Version classiqueVersion mobile

La sociologie cognitive

 | 
Fabrice Clément
, 
Laurence Kaufmann

II. Les approches sociales de l’esprit

Jugements en action, actions en jugement. Ce que la sociologie des épreuves peut apporter à l’étude de la cognition

Cyril Lemieux

Texte intégral

  • 96 Les travaux auxquels il sera tait référence sont, pour l’essentiel, ceux qui ont été produits depu (...)
  • 97 Par « cognition », nous entendrons l’ensemble des activités et des processus de connaissance (perc (...)

1La sociologie pragmatique française, ou plus pertinemment sociologie des épreuves (tant le pragmatisme n’est que l’une de ses sources d’inspiration), peut être présentée comme une praxéologie de la connaissance96. Notre but sera ici de préciser le sens de cette formule. Nous essaierons, à cette occasion, de suggérer en quoi la notion d’« épreuve » est susceptible de renouveler la conception que l’on peut se faire en sciences sociales, et de la pratique, et de la cognition – les deux apparaissant, dans l’optique de ce type de sociologie, indissociables97. Nous dirons aussi ce qui caractérise cette approche de la connaissance en termes de contraintes de description, et quelle posture compréhensive elle appelle vis-à-vis des raisonnements apparemment incohérents, absurdes ou paradoxaux que peuvent tenir certains acteurs. Mais ce texte poursuit un second objectif : examiner pourquoi la sociologie des épreuves a fait jusqu’à présent si peu de cas de la question des dispositions dans l’analyse des processus cognitifs ; montrer les bonnes raisons qu’elle a eues de le faire ; et dire, enfin, l’intérêt qu’elle pourrait avoir à réintégrer dorénavant cette question. Un tel projet de réintégration s’inscrit dans une réorientation plus vaste consistant à reconquérir, depuis le cadre dessiné par la sociologie des épreuves et dans le respect des exigences qu’elle s’est données, des tâches qu’elle a délaissées : la prévision de la façon dont raisonneront certains acteurs placés dans une situation donnée, l’explication de leur façon personnelle de raisonner et la critique de leur façon de raisonner.

Une praxéologie de la connaissance

  • 98 Voir notamment Latour 1984, 1989 ; Callon 1989. C’est à la sémantique structurale de Greimas (1966 (...)
  • 99 Rappelons que Callon et Latour appliquent le principe de symétrie entre humains et non-humains : p (...)
  • 100 C’est en quoi l’épreuve apparaît avant tout ici comme un rapport de force entre des chaînes d’asso (...)

2On doit à l’anthropologie des sciences et des techniques de Bruno Latour et Michel Callon d’avoir, la première, introduit la notion d’épreuve dans le lexique de la sociologie98. Chez ces auteurs, l’épreuve se définit comme le lieu d’un rapport de forces. Elle consiste dans la remise en cause du lien de délégation à travers lequel des actants étaient, jusqu’alors, les porte-parole fiables et incontestés de certaines choses ou de certains êtres. Il y a épreuve, par exemple, lorsque le lien de délégation qui permettait à un syndicaliste de se faire le porte-parole d’un groupe de travailleurs est remis en cause (les travailleurs le désavouent publiquement, un syndicat concurrent a émergé...) ; ou lorsqu’est remis en cause le lien de délégation en vertu duquel un physicien nucléaire se faisait avec succès le porte-parole d’un certain type de particules (soudain, ces dernières ne se comportent plus comme ce scientifique l’avait prédit)99 . L’épreuve se concrétise dans le fait d’isoler le porte-parole de ce pour qui il parle, de montrer qu’il est un mauvais porte-parole de ce qu’il prétendait représenter, que ce pour qui il parle n’est plus aligné sur lui et que, par conséquent, il usurpe son statut de porte-parole. Le syndicaliste, en définitive, ne représentait que lui, non pas les travailleurs et leurs intérêts. Le physicien ne représentait pas les particules qu’il avait étudiées mais seulement sa propre imagination. Ainsi l’épreuve de force consiste-t-elle à tenter de réduire à lui-même et à sa subjectivité celui qui prétendait être le porte-parole d’un collectif et le producteur d’énoncés objectifs. Que cette opération de réduction échoue, et le porte-parole en sortira renforcé : la preuve aura été faite qu’il représentait bel et bien le collectif qu’il prétendait représenter et que celui-ci a continué à le soutenir. Dans le cas contraire, les forces se seront désalignées au profit de nouvelles chaînes d’association (d’autres syndicats, d’autres savants...)100.

L’épreuve comme crise de la représentation

  • 101 Ainsi entendue, « épreuve » pourrait être rapprochée de la notion de « rupture de représentation » (...)
  • 102 Une exigence rendue manifeste par le fait que les agents qui ne la respectent pas tendent à être c (...)
  • 103 Sur l’opposition, et le continuum, entre épreuves « légitimes » et épreuves de force, voir Boltans (...)

3De la notion d’épreuve chez Latour et Callon, on retiendra donc qu’elle est une crise de la représentation ou, plus exactement, la remise en cause de la prétention d’une entité, humaine ou non, à représenter quelque chose d’autre qu’elle-même (Latour 1993 : 226-252). De là, une première définition, très générale, de l’épreuve : on peut dénommer ainsi toute situation au cours de laquelle des acteurs font l’expérience de la vulnérabilité de l’ordre social, du fait même qu’ils éprouvent un doute au sujet des représentations qui lui sont associées101. C’est en s’inspirant de cette idée que dans De la justification, Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991) ont retravaillé le concept. L’appliquant à l’étude des disputing processes et des affaires éclatant dans le cadre de la vie quotidienne, ils se sont déclarés insatisfaits par l’idée de traiter ce type d’épreuves sous l’angle de simples rapports de force. Pour eux, au contraire, disputes et affaires obéissent à des contraintes spécifiques d’argumentation et d’administration de la preuve qui en font le contraire de théâtres d’exercice de la force nue. Certes, dans ce type d’épreuves très « encadrées », que les auteurs appellent « en justice », on assiste à une mise en cause, parfois violente, des prétentions de certains à représenter davantage qu’eux-mêmes. Une telle mise en cause, cependant, s’opère sans que ne disparaisse entièrement un horizon d’attentes partagées. Quel horizon ? Celui que dessine, dans ce type de situations, l’exigence de montée en généralité (autrement dit, de désingularisation ou, comme disent les ethnométhodologues, de désindexicalisation) qui pèse sur tous ceux qui s’y expriment ou qui sont censés y administrer des preuves de ce qu’ils avancent102. Dans cette perspective, ce sont non seulement les acteurs mais encore les épreuves en justice qui doivent honorer un certain nombre de contraintes formelles pour éviter d’être dénoncées comme arbitraires ou comme subordonnées à de purs rapports de force103.

  • 104 Voir également Bessy et Chateauraynaud 1995 ; Brevigliéri 1997, 2004 ; Brevigliéri et Trom, 2003.
  • 105 Voir particulièrement Thévenot 2006. Nous pouvons forcer le tiroir et l’endommager, et étant répri (...)
  • 106 N’étant pas parvenu à ouvrir ce tiroir, alors que d’autres utilisateurs (des enfants par exemple) (...)
  • 107 Pas de croyance intangible en notre supériorité en matière d’habileté par rapport aux enfants. Pas (...)

