Version classiqueVersion mobile

La sociologie cognitive

 | 
Fabrice Clément
, 
Laurence Kaufmann

III. Les approches de la cognition sociale

Réalisme cognitif et dépendance pratique

Patrick Pharo

Texte intégral

1Les discussions en théorie sociologique sont toujours plus ou moins parasitées par des questions métaphysiques, en particulier sur le rapport des mots et des idées à la « réalité » des choses. Cela est spécialement vrai de la sociologie de la connaissance qui est traditionnellement le dernier refuge de la théorie sociologique, et dont le principal problème a toujours été celui du rapport des idées ou des mots avec les choses. Or, au cours des dernières décennies, c’est une sorte d’irréalisme de principe qui semble avoir dominé cette tradition, au travers d’un « constructionnisme culturel » diffus qui s’inspire à la fois des théories marxiste ou culturaliste de l’idéologie et des théories phénoménologique et interactionniste de la construction sociale de la réalité.

  • 132 J’ai développé un argument analogue dans Pharo 2007.
  • 133 Sur l’idée d’unification des théories sociologiques, voir Bouvier 2004.

2Le premier objectif du présent article est de dessiner les contours d’une alternative réaliste à cette tendance constructionniste de la sociologie de la connaissance, en prenant appui sur certains apports des sciences cognitives contemporaines et de la théorie du choix rationnel132. Cette alternative pourrait contribuer à l’unification de la théorie sociocognitive133 dans la mesure où, sans être tout à fait œcuménique, elle intègre néanmoins quelques-uns des arguments constructionnistes les moins contestables. Le second objectif, sans doute le plus important, serait de montrer que ce réalisme cognitif permet d’éclairer des questions vives de société, en termes de morale et de politique. Je prendrai pour cela l’exemple de la dépendance pratique, et en particulier celle qui est liée à l’usage des plaisirs et des substances psychoactives. On verra que le type de point de vue – culturaliste et constructionniste ou, au contraire, cognitivement réaliste – que l’on adopte dans l’analyse sociologique peut avoir des conséquences importantes sur la prise en compte de l’expérience subjective aussi bien que sur la discussion des politiques publiques.

Le réalisme cognitif

  • 134 Voir par exemple, Miller 2005.
  • 135 Ce qui revient à dire que les représentations et les idéologies ne seraient pas le résultat d’une (...)
  • 136 Il existe évidemment des exceptions notables, par exemple Parsons 1968, et la thèse de « réalisme (...)

3Si on considère, comme c’est généralement le cas en philosophie, que l’existence et l’indépendance sont les deux principaux critères du réalisme134, les approches marxistes et culturalistes pourraient peut-être s’inscrire dans une démarche réaliste, puisqu’elles s’appuient sur une philosophie matérialiste qui considère que les représentations et les idéologies sont déterminées par des contextes socio-historiques, et pourraient donc, en un certain sens, exister indépendamment de la conception que les hommes s’en font135. Le matérialisme historique ou culturel s’est pourtant assez peu intéressé136 au statut ontologique des représentations, qu’il s’est contenté de considérer comme un effet déformé et déformant de la réalité historique dans laquelle elles s’insèrent. Les théories culturalistes ont donc eu tendance à être ontologiquement irréalistes, au sens qu’elles ne prenaient pas en compte les supports objectifs des représentations – états cognitifs et mentaux –, et accordaient au contraire un rôle déterminant au travail narratif ou interprétatif des individus et des groupes. C’est du reste par ce biais quelles ont pu à la longue se rapprocher des théories clairement constructionnistes qui, pour leur part, se focalisent sur les effets des représentations et des idéologies sur la réalité environnante, censée subir presque passivement le travail catégoriel des institutions et de la culture en général (Berger et Luckmann 1966, et Becker 1963). La théorie de la construction sociale de la réalité est ainsi irréaliste non seulement sur le plan ontologique, mais aussi sur le plan pragmatique, dans la mesure où elle accorde aux représentations une espèce de pouvoir démiurgique sur l’ensemble du réel. Et si elle a pu finalement se confondre avec la théorie culturelle de l’homme, c’est que l’une et l’autre accordent une priorité absolue au travail catégoriel des groupes humains sur eux-mêmes et sur la réalité environnante, au détriment de toute question relative aux mécanismes cognitifs, neuro-physiologiques et logiques qui sous-tendent ou rendent possible ce travail catégoriel.

  • 137 Voir par exemple l’ouvrage classique de Barkow, Cosmides et Tooby (eds) 1992, ou le manuel de Barr (...)

4Dans ce contexte, on ne doit pas s’étonner que l’alternative réaliste la plus immédiate au constructionnisme culturel soit le naturalisme cognitif, entendu comme tentative de réinscription des capacités cognitives dans une histoire naturelle et fonctionnelle de l’espèce humaine. Il existe évidemment toutes sortes de versions possibles du naturalisme cognitif, mais son point central consiste généralement à souligner l’ancrage des représentations dans des mécanismes causaux immédiatement présents, comme par exemple les stimuli informationnels agissant sur l’acquisition et l’occurrence des représentations, ou les processus neuronaux sous-jacents aux comportements humains ; ou dans des mécanismes causaux passés, mais inscrits dans des capacités psychologiques sélectionnées par l’évolution naturelle et responsables de certaines fonctions actuelles ou de réactions spontanées à l’environnement. La sémantique informationnelle (Fodor 1994), les neurosciences et la psychologie évolutionniste137 illustrent ces différentes approches, qui se rejoignent sur l’idée que les mécanismes cognitifs découlent de la situation physique et de l’histoire naturelle de l’espèce humaine, et qu’ils transcendent par conséquent la particularité des différentes cultures. Causalisme et universalisme scientifique sont ainsi les deux traits principaux de cette alternative, tandis qu’en face ce sont apparemment le perspectivisme et le relativisme qui dominent.

  • 138 Par exemple, la critique classique de Sahlins 1976.

5Faut-il choisir entre le constructionnisme culturel et le naturalisme cognitif, sous l’une ou l’autre de leurs différentes versions ? Je pense qu’en effet il faut choisir, mais pas forcément entre chacun des deux pôles, mais plutôt entre certains des éléments promus par chacun d’entre eux. En ce qui concerne le constructionnisme culturel, d’abord, il serait difficile de nier que les connaissances de tous ordres ainsi que les institutions juridiques et sociales sont, en un sens, « socialement construites », puisqu’en effet elles n’existaient pas avant l’émergence de l’esprit et de la société humaine. De façon plus étroite, on admettra aisément que la catégorisation, et en particulier l’estime ou la stigmatisation, de certaines pratiques ou groupes de personnes comme par exemple les homosexuels, les toxicomanes ou les immigrés, repose en grande partie sur des constructions idéologiques très variables selon les cultures et les sociétés. C’est du reste cette insistance sur la contingence historique des représentations qui peut permettre un certain rapprochement entre les options naturalistes et culturalistes – les unes portant sur la longue durée de l’évolution ancestrale, les autres plutôt sur la courte durée des temps historiques. On pourra également suivre le constructionnisme culturel dans ses objections contre les tentations réductionnistes, en particulier sur l’idée que le niveau social des actions humaines est suffisamment spécifique par rapport à l’histoire biologique ou aux structures neurales de l’espèce humaine pour que, la plupart du temps, le détour biologique se révèle peu fructueux pour l’explication fine des phénomènes138, non seulement lorsqu’il s’agit de rechercher des différences intellectuelles ou psychologiques entre les groupes humains, mais aussi lorsqu’on veut comprendre le sens intrinsèque de n’importe quelle pratique sociale.

  • 139 C’est probablement aussi ce que pensait P. Bourdieu, sauf que celui-ci ne s’est jamais préoccupé d (...)

