en trouve aussi dans les sites africains occupés par les plus anciens hommes modernes. Or la fonction de ces colorants reste mystérieuse puisqu’aucune œuvre peinte n’est parvenue jusqu’à nous. Si l’usage symbolique de l’ocre peut être envisagé pour des peintures corporelles ou sur des objets périssables (bois, écorce, cuir), il ne faut pas oublier qu’elle a pu également avoir un rôle utilitaire pour le travail des peaux, qui, une fois ocrées, étaient plus souples, ainsi que pour la fixation de manches en bois et en os. Les qualités abrasives et antiseptiques de l’ocre, bien connues des populations actuelles, ont du reste été exploitées dès le Paléolithique supérieur.

43Quant à la question de savoir si les Néandertaliens décoraient certains objets d’incisions géométriques, elle est encore controversée. Les plus anciens témoignages européens d’objets gravés, datés entre 350 000 et 300 000 ans pour celui de Bilzingsleben (Allemagne), et de 200 000 ans pour le Pech-de-l’Azé (Dordogne), sont très douteux et les incisions visibles sur leur surface osseuse sont vraisemblablement d’origine naturelle. Les plus anciens objets incisés de motifs géométriques sont des fragments d’hématite provenant de la grotte Blombos (Afrique du Sud) vieux de 77 000 ans, mais ils ont été gravés par un homme moderne et non par un représentant des Néandertaliens, dont l’aire d’extension n’atteignait pas le Sud du continent africain. En revanche, quelques rares os et pierres gravés d’incisions géométriques ont été retrouvés dans des sites européens de la fin du Paléolithique moyen (à partir de 50 000 ans pour les mieux datés) et sont donc bien l’œuvre de Néandertaliens. Sans que la liste soit exhaustive, on peut signaler les gravures moustériennes sur esquilles osseuses de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) et de la Cueva Morin en Espagne, ainsi que les fragments d’os, les éclats de silex et les galets gravés de la grotte italienne dell’Alto. De Bulgarie proviennent un fragment d’os long orné de lignes brisées, récolté à Bacho Kiro (47 000 ans), et un schiste gravé provenant d’un niveau daté de 50 000 ans du gisement de Temnata (Lorblanchet, 1999). Ces objets témoignent d’une technique de gravure déjà élaborée (incisions à section en V ou en U symétrique ou dissymétrique) bien avant le Paléolithique supérieur où la gravure ne connaîtra pas vraiment d’évolution sur le plan technique.

44Il convient aussi de rappeler le bloc à cupules qui fermait une des sépultures de La Ferrassie. Là encore, la technique de façonnage des cupules par piquetage répété et de régularisation par rotation ne se modifiera plus par la suite. On retrouve le thème des cupules dans l’art rupestre du monde entier pendant toute la pré- et la protohistoire.

45Enfin, deux pièces perforées provenant de la grotte de Bockstein en Bade-Wurtemberg (une phalange de loup et une vertèbre de cygne) pourraient représenter les seuls objets de parure connus au Würm ancien.

46Nous ne retenons ici que les témoignages à peu près solides de manifestations artistiques, car les cas controversés ayant finalement été écartés sont légion, comme le fémur d’ourson perforé de la grotte de Divje Babe près de Reka (Slovénie), primitivement considéré comme la plus ancienne flûte connue mais dont les perforations se sont révélées naturelles, ou encore le petit bloc de silex trouvé à La Roche-Cotard II (Indre-et-Loire), possédant un orifice naturel dans lequel était insérée une esquille d’os plate cassée à ses deux extrémités. Le caractère intentionnel de ce montage est loin d’être évident et, même s’il était démontré, il ne prouverait pas la dimension artistique de l’objet, qui pourrait avoir eu une fonction technique, comme celle d’un poids, l’os facilitant la fixation d’une corde.