4En s’intéressant à des situations sociales moins publiques et moins institutionnalisées dans lesquelles les acteurs n’étaient pas soumis à des contraintes argumentatives aussi élevées, les chercheurs qui, dans les années 1990, travaillaient dans le sillage de De la justification furent amenés à découvrir une gamme beaucoup plus étendue d’épreuves. À travers ses travaux sur le régime de familiarité, par exemple, Laurent Thévenot (1994) s’est intéressé à la question des troubles et des petits sentiments d’étrangeté qui surgissent, et sont résorbés, dans les cours d’actions – par exemple, face à un tiroir qui fait des difficultés pour s’ouvrir ou à un plat qui se révèle avoir un léger goût de brûlé104, Toutes ces petites épreuves de réalité, évidemment, peuvent se muer en épreuves en justice, selon le schéma de montée en généralité et de passage d’un régime d’action à l’autre que ces auteurs ont maintes fois décrit et sur lequel a porté une très grande part de leur attention analytique105. Mais elles n’en constituent pas moins déjà, à leur niveau, des épreuves à bas bruit, des sortes de micro-épreuves jetant déjà aux yeux des acteurs un doute, susceptible de grandir, quant à la validité des représentations politico-cognitives qui caractérisent l’ordre social auquel ils participent106. La notion d’épreuve, dans ce contexte, prend une extension nouvelle que tous les auteurs cités ici n’assumeraient pas mais que nous défendrons pour notre part. Cette conception élargie implique de renoncer à considérer comme définitivement acquise, aux yeux des acteurs, la stabilité des représentations politico-cognitives sur lesquelles ils s’appuient pour produire des jugements et agir107. En cela, elle nous oriente vers une conception extrêmement dynamique, et de la vie sociale, et des processus cognitifs qui s’y déploient. En définitive, c’est notre vision de ce qu’est la vie sociale elle-même qui s’en trouve modifiée, puisqu’il s’agit désormais de faire effort pour considérer cette dernière, malgré l’apparence de fixité, de banalité et de répétitivité qu’elle peut parfois nous offrir, comme une suite quasi ininterrompue d’épreuves, de niveau et d’intensité extrêmement variables, où chaque nouvelle action ouvre aux acteurs la possibilité d’une mise en doute de ce qu’était jusqu’alors leur rapport institué au monde, et entraîne nécessairement une modification, même marginale ou anodine, de leurs stocks de connaissance, fût-ce sous la forme d’une nouvelle validation, et donc d’un renforcement, de leurs croyances antérieures. Dans cette perspective, le chercheur regarde dorénavant les mots de « routine » ou de « paix » comme des descriptions grossières et trompeuses de l’action collective ou de l’état d’une société. Il fait aussi ses adieux à l’idée de reproduction sociale, convaincu que les choses sociales se renforcent et s’amplifient, ou se délitent et s’atrophient, mais jamais ne se reproduisent identiquement.

Une approche « matérialiste » de la cognition

  • 108 Les recherches menées au début des années 1980 par Alain Desrosières, Laurent Thévenot et Luc Bolt (...)

5La théorie des porte-parole propre à l’anthropologie des sciences de Callon et Latour nous a conduit, pour évoquer la notion d’« épreuve », à l’associer à celle de « représentation ». Ainsi avons-nous parlé de l’épreuve, en général, comme d’une crise des représentations politico-cognitives dont disposent les acteurs pour juger et agir, en suggérant que le chercheur devait prendre en considération jusqu’aux plus petits troubles concernant ces représentations, tels qu’ils surgissent dans les cours d’action les plus apparemment répétitifs. Mais le mot de « représentation » est lourd d’un passé et d’une tradition complexes. Aussi apparaît-il important, pour prévenir certains malentendus, de préciser ici en quel sens il convient de l’entendre. Le mot ne peut avoir de portée, dans la perspective de la sociologie des épreuves, que dans une acception non mentaliste. Ainsi, pour Latour et Callon, dire qu’un globe terrestre représente la Terre, ne signifie pas que quelque chose comme une représentation mentale de la Terre serait activée en nous à chaque fois que notre vue tombe sur ce globe ou que nous le faisons tourner sur son axe : cela signifie que ce globe est un artefact permettant de nous donner, extérieurement à nous, une représentation matérielle de ce qu’est la Terre. Le globe terrestre, en d’autres termes, est un appui de notre action et de notre jugement situé dans notre environnement physique, dont nous nous servons, le cas échéant, pour acquérir des connaissances sur la forme des continents, la position des pays, les distances entre eux, etc., et pour éprouver les connaissances que nous avons déjà en ces matières108.

  • 109 Nous développons cet argument dans la seconde partie de ce texte.

6La sociologie des épreuves ne cherche donc pas à faire d’hypothèses sur ce qui passe « dans la tête » des acteurs. Inspirée en cela par l’ethnométhodologie mais aussi par le dramatisme de Goffman, elle préfère s’en tenir à une observation, la plus précise possible, des faits et gestes qui, dans l’interaction, manifestent publiquement le sens de ce qui est en train de se passer (Rémy 2009). Ce positivisme descriptif aboutit à ne pouvoir parler de représentation, et en particulier de « représentations collectives », que dans un sens concret, pour ne pas dire matérialiste : c’est le drapeau, et non l’idée de Nation, qui constitue la « représentation collective » (Lemieux 2009 : 134-137), dans une situation où des acteurs utilisent un drapeau comme appui pour agir et juger en référence à un tiers – par exemple, pour prêter serment à la Nation ou pour rendre hommage à des combattants morts au champ d’honneur. Il s’agit d’en revenir « aux choses mêmes », en considérant toujours d’abord la matérialité des objets, des inscriptions, des attitudes corporelles et des énoncés proférés, qui sont utilisés par les acteurs comme signe, représentation, symbole, appui conventionnel (Dodier 1993b) ou raison d’agir (Lemieux 2009 : 100-105). On peut penser à cette remarque de Wittgenstein (1988 [1945] : 188) : « Je sens que les lettres sont la raison pour laquelle je lis de telle ou telle façon. Car si l’on me demande : “Pourquoi lisez-vous de telle façon ?”, je justifie ma lecture par les lettres qui sont là. » Rien d’autre à chercher ici, pour comprendre et décrire l’acte de lecture (l’expliquer est autre chose), que l’existence sur la page blanche de caractères imprimés à l’encre noire sur lesquels le lecteur est en train de s’appuyer pour agir et pour juger. Pas de meilleure définition de l’acte de lecture, par conséquent, d’un point de vue strictement descriptif, que de dire que lire, c’est appuyer actuellement son jugement et son action sur une inscription matérielle. Conformément à l’anti-mentalisme wittgensteinien, la sociologie des épreuves développe sur ce plan un point de vue qui n’est pas d’abord explicatif mais descriptif-compréhensif. Elle n’estime pas nécessaire pour comprendre et décrire un acte de lecture (par exemple) d’avoir préalablement expliqué le mécanisme neurophysiologique qui permet la lecture. Mieux : elle juge que commencer par une explication, de quelque nature qu’elle soit, de cet acte social qu’est la lecture, est la meilleure façon de ne pas réussir à le comprendre et de rater sa description109.

  • 110 Voir, dans le cas de la sécurité aérienne, l’étude de Linhardt (2001).
  • 111 Voir en particulier Akrich 2006 [1998]. On trouvera d’autres exemples dans Derouet 1992 (des élève (...)

7On comprend dès lors l’importance que la sociologie des épreuves accorde à l’environnement matériel des acteurs. Celui-ci n’est pas traité comme le décor de leurs activités et de leurs relations – à la façon, si l’on veut, dont les personnages de certains dessins animés évoluent en superposition de fonds préconstruits avec lesquels ils n’interagissent jamais. Cet environnement est analysé, tout au contraire, comme un fournisseur permanent de moyens et de contraintes qui s’offrent à la saisie des acteurs comme appuis (Conein 1990). Ainsi par exemple, pour les auteurs de De la justification, l’équipement matériel des situations est-il conçu comme favorisant la mobilisation par les acteurs d’un ordre de justification (ou « cité ») plutôt qu’un autre, lorsqu’il leur faut monter en généralité. C’est ce qui autorise à parler de « mondes » domestique, civique, industriel ou autre, selon que les objets disponibles « invitent » à mobiliser les principes de grandeur correspondant (Boltanski et Thévenot 1991 : 200-262 ; Lafaye 1990). De même, Bruno Latour (1993) développe-t-il la notion de « délégation morale aux objets » pour préciser de quelle manière des dispositifs matériels et organisationnels (comme, par exemple, le « gendarme couché », le groom de porte ou la check-list) sont conçus pour conduire leurs utilisateurs à accomplir des « programmes d’action » qu’ils n’accompliraient pas sinon110. Qu’il s’agisse des « mondes » d’objets de Boltanski et Thévenot, ou des dispositifs socio-techniques de Latour et Callon, il importe cependant de noter que la détermination matérielle de l’action et du jugement n’est jamais absolue : la présence de certains objets rend seulement plus probable la survenue d’actions et de jugements d’un certain type, ou l’accomplissement de certains programmes d’action, mais n’y conduit pas de façon automatique, les capacités des acteurs à faire un usage imprévu des éléments matériels qui les environnent ou à contourner les dispositifs faits pour les contraindre étant pour ainsi dire inépuisables111.