6D’un autre côté, il est peu probable que l’esprit humain soit une sorte de page blanche, sur laquelle n’importe quelle histoire culturelle pourrait être arbitrairement écrite (Pinker 2002). Et même si une grande part des comportements humains est culturellement acquise, il est peu douteux que les sous-systèmes cognitifs et les processus neurologiques décrits par la psychologie évolutionniste ou les neurosciences exercent une influence sur les moyens d’acquérir les schèmes culturels, en permettant par exemple la reconnaissance de l’intentionnalité, des visages, du genre, des offres sexuelles, des leaders, de l’ethnicité, des situations favorables ou dangereuses, des contraintes normatives locales, etc. Il n’est peut-être pas indispensable de supposer l’existence de modules psychologiques très sophistiqués dédiés à la morale (Baumard 2010), la politique ou la religion, et capables de conduire souterrainement le comportement actuel des sujets humains. Des mécanismes neurologiques plus frustes, génétiquement contrôlés mais variables suivant les individus, peuvent contribuer beaucoup plus sûrement à l’acquisition d’habitus durables et à l’inertie des sentiments et des attitudes à l’égard d’autrui, sur la base de processus d’accoutumance physiologique. Je donnerai plus loin quelques détails sur les mécanismes de la dépendance pratique, mais on sait bien que des morphologies physiques et surtout des « plis » mentaux, articulés sur des adaptations neurophysiologiques, peuvent être acquis durablement, comme par exemple la vision tactique du footballeur ou la vision graphique du logicien ou du musicien. La formation de ce genre d’habitus révèle de façon spectaculaire la possibilité d’incorporation objective des aptitudes culturelles construites à des capacités physiologiques préexistantes139. Plus généralement, il semble raisonnable de penser que le partage du même monde physique, de la même histoire d’espèce et des mêmes outils conceptuels par tous les êtres humains pose de fortes limites au constructionnisme culturel, notamment pour ce qui est de l’expérience du plaisir et de la souffrance.

  • 140 Par exemple, Brass et Haggard 2007.
  • 141 À ce sujet voir la thèse de C. Lévi-Strauss (1971) proposant d’expliquer la dérive génétique par l (...)

7Ceci étant, même si les acquis de la psychologie cognitive ou des neurosciences me paraissent extrêmement utiles, je n’ai personnellement aucune compétence spéciale dans ces disciplines, et ma propre démarche de recherche relève surtout, ou seulement, d’une sociologie morale dont la méthode est à la fois phénoménologique et empirique. La sociologie morale s’intéresse à l’expérience des libertés, des contraintes, des biens et des maux dans la vie sociale, et se focalise donc essentiellement sur l’ordre logique et normatif des actions tel qu’il s’exprime dans les actes de la vie courante et dans les commentaires et récits à la première personne. Elle peut donc admettre aussi bien le rôle causal des stimuli informationnels ou des capacités neurocognitives, que l’interaction de ces éléments avec des considérations plus réflexives qui cherchent à modifier le parcours de l’individu ou du groupe dans le monde social. On suppose du reste aujourd’hui que les fonctions d’initiation, d’exécution ou d’inhibition de l’action ont elles-mêmes des substrats neurologiques spécifiques140, ce qui n’est au fond qu’une façon de mieux comprendre, et non pas d’infirmer, la possibilité d’un contrôle réflexif de l’action. Dans une perspective réaliste, la relation entre l’environnement social, les états du corps et la réflexivité pourrait être vue elle-même comme une sorte de processus naturel, ce qui rend difficile d’opposer comme on le fait souvent biologie et culture141, ou encore nature et réflexivité. Et la faculté d’agir librement, dont la question est toujours plus ou moins implicite dans ce genre de débat, n’est sans doute qu’une façon de nommer des interactions complexes dont il n’existe pas, autant qu’on le sache, de loi de développement à l’échelle individuelle.

8La sociologie morale ne s’intéresse donc à l’explication biologique ou culturelle de l’action sociale que dans la mesure où elle permet d’éclairer les choix ou les efforts que doivent faire les êtres humains pour gérer leur insertion dans un réseau de dépendances constitutives : influences génétiques, physiologie du cerveau, apprentissages culturels, mimétismes sociaux..., qui conditionnent leur bien-être et l’exercice de leur liberté. Il existe en fait de multiples formes d’insertions problématiques dans ces dépendances qui méritent d’être étudiées sous l’angle du travail du sujet pour s’y aménager un espace de choix et de satisfaction physique et morale : par exemple les attachements sexuels et amoureux, les relations sociales intenses et charismatiques, la sympathie et les pratiques de soin, les attitudes de violence, les phénomènes mimétiques tels que les activités de groupe ou coordonnées comme les sports ou la danse, et aussi bien entendu l’usage des plaisirs et des produits psychoactifs. Ce qui est commun à ces différentes situations, c’est que les sujets ou les groupes y sont toujours confrontés à des propensions spontanées qu’ils doivent gérer, utiliser, éduquer, combattre, canaliser et, bien entendu aussi : subir.

  • 142 Par exemple, Papineau 2000.
  • 143 Cf. Aristote, Éthique à Nicomaque, notamment III, 5.

9C’est d’ailleurs ici qu’on est confronté à une autre possibilité d’alternative réaliste au constructionnisme culturel, fondée sur la théorie du choix rationnel. Celle-ci a en particulier l’avantage d’introduire un lien logique entre les processus rationnels et la recherche spontanée des utilités. On peut même donner une dimension ontologique à ce lien si on pense, par exemple, que la tendance à vouloir maximiser les chances d’obtenir certaines fins serait une disposition des êtres humains favorisée par l’évolution naturelle142 ou qu’elle repose sur des fonctionnements spécialisés du cerveau qui introduiraient spontanément certains ordres de priorité dans les fins à obtenir. On peut même supposer que la rationalité consciente pourrait avoir moins d’importance qu’une sorte d’infrarationalité fonctionnelle qui guiderait en sous-main les pensées et les comportements (Sperber 1997). Cette interprétation rejoint alors directement le modèle du naturalisme cognitif, mais s’expose alors à l’objection d’introduire des « boites noires » inutiles à une explication économe et complète de l’action (Boudon 2003). Le problème est cependant qu’il n’existe pas toujours d’explication rationnelle complète de l’action, sauf à minorer la complexité de ce que l’agent peut juger et vouloir à un moment donné et à dénier les conflits constitutifs de l’expérience de l’agir. Et pour résoudre ce problème, il ne suffit pas d’introduire les limitations connues du calcul rationnel : biais et autres imperfections du jugement (Bronner 2007). Car l’action en situation ne se fonde pas nécessairement sur le modèle délibératif du syllogisme pratique aristotélicien : meilleur jugement => formation de la volonté => action143, mais souvent aussi sur une sorte de volonté première, articulée sur un état global du corps et de l’esprit, qui peut neutraliser les effets du calcul rationnel. Lorsqu’on étudie par exemple la gestion des récompenses et des plaisirs de la vie courante, on voit que la formation de la volonté peut très souvent précéder ou court-circuiter l’élaboration d’un jugement bien pesé, et donner lieu directement à une action et au jugement qui l’accompagne.