***

47Même si les témoins sont rares, on ne peut que souligner le parallélisme de l’évolution cognitive des Néandertaliens et des premiers hommes modernes. Sur le plan technique, les deux groupes humains ont développé les mêmes techniques moustériennes du travail de la pierre. Ils semblent également avoir développé des préoccupations d’ordre spirituel et esthétique à peu près au même moment. Si les témoins esthétiques sont plus controversés, la pratique de l’inhumation, elle bien avérée, apparue au Moustérien, serait un fait de civilisation sans lien avec la nature des populations concernées. Il faut donc admettre que les deux espèces cousines ont franchi le même palier intellectuel soit de façon convergente, soit par diffusion d’une espèce à l’autre. Que l’un des groupes ait influencé l’autre est possible, mais cela n’enlève rien au fait que les deux groupes aient eu les mêmes aptitudes. Pour qu’un élément puisse être emprunté à un groupe voisin, il doit rencontrer un milieu favorable « qui dispose déjà des moyens de l’assimiler immédiatement » (Leroi-Gourhan, 1945 : 398-399). L’emprunt ne peut donc se faire qu’entre groupes de niveau voisin. Ce qui est vrai pour l’emprunt technique l’est aussi pour tous les emprunts de quelque nature qu’ils soient. Mais on ne peut écarter non plus l’hypothèse de la convergence, les deux populations ayant toutes deux atteint à peu près simultanément le même degré d’évolution cognitive.

48Aujourd’hui tout le monde s’accorde à reconnaître aux Néandertaliens au moins une intelligence technique et une capacité d’anticipation et de planification, étant donné la complexité des chaînes opératoires techniques qu’ils ont mises en œuvre. Le fait d’enterrer leurs morts, de s’intéresser à des curiosités naturelles et de manipuler des colorants minéraux ramassés dans leur environnement indique qu’ils avaient des préoccupations esthétiques et peut-être même spirituelles, en tout cas autres qu’utilitaires, ce qui suggère une aptitude à l’abstraction et à la symbolisation.

49Savoir si les Néandertaliens avaient des capacités cognitives équivalentes aux nôtres et en particulier la capacité langagière est une question qui divise encore aujourd’hui. Tant que l’on se cantonne au domaine anatomique, on est dans le registre des sciences naturelles. Mais lorsqu’on aborde les compétences cognitives, les hypothèses avancées font souvent intervenir des présupposés d’ordre idéologique ou extrascientifique. La passion n’est d’ailleurs pas absente du débat tant chez les chercheurs qui veulent défendre et réhabiliter les Néandertaliens que chez leurs adversaires.

Notes

1 La réforme de l’orthographe allemande impose en 1905 la graphie Neandertal au lieu de Neanderthal. Les préhistoriens et paléoanthropologues préfèrent employer aujourd’hui la forme francisée Néandertalien. La dénomination scientifique reste cependant Homo neanderthalensis.

2 Les publications concernant les Néandertaliens sont innombrables. Les références suivantes permettront au lecteur intéressé de retrouver l’essentiel de la bibliographie (Otte, 1988 ; Jaubert, 1999 ; Krause, 2004 ; Demarsin & Otte, 2006 ; Vandermeersch & Maureille, 2007).

3 Cette technique de taille, qui doit son nom au gisement de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) où elle a été mise en évidence en 1867, apparaît avec l’Acheuléen vers 500 000 ans et se poursuit jusqu’à la fin du Paléolithique moyen. Elle consiste à préparer un bloc de matière première afin d’en détacher un ou plusieurs éclats ou pointes de forme prédéterminée.

4 Ce complexe industriel, défini à partir d’industries découvertes en 1871 au Moustier en Dordogne et caractérisé par des pointes et des racloirs, présente différents faciès, avec ou sans biface, avec ou sans débitage Levallois. Principale industrie du Paléolithique moyen, le Moustérien s’étend sur toute l’Europe, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. Ses auteurs sont les Néandertaliens et Homo sapiens.

5 Quoi qu’il en soit, il semblerait que la corrélation entre la position du larynx et l’aptitude à produire des sons articulés ne soit pas aussi nette que ce que l’on a toujours pensé. Par conséquent, même si les Néandertaliens avaient un larynx en position haute – ce qui n’est vraisemblablement pas le cas –, ils pouvaient produire les mêmes voyelles que l’homme moderne (Heim & Boë, 2005).

Table des illustrations

Légende Fig. 3 – Comparaison du crâne et de la mandibule d’un homme moderne (à gauche) et d’un Néandertalien (à droite) (dessin Gilles Tosello).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/14527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Sophie A. de Beaune (préhistoire), professeur à l’université Jean-Moulin – Lyon 3, centre d’histoire des techniques et de l’environnement, Conservatoire national des arts et métiers (Paris).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540