Holisme progressif et pluralité des formats cognitifs

8Concevoir la cognition dans l’optique d’un positivisme descriptif ne mène pas seulement à prêter attention à la matérialité des appuis dont se servent les acteurs pour juger en situation. Cela conduit aussi à repérer l’existence parmi eux d’attentes normatives dont la déception tend à entraîner de leur part une sanction. C’est sur ce plan, sans doute, qu’au sein de la sociologie des épreuves, s’opposent le plus nettement le courant Boltanski-Thévenot (attentif, pour sa part, à rendre compte de ces attentes normatives et de leur rôle dans la vie sociale) et le courant Callon-Latour (que la question ne préoccupe pas, attendu, comme on l’a dit, que les épreuves y sont envisagées comme des rapports de forces, sans que n’intervienne la régulation d’un horizon d’attentes partagées). De ce point de vue, quelque chose lie les travaux développés dans le sillage de De la justification à l’approche structuraliste et plus encore à l’œuvre de Durkheim, et rend de ce fait trompeuse, comme on l’a dit, l’appellation de « sociologie pragmatique ». Ce quelque chose, c’est une tendance remarquable au holisme cognitif. D’emblée, celui-ci était impliqué par l’idée que les épreuves en justice ont comme caractéristique d’être soumises à des contraintes d’argumentation et d’administration de preuves que, par définition, aucun acteur n’a à lui seul le pouvoir de modifier. Dans plusieurs travaux de ce courant, la notion de « grammaire » vient asseoir un peu plus encore cette conception holistique de la production du savoir. Ce concept sert à reconnaître en quoi des actes de connaissance et de langage individuels rendent manifeste un ensemble de règles partagées, dont le respect est collectivement sanctionné. Encore faut-il noter que Boltanski et Thévenot (1991) réservent l’usage du terme de « grammaire » à l’analyse des seules épreuves en justice et du régime d’engagement spécifique qui leur correspond, lié aux situations les plus publiques. C’est considérer que la connaissance devient de plus en plus collective, au fur et à mesure que les acteurs sont amenés à monter en généralité devant un public ou en référence à un tiers. Ce qui implique, à l’inverse, que lorsqu’ils s’engagent dans des régimes moins publics, leurs actes de savoir prennent une tournure toujours plus intime et toujours moins conforme aux règles collectivement attendues.

  • 112 On ne discutera pas ici de la pertinence de cette assimilation entre « public » et « collectif », (...)
  • 113 Le terme utilisé dans De La justification est « régime d’action ». L. Thévenot, dans ses travaux u (...)
  • 114 Voir par exemple la façon dont L. Thévenot (2006 : 198-201) réinterprète les expériences de Kahnem (...)

9Le holisme cognitif investi par le courant Boltanski-Thévenot est donc d’un genre très particulier, qu’on pourrait dire progressif. En faisant des notions de « collectif » et de « public » des synonymes, ce type d’approche nous incite à porter attention aux déplacements des acteurs et, plus encore, à leurs difficultés de déplacement, sur le continuum allant de leurs actions et jugements les plus intimes (et donc, les moins collectifs) à ceux qui sont les plus soumis au public112. Une telle conception arrime l’analyse sociologique à un postulat de pluralisme : le chercheur est appelé à prendre la mesure de ce que les formats cognitifs dans lesquels les acteurs saisissent le monde varient fortement en fonction du degré de publicité – et donc, de collectivité – de leur action. C’est ce qu’aide à penser, dans ce type de sociologie, la notion de « régimes d’action » (ou « régimes d’engagement»)113. Un grand nombre de mécompréhensions sociologiques de ce que font et pensent réellement les acteurs, ainsi qu’un certain nombre d’apories et de faux problèmes théoriques (en particulier, la question de comprendre comment un savoir pratique peut « contenir » un calcul rationnel inconscient) disparaissent, à compter du moment où l’on prend soin de ne pas appréhender jugements et actions depuis un autre régime d’engagement que celui où ils furent produits114. Dans la perspective sociologique ici exposée, rien n’est plus malvenu, par exemple, que de vouloir décrire dans le registre de l’action planifiée et du calcul, des attitudes qui relèvent d’un engagement en familiarité, ou que de chercher à saisir à toute force depuis le registre de la critique publique des comportements qui relèvent de l’action stratégique et peuvent, pour cela, n’avoir rien de très justifiable en public. C’est, autrement dit, en refusant de réduire le spectre des jugements et des actions dont sont capables les acteurs, à un seul régime d’engagement (quel qu’il soit) qu’est avancé ici le projet d’une sociologie pleinement compréhensive. Ce projet se concrétise dans le fait de reconnaître l’existence de régimes d’engagement distincts, auxquels le chercheur se doit d’indexer les attitudes différentes, et parfois contradictoires, que les mêmes acteurs peuvent adopter consécutivement. L’approche de la cognition qui en résulte permet d’envisager que les contradictions qui se posent aux acteurs en termes logiques ou moraux sont analysables comme le résultat de leur engagement successif dans des régimes dont les formats cognitifs et les modalités d’action pratiques différeraient au point, parfois, de se révéler incompatibles. Le problème des croyances dites « paradoxales » trouve ici une résolution (Claverie 2003).

La connaissance comme fait social

  • 115 Raison pour laquelle, notamment, les connaissances stockées dans les « arte-facts cognitifs » (Nor (...)
  • 116 Sur ce point comme sur le précédent, la dette de la sociologie des épreuves à l’égard de l’ethnomé (...)
  • 117 Il y a, sur ce point, convergence avec les analyses développées par Hans Joas (1999). L’interpréta (...)

10À quel titre la démarche sociologique dont viennent d’être décrites les principales composantes conceptuelles et méthodologiques peut-elle être appelée une praxéologie de la connaissance ? C’est d’abord qu’elle a pour fondement le refus de dissocier opérations cognitives et action (praxis). Pour elle, en effet, raisonnements, jugements et connaissances ne peuvent se manifester qu’à travers des actions – y compris l’action de les énoncer ou de les écrire115. À l’inverse, il n’est pas d’action qui ne rende descriptible chez son auteur un raisonnement, un jugement et/ou une connaissance116. Mais il y a plus : en s’élaborant autour de la notion d’épreuve, cette approche incite à prendre au sérieux la dimension exploratrice, adaptative et créatrice de la praxis, plutôt que de la penser, comme il est fréquent en sciences sociales, à travers les figures de la routine, de l’application mécanique d’une croyance ou de l’exécution pure et simple d’un automatisme acquis117. Partant, ce sont les processus cognitifs eux-mêmes, puisqu’on les a reconnus comme indissociables de la praxis, qui sont appréhendés comme explorateurs, adaptatifs et créateurs. Une créativité et un dynamisme de l’agir et du savoir qui, au demeurant, n’ont rien de mystérieux : pour la sociologie des épreuves, ils tiennent tout entiers à la contradiction potentielle entre d’une part, les tendances à agir de l’acteur, qui lui viennent d’expériences antérieures, et d’autre part, les appuis matériels qu’il trouve actuellement à sa disposition. Nous pouvons parler d’une épreuve à chaque fois que cette contradiction passe de la potentialité à l’effectivité, ne fût-ce que de manière imperceptible et fugace.