10Contrairement aux explications sociologiques traditionnelles de l’action sociale par des calculs d’intérêts raisonnés, ou par des habitus culturels inconsciemment incorporés, ou encore par des principes axiologiques ou normatifs, il apparaît que le sujet social agit bien souvent en recherchant d’abord une sorte d’équilibre moral, dont il n’a qu’un sens intuitif global qu’il appréhende au travers des satisfactions et des récompenses qu’il ressent ou qu’il espère. Quoi qu’il en soit du jugement d’autrui ou même de son jugement antérieur, le sujet en situation juge du meilleur, c’est-à-dire du plus grand bien-être physique et moral, suivant cet équilibre très momentané. Beaucoup de décisions de la vie ordinaire ne reposent donc pas sur un calcul d’utilités marginales ou sur un appel aux valeurs, mais sur un processus de résolution pratique des différentes sortes de contraintes qui s’exercent sur lui. C’est pourquoi l’attitude la plus intéressante en sociologie cognitive et morale n’est sous doute pas de proscrire ni d’invoquer systématiquement des boîtes noires, mais d’étudier la façon dont les individus et les groupes gèrent leurs affects et leurs intuitions issues de ces boites noires – en laissant aux neurosciences et aux psychologues cognitifs le soin de nous en dire toujours plus sur ces sujets. L’objet de cette recherche n’est donc rien d’autre que la formation de la volonté et du choix qu’on peut observer dans un parcours social individuel ou dans le retour réflexif que les sujets font sur eux-mêmes, par exemple dans une interview. La sociologie morale se focalise ainsi sur le rapport subjectif et pratique de soi à soi, sous la double contrainte d’un état neurophysiologique inconscient et non contrôlé et d’un environnement social qui sert à la fois de ressource et de scène à cette gestion.

  • 144 Pharo 2007. Le terme « cognitif » englobe ici tous les aspects neurophysiologiques et subjectifs a (...)
  • 145 Ce point est évidemment compatible avec la singularité irréductible des représentations individuel (...)

11La posture qui vient d’être présentée repose sur une méthode d’inspiration phénoménologique qui vise à montrer pourquoi et comment nous ne sommes pas libres d’avoir ou non les représentations ou états mentaux que nous avons, tout en ayant malgré tout une certaine latitude pour essayer de peser en mieux sur l’état suivant, en vue d’obtenir davantage de bien-être ou de satisfactions morales. On peut parler ici de réalisme cognitif144 puisque, conformément aux définitions classiques du réalisme, on admet que le contenu des états mentaux associés à la vie ou à l’action sociale ne dépend pas principalement des conceptions que nous nous en faisons, mais d’un certain nombre d’informations et de structures objectives, physiques ou logiques, sur lesquelles nous ne pouvons agir que marginalement. On peut par exemple supposer que les actes d’autrui ou de soi-même (un don, une invitation, une violence...) déterminent chez le sujet certaines représentations et états mentaux, quelle que soit la conception qu’il s’en fait. De même, on peut penser que les sentiments suscités par certaines situations sont indépendants des conceptions qu’on se fait de ces situations145. Nous pouvons sans doute essayer d’agir sur l’apparition de ces états par les conceptions que nous élaborons et par les stratégies pratiques que nous développons en conséquence – c’est là d’ailleurs tout le sens des thérapies cognitives et comportementales. Mais cette action ne peut être que lente, indirecte, progressive, graduée..., sans que nous ne puissions jamais maîtriser la matrice qui produit la succession de ces états. Nous pouvons aussi donner un sens de niveau supérieur à nos états et représentations (par exemple, considérer la déception d’une rebuffade comme une bonne leçon) ou essayer de les chasser lorsque nous les avons (par exemple, s’efforcer de vaincre sa peur) : mais nous ne pouvons pas faire que nous ne les ayons pas lorsque nous sommes en situation de les avoir. Suivant cette posture réaliste, on s’intéresse donc en priorité au conflit possible, et en fait constamment présent, entre des conceptions plus ou moins élaborées et certains états cognitifs et conatifs spontanés auxquels on a plus ou moins de chance de résister, suivant une série de circonstances et de décisions pratiques qui font justement l’objet de la démarche de recherche que je voudrais maintenant illustrer à partir d’un exemple, celui de la dépendance pratique.

La dépendance pratique

12On pourrait définir grossièrement les dépendances pratiques comme des comportements fonctionnels régulièrement requis par des situations telles que la faim, la solitude, la peur... Suivant cette définition, il paraît évident que les dépendances pratiques sont constitutives de l’existence humaine et qu’elles impliquent dans tous les cas une certaine articulation du physiologique et du social. Les dépendances pratiques sont en effet liées à des fonctions existentielles de base telles que pouvoir se mouvoir librement, se procurer de quoi se nourrir, se mettre à l’abri, se reproduire, qui se mélangent toujours avec des fonctions un peu plus sophistiquées comme recevoir une éducation, être en sécurité physique et morale, avoir des relations sociales, accéder aux soins médicaux, etc. On peut cependant remarquer, de façon un peu plus spécifique, que les dépendances pratiques apportent généralement des satisfactions ou des récompenses qui découlent de l’accomplissement réussi et harmonieux des différentes fonctions, et qu’elles deviennent problématiques lorsque ces fonctions sont entravées par des causes naturelles ou sociales, comme par exemple la vieillesse, la maladie, le handicap, la pauvreté, l’exploitation économique, l’oppression personnelle, la persécution politique, la stigmatisation sociale... C’est du reste par ce lien aux récompenses qu’on peut expliquer les dépendances pratiques, puisque celles-ci découlent précisément des situations critiques ou des souffrances qui pourraient accompagner l’échec à satisfaire l’une ou l’autre de ces fonctions existentielles.

  • 146 Le sexe, les jeux, le travail, l’alimentation, le sport, les achats... et encore bien d’autres act (...)

13La question du plaisir ou, plus largement, des récompenses, des satisfactions et du bien-être semble donc toujours plus ou moins impliquée dans les dépendances pratiques. Il existe cependant certaines dépendances pratiques qui sont associées de façon beaucoup plus directe ou exclusive à la recherche d’une récompense ou d’un plaisir, ceux-ci constituant pour elles, sous une forme ou une autre : euphorie, stimulation, ivresse, sédation..., la principale, voire la seule fin de la pratique dont on devient dépendant. C’est le cas, entre autres146, des dépendances à des produits psychoactifs, auxquelles je m’intéresse depuis quelques années parce qu’elles soulèvent une série de problèmes individuels, sociaux et politiques qui révèlent l’étroite interaction des constructions sociales et des mécanismes physiologiques. C’est en tout cas ce que j’essaierai de montrer dans ce qui suit en abordant brièvement la question du plaisir, celle de l’addiction et du choix, et enfin celle des politiques publiques. Cet exemple semble en effet révélateur du lien entre une motivation au bien-être et à l’équilibre moral qui caractérise, selon moi, une grande partie des choix pratiques de la vie sociale, et des états mentaux et neuronaux sous-jacents échappant au contrôle immédiat et direct d’une volonté issue d’un jugement bien pesé.

Les plaisirs

  • 147 Becker 1973 : 78.
  • 148 Ibid. : 80.

14Dans un texte fameux, H. Becker, l’un des inspirateurs du constructionnisme social, a analysé la consommation de marijuana de la façon suivante : « Le désir de fumer, dit-il, est engendré par la définition des impressions en termes favorables qui est transmise par les autres. Sans cela, l’utilisation ne se poursuivra pas, car la marijuana ne constituera jamais une source de plaisir pour l’utilisateur147...’ » et, un peu plus loin : « Ainsi, un individu ne peut commencer, puis continuer, à utiliser la marijuana pour le plaisir que s’il apprend à définir ses effets comme agréables, et si elle devient et demeure un objet que l’individu estime susceptible de lui procurer du plaisir148.» Ce qu’il y a de vrai dans ces remarques est qu’on n’aime pas forcément la première cigarette de cannabis ou de tabac, de même qu’il arrive souvent qu’on soit malade après une première prise d’héroïne ou de cocaïne. Il semble néanmoins que la plausibilité de l’analyse proposée par Becker s’arrête là, car on sait aujourd’hui que le plaisir suscité par les produits psychoactifs n’est pas seulement une affaire de « définition de la situation », comme disait Parsons, mais qu’il correspond aussi à certains états neurophysiologiques dont le contrôle individuel et social est loin d’aller de soi.

  • 149 La littérature spécialisée sur ce sujet est aujourd’hui immense, et j’indique simplement quelques (...)
  • 150 L’implication précise des neurones dopaminergiques dans la motivation ou le plaisir (le « wanting  (...)

15En fait, la question du plaisir a longtemps été boudée par les sciences du comportement, qui la jugeaient largement insaisissable en raison du caractère subjectif de l’expérience, avant d’être redécouverte et renouvelée à partir de certaines expériences de laboratoires menées sur des rats dans les années 1950 (Olds et Milner 1954 : 419-427), et des techniques plus récentes d’imagerie cérébrale. On sait aujourd’hui que les plaisirs, quel que soit leur objet, sont étroitement associés au fonctionnement d’une certaine zone du cerveau : le système mésolimbique, dit aussi système de la récompense, et à la libération d’une série de neurotransmetteurs, parmi lesquels la dopamine paraît jouer un rôle prépondérant149, mais certainement pas unique (Salomon, Lanteri et alii 2006). L’approche des neurosciences contemporaines permet notamment de comprendre comment les produits psychoactifs et d’autres pratiques hédoniques peuvent créer une attirance et induire chez certains individus, par des mécanismes de renforcement150, une dérégulation durable et parfois irréversible du système de la récompense lorsque l’appareil sensoriel et neurologique, est court-circuité par l’action directe des objets plaisants sur le système de la récompense. Les propriétés hédoniques de certains produits ou pratiques se révèlent en effet capables de manipuler durablement le système motivationnel de certains individus, sinon de tous, puisqu’on sait aussi qu’il existe une forte inégalité individuelle face au risque de dépendance – qu’on explique d’ailleurs aujourd’hui par des causes génétiques (Chuan-Yun Li, Xizeng Mao, Liping Wei 2008 : 28-34).

16La mise au premier plan de ce rôle causal du système neurophysiologique de la récompense dans l’usage des produits est tout à fait compatible avec les analyses psychosociales plus classiques de la toxicomanie comme expression d’une angoisse ou d’un mal-être social puisque, par exemple, la connaissance par les psychiatres des propriétés sédatives de l’opium permet de mieux comprendre les liens entre l’angoisse ou le vide intérieur et l’utilisation des ressources hédoniques offertes par le produit. Mais elle offre aussi un éclairage nouveau sur le fait que, dans certaines conditions sociales, la puissance motivationnelle du plaisir peut agir à contre-effet sur des dispositifs organiques dont la fonction initiale est tout autre. Dans les approches évolutionnistes, le plaisir et la motivation à l’obtenir sont en effet plutôt considérés comme un facteur de survie qui facilite l’alliance et la reproduction. Mais le goût naturel pour le sucre, les graisses, le sexe ou les excitants peut avoir des effets inverses lorsqu’il est perturbé par une offre sociale pléthorique, comme c’est le cas aujourd’hui dans les sociétés libérales. Il y a donc bien une détermination sociale de la dépendance, qui ne passe pas cependant par des constructions idéologiques et représentationnelles qui attribueraient arbitrairement le sens d’un plaisir à certaines expériences, mais par des mécanismes assez frustes et aveugles de mise en relation d’une offre pléthorique de plaisirs dans les sociétés contemporaines avec des vulnérabilités physiologiques qui concernent l’espèce et, à des degrés divers, les individus. L’existence des représentations et des états émotionnels associés au plaisir et à la récompense est donc bien, comme cela a été supposé plus haut, et pour une très large part, indépendante des conceptions que l’on peut s’en faire.

17C’est là néanmoins qu’on doit faire preuve d’un peu de prudence et d’imagination en évitant d’organiciser un problème qui, d’un point de vue individuel et social, n’est fondamentalement pas de cet ordre. D’abord, on sait que le système de la récompense n’est pas activé uniquement par des produits mais par toutes sortes d’activités, physiques ou intellectuelles, susceptibles de créer des euphories, y compris probablement les extases religieuses ou les satisfactions morales. Or, la structure phénoménologique des activités qui suscitent du plaisir et des dépendances : les jeux, le travail, la spiritualité, les attachements sociaux..., présente des propriétés sociales en termes de règles et de hiérarchies de valeurs, qui sont largement dépendantes des cultures et des conceptions sociales. Les produits eux-mêmes sont consommés dans des contextes sociaux et relationnels qui influent sur leurs effets, même si ce n’est pas sous la forme un peu caricaturale envisagée par H. Becker. On sait par exemple qu’on se libère plus aisément des dépendances à la morphine utilisée pour soulager la douleur, sans doute parce que le but de l’usage du produit n’est pas récréatif ou expressément hédonique. On sait d’autre part que des changements d’environnement social peuvent avoir des effets d’interruption des dépendances, le cas le plus connu étant celui des soldats du Vietnam qui avaient cessé spontanément leur consommation d’opium quelques années après leur retour aux USA (Robins 1974). Cette idée d’arrêt spontané fait d’ailleurs aujourd’hui l’objet d’un certain nombre de travaux qui s’y intéressent, entre autres, parce que le modèle dit de « natural recovery » apparaît comme une alternative au modèle strictement médical de l’addiction comme «maladie du cerveau » (Klingemann, L. Sobell et alii 2001). Pour autant, cela ne justifie pas de revenir à une approche globalement constructionniste, car les arrêts spontanés n’infirment pas les connaissances qu’on a aujourd’hui sur les bases neurophysiologiques de la dépendance. Ce que suggère plutôt ce bref tableau des approches actuelles de la dépendance au plaisir, c’est simplement qu’il existe une articulation objective du travail réflexif des individus et des groupes avec leurs états corporels spontanés.

Addiction et choix

  • 151 DSM1V de l’American Psychiatric Association ou CIM10, classification internationale des maladies.
  • 152 Les réflexions qui suivent sont issues de deux recherches sur contrat : « Plaisir et intempérance, (...)
  • 153 Cf. notamment Davidson 1993.

18En fait, la dépendance aux plaisirs et aux produits ne devient un problème pour les individus et leur entourage que lorsque l’usage apparaît comme irrésistible, envahissant et nuisible. On parle alors d’addiction, en retenant généralement151 comme critères la conjonction de quelques-uns des traits suivants : le désir compulsif du produit, la tolérance aux effets, l’absence de contrôle, l’envahissement personnel, le syndrome de sevrage en cas d’interruption, la poursuite de la consommation malgré les conséquences nocives... Lorsqu’on interroge des personnes qui ont eu un usage extrêmement sévère d’un produit ou d’un ensemble de produits152, on voit que le basculement d’un usage contrôlé à une dépendance addictive ne se produit qu’à un certain moment du parcours d’usage, et qu’il change le sens non pas tant des effets mentaux associés aux produits, que du rapport réflexif que le sujet entretien avec sa dépendance. Pour essayer de mieux cerner le sens pratique d’un parcours addictif, des philosophes et des psychologues ont fait appel ces dernières années à un modèle issu de la théorie aristotélicienne de l’action : l’akrasia ou « faiblesse de la volonté », qui a été brillamment repris en philosophie contemporaine par D. Davidson153. Selon ce modèle, un agent agit de façon akratique ou incontinente si, jugeant que l’action y est meilleure et réalisable, il accomplit néanmoins l’action x, jugée moins bonne – ce qui est alors une source de paradoxe et d’irrationalité. Le recours à cette théorie paraît d’autant plus évident que les usagers de drogues sont souvent considérés comme des personnes « faibles ». De plus, le modèle de l’akrasia illustre parfaitement la séparation qui peut exister entre la conception qu’un sujet se fait de la meilleure action (son « meilleur jugement ») et les sentiments et représentations qu’il a spontanément lorsqu’il est confronté aux produits.