  • 118 Il ne s’agit évidemment pas de concevoir de manière réifiée une telle communauté d’appartenance. E (...)

11On aurait tort, toutefois, de présenter ce type de contradiction pratique, au fondement de l’épreuve et donc de tout le dynamisme de la cognition humaine, comme le résultat d’une sorte de tête-à-tête entre un individu et son environnement matériel. Cette contradiction, en effet, ne peut pas se produire en tant que telle par une simple confrontation entre état physique du monde d’un côté, et capacités sensorimotrices des acteurs de l’autre. Car elle est, bel et bien, une contradiction de la pratique. C’est pourquoi nous avons insisté, dans les lignes qui précèdent, sur ce tiers que constituent dans l’épreuve les attentes normatives des autres participants à l’action, que ces attentes soient rendues explicites à travers le rappel de règles à respecter (grammaire) et les sanctions qui l’accompagnent, ou quelles se manifestent de manière plus immédiate et plus implicite dans le fait même d’avoir à agir ensemble, en ce que celui-ci implique qu’un certain régime d’engagement, avec ses formats cognitifs propres, est actuellement investi avec d’autres. Cette dimension holistique de l’action et de sa révision – quand bien même il s’agirait de holisme progressif – est en définitive ce qui justifie que nous parlions ici d’une approche sociologique de la cognition. Cette dernière repose sur le postulat selon lequel il demeure impossible d’analyser correctement une action ou un jugement humains tant qu’on isole analytiquement leur auteur de sa communauté d’appartenance118 ou qu’on sépare ses faits et gestes de ceux produits par ses partenaires.

Du bon usage du dispositionnalisme

  • 119 Du moins, le courant Boltanski-Thévenot dans lequel nous inscrivons les réflexions qui suivent, le (...)

12Le cadre général que nous venons d’esquisser pour l’analyse de la cognition implique une façon particulière d’articuler entre elles les opérations élémentaires de l’enquête sociologique. Comme on l’a dit, dans la démarche qui caractérise la sociologie des épreuves119, l’accent est mis d’abord, et essentiellement, sur deux tâches : comprendre la praxis et la décrire. « Compréhension » doit s’entendre ici au sens que nous mentionnons plus haut : le chercheur s’efforce d’éviter de rapporter l’action ou le jugement d’un acteur à un autre régime d’engagement que celui où ils ont été produits – par exemple, il refuse d’interpréter comme planifié et stratégique un geste accompli dans un rapport de familiarité, ou d’associer à des principes de justice valables en toute généralité des jugements dont les auteurs n’avaient en vue que la dimension « technique » de leur activité. Comprendre, c’est aussi prendre au sérieux les justifications ou les critiques formulées par les acteurs au cours d’une épreuve en justice – par exemple, en n’estimant pas a priori illégitime ou suspecte une justification appuyée sur la grandeur de la tradition ou sur celle de l’inspiration. Quant à la description de l’action, nous en avons mentionné l’importance décisive pour la sociologie des épreuves, au point d’avoir caractérisé celle-ci par son positivisme descriptif. Le fait est que décrire l’action en situation est la seule manière qu’ont les chercheurs en sciences sociales d’espérer rendre justice tout à la fois à la dimension matérielle de la cognition (quelles réalités matérielles, présentes dans la situation, sont utilisées par les acteurs comme appuis pour juger ?) et à sa dynamique propre (quelles épreuves surviennent dans le cours d’action, ou dans l’enchaînement de situations ? Quels obstacles se manifestent dans le passage d’un régime à un autre et en particulier, au cours d’une éventuelle « montée » vers davantage de publicité ?).

Reconquérir les tâches techniquement secondes

  • 120 Tâches « techniquement secondes » ne veut pas dire « d’intérêt secondaire » mais : tâches qui ne p (...)
  • 121 Pour une critique de ce qu’entraîne une saisie des réalités du seul point de vue des régularités m (...)

13Préoccupée par le souci de comprendre et de décrire l’action, la sociologie des épreuves a eu tendance à négliger ce qu’on peut appeler les tâches « techniquement secondes » des sciences sociales : prévoir, expliquer, critiquer120. Cette négligence était en grande partie volontaire. Trop souvent en effet, dans l’histoire des sciences sociales, ces tâches qui ne peuvent venir qu’en second ont été placées en premier : la pleine compréhension de l’action s’en est trouvée empêchée, tandis que sa description était enfermée dans un statut de pure illustration. On a par exemple confondu la description de l’action en train de se faire avec ce que la prévision de l’action laissait apparaître : qu’une personne non diplômée ait plus de chances d’apprécier la musique populaire que l’opéra permettait de n’avoir pas à se soucier de décrire en détail (c’est-à-dire au niveau des micro-épreuves du jugement et de l’action) ce qu’elle faisait dans une situation où elle se trouvait confrontée à l’écoute de musique populaire ou d’opéra – exigence descriptive plus affaiblie encore si jamais le comportement de cette personne, dans cette situation, était jugé confirmer la prévision faite à son sujet. De même, que la façon dont une personne s’était abstenue de prendre la parole dans une situation publique puisse avoir pour explication sa socialisation primaire pouvait convaincre le sociologue de l’inutilité de chercher à décrire en détail les appuis dont elle s’était servie pour agir et juger dans cette situation et, a fortiori, d’examiner si elle ne s’était pas montrée capable de prendre la parole dans d’autres situations publiques, pour peu que les appuis disponibles y aient été différents. De même encore, que certaines catégories d’acteurs soient reconnues en tenir d’autres sous la coupe de leur domination sociale ou, autre cas de figure, qu’elles soient vues sous l’emprise de croyances jugées rétrogrades, anti-démocratiques ou superstitieuses pouvait mener le chercheur à ne pas prendre au sérieux leurs justifications et à ne pas chercher à comprendre pleinement leurs raisonnements. L’ensemble de ces attitudes, consistant à faire primer la prévision, l’explication ou la critique (et parfois, les trois en même temps) sur la compréhension et la description de l’action ont généralement eu pour conséquence une vision mécanique, et donc erronée, de la pratique et ont rendu les chercheurs insensibles aux détails des processus de l’agir et de la cognition en situation, à travers lesquels se révèlent pourtant, dès qu’on les observe de près, de très nombreuses contradictions pratiques et des micro-épreuves, sources de créativité et d’insensibles transformations des comportements sociaux. Ces postures de recherche ont également encouragé l’attitude anti-scientifique consistant pour le chercheur à savoir toujours déjà à l’avance à quel résultat doit aboutir son enquête – car un tel chercheur n’admet plus de comprendre de l’attitude des acteurs que ce qui n’affaiblira pas la critique qu’il veut marteler, et il ne décrit plus dans leurs attitudes que ce qui conforte ce qu’il est en mesure d’expliquer et de rendre prévisible121.

  • 122 Cette reconquête est un moyen, pensons-nous, de rendre cette sociologie moins exotique à quantité (...)

14Le manque d’empressement de la sociologie des épreuves à l’égard des tâches techniquement secondes lui conféra, dans l’espace de la sociologie française, une allure un peu inquiétante. Beaucoup de chercheurs reconnaissaient la justesse de la critique des approches mécanistes de l’action que portait cette sociologie, mais sans s’apercevoir que cette mécanisation de l’action était une conséquence du primat qu’ils donnaient eux-mêmes à l’explication, à la prévision ou à la critique, et de l’intérêt insuffisant qu’ils accordaient de ce fait à la nécessité de commencer par décrire l’action et par essayer de bien la comprendre. La sociologie des épreuves ne fut convoquée, bien souvent, qu’en marge, pour assouplir une approche de l’action et du jugement qui ne renonçait pas à inféoder la description à l’explication, et à asservir la compréhension sous le joug de la critique. Dans ce contexte, la position ici défendue consiste à reconnaître la justesse de l’opération menée par la sociologie des épreuves (à la suite de l’ethnométhodologie, de la phénoménologie sociale et de l’interactionnisme) visant à affirmer le primat de ces tâches techniquement premières en sciences sociales que sont compréhension et description du jugement et de l’action. Elle consiste, ensuite, à défendre l’idée que, pour autant, la sociologie des épreuves n’a aucune raison de limiter son programme à ces tâches techniquement premières. Elle peut, avec bénéfice, réinvestir les tâches de la prévision, de l’explication et de la critique, pour peu qu’elle les maintienne dans leur statut techniquement second122.