  • 154 Éthique à Nicomaque, VII. En anglais, on traduit d’ailleurs akolasia par self-indulgence, tandis q (...)

19Toutefois, lorsqu’on quitte le terrain proprement philosophique pour enquêter plus précisément sur le rapport des personnes dépendantes à leur consommation, le modèle de l’akrasia se révèle assez vite insuffisant pour modéliser les comportements addictifs. Le cas du sujet qui voudrait ne pas consommer mais qui consomme malgré tout ne rend compte en effet que de certains segments du parcours d’un usager dépendant, spécifiquement lorsqu’il échoue dans des tentatives de contrôle ou lorsque, ayant pris conscience de sa dépendance, il essaie sans succès d’en sortir. Mais cette situation ne correspond qu’à une partie de l’histoire, car le problème courant et vital d’un usager régulier n’est pas de ne pas vouloir consommer, mais au contraire de vouloir consommer dans les meilleures conditions pour lui. En pratique, la consommation régulière a tendance à estomper la conscience d’une contradiction entre le meilleur jugement et l’action, tandis que le plaisir ou, du moins, l’excitation ou la sédation, ont pour effet d’anoblir le sujet consommant et de magnifier ses choix, en élevant sa confiance en lui et en lui donnant le sentiment de réussir là où il échouait avant, et cela même si les aléas des descentes d’ivresse ou l’expérience du manque ont naturellement l’effet inverse. On observe ainsi, suivant les moments du parcours, deux états « conatifs » très distincts : l’un dans lequel il n’est nullement question de lutter contre sa consommation, et un autre dans lequel on lutte et on échoue (et parfois, d’ailleurs, on réussit). Le second cas relève sans doute de l’akrasia ou de l’incontinence, mais le premier relèverait plutôt d’une certaine forme d’auto-indulgence dans laquelle le sujet entretient sa pratique de bon cœur, autrement dit de façon résolue. On pourrait éventuellement appliquer à ce contraste la distinction aristotélicienne entre l’akrasia et l’akolasia154, en précisant néanmoins que l’auto-indulgent ne conteste pas forcément le meilleur jugement, le sien ou celui de la société, mais qu’il passe outre, alors que l’akolastès d’Aristote est entièrement cohérent dans son « dérèglement ». On voit en tout cas que la dépendance addictive est loin d’être toujours une bataille perdue contre un désir irrépressible, et qu’elle relève au contraire bien souvent d’un sentiment de victoire transgressive sur les conceptions courantes, y compris les siennes.

  • 155 Tout cela est très bien expliqué dans Elster 2007.

20Selon certains partisans de la théorie du choix rationnel, il n’est du reste nullement nécessaire de recourir aux paradoxes de l’akrasia et de l’irrationalité motivée pour expliquer la dépendance. Ainsi, la « théorie rationnelle de l’addiction », développée par l’économiste G. Becker (1996), prédit que futilité marginale de la consommation d’un produit addictif sera toujours plus grande que celle de l’abstention, car le fait d’avoir déjà consommé est une raison de reconsommer pour avoir les mêmes impressions ou pour éviter d’être mal. Cette approche paraît cohérente avec ce qu’on sait des mécanismes de tolérance qui poussent en effet à augmenter la consommation. Elle repose d’autre part sur une conception du calcul des utilités qui, tout en excluant des mécanismes tels que la faiblesse de la volonté, rend le sujet sensible à la fluctuation des valeurs d’utilités, au travers de ce qu’on appelle l’escompte (discount) du futur, c’est-à-dire la tendance à minimiser dans l’instant les utilités futures. G. Becker pense par exemple qu’il suffirait de diminuer l’escompte du futur relatif à certains produits (notamment le tabac), c’est-à-dire rendre plus lourd le prix futur à payer, pour diminuer futilité marginale actuelle de la consommation et interrompre le processus addictif. Ce à quoi des auteurs tels que G. Ainslie (2001) ou J. Elster ont objecté que l’escompte du futur n’est pas exponentiel, comme le croit Becker, mais hyperbolique, ce qui signifie que lorsqu’on se rapproche temporellement de l’occasion de consommation, l’utilité marginale de celle-ci augmente d’une façon si extrême et brutale qu’elle neutralise l’utilité future, même lorsque celle-ci est élevée155. Cette critique ramène donc ces auteurs au modèle de l’akrasia, mais dans un sens différent de celui de Davidson. J. Elster pense en effet qu’il n’existe aucune preuve que le conflit des systèmes de raison soit synchronique – le plus mauvais jugement l’emportant sur le meilleur –, alors que le conflit paraît évident sur le plan diachronique. Cela revient à dire que lorsqu’il est confronté à l’occasion pratique, le sujet akratique change simplement d’avis et suit le jugement le moins bon, au lieu de se conformer au meilleur (Elster 2007 : 30 et sq). On reste ainsi dans une variante « irrationnelle », parce que versatile, de la théorie du choix rationnel.

  • 156 Proust 2005.
  • 157 Cf. Watson (2004 : 330), qui rejette aussi l’utilisation du modèle de l’akrasia pour l’addiction, (...)

21Si on cherche à comparer les trois modèles : aristotélicien-davidsonien, rationaliste au sens de G. Becker ou akratique au sens d’Elster, on voit que dans les trois cas, le choix est prisonnier des désirs et impressions spontanées. Cependant, chez Aristote-Davidson, le jugement lui-même reste indemne, il vise ce qui est le mieux tout bien considéré en allant le cas échéant contre certaines propensions, mais il est trahi, non par la volonté conforme au meilleur jugement, mais par l’action, et donc par une sorte de volonté sous-jacente ou de « capacité exécutive156 » qui l’accompagne et qui n’est pas identique à la volonté qui fait preuve de « faiblesse ». Chez Becker et Elster au contraire, le jugement est toujours contaminé par les préférences immédiates, sauf que celles-ci n’ont pas la même loi de développement. Or, si on revient à des données un peu plus proches de l’expérience, on voit que dans un grand nombre de cas, les usagers qui consomment fortement des produits dangereux sont conscients des dangers de ces produits et du fait qu’il vaudrait mieux ne pas en prendre – un test est qu’en principe ils ne conseilleront pas à leurs enfants d’en prendre, ou d’en prendre comme ils en prennent eux-mêmes. Les usagers s’alignent donc généralement sur le jugement courant au sujet des produits, du moins pour ce qui concerne les autres , car pour eux, ils pensent pouvoir passer entre les mailles du filet, comme les pratiquants de sports extrêmes qui savent que c’est dangereux pour les gens ordinaires mais qui, pour ce qui est d’eux-mêmes, décident de courir le risque. Le choix de consommation triomphe donc d’abord du meilleur jugement, non par faiblesse de la volonté, mais par une volonté expressément contraire au meilleur jugement. Un tel choix pourrait éventuellement demeurer dans les limites d’une rationalité utilitaire puisque, tant que le sujet ignore les risques qui le concernent personnellement, il n’est pas forcément irrationnel pour lui de décider de prendre le risque, compte tenu des « utilités ». Mais en fait, même si l’usager connaissait les risques qu’il court personnellement d’être accroché (par exemple en faisant vérifier qu’il a ou non l’allèle dangereux), rien ne prouve qu’il ne choisirait pas de consommer contre son meilleur jugement ! Et le fait est que, lorsqu’il sait qu’il est accroché, il continue non seulement à consommer, mais à vouloir consommer, quitte à « dénier », comme le disent certains usagers, sa propre dépendance, oscillant alors entre une volonté consciente qui redouble son état spontané d’appétence et une rationalisation de celui-ci pour réduire, autant que possible, la dissonance avec ses autres jugements. Dans une telle situation, il est difficile de dire que c’est la volonté qui est faible, car en fait, c’est plutôt la liberté qui s’affaiblit, puisque le sujet semble faire expressément le choix de la dépendance. Le principal problème du sujet dépendant est en effet de vouloir encore consommer, même lorsqu’il est dépendant , autrement dit de s’aligner délibérément sur un mécanisme compulsif157 qui commande ses désirs et ses représentations immédiates.