L’art de prévoir comment vont raisonner les acteurs

  • 123 Ce que Raymond Boudon (2003 : 111-121) dénomme les « paramètres contextuels » du raisonnement.

15Reconquérir la tâche de la prévision depuis la sociologie des épreuves impose entre autres contraintes celle de respecter l’idée d’indétermination relative qui fonde la notion d’épreuve – une épreuve dont le résultat peut certes être anticipé mais jamais absolument. C’est donc en termes de chances, en aucun cas en termes de certitude, que la question de ce que seront les raisonnements des acteurs en telle ou telle situation peut être investie. Quels éléments doivent être pris en compte pour estimer ces chances ? Il y a d’abord, d’après ce que nous avons dit précédemment, l’environnement matériel auquel seront confrontés les acteurs123. Plus seront disponibles à eux certaines « raisons d’agir » et « représentations » (y compris la présence d’autres individus, en tant qu’elle pourra servir d’appui à leur jugement et à leur action), plus grandes seront les chances qu’ils s’engagent dans un certain régime d’action et un certain format de cognition, plutôt que dans un autre, ou, si c’est une épreuve en justice qui les attend, qu’ils mobilisent tel ordre de grandeur plutôt que tel autre. Nous pouvons prévoir, par exemple, qu’un individu qui ne disposera pas de liste de courses aura moins de chances, une fois parvenu au supermarché, de penser à acheter l’ensemble des articles qu’il avait prévu d’acheter. De même, pouvons-nous prévoir que les membres d’une commission d’attribution du RMI qui formulent, lorsqu’ils sont entre eux, des jugements péremptoires sur la faiblesse de la volonté ou la déficience intellectuelle d’un postulant, auraient de grandes chances de faire effort pour se censurer s’ils étaient en sa présence (Astier 1991) ou s’ils s’exprimaient devant des tiers ou des caméras de télévision. Quoique dans ces deux exemples, comme dans tous ceux que l’on pourrait prendre, il n’y aurait évidemment jamais, répétons-le, aucune certitude absolue que les individus n’agissent pas contrairement à la prévision.

  • 124 Cette affirmation nous rapproche de la démonstration faite par Emmanuel Bourdieu (1998). Mais l’af (...)

16La prise en compte de ces éléments matériels, nous renvoyant à l’infrastructure organisationnelle des situations sociales qui seront rencontrées, n’épuise cependant pas la liste des éléments qui permettent de prévoir la cognition. On peut aussi, pour affiner cette prévision, prêter attention aux tendances à agir des acteurs. S’impose alors la nécessité de faire appel, ne serait-ce qu’implicitement, à un concept dispositionnel : une certaine durabilité des préférences et des attitudes de l’acteur doit en effet être présupposée, si l’on veut se servir de ce qu’il a vécu et appris à travers des épreuves antérieures, pour prévoir comment il réagira demain face à telle ou telle nouvelle épreuve. Il est vrai que les chercheurs qui ont œuvré dans le cadre de la sociologie des épreuves ont le plus souvent mis entre parenthèses l’idée de disposition, l’assimilant généralement à la notion d’« habitus » dans l’acception que Pierre Bourdieu lui a conférée. Dans la mesure où il était clair à leurs yeux que ceux qui utilisaient « habitus » dans cette acception s’en servaient le plus souvent pour ne pas remarquer les contradictions et les épreuves survenant régulièrement au cœur de la pratique et donc aussi, pour n’avoir à prendre au sérieux dans leur analyse ni les appuis matériels de l’action, ni la variabilité des formats cognitifs et des attentes normatives selon les situations, ils prenaient garde d’introduire pour leur part, dans la description de l’action, la moindre notion dispositionnelle. Ce en quoi ils n’avaient pas tort : la description de l’action, en tant que telle, est une tâche présentiste qui, à ce titre, n’a strictement besoin d’aucun concept dispositionnel. Mais tel n’est précisément pas le cas, par définition, de la prévision et, nous le verrons, de l’explication. Ces deux tâches techniquement secondes sont au contraire impossibles à effectuer si l’on ne fait pas appel, ne serait-ce qu’implicitement, à l’idée de disposition124. Et de ce point de vue, rien n’oblige à décréter que le seul concept dispositionnel qui s’offre au sociologue soit l’habitus au sens de Pierre Bourdieu.

  • 125 Cette notion (tendencies to act) est empruntée à George H. Mead (1992 [1934] : 99)·
  • 126 S’ouvre alors la possibilité de développer ce que nous avons appelé une « anthropologie du conatus (...)
  • 127 Dans ce dernier cas, il paraît capital, d’un point de vue tant analytique que politique, de consid (...)

17Ainsi, par exemple, la notion de « tendances à agir » (au pluriel) que nous avons utilisée jusqu’à présent dans ce texte suffit amplement à la tâche125. Son pluriel a en effet pour vertu de la rendre compatible, à la différence de l’habitus bourdieusien, avec la reconnaissance d’une pluralité de régimes d’engagement dans lesquels juger et agir communiquent aux interactants des élans et des attentes à chaque fois différents et potentiellement contradictoires avec ceux du régime qui précède126. En cela, une telle notion dispositionnelle respecte l’idée selon laquelle « une personnalité multiple est en un certain sens normale » (Mead 1992 [1934) : 142). Du point de vue de la prévision de l’action et de la cognition, elle peut permettre d’évaluer les chances de développer, par l’intermédiaire de certaines épreuves typiques, des tendances à juger contradictoires, et donc propices à engendrer chez celui qui les porte de la souffrance, mais aussi, dans certains cas, de la créativité. Elle peut également permettre d’évaluer – y compris par l’emploi de méthodes statistiques – les chances d’échouer ou de réussir dans une épreuve typique, en vertu des tendances à agir et à juger qu’on a développées et du genre d’appuis matériels qu’offre typiquement l’infrastructure organisationnelle de cette épreuve127.

Une explication proprement sociologique de la cognition est-elle possible ?

  • 128 L’explication s’achève lorsqu’après enquête sur le passé, une origine a pu être désignée. Mais cel (...)

18La sociologie des épreuves, une fois qu’elle a adopté un concept dispositionnel compatible avec sa démarche, est en mesure de s’attaquer pleinement non seulement à la tâche de prévoir les jugements mais encore à celle de les expliquer en leur singularité. Une telle enquête explicative peut certes porter, en premier lieu, sur les épreuves auxquelles a été soumis par le passé le dispositif matériel et organisationnel au sein duquel les acteurs étudiés jugent et agissent maintenant – des épreuves passées qui ont modifié l’ordonnancement de ce dispositif et expliquent qu’y soient présents actuellement, ou absents, certains appuis favorisant certains raisonnements (Claverie 2003 : 265-345 ; Barthe 2006). Mais ici encore, comme dans le cas de la prévision, l’explication peut être grandement affinée par la prise en compte des tendances à agir et à juger des différents acteurs. L’enquête, sur ce plan, consiste à rechercher dans les épreuves que ces acteurs ont eues à traverser par le passé celles qui leur ont communiqué les tendances qu’ils manifestent maintenant, face au dispositif auquel ils sont confrontés (Dodier 2003). Avoir expliqué un raisonnement, dans cette perspective, ne signifie pas seulement qu’on l’a décrit en détail (i.e. qu’on a décrit les appuis matériels dont s’est servi son auteur dans le cours d’action spécifique où il en est venu à le tenir) et qu’on l’a compris (i.e. qu’on est parvenu à le rapporter à la grammaire susceptible de lui donner un sens positif). Cela signifie qu’en outre, on est en mesure de désigner l’origine de ces appuis matériels dont l’acteur s’est servi ou l’origine chez lui de la tendance à agir qu’en raisonnant ainsi, il a manifesté – voire l’origine des deux conjointement128.