22Si on revient maintenant au débat sociologique du constructionnisme ou du réalisme, on voit bien que la faiblesse de la volonté, en cas d’échec d’un contrôle ou d’une décision d’abstinence, ou la faiblesse de la liberté, en cas d’acceptation d’un risque ou d’une certitude de dépendance, impliquent bien une certaine « construction » à la fois individuelle et sociale de la dépendance. Les choix individuels de consommation sont en effet toujours plus ou moins soutenus ou stimulés par des environnements et des mimétismes sociaux qui recommandent ou facilitent certains d’entre eux. Toutefois, cette construction sociale ne résulte en aucun cas d’une élaboration collective qui se ferait ad libitum et de façon désincarnée, mais provient toujours d’une confrontation des sujets à des états cognitifs et conatifs qu’ils ne peuvent pas ne pas avoir lorsqu’ils sont confrontés à certaines offres et processus d’accoutumance fixant lourdement les contraintes de leurs « choix ». La gestion individuelle des drogues ne relève donc pas d’un pur arbitraire subjectif et social, pas plus du reste que les politiques publiques des drogues ne relèvent d’un pur arbitraire culturel. Le risque d’envahissement de l’usager, contre son jugement, contre sa volonté, mais aussi contre sa liberté, est suffisamment avéré pour fixer au moins le cadre objectif des constructions sociales et politiques possibles pour faire face à un mécanisme cognitif qui n’est pas directement sous le contrôle des conceptions que l’on peut avoir, et qui suppose donc toujours des stratégies de contournement ou de domestication.

Les politiques publiques de la drogue

  • 158 En France, les condamnations relatives à la législation sur les stupéfiants sont en hausse (69 % d (...)
  • 159 Par exemple, Szasz 1974.
  • 160 2,3 millions de personnes sont incarcérées, soit 0,8 % de la population. Ce taux, qui a été multip (...)

23Je voudrais justement, pour conclure cet article, aborder brièvement la dimension sociale et politique du problème de la dépendance qui, plus que tout autre, cristallise et permet peut-être de clarifier le débat entre thèses constructionnistes et thèses réalistes en sociologie. En premier lieu, il serait certainement difficile de nier que le stigmate social et la répression de l’usage des drogues illicites, tels qu’on les connaît dans les sociétés contemporaines, sont des phénomènes historiquement contingents, et donc en un sens « construits ». Nous savons en effet que toutes les sociétés font usage de substances psychoactives et que, dans les sociétés occidentales elles-mêmes, certaines drogues, telles que les médicaments psychotropes, sans même parler de l’alcool ou du tabac, sont tolérées ou même encouragées, alors que d’autres font l’objet d’une répression accrue (Musto 1999). La France par exemple est toujours soumise à une loi de 1970 qui réprime le trafic de certaines drogues, mais aussi l’usage158. On sait aussi, par de nombreux travaux historiques, que le xxe siècle a été saisi d’une peur grandissante des substances psychoactives159 qui a conduit à criminaliser toute une série d’usages qui ne l’étaient pas précédemment ou qui faisaient leur apparition en liaison avec les politiques coloniales des pays occidentaux. Tout se passe en fait comme si l’extension du confort, des plaisirs et des satisfactions corporelles dans les sociétés libérales s’était accompagnée d’une tentative de fixer la frontière entre les plaisirs légitimes et ceux que la force publique avait le devoir de réprimer. Dans cet ordre d’idée, le cas le plus remarquable est certainement celui des États-Unis, pays de la liberté individuelle et de la consommation extrême, où la guerre déclarée à la drogue a accompagné une extension sans précédent des taux d’incarcération160, tout en échouant de façon spectaculaire à freiner la consommation et les trafics de drogues illicites.

24Une explication fréquente de ce genre de phénomène consiste à incriminer l’ordre moral et les tendances conservatrices ou répressives immanentes aux sociétés occidentales – avec en toile de fond les modèles foucaldien ou interactionniste. L’ordre moral est en effet une des composantes de la machine répressive, particulièrement aux États-Unis, pays dont on connaît, au moins depuis Tocqueville, les liens avec la religion et le puritanisme. Mais on sait aussi que cette machine répressive est très sélective puisque, en dehors même des consommations encouragées de médicaments ou de produits alimentaires, elle tolère toutes sortes de pratiques hédoniques ou médiatiques qui ne cadrent pas vraiment avec les morales traditionnelles. De plus, l’ordre moral n’a pas empêché une libéralisation progressive des mœurs qui a conduit à décriminaliser l’avortement, l’adultère, l’homosexualité ou le commerce des images sexuelles, sinon celui du sexe lui-même. En fait, « l’ordre moral », au sens d’une conception particulière du bien qu’on se permet d’opposer à la liberté d’autrui, se situe toujours à l’intersection de deux ordres objectifs de dilemmes ou d’incertitudes. Le premier dilemme relève de la philosophie politique et morale puisqu’il concerne le droit de la puissance publique à restreindre les libertés individuelles, à partir notamment des deux justifications que sont les nuisances à autrui ou les nuisances à soi-même. Le libéralisme politique qui se situe dans la tradition de J. S. Mill (et en fait de la Déclaration des droits de l’homme de 1789), exclut en principe la deuxième justification, considérant que la société ne doit se mêler des actions individuelles que lorsque celles-ci sont préjudiciables aux autres. De ce point de vue, l’usage des produits psychoactifs devrait être reconnu comme une liberté individuelle, dont on ne voit vraiment pas ce qui pourrait autoriser la puissance publique à priver l’individu (Feinberg 1986). Toutefois, en dehors même des différentes sortes de positions paternalistes qui servent encore à justifier ce genre d’intrusion, on peut toujours arguer de considérations utilitaristes : le coût des addictions pour la société, les impératifs de santé publique..., ou encore d’un souci de protection des mineurs influençables et des personnes vulnérables pour brouiller la frontière entre les nuisances à soi-même et les nuisances à autrui qui, en effet, sont loin d’être étanches (De Greiff (ed.) 1999).

  • 161 Sur ce thème des « mauvaises influences », cf. par exemple, les publications du Center on Addictio (...)
  • 162 Voir par exemple Faugeron et M. Kokoreff 2002.

25Or, c’est là que le débat politique et moral, qui relève sans aucun doute d’une certaine construction intellectuelle, se trouve inévitablement parasité par une seconde sorte de dilemme qui tient aux effets sensibles réels des produits sur les états mentaux individuels et sur d’éventuelles contaminations sociales lorsque s’accroît la popularité des produits – par exemple lorsque certains mimétismes sociaux favorisent des usages précoces qui favorisent à leur tour les dépendances futures161. Il existe un lien intrinsèque entre, d’un côté, les attraits et les dangers objectifs de certaines substances et, de l’autre, les différents outils conceptuels et moraux qui sont utilisés, soit par les autorités politiques dans un but d’ordre ou de santé publique, soit par des intervenants psychosociaux et des associations dans un but de protection des utilisateurs. Même en admettant le caractère intrusif et ultimement immoral des leçons de morale adressées ad hominem à un adulte, il semble difficile, lorsqu’on évalue la situation sur un plan général, de ne pas tenir compte des risques associés à la consommation des produits et de ne pas en tirer certaines conclusions normatives qui vont façonner ce qu’on considérera comme le « meilleur jugement ». Toutes les incitations ou politiques possibles dans ce domaine paraissent ainsi dériver de la situation cognitive et sensible de l’expérience des drogues qui, d’une façon ou d’une autre, pilote ou contraint la palette des choix possibles. Le fait que les produits constituent un danger mortel pour certains sujets conduit en effet presque tout le monde à prôner en pratique une politique de contrôle, soit sur le plan individuel, en faisant valoir par exemple la possibilité d’une « consommation intégrée162 », maîtrisée et sans dommage, soit sur le plan collectif en organisant des campagnes de prévention et en cherchant à restreindre l’offre par des moyens incitatifs ou répressifs.