  • 129 Comme l’écrit Claude Lévi-Strauss : « la nature n’est pas contradictoire en soi ; elle peut l’être (...)

19On voit en quoi les processus cognitifs que mettent en œuvre les humains peuvent trouver une explication d’ordre proprement sociologique. L’origine de ces processus n’est pas en effet recherchée ici directement dans des déterminants physiques du comportement (par exemple, dans l’effet du vieillissement, de la maladie ou du climat sur les performances mentales des individus) ou dans l’évolution génétique de l’espèce (notamment, en s’en tenant à l’idée d’une programmation génétique des orientations cognitives individuelles). Elle est recherchée exclusivement dans l’histoire sociale des dispositifs matériels au sein desquels ces processus cognitifs se déploient et dans la socialisation des individus qui en sont les auteurs. À ce titre, rien n’exclut que l’explication des processus cognitifs, telle que nous la dérivons ici de la sociologie des épreuves, ne puisse se prolonger vers ce que les sciences de la nature ont à expliquer, de leur côté, concernant les mêmes processus (Conein 2005). Ce qui est exclu en revanche, c’est que les sciences de la nature puissent jamais produire, à elles seules, une explication aussi complète et aussi directe de ces processus. Cela, pour la raison que nous avons mentionnée plus haut : la connaissance humaine étant de l’ordre d’un fait social, les contradictions qui en font le dynamisme et la créativité résultent toujours d’obligations pratiques et non pas, directement et simplement, de déterminismes naturels129.

Comment critiquer les jugements ordinaires ?

  • 130 Pour une critique du privilège accordé au point de vue dominocentré par la sociologie de Pierre Bo (...)

20Terminons par la question de la critique notre examen d’une reprise, depuis la sociologie des épreuves, de ces tâches des sciences sociales que nous avons appelées « techniquement secondes ». En développant le principe d’une sociologie de la critique (Boltanski 1990), par opposition à la sociologie critique de Pierre Bourdieu, les travaux de Boltanski et Thévenot se sont apparemment détournés de l’objectif consistant pour le chercheur à reprocher aux acteurs de s’illusionner ou d’adhérer à des croyances fausses. De son côté, en généralisant le principe de symétrie de Bloor, l’anthropologie des sciences et des techniques de Gallon et Latour a pu paraître avoir accompli le même renoncement. Chez l’ensemble de ces auteurs, ce refus apparent d’une posture critique signalait d’abord combien ils étaient sensibles à la destruction de la compréhension de l’action qu’entraîne la précipitation des sociologues à critiquer les raisonnements des acteurs qu’ils étudient, ou à les qualifier d’irrationnels, de biaisés ou d’infondés. Pour eux, il importait de réhabiliter les modes de jugement les plus spontanément méprisés par la pensée scientifique moderne, non pas en soi et pour eux-mêmes, mais par principe de méthode, afin d’éviter de se les rendre complètement absurdes (Lagrange 1990). Or, ce souci élémentaire de symétrisation, comme l’indiquaient déjà clairement les travaux de Bloor et de Collins (Pestre 2001), était par lui-même un geste critique adressé à ceux qui, parmi les chercheurs, entreprennent d’écrire l’histoire ou d’analyser le monde social du seul point de vue des vainqueurs et des dominants130.

  • 131 Il s’agit ainsi d’éviter la critique « qui ne dit pas son nom » et qui, en avançant des jugements (...)

21Si cette position, en elle-même critique, aboutissait bel et bien à suspendre les jugements critiques du sociologue vis-à-vis des façons de penser des acteurs étudiés, on ne saurait perdre de vue qu’elle ne valait que dans le but d’effectuer plus correctement compréhension et description de ces façons de penser et des actions qui les accompagnaient. Aussi, une fois ces deux tâches accomplies, rien ne s’oppose à ce que cesse la suspension de la critique. Quelle forme cependant cette reprise de la critique doit-elle prendre pour satisfaire aux exigences méthodologiques de la sociologie des épreuves ? À cette question, on peut répondre qu’une telle critique, pour bénéficier des fruits de la compréhension sociologique qu’autorise cette sociologie, doit commencer par admettre de se déployer dans le régime d’engagement le plus ajusté à l’activité critique – à savoir celui de la critique et de la justification publiques, dans lequel les contraintes argumentatives et les exigences d’administration de preuve sont les plus élevées131. De même, pour bénéficier de tous les fruits de la description sociologique, cette critique doit-elle refuser le manichéisme, en reconnaissant pleinement la pluralité des régimes dans lesquels s’investissent les personnes et donc aussi, la multiplicité et la complexité de leurs attitudes. Elle doit aussi refuser de se satisfaire du seul point de vue idéaliste, en admettant l’importance de la matérialité des appuis que les personnes trouvent, ou ne trouvent pas, autour d’elles pour former leurs jugements. De même encore, pour bénéficier des fruits de l’explication sociologique, cette critique doit-elle moins porter sur des individus que sur les dispositifs matériels et organisationnels qu’ils ont rencontrés au cours de leur existence, en tant que ceux-ci ont encouragé chez eux les tendances à agir et à juger que l’on blâme maintenant. En dernier lieu, pour tirer le meilleur parti de la prévision sociologique, elle doit se centrer sur les dispositifs matériels et organisationnels qui sont bâtis aujourd’hui même, en tant qu’ils encourageront demain les chances de réussite de certaines catégories de personnes ou, au contraire, les réduiront. L’ensemble de ces contraintes dessine une critique du jugement ordinaire résolument fondée sur le rationalisme des Lumières mais aussi, attentive aux excès de ce rationalisme lorsqu’on croit nécessaire, pour en asseoir la légitimité, de dépeindre certains acteurs comme entièrement prisonniers d’une croyance fausse, et certaines pratiques sociales comme totalement désertées par l’inquiétude et la réflexivité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Akrich, M., 2006 [1998]. « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », in M. Akrich, M. Callon et B. Latour (dir.), Sociologie de la traduction, Paris, Presses de l’École des Mines de Paris : 253-265.

Astier, I., 1991. « Chronique d’une commission d’insertion », in J. Donzelot (dir.), Face à l’exclusion. Le modèle français, Paris, Éditions Esprit : 59-81.

Auray, N., 1997. « Ironie et solidarité dans un milieu technicisé. Les défis contre les protections dans les collectifs de hackers », Paris, EHESS, coll. « Raisons Pratiques », 8 : 177-201.

Barthe, Y. et Lemieux, C., 2002. « Quelle critique après Bourdieu ? », Mouvements, 24.

Barthe, Y., 2006. Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Économica.

Bessy, C. et Chateauraynaud, F., 1995. Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski, L., 1984. « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, 51 : 3-40.

–, 1990. L’amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski, L. et Thévenot, L., 1983. « Finding one’s way in social space », Social Sciences Information, 22 (4/5) : 631-679.

–, 1991. De la justification, Paris, Gallimard.

Boltanski, L. et Chiapello, E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boudon, R., 2003. Raison, bonnes raisons. Paris, PUF.

Bourdieu, FL, 1998. Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Breviglieri, M., 1997. « La coopération spontanée. Entraides techniques autour d’un automate public », Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons Pratiques », 8.

–, 2004. « Habiter l’espace de travail. Perspectives sur la routine », Histoire et sociétés, 9 : 19-29.

Breviglieri, M. et Trom, D., 2003. « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », in Daniel Cefaï et Dominique Pasquier (dir.), Les sens du public, Paris, PUF : 399-416.

Gallon, M., 1986. « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc ». L’Année sociologique, 36 : 169-208.

–, (dir.), 1989. La science et ses réseaux, Paris, La Découverte.

Claverie, É., 2003. Les guerres de la Vierge. Une anthropologie des apparitions, Paris, Gallimard.

Conein, B., 1990. « Cognition située et coordination de l’action : la cuisine dans tous ses états », Réseaux, 43 : 99-110.

–, 2005. Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.

Derouet, J.-L., 1992. École et Justice, Paris, Éditions Métailié.

Descola, P., 1994. « Pourquoi les Indiens d’Amazonie n’ont-ils pas domestiqué le pécari ? », in B. Latour et P. Lemonier (dir.), De la préhistoire aux missiles balistiques, Paris, La Découverte : 329-344.

Desrosières, A., Goy, A. et Thévenot, L., 1983. « L’identité sociale dans le travail statistique », Économie et statistique, 152 : 55-81.

Dodier, N., 1993a. L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Éditions Métailié.

–, 1993b. « Les appuis conventionnels de l’action ». Réseaux, 62 : 63-85.

–, 1995. Les hommes et les machines, Paris, Éditions Métailié.

–, 2003. Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS.

Fornel, M. (de) et Lemieux, C. 2008. « Quel naturalisme pour les sciences sociales ? », in M. (de) Fornel, C. Lemieux (dir.). Constructivisme versus naturalisme, Paris, Éditions de l’EHESS.

Goffman, E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

Greimas, A., 1966. Sémantique structurale, Paris, Larousse.

Grignon, C. et Passeron, J.-C., 1989. Le savant et le populaire, Paris, Seuil & Gallimard.

Joas, H., 1999. La créativité de l’agir. Paris, Éditions du Cerf.

Lafaye, C., 1990. « Situations tendues et sens ordinaire de la justice au sein d’une administration municipale », Revue française de sociologie, vol. 31 : 196-223.

Lagrange, P., 1990. « Enquêtes sur les soucoupes volantes », Terrain, 14 : 92-112.

Latour, B., 1984. Les microbes. Guerre et paix, Paris, Éditions Métailié.

–, 1989. La science en action, Paris, La Découverte.

–, 1993.La clef de Berlin, Paris, La Découverte.

Lemieux, C., 2000. Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Éditions Métailié.

–, 2008. « Rendre visibles les dangers du nucléaire. Une contribution à la sociologie de la mobilisation », in B. Lahire et C. Rosental (dir.), La cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des Archives contemporaines : 131-159.

–, 2009. Le devoir et la grâce. Pour une analyse grammaticale de l’action, Paris, Economica.

–, 2010. « Albert Londres : le journalisme à contre-cœur », in C. Lemieux (dir.), La subjectivité journalistique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lévi-Strauss, C., 1985 [1962]. La pensée sauvage, Paris, Plon.

Linhardt, D., 2001. « L’économie du soupçon. Une contribution pragmatique à la sociologie de la menace », Genèses, 44 : 76-98.

Mead, G. H., 1992 [1934]. Mind, Self and Society, Chicago, The University of Chicago Press.

Norman, D., 1993. « Les artefacts cognitifs », Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons Pratiques », no 4 : 59-84.

Pestre, D., 2001. « Études sociales des sciences, politique et retour sur soi ». Revue du MAUSS, 17 : 180-196.

Rémy, C., 2009. La fin des bêtes. Une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Économica.

Thévenot, Laurent, 1986. « Les investissements de forme », Cahiers du CEE, 29 : 21-71.

–, 1994. « Le régime de familiarité : des choses en personnes », Genèses, 17 : 72-101.

–, 2004. « Une science de la vie ensemble dans le monde ». Revue du MAUSS, 24 : 115-126.

–, 2006. L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Wittgenstein, Ludwig, 1988 [1945]. Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

Notes

96 Les travaux auxquels il sera tait référence sont, pour l’essentiel, ceux qui ont été produits depuis le milieu des années 1980 d’une part, autour de Michel Callon et de Bruno Latour au Centre de sociologie de l’innovation de l’École des Mines de Paris, d’autre part, autour de Luc Boltanski et de Laurent Thévenot au Groupe de sociologie politique et morale de l’EHESS.

97 Par « cognition », nous entendrons l’ensemble des activités et des processus de connaissance (perceptions, jugements, mémorisations, raisonnements...). Ainsi considérée, la cognition correspond à ce que des auteurs comme Peirce ou Dewey ont proposé d’appeler « enquête » (inquiry). Ce terme avait à leurs yeux pour avantage d’empêcher de dissocier connaissance et action – comme peut y inviter trop facilement, il est vrai, le terme de « cognition ».

98 Voir notamment Latour 1984, 1989 ; Callon 1989. C’est à la sémantique structurale de Greimas (1966 : 192-203) que le concept est emprunté.

99 Rappelons que Callon et Latour appliquent le principe de symétrie entre humains et non-humains : pour eux, représenter des non-humains, et se faire leur porte-parole, n’est pas une opération fondamentalement différente de celle qui consiste à représenter des humains. Voir notamment Callon 1986.

100 C’est en quoi l’épreuve apparaît avant tout ici comme un rapport de force entre des chaînes d’association concurrentes.

101 Ainsi entendue, « épreuve » pourrait être rapprochée de la notion de « rupture de représentation » à travers laquelle Goffman (1973 :55-56) désigne ces moments de la vie sociale où certains acteurs, produisant des contre-performances ou des « fausses notes », rendent descriptible à un public qu’ils ne sont pas à la hauteur du statut auxquels ils prétendaient.

102 Une exigence rendue manifeste par le fait que les agents qui ne la respectent pas tendent à être critiqués pour cela, voire à être suspectés d’anormalité mentale (Boltanski, 1984).

103 Sur l’opposition, et le continuum, entre épreuves « légitimes » et épreuves de force, voir Boltanski, Chiapello, 1999 : 73-76.

104 Voir également Bessy et Chateauraynaud 1995 ; Brevigliéri 1997, 2004 ; Brevigliéri et Trom, 2003.

105 Voir particulièrement Thévenot 2006. Nous pouvons forcer le tiroir et l’endommager, et étant réprimandé pour cela, tenter de nous justifier. Nous pouvons demander au serveur du restaurant le remplacement du plat jugé avoir un goût de brûlé et si cela nous est refusé, faire un scandale. Nous serons alors passés, à chaque fois, vers un régime « en justice » et aurons été conduits, au plan argumentatif, à « monter en généralité ».

106 N’étant pas parvenu à ouvrir ce tiroir, alors que d’autres utilisateurs (des enfants par exemple) y arrivent aisément, c’est notre supériorité sur eux en matière d’habileté que nous pouvons remettre en cause. Ayant trouvé que ce plat avait un goût de brûlé, c’est la réputation de ce restaurant que nous pouvons juger surfaite. Nos représentations peuvent être dites, en ce sens, « politico-cognitives » : la confirmation ou la révision de nos connaissances ne peut pas ne pas avoir d’effet politique ; elle affecte nécessairement notre rapport aux institutions et à l’ordre social auquel nous participons.

107 Pas de croyance intangible en notre supériorité en matière d’habileté par rapport aux enfants. Pas de croyance indéfectible en la valeur d’un restaurant, fut-il auréolé d’un grand prestige et bien côté au guide Michelin. Pas de croyance pleinement assurée du médecin dans le fait que le patient simule ou se plaint « pour rien » (Dodier 1993a : 119-195).

108 Les recherches menées au début des années 1980 par Alain Desrosières, Laurent Thévenot et Luc Boltanski au sujet des classifications socioprofessionnelles doivent être comprises dans cette optique : il était moins question, pour ces auteurs, de mettre à jour des catégories mentales que de décrire des outils cognitifs servant à classer, rapprocher et comparer, et des manières de fabriquer et d’utiliser de tels outils (Desrosières, Goy, Thévenot 1983 ; Boltanski, Thévenot 1983 ; Thévenot 1986).