  • 163 Dans le cas français, suivant une conférence de consensus de 2004, le bilan du passage à cette pol (...)

26C’est uniquement, me semble-t-il, en tenant compte de cet arrière-plan « réaliste » qu’on peut comprendre les différentes positions politiques suscitées par l’usage des drogues, et en particulier la façon de concevoir l’interaction entre le bien-être collectif et le bien-être individuel. Beaucoup d’observateurs pensent aujourd’hui que les politiques répressives ont été contre-productives car elles n’ont réduit ni les trafics, ni les usages dangereux, par contraste avec les politiques de réduction des risques, consistant notamment à distribuer des seringues et des produits de substitution à base d’opiacés, dont les conséquences bénéfiques sont reconnues163. À vrai dire, si les politiques de réduction des risques ont été préférées à un certain moment au message traditionnel d’abstinence, c’est surtout pour des raisons utilitaristes qui visaient à endiguer les épidémies de VIH et d’hépatites. Toutefois, dans leur mise en œuvre par les personnels soignants, ces politiques s’appuient le plus souvent sur une conception du bien-être individuel qui vise des fins de réparation ou de support à la responsabilité individuelle, plutôt que de punition ou de contrôle moral. Cette approche des intervenants sanitaires et sociaux tranche singulièrement avec le cadre répressif des lois en vigueur, et on aurait tout intérêt à en étendre la philosophie à d’autres aspects de la politique publique, par exemple en commençant par autoriser les usages et ramener au statut de simples contraventions les petits trafics qui donnent lieu aujourd’hui à des incarcérations. Mais nous sommes aujourd’hui en France, sur ce sujet, dans une sorte de situation politiquement anesthésiée où personne n’ose bouger (et surtout pas la gauche lorsqu’elle fut au pouvoir) et où les mouvements qui se dessinent parfois, à partir notamment de l’exemple américain, peuvent susciter quelques inquiétudes. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est qu’il ne suffira pas de dénoncer l’arbitraire des choix ou des constructions politiques pour amender l’évolution future. Ce qu’il faudrait trouver au contraire, c’est une façon cohérente de gérer les deux dilemmes éthico-politique (la promotion des libertés, sans dommage pour les plus faibles) et sociocognitif (la lutte contre les emprises, sans intrusion sur les individus) que je viens d’évoquer – ce qui est une tout autre histoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ainslie, G., 2001. Breakdown of Will, Cambridge, Cambridge University Press.

Aristote, Éthique à Nicomaque, III, 5, VII, Paris, Flammarion

Baumard, N., 2010. Comment nous sommes devenus moraux, Paris, Odile Jacob.

Barkow, J. H., Cosmides, L. et Tooby, J. (eds), 1992. The Adapted Mind. Evolutionary Psychology and the Generation of Culture, Oxford, Oxford University Press.

Barrett, L., Dunbar, R. et Lycett, J., 2002. Human Evolutionary Psychology, New York, Palgrave.

Becker, G., 1996. Accounting for Tastes, Cambridge, Harvard University Press.

Becker, H. S., 1973 [1963]. Outsiders, Studies in the Sociology of Deviance, New York et Londres, Free Press.

Berger, P. et Luckmann, T., 1966. The Social Construction of Reality, New York, Doubleday.

Berridge, K. C., 2003. «Pleasures of the brain», Brain and Cognition, 52: 106-128.

Boudon, R., 2003. Raison, bonnes raisons, Paris, PUF.

Bouvier, A., 2004. « Le problème de l’unification des théories en sociologie. Un exemple : choix rationnels et logiques de l’honneur », Cahiers d’épistémologie, 320, GREC, Université du Québec à Montréal.

Brass, M. et Haggard, P., 2007. « To do or not to do : the neural signature of self-control », The Journal of Neuroscience, 22 : 9141-9145.

Bronner, G., 2007. L’empire de Terreur. Éléments de sociologie cognitive, Paris, PUF.

Chuan-Yun Li, Xizeng Mao et Liping Wei, 2008. « Genes and (common) pathways underlying drug addiction », PLoS Computational Biology : 28-34.

Davidson, D., 1993. « Comment la faiblesse de la volonté est-elle possible», in D. Davidson, Actions et événements, Paris, PUF [trad. fr. P. Engel 1993].

De Greiff (ed.), 1999. Drugs and the Limits of Liberalism, Moral and Legal Issues, Ithaca, Cornell University.

Denham, A. E., 2008. «Psychopathy, empathy and moral motivation», in J. Broakes (ed.), Essays on Iris Murdoch, Oxford, Oxford University Press.

Elster, J., 2007. Agir contre soi, Paris, Odile Jacob.

Faugeron, C., Kokoreff, M. (dir.), 2002. Société avec drogues. Enjeux et limites, Paris, Erès, coll. « trajets ».

Feinberg, J., 1986. Harm to Self. The Moral Limits of the Criminal Law, Oxford, Oxford University Press, vol. 3.

Fodor, J., 1994. The Elm and the Expert, Paris, CNRS Éditions.

Gardner, E. L., David, J., 1999. «The neurobiology of chemical addiction», in J. Elster, O.J. Skog (eds), Getting Hooked, Rationality and Addiction, Cambridge, Cambridge University Press.

Hochel, B. et alii, 1999. « Neural Systems for reinforcement and inhibition of behavior : relevance to eating, addiction, and depression », in D. Kahneman, E. Diener et N. Schwarz (eds.), The Foundations of Hedonic Psychology, New York, Russel Sage Foundation.

Jacobs, D., Helms, R. E., 1996. «Toward a political model of incarceration: A time-series examination of multiple explanations for prison admission rate», American journal of sociology, vol. 102 (2): 323-357.

Klingemann, H., Sobell, L. et alii., 2001. Promoting Self-change front Problem Substance Use. Practical Implications for Policy, Prevention and Treatment, Dordrecht, Kluwer Academic Publication.

Lévi-Strauss, C., 1971. « Race et culture », Revue internationale des sciences sociales, XXIII, 4, Unesco [réédition in : Lévi-Strauss, C. 1983. Le regard éloigné, Paris, Plon].

Mill, J. S., 1859. De la liberté [trad. fr. 1990 L. Langlet, Paris, Gallimard].

Miller, A., 2005. «Realism», in E. N. Zalta (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Stanford, The Metaphysics Research Lab. of Stanford University.

Montague, P. R., Berns, G.S., 2002. «Neural economics and the biological substrates of valuation», Neuron, «Special issue on Reward and Decision», vol. 36 (2).

Musto, D., 1999. The American Disease: Origins of Narcotics Control, Oxford, Oxford University Press.

Olds, J., Milner, P., 1954. «Positive reinforcement produced in electrical simulation of septal area and other regions of rat brain», Journal of Comparative and Physiological Psychology, 47: 419-427.

Papineau, D., 2000. «The evolution of knowledge», in P. Carruters, A. Chamberlain (eds), Evolution and the Human Mind. Modularity, Language and Meta-cognition, Cambridge, Cambridge University Press.

Parsons,T., 1968 [1937], The Structure of Social Action, New York, Free Press, vol. 2.

Pharo, P. (dir.), 2004. L’homme et le vivant. Sciences de l’homme et sciences de la vie, Paris, PUF.

–, 2007. «How is sociological realism possible?», European Journal of Social Theory, «Special issue on cognitive social theory (ed. P. Strydom)», Aug., vol. 10 (3): 481-496.

–, 2011. Philosophie pratique de la drogue, Paris, Éditions du Cerf.

Pinker, S., 2002. The Blank Slate: The Modern Denial of Human Nature, New York, Viking, Penguin.

Proust, J., 2005. La nature de la volonté, Paris, Gallimard.

Robins, L.N., 1974. The Vietnam Drug User Return, Washington D.C., U.S. Government Printing Office.

Sahlins, M., 1976. The Use and Abuse of Biology. An Anthropological Critique of Sociobiology, Ann Arbor, University of Michigan Press [trad. fr. J.-F. Roberts, 1980. Critique de la sociobiologie. Aspects anthropologiques, Paris, Gallimard].

Salomon, L., Lanteri, C. et alii, 2006. « Behavioral sensitization to amphetamine. Results from an uncoupling between noradrenergic and serotonergic neurons », Proceedings of National Academic of Sciences.

Sperber, D., 1997. « Individualisme méthodologique et cognitivisme », in R. Boudon, F. Chazel et A. Bouvier (dir.), Cognition et sciences sociales, Paris, PUF.

Szasz, T., 1974. La persécution rituelle des drogués, boucs émissaires de notre temps : le contrôle d’État de la pharmacopée, Les Éditions du Lézard [trad. fr. M. Manin-Burke 1976, réédition 1996].

Watson, G., 2004. Agency and Answerability. Selected Essays, Oxford University Press, USA.

Notes

132 J’ai développé un argument analogue dans Pharo 2007.

133 Sur l’idée d’unification des théories sociologiques, voir Bouvier 2004.

134 Voir par exemple, Miller 2005.

135 Ce qui revient à dire que les représentations et les idéologies ne seraient pas le résultat d’une conception « autonome » mais de processus aveugles.

136 Il existe évidemment des exceptions notables, par exemple Parsons 1968, et la thèse de « réalisme analytique ».

137 Voir par exemple l’ouvrage classique de Barkow, Cosmides et Tooby (eds) 1992, ou le manuel de Barrett, Dunbar et Lycett 2002. Pour d’autres références, voir Pharo (dir.) 2004.

138 Par exemple, la critique classique de Sahlins 1976.

139 C’est probablement aussi ce que pensait P. Bourdieu, sauf que celui-ci ne s’est jamais préoccupé d’explorer les mécanismes neurocognitifs sous-jacents aux habitus.

140 Par exemple, Brass et Haggard 2007.

141 À ce sujet voir la thèse de C. Lévi-Strauss (1971) proposant d’expliquer la dérive génétique par la culture, et non l’inverse.

142 Par exemple, Papineau 2000.

143 Cf. Aristote, Éthique à Nicomaque, notamment III, 5.

144 Pharo 2007. Le terme « cognitif » englobe ici tous les aspects neurophysiologiques et subjectifs aussi bien que logiques et sémantiques de la vie de l’esprit.

145 Ce point est évidemment compatible avec la singularité irréductible des représentations individuelles puisque les mêmes situations qui déterminent en principe les mêmes informations, ne suscitent pas forcément les mêmes représentations et les mêmes sentiments chez tous les individus. Un cas intéressant ici est celui des psychopathes qui sont réputés pouvoir agir de façon cruelle sans avoir la sensibilité associée (Denham 2008). Un autre cas intéressant est celui des erreurs pratiques qui peuvent entraîner des représentations déviantes de l’acte accompli du fait de l’erreur sur sa fin ou son accomplissement : par exemple activer une manette qui tue un homme alors qu’on croyait le soulager. Ici cependant, dès que l’erreur est découverte, les représentations s’ajustent en principe à l’information, ce qui n’est pas le cas d’une personne hallucinée dont les représentations habituelles sont durablement perturbées par rapport aux représentations normalement associées à certaines situations.

146 Le sexe, les jeux, le travail, l’alimentation, le sport, les achats... et encore bien d’autres activités peuvent aussi être pratiquées principalement pour la récompense intrinsèque, et non pas instrumentale, qu’elles apportent au moment où on les accomplit.

147 Becker 1973 : 78.

148 Ibid. : 80.

149 La littérature spécialisée sur ce sujet est aujourd’hui immense, et j’indique simplement quelques références qui ont été particulièrement utiles au non-spécialiste que je suis : Gardner et David 1999, Hochel et alii 1999.

150 L’implication précise des neurones dopaminergiques dans la motivation ou le plaisir (le « wanting » ou le « liking ») fait l’objet de discussions qui relancent le débat classique du behaviorisme et du subjectivisme, qu’on espère faire avancer grâce à l’imagerie cérébrale. Cf. Montague et Berns 2002, Berridge 2003.

151 DSM1V de l’American Psychiatric Association ou CIM10, classification internationale des maladies.

152 Les réflexions qui suivent sont issues de deux recherches sur contrat : « Plaisir et intempérance, anthropologie morale de l’addiction » (MILDT-INSERM, rapport rendu en octobre 2006), et « Redevenir libre ? Éthique et motivations de quelques voies de sortie de l’addiction » (INCa-MILDT-INSERM, rapport rendu en avril 2009). Les résultas de ces deux recherches sont repris dans l’ouvrage : Pharo 2011.

153 Cf. notamment Davidson 1993.

154 Éthique à Nicomaque, VII. En anglais, on traduit d’ailleurs akolasia par self-indulgence, tandis qu’en français on utilise le terme plus normatif de dérèglement.

155 Tout cela est très bien expliqué dans Elster 2007.

156 Proust 2005.

157 Cf. Watson (2004 : 330), qui rejette aussi l’utilisation du modèle de l’akrasia pour l’addiction, en arguant que « le compulsif cède à des désirs qu’un degré normal de résistance ne permet pas de contrôler ».

158 En France, les condamnations relatives à la législation sur les stupéfiants sont en hausse (69 % d’augmentation de 2001 à 2005). 36 % concernent l’usage et 34 % la détention et l’acquisition (source : Ministère de la Justice 2007, à partir des données de 2005).

159 Par exemple, Szasz 1974.

160 2,3 millions de personnes sont incarcérées, soit 0,8 % de la population. Ce taux, qui a été multiplié par 18 en 40 ans, installe les États-Unis au premier rang mondial. D’autre part, si 24 % des prisonniers le sont pour des faits liés à la drogue, 70 % d’entre eux sont censés avoir abusé des drogues au moment de commettre leur infraction (source US Department of Justice, 2004 et 2005). Sur l’aspect historique, cf. Jacobs et Helms 1996 : 323-357.

161 Sur ce thème des « mauvaises influences », cf. par exemple, les publications du Center on Addiction and Substance Abuse (CASA), à New York.

162 Voir par exemple Faugeron et M. Kokoreff 2002.

163 Dans le cas français, suivant une conférence de consensus de 2004, le bilan du passage à cette politique à partir du milieu des années 1990 a été extrêmement positif puisqu’on a eu une diminution considérable des décès liés à l’usage des drogues, une baisse de l’infection par le VIH, une baisse du taux de prématurité chez les femmes enceintes, un effondrement des pratiques d’injection, un meilleur accès aux soins pour l’hépatite

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, membre du CERSES (Centre de Recherche Sens Éthique Société, université Paris-Descartes). Il a notamment publié : Sociologie de l’esprit, Morale et sociologie, Raison et civilisation, Philosophie pratique de la drogue.
patrick.pharo@univ-paris5.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search