109 Nous développons cet argument dans la seconde partie de ce texte.

110 Voir, dans le cas de la sécurité aérienne, l’étude de Linhardt (2001).

111 Voir en particulier Akrich 2006 [1998]. On trouvera d’autres exemples dans Derouet 1992 (des élèves utilisent la clé de la salle de classe pour enfermer leur professeur à l’extérieur), Dodier 1995 (des ouvriers, pour se sentir plus à l’aise, retirent les protections destinées à limiter les risques d’accident sur les machines qu’ils utilisent) ou encore, Auray 1997 (des « hackers » s’emploient à déjouer les systèmes de sécurité informatique les plus verrouillés).

112 On ne discutera pas ici de la pertinence de cette assimilation entre « public » et « collectif », ni de son ancrage dans la tradition contractualiste. Précisons simplement que nous avons tenté, pour notre part, de défendre une position plus holiste consistant à étendre l’usage de la notion de « grammaire » à l’ensemble des situations de la vie sociale, y compris les plus intimes (Lemieux 2000 ; 2009).

113 Le terme utilisé dans De La justification est « régime d’action ». L. Thévenot, dans ses travaux ultérieurs, a opté pour le concept de « régime d’engagement » afin de souligner en quoi la notion d’« action » se réfère déjà à un format cognitif très spécifique : celui que l’auteur appelle le « régime du plan » (Thévenot 2006).

114 Voir par exemple la façon dont L. Thévenot (2006 : 198-201) réinterprète les expériences de Kahneman et Tversky qui mettaient au jour la difficulté des acteurs à adopter un raisonnement bayesien.

115 Raison pour laquelle, notamment, les connaissances stockées dans les « arte-facts cognitifs » (Norman 1993) – qu’il s’agisse d’une banque de données statistiques, d’une tablette sumérienne ou du bottin téléphonique –, ne sauraient être appréhendées, dans cette sociologie, en dehors de l’action qui consiste à produire ces artefacts, ou à les utiliser dans un cours d’action particulier. Voir par exemple, dans le cas des artefacts qui nous rendent visibles les dangers du nucléaire, Lemieux 2008.

116 Sur ce point comme sur le précédent, la dette de la sociologie des épreuves à l’égard de l’ethnométhodologie et de la phénoménologie est entière.

117 Il y a, sur ce point, convergence avec les analyses développées par Hans Joas (1999). L’interprétation mécaniste de la praxis provient, suggérerons-nous plus loin, d’une confusion entre description et prévision de l’action.

118 Il ne s’agit évidemment pas de concevoir de manière réifiée une telle communauté d’appartenance. Elle est un accomplissement pratique indissociable de l’action collective, et rendu manifeste à travers elle. Ainsi, lorsque deux personnes conversent en français et que l’une reprend l’autre en lui disant qu’elle se trompe sur le sens d’un mot, est présupposée, à travers la notification de cette faute, l’existence d’usagers tiers de la langue française qui pourraient servir de juges. Nous ne savons pas exactement où s’arrête la population de ces usagers tiers ; nous ne savons pas exactement les dénombrer ; mais nous savons qu’ils existent, et nous les présupposons en tant que communauté, à chaque fois que nous discutons entre nous de règles de français qui ont été enfreintes.

119 Du moins, le courant Boltanski-Thévenot dans lequel nous inscrivons les réflexions qui suivent, lesquelles émanent d’un ouvrage récemment paru (Lemieux 2009).

120 Tâches « techniquement secondes » ne veut pas dire « d’intérêt secondaire » mais : tâches qui ne peuvent être correctement accomplies qu’une fois que les tâches techniquement premières (compréhension et description) l’ont été.

121 Pour une critique de ce qu’entraîne une saisie des réalités du seul point de vue des régularités mesurables : Thévenot 2004. Sur la hâte à critiquer qui empêche de bien décrire, Dodier 1993a : 21-28.

122 Cette reconquête est un moyen, pensons-nous, de rendre cette sociologie moins exotique à quantité d’adeptes de la sociologie classique qui, faisant primer dans leur travail les tâches techniquement secondes, ne voient pas bien, au fond, quel peut être l’apport d’une telle sociologie à leurs entreprises de recherche et l’évacuent souvent d’un revers de main sous les étiquettes de « subjectivisme» ou de « micro-sociologie », qui rendent pourtant très mal compte de sa démarche.

123 Ce que Raymond Boudon (2003 : 111-121) dénomme les « paramètres contextuels » du raisonnement.

124 Cette affirmation nous rapproche de la démonstration faite par Emmanuel Bourdieu (1998). Mais l’affirmation que description et compréhension sont des tâches entièrement présentistes nous en éloigne.

125 Cette notion (tendencies to act) est empruntée à George H. Mead (1992 [1934] : 99)·

126 S’ouvre alors la possibilité de développer ce que nous avons appelé une « anthropologie du conatus » (Lemieux 2009 : 205-212) dont l’attention se porte non plus sur l’inertie relative des structures mentales et des schèmes comportementaux (comme c’est le cas des sociologies de l’habitus) mais sur les « inflexions et pertinences motivationnelles consécutives » qui entraînent chez les individus une transformation progressive de leurs tendances à agir.

127 Dans ce dernier cas, il paraît capital, d’un point de vue tant analytique que politique, de considérer tout autant l’infrastructure organisationnelle et matérielle typique de l’épreuve considérée (par exemple, la manière dont sont concrètement organisés un examen scolaire, un entretien d’embauche ou une compétition sportive) que les tendances à agir des individus. Car en effet, ne considérer dans la prévision que ces dernières revient à naturaliser la première et à ne plus envisager en quoi des changements l’affectant peuvent modifier très significativement les chances de réussite ou d’échec des acteurs.

128 L’explication s’achève lorsqu’après enquête sur le passé, une origine a pu être désignée. Mais cela ne signifie évidemment pas qu’il n’existerait qu’une seule origine, déterminée une lois pour toutes, concernant tant les appuis matériels servant actuellement au jugement que la tendance à juger actuellement manifestée par un ou plusieurs acteurs. Ne serait-ce que parce qu’une origine de cette origine peut toujours être trouvée, l’enquête explicative a quelque chose d’infini. Sa clôture est nécessairement décisionnelle - ce qui ne veut pas dire que ses procédures d’enquête sont arbitraires. En outre, dans le cadre de la sociologie des épreuves, l’origine désignée ne peut être qu’une épreuve passée, c’est-à-dire un moment où une contradiction pratique s’est manifestée et où, par conséquent, une autre voie que celle qui fut prise, aurait pu l’être (de sorte que la contre-factualité qui a été écartée par l’acteur, doit être réintégrée par l’analyste). On se rapproche ainsi du modèle de l’explication que Philippe Descola (1994) dénomme « histoire régressive », qu’il oppose à l’idée de « genèse mythique ».

129 Comme l’écrit Claude Lévi-Strauss : « la nature n’est pas contradictoire en soi ; elle peut l’être seulement dans les termes de l’activité humaine particulière qui s’y inscrit » (1985 [1962] : 117). Cela ne signifie certes pas que l’ordre de la pratique échapperait à celui des déterminations naturelles ! Cela signifie seulement qu’il ne s’y réduit pas (Fornel, Lemieux 2008).

130 Pour une critique du privilège accordé au point de vue dominocentré par la sociologie de Pierre Bourdieu : Grignon et Passeron, 1989. Sur la symétrisation comme ressort critique de la sociologie des épreuves : Barthe et Lemieux 2002.

131 Il s’agit ainsi d’éviter la critique « qui ne dit pas son nom » et qui, en avançant des jugements normatifs sous couvert de constats réalistes, échappe à la discussion proprement morale et politique de ce qu’elle suggère.

Auteur

Directeur d’études à l’EHESS et membre de l’Institut Marcel Mauss (GSPM). Il a notamment publié Le devoir et la grâce. Pour une analyse grammaticale de l’action, et codirigé avec Michel de Fornel Naturalisme versus constructivisme ?
clemieux@msh-paris.